Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/05/2013

Léon Daudet : Le dernier imprécateur

1992 mérite d'être « une année Daudet ». Pour le centenaire de l'édition de son premier roman, Haeres, et le cinquantenaire de sa mort, voici que paraÎt un énorme récueil de ses Souvenirs et polémiques, ainsi qu'une superbe biographie de, François Broche, qui arrive à son heure, celle d'un jugement enfin dépourvu de passion sectaire. Il fallait arracher « le gros Léon » à ses ennemis comme à ses partisans, tous pareillement obsédés par le fait qu'il fut probablement le premier polémiste de son siècle et que son style reste terriblement marqué par des passions qui voisinaient parfois le délire.
Réduire Daudet à cette caricature de furieux truculent est une trahison. Daudet est beaucoup plus que Daudet. Le personnage se situe entre Gargantua et Ubu-roi ou du moins Ubu royaliste. Par toutes ses fibres familiales et sentimentales, il appartenait sans nul doute à ce XlXe siècle qu'il s'obstinait à déclarer « stupide » et fut avant tout, beaucoup plus qu'un conservateur, un réactionnaire, c'est-à-dire un homme qui juge, qui dénonce et qui hurle. Pas méchant bougre quand il ne s'agissait pas de la chose publique, mais vite emporté par son tempérament et ses phobies. Cet écrivain prolixe entre tous risque souvent d'apparaÎtre inactuel. C'est bien dommage à notre époque de grisaille et de conformisme cafard.
Léon Daudet fut toute sa vie obsédé par les problèmes de l'hérédité. C'est d'ailleurs le titre de son premier bouquin, Haeres, paru voici tout juste cent ans, où l'on découvre le regard du clinicien plus que du romancier.
Personnellement, il est le fils d'un père, de famille ardèchoise, devenu provençal par la grâce d'une écriture mistralienne :
Alphonse Daudet, dont tous les écoliers connaissent au moins les Lettres de mon moulin. La famille de sa mère, Julia Allard, est d'origine bretonne et tourangelle. « Chez les Allard, on était républicain et tout à fait indifférent en matière religieuse, alors que chez les Daudet, on marquait une préférence pour "le double flambeau balzacien" : la religion et la monarchie », écrit François Broche.
L' enfant qui naît à Paris, le 16 novembre 1867, dans le quartier du Marais, mêlera hardiment une liberté d'esprit aux limites de l'anarchisme, assortie d'un fort tempérament de bon vivant, avec un engagement civique qui fera de lui le champion du « nationalisme intégral ».
Le mélange est assez détonnant, surtout si l'on y ajoute une incroyable facilité de plume, qui le conduira à écrire cent vingt-cinq livres et des milliers d'articles, dont son éditorial quotidien dans L'Action française. Sans compter les discours, car il sera aussi un habitué des estrades.
La silhouette à la Falstaff de cet admirateur de Shakespeare, auquel il consacrera un de ses meilleurs essais, est inséparable des réunions monarchistes du début du siècle et de l'entre-deux-guerres. Le temps alourdira sa forte corpulence, aux limites de l'obésité. Quant à son profil, il fera la joie des caricaturistes, qui accentueront un certain aspect levantin. Il se montrera d'ailleurs antisémite avec une telle monomanie que certains, à commencer par quelques Israélites, prétendront qu'il devait être quelque peu juif.

La médecine et la littérature avant la politique
La politique pourtant, au début d'une carrière fulgurante, le tente moins que la médecine qu'il étudiera, jusqu'à sa thèse de doctorat exclue, et que la littérature, où il ne se montrera pas inférieur à son illustre père, dans des registres très différents.
Il est dans sa jeunesse bambocheur, gastronome, cocardier, nietzschéen et plus admirateur de Clemenceau et même de Gambetta que du général Boulanger. Pourtant, ce garçon, doué comme pas un, est finalement influençable. Il rencontre beaucoup d'écrivains chez son père et il sera toujours séduit par quelques plumes alertes Drumont avant tout, puis Barrès et enfin Maurras. Mais aussi Zola pour un temps, Proust pour toujours et Céline sur le tard. Il aura même pour « chère patronne » Juliette Adam, qui lui mettra au cœur, à jamais, « une haine lucide de la Bête allemande ». Son antigermanisme rencontre son antisémitisme pour le lancer très tôt dans une campagne contre « l'espionnage juif allemand », qui lui tiendra finalement lieu toute sa vie de ligne de conduite politique.
Un premier mariage raté avec la petite-fille de Victor Hugo sera suivi d'une union réussie avec sa cousine germaine, surnommée « Pampille » ; elle sera pour beaucoup dans sa conversion, somme toute tardive, au double service du trône et de l'autel.
Même si l'affaire Dreyfus le verra au premier rang des défenseurs de l'armée, il reste assez insolite dans la cohorte des bien-pensants. En 1895, il déplore qu'on ne puisse être « à la fois napoléonpremiériste, anarchiste et socialiste » ! Cette future idole des camelots du roi ne se défendra jamais d'une certaine sympathie pour les révolutionnaires de la bande à Bonnot.
Quant à ses démêlés avec l'Eglise, ils sont « hénaurmes », à l'image du personnage. Il commet dans sa vie une bonne quarantaine de romans, effroyables mélos où les situations scabreuses abondent. Ces petits bouquins, considérés comme pornos, sont presque tous inscrits à l'Index. Il s'en console en se recommandant de Rabelais. Ces gauloiseries de carabin le rendent plutôt sympathique, mais n'ajoutent rien à sa gloire littéraire.

Un patriotisme exacerbé
Sorti finalement grand vaincu de l'affaire Dreyfus, il va se rattraper pendant la Grande Guerre, où l'Union sacrée lui permet d'être du côté du pouvoir et de jouer un rôle de « procureur du roi », inlassable dénonciateur des pacifistes, qualifiés de traîtres à longueur de colonnes. Avec le recul du temps, on peut estimer que ses pires ennemis furent souvent les hommes les plus lucides de leur époque, à commencer par Caillaux et même par Briand. Il n'en a cure et son patriotisme exacerbé conduit ce royaliste à soutenir le jacobin Clemenceau, pour la seule raison qu'il a érigé le bellicisme intransigeant comme seule ligne de conduite.
Curieusement, il est difficile de détester un polémiste si outrancier qu'on finit par ne plus le prendre au sérieux. Il fait rire et pourtant provoque des blessures inguérissables. Il a compris que le ridicule peut tuer au moins politiquement. Et que le mensonge est une arme efficace. Peu lui importe, puisqu'il sert une « bonne cause ».
Député plus sérieux qu'il n'y paraît, de 1919 à 1923, polémiste d'un rare courage physique, capable de défendre à coups d'épée ses idées, ses humeurs et ses excès, travailleur inlassable, il trouve encore le temps de mener des bagarres de rues, de partager la table de ses collègues de l'académie Goncourt et de lire tous les livres qui paraissent.
Un terrible événement va bouleverser sa vie en novembre 1923, la mort mystérieuse de son fils Philippe. Ce drame lui inspirera sans nul doute la plus hasardeuse et la plus déchirante de ses campagnes de presse. Il se retrouvera en prison pour diffamation, s'évadera dans des circonstances rocambolesques, vivra deux ans en exil en Belgique, reviendra, amnistié, en triomphateur. Mais un ressort est brisé à jamais, même s'il travaille jour et nuit, Gomme s'il voulait s'étourdir. Le réveil de l'Allemagne et la montée inéluctable de la guerre l'accablent, alors que les événements viennent vérifier ses avertissements.
Après la défaite, il rejoint L'Action française, repliée à Lyon, et défend jusqu'à sa mort, à Saint-Rémy-de-Provence, le 30 juin 1942, l'idée de « la France seule ».
Ses romans sont aujourd'hui illisibles, ses pamphlets ont terriblement vieilli, mais ses livres de critique littéraire ont quelque chose de prophétique. Ses recueils de souvenirs restent, sans aucun doute, le meilleur de son œuvre. Ils sont datés et pourtant ne datent pas. Derrière l'imprécateur, excessif et injuste, apparaît le témoin capital d'un demi-siècle de vie nationale.
Jean Mabire : National Hebdo du 15 au 21 octobre 1992.

François Broche : Léon Daudet, le dernier împrécateur, 468 pages, 23 photos, Robert Lattont.
Léon Daudet : Souvenirs et polémiques, 1 400 pages, Collection « Bouquins », Robert Lattont.

Les commentaires sont fermés.