Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2017

Le Journal du chaos de cette semaine

2504290287.jpg

Le Journal du chaos cliquez ici

21/01/2017

La reprise 2017 A qui le tour? - Meta TV 3/3

La reprise 2017 A qui le tour? - Meta TV 2/3

Ignace commente l'actualité

260559013.jpg

Avez-vous lu l'album d'Ignace ?

Pour le commander, c'est simple : cliquez ici

ignace 6.jpg

12:20 Écrit par pat dans actualité, divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

La reprise 2017 A qui le tour? - Meta TV 1/3

19/01/2017

Fuir la visibilité. Tourner l'anonymat en position offensive

Dans une manifestation, une syndicaliste arrache le masque d'un anonyme, qui vient de casser une vitrine : "Assume ce que tu fais, plutôt que de te cacher". Etre visible, c'est être à découvert, c'est-à-dire avant tout vulnérable. Quand les gauchistes de tous pays ne cessent de "visibiliser" leur cause - qui celle des clochards, qui celle des femmes, qui celle des sans-papiers - dans l'espoir qu'elle soit prise en charge, ils font l'exact contraire de ce qu'il faudrait faire. Non pas se rendre visible, mais tourner à notre avantage l'anonymat où nous avons été relégués et, par la conspiration, l'action nocturne ou cagoulée, en faire une inattaquable position d'attaque. L'incendie de novembre 2005 en offre le modèle. Pas de leader, pas de revendication, pas d'organisation, mais des paroles, des gestes, des complicités. N'être socialement rien n'est pas une condition humiliante, la source d'un tragique manque de reconnaissance - être reconnu : par qui ? -, mais au contraire la condition d'une liberté d'action maximale. Ne pas signer ses méfaits, n'afficher que des sigles fantoches - on se souvient encore de l'éphémère BAFT (Brigade Anti-Flic des Tarterêts) - est une façon de préserver cette liberté. De toute évidence, constituer un sujet "banlieue" qui serait l'auteur des "émeutes de novembre 2005" aura été l'une des premières manœuvres défensives du régime. Voir la gueule de ceux qui sont quelqu'un dans cette société peut aider à comprendre la joie de n'y être personne. 
     La visibilité est à fuir. Mais une force qui s'agrège dans l'ombre ne peut l'esquiver à jamais. Il s'agit de repousser notre apparition en tant que force jusqu'au moment opportun. Car plus tard la visibilité nous trouve, plus forts elle nous trouve. Et une fois entré dans la visibilité, notre temps est compté. Soit nous sommes en état de pulvériser son règne à brève échéance, soit c'est lui qui sans tarder nous écrase.
comité invisible, L'insurrection qui vient

14:34 Écrit par pat dans actualité, divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Perles de Culture n°105

18/01/2017

Politique et Eco N°118 avec Georges Clément, président du Comité Trump France

Zoom : L'armée au coeur / reportage sur l'armement

17/01/2017

Donald et « le Bon Dieu » ...

Ne sont pas - encore - prises en compte ici les déclarations révolutionnaires de Donald Trump, le weekend dernier, sur le Brexit, la politique catastrophique d'Angela Merkel en matière de migrants, de surcroit les responsabilités économiques de l'Allemagne dans l'échec prévisible de l'Union Européenne, sur l'OTAN, obsolète et trop coûteux ... Etc.  

Avez-vous écouté la première Conférence de presse du « président élu » ? Si oui, vous l'avez entendu, si non, on vous le dit ici : au cours de cette longue mais jamais ennuyeuse prestation, celui qui n'est pas encore Président des Etats-Unis a évoqué deux fois Dieu. Et, lors de son installation officielle à la Maison Blanche, le 2O janvier prochain (date de la prise de fonction effective du Président des USA depuis 1937) il lancera son premier - et surement pas dernier - « God bless America » officiel, « Que Dieu bénisse l'Amérique... ». Rituel immuable...

En 2009, lorsque Barack Obama fut élu, il appela également la bénédiction de Dieu sur lui-même et sur l'Amérique. Il se trouva que, à Moscou, au même moment (le premier février 2009 pour être précis, soit douze jours plus tard), le nouveau Patriarche Kyrill était intronisé. Et, pour l'occasion, Poutine et Medvedev côte à côte, avec leurs épouses et l'ensemble du gouvernement, se signèrent respectueusement, et prièrent eux aussi, à l'unisson de l'assemblée.

A l'époque, nous n'avions pas manqué de relever ces deux faits, et d'opposer l'orgueilleuse nouvelle religion républicaine de notre Système - avec son laïcisme agressif déguisé en laïcité, qui interdit de parler de Dieu, se prenant lui-même pour Dieu - à ce qui se fait partout, dans le monde. Notre quotidien n'avait que deux ans (il fut fondé en 2007, le 28 février), il en aura dix dans un peu plus d'un mois. On pourra lire la courte note que nous avions consacrée à l'évènement : y-a-t-il quelque chose à changer ? A ajouter ? 

Note à lire dans Lafautearousseau ...

Il y a ceux qui se reconnaissent une autorité supérieure, et il y a l'orgueilleuse « République française » ...

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

8e cérémonie des Bobards d’Or 2017 – Médias de propagande vs Réinfosphère

Source : Polemia – « Les Bobards d’Or – 2017 »

L’année qui vient de s’écouler a été mouvementée pour l’oligarchie médiatique ! Afin de récompenser les efforts de désinformation des journalistes de propagande les plus consciencieux, la Fondation Polémia est heureuse de vous convier à la cérémonie des Bobards d’Or. La prochaine édition se tiendra le 6 février à 19h30 au Théâtre du Gymnase Marie Bell. Inscrivez-vous en ligne dès maintenant à ce rendez-vous incontournable de la réinformation !

« Décodeurs », plateformes anti « fake news » (informations faussées) : face aux outils de propagande des médias subventionnés, la Réinfosphère vous informe sur les mensonges de ces journalistes qui trompent ! Car les médias de propagande se trompent et nous trompent sur tout : sur l’échec du oui au Brexit, sur la victoire de Clinton, sur celle de Juppé, sur l’annonce de la candidature probable d’Hollande. Seule la Réinfosphère permet aux citoyens de recevoir une information plurielle.

Les victoires sont au rendez-vous : mobilisation des réseaux sociaux contre l’intervention du chanteur de rap Black M à Verdun ; déroute d’Ali Juppé aux primaires de la droite, suite aux révélations insistantes sur ses liens avec l’imam de Bordeaux, proche des Frères musulmans et de l’UOIF ; défaite d’Hillary Clinton aux présidentielles américaines sous les regards médusés des journalistes des plateaux télé…

Afin de couronner au mieux les serviteurs de la bien-pensance médiatique, les Bobards d’Or ont désigné un jury de choix. Gabrielle Cluzel, Charlotte d’Ornellas, Vivien Hoch, Benjamin Dormann, Yann Vallerie, Martial Bild : de nombreux réinformateurs de talent présenteront les meilleurs professeurs de bobards de cette édition !

Avec dix candidats en lice – dont six sélectionnés par les internautes (ouverture des votes en ligne le dimanche 22 janvier à 18h00), le public présent le 6 février désignera parmi eux le bobard d’or, le bobard d’argent et le bobard de bronze.

Rendez-vous le 6 février à 19h30, Théâtre du Gymnase Marie Bell, 38 boulevard de Bonne Nouvelle, Paris Xe !

Pour s’inscrire : https://www.weezevent.com/les-bobards-d-or

Terres de Mission n°15

15/01/2017

Quand Plonplon a fumé trop de cannabis : aïe aïe aïe !

Désormais, la hiérarchie de l'information échappe en grande partie aux médias officiels

Ingrid Riocreux déclare au Figarovox :

"Les réseaux sociaux sont des relais très puissants. En ce sens, on peut dire que désormais, la hiérarchie de l'information échappe en grande partie aux médias officiels. Une information jugée mineure par les journalistes peut prendre une ampleur énorme par le biais des réseaux sociaux. Le problème évidemment, c'est que des informations fausses prennent également une ampleur énorme de cette manière. Mais ce qui est intéressant, c'est que la fameuse, disons, la prétendue «éthique de la responsabilité» des journalistes est totalement à revoir.

Souvenez-vous des agressions de Cologne. Toute tentative d'étouffer des faits avérés est contre-productive. Les faits en question finissent par être connus parce que les réseaux sociaux propagent les images et les témoignages. Et les médias faisant autorité apparaissent comme des manipulateurs ayant voulu cacher la vérité. Par contrecoup, les médias alternatifs gagnent en crédibilité: ils apparaissent comme ceux qui disent ce que les autres nous cachent. Il faut compléter ce commentaire en remarquant un phénomène corollaire, très compréhensible, sorte de réflexe de défense des grands médias face à la concurrence de la toile: je veux parler de la propension des médias à nous mettre en garde contre ce qui circule sur les réseaux sociaux, et je pense notamment aux épisodes d'attentats. Cet appel à la prudence est légitime, mais ces mêmes médias ne semblent pas se l'appliquer à eux-mêmes. La volonté obsessionnelle d'être le premier à divulguer telle ou telle information les conduit à relayer toutes les rumeurs, en se protégeant derrière l'emploi du conditionnel, ce qui est un peu facile! Sans compter les erreurs liées à la précipitation. [...]

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

14/01/2017

Bistro Libertés avec Alexandre Del Valle

13/01/2017

Journal du vendredi 13 janvier 2017 - Société / La vignette Crit’air débarque

Poutine est il un dictateur? (Yvan Blot)

11/01/2017

L'Aristoloche fête les rois

1919854056.jpg

Lire ce nouveau n° cliquez ici

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Qui dirige le monde ?

10/01/2017

Trolls et Social Justice Warrior - Orages d'acier - 08/01/2017

08/01/2017

Discours de Marine Le Pen à la convention sur l’entrepreneuriat et l’innovation.

La conduite du changement dans l'ingénierie sociale

La résistance au changement, tel est le problème principal à surmonter en ingénierie sociale. La question qui se pose toujours au praticien est "Comment provoquer le moins de résistance à mon travail de reconfiguration, comment faire en sorte que les chocs infligés ne provoquent pas une réaction de rejet ?" Donc comment faire accepter le changement, et si possible comment le faire désirer, comment faire adhérer aux chocs et au reformatage qui s'en suit ? Comment faire aimer l'instabilité, le mouvement, la précarité, le "bougisme" ? Bref, comment inoculer le syndrome de Stockholm à des populations entières ? Un prélude consiste à préparer les esprits en faisant la promotion dans l'espace public de mots-clés tels que nomadisme, dématérialisation, déterritorialisation, mobilité, flexibilité, rupture, réformes, etc. Mais ce n'est nullement suffisant. Dans tous les cas, l'attaque directe, dont la visibilité provoque un cabrage réactif contre-productif, doit être abandonnée au profit d'une tactique indirecte, dite de contournement dans le vocabulaire militaire (Sun-Tzu, Liddell Hart).
     En termes de management et de sociologie des organisations, cette stratégie du choc indirect est appelée "conduite du changement", ou "management dirigé". Le numéro 645 de l'hebdomadaire Charlie Hebdo rapporte ces propos de Renaud Dutreil, à l'époque ministre de la Fonction publique, tenus le 20 octobre 2004 dans le cadre d'un déjeuner-débat de la Fondation Concorde sur le thème "Comment insuffler le changement ?" : "Comme tous les hommes politiques de droite, j'étais impressionné par l'adversaire. Mais je pense que nous surestimions considérablement cette force de résistance. Ce qui compte en France, c'est la psychologie, débloquer tous ces verrous psychologiques (...). Le problème que nous avons en France, c'est que les gens sont contents des services publics. L'hôpital fonctionne bien, l'école fonctionne bien, la police fonctionne bien. Alors il faut tenir un discours, expliquer que nous sommes à deux doigts d'une crise majeure, c'est ce que fait très bien Michel Camdessus, mais sans paniquer les gens, car à ce moment-là, il se recroquevillent comme des tortues (...)" La méthode illustrée par ce propos résume à elle seule l'esprit de l'ingénierie sociale - faire changer un groupe alors qu'il n'en éprouve pas le besoin puisque, globalement, ça marche pour lui - et la méthode proprement dite : le dysfonctionnement intentionnel de ce qui marche bien mais que l'on ne contrôle pas pour le remplacer par quelque chose que l'on contrôle ; en l'occurrence, la destruction des services publics qui marchent bien mais qui échappent à la spéculation et au marché pour les remplacer par des services privatisés et sur fonds spéculatifs.
     Pour ne parler que de la France, ce pays est, depuis la prise de pouvoir du gouvernement Sarkozy, l'objet d'une destruction totale, méthodique et méticuleuse, tant de ses structures sociales que politiques et culturelles, destruction accompagnée d'un gros travail de fabrique du consentement de sa population à une dégradation sans précédent de ses conditions de vie afin de les aligner sur celles de la mondialisation libérale. Par le passé, une destruction d'une telle ampleur, à l'échelle d'une nation, nécessitait un coup d'Etat ou une invasion militaire. Ses responsables étaient accusés de crime de haute trahison et d'intelligence avec l'ennemi. (Ce que l'exécutif semble effectivement craindre, une révision de février 2007 du statut pénal du chef de l'Etat ayant abandonné l'expression haute trahison pour celle de manquements à ses devoirs manifestement incompatibles avec l'exercice de son mandat.) De nos jours, une conduite du changement bien menée réalise la même chose qu'un putsch ou qu'une guerre mais sans coup férir, par petites touches progressives et graduelles, en segmentant et individualisant la population impactée, de sorte que la perception d'ensemble du projet soit brouillée et que la réaction soit rendue plus difficile. Ainsi, Denis Kessler, ancien vice-président du MEDEF écrivait dans le magazine Challenges en octobre 2007 : "Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. Un compromis entre gaullistes et communistes. Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s'y emploie. Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d'importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme... A y regarder de plus près, on constate qu'il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C'est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s'agit aujourd'hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance !"
     D'autres appellations peuvent encore qualifier cette méthode : stratégie de tension, pompier pyromane, ordre à partir du chaos, destruction créatrice, "dissoudre et coaguler", ou encore la trilogie du problème-réaction-solution. Kurt Lewin et Thomas Moriarty, deux fondateurs de la psychologie sociale, ont théorisé cette méthode en trois temps dans l'articulation entre ce qu'ils ont appelé "effet de gel" et "fluidification". L'effet de gel qualifie la tendance spontanée de l'être humain à ne pas changer ses habitudes et ses structures internes de fonctionnement, à entretenir son "habitus" dirait Bourdieu, tendance qui se trouve au fondement de toute culture et de toute tradition comme ensemble d'habitudes ordonnées propres à un groupe et transmises à l'identique entre générations. La fluidification désigne l'action extérieure au groupe consistant à jeter le trouble dans sa culture et ses traditions, créer des tensions dans le but de déstructurer ses habitudes de fonctionnement et de disloquer ce groupe à plus ou moins brève échéance. Affaibli et vulnérable, ses défenses immunitaires entamées et son niveau de souveraineté abaissé, le groupe peut alors être reconstruit sur la base de nouvelles normes importées, qui implantent un type de régulation exogène permettant d'en prendre le contrôle de l'extérieur.
     La célèbre phrase de Jean Monnet, un des pères fondateurs de l'Union européenne, "Les hommes n'acceptent le changement que dans la nécessité et ils ne voient la nécessité que dans la crise", pourrait servir de maxime à tous les ingénieurs sociaux. Une conduite du changement bien menée consiste ainsi en trois étapes : fluidifier les structures "gelées" du groupe par l'injection de facteurs de troubles et d'éléments perturbateurs aboutissant à une crise - c'est l'étape 1 de la création du problème, la destruction intentionnelle ou "démolition contrôlée" ; cette déstabilisation provoque inévitablement une réaction de désarroi dans le groupe - c'est l'étape 2, dont la difficulté consiste à doser avec précaution les troubles provoqués, une panique totale risquant de faire échapper le système au contrôle de l'expérimentateur ; enfin, l'étape 3, on apporte une solution de re-stabilisation au groupe, solution hétéronome que le groupe accueillera avec enthousiasme pour calmer son angoisse, sans se rendre compte que, ce faisant, il s'est livré à une ingérence extérieure
Gouverner par le chaos

10:48 Écrit par pat dans actualité, divers, social | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

07/01/2017

Itinéraire d’un gauchiste repenti : Charles Robin s’explique

La grande santé intellectuelle de Charles Robin,  « gauchiste » repenti

itineraire-gauchiste-219x300.jpgDepuis quelques années, Charles Robin est connu pour travailler sur un sujet qui lui vaut quelques ennemis. Il s’agit de l’analyse philosophique du libéralisme. Il étudie le libéralisme en philosophe, ce qui n’est pas la même chose que d’étudier la philosophie libérale (qui a beaucoup évolué du reste).

Victor Hugo distinguait, sous la Restauration, un « libéralisme destructeur » et un « libéralisme conservateur ». Toute l’analyse de Charles Robin consiste à expliquer que le libéralisme ne peut être que destructeur s’agissant des liens sociaux non marchands. Le libéralisme ne peut pas être conservateur de ce qu’il y a de bon à conserver, comme les mœurs de dons et de contre dons des sociétés traditionnelles. Les conservateurs d’une certaine socialité décente et populaire ne peuvent donc pas être libéraux. Et cet écart critique au libéralisme ne peut être que global, à savoir qu’il s’agit de s’opposer au libéralisme économique mais aussi au libéralisme politique (en tant qu’il organise l’impuissance du politique) et sociétal (dont le fruit est le libéralisme libertaire).

Cette analyse de Charles Robin se situe dans la lignée de Jean-Claude Michéa et de Michel Clouscard – qui n’avait toutefois pas toute la rigueur du premier. Alain Soral a popularisé ces thèmes lui aussi sur Egalité et réconciliation. Plutôt que de discuter sur le fond des argumentations solides, étayées de références de Charles Robin, « on » a préféré l’isoler, le « discriminer » (sic) sur la base de ceux qui aiment à le lire, à le citer, à mettre en ligne ses conférences. Discrimination ? C’est le mot moderne pour éviter de parler d’injustice. Car il est injuste de mettre sur la touche Charles Robin parce qu’il ne pense pas dans les clous. Mais aussi parce que ses idées sont reprises par des sites numériques ou des maisons d’éditions dites « confusionnistes » (sic) voire « conspirationnistes ».

De fait, Charles Robin n’est « pas clair » au regard du système. Cela veut tout simplement dire qu’il n’est pas aligné et qu’il pense ce qu’il écrit en écrivant ce qu’il pense. Où irait-on si tout le monde faisait comme lui ? Il était temps d’y mettre le holà. Les gardiens du politiquement correct s’y sont attelés. Comme quoi le système existe bien et « fonctionne ». Il persiste dans son être. Il persévère dans son conatus, pour employer un langage familier à Charles Robin.

Qu’est-ce que  »on » ne pardonne pas à Charles Robin ? C’est que, puisqu’il pense vraiment que la gauche internationaliste est devenue la même chose que la droite mondialiste, le dit et refuse de se dire encore de gauche ou d’extrême gauche. Pour autant, il n’a pas rallié une quelconque droite extrême. Il fréquente les non-alignés, les journalistes indépendants. On peut présumer que dialoguer avec des collaborateurs d’Eléments ne veut pas dire être en accord avec toutes les lignes parues dans cette revue, mais c’est un fait que les revues ouvertes à la liberté d’expression se font rares. Elles sont d’autant plus précieuses.

Il faut donc lire et écouter Charles Robin là où on peut le faire et, pour l’instant, force est de constater que ce n’est pas sur le site de la fondation Jean Jaurès (fondation proche du P.S). Il faut travailler les écrits de Charles Robin, les lire crayon en main. La matière de son dernier livre est riche. Les textes Etre cause de soi et Sagesse anarchiste, qui se réfère subtilement à Platon avec une lecture inattendue, sont particulièrement passionnants. Décidément, dans un monde formaté par le Capital, il faut être attentif aux marges de l’esprit.

* Charles Robin, Itinéraire d’un gauchiste repenti. Pour un anticapitalisme intégral, Krisis, 200 pages, 18 €

Pierre Le Vigan

http://www.voxnr.com/7546/itineraire-dun-gauchiste-repent...

Zoom - Hervé Juvin : "Une vraie révolution : le gouvernement du désir !"

06/01/2017

Livre Libre : G. Collard / Daniel Blanchard Pollett : Pour le retour du bon sens

2016 : Echecs au Nouvel Ordre Mondial ! 2017 : Espoirs et espérance

De Jean-Pierre Maugendre, président de Renaissance catholique :

6a00d83451619c69e201bb09669fb3970d-200wi.png"Rien, jamais n'est écrit !

2016 devait être une année comme les autres. Une nouvelle étape vers une humanité, hédoniste et matérialiste, enfin apaisée et prospère car libérée de tous les déterminismes et toutes les superstitions. Il était une fois pour toutes acquis que les nations devaient disparaître et toutes les religions contribuer à l'animation spirituelle de la démocratie universelle.

Des ratés imprévus.

Mais la machine à nier l'identité des peuples a connu des défaillances. Le trublion Donald Trump a été élu président des États-Unis d'Amérique contre l'ensemble de la classe politico médiatique. Si avec lui le meilleur reste possible, avec Hillary Clinton le pire était certain !

Les Britanniques ont fait le choix de sortir de l'Union Européenne et, incroyable, le nouveau gouvernement de Thérésa May s'est engagé à respecter la volonté populaire. Alors que comme un vulgaire Sarkozy à propos de la Constitution européenne, elle aurait pu faire approuver par les Chambres ce que le peuple avait rejeté.

La Russie, la Hongrie, la Pologne renouent publiquement avec les racines chrétiennes de leur histoire. Le 19 novembre, dans un grand concours de peuple, les évêques de Pologne, le Président de la République, le Premier ministre, les présidents de la Diète et du Sénat ont solennellement reconnu le Christ comme « Roi et seigneur de la Pologne ». Le 21 octobre c'est le Dr Pedro Pablo Kuczynski, Président de la République du Pérou qui avait consacré son pays au Sacré-Cœur de Jésus par le Cœur Immaculé de Marie.

La reprise d'Alep par l'armée syrienne est une victoire contre l'État Islamique. C'est un motif d'espérance pour les chrétiens de Syrie chassés de leurs terres ancestrales, dans le silence assourdissant des autorités morales auto proclamées.

En France un certain nombre des principaux responsables de notre situation actuelle ont été virés manu populi (Alain Juppé, Nicolas Sarkozy) ou n'ont même pas eu le courage, ou l'inconscience, de défendre leur bilan, devant le peuple français (François Hollande). L'élection, nette, de François Fillon comme candidat des Républicains à la prochaine élection présidentielle repose sur une ambiguïté dont on ignore quand elle sera levée. C'est le notable provincial, conservateur, catholique affirmé et pourfendeur de l'Islam qui a été plébiscité. Il n'est pas certain que la réalité soit à la hauteur des attentes.

Le combat continue

Le système dévoile sa vraie nature, totalitaire. Il faut arrêter de dire que le peuple a toujours raison mugit le gros rouquin soixante-huitard, à ce jour plutôt grisonnant. Plus pédagogue Martin Schulz, Président du Parlement européen, rappelle : Les Anglais ont violé les règles. Ce n'est pas la philosophie de l'Union Européenne que la populace décide de son destin.

La rentrée littéraire de l'automne a été dominée par des intellectuels qui remettent en cause la doxa droit de l'hommiste et multiculturaliste (P. de Villiers, P. Buisson, E. Zemmour, etc.) Les médias restent très massivement dominés par des idéologues cosmopolites mais une pensée enracinée et respectueuse de la réalité émerge et parvient à se faire, un peu, entendre. Malheureusement force est de constater que ce courant de pensée, qu'il est d'usage de qualifier de « droite hors les murs », n'a pas, à ce jour trouvé d'expression politique, le Front national ne souhaitant plus mettre en avant les enjeux de civilisation qui firent longtemps son originalité et expliquaient l'ostracisme dont il était l'objet.

Tout au long de l'année 2016 les attentats terroristes, qu'il est peu correct de qualifier d'islamistes, se sont multipliés. A Paris, Nice, Bruxelles, Berlin, etc. A Rouen un prêtre a été égorgé alors qu'il offrait le saint sacrifice de la messe. D'autres attentats suivront. C'est une certitude. Les pays occidentaux mènent, contre le terrorisme islamiste, un combat de boxe les yeux bandés et un poing attaché dans le dos. Quasiment aucune mosquée salafiste n'a été fermée, les immigrés clandestins ne sont presque jamais reconduits à la frontière, François Hollande passe plus de temps avec les journalistes qu'avec ses généraux, aucune aide sociale n'a été supprimée aux terroristes identifiés ni à leurs familles, les zones de non droit, dont la célèbre ZAD de Notre-Dame des Landes, se multiplient dans la plus totale impunité, etc. Notre avenir semble être celui de la partition de notre territoire national, pas nécessairement dans la joie et la bonne humeur.

Le 8 mars 1918 Georges Clémenceau, déclarait à l'Assemblée Nationale pour expliquer sa politique : Je fais la guerre. Je fais toujours la guerre. Et il la mena de manière impitoyable, jusqu'à la victoire. Le père Bruckberger (o.p.) rapporte dans ses mémoires, Tu finiras sur l'échafaud, que son père, sujet autrichien habitant en France avait passé les quatre années de la guerre en camp d'internement, son épouse se retrouvant seule avec à charge cinq enfants et aucune allocation d'aucune sorte. Clémenceau faisait la guerre !

Il n'y a jamais de fatalité, il n'y a que des renoncements.

La sainte Église de Dieu vit une période de grande confusion. L'exhortation apostolique post synodale Amoris Laetitia qui autorise, sous certaines conditions, l'accès des divorcés remariés à la sainte communion a suscité les réactions de plusieurs cardinaux faisant part de leurs interrogations –dubia- au successeur de Pierre. Un fait est désormais acquis et incontestable : le pape François a divisé l'Église. La prédiction de La Salette se réalise sous nos yeux : Il y aura cardinal contre cardinal, évêque contre évêque.

Nos raisons d'espérer

Ce qui est nouveau, et encourageant, c'est que face à l'auto démolition de l'Église des cardinaux se sont levés. Le temps de l'enfouissement est révolu du moins pour certains laïcs et clercs. La Manif Pour Tous continue de rassembler dans la rue des foules immenses de Français, au moins sociologiquement catholiques. Signe inquiétant pour les intellectuels de gauche, l'épiscopat se rue à leur secours dans un texte, porté aux nues par Le Monde et Libération, d'une terrifiante médiocrité humaine, intellectuelle et spirituelle : Dans un monde qui change retrouver le sens du politique. Croît chaque jour le nombre de ceux qu'interroge le constat de Michel De Jaeghere (p 350) dans son passionnant ouv rage La compagnie des ombres : « Nous sommes chez nous ! » scandent parfois des Français désespérés, dépossédés de leurs quartiers, de leur sécurité, de leurs coutumes. Mais pour être « chez nous » et prétendre en demeurer maîtres encore faudrait-il être « nous ». Former plus qu'un syndicat de locataires. Être liés par une communauté de foi, d'espérance ou de culture, par ce « souvenir de grandes choses faites ensemble », sans quoi ne peut apparaître la volonté d'en accomplir de nouvelles. Là est le véritable enjeu des polémiques sur l'installation de crèches dans des lieux publics.

La montée en puissance de l'Islam radical rappelle l'erreur matérialiste faite sur la nature humaine et consistant à croire que : les biens matériels auraient raison de cette aspiration qui pour le meilleur ou le pire, n'a cessé de pousser l'homme à se donner à plus grand que lui (op. cit. p 355).

Une internationale civilisationnelle commence à prendre forme. Elle est d'abord mue par la pietas, qui est la reconnaissance que chacun d'entre nous est un « débiteur insolvable » à l'égard de ses Anciens. Elle est le seul remède contre l'anarchie consumériste et le chaos social. C'est cette quête identitaire du peuple français, à la recherche de ses racines, qu'il nous revient d'accompagner dans les années qui viennent. Nous le ferons car l'année 2016 nous a démontré que l'espoir est la seule chose plus forte que la peur et la résignation. De plus dans la lumière de Fatima nous avons l'espérance qu'à la fin le Cœur Immaculé de Marie triomphera et que nous ne saurions imaginer que le triomphe de Notre-Dame se fasse sans la nation que le pape Urbain II au XIe siècle qualifia ainsi : Regnum Galliae, Regnum Mariae. Le Royaume de France qui est le Royaume de Marie."

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

03/01/2017

ZOOM : Aimeric Bordot, chansonnier dissident

02/01/2017

David Desgouilles : « En 2017, le risque le plus grave est de voir encore un président élu par défaut »

ENTRETIEN - David Desgouilles fait le bilan de l'année politique 2016 pour FigaroVox [30.12] et dresse les perspectives de l'année 2017.

Quel bilan tirez-vous de l'année politique ? Si vous deviez retenir trois évènements marquants ?

Sur le plan international, le Brexit et l'élection de Trump figurent comme les deux événements les plus marquants, sachant qu'ils ont forcément des interactions avec notre vie politique nationale. Sur le plan national, toute l'année a été jalonnée par la primaire de droite. La victoire de François Fillon figure donc parmi les évènements marquants. Il ne faut surtout pas omettre les attentats de cet été, à Nice et Saint-Etienne de Rouvray. Enfin, le renoncement de François Hollande puisque c'est la première fois qu'un président de la Ve République n'était pas candidat à un second mandat (si on excepte évidemment Georges Pompidou qui n'en a pas eu la possibilité).

Selon un récent sondage, Macron serait l'homme politique de l'année. Que cela vous inspire-t-il ?

Emmanuel Macron aurait en tout cas tort de se laisser griser par ce palmarès. Les hommes politiques de l'année précédant celle du scrutin présidentiel confirment rarement les espoirs portés en eux. L'an dernier, c'était qui déjà ? Alain Juppé ? Edouard Balladur, Lionel Jospin, Dominique de Villepin et d'autres encore figuraient sans doute en tête de ce type de sondage.

Cela dit, j'aurais grand tort de considérer qu'Emmanuel Macron n'a pas marqué 2016. Il a créé son mouvement politique, a démissionné puis s'est porté candidat, les sondages le créditant aujourd'hui d'un score à deux chiffres. Sans être béat d'admiration, on peut au minimum accorder de l'intérêt à cette trajectoire, pour un homme encore complètement inconnu en août 2014.

Qui sont les autres vainqueurs ? Les perdants ?

François Fillon constitue évidemment l'un des vainqueurs, puisqu'il a créé la surprise en mettant à la retraite deux figures marquantes de la droite française des trente dernières années, Nicolas Sarkozy et Alain Juppé. J'ajouterai deux personnalités : Jean-Luc Mélenchon qui a lancé une candidature dans l'esprit des institutions de la Ve, dédaignant le jeu des partis, et qui s'en trouve finalement récompensé et beaucoup plus libre de ses mouvements. Marine Le Pen figure aussi dans le camp des gagnants de 2016. En cette fin d'année, on observe qu'elle a encore progressé en popularité tout en adoptant une stratégie de distance médiatique. Mais il faudra que tout le monde tire dans le même sens qu'elle dans son parti dans la campagne et cela n'a pas l'air d'être gagné.

Côtés perdants, Sarkozy, Juppé et Hollande évidemment. Nous pouvons ajouter à ceux-là Bruno Le Maire qui, l'an dernier, figurait parmi les espoirs de 2016. Il n'a pas su les confirmer.

2016 a vu deux anciens présidents de la République disparaître définitivement de la scène politique. S'agit-il d'une année de rupture historique ?

Nicolas Sarkozy souhaitait réussir là où Valéry Giscard d'Estaing avait échoué : redevenir président après  avoir été battu. Tous les deux sont passés par la case « président de parti », l'un en 1988 à la tête de l'UDF, l'autre en 2014 à celle de l'UMP. Nicolas Sarkozy n'a pas su écouter ceux qui lui disaient que redevenir un chef de parti après avoir été président était rédhibitoire. Cette mise en garde a éclaté lors des débats télévisés de la primaire où on voyait un ancien Chef d'Etat contredit et peu respecté par ses anciens ministres. Le seul chemin, même s'il était aussi très escarpé, était de s'affranchir des contingences partisanes et d'être candidat en homme libre. Il n'a pas voulu de cette stratégie qui était pourtant le plan prévu en mai 2012, selon Laureline Dupont et Philippe Cohen, dans un livre publié il y a deux ans (C'était pas le plan, Fayard). Quant à François Hollande, c'est aussi parce qu'il n'était plus considéré comme un chef par son camp qu'il a été contraint à sa décision du 1er décembre. Mais c'est beaucoup plus grave car il est le président de la République en exercice. Pour autant, évoquer « une rupture historique » me paraîtrait galvaudé.

Au-delà des changements d'hommes, peut-on parler de rupture idéologique ?

La rupture idéologique est moins caractérisée à mon sens par le renvoi à la retraite de Sarkozy et Hollande que par les soubresauts voire les mutations sur le plan international. La guerre contre le djihadisme, l'Union européenne qui agonise, le rôle de Vladimir Poutine ont bien davantage d'influence sur les ruptures qui pourraient bientôt intervenir dans notre pays.

Justement, sur le plan international, l'année a été marquée par le Brexit, l'élection de Donald Trump et l'échec du référendum de Matteo Renzi en Italie. Doit-on s'attendre à de pareils bouleversements en France ?

Serai-je original en répondant qu'il ne faut rien écarter ? L'euroscepticisme marque autant notre pays que l'Italie qui a sanctionné Renzi et le Royaume-Uni qui a voté le Brexit. La question est de savoir s'il trouvera sa traduction politique et si les Français jugeront celle-ci crédible. Il en va de même pour François Fillon dont l'élection due à sa posture conservatrice pourrait entrer en contradiction avec un programme économique dont les tenants et aboutissants sont loin de susciter une large adhésion dans le pays. Il aura à surmonter deux contradictions : celle, magnifiquement incarnée par la sentence de Russel Jacoby, « d’une droite qui vénère le Marché, mais qui en maudit la culture qu'elle engendre » ; et celle portée en germe par la primaire : 4 millions de participants alors que plus de 36 millions se rendront aux urnes. Et face à lui, on a du mal à percevoir quelqu'un capable d'être élu avec une large adhésion à son projet. Le risque à la fois le plus important et le plus grave que nous risquons de vivre en mai 2017, c'est encore un Président élu par défaut, dans un monde très dangereux.  

90668428.jpgDavid Desgouilles est membre de la rédaction de Causeur. Il a publié Le bruit de la douche, une uchronie qui imagine le destin de DSK sans l'affaire du Sofitel (éd. Michalon, juin 2015). Son prochain roman de politique-fiction, Dérapage, paraît le 11 janvier 2017 aux éditions du Rocher

Alexandre Devecchio 

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

Vœux 2017 de Jean-Marie Le Pen : « Seul un grand changement peut nous épargner un grand remplacement »

Des vœux pour la survie de la France et de sa civilisation !

Francesca de Villasmundo

http://www.medias-presse.info/voeux-2017-de-jean-marie-le-pen-seul-un-grand-changement-peut-nous-epargner-un-grand-remplacement/67180/

06:56 Écrit par pat dans divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

31/12/2016

Zoom - Clotilde Noël - Ma fille : Marie, adoptée, trisomique, si unique !

08:34 Écrit par pat dans actualité, divers, entretiens | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |