Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/06/2017

Ecologie de droite vol. 2 - Orages d'acier - 04/06/2017

Ecologie de droite vol. 2 - Orages d'acier - 04/06/2017

13/06/2017

Sur l'épuisement des ressources humaines

11/06/2017

La Nature en sujet de droit

Georges Feltin-Tracol

1707359644.pngL’information est passée inaperçue, car venue de l’autre côté du globe, de Nouvelle-Zélande précisément. Le 17 mars 2017, le Parlement néo-zélandais accordait au Whanganui le statut d’entité vivante avec la personnalité juridique et les droits et devoirs qui en découlent.

Le Whanganui est un fleuve sacré pour les Maoris. Situé dans l’île du Nord, long de 290 km, ce cours d’eau est gardé par la tribu indigène. Grâce à ce vote, la tribu et le gouvernement néo-zélandais pourront dorénavant désigner des avocats qui représenteront le fleuve. Les Néo-Zélandais n’innovent pas. Au Mexique et en Équateur, de semblables mesures ont déjà été prises. Mieux, en Bolivie, le président syndicaliste en poste depuis 2006 Evo Morales se réclame de la Pachamama, la « Déesse-Terre » à la grande fureur des sectes évangéliques et de l’Église catholique.

Dans la province septentrionale indienne de l’Uttarakhand, une haute-cour estima, le 31 mars dernier, que les glaciers de Gangotri et de Yamunotri, sources respectives du Gange et du Yamuna, étaient des entités vivantes, ce qu’étaient déjà ces deux fleuves jugés sacrés par les hindous. Le tribunal va plus loin puisqu’il considère qu’il faut protéger et conserver les rivières, les ruisseaux, les lacs, l’air, les prés, les vallées, les jungles, les forêts, les marécages, les prairies et les cascades qui doivent donc avoir les mêmes droits, devoirs et responsabilités qu’un être physique.

Indiens, Néo-Zélandais et Boliviens font redécouvrir aux Occidentaux le holisme et l’organicité dynamique complexe de la Vie. Cette tendance va plus loin qu’une simple prise de conscience écologiste. À rebours de la doxa mécaniciste dominante occidentale, cette nouvelle perception de la co-appartenance de la Nature et de l’homme (ou plus exactement, des peuples et des communautés enracinées) au monde renoue en fait avec les vieilles visions européennes médiévales et antiques.

Ces quelques décisions judiciaires inimaginables aujourd’hui en France bousculent de vieux schémas de pensée modernes dus aux Lumières du XVIIIe siècle. Un nouvel univers mental émerge lentement sous nos yeux. Il faut s’en réjouir, foi d’un obscurantiste allumé !

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 36, diffusée sur Radio-Libertés, le 2 juin 2017.

http://synthesenationale.hautetfort.com/

09/06/2017

Ecologie de droite vol. 1 - Orages d'acier - 28/05/2017

08/06/2017

Sale climat (mondialiste)

Le gouvernement entend redonner confiance en la politique aux Français. Confiance obérée  par les manœuvres d’un Système foulant au pied les résultats d’un référendum en 2005 et quand nos compatriotes constatent que les banques qui prêtent de l’argent à tous les partis pour mener campagne aux législatives, refusent de le faire pour le FN. Face à ce refus militant, idéologique du système bancaire, Marine vient de lancer un appel à contributions à ses électeurs et plus largement en direction de tous ceux qui entendent voir respecter l’équité démocratique. Certes, nos compatriotes retrouveront déjà ladite confiance en la politique le jour ou l’Assemblée représentera fidèlement leurs sensibilités (en 2012 les millions d’électeurs frontistes n’ont eu que deux députés), quand le Système respectera leurs aspirations et que la classe politicienne tiendra ses promesses. Les abus des uns et des autres contribuent bien sûr également à cette défiance des Français vis-à-vis des partis et des élus. Pour y remédier, François Bayrou présentait hier (de manière bien poussive) la loi sur la moralisation de la vie politique. Un coup totalement foiré et plombé par le scandale Richard Ferrand, d’autant que son maintien au gouvernement décrédibilise d’entrée aux yeux des Français toutes les bonnes intentions affichées.

Avec un sens de la communication (et de la diversion) qu’on ne peut pas lui retirer, Emmanuel Macron, la mine grave de circonstance, s’est fendu hier soir depuis l’Elysée d’une déclaration officielle. Il entendait réagir à l’annonce toute aussi officielle par Donald Trump à la Maison Blanche du désengagement des Etats-Unis de la 21 ème conférence des partis (COP 21) en 2015, dit accord de Paris sur le climat, signés par 195 Etats, dont  s’étaient tant gargarisés François Hollande et Laurent Fabius.

M. Macron a prononcé son allocution non seulement en Français mais aussi dans la langue dominante, en anglais, grande première,  symbole d’une présidence occupée par un Young Leader adoubé par le club Bilderberg (qui se réuni aux Etats-Unis en ce moment)   et qui se veut de plein pied dans la mondialisation… 

Rappelons-le, à l’issue de la COP 21, quiconque ne communiait pas dans l’allégresse générale était alors désigné comme le dernier des monstres, un débile mental,  un complotiste particulièrement déviant et pervers. Pourtant comme le note un internaute sur le site d‘E&R relayant le refus du président américain de mettre  ici ses pas dans ceux de Barack Obama, la Cop 21 c’est concrètement une ” taxe supra-nationale de 10 Trillions (100 milliards) sur les pays riches, pour la reverser aux pays pauvres sous de faux prétextes. Tous ceci sous le contrôle des banques et des professionnels a la taxe carbone. Suivez mon regard !”.

M. Trump a mis en avant ses promesses de campagne, la nécessité de préserver des emplois, la souveraineté nationale pour justifier son retrait. M Macron s’est pour sa part livré à une belle profession de foi planétarienne, tandis que les grands prêtre de la pensée officielle vouaient Trump aux gémonies. Mme Ségolène Royal, ex ministre de l’Ecologie des dernières années du calamiteux quinquennat Hollande, estimait hier  que le très climato-sceptique président américain était coupable d’un “délit contre l”humanité“, le mot crime n’a pas été prononcé mais ce n’était pas loin…

Dans son discours hier soir,  le président Macron s’est posé comme celui qui reprenant le flambeau du combat du bien écolo-progressiste contre le mal des pollueurs-égoïstes, tient à faire de  la France le pays phare, le modèle de cette noble lutte là.  Il a notamment lancé un appel du pied très clair aux scientifiques américains: “Ingénieurs, scientifiques américains qui travaillez sur le climat, je lance un appel. Venez en France travailler avec nous”. M. Macron n’ignore pourtant pas que ceux-ci sont financés  très largement par des entreprises privées, bénéficient de conditions matérielles de travail et de rémunérations que les chercheurs français n’ont pas, beaucoup partent d’ailleurs Outre-Atlantique…

“Make our planet great again”, s’est exclamé le président français, plagiant le slogan de campagne de Trump tout en  prenant soin, c’était  frappant,  de ne jamais totalement sortir de son statut de vassal intellectuel,  de l’allégeance  morale vis-à-vis des Etats-Unis, patrie de la Raison progressiste.

“Je considère qu’il (Donal Trump) commet là une erreur pour les intérêts de son peuple et une faute pour l’avenir. J’ai eu l’occasion de lui en faire part”. “Ce n’est pas l’avenir que nous voulons pour nous, nos enfants, le monde. La vocation de la France est de mener ces combats qui impliquent l’humanité toute entière. (…) La France a réussi ce tour de force de faire signer l’accord climat avec 195 pays. Nous ne négocierons pas un accord moins ambitieux. La France appelle tous les signataires à rester à la hauteur de nos responsabilités, à ne rien céder.” Mais a-t-il précisé aussitôt,  “la France n’abandonnera pas le combat” même si ” Nous aurions préféré mener ce combat aux côtés des Etats-Unis mais il en est ainsi. La porte n’est pas fermée, elle ne le sera jamais à cette nation à laquelle nous devons tantJe dis aux Etats-Unis: la France croit en vous, le monde croit en vous. Vous êtes une très grande nation, vous vous êtes dressés contre l’ignorance et l’obscurité. Mais pour le climat, il n’y a pas de plan B car il n’y a pas de planète B.” La France jouera donc son rôle dans le monde. (…) Nous ne tiendrons pas seulement nos engagements passés. Dès ce soir, la France se doit d’être plus ambitieuse encore.”

Un discours aux accents déterminés  dont l’aspect positif, visant à flatter l’ego des Français, est celui d’une volonté de voir la France jouer un rôle de premier plan sur la scène internationale. Mais quel crédit lui donner, si le postulat de départ est tronqué, vicié ? M. Macron se base comme toutes nos élites sur les travaux du GIEC  mis en place en leur temps par Margaret Thatcher et Ronald Reagan pour faire la nique aux écolo-gauchistes. Travaux du GIEC qui sont formellement contestables, qui sont contestés par de nombreux scientifiques décrits comme isolés, pas sérieux  et marginaux par la propagande officielle. Nos lecteurs pourront écouter avec profit sur cette question, le récent entretien de l’ingénieur polytechnicien  climato-réaliste Christian Gérondeau  accordé à  l’excellent média TV libertés.

Emmanuel Macron  part du principe selon lequel la pollution liée à l’activité humaine (les deux plus gros émetteurs de gaz à effet de serre sont la Chine et les Etats-Unis) entraîne le réchauffement de notre planète. Avec comme conséquence a-t-il dit, une augmentation du niveau de la mer qui menace les  îles et les  villes côtières, le départ des populations vers l’Europe (migrants écologiques), des atteintes graves à la faune et à la flore;  toutes choses qui pèsent à l’évidence sur notre  sécurité et l’avenir de nos enfants.

Mais ce que M. Macron ne dit pas note Bruno Gollnisch, et pour cause,  ce sont les autres facteurs, bien  tangibles qui sont la source principale d’une partie des maux qu’il souligne. A savoir l’explosion démographique des pays du sud qui  participe largement de l’appauvrissement et de la pollution des sols, de la disparition accélérée de la biodiversité. Ce sont aussi des personnels politiques corrompus et prévaricateurs, le terrorisme et les guerres suscitées,  instrumentalisées, le capitalisme spéculatif sauvage, l’ultra libre échangisme,  les agissements des multinationales, les impérialismes économiques qui sont directement  responsables des drames écologiques et de l’exode des populations. Mais le dire clairement et franchement ne cadre certainement pas avec le projet de M. Macron et de ses soutiens internationaux

https://gollnisch.com/2017/06/02/sale-climat-mondialiste/

03/06/2017

Mercredi 21 juin, 19 h, conférence d'Alban d'Arguin à Paris sur l'écologie et les éoliennes

744699207.jpg

Commander le livre cliquez ici

http://synthesenationale.hautetfort.com/

02/06/2017

Zoom - Christian Gerondeau : "Le CO2 est bon pour la planète"

29/05/2017

Pour acheter le livre d'Alban d'Arguant, Eoliennes un scandale d'Etat...

3783962953.jpg

Bulletin de commande cliquez ici

L'acheter en ligne cliquez là

12/05/2017

Zoom - Fabien Niezgoda : Le sens de l'écologie politique

26/04/2017

Présidentielle / éoliennes : Alban d'Arguin compare les programmes et s'adresse aux électeurs...

2987946482.jpg

Il y a aujourd’hui en France plus de 1000 associations existantes opposées à des projets d’implantation éoliens.

Celles-ci représentent entre 500 000 et 1 500 000 personnes proches participant au combat contre l’aberration de l’énergie intermittente du vent présentée de façon mensongère comme « propre et gratuite ».

Je m’adresse aux responsables de ces associations, à leurs proches, à tous ceux qui les soutiennent, à tous ceux qui partagent ce combat contre l’éolien, une illustration parmi d’autres de la décadence française :

Le 7 mai prochain, vous aurez à choisir le camp de la France et celui de l’étranger. Ne jugez qu’aux actes et aux faits, pas aux analyses de médias aux ordres du mondialisme.

EMMANUEL MACRON :

. A fait allégeance à Merkel avant le premier tour, à Berlin, elle qui supervise le dépouillement de la France souveraine et encourage l’implantation des consortiums éoliens allemands dans notre pays pour mieux contrôler notre énergie.

. S’est allié à François de Rugy, l’opportuniste des écologistes, qui déclara le 18 janvier 2017 : « Nous visons une électricité issue à 100% d’énergie renouvelable en 2050 ». Ceci signifie la construction d’environ 50 000 éoliennes en France c’est-à-dire la défiguration du pays, la souffrance insupportable des riverains, le ralentissement économique de toutes les régions et la dépréciation immobilière considérable qui en résultera, un coût prohibitif de l’électricité produite et payée par chaque français, enfin, au plus grand bonheur des investisseurs étrangers qui se cachent derrière ce scandale d’Etat.

. Voue enfin à l’Europe une dévotion sans borne comme au mondialisme dont il souhaite être pour la France le grand-prêtre.

MARINE LE PEN :

Le 23 mars 2017, la candidate a déclaré : (…) je considère les éoliennes -terrestres et offshores- comme "une vraie pollution visuelle" et m'inquiète des éventuels effets que cette source d'énergie propre peut avoir sur la santé des riverains. "Certaines entreprises ont été très heureuses de nous les vendre. Je crois que nous découvrirons dans le futur les conséquences de cela sur la santé des habitants qui vivent autour" a-t-elle précisé.

La candidate porte une vision stratégique intelligente du « mix énergétique » nécessaire à la France.

Elle renoue avec la tradition nationale de troisième voie et d’opposition à l’Europe des marchands, dont la meilleure illustration, en l’occurrence, est celle de la Commission Européenne, non élue, qui impose aux Etats membres dont notre pays, au nom de la lutte contre les rejets de gaz à effets de serre, l’obligation de produire au moins 20% de notre énergie électrique en 2020 à partir des énergies renouvelables c’est-à-dire principalement des éoliennes. Avec pour conséquence un accroissement considérable de la pollution par rejets de CO² venus des centrales thermiques obligatoires pour compenser à tout instant l’absence d’énergie produite quand le vent ne souffle pas (environ 75% du temps) !

C’est bien d’une France libre qu’il est question ! Réfléchissons-y tous avant qu’il ne soit trop tard.

Alban d’Arguin auteur de : "Eoliennes, Un scandale d’Etat" – Synthèse Editions cliquez ici. 180 pages. 20€ (+3€ de port).

http://synthesenationale.hautetfort.com/

03/04/2017

Alban d'Arguin, auteur de "Eoliennes un scandale d'Etat", répond à Riposte laïque

Riposte laïque cliquez ici

3783962953.jpgQuel Français n’a-t-il pas constaté, ces dernières années, une prolifération des éoliennes, présentées par les écologistes et leurs soutiens comme la solution pour sortir du nucléaire. Est-ce une si bonne chose ? Quand on écoute les réponses aux questions que nous avons posées à Alban d’Arguin, auteur d’un « brûlot » sur cette question, on en doute…

Riposte Laïque : Avant que nous n’évoquions votre livre de 180 pages « Eoliennes un scandale d’Etat », paru aux Editions Synthèse nationale, pourriez-vous rapidement vous présenter à nos lecteurs ?

Alban d’Arguin : Je suis originaire de l’ouest de la France et, après une carrière bien remplie, j’ai décidé de « revenir plein d’usage et raison vivre entre mes parents le reste de mon âge » comme eut dit du Bellay. Avec mon épouse nous nous sommes installés en Vendée récemment pour restaurer une vieille demeure nous permettant d’accueillir une tribu familiale fournie et fourmillante aussi de petits enfants !

Riposte Laïque : Quel a été le détonateur qui vous a poussé à écrire ce livre ?

Alban d’Arguin : C’est justement la découverte d’un projet éolien dans notre nouveau village qui m’a convaincu d’agir et d’instruire le dossier de l’énergie du vent en France. Et, de là, effaré de mes découvertes cachées aux Français, j’ai décidé de prendre la plume pour partager le résultat de mes recherches.

6.000 éoliennes en France, 15.000 à l’horizon 2020 !

Riposte Laïque : Quelle est la situation actuelle ? Combien y a-t-il d’éoliennes en France, et combien y en aura-t-il dans les années à venir ?

Alban d’Arguin : Il y a plus de  6000 éoliennes aujourd’hui en France, mais aussi un programme d’implantation considérable qui doit nous conduire à plus de 15 000 à horizon 2020. Si nous n’y prenons garde, la France des années 2020 sera bientôt hérissée d’éoliennes autant que de minarets, les deux étant, de mon point de vue, une illustration de la décadence dans laquelle nous baignons.

La facture des éoliennes, payée par les Français, s’élève à 11 milliards d’euros en 2016, plus la TVA…

Riposte Laïque : Et cela nous coûte vraiment cher, et occasionne de graves dégâts ?

Alban d’Arguin : Les dommages causés par l’éolien sont, selon moi, de trois natures : une atteinte au Beau, au Bien et au Vrai.

Elles défigurent les paysages de la belle France, voyez à titre d’exemple celles qui surplombent la ville de Coutances et sa cathédrale, si chère à Barbey d’Aurevilly ou celles qui dénaturent l’île de Beauté sur le Cap Corse.

Quant au  mal qu’elles provoquent, et c’est le premier scandale d’Etat que je dénonce, c’est la souffrance physique à travers le syndrome éolien qui se propage pour tous les riverains. L’Académie de médecine a prescrit en 2006 qu’aucune éolienne ne soit implantée à moins de 1500 mètres d’une habitation. La France a refusé d’écouter et a choisi un périmètre de sauvegarde de seulement 500 mètres là où l’Allemagne est à 1500 mètres, le Royaume Uni entre 1800 et 2200 mètres selon les contrées, l’Espagne à 1500 mètres, les Etats Unis entre 1500 et 3000 mètres selon les Etats. Ceci engendre des pathologies redoutables et inadmissibles au nom du principe de précaution inscrit dans la constitution française. Mais les lobbies veillent !

Enfin, sur le plan du Vrai, là encore les méfaits sont considérables : économiquement, l’éolien est un eldorado financier dont le « business model » comme dirait les technocrates devrait être enseigné dans les écoles internationales de commerce : EDF est tenu d’acheter l’électricité produite par les consortiums éoliens (tous étrangers…) à un prix conventionnel 3 à 4 fois plus cher que celui auquel elle produirait elle-même cette électricité, et ceci avec une garantie de durée de 15 ans ! Le vent ne soufflant pas en permanence, une éolienne ne produit que 20 à 25% du temps  ce qui désorganise le bouquet énergétique français (unique au monde) et accroît le besoin de recours alternatif à des énergies supplétives thermiques comme les centrales au charbon, au gaz ou au fuel, renchérissant les coûts. Tout cela n’est pas grave puisque les Français ne savent pas encore qu’ils sont les payeurs de ce scandale… La facture de l’éolien est une taxe appelée CSPE qui figure au verso de nos factures EDF et représente désormais plus de 25% du coût de notre consommation. Elle est estimée à 11 milliards d’euros pour 2016… Et cette taxe est elle-même soumise à la TVA ! Alors, non seulement l’éolien nous coûte très cher, mais il rapporte des sommes considérables aux investisseurs étrangers du fait du prix garanti ce qui permet d’alimenter une bulle financière, mais aussi un véritable système mafieux de corruption qui touche de nombreux élus et personnels de l’Etat comme l’a dénoncé avec vigueur le Service Central de Prévention de la Corruption dans un rapport au garde des sceaux et au président de la « Ripoublique française» dès 2014…

L’Union européenne, par dogmatisme anti-nucléaire, exige de la France davantage de pollution ! 

Riposte Laïque : Venons-en aux causes. Pourquoi notre beau pays s’est-il couvert, en quelques années, de ces magnifiques moulins à vent qui polluent nos paysages ?

Alban d’Arguin : Au nom d’un dogme, celui du réchauffement climatique anthropique, dont les mondialistes agitent avec une terreur millénariste et quasi mystique les conséquences qui justifient un plan de bataille supra national contraignant… Ainsi, la Commission Européenne, organisme démocratique comme on le sait tous (non élue !) a émis une directive dite des trois vingt, qui impose aux états de l’union d’avoir au moins 20% d’énergie d’origine renouvelable en 2020. Pourquoi ? Pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre, autrement dit de CO². Or, la France est le pays d’Europe le plus propre sur ce plan, puisque notre production d’énergie n’émet pratiquement pas de CO² : 80% de nucléaire et 14% d’hydraulique et le solde environ 6% d’électricité d’origine thermique, en variable d’ajustement pour les pointes de consommation. L’obligation tyrannique de l’Europe est donc en train de nous obliger à devenir un « Etat pollueur » puisque pour compenser la faible activité du vent nous devrons nous équiper de nouvelles centrales thermiques réactives comme l’ont fait les Allemands qui, sous l’influence des « Grunen », les verts, ont abandonné l’énergie nucléaire pour se jeter à corps perdu dans les éoliennes et ont dû accompagner ce déploiement de plus de 20 nouvelles centrales au charbon qui polluent toute l’Europe, car le nuage de CO² et de particules fines traverse les frontières.

L’écologie politique et les ONG sont d’excellents fromages…

Riposte Laïque : Vous évoquez, parmi les grands propagandistes de la cause éolienne, les gauchistes reconvertis en écologistes. Quel serait leur intérêt ?

Alban d’Arguin : L’écologie politique, qui n’a rien à voir avec la vraie écologie, est composée d’hommes et de femmes qui viennent souvent du  trostkysme et des mouvements marxistes du 20e siècle. Leur désillusion à la chute du communisme les a amenés pour certains à recycler leur désir d’universalisme vers le mondialisme apatride et déraciné au nom de l’écologie. On constate que moins ils recueillent d’intention de vote dans notre système démocratique plus ils pèsent de leurs positions dogmatiques par le jeu des alliances et du chantage. L’écologie est un excellent fromage et regardez avec attention les « ONG » qui nourrissent très bien un certain nombre d’entre eux !

D’abord arrêter les éoliennes, puis les démonter et faire payer les investisseurs étrangers

Riposte Laïque : Avons-nous atteint une situation irréversible, vu le nombre, ou bien ce qui a été fait peut-il être défait, et pourra-t-on un jour se débarrasser de ces champs d’éoliennes ?

Alban d’Arguin : Le désespoir en politique est une sottise. Nous devons d’abord mettre fin au scandale de santé publique en engageant les actions judiciaires et politiques appropriées. En obtenant la limite minimum de 1500 mètres. Mettre fin au scandale financier, en arrêtant de subventionner les investisseurs étrangers ; alors vous verrez, ils partiront tous aussi vite qu’ils sont venus et les programmes seront gelés. Alors, notre problématique finale se résumera à faire démonter les mâts et les aérogénérateurs des éoliennes, aux frais des constructeurs et des propriétaires fonciers qui ont participé à cette gabegie. Quant aux tonnes de béton et d’acier (1100 tonnes par pylône !) ils resteront en terre, hélas.

Tout ce que touche l’Europe, elle le détruit…

Riposte Laïque : Nous sommes en pleine campagne présidentielle. Y a-t-il des candidats qui partagent votre point de vue, et vous donnent de l’espoir ?

Alban d’Arguin : Tout ce que touche l’Europe, elle le détruit… Voyez l’acier et le charbon disparus, voyez l’industrie navale en pré-disparition, voyez l’agriculture moribonde, la pêche à l’agonie. La voilà maintenant qui se mêle d’énergie, on peut donc tout craindre. Je vais donc répondre à votre question par l’élimination des candidats pro européens, que ce soit Fillon (celui du  Grenelle de l’environnement) ou  Macron, le joker de la finance apatride lancé en politique par Hollande comme on lancerait un nouveau produit de lessive dans la grande distribution ; il n’y a rien à attendre d’eux compte tenu de leur asservissement à la finance et à l’Europe. Mais ensuite, il faut aussi éliminer les candidats qui sont piégés par leurs accords officiels ou tacites avec les écologistes… Qui nous vaudraient des dizaines de milliers d’éoliennes en plus dans les années futures. Mon espoir irait vers les candidats qui portent la sortie de l’Europe, qui ne concèdent rien au dogmatisme sur le réchauffement climatique et rendraient un Etat fort à la France pour lui permettre de conserver son indépendance énergétique et dont nous aurons aussi besoin d’ailleurs pour en finir avec le délire « immigrationniste » et islamiste qui nous ronge.

Riposte Laïque : Je présume que vous n’avez pas trop d’invitations sur les grands médias. Et ailleurs ?

Alban d’Arguin : Pour les médias « mainstream » comme ils disent, certes non ! Pour les médias alternatifs et encore dotés d’une réelle objectivité, cela vient de plus en plus ! Le bouche à oreille est aussi en train de faire le reste, pour le plus grand plaisir de mon éditeur « Synthèse éditions » et son directeur fondateur Roland Hélie qui a su me convaincre d’écrire ce livre !

Riposte Laïque : Etes-vous également disponible pour des conférences, et sollicité en ce sens ?

Alban d’Arguin : Oui, et la liste s’allonge tant il y a de besoins de lutter contre les projets d’implantation éoliens partout !

Ainsi dès dimanche prochain 9 avril je serai chez mes amis de Poitiers à l’Hôtel de France, avenue de Paris à 15 heures pour une conférence débat et dédicace organisée par le « Cercle des chats bottés » de notre ami Jacques Soulis.

Riposte Laïque : Et ce livre, Alban, on se le procure comment ?

Alban d’Arguin : D’abord chez l’éditeur Synthèse éditions, 9 rue Parrot – CS 72809  75012 Paris (correspondance uniquement) ou sur internet à www.synthese-editions.com

Ensuite dans toutes les « bonnes librairies » et ensuite chez votre libraire habituel (il est diffusé dans toute la France) ou Amazon par défaut !

Propos recueillis par Pierre Cassen

http://synthesenationale.hautetfort.com/

31/03/2017

Zoom - Alban d'Arguin : éoliennes un scandale d'État

25/03/2017

Café Histoire de Toulon, mercredi 29 mars : « La catastrophe écologique vue par les alter-cathos ».

Le Café Histoire de Toulon annonce la prochaine causerie du mercredi 29 mars 2017 devant les Amis du Pub Le Graal. Cette causerie, animée par Luc Richard, portera sur le thème :  La catastrophe écologique vue par les alter-catholiques

Chrétiens et écologistes peuvent-ils œuvrer ensemble face à une société de consommation dévastatrice des écosystèmes et des communautés humaines ?  Pour passer du Global au Local, il leur est nécessaire de regarder en face la catastrophe écologique. Pour les y aider, Luc Richard a dirigé le livre collectif  La catastrophe écologique, fruit pourri du capitalisme,  fruit d’une journée de réflexion organisée par l’Observatoire Socio-Politique diocésain de Toulon et la revue LIMITE, en écho à l’encyclique Laudato Si.  

Le Grall, Pub associatif des missionnaires de la Miséricorde (adhésion 1 €)
377 avenue de la République , 83000 Toulon
La soirée pourra se poursuivre autour d’une pizza (Participation aux frais)
Contact : cafehistoiredetoulon@gmail.com

Signalons en outre le texte passionnant de la causerie du mois de janvier 2017, de Danièle Masson, agrégée de Lettres classiques sur Eric Zemmour et le fait religieux.

A lire ci-après. Café Histoire de Toulon  Danielle Masson.pdf

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

10/03/2017

EOLIENNES UN SCANDALE D'ETAT, LE LIVRE RÉQUISITOIRE D'ALBAN D'ARGUIN EST SORTI : COMMANDEZ-LE, DIFFUSEZ-LE !

3783962953.jpg

En savoir plus cliquez ici

Le commander en ligne cliquez là

05/03/2017

Deux agriculteurs américains témoignent des méfaits des OGM

« Les OGM détruiront votre modèle d’agriculture familiale s’ils sont adoptés ! »C’est en substance le message que sont venus porter en France deux agriculteurs américains « repentis » des OGM. L’un, Wes Shoemyer, petite barbichette, grand sourire et chevalière frappée d’un symbole franc-maçon, dirige une exploitation de 1 200 hectares dans le Missouri, l’Etat abritant le siège de Monsanto. Elu démocrate au sénat du Missouri, il est en lutte contre « l’accaparement monopolistique de l’agriculture par une poignée de firmes ». A ses cotés, Wendel Lutz, la cinquantaine débonnaire du typique « mid-west farmer », l’air tragique en plus de l’homme en résistance. Ils ont été invités à témoigner par Greenpeace afin de raconter « leur réalité ». 
Solidement installé au fond de sa chaise, Wes Shoemyer raconte : « Avant l’introduction des OGM, nous utilisions déjà l’herbicide Roundup pour brûler les mauvaises herbes, c’était miraculeux ! Entre 1996 et 2001, au moins 80% des agriculteurs ont adopté ce système des OGM. » L’élu reproche aujourd’hui à Monsanto d’avoir mis en place une stratégie de capture du marché avec des prix attrayants, en particulier sur le Roundup, pour ensuite organiser l’envolée des prix. Il est inquiet de voir « les agriculteurs payer de plus en plus cher, non plus pour financer la recherche ou améliorer leur production, mais pour s’acquitter d’un brevet contrôlé par une seule compagnie ». Aux États-Unis, la technologie brevetée Roundup Ready de Monsanto est présente dans 94% des variétés de soja génétiquement modifié et 70% du maïs génétiquement modifié d’après le ministère de l’Agriculture. 
Des mauvaises herbes résistantes au Roundup 
Aux Etats-Unis, entre 2000 et 2011, la consommation annuelle de glyphosate, la substance active du Roundup est passée dans les champs de maïs de 1,8 million à 30 millions de tonnes dues à l’expansion massive des OGM. Une explosion de la consommation qui s’explique également par l’augmentation des doses pour tenter de contrôler certaines mauvaises herbes devenues tolérantes au Roundup, découvertes pour la première fois en 2000 dans le Delaware. Une mauvaise surprise dure à digérer pour Wendel Lutz : « C’est en 2011, que j’ai observé les premiers plants d’amarantes rugueuses résistants au glyphosate se développer dans mes champs. C’est injuste qu’après seulement cinq ans d’exploitation des OGM mes champs aient été envahis, c’est à ce moment que j’ai décidé d’arrêter et d’alerter mes collègues ! » 
Au moins 5 millions d’hectares de cultures, d’après l’industrie, seraient contaminés par ces « super adventices », capables de résister à plusieurs classes d’herbicides. L’organisation internationale chargée de leur contrôle (ISHRW), financée par les producteurs de pesticides, a déjà recensé 23 espèces sauvages résistantes, un chiffre sous-estimé selon d’autres experts. 
La fuite en avant vers toujours plus de pesticides 
Wendel raconte : « Certains de mes voisins qui ont le même problème préfèrent continuer en augmentant les doses ou en cumulant plusieurs molécules. C’est une fuite en avant avec le risque qu’à terme la plupart des mauvaises herbes deviennent résistantes à tous les herbicides. » 
Une tendance que suit l’industrie. Sur 20 nouveaux OGM en cours d’évaluation auprès de la FDA, l’agence de régulation sanitaire américaine, 13 sont élaborés pour résister à de multiples herbicides. La firme Dow pense répondre à ce fléau en réintroduisant d’anciens herbicides comme le Dicamba ou le 2-4 D, ayant servi dans la composition de l’agent orange lors de la guerre du Vietnam et auquel des résistances de plantes sauvages ont déjà été observées. 
Un retour aux semences conventionnelles ? 
Pour Wes, il est encore possible d’agir : « Il faudrait revenir en arrière, vers des semences conventionnelles ; certaines compagnies en ont fait une spécialité. Malheureusement, il y a une vraie dépendance des agriculteurs vis-à-vis de ces technologies que les compagnies ont intérêt à entretenir et cela au détriment des bonnes pratiques culturales. » 
Pour Wendel il faudrait « une impulsion économique, une plus grande demande pour du non-OGM, pour voir un changement d’orientation » dont l’étiquetage des OGM, actuellement en débat, pourrait être le socle. 
En guise d’avertissement final, Wes Shoemyer lance : « Si la France ou l’Union européenne adoptaient les OGM, cela aurait un impact majeur sur les campagnes. Si vous voulez de grandes fermes en monoculture, si vous souhaitez vider les zones rurales de leurs habitants, alors vous adoptez le modèle OGM. C’est cela l’expérience américaine : une agriculture sans agriculteur contrôlée par des entreprises multinationales ! »
Source Rue89 planète

02/03/2017

Marion Maréchal-Le Pen : « La souveraineté alimentaire est d’ordre stratégique »

Marion-Maréchal-Le-Pen-Agricuture-600x388.jpg

Marion Maréchal-Le Pen, qui s’est rendue hier, avec Marine Le Pen, au Salon international de l’Agriculture, a accordé un entretien au quotidien Présent.

8812-20170303.jpgPrésent : Comment expliquez-vous l’accueil chaleureux que les exposants font à Marine Le Pen ?

Marion Maréchal-Le Pen : L’accueil est toujours très bon ici, mais il est sans doute cette année exceptionnel. Les agriculteurs voient en Marine Le Pen l’occasion de sortir du cycle infernal dans lequel ils sont empêtrés à cause de la politique de l’Union européenne. Le programme présidentiel de Marine présente des engagements concrets comme le patriotisme économique qui consiste à rendre nos producteurs prioritaires sur le marché français (avec un avantage notamment dans les marchés publics), l’amélioration de l’étiquetage des produits français qui mentionnerait le lieu d’élevage, d’abattage, de transformation – cela permettrait au consommateur de pouvoir acheter français plus facilement. Nous sommes également les seuls à exiger que les produits importés respectent a minima les mêmes normes sanitaires et environnementales que les produits français. Des mesures aussi concrètes expliquent l’enthousiasme d’agriculteurs et d’éleveurs largement revenus des politiques européennes.

La mort de l’agriculture française n’est donc pas une fatalité ?

Non, elle n’est pas une fatalité, elle est une question de choix. Un choix vital : la souveraineté alimentaire est d’ordre stratégique puisqu’une dépendance alimentaire de l’étranger nous rend fragiles, or c’est partiellement le cas aujourd’hui. La vie de notre agriculture est aussi une question d’identité : elle a façonné notre territoire, la diversité des régions et des écosystèmes, sans oublier notre gastronomie dont les excellents produits des terroirs sont la matière première. Notre agriculture est essentielle également pour le maintien de la vie dans les régions rurales, que ce soit la vie sociale ou l’emploi.

L’enjeu n’est pas purement productiviste ou économique, il est d’ordre stratégique et territorial. Que nos gouvernants, de droite comme de gauche, aient pu aussi cyniquement depuis des années accompagner la politique ultra-libérale de l’Union européenne avec tous ses traités de libre-échange, cela est pour moi de l’ordre de la trahison.

Cela s’est fait dans l’indifférence générale quand on voit le taux de suicide qui frappe le monde agricole. Les agriculteurs et les éleveurs ne sont pas entendus car eux ne brûlent pas les voitures, ne saccagent pas les centres villes, n’ont ni le temps ni le loisir de faire grève… Les plus grandes souffrances étant muettes, à nous d’avoir la décence de les entendre et de répondre à leurs difficultés.

Entretien réalisé par Samuel Martin
pour le quotidien Présent daté du 2 mars 2017

http://fr.novopress.info/

25/02/2017

COP21 : ce que la presse française ne vous dit pas

Il est de plus en plus évident que les États-Unis vont se retirer de l’accord de Paris, le fameux « succès du quinquennat ».

Il y a quelques jours, le président Trump essuyait un revers avec la démission forcée de son conseiller à la Défense nationale, le général Flynn, suite à des révélations de la NSA et de la CIA à la presse, qui en a fait ses gros titres. Sur le dossier environnement, les choses sont différentes et l’administration démocrate du pays a du souci à se faire.

Le très redouté Scott Pruitt a été confirmé récemment par le Sénat à la tête de l’EPA (Environmental Protection Agency/Agence de protection de l’environnement). Évidemment, cette information n’a pas filtré dans les médias français, et pour cause : il se présente lui-même comme « un opposant à la politique activiste de l’EPA ». Cet organisme, noyauté par l’administration Obama, finançait entre autres les études sur le climat, pour peu qu’elles soient alarmistes.

Pourquoi la presse française aurait-elle dû s’intéresser à cette nouvelle ? Premièrement, si la communication autour de la science climatique devient enfin objective, cela aura des répercussions sur les politiques de transition énergétique propres à chaque pays. Nos candidats à la présidentielle feraient bien d’en tenir compte.

Deuxièmement, il est de plus en plus évident que les États-Unis vont se retirer de l’accord de Paris, le fameux « succès du quinquennat ».

Myron Ebell, qui était à la tête de l’équipe de transition de l’EPA, l’a affirmé publiquement début février, lors d’un colloque organisé à Bruxelles.

Autre signe allant dans ce sens, le thème « changement climatique » a disparu du site officiel de la Maison-Blanche. Il est remplacé par une annonce disant que « la nouvelle politique américaine va mettre en place un nettoyage des lois et des taxes climatiques inutiles ». Si cela se fait, nous devrons nous adapter, sous peine de voir nos entreprises un peu plus handicapées.

Autre indice, le thème du climat a été évacué de la déclaration commune qu’ont effectuée Justin Trudeau et Donald Trump lors de la visite de ce dernier au Canada. En fait, la question n’est plus que de savoir comment les USA vont procéder pour sortir de cet accord. Un rapport du Sénat américain s’est déjà penché sur la question, et diverses solutions sont possibles.

Face à cette menace, selon un communiqué de l’AFP, notre Président Hollande a affirmé qu’il fallait répondre avec « fermeté » à Donald Trump, en marge d’un sommet de sept pays du sud de l’Union européenne à Lisbonne. Lors de son entretien téléphonique avec son homologue américain, cette question a été évoquée et, selon le Washington Post, Trump lui a répondu textuellement qu’il voulait que les USA se retirent de l’accord.

Pour ceux qui seraient inquiets de l’avenir climatique de la planète, sachez que Christiana Figueres, la représentante officielle des Nations unies pour le climat, a affirmé ce mois-ci, durant une conférence à Bruxelles, que « le but des conventions climatiques signées par l’ONU n’était pas de sauver le monde de calamités écologiques, mais de détruire le capitalisme ». Trump l’a bien compris.

http://www.bvoltaire.fr/marclemenn/cop-21-presse-francais...

08/02/2017

EOLIENNES UN SCANDALE D'ETAT, LE LIVRE RÉQUISITOIRE D'ALBAN D'ARGUIN EST SORTI : COMMANDEZ-LE, DIFFUSEZ-LE !

3783962953.jpg

En savoir plus cliquez ici

Le commander en ligne cliquez là

26/01/2017

Sortie (très attendue) à la fin du mois de janvier du livre d'Alban d'Arguin : EOLIENNES SCANDALE D'ETAT

2821599050.jpgC’est l’ouvrage le plus com­plet sur la ques­tion des éo­liennes à ce jour. L’auteur en cerne les origines à travers l’écologie qui, dépouillée de ses oripeaux de la « bien pen­sance verte », apparaît sous son vrai visage de parti de l’étranger rassembleur des der­niers trotskystes à la solde du mondialisme. Il en démasque aussi la dialecti­que et les enjeux fondés sur trois affirmations hasar­deu­ses : la lutte contre le « réchauffement » climati­que, l’extinction « imminente » des énergies fossiles, et la « nécessaire » sortie du nucléaire.

La thèse de l’auteur est terri­ble : L’éolien est un scandale d’Etat qui conduira tôt ou tard les politiques français promoteurs de cette aberra­tion devant la Cour de justice de la Ré­publique.

Ce livre est une arme essen­tielle et exhaus­tive dans le combat, à la disposition des mé­dias objectifs, des politi­ques incorruptibles (il en reste sans doute) et de ceux qui luttent avec courage au quotidien partout en France où sortent de terre de nou­veaux parcs éo­liens.

Il y a une impérieuse urgence à rejeter les in­jonctions dic­tatoriales de la Commission euro­péenne si on ne veut pas assister à l’agonie de la France défigurée, la France infectée, la France spoliée...

Eoliennes scandale d'Etat, Alban d'Arguin, Synthèse éditions, collection Pourquoi ?, 178 pages, 20 €

L'auteur : Alban d'Arguin, DEA de droit public, DEA d'histoire, Études d'actuariat (ISUP Paris) a fait une carrière de manage­ment et de direction générale à l'international dans un grand groupe financier. Il est retiré aujourd'hui dans l'ouest de la France où il travaille à la restauration d'un domaine entouré de vergers anciens. Il collabore épisodiquement à plusieurs re­vues sous forme de chroniques. Passionné par l'ornithologie et les questions environnementa­les, il a participé récemment à la création d'une association op­posée à l'implantation d'un parc industriel dans sa région. Confronté à l'aberration de ce projet "d'énergie du vent", il a décidé d'instruire objectivement et exhaustivement la question de l'éolien en France

Bulletin de commande

Le commander en ligne cliquez ici

http://synthesenationale.hautetfort.com/

22/01/2017

Oxygène n°7 : Pesticides, du poison dans vos vies ?

18/01/2017

Sortie très prochainement d’un livre d’Alban d’Arguin dénonçant le scandale d’état des éoliennes !

1225097535.8.jpg

16/01/2017

La production et la fourniture d’électricité en France sont à l’origine de bien des scandales !

36000 foyers sans électricité, à cause de la tempête Egon. La vague de froid qui va s‘abattre sur la France la semaine prochaine entraînera, de facto, des délestages – c’est à dire des coupures générales – sur plusieurs régions de France… C’est un des scandales liés à la production énergétique en France.

Le premier réside dans le fait qu’après la tempête de 1999, alors que tout était à refaire, aucun réseau n’a été enterré. Les Français ont payé des augmentations musclées sur leurs factures d’électricité et d’assurance. Pour refaire des réseaux aériens, qui sous le vent, sous le poids de la glace ou parce qu’un alcoolique embrasse un poteau, sont fragilisés. À chaque tempête, même scénario. Destruction, reconstruction, factures alourdies. Si la France avait alors fait l’effort d’enterrer ses réseaux, non seulement ils survivraient aux épisodes venteux ou neigeux, mais la fibre optique aurait pu être déployée à vitesse grand V sur l’ensemble du territoire.

L’autre scandale réside dans la faiblesse de notre parc nucléaire. Il vieillit. La France dispose d’une capacité de production d’électricité établie à 129 000 mégawatts, dont 63 000 de nucléaire. Or, elle ne pourra pas pleinement s’en servir lors de la vague de froid attendue, en raison notamment des défaillances constatées sur certains des 58 réacteurs de l’Hexagone. Selon les prévisions de Météo France, les températures seront inférieures de cinq à 10 degrés par rapport aux normales saisonnières. Le 12 janvier, l’Autorité de Sûreté nucléaire a accordé à EDF la remise en service de neuf de ces réacteurs après plusieurs mois de contrôle, et a également accepté la requête de l’énergéticien de reporter l’arrêt programmé du réacteur 2 de la centrale nucléaire de Tricastin. Mais malgré cela, le Français pourrait devoir faire face à des pénuries. Entre le mercredi 18 et le vendredi 20 janvier, EDF devra mobiliser quelque 100 000 mégawatts afin de répondre au surcroît de consommation attendu. Or, selon les prévisions de RTE, la capacité totale disponible à l’heure du début de la vague de froid ne sera que de 85 000 mégawatts…

Nous payons les délires écologistes, maitres-chanteurs des socialistes, ont tout fait pour réduire la production nucléaire française, pourtant garante de notre souveraineté énergétique, avec l’hydraulique. Les mêmes Verts qui ont forcé la fermeture des centrales nucléaires en Allemagne, désormais en sous-production électrique et qui doit donc non seulement faire tourner à plein régime ses centrales au charbon, très polluante, et nous acheter de l’électricité… nucléaire, qui n’est pas suffisante. Kafkaïen. Et tout ça pour se lancer dans l’escroquerie de l’éolien…

Porté par un message mensonger des constructeurs et de l’État, selon lequel l’éolien serait une alternative énergétique crédible, et donc porteur d’avenir pour la planète, notre territoire voit ainsi apparaître ici et là des machines de plus en plus hautes (150 mètres aujourd’hui) et de plus en plus dangereuses pour notre environnement. Bien peu de nos concitoyens savent qu’une éolienne, dont le temps de production énergétique est de 20 % environ, est relayée, le reste du temps, par des centrales à charbon ou à gaz.

Malgré cet impact sur l’environnement, c’est un triplement du parc éolien français qui est programmé au cours des prochaines années, portant le nombre de machines installées dans notre pays devrait passer de 7.000 à 21.000 d’ici 2023. Or, pour soutenir chaque éolienne, 1.500 tonnes de béton et 40 tonnes de ferraille sont nécessaires. Et que même lorsqu’elle sera démontée – pour la modique somme de 300.000 euros environ à la charge du propriétaire du terrain –, ce béton et cette ferraille continueront de polluer, de façon irréversible, notre sous sol et nos paysages. Si le plan de construction est mené à son terme, avec les 30 millions de tonnes de béton nécessaires à l’ancrage des 21.000 éoliennes prévues, la France égalera le record de l’organisation Todt, qui en avait utilisé autant pour la construction du mur de l’Atlantique !

Massacre visuel de bien de nos paysages traditionnels de France, les éoliennes ont aussi des néfastes sur la santé. Outre le bruit, les vibrations et les ultrasons engendrés par les pales sont désormais reconnus comme néfastes au confort des riverains. Le Canada a ainsi décidé de porter à 1000 mètres au lieu de 100 la distance minimum entre une éolienne et une habitation. Sauf que certains experts estiment que la distance minimale devrait être de 10 kilomètres… Les effets potentiels sur la santé iraient de la simple fatigue, à l’apparition d’acouphènes, en passant par des vertiges, des nausées, des étourdissements, des maladies cardiovasculaires, et même des diabètes…

Malgré tout ces faits, c’est un triplement du parc éolien français qui est programmé au cours des prochaines années, portant le nombre de machines installées dans notre pays devrait passer de 7.000 à 21.000 d’ici 2023. Une folie. Extrêmement rentable pour une mafia aux méthodes bien rodées. « Selon nos estimations, plus 30% des parcs éoliens – près de 5.500 machines en France – sont actuellement installés sur des terrains appartenant à des élus, c’est dire le potentiel de cas », avance Jean-Louis Butré, président de la Fédération Environnement Durable, principal réseau français d’associations anti-éoliennes. Or pas moins de sept condamnations viennent d’être prononcées contre des élus ayant voté l’installation de parcs éoliens sur leurs communes alors même qu’ils étaient propriétaires de parcelles. Les plaintes se multiplient.

Cette inflation de procédures, qui balaient un peu toute la France, vise à durement sanctionner des pratiques qui elles-mêmes gangrènent une partie de la classe politique locale depuis plusieurs années. Le scénario est toujours le même : approchés par des promoteurs, des maires et conseillers municipaux de petites communes rurales se laissent tenter par l’idée d’accueillir des éoliennes sur leurs propres terrains (ou ceux de proches), n’hésitant pas ensuite à faire voter (et à voter eux-mêmes) l’autorisation d’installation de ces machines en Conseil municipal. Il faut dire qu’avec des loyers qui au bas mot oscillent entre 3.000 et 5.000 euros par an et par éolienne, la petite combine s’avère bien plus rentable que la culture de la patate ! Le hic, c’est qu’en étant ainsi juge et partie, ces politiques locaux détenteurs de fonciers s’exposent à l’évidence à l’article 432-12 du Code pénal sur les conflits d’intérêt, prise illégale d’intérêt et recel de prise illégale d’intérêt. Ce qui n’échappe visiblement pas aux juges…

Subventionné de façon inique via la contribution au service public de l’électricité, et là encore à l’insu du consommateur qui paie, souvent sans le savoir, deux fois plus chère qu’elle ne coûte une énergie non rentable et économiquement inutile puisque la France, hors éolien, exporte 15 % de son électricité, ce sont en réalité les actionnaires, la plupart du temps étrangers, et leurs fonds de pension qui profitent de cette manne financière.

Source: Réinfo du 16 janvier 2017.

http://www.altermedia.info/france-belgique/uncategorized/...

15/01/2017

Il n’y a aucun lien entre CO2 et climat !

Les 10.000 milliards de dollars manipulés par le GIEC et ses bénéficiaires étouffent toute velléité de connaissance réelle.

Chaque jour, dans la presse écrite, est évoqué LE danger du CO2, présenté comme la pire pollution des centrales à charbon. Le GIEC nous a fait découvrir – et le film d’Al Gore, Une vérité qui dérange, a convaincu même des scientifiques – que plus il y a de CO2 dans l’air et plus il fait chaud… et on crie d’autant plus fort qu’il fait froid en ce moment et que Donald Trump se montre climato-sceptique.

Les climato-sceptiques critiquent le GIEC, ne veulent pas admettre les conclusions des adeptes du GIEC… qui ont été jusqu’à vouloir condamner ces « irresponsables » en justice ! Et la question est : où est la vérité ?

L’histoire du climat et du CO2 de notre planète est « inscrite » dans les roches et le professeur Alain Préat, de l’ULB (Université libre de Bruxelles), a étudié cette histoire le plus soigneusement possible pour les 4,5 derniers milliards d’années.

Il use des précautions prises en leur temps par Copernic, Kepler et Galilée pour présenter le mouvement de la Terre autour du Soleil sans se faire assassiner par l’Inquisition ! Alain Préat ne risque pas de se faire assassiner en 2017, mais j’observe que beaucoup de chercheurs actuels ont les pires ennuis s’ils ne se font pas admirateurs de la « science consensuelle ».

Scientifique exclu de l’université de Lubumbashi pour refus de corruption, je ne connais qu’une vérité scientifique : celle qui peut être vérifiée… qui doit pouvoir l’être partout et toujours. Une opinion partagée par des millions de personnes ne fera jamais une vérité scientifique !

Alain Préat entoure de mille précautions sa conclusion : « Dans le détail à notre disposition il n’y a aucune corrélation simple ou linéaire entre le taux de CO2 et la température. » Cette conclusion est sans appel. Elle n’aura aucun effet… Les 10.000 milliards de dollars manipulés par le GIEC et ses bénéficiaires étouffent toute velléité de connaissance réelle.

Tout physicien qui se penche sur la question aboutit à l’absence de rôle réel du CO2 sur la température s’il pense à appliquer l’équation de Bernoulli à l’atmosphère.

Je vous l’épargne. Bien sûr, comme l’atmosphère n’est pas statique, c’est assez compliqué à décrire : l’effet de la vapeur, des nuages d’eau et du vent est important mais ces effets correspondent bien, en moyenne, aux 15 °C moyens de notre planète. Beaucoup, peu, énormément de CO2 n’y change rien.

Inutile d’imaginer le GIEC, avec ses 48 modèles de fonctionnement de l’atmosphère et son rôle essentiel pour le CO2, reconnaître s’être trompé à 100 %. Cela ne se fera pas sans une prise de conscience des citoyens escroqués. Cette prise de conscience est quasi impossible et le GIEC adaptera son discours : « réchauffement climatique » deviendra « changement climatique » et j’ai même pu lire, récemment, que « le refroidissement actuel au pôle Sud est en réalité lié à un réchauffement profond » !

Le GIEC ne sera oublié que si le temps fraîchit sérieusement, comme l’absence de taches solaires selon la modélisation de l’astronome Valentina Zharkova l’annonce. Entre-temps, nos concitoyens acceptent de payer des éoliennes pour éviter le « réchauffement climatique lié au CO2 anthropique » comme nos ancêtres acceptaient de payer des indulgences pour s’éviter le feu de l’enfer. Cela évite d’avoir à lutter contre les vraies pollutions.

 Mathématicien, chercheur en énergies renouvelables

13/01/2017

Journal du vendredi 13 janvier 2017 - Société / La vignette Crit’air débarque

12/01/2017

Marine Le Pen donne sa position sur le nucléaire (11/01/2017)

Perles de Culture n°104 : Château de Villepreux : la vente scandaleuse !

07/01/2017

L'électricité éolienne aux abonnés absents alors que la France grelotte

Communique de presse de la Fédération Environnement Durable

1225097535.8.jpgSortie prochaine d'un livre consacré au scandale éolien :

Le 6 janvier à 8h une vague de froid a recouvert la France. La consommation d’électricité de notre pays était assurée à 74% par les centrales nucléaires et les barrages hydrauliques alors que les énergies intermittentes comme l’éolien ne participaient qu’à hauteur de 1,8% du total.

De plus la France était contrainte d’importer 9% de son électricité au lieu d’exporter 10% à 15% comme elle le faisait traditionnellement avant l’arrivée des programmes de la « Transition Energétique ».

Ces chiffres officiels (1) du réseau de Transport de l'électricité (RTE) démontrent à quel point la filière éolienne, développée depuis des années à grand renfort d’annonces et de subventions et qui produit de l’électricité ruineuse et intermittente, est une erreur stratégique. Les français ont besoin au contraire d’une électricité fiable et bon marché.

Plusieurs millions de ménages sont en situation énergétique précaire et n’ont même plus les moyens de se chauffer. France info a diffusé à la même heure le témoignage d’une habitante de la région Est ou la température a atteint -9°C. Elle a décrit les difficultés auxquelles elle était confrontée. Celles-ci ressemblaient à celles vécues par nos parents lorsque la France occupée était soumise aux restrictions et aux pénuries et de chauffage.

(1) cliquez ici

http://synthesenationale.hautetfort.com/

20/12/2016

Et ce n’est pas avec du "bio" qu’on nourrira la planète…

N’importe quel Media ferait l'affaire. N'importe lequel de ces cuistres que l'on appelle journaliste, ou expert ou spécialiste qu'on dit cuisinier ou restaurateur - quatre, cinq, dix étoiles -. À longueur de charabia, ils font référence à leur terroir, leurs condiments de proximité qu'ils affirment ne trouver nulle part ailleurs, leurs herbes sacrées, leurs chouchoutes ou leur panais extraordinaires... Qui font les savants avec les légumes de tradition, les viandes, les vins, bref tout ce qui pousse, grandit, fleurit dans les bocages, vergers, jardins de leur grand-mère... Ajoutez-y la basse cour d'à-côté, la pintade, la cane, le chapon authentiques, la bergerie ou l'étable dont ils connaissent le maître, celui qui porte béret et mâchouille une chique ou un mégot. Inscrits au Michelin et vantés par le Gault et Millau ou par le Fooding, nouveau guide de la mode alimentaire, voici les grands et respectables hôteliers qui, l'emphase technicienne et la pointe d'accent juste ce qu'il faut de morvandiau ou de gascon, débarquent tous les dimanches matins dans les débats radio-télévisés, brandissant la recette originale et facile à faire que vingt mille cuisinières familiales mettront ce matin là sur la table dominicale.

Depuis quelques mois les grands discours d'hier des Oliver, des Petitrenaud ou des Coffe évoquant surtout le terroir et les traditions, ont changé d'humeur, sont devenus ringards. Ce qui compte c'est la "proximité" et le "bio", le panier maraîcher qu'en langage écolo on nomme Amap, Association pour le maintien d'une Agriculture Paysanne. Écoutez Laurent Mariotte évoquer la pomme de terre bonnette de Noirmoutier ou François-Régis Gaudry, champion de la cuisine populaire de grand-mère. L'un et l'autre seraient bien incapables de faire pousser une carotte ou d'élever huit poules et un coq. Ils ont ces mots de "proximité" et de "bio" plein la bouche même quand le premier ne répugne pas à consacrer son émission à la cuisine tropicale et le second une heure durant invite une restauratrice d'Oran et la fait débiter des « recettes algériennes » qui depuis des décennies font le bonheur de tous les livres de la cuisine pied-noir. Terminant son numéro d'esbroufe par une ode aux vins d'Algérie - coteaux de Marnia ou de Mascara garantis ou élevés dans la région d'Ain Temouchent, future Napa Valley algérienne. En tout 20 000 hectares contre les 390 000 d'avant l'indépendance...

La parenthèse colonialiste refermée, reprenons le cours de notre démonstration. C'est une chose de parler d'une agriculture ayant vocation à nourrir entre 7,5 milliards et 10 milliards de tubes digestifs, alors que chaque année des centaines de millions de paysans fuient leurs campagnes et s'entassent dans des conurbations où ils consomment d'autant plus qu'ils ne produisent plus rien, et se faire plaisir à coups de grandes rêvasseries sur l'agriculture bio ou de proximité. Sur les micro-jardins conduits en permaculture, ce fantasme doucereux des bobos des centres-villes, ou sur les productions imaginaires des toits de Paris - 100 hectares que les hurluberlus de la planète Hidalgo prétendent transformer en hydroponique. Incapables de seulement comprendre que rien n'est plus détestablement contraire à une forme naturelle ou biologique d’agriculture que celle pratiquée dans des sacs de substrats artificiels à coups d'irrigation à base additifs chimiques : azote, phosphore, potassium. Auxquels sont incorporés toutes sortes de compléments de synthèse rendus nécessaires par la surproduction, par la culture sur culture, par l’absence de renouvellement sanitaire des lieux de production. Ce sont de telles inepties par lesquelles on mesure l'effarante stupidité des journalistes qui les colportent. L'agriculture est par elle-même une des activités humaines les plus complexes, voire périlleuses et aléatoires. Elle exige de ceux qui la pratiquent une expérience rare et bien souvent se transmet jalousement le génération en génération. À plus forte raison lorsqu'il s'agit de techniques extrêmement sophistiquées et d'expérimentation récente.

On peut apprendre dans les écoles et instituts agronomiques à devenir mécanicien ou électrotechnicien, ce que sont tous les agriculteurs de pointe auxquels on demande uniquement d'être virtuoses de l'électronique embarquée. Mais la plupart d'entre eux ne savent plus rien du climat, devenus aveugles dès que les jobards de Météo-France se mettent en grève. Ignorant tout de la faune et de la flore dès l'instant où leurs ordinateurs coincent. Lorsque 1 % de la population du monde est appelée à nourrir les 99 % restants, il faut être tête d'œuf de l'OMS ou de la FAO pour imaginer que la famine sera vaincue par l'agriculture "bio". L'affirmer c'est simplement montrer qu'on n'a jamais rien produit en dehors des serres de l’INRA (Directeur : Philippe Mauguin, Ingénieur agronome, Rhône-Poulenc, Ecole des Mines, ADEME, cabinets ministériels), des Laboratoires du CIRAD (Directeur : Michel Eddi, énarque dont la brillante carrière s'est limitée à la recherche publique) ou du CEMAGREF ( directeur : Jean Marc Boumigal, vétérinaire pendant 27 ans dans l'administration ou les cabinets ministériels). Aucun d'entre eux n'a la moindre formation et la moindre attirance vers l'agriculture de proximité, bio ou naturelle, pour ne rien dire encore de la biodynamie, le plus crédible et le plus sain en matière d'alimentation humaine. Aussi faut-il regarder les choses en face. On n'est pas prêt en France à nourrir à coup de "bio" les "Français" qui croissent de plus d'un million par an, les millions d'autres que la compassion débile nous promet et les 175 millions de touristes que nous attirons triomphalement chez nous chaque année. Il n'y a pas d'autre vérité que celle-ci.

Petrus AGRICOLA. Rivarol du 15 décembre 2016

Regard écologique sur le métissage (5/5)

Le mondialiste cosmopolite voit dans le métis l’Homme nouveau réalisant le monde parfait dirigé par une oligarchie.

Le métis, pivot de la mondialisation cosmopolite – Pourquoi cette politique du métissage envisagée comme une composante de la mondialisation cosmopolite ?

Alors qu’un écologue admet sans difficulté l’impératif écosystémique du métissage, il est obligé toutefois de s’interroger sur les politiques actuelles condamnant à terme les lignées souches faisant la richesse du genre humain. C’est une antienne dans le monde écologique que les écosystèmes aux indices de biodiversité les plus élevés sont les plus stables. Dans cette perspective, métisser les populations humaines reviendrait à réduire cette anthropodiversité, fragilisant ainsi l’Homme envisagé comme la somme de types raciaux différents.

Comprendre pourquoi le métissage est une des composantes organiques du mondialisme cosmopolite impose d’avoir une conception exacte de ce qui régit nos rapports sociaux aujourd’hui.

La première des réponses est qu’un monde nouveau impose un Homme nouveau ; donc du passé faisons table rase, et débarrassons-nous de ce que la nature et l’histoire ont façonné depuis des millénaires. L’écologue sait toutefois que les écosystèmes aux indices de diversité faible sont très fragiles, donc métisser les humains revient à engendrer un seul type, donc fragilisant la notion même d’Homme.

Une autre raison est que ce métissage est une manifestation du processus d’artificialisation de l’écosphère, car le métis n’a quasiment aucune chance de survie en milieu naturel ; et que sa survie dans des écosystèmes artificiels est à l’origine des crises écologiques et environnementales de notre temps.

De plus, une lecture un peu plus politique suscite l’hypothèse que ce métissage est nécessaire à une classe sociale dominante envisageant des quasi-congénères comme indispensables pour sa prospérité. En effet, la génétique des plantes montre que l’hybride est doté de caractéristiques singulièrement intéressantes, mais dont la contrepartie est qu’il est fragile et peu susceptible d’engendrer une descendance viable. En outre, l’hybride est docile.

Les métis humains sont en général pacifiques. De mon expérience, ce sont des personnes agréables à côtoyer et foncièrement gentilles. Ils sont aussi très performants en sport ou scolairement, mais l’esprit de domination leur est difficile, voire inconnu. Ainsi, le mouvement rasta, dont Bob Marley, un métis (1945-1981), fut l’icône, refusait la violence. Le bonnet coloré qu’ils arboraient était selon eux le moyen de contenir cette agressivité dont ils étaient convaincus avoir identifié le siège dans des cheveux à l’air libre.

Ainsi, en associant cette spécificité à une approche écologique ou sociale de nos écosystèmes artificiels, on subodore pourquoi nos « élites » aiment les métis. En effet, en regardant nos sociétés comme l’espace d’expression de dominants, ceux-ci ont besoin, pour se réaliser comme classe supérieure, de disposer à leur service pour la guerre ou le travail, d’une classe sociale instrumentalisée à cet effet.

Cette vision sociétale est directement issue de l’éthologie des mammifères sociaux. Ainsi, dans tous ces groupes comme les loups ou les zèbres, par exemple, l’organisation sociale est régie par des dominants ayant acquis leurs statuts précaires à la suite de luttes féroces. Chaque période de reproduction ou des évènements importants, comme la montée aux alpages chez nos bovins domestiques, créent l’occasion d’organiser le groupe. Les dominants, mâles ou femmes, auront alors accès à la reproduction. Mais ces dominants ne peuvent assumer toutes les tâches nécessaires à la conservation de leur vie et de leur statut. Aussi ont-ils besoin d’assistance pour les nourrir, les aider à lutter, à élever leur progéniture, etc. Dans les sociétés de canidés, ces éléments dominés sont castrés, mettant fin, ainsi, à leurs capacités reproductrices. Dans les sociétés d’hier, des pourcentages importants d’enfants étaient eux aussi castrés, physiquement, pour servir leurs maîtres. Ils fournissaient, entre autres, les castrats utilisés dans le chant et des eunuques pour la domesticité vivant dans la proximité des dominants. Bien évidemment ces derniers se méfient des individus-souches, car ayant conservé leurs instincts de chasseur-guerrier, c’est d’eux que viendrait la contestation de leur statut. Ceux-ci ont le défaut de se rebeller souvent et parfois de tuer leurs maîtres. Donc, méfiance. Des serviteurs dociles sont moins dangereux.

L’idéal est d’avoir à son service une classe sociale diligente, docile et, cerise sur le gâteau, très sensible aux effets de l’âge. Les métis réunissent toutes ces caractéristiques. Le coup de fouet de l’hybridation fournit des individus performants, dociles et fragiles se reproduisant mal en tant que tels et donc peu susceptibles d’engendrer un groupe social porteur d’une identité revendicatrice. En outre, fragiles par nature car inadaptés aux déterminismes écosystémiques dont ils sont étrangers, ceux-ci vivraient moins longtemps que les individus de souche dans leurs environnements naturels. Concrètement, pas de déficit des régimes de retraite à envisager ou de vieillards impotents. Mais l’anthropisation des écosystèmes, au prix de désordres écologiques, pérennise toutefois leur existence.

Ainsi, le métis s’accorde avec une vision très hiérarchisée de nos sociétés dans la mesure où cela crée une nouvelle catégorie d’individus dont l’existence dépend largement de sa soumission à une oligarchie, au même titre que les différentes minorités instrumentalisées, qu’elles soient sexuelles ou raciales. Le but est de dominer un peuple souche inscrit dans son territoire, n’ayant pas encore saisi la nature des dominations qu’il subit et dont il pourrait chercher à s’émanciper.

L’itinéraire de Dieudonné M’bala M’bala est à ce titre exemplaire. Fruit de l’union d’un Africain noir et d’une Européenne blanche, il fut comme Barack Obama instrumentalisé par une oligarchie et, à ce titre, ne cessa dans ses premières années publiques de se foutre de la gueule des souchiens. Beaucoup d’entre eux gardent de lui ce souvenir. Puis, perspicace, il comprit à quoi il servait. D’où son retournement depuis une dizaine d’années et la mise en service de son énorme talent à une vision sociétale assez floue, mais très contestataire.

Et pour aller plus loin…

On pourrait aller plus loin sur ce thème. Mais retenons qu’un développement plus poussé de cette question obligerait à faire appel à d’autres éléments issus de l’écologie, de l’éthologie, de la génétique, de l’histoire, etc. Ces approches sont en ce moment inaccessibles aux médias dominants, qu’ils soient populaires ou spécialisés, et ne se transmettent qu’oralement dans des conversations discrètes ; comme au temps des druides…

En outre, parler de métis, c’est parler de gens avec qui nous sommes allés à l’école, avec qui nous avons fait du sport et souvent bien rigolé ensemble. Nous parlons de personnes avec qui nous vivons, pas de bactéries ou de neutrons. Mais tant le philosophe que le scientifique ont comme mission d’apporter des éclairages à leurs contemporains en s’affranchissant de l’esprit du temps.

Enfin, cette contribution n’est pas sourcée. L’auteur prie donc le lecteur d’en comprendre les raisons. Après avoir passé près de quinze années sous statut universitaire, donc habitué à sourcer ses assertions, il n’a plus le temps de faire ce travail de bénédictin. Cependant, ce qui est évoqué dans ces lignes a été lu, entendu ou observé.

Pour le moment, je dois donc me contenter de proposer des textes inachevés, à mon grand regret. Les idées essentielles y figurent toutefois.

Cette contribution dans un esprit polémique a donc pour vocation d’aborder un sujet sensible ignoré des médias dominants, sauf à se soumettre à la doxa. Aussi, l’ambition de ces quelques lignes est simplement de participer à la formalisation d’une problématique encore mal sériée.

Frédéric Villaret 6/12/2016

http://www.polemia.com/regard-ecologique-sur-le-metissage...