Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

avortement et euthanasie

  • Poursuivons le combat pour la Vie !

    674412e-5343114-01-06-230x180.jpg

    Communiqué de Choisir la Vie :

    Alors que la Marche pour la Vie a réuni ce dimanche des milliers de manifestants pour dénoncer la proposition de loi Gaillot tendant à allonger le délai légal de l’avortement de 12 à 14 semaines de grossesse, les slogans scandés haut et fort par la foule seraient-ils parvenus jusqu’aux oreilles des sénateurs ?
    Car ce mercredi 19 janvier, alors que la proposition de loi revenait en deuxième lecture au Sénat, c’est bien par une très large majorité que les sénateurs l’ont rejetée, conscients, à l’instar du député LR Alain Milon [que la proposition de loi] “était un mauvais coup pour les femmes…” et qu’à 14 semaines l’IVG était une “opération souvent insoutenable pour nombre de professionnels”.
    Choisir la Vie se réjouit de ce vote et félicite les sénateurs qui se sont opposés à voir légiférer toujours davantage la barbarie sous couvert du motif fallacieux d’offrir aux femmes une plus grande liberté.
    Elle invite les députés et les sénateurs qui se réuniront demain en commission mixte paritaire à maintenir cette opposition à l’allongement à 14 semaines du délai d’IVG afin d’éviter une nouvelle navette parlementaire, et tous les défenseurs de la Vie à poursuivre leurs démarches de sensibilisation auprès de leurs élus.
  • Marche pour la vie 2022, c’est partie !

    Marche pour la vie 2022, c’est partie !

    Les manifestants arrivent place de Catalogne pour cette nouvelle mobilisation pour la vie. Le départ du cortège est prévue pour 14h.

    Lire la suite

  • La protection de la vie humaine, de la conception à la mort naturelle, doit devenir une grande cause nationale

    fi-mllpxsaidph0-230x180.jpg

    Tribune de Nicolas Tardy-Joubert, président de la Marche pour la vie, parue dans Valeurs Actuelles :

    https://www.lesalonbeige.fr/la-protection-de-la-vie-humaine-de-la-conception-a-la-mort-naturelle-doit-devenir-une-grande-cause-nationale/

  • IVG à 14 semaines : quand L’IDÉOLOGIE met en DANGER les femmes

    Aliette Espieux


    Aliette Espieux, porte-parole de la Marche Pour La Vie, décrypte la loi d’Albane Gaillot sur l’avortement.

    L’Assemblée nationale a accepté, mardi 30 novembre 2021, d’allonger jusqu’à 14 semaines le délai légal de recours à l’Interruption Volontaire de Grossesse mais a, en revanche, refusé de supprimer la clause de conscience spécifique à l’avortement. Le texte est pour l’heure entre les mains du Sénat.


    https://fr.novopress.info/

  • L’avortement, première cause de décès dans le monde

    L’avortement, première cause de décès dans le monde

    La société Worldometer a publié le 31 décembre un rapport montrant que l’avortement a été la première cause de décès dans le monde en 2021 avec 42,6 millions de morts. Cela élève l’avortement au niveau d’un génocide.

    Les décès, toutes causes confondues, se sont élevés à 101,5 millions de personnes : ceux dus à l’avortement à 42,6 millions.

    Lire la suite

  • Mortalité en France depuis l’an 2000

    Mortalité en France depuis l’an 2000

    D’après les chiffres de l’INSEE accessibles ici, voici l’évolution de la mortalité en France métropolitaine depuis l’an 2000 (et en attendant les chiffres de 2021) :

    Soit une hausse de 43 754 décès entre 2019 et 2020 (+6,5%), de 33 238 entre 2018 et 2020 (+4,8%), de 25 224 entre 2017 et 2020 (+3,6%)…

    Lire la suite

  • Aliette Espieux : « Des équipes jeunes de la génération pro-vie se montent partout en France ! »

    Si la thématique de l’ n’est quasiment jamais abordée par les candidats à la présidentielle, elle n’en demeure pas moins d’actualité : le 19 janvier prochain, le  devra se prononcer sur l’allongement de 12 à 14 semaines du délai légal pour avorter. Pour Boulevard Voltaire, c’est l’occasion d’interroger Aliette Espieux, porte-parole de la Marche pour la vie, une  qui, tous les ans, rassemble les opposants à l’avortement. Elle est fixée, cette année, le dimanche 16 janvier 13 h 30 à Paris.

    Marc Eynaud
  • A force d’encourager l’avortement, la France voit ses maternités en crise

    5d1498d48c9ab083068b4568-230x180.jpg

    Le Canard Enchaîné évoque la crise des maternités, passées de plus de 1300 en 1975, année de la légalisation de l’avortement, à moins de 500 aujourd’hui :

    Lire la suite

  • Les magouilles des députés européens ont des chances de porter une adversaire de l’IVG à la tête du Parlement de Strasbourg. Un miracle !*

    Décidément, les voies du Seigneur sont bien impénétrables si l’on considère les grandes manœuvres de ces derniers jours, à Strabourg, alors que l’échéance du départ de David Sassoli, le président du Parlement européen, approche. Mardi 14 décembre, le sujet a animé nombre de débats entre eurodéputés. Car, quarante-deux ans après avoir porté à la tête de l’institution Simone Veil, qui venait de légaliser l’interruption volontaire de grossesse en France, les parlementaires européens sont tentés d’y élire une autre femme, la Maltaise Roberta Metsola, membre du Parti populaire européen (PPE, droite) qui n’a jamais caché son opposition à l’avortement !

    Lire la suite

  • La politique d’avortement de masse conduit au désastre

    La politique d’avortement de masse conduit au désastre
    Communiqué de l’Association des Chrétiens Protestants et Évangéliques pour le Respect de la Vie:
    Après le vote des députés portant de 12 à 14 semaines le délai pour avorter, les Chrétiens Protestants et Évangéliques prennent date, l’étape suivante étant le délai à 16 semaines, au même motif que les avortantes hors délai seront amenées à avorter hors frontières, alors même que les progrès de l’imagerie médicale et la véritable connaissance, niée sciemment par la représentation nationale, devrait en convaincre un nombre croissant à garder leur enfant.
    Depuis le vote du 17 janvier 1975, la politique d’avortement de masse n’a cessé de marquer des points, au mépris des mesures d’aide aux femmes enceintes en difficulté socio-économique, faisant ainsi l’épargne des dépenses à charge de l’État et de la supposée solidarité nationale, mais les conduisant au désastre. Force est de constater que la principale cause de l’avortement est la loi elle-même.
    «   Voici quel a été le crime de Sodome, ta soeur…elle ne soutenait pas la main de la malheureuse et de l’indigente. » (Éz. 16,49)
    Dr François Volff, Président, et Pasteur Jean Pira, vice-Président