Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique française

  • SALAUDS DE BLANCS !

    agression-sexuelle-autodefense-brossard.jpg

    Par Robert. Spieler

    Tout le monde sait que ce sont ces salauds de Blancs qui sont responsables des « harcèlements de rue »Leurs victimes sont évidemment des femmes de couleur tripotées dans le métro, victimes d’horribles avanies sous formes de sifflements, de grognements, de couinements porcins, voire pire. Du coup, L’Oréal s’est sentie investie d’une mission : dénoncer les mâles blancs harceleurs. Nous avons droit, actuellement, à des clips extravagants de l’entreprise spécialisée dans les cosmétiques. On se croirait en ces années les plus sombres de notre histoire où les Juifs dénonçaient les Collabos (à moins que cela ne soit l’inverse). Les Blancs, dans les clips, sont tous des salauds. Dieu merci, il y aura toujours un ami africain qui viendra empêcher les méchants mâles blancs de mal se comporter avec la gent féminine. Et si vous êtes blanche, vous avez de la chance : un collègue d’origine étrangère vient vous protéger contre les menaces de viol du sale blanc qui vous sert de patron. Le site contre-info, qui nous raconte tout cela, s’en prend aux « cosmopolites qui dirigent L’Oréal » et, (nous traduisons) à leur insupportable houtspa (culot monstre en hébreu). Et contre-info d’appeler à « réorienter nos achats cosmétiques »L’Oréal a bien changé, quand on songe aux liens qu’entretenait Eugène Schueller, le fondateur de L’Oréal, avec la Cagoule, les hautes responsabilités qu’occupa Jean Filiol (présenté comme “l’exécuteur des basses œuvres”) qui fit exploser en 1938 le siège du Patronat français (deux gardiens de la paix tués), tentant de faire porter la responsabilité sur les communistes. Il finit patron de la filiale espagnole. Eugène Schueller, qui finança François Mitterrand au début de sa carrière politique, était le père de Liliane Bettencourt. Jacques Corrèze, le patron de la filiale américaine, ancien de la Cagoule, avait, quant à lui, épousé la femme d’Eugène Deloncle, chef de l’organisation secrète. Jacques Corrèze fut, en 1940, responsable de l’organisation territoriale du Mouvement social révolutionnaire pour la Révolution nationale, et membre du Comité secret d’action révolutionnaire, dit « la Cagoule », et sera, plus tard, dans les années 1980, le patron de la filiale américaine de L’Oréal.

    Source : Rivarol 2/04/2020

    http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2020/04/02/salauds-de-blancs-6226435.html

  • I-Média n°292 – Coronavirus : une campagne médiatique contre la chloroquine ?

    02:05 L’image de la semaine

    L’appel à la prière musulmane a retenti à Lyon et à Montpellier sous couvert de solidarité durant l’épidémie. Un événement peu commenté par les médias.

    04:28 Covid-19. Croisade médiatique contre la chloroquine ?

    La chloroquine et le professeur Raoult continuent d’agiter les débats médiatiques ! Les journalistes ont-ils décidé de lancer une campagne contre la chloroquine ? La réponse dans ce I-Média.

    21:57 Revue de presse

    Dans la revue de presse de la semaine, nous verrons notamment que l’invasion de l’Europe continue pendant la crise sanitaire, couverte ou même promue par les médias.

    30:06 Les médias et le complotisme autorisé

    Cette semaine, on a pu voir que les médias attaquer les personnes évoquant la possibilité d’un virus créé en laboratoire… tout en remettant en doute la version officielle du nombre de morts en Chine !

    https://www.tvlibertes.com/i-media-n292-coronavirus-une-campagne-mediatique-contre-la-chloroquine

  • Le petit virus, grand pédagogue ? (II) – La fin des illusions ?, par Christian Vanneste.

    Près de 500 morts en une journée, plus de 3500 au total, la contamination de la population française par le Covid-19 semble suivre la courbe à l’italienne avec une dizaine de jours de retard. Toutefois, le dénombrement n’est pas le même dans les deux pays, et en France, il ne tient pas compte des décès dans les Ehpad et à domicile, En revanche, les chiffres allemands sont beaucoup plus modérés. Ainsi, leur comparaison entre les trois grands pays voisins au coeur de l’Europe suscite l’étonnement : l’talie, la première touchée par l’épidémie recense 97 689 malades et 10 779 décès, la France paraît la suivre avec 52 128 personnes détectées et 3523 victimes, mais l’Allemagne qui pratique massivement des tests, sept fois plus qu’en France, a identifié 68 305 porteurs du virus alors qu’elle ne dénombre heureusement « que » 710 morts.

    Lire la suite

  • Eric Zemmour : « Les médias poussent l’État à durcir le confinement, à supprimer les libertés »

    Eric Zemmour est particulièrement frappé de voir avec quelle facilité les Français se sont soumis aux mesures de confinement, et surtout le rôle que jouent les médias, qualifiés pour l’occasion de “pousse -au-crime” contre les libertés.

    Un entretien proposé par Figaro Live.

  • Vie, mort et résurrection de l'extrême gauche La maladie infantile du communisme

     Extrême gauche la maladie infantile du communisme.jpeg

    On croyait l'extrême gauche en soins palliatifs, sinon morte, Par implosion, autodissolution et reniements successifs. Mais elle a soudainement ressuscité au milieu des années quatre-vingt-dix, sur les ruines du mur de Berlin et du Moloch soviétique. Les courbes électorales du PCF et de l'extrême gauche se sont alors croisées. On assistait à la revanche des gauchistes et au retour du fantôme de Trotski.

    L’extrême gauche soulève un problème de géographie électorale. Où la situer sur un atlas politique ? À la gauche de la gauche ? Certes ! Mais personne ne siège à la gauche du PCF à l'Assemblée nationale. Au plafond ? Comme Lamartine, qui répondait quand on lui demandait où il siégeait à la Chambre : « Au plafond, car je ne vois pas de place pour moi dans aucun groupe ». Là haut, rien ne pouvait venir troubler sa pureté. Où alors ? Dans les nuées et dans les caves de la société ? Les deux sûrement, tant l'extrême gauche réunit un mélange détonnant de théorie froide, de chimère politique et de violence endémique. Longtemps d'ailleurs, la question qui venait à l'esprit lorsqu'on évoquait la gauche radicale, c'était combien de munitions ? Et non pas : combien de divisions ?

    Lire la suite

  • Didier Raoult, l’électron libre qui dérange la Macronie et les sachants

    Sommité mondiale de l’infectiologie, le professeur Didier Raoult crée la polémique avec son traitement contre le coronavirus à base de chloroquine, un médicament vieux de 70 ans. Génie injustement méprisé par ses pairs ou docteur Maboul inconséquent ? Portrait.

    Son nom est désormais sur toutes les bouches. Dans un pays confiné, où un nanovirus sème la peur derrière les persiennes bordant les rues désertes, comme les microbes hantaient nos nuits d’enfant après un épisode de « Il était une fois la vie », le professeur Raoult fait figure de grand druide et son traitement contre le Covid-19, de potion magique. L’Institut hôpital universitaire (IHU) de Marseille qu’il dirige, a tout d’un village de résistants gaulois, qui s’arment de bon sens scientifique et de pragmatisme pour repousser l’ennemi viral.

    Lire la suite

  • A la fin, est-ce qu’on va se faire avoir ?

    natacha.jpg

    Par Natacha Polony

    La sortie de confinement, ça n’est visiblement pas pour tout de suite. Avec un gouvernement qui peine à formuler clairement ce que tout le monde a pourtant bien compris, ça ressemblerait même à l’horizon qui recule au fur et à mesure qu’on avance. Et pourtant, une question est dans toutes les têtes : à quoi ressemblera le supposé « jour d’après » ? La formule reprise par un président qui cite désormais les lms catastrophe américains vous a des airs de grand chambardement. On a compris, promis juré. Comme dans un scénario hollywoodien, un avenir radieux s’offre à nous. Il faudrait vraiment avoir mauvais esprit pour en douter.

    Lire la suite

  • Le coronavirus, révélateur de la faillite de la classe dirigeante française

    coronavirus-faillite-classe-dirigeante-588x330.jpg

    Par Paul Tormenen, juriste

    Polémia cliquez ici

    Afin de lutter contre la pandémie du coronavirus, le gouvernement a imposé aux Français une réclusion à domicile. On aurait pu s’attendre à ce que l’urgence sanitaire et la période de confinement agissent comme un buvard sur les taches de la société française. Bien au contraire, la quarantaine agit comme un révélateur de nombreuses faillites que connaît notre pays, des faillites auxquelles les classes dirigeantes qui se sont succédé au pouvoir en France depuis plusieurs décennies ont méthodiquement contribué.

    Pendant que l’on soigne en urgence des milliers de Français, le confinement imposé à la population n’apporte pas la paix civile et la tranquillité. Bien au contraire, les faillites que révèlent la pandémie du coronavirus et le confinement sont nombreuses. Sans prétendre à l’exhaustivité, il nous a paru important d’en relever quelques-unes. Elles concernent plusieurs prérogatives majeures du gouvernement et illustrent un aveuglement idéologique certain.

    Lire la suite

  • Sur le site officiel de l'Action française, troublantes analogies, l’éditorial de François Marcilhac.

    TROUBLANTES ANALOGIES

    Les crises ont ceci d’opportun, pour les gouvernements en place, qu’elles permettent d’en appeler à l’unité nationale, voire à l’union sacrée, pour mieux faire oublier les politiques de division qu’ils n’ont cessé de pratiquer. François Hollande, après la lutte qu’il mena contre les fondements de la société avec le «  mariage pour tous  » et la répression impitoyable de ses opposants, n’hésita pas à en appeler à l’unité nationale face au terrorisme, instrumentalisant la nécessaire cohésion nationale face au crime pour mieux avaliser son refus de désigner l’ennemi, affaiblissant, du même coup, la défense de la nation, qui continue de réchauffer en son sein le serpent du terrorisme islamiste - et non de ce «  terrorisme » hors sol dont il inventa alors le concept

    Lire la suite