Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2017

Les ONG immigrationnistes accusées de financer les passeurs

immigration-clandistine-600x261.jpg

FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Les ONG et autres associations en faveur de l’arrivée massive d’immigrants illégaux en Europe contribueraient au financement des réseaux crapuleux de « passeurs ». Selon un article du Daily Mail, quotidien britannique, les autorités libyennes s’inquiètent de ce comportement pyromane des pseudos secouristes occidentaux.

Un haut dignitaire des garde côtes, le colonel Tarek Shanboor, affirme avoir des preuves que ces organisations financent le voyage des Africains auprès des trafiquants

Ceux ci promettent des trajets réussis en Europe à des prix exorbitants alors que les embarcations proposées sont rarement en état de naviguer. Ils indiquent aussi le meilleur moyen de rallier les bateaux dirigés par ces ONG. Le colonel déclare ainsi : « Les ONG nourrissent la crise en encourageant activement l’augmentation du nombre de migrants. Nous avons désormais la preuve qu’elles sont de mèche avec les passeurs ».

Un procureur sicilien souhaite enquêter sur les collusions entre ONG et réseaux de passeurs

Si les ONG prétendent simplement assurer la survie des individus, elles se font surtout les auxiliaires d’une invasion silencieuse. Elles font même délibérément obstacle aux interventions des garde côtes libyens : en mai dernier, un bateau de l’ONG allemande SeaWatch a voulu conduire en Europe une embarcation d’immigrants, alors que les autorités européennes leur avaient demandé de laisser officier les garde côtes libyens. Ceux ci ont dû couper la route aux immigrationnistes, afin de ramener les immigrants à Tripoli.

Même l’agence européenne Frontex reconnaît la dangerosité de l’implication des ONG

Selon un rapport daté de l’an dernier, l’agence explique que les acteurs impliqués contribuent, même de manière non intentionnelle, à la prospérité des passeurs, en favorisant les chances de succès des candidats à l’invasion. C’est pourquoi Génération identitaire met en place une opération à l’échelle européenne pour contrer les départs d’embarcations. Ils ont déjà récolté 65 000 € de dons en quelques semaines.

https://fr.novopress.info/

17/06/2017

Le programme radical de la Mosquée de Paris - Lina Murr Nehmé - Partie 1

Voilà où les ONG vont récupérer les migrants clandestins lors de leurs "sauvetages"

A diffuser sans modération pour éviter que les journalistes aux ordres disent au 20h que c'est à proximité des côtes italiennes ! Les ONG sont complices du grand remplacement et peuvent être désormais assimilées à des passeurs...

DChShbqXgAEEi_u

Philippe Carhon

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Les terroristes de Marseille visaient bien Marine Le Pen

Marine-Cible_modifié-1.jpg

Au plus fort de la campagne présidentielle, la police a annoncé l’arrestation à Marseille de terroristes alors qu’ils étaient sur le point de commettre un attentat. Les journaux ont complaisamment affirmé que M. Fillon était visé (soi-disant que son programme de fermeté faisait peur aux islamistes !). Cette annonce, que le camp républicain a essayé de mettre en avant pour booster leur candidat (c’était de bonne guerre !) n’a pas suffi à renverser une tendance qui était mal partie. Il n’y a pas eu de réflexe de solidarité autour de l’élu LR.

Or, dès le départ, on évoquait une autre cible potentielle : Mme Le Pen. Selon Libération du 16 juin, c’était bien cette dernière qui était visée. En étudiant les allées et venues des terroristes, les policiers ont dû rapidement déterminer l’objectif des poseurs de bombes. Pourquoi cette information n’arrive-t-elle que maintenant dans la presse alors que tous les jeux électoraux sont faits ? A-t-on caché cette nouvelle au départ car on redoutait, chez les bien-pensants, que Mme Le Pen en profite ? Sans doute ! On a eu peur qu’elle ne grignote 1 ou 2 pourcents. 

Tout est bon pour contrer la finaliste du second tour. Si elle affirme qu’il fait beau, on prétendra aussitôt le contraire. Pour faire taire un contradicteur, on lui assène que ses arguments sont les mêmes que ceux du Front national. Ce réflexe conditionné et stupide des médias bien-pensants a conduit le FN aussi haut. Si Marine Le Pen ne s’était pas accrochée à l’euro, si elle n’avait pas montré d’indéniables lacunes lors du débat d’entre-deux-tours, ce serait peut-être elle, actuellement, à l’Élysée, qui sait… La politique française est si bouleversée…

Que se serait-il passé, sur le plan électoral, si les terroristes n’avaient pas été arrêtés à temps ? Rien n’est plus difficile que de mesurer l’impact d’un attentat. Les bombes déposées par les islamistes irakiens en Espagne pendant les législatives ont permis, en 2004, au PSOE de gagner les élections, mais, sans doute, la maladresse du Premier ministre conservateur qui s’est obstiné au-delà du raisonnable à attribuer l’action aux séparatistes basques et le fait que les socialistes prônaient le retrait de Mésopotamie ont détourné nos voisins du gouvernement sortant.

De même, l’assassinat d’une députée britannique pro-européenne n’a pas empêché le Brexit de triompher dans les urnes, malgré ce que certains médias (indécents !) espéraient. Et l’attaque au couteau sur les Champs-Élysées n’a pas modifié le score des candidats.

Néanmoins, si des islamistes avaient blessé (ou tué) un responsable politique ou si des citoyens étaient morts en faisant leur devoir civique, il est probable que les partis les plus à droite de l’échiquier en auraient bénéficié et la présidentielle aurait été bouleversée car la symbolique aurait été bien plus forte.

Mais ne refaisons pas l’Histoire. Dieu merci, la police a réussi à neutraliser à temps ces terroristes !

http://www.bvoltaire.fr/terroristes-de-marseille-visaient...

14/06/2017

Villiers-sur-Marne : réouverture d’une mosquée salafiste - Journal du mercredi 14 juin 2017

22:05 Écrit par pat dans immigration, islamisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Invasion migratoire : L’UE veut sanctionner les pays qui refusent d’accueillir des demandeurs d’asile

migrants-600x325.jpg

La Commission européenne a décidé de lancer des procédures d’infraction contre la Pologne, la Hongrie et la République tchèque. Ces trois pays membres refusent d’accueillir des demandeurs d’asile.

Pour le Commissaire chargé de la Migration il s’agit avant tout de respecter les règles européennes. “Il est obligatoire et contraignant pour tous les Etats membres de se conformer et de mettre en oeuvre les promesses faites“, explique Dimitris Avramopoulos.

Pour l’eurodéputé polonais Jacek Saryusz-Wolski la méthode employée sur cette question migratoire n’est pas la bonne :

Je pense que nous devons nous asseoir ensemble et nous entendre de façon plus consensuelle plutôt que de pousser sur certains Etats membres les décisions d’autres pays membres qui veulent se débarrasser de leurs problèmes sans reconnaître ni respecter les difficultés des uns et des autres.

Le ramadan, nouvelle tendance chez les Européens non musulmans

B9712299176Z.1_20170612233957_000GLC98ARQP.2-0-1190x660.jpg

Toute la Belgique multiculturaliste a applaudi à tout rompre son roi qui a participé, ce lundi soir, à l’iftar.

Toute la Belgique multiculturaliste a applaudi à tout rompre son roi qui a participé, ce lundi soir, à l’iftar, c’est-à-dire, pour les non-initiés, au culte musulman, au repas qui marque la rupture du jeûne en période de ramadan.

Dans une vidéo qui fait la fierté de la Belgique bien-pensante, on peut voir le toujours très gauche – et aussi très à gauche; malgré une éducation traditionnelle – Philippe entouré de deux femmes… voilées et du restant d’une famille d’Evergem, dans l’arrondissement de Gand (Flandre orientale).

Après avoir fait connaissance de la « famille modèle », selon les nouvelles normes du politiquement correct, le roi, sous ses airs coquebins, s’est enquis de la signification du ramadan. En bonne mystagogue, la famille lui a expliqué la discipline, la rigueur et la persévérance requises durant les 18 heures de jeûne quotidien.

Si l’on est évidemment favorable à une hypothétique paix entre les religions sur le sol européen, on est aussi en droit de se demander si la présence du chef de l’État auprès d’une famille musulmane se justifiait. Bien sûr, en agissant ainsi, le souverain pensait pouvoir apaiser le « choc des civilisations » à l’œuvre jusque dans les quartiers de son royaume. Une telle naïveté n’aura pourtant pas manqué d’agacer de nombreux Belges.

La visite du roi reflète une tendance plus générale.

Un nombre croissant d’Européens non musulmans, épris d’ouverture, abreuvés au « pas d’amalgame », avides d’exotisme afin de rendre plus attractives leurs petites vies peccamineuses et souvent rythmées par le métro-boulot-dodo, se prennent désormais de passion pour le ramadan – ce sont souvent les mêmes qui crachent sur la religion catholique de leurs ancêtres.

Ils sont, ainsi, de plus en plus nombreux à être tentés par le jeûne « un jour ou deux, comme ça, pour voir », ou à vanter le courage de ces hommes et de ces femmes qui se privent de nourriture par des températures estivales, ou encore à vouloir déguster des pâtisseries autour d’un thé à la menthe à l’occasion de l’Aïd el-Fitr, ou fête de la rupture, qui marque la fin du ramadan.

Chez les célébrités décadentes, en quête d’identité et de publicité, la posture tourne souvent au ridicule. Ophélie Winter a ainsi arrêté son ramadan, « la plus jolie et incroyable communion humaine » qu’elle ait jamais vécue, après « avoir perdu 6 kilos », ce qui « ne le fait pas du tout sur [son] corps de poulet rôti ». Avant de supplier Dieu de lui pardonner ce manque de volonté.

En revanche, les médias parlent peu – en réalité, pas du tout – des complications engendrées par le ramadan. Sans sombrer dans un discours « économiste », notons que de nombreux patrons souffrent, toujours à demi-mot, des absences injustifiées durant le mois de jeûne. Sans faire d’amalgames, ajoutons aussi que les services de sécurité se plaignent d’une recrudescence des incivilités et de la délinquance pendant cette période cultuelle. Mais ne le dites pas trop fort : le ramadan, c’est tendance !

 Conseiller politique Son blog

13/06/2017

La France djihadiste (Alexandre Mendel)

Allemagne, fusillade dans le métro à Munich

fusillade-munich-terrorisme.jpg

Un homme a été blessé pendant une fusillade à la station de métro de S-Bahn de Unterfoehring, à Munich en Bavière, aujourd’hui 13 juin.

Les causes de cet acte ne sont pas encore connues. Selon la police allemande, il y aurait d’autres blessés, 5 semble-t-il, parmi lesquels un agent de police qui est dans un état grave. L’auteur de cette fusillade aurait été arrêté.

Pour l’instant la police allemande exclut qu’il s’agisse là d’un acte terroriste… mais jusqu’à preuve du contraire cela se pourrait pourtant.

Si la situation est maintenant sous contrôle dans le métro munichois, dixit un porte-parole de la police, ce qui est hors de contrôle ce sont bien les djihadistes qui se baladent comme bon leur semble dans les villes européennes…

Francesca de Villasmundo

http://www.medias-presse.info/allemagne-fusillade-dans-le...

12/06/2017

Tout ira très bien avec Macron… sauf l’invasion migratoire et le krach à venir !

584000563.jpg

Marc Rousset Boulevard Voltaire

Les autruches Macron se mettent la tête dans le sable pour oublier les attentats islamiques et les moutons Macron préfèrent l’entourloupe de Ferrand dont l’enjeu est de priver les Mutuelles de Bretagne de la propriété d’un immeuble en faveur de sa compagne.

Ces manœuvres, ce montage financier douteux, c’est autre chose que le salaire de la brave mère de famille Penelope pris sur une allocation tout à fait légale dont chaque député a l’entière liberté de disposer selon sa volonté. C’est malheureusement plus difficile à comprendre pour le Français moyen décérébré par les médias.

Le résultat des courses, c’est que nous avons Macron comme Président avec l’invasion migratoire qui va continuer au rythme de 250.000 à 300.000 extra-Européens par an, soit environ 1.400.000 de non-Français de papiers de plus à venir pendant cinq ans et à entretenir dans l’Hexagone, qui croule déjà sous le chômage ! Décidément, Penelope coûte très cher au peuple de France qui oublie les réalités migratoires et marche derrière Macron, tout comme les rats vers le fleuve, attirés et subjugués par le joueur de flûte de Hamelin.

Les moutons et les autruches se rassurent et votent Macron en oubliant que le marcheur est unijambiste, que sa seule jambe est celle du mondialisme atlantiste et de l’économie. Ils oublient l’invasion migratoire et l’islam qui assassinent déjà leurs enfants et tueront de plus en plus leurs petits-enfants jusqu’à l’inéluctable guerre civile.

Il manque en effet à Macron la jambe saine civilisationnelle musclée de la sécurité, de l’identité, de la langue, des valeurs traditionnelles qui ont fait la grandeur de la France et de l’Europe !

Et pour couronner le tout, croyant au moins retrouver davantage d’activité et des emplois, les moutons oublient le krach inéluctable à venir ! Certains signes ne trompent pas. Warren Buffet, le directeur général gourou de Berkshire, vient de décider de garder 100 milliards de dollars en espèces, soit 40 % de la valeur de son portefeuille. Nous vivons en effet dans le monde déséquilibré du banquier Macron où les valeurs du marché n’ont rien à voir avec les bases fondamentales de l’économie.

L’effondrement à venir sera pire qu’en 2008, pire que la bulle du dot.com en 2000, pire que l’effondrement de 1929 !
Le Dow tourne autour de 21.000 ; le NASDAQ a atteint les 6.000 ! Les moutons et les autruches de Macron sont comme les spéculateurs qui, le 6 février 1637, après 3 ans de hausse continue des bulbes de Tulipe (+ 6.000 %), ont vu les cours soudain s’effondrer ! Le titre Amazon, lui, a progressé de + 60.000 % en 20 ans. En Espagne, Banco Santander vient de sauver Banco Popular de la faillite en la rachetant pour un euro symbolique. Les 300.000 actionnaires et détenteurs d’obligations, ruinés, ont tout perdu ! Banco Popular avait été fondée en 1926 et faisait encore partie, dans les années 1980, des « siete grandes ».

Jacques de Larosière, dans son dernier ouvrage Les lames de fond se rapprochent, nous rappelle les six défis capitaux qui devraient nous empêcher de voter Macron : vieillissement de la population, inégalités croissantes de la mondialisation, ralentissement séculaire de la croissance mondiale, menaces sur l’environnement, risques de politiques monétaires hyper-laxistes, dérives de la financiarisation extrême des économies.

Jacques de Larosière, politiquement correct (afin de pouvoir être édité chez Odile Jacob ?), oublie cependant, comme Macron, le septième défi le plus important : celui de l’invasion migratoire, de l’islam, de l’insécurité permanente, des attentats terroristes et de la guerre civile inéluctable à venir si le peuple de France continue à se laisser embobiner par les médias et à voter pour l’UMPS, LREM, des Juppé ou des Macron.

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Allemagne : les affiches anti-burqa d’Alternative für Deutschland (Afd)

AfD-Burqa-islam-600x329.jpg

ALLEMAGNE (NOVOpress) : A trois mois des élections législatives qui se tiendront le 24 septembre, le parti Alternative für Deutschland (AfD) frappe une nouvelle fois fort visuellement, en lançant, en plein ramadan qui est tout aussi médiatisé en Allemagne que chez nous, une campagne anti-burqa.. Ses affiches étaient seulement sur les réseaux sociaux, et même pas encore collées, qu’elles faisaient déjà scandale. Réjouissantes.

Burqa-1.jpg

Seins nus à la plage, plutôt que couverte d’une burqa ? Chez nous, aussi durant le ramadan !

Burqa-2.jpg

Burqas ? Nous en restons aux bikinis.

Burqa-3.jpg

De gauche à droite :
• De nouveaux Allemands ? Nous les faisons nous-mêmes.
• Burqa ? Je m’en tiens au bourgogne
• L’islam ? Ne convient pas à notre cuisine.

Traduction des slogans reprise du blog de Lionel Baland.

https://fr.novopress.info/

Faux mineurs isolés, mais vraies “racaillles”

2279644986.jpgCommuniqué de
la Ligue du Midi
(Section Montpellier) :
Depuis bientôt un an, la ville de Montpellier est gangrenée par des bandes d'immigrés clandestins qui, la nuit tombée, agressent les Montpelliérains. Vols à l'arraché, passages à tabac, viols...  au centre-ville et plus particulièrement sur l'axe Esplanade-Comédie-Saint Roch.
Renommés pudiquement « mineurs isolés » par l’État et les médias, ce sont, en réalité, de véritables prédateurs qui jouissent d'une impunité totale. A peine arrêtés par la police, ils sont immédiatement relâchés par les juges car considérés comme trop jeunes pour être pénalement responsables.
Face à l'absence de réaction et à l'abandon du centre-ville par la préfecture et la mairie, c'est désormais aux citoyens d'assurer leur propre sécurité. C'est pour cela que la Ligue du Midi a voulu  sensibiliser les Montpelliérains à ce problème et dissuader cette « racaille » de commettre ses méfaits.
Vêtus de coupe-vent bleu de France les membres de la Ligue, en nombre, ont distribué des tracts à divers  arrêts de tramways  et entamé des discussions avec les usagers. Cette opération s’est déroulée sans incidents.
On pouvait lire en conclusion sur le tract :   
Parce que la sécurité est la première des libertés la Ligue du midi exige:
- L'abandon par la Justice et les médias de la culture de l'excuse.
- La fin de l'hébergement gratuit par le Département de l’Hérault des mineurs isolés étrangers et leur internement dans des centres fermés.
- L'expulsion immédiate des étrangers en situation irrégulière qui commettent des délits.
- L'application de sanctions pour tous ceux qui les aident.

11/06/2017

États multiethniques et multiculturels : quels constats ?

F. A.

Les médias et la société de consommation, piliers de la modernité, promeuvent une idéologie expliquant que les sociétés démocratiques reposant sur la multiethnicité et le multiculturalisme forment un couple parfait, donnant naissance au fameux vivre ensemble. A leurs yeux, tout justifie cette propagande martelée aux peuples, et qui, au demeurant, ne repose pas sur le principe de réalité. En effet, en étudiant sérieusement les données historiques récentes et plus anciennes, il nous paraît difficile de baser un raisonnement sérieux reposant sur ce postulat mensonger et faux.  

Commençons par présenter l’idée forte de notre article : les sociétés multiculturelles, multiethniques et « démocratiques » sont des infrastructures violentes. Finalement elles implosent toujours. Effectivement, ces Etats ne fonctionnent jamais très longtemps dans la paix. Il suffit simplement de remonter le temps à notre époque post Deuxième Guerre Mondiale pour trouver moult exemples confirmant notre propos. L’Erythrée a été dominée à partir de 1952 par l’Ethiopie, de part la volonté de l’ONU suite à la défaite italienne de 1945. C’est le début de la guerre d’Indépendance qui conduira officiellement à sa sécession en 1993, après la victoire du  Front populaire de libération de l’Erythrée. La Tchécoslovaquie fondée en 1918, suite aux péripéties de la Première Guerre Mondiale, se divisa en composantes ethniques tchèque et slovaque en 1993. L’Union Soviétique créée en 1917 a éclaté en de nombreux Etats ethniques et disparates en 1991 (1). La Yougoslavie, créée en 1918, s’est divisée en de nombreuses entités ethniques en 1991 et d’autres subdivisions persistent. Le Liban, né en 1920, reste en réalité écartelé depuis 1975 – pour ne citer que les principales composantes de la société libanaise – entre les chrétiens et musulmans (chiites et sunnites), eux-mêmes sous domination syrienne, avec les résultats malheureux que nous connaissons. L’Ile de Chypre, officiellement indépendante depuis 1960 est de facto partagée en territoire grec et une partie turque depuis les événements de 1974. Sa capitale Nicosie est à ce jour coupée en deux par un long mur (La ligne verte/Ligne Attila) composé de barbelés, de miradors, pour le plus grand malheur des Chypriotes et dans la froide indifférence de l’oligarchie européenne. Le Pakistan, indépendant depuis 1947, fut amputé en 1971 d’un Bangladesh ethniquement distinct. N’oublions pas que la République Islamique du Pakistan fut fondée au cours du découpage de l’Empire des Indes. Il y a également la Malaisie qui gagna son indépendance en 1963, mais elle fut chassée de 1965 de l’enclave de Singapour, dominée par les chinois… Décidément, les gens aiment vivre avec leurs semblables. Cette réalité constitue un des caractères invariables de l’histoire humaine (et du monde animal).

Ensuite, il convient d’évoquer les nombreux litiges en suspens qui malheureusement ne manqueront d’exploser tôt ou tard, car le réel l’emporte toujours sur les considérations idéologiques. En Inde, il existe de réelles tensions entre les Sikhs et les Cachemiris ; le Sri Lanka connaît de graves problèmes avec les Tamouls ; La Turquie, l’Irak et l’Iran sont confrontés aux Kurdes (qui ne disposent toujours pas de pays) ; il y a également la guerre permanente entre le Soudan et le Tchad, autrement dit, entre les Arabes et les Noirs ; l’Ulster et ses affrontements perpétuels entre catholiques et protestants ; la Belgique avec son opposition larvée entre Flamands et Wallons, qui tôt ou tard formeront deux entités bien distinctes ; le Canada qui doit réaliser un grand écart permanent pour animer le « vivre ensemble » avec les anglophones, les francophones et les immigrés qui sont de plus en plus nombreux ; et bien évidemment le Zimbabwe et l’Afrique du Sud avec les différends qui opposent continuellement les Noirs et les Blancs. Nous nous arrêtons là, mais la liste des litiges ethniques et culturels est encore bien longue.

Pour contredire notre propos et appuyer leur démonstration, les propagateurs de l’amour universel et sans frontières évoquent souvent notre voisin helvète. De prime abord, certains seraient peut-être tentés de considérer la Suisse comme un excellent contre exemple à l’endroit de notre argumentation. En effet, la Suisse semble être à la fois un modèle démocratique englobant une réalité multi ethniques et culturelles, l’ensemble étant accompagné d’une réussite économique à faire pâlir nos gouverneurs eurocrates et de surcroît mondialistes. Pourtant, dans ce pays niché au cœur de l’Europe, il est nécessaire de rappeler que le pouvoir central, comprendre l’Etat au sens originel du terme, abandonne les questions essentielles de l’éducation, des écoles et de la culture aux cantons. Seuls ces derniers sont habilités d’un point de vue légal à trancher dans les domaines précédemment énoncés. De même, la Suisse, loin d’être un mélange culturel et ethnique au sens babélien du terme, présente la particularité, en dépit de la forte immigration qui sévit en Europe, d’être organisée en vingt six cantons et demi-cantons qui sont sur les plans ethniques et culturels homogènes en leur sein (2). De plus, il convient de préciser que dix-sept cantons sont quasiment exclusivement alémaniques, quatre exclusivement français et un est majoritairement italien (canton du Tessin/Ticino). Il n’y a que trois cantons bilingues à ce jour. Les migrations interculturelles entre les cantons sont plutôt rarissimes ce qui permet au « système ethnoculturel suisse » de rester stable dans de grandes proportions. Nonobstant ces précisions historiques et juridiques allant à l’encontre de la pensée dominante, il faut rappeler qu’entre 1845 et 1847 la Suisse vécut sa guerre de Sécession quand des cantons conservateurs à majorité catholiques d’Uri, Schwyz, Unterwald, Zug, Fribourg et Valais, Lucerne s’unirent en décembre 1845 pour constituer une alliance défensive, qualifiée aussitôt de Sonderbund (Ligue séparatiste) par ses détracteurs (3). Or, le pacte de 1815 interdisait la formation d’alliances entre les cantons. La révolte fut combattue par  l’armée confédérale sous les ordres du général Guillaume-Henri Dufour (4). De même, il faut rappeler que des années d’activisme à la fois politique et terroriste conduisirent en 1979 à la création d’un nouveau canton du Jura, à majorité francophone, séparé du canton principalement alémanique de Berne. De fait, et indépendamment du discours ambiant reposant sur des banalités, si la Suisse se présente comme un pays où il fait encore bon vivre, elle le doit à différents facteurs : fédéralisme, décentralisation, homogénéité culturelle et ethnique voire religieuse (5), réussite économique. Nous citons également le Brésil et les Etats Unis d’Amérique, sociétés multiethniques et multiculturelles par excellence, qui aujourd’hui, mais déjà hier, sont deux des sociétés les plus violentes au monde. De plus, il existe dans ces deux pays un écart économique abyssal entre la super classe aisée et le reste de la population. Cette fracture, en plus des injustices sociales criantes, ne contribuent pas à la cohésion et au bien commun…

Pour conclure, nous affirmons qu’il existe des peuples, des coutumes, des cultures que notre devoir nous commande de protéger. Il n’y a rien de plus dangereux que de vouloir agréger l’humanité dans un conglomérat vide de sens. Nous portons une responsabilité énorme, que nous devons à la fois aux Anciens et aux futures générations, dans la préservation des spécificités humaines. Enfin, la démocratie et le républicanisme ne correspondent pas à l’expression du génie de tous les peuples. Dans ce domaine aussi, il convient de conserver les particularités politiques façonnées par l’histoire et héritées de nos traditions…

Notes 

(1) Il convient de préciser que si l’URSS a tenu autant de temps, elle le doit, non pas à son démocratisme, mais à un gouvernement dictatorial répressif, coercitif et sanglant. Lire à ce sujet : Le Livre noir du communisme. Crimes, terreur, répression est un ouvrage rédigé par un collectif d’universitaires, publié en 1997 par les Editions Robert Laffon.

(2) Histoire de la Suisse de Jean-Jacques Bouquet et Le modèle suisse de François Garçon

(3) Pierre de Meuse, « Conflit du Sonderbund : une guerre de sécession helvétique », Nouvelle Revue d’Histoire, n°78 de mai – juin 2015 et La Grande Guerre du Sondrebond de Charles Ferdinand Ramuz

(4) Il fut un ancien officier du Génie dans la Grande Armée et également co-fondateur de la Croix Rouge. Il dirigea l’Ecole militaire centrale fédérale de Thoune. Franc-maçon, il a été membre de la Grande Loge suisse Alpina.

(5) Les populations suisses sont très majoritairement chrétiennes en dépit de divisions regrettables (calvinisme, luthérianisme, catholicisme romain etc.).

http://synthesenationale.hautetfort.com/

L’État islamique menace huit pays et promet d’y trancher des gorges

isis-terrorisme-1280x660.jpg

L’organisation terroriste a, par ailleurs, conseillé aux musulmans de rester à l’écart des lieux publics…

L’État islamique vient de menacer – probablement en guise de piqûre de rappel – huit pays : la France, la Belgique, l’Italie, le Royaume-Uni, la Russie, le Canada, l’Australie et les Etats-Unis.
L’organisation terroriste a, par ailleurs, conseillé aux musulmans de rester à l’écart des lieux publics comme les marchés, les rues et les parkings parce que « les soldats du califat s’y feront exploser, y écraseront des gens et y trancheront des gorges ».
Nous voilà prévenus, s’il fallait encore l’être, tant la menace plane désormais en tous lieux et à chaque instant.

Voilà, également, de quoi rappeler aux naïfs que nous sommes plongés en pleine guerre.
Dans son message adressé via Nashir, vecteur de communication prisé par les djihadistes, l’État islamique a par ailleurs ajouté que « des milliers de lions solitaires sont préparés dans vos pays. Ils ont vendu leur cause et leur esprit à la cause d’Allah. »
Interrogé par les députés Aldo Carcaci (Parti populaire, droite populiste) et Philippe Pivin (Mouvement réformateur, centre droit), le ministre belge de l’Intérieur Jan Jambon (Nieuw-Vlaamse Alliantie, droite nationaliste flamande) a répondu qu’il faut « rester calme et prendre les dispositions qui s’imposent », rappelant que le gouvernement belge a récemment pris trente mesures contre le terrorisme (renforcement des contrôles policiers aux frontières, emprisonnement des djihadistes partis à l’étranger, démantèlement des lieux de culte non reconnus qui prônent le djihadisme…).
L’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (OCAM) mène l’enquête mais n’a pas jugé nécessaire de relever le niveau de la menace, celle-ci restant donc à trois sur une échelle de quatre.
Précédemment, l’État islamique avait envoyé à Emmanuel Macron une série de huit revendications, dont la cessation des bombardements français, la libération des prisonniers pour terrorisme et la vente d’armes à l’État islamique, laissant au nouveau Président français un délai de sept jours avant que de nouvelles actions soient menées contre la France.
« Tout cela deviendra votre quotidien jusqu’à ce que vous vous effondriez », menace Daech. Face à une telle détermination, il ne reste qu’une solution : résister.

Conseiller politique Son blog

10/06/2017

Islamisation : les quartiers perdus de la République

La-Charia-pour-la-France-600x325.jpg

FRANCE (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
En France, des villes sous islam radical échappent à la République. Plus de 1 500 « zones urbaines », des centaines de villes en Europe, en France, tombent sous l’empire de la charia.

A Paris même les femmes en deviennent les cibles, comme à La Chapelle-Pajol. Des « hordes de mâles errants » ont pris possession du quartier. Dans cette « société » à ciel ouvert de tous les trafics, devant une police impassible, la persécution des femmes est devenue un « usage ».

2 000 ans de chrétienté, de travaux philosophiques, une Révolution et 200 ans de laïcité s’échouent ici, au pied du Sacré Cœur, dans la ville de Hugo qui prétendait que la pensée, la liberté y étaient nées… La liberté à laquelle la République avait donné le visage d’une femme.

Pas de réactions des autorités. Dans la langue officielle, l’islamisme qui gomme l’âme, la nation, les mœurs et usages de France, c’est le multiculturalisme. Par contre, ceux qui ont informé sont pestiférés, accusés : mensonges, racisme, appartenance à la fachosphère. Libé, notamment, déchaine deux pages « d’inquisition » prouvant que tout cela est faux. La propagande habituelle de l’oligarchie…

https://fr.novopress.info/

La Gauche a perdu le droit de se plaindre de la violence (VOSTFR)

09/06/2017

Julien Sanchez : « On ne peut nier qu’il y a substitution de population »

Invité hier de France Info, Julien Sanchez, le maire FN de Beaucaire (Gard) et porte-parole national de la campagne du Front national pour les élections législatives, a évoqué le Grand Remplacement :

« Il y a dans certains endroits une substitution de population. Lorsque vous voyez les prénoms donnés aux enfants et lorsque vous voyez les prénoms des personnes qui décèdent dans certains endroits, c’est très clair. Ce sont des faits objectifs. »

Julien Sanchez s’en est également pris à la politique de la ville, ces milliards d’euros dépensés « à fonds perdus » dans les banlieues. Il faut plutôt, a-t-il expliqué, « restaurer l’autorité et l’exemplarité », pour éradiquer la délinquance et la criminalité, notamment le trafic de drogue, et lutter dans le même temps contre la « radicalisation » :

« La radicalisation existe parce qu’on a abandonné des pans entiers du territoire où la police ne peut plus pénétrer […] Il faut reconquérir ces territoires. »

Le 9 juin 721, Eudes d’Aquitaine sauvait l’Occident de la submersion islamique

el_final_de_don_rodrigo_el_ataque_musulman_2000x814-5-1-672x372.jpg

Eudes d’Aquitaine vient de briser le siège Toulouse, tuant 3.700 envahisseurs musulmans ainsi que leur chef le wali d’Al-Andaluz.

Peu à peu les hommes émergent du sommeil, la nuit est encore noire, quelques flambeaux dessinent des ombres inquiétantes sur le vieux rempart romain. Eudes n’a pas dormi de la nuit, il sait que ses hommes sont épuisés, il sait qu’ils se battront à un contre deux, il s’interroge sur la fidélité des Basques ; son plan est audacieux, s’il échoue, Toulouse tombera aux mains des musulmans, consacrant la perte de toute la vallée de la Garonne.
Les trois éponges bénites, ayant recueilli les gouttelettes de vin laissée choir par le pape lors de sa communion, furent taillées à la vue de tous, chaque guerrier chrétien agenouillé en reçut un morceau qu’il avala religieusement, comme une hostie ; tous avaient entouré leur épée dans un pli de leur manteau et lacé solidement leur bouclier rond dans le dos. Certains portaient des armures à écailles, leur lance courte posée délicatement à côté d’eux, d’autres avaient une protection de cuir et un arc à double courbure. Les alliés neustriens sont restés groupés ; non loin, la troupe des Vascons s’agite déjà, se sachant promise à l’assaut frontal.

Après une heure de marche silencieuse, le duc d’Aquitaine arrête son armée ; ses éclaireurs confirment que le camp arabe n’est pas alerté. La voie romaine est encore bien pavée : pour éviter le bruit, Eudes fait entourer les sabots des chevaux dans des peaux de lapin.

Ses derniers ordres sont donnés : face à l’entrée du camp, les Basques véloces et adroits lancent l’attaque ; après un détour, la cavalerie fond sur le flanc sud ; enfin, déboulant des coteaux, le gros des forces pénètre par le nord-ouest. Pas de quartier, pas de merci ; l’effet de surprise doit permettre le massacre.
Les guetteurs berbères ont d’abord cru à des reflets sur les eaux des nombreux ruisseaux du Lauragais, puis, enfin, la poussière et une masse sombre avançant ne leur laissent aucun doute : « ‘iindhar ! » ; en quelques minutes, incrédules puis fébriles, les chefs arabes forment les farq défensives. « Comment, alors qu’ils sont si faibles, osent-ils attaquer ? » Les premières flèches tombent. La farouche furia des Basques emporte la première ligne maure, puis la charge des cavaliers, pieux et déterminés – ceux-là mêmes qui seront les ancêtres des chevaliers croisés –, porte le fer chrétien au cœur du camp musulman ; arrive enfin, à revers, l’infanterie légère.

Trois heures plus tard, le fracas des armes s’atténue, les râles des agonisants se mêlent aux cris des dernières escarmouches, et aux suppliques des vaincus que l’on égorge ; l’âcre de l’odeur du fer, du cuir mouillé de sueur, s’ajoute à l’âpre du sang ; au lointain des cavalcades rattrapent des fuyards.

À son zénith, le vif soleil salue la victoire ; les viscères chauffés gonflent, les nuées de mouches obscurcissent les corps démembrés et entremêlés, des heaumes éventrés montrent les yeux désorbités de visages déformés… Quelques chevaux arabes qui n’ont pas eu le temps d’être montés broutent paisiblement ; déjà le butin est séparé du reste, que l’on incendie.
C’était il y a 1.296 ans, le 9 juin 721 ; Eudes d’Aquitaine vient de briser le siège de Toulouse, tuant 3.700 envahisseurs musulmans ainsi que leur chef, le wali d’Al-Andaluz. Cette déroute des hordes islamiques donnera à Charles Martel le temps d’organiser son armée pour la bataille de Poitiers, plus connue ; pourtant, plus que le Carolingien, c’est bien Eudes, dernier représentant de la romanité – il n’était pas germain –, qui sauva l’Occident de la submersion islamique.
D’autres batailles auront lieu, dans le Narbonnais les Omeyyades tenteront une colonisation en faisant venir femmes et enfants ; des villes chrétiennes tomberont par traîtrise ou calcul. Les bas intérêts ou la pleutrerie pousseront certains féodaux à rechercher la clémence ou la protection des chefs musulmans.

Depuis 35 ans, les édiles successifs de Toulouse n’ont jamais ménagé leur peine pour accompagner l’implantation musulmane. Il y a quelques jours, une visite « de chantier » mais dont le sens était ailleurs a inscrit la mosquée du Mirail à Toulouse dans sa phase finale.

Aujourd’hui, 9 juin, le mihrab sera achevé et nul doute que le très contestable imam M. Daffé sera là, pensant au symbole des 3.700 places de sa future mosquée.

http://www.bvoltaire.fr/9-juin-721-eudes-daquitaine-sauva...

Le Qatar…et les autres

Les sondages  et surtout les conséquences dans l’optique du second tour des législatives  de la réactivation par la direction de LR du front républicain (désistements réciproques avec le  PS et LREM en cas  de victoire possible du candidat frontiste) , ne promettent pas aux Front National d’obtenir le 18 juin le nombre de députés qui étaient encore annoncés il y a quelques semaines. Pour autant, sur le site du Huffington Post, Chloé Morin Directrice de l’Observatoire de l’opinion de la Fondation Jean-Jaurès, souligne, enquête de l’Ifop à l’appui, que  le FN est avec  la France insoumise  (FI) de Jean-Luc Mélenchon, le Mouvement qui incarne le mieux l’opposition. Le PS et LR apparaissent, assez logiquement au vu de la proximité idéologique qui est la leur avec le macronisme (même doxa européiste, libérale et post nationale de leurs dirigeants)  comme les plus fragilisés, les plus menacés par l’offre politique portée par LREM.

Dans ce contexte, le FN et FI affirme Chloé Morin « (peuvent)   se prévaloir d’atouts réels: un leader (relativement) incontesté, auréolé de scores non négligeables aux présidentielles, un logiciel clairement identifié, et un socle électoral aussi mobilisé qu’homogène sur le plan idéologique (ce que les socialistes et les républicains ne sont plus). Et de relever encore que « nous  vivons une situation assez paradoxale – produit à la fois de la recomposition politique et de la logique du mode de scrutin législatif: si l’on en croit les projections en sièges réalisées par les différents instituts, les deux principales forces d’opposition au Président dans l’opinion ne devraient représenter, pour les cinq ans qui viennent, guère plus d’un dixième des forces à l’Assemblée nationale. »Il est clair cependant que l’actualité des récentes attaques menées par les terroristes fondamentalistes valident de nouveau  les avertissements et le programme du FN,  notamment sur les questions migratoires, la nécessaire refonte de notre code de la nationalité,  notre refus du communautarisme et du  multiculturalisme

A Londres samedi les assaillants ont tué en hurlant  « Allah Akbar .  Hier à Paris devant Notre-Dame,  « le soldat de Daech »,  Farid Ikem  un « étudiant »  thésard  algérien de 40 ans , qui a attaqué au marteau et blessé (heureusement  légèrement)   un  policier,   l’a fait au cri de « Pour la Syrie !»… Les Français seront sans doute très moyennement  rassurés par  les propos ce matin sur RTL,  du socialiste Christophe Castaner. Le  porte-parole du gouvernement a expliqué  que  cet homme ayant fait allégeance à l’Etat islamique  « n’est  pas du tout marqué par la radicalisation. Toutes les indications confirment la thèse d’un acte isolé dont difficile à anticiper. Le risque zéro n’existe pas ».  Latolérance zéro  non plus hélas.

En Syrie justement, grâce à l’appui de l’armée américaine (dont l’aviation  vise aussi régulièrement des forces fidèles à Bachar el-Assad elles aussi engagées contre les islamistes), arabes et kurdes syriens des Forces démocratiques syriennes (FDS) ont lancé l’assaut final sur Raqqa,  la capitale de l’EI. L’objectif premier était aussi de gagner de vitesse dans ce combat-là les forces gouvernementales de la République arabe syrienne soutenues  par la Russie et l’Iran.

La question du terrorisme est officiellement au cœur de la crise ouverte entre le Qatar et ses voisins. L’Arabie saoudite,  les Emirats arabes unis, Bahreïn, le Yémen et  l’Egypte, viennent ainsi d’annoncer la rupture  de  leurs relations diplomatiques avec l’émirat qatari, accusé de soutenir les terroristes de l’EI et l’extrémisme religieux des Frères musulmans.  Qatar , nous l’avons dit, qui  a pris le relais de l’Arabie saoudite dans le financement notamment de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH)  installé  à Londres, avec l’aval des services britanniques. Un  instrument de propagande dont les communiqués  et avis sont repris le plus souvent sans recul par les médias occidentaux. Une crise diplomatique  qui a en tout cas l’aval de Donald Trump ,  lequel a vu dans  cet épisode  le fruit de son premier voyage officiel à Ryad : «Durant mon récent voyage au Moyen-Orient, j’ai affirmé que le financement de l’idéologie radicale devait cesser. Les dirigeants ont montré du doigt le Qatar – Et regardez!».   «C’est si bon de voir que la visite en Arabie Saoudite avec le roi et cinquante pays porte ses fruits.»

Le garde des Sceaux François Bayrou a lui  réitéré hier son vœu de mettre fin à l’avantage fiscal octroyé en son temps par Nicolas Sarkozy aux investisseurs qataris sur leurs plus-values immobilières. Une  demande que Marine Le Pen a jugé légitime (le FN le réclamait depuis longtemps)  ce matin lors de son passage sur France 2 dans l’émission Les  quatre vérités. 

Nous citions  sur ce blogue en novembre 2015  un article at du Daily telegraph qui indiquait que  le Trésor américain avait formellement accusé des personnalités qataris  de financer l’EI pour  mener des opérations militaires.  «Les preuves des liens du gouvernement qatari avec les extrémistes (dont certains ont réussi à lever des fonds alloués par la suite à l’EI) sont irréfutables. Entre huit et douze personnalités éminentes au Qatar ont récolté des millions de dollars pour les djihadistes, a déclaré un diplomate occidental local. Et ils ne s’en cachaient guère (…). L’engagement du Qatar auprès des extrémistes est sans doute un moyen d’assurer ses arrières en Syrie. Le Qatar est un pays qui a toujours cherché à multiplier les alliances : des talibans à Israël, avec qui il était un temps le seul pays du Golfe à entretenir des relations commerciales. Le Qatar accueille le Hamas, les milices islamistes libyennes et les Frères musulmans de toute la région».

Certes, il est commode pour certains de se défausser sur le seul Qatar de leurs  responsabilités conjointes dans les exactions de l’EI. Un  golem monstrueux  qui a été aussi favorisé, plus ou moins directement,  par tous ceux qui misaient et misent encore -y compris au sein de certains cénacles gouvernementaux occidentaux- sur l’éradication de la République arabe syrienne et l’affaiblissement de ses alliés.  Il y a deux ans,  un rapport du Congrès américain mettait en cause plus largement,  non pas le seul  gouvernements du Qatar  en tant que tel, mais  des donateurs privés qataris… et  saoudiens   comme étant responsables de transferts d’argents au profit de l’EI.

L’Arabie saoudite, en pleine lutte d’influence avec le Qatar,  ne saurait ainsi s’exonérer de la responsabilité qui est aussi la sienne dans le développement du terrorisme, d’un islamisme radical  véhiculé par la très sectaire  idéologie wahhabite. C’est le cas notamment en Asie et en  Afrique où les saoudiens financent nombre de structures,  de   madrasas (écoles coraniques) qui sont de grands facteurs de déstabilisations et  d’affrontements futurs dans les pays qui les accueillent. Le problème se pose aussi bien  évidemment, du fait du laxisme de nos dirigeants ,  en France et en Europe note Bruno Gollnisch,  où l’argent  saoudien  ne sert pas uniquement à  acheter des hôtels et des villas de luxe…

https://gollnisch.com/2017/06/07/le-qatar-et-les-autres/

La Turquie présidera le CFCM en juillet 2017 - Islamisme en France

Derrière les attentats, LA question

Samedi à Londres, en cette fin de semaine où les chrétiens, cinquante jours après Pâques, célèbrent la Pentecôte, la venue de l’Esprit Saint, l’Angleterre a été frappée par son troisième attentat islamiste depuis le 22 mars. Trois individus ont foncé sur la foule sur le London bridge avec une camionnette avant d’en  sortir  et de semer la mort avec leurs couteaux. Ils ont été finalement abattus par la police  dans le quartier de Borough Market. L’identité de deux d’entre eux a été révélée: Khuram Shazad Butt, 27 ans, né au Pakistan mais de nationalité britannique, dont le radicalisme avait attiré l’attention  des services de police, qui apparaissait aussi dans un reportage de la chaîne anglaise Channel 4 diffusé en janvier 2016 consacré aux djihadistes  à Londres et Rachid Redouane, 30 ans,  qui se définissait  comme un binational marocain libyen, lequel avait échappé à la vigilance des services de renseignements.  Le bilan  est lourd,  les fous d’Allah ont tué sept personnes -dont un Français- et en ont blessé souvent grièvement près d’une cinquantaine. Comme pour l’attentat de Manchester, les forces de l’ordre ont procédé immédiatement  à plusieurs interpellations dans les milieux radicalisés.  Dimanche,  12  hommes et femmes ont été arrêtés dans le quartier pluriel de Barking, à forte composante pakistanaise,  mais ont été finalement relâchés. 

Ce nouvel acte de barbarie visant principalement des civils a été revendiqué par l’Etat Islamique (EI)comme les précédents sur le sol britannique ces dernières semaines. Un terrorisme qui le 26 mai avait visé en Egypte,  dans la province d’al-Minya,  des coptes (29 morts 24 blessés dont de nombreux enfants), qui se rendaient au monastère de Saint-Samuel pour un temps de prière; ils  ont été mitraillés dans leur bus. Le 30 mai à Bagdad (Irak), l’EI avait aussi frappé, tuant au moins onze personnes dans un attentat à la voiture piégée et seize autres quelques heures plus tard après une attaque-suicide nocturne. Le 31 mai  à Kaboul (Afghanistan), ces mêmes terroristes de l’EI ont fait exploser un camion piégé,  tuant plus de 90 personnes dans quartier Wazir Akbar Khan, à l’entrée de la zone dite sécurisée où se trouvent les ambassades.

La réaction du gouvernement allemand ne s’est pas faite attendre, le ministre de l’intérieur, Thomas de Maizière a immédiatement annoncé que l’avion affrété pour expulser des immigrés clandestins afghans… allait être annulé. Que faire quand un peuple, ou une large fraction de celui-ci, par aveuglement ou idéologie  prône un laxisme suicidaire? La question peut se poser en Allemagne comme ailleurs. Outre-Rhin, écolo-gauchistes (grünen), groupuscules d’ultra-gauche, extrême-gauche (Die Linke), mais aussi des autorités de l’Eglise protestante et des associations immigrationnistes comme Amnesty International Allemagne et Pro Asyl ont exigé  une extension du droit d’asile, l’arrêt des expulsions tant que l’Afghanistan ne sera pas un pays en paix…

Les ordres donnés aux  islamistes vivant sur les terres haram de tuer  impies et autres croisés ont été explicitement réitérés par une proclamation officielle de l’Etat-major de l’EI il y a quelques jours. Un appel qui intervient alors qu’à Mossoul, deuxième ville d’Irak, l’encerclement et l’annihilation des djihadistes se poursuit lentement mais de manière semble-t-il inexorable. Et ce avec  l’appui notamment de nos Forces spéciales afin  de mettre hors d’état de nuire les terroristes fondamentalistes qui s’y trouvent et possèdent la nationalité française…

Encore une fois, au milieu de l’avalanche des commentaires affligés et des soutiens apportés à nos amis britanniques, Donald Trump a été sévèrement étrillé par les médias et les politiques en France comme en Europe ou aux Etats-Unis. Il lui est reproché d’avoir dénoncé une nouvelle fois, comme il l’a fait lors du tout récent  G7 à Taormina, les dangers de l’immigration et l’angélisme des propagandistes des sociétés ouvertes et multiculturelles. Il s’en est pris ainsi dans plusieurs tweets au nouveau maire de Londres, Sadiq Khan qui a certes condamné sans surprise « dans les termes les plus forts possibles » les « actes barbares » de Londres.  « Au moins 7 morts et 48 blessés dans un attentat terroriste et le maire de Londres dit qu’il n’y a pas de raison d’être alarmés! ».   « Nous devons cesser d’être politiquement corrects et nous mettre au travail sur la sécurité pour nos concitoyens. Si nous ne sommes pas malins, cela ne fera qu’empirer » a affirmé le président des Etats-Unis.

Sur site Atlantico, Guylain Chevrier docteur en histoire, membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration (HCI),  a rappelé les propos du Premier ministre britannique  Theresa May au lendemain  de cet attentat de Londres, s’interrogeant sur les conséquences du modèle communautariste et multiculturel anglo-saxon.

« Il est temps de dire  assez !  face au terrorisme. Nous ne pouvons et ne devons pas prétendre que les choses puissent continuer ainsi, a-t-elle assénée, ajoutant qu’il y avait trop de tolérance vis-à-vis de l’extrémisme au Royaume-Uni. Il serait temps, lorsque l’on sait combien dans ce pays on a laissé se développer l’extrémisme islamique, les prêcheurs de haine déverser leur poison dans la rue, en toute impunité, au nom du droit à la différence. »  « On a longtemps cru, poursuit-il que le caractère insulaire, l’accueil de la finance islamique mondiale, la tolérance à l’extrémisme musulman qui recrutait pour Al-Qaïda sur le territoire britannique dans l’ombre du communautarisme,protégeait de ces attaques, jusqu’à découvrir que c’était pour beaucoup des citoyens de la Couronne qui s’adonnaient à cette violence terroriste en se revendiquant d’un autre Etat, l’Etat islamique. Comment a-t-on pu penser par exemple, que de banaliser les Tribunaux islamiques qui appliquent tranquillement la charia avec la bénédiction du Juge anglais, en faisant des femmes de confession musulmane des citoyennes britanniques de seconde zone, était sans conséquence sur la cohésion sociale de ce pays, sur l’état de la citoyenneté ? Un encouragement à porter au-dessus de la loi civile la loi religieuse qui est tout le contraire de l’Etat de droit. Ce qui n’est qu’un aspect mais assez significatif des dérives du multiculturalisme anglais. Si on réfléchit au fait que dans la loi il existe encore le délit de blasphème, la religion de la Reine étant religion officielle, on voit encore là un autre aspect de cette brèche » ajoute M. Chevrier. Certes,  chacun aura cependant compris que ce n’est pas la religion de la Reine qui préoccupe actuellement nos voisins britanniques et plus largement les Européens…

La réalité c’est que le communautarisme découle de l’immigration de peuplement, de manière mécanique en ce qu’elle empêche  l’assimilation. La nationalité octroyée du pays dans lequel on est né, celle  indiquée sur un passeport ou une  carte  d’identité ne change rien à cet état de fait. Manière de rappeler,  encore et toujours,  que le problème premier n’est pas l‘Islam, ou ses interprétations - il existe bien évidemment, des français d’origine non européenne, de confession et /ou de culture musulmane qui sont parfaitement  assimilés et patriotes - mais bien l’immigration non maîtrisée qui nourrit les revendications séparatistes et les antagonismes  dans tous les domaines.

Certes, potentiellement, une fraction importante de la population musulmane installée en Europe, peut basculer dans l’irrédentisme mahométan, être séduite par un discours  fondamentaliste de rejet des valeurs de notre civilisation…mais de quelles valeurs s’agit-il  et redisons-le,   qu’a- t-on à offrir comme modèle à ces déracinés– là?

Le sociologue Jean-Claude Michéa notait depuis sa bonne ville de Toulouse que le seul dénominateur commun  qu’il constate entre  les différents groupes ethniques, religieux, sociaux c’est désormais le  centre commercial vers lequel ils convergent tous pour rendre un culte au dieu consommation, répondre aux objurgations des grands prêtres de la publicité et autres créateurs de désirs compulsifs. Est-ce suffisant pour tisser du lien social, étancher la soif de l’homme, donner un but à sa vie, un sentiment appartenance à une nation, cette communauté de destin dans l’universel ? Est-il possible d’assimiler des populations  étrangères quand les pédagogues  s’emploient à salir l’histoire du  pays d’accueil, distillent  le poison de la repentance, du masochisme antinational , du relativisme culturel,  pour ne rien dire des avancées sociétales progressistes qui contribuent à délégitimer et à rendre méprisables l’Occident décadent?

Les pourfendeurs du Brexit , les partisans qui ne désarment  pas du vivre-ensemble sur fond de poursuite des flux migratoires, ont accaparé ce derniers jours les débats sur les  chaînes d’informations. Ils ont tenu à marteler  aux  Français que le meilleure preuve que la poursuite de l’immigration n’était pas un danger réside dans le fait que les terroristes arrêtés ou tués dernièrement en Angleterre  comme en France étaient  nés au Royaume-Uni ou sur le sol français et/ou détenteurs de la nationalité du pays qu’ils ont frappé.  Un tel degré de perversité intellectuelle  et de raisonnement par l’absurde  laisse pantois.

Il y a cinquante ans, le politicien britannique conservateur Enoch Powell affirmait: « Nous devons être fous, littéralement fous à lier dans ce pays, pour autoriser chaque année l’entrée de 50.000 personnes qui seront à l’origine de la future augmentation de la population d’origine immigrée. J’ai l’impression de regarder ce pays construire frénétiquement son propre bûcher funéraire ». Nous le rappelions sur ce blogue, Jean-Yves Le Gallou (Polemia) notait que « quiconque veut lutter contre l’immigration est qualifié d’extrême droite et diabolisé partout en Europe. D’ailleurs le premier homme politique qui ait subi ce traitement médiatique et politique n’est pas Jean-Marie Le Pen. C’est un Anglais, Enoch Powell, ancien d’Oxford, helléniste, qui n’a jamais commis le moindre dérapage, mais qui a dénoncé dès 1968, dans un discours à Birmingham, les dangers de l’immigration. De sa part, ce n’était pas une erreur, encore moins une faute. C’était un acte de courage qui lui a coûté sa réputation et sa carrière politique. La question de l’immigration est bien le nœud de la diabolisation ». Une question pourtant  CRUCIALE dont les Français doivent s’emparer affirme Bruno Gollnisch, en envoyant à la fin du mois le plus grand nombre possible de députés frontistes siéger à l’Assemblée. Avant qu’il ne soit  trop tard.

https://gollnisch.com/2017/06/06/derriere-attentats-quest...

08/06/2017

Attentats de Londres : le but du djihad, c’est d’imposer la charia, point !

Attentat-Londres-Djihad-600x375.jpg

8877-20170609.jpgTrois attaques terroristes islamistes en moins de trois mois en Grande Bretagne. La dernière, à Londres, fut la plus meurtrière. Désormais, c’est à peine un événement, c’est un sanglant et abominable rituel. Rituelles aussi les réactions qui s’ensuivent. Après la condamnation unanime, l’expression de la solidarité des capitales étrangères et, à Paris, la Tour Eiffel éteinte une fois de plus – il faudrait installer un va-et-vient –, à Londres, les autorités assurent que la sécurité va être renforcée pour la énième fois ; il y a des bougies et des bouquets sur les lieux du drame, un concert où vont ceux qui croient effrayer Daesh en continuant à s’y trémousser héroïquement.

Pourquoi ces attentats ? Le maire de Londres a répondu : « Parce qu’ils haïssent la démocratie », et notre ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, de renchérir avec la même vision : « La meilleure manière de riposter à ceux qui veulent atteindre la démocratie, c’est de riposter avec les armes de la démocratie, c’est-à-dire le bulletin de vote. » Contre les attentats suicides, les camions qui écrasent des innocents, contre les couteaux des égorgeurs, l’arme la plus efficace, c’est le bulletin de vote. Et c’est un spécialiste, ancien ministre de la Défense, qui vous le dit ! Les terroristes, foi de ministre, tremblent quand on brandit un tel bulletin, terrible « riposte » qui les fait reculer.

De doctes commentateurs nous expliquent que ces assassins entendaient peser sur les élections en Grande-Bretagne, voire les empêcher, elles auront lieu jeudi.

Or, s’il y a cette terrible flambée d’attentats en ce moment en Grande-Bretagne, certes, mais aussi en Egypte, en Irak, en Syrie en Indonésie, c’est pour des motifs non pas politiques mais religieux. C’est à cause du ramadan qui, dans la tradition musulmane, est une période pendant laquelle Dieu donne la victoire aux croyants, toutes les actions des pieux musulmans étant davantage récompensées par le Ciel.

Pour les djihadistes, de telles « actions pieuses » incluent les attaques terroristes et les missions suicides.

Ils se moquent de la démocratie comme d’une guigne ! Comment, avec un diagnostic erroné, peut-on lutter efficacement contre l’islamisme ?

Ils ne veulent pas détruire la démocratie d’abord, leur objectif proclamé et répété c’est d’étendre le califat à toute la planète, d’imposer la charia. C’est le but du djihad. La fin de la démocratie en est la conséquence, mais ce n’est pas l’objectif.

Au demeurant, en attendant la victoire finale de l’islam promise dans le Coran, la démocratie est bonne fille avec eux. C’est grâce à elle qu’ils peuvent dire : « Au nom de vos principes nous réclamons la liberté, au nom des nôtres nous vous la refusons. »

C’est particulièrement vrai en Grande-Bretagne où ils ont obtenu tout ce qu’ils réclament encore en France, le communautarisme et le multiculturalisme étant cultivés comme des vertus nécessaires au « vivre-ensemble » au Royaume-Uni. Nos voisins d’outre-Manche croyaient donc, en ayant donné ces gages de bonne volonté, avoir acheté leur immunité contre la terreur islamique. Theresa May vient de se demander si, finalement, son pays n’avait pas manifesté « trop de tolérance vis-à-vis de l’extrémisme ». Il serait temps de s’en apercevoir !

Guy Rouvrais

Article paru dans Présent daté du 7 juin 2017
sous le titre « Attentats du ramadan »

https://fr.novopress.info/

Farid Ikken : un terroriste loin de tout soupçon - Journal du jeudi 8 juin 2017

03/06/2017

Avec Macron l’Islam qui gagne accède au pouvoir

Certes, « la culture française ça n'existe pas » finassait M. Macron quand il ne s'imaginait même pas au deuxième tour de l'élection présidentielle. C'était le temps où il se rendait en Algérie pour insulter les Pieds-Noirs et, de retour en France, braillait qu'on l'avait mal compris et que d'ailleurs, il leur avait adressé bien des gracieusetés quelques mois plus tôt. Après tout il est peut-être plus habile que les autres. Est-il certain que dans cette France aux haines tenaces au point de passer par dessus les siècles, traiter de criminels contre l'humanité les arrière-petits-fils de colons d'Afrique du Nord ne lui aura pas valu plein de bulletins de vote de dinosaures rancis de l’anti-colonialisme ? Celui-là qu'entretiennent des centaines d'"historiens" de cour qui monnayent ainsi leur accès aux média, aux directions d'instituts, de musées et aux salons du Livre.

Mais cela aussi fait peut-être partie d'une stratégie à long terme. Comme par exemple quand, prenant son air de sainte Nitouche le plus mièvre, il accuse à de nombreuses reprises Marine Le Pen de mentir alors qu'il n'a pas cessé de le faire tout au long des deux heures et demie de débat.

Un seul exemple : quand il soutient effrontément qu'il n'avait aucun lien avec les Frères musulmans et l'UOIF, alors qu'il eut pour responsables locaux de En Marcher deux islamistes radicalisés.

Mohammed Saou, réfèrent départemental de En Marche dans le Val-d'Oise, fut mis sur la touche pour des propos djhadistes mais sur Beurfm Macron dira en aparté : « C'est un type très bien, Mohammed, et c'est peur ça que je ne l'ai pas viré, » Ce Saou est un cadre du CCIF (structure issue des Frères Musulmans et liée à Tariq Ramadan). Le futur président dira même à Marine Le Pen qu'il ne le connaît pas alors qu'une photo les représentant hilares circule sur Internet. Citera-t-on encore Rachid El-Kheng, lui aussi sorti des mêmes milieux (Frères Musulmans et Ramadan), réfèrent de EM à Oignies dans le Pas-de-Calais. Cela fait beaucoup... Trop ? En tout cas cela rajoute à la litanie des mensonges qui jalonnent le parcours de Macron mais n'ont pas suscité dans les média enchaînés le même tintamarre qui depuis des mois suit Trump à la trace.

Le parrainage de Cohn-Bendit

Tout au long de sa campagne il a joué les matamores sur l'immigration, réussissant, grâce à sa connivence avec les média, à se faire passer pour un gardien vigilant de nos frontières et menaçant d'expulsion immédiate tous ceux qui les franchissent illégalement. Certes on ne l'a pas souvent bousculé sur son euro-manie obsessionnelle dont le principe cardinal est la suppression des frontières nationales. On va pouvoir rapidement juger à l'aune de ses assertions quel est donc ce patriotisme dont il ne cessa de prétendre qu'il était le contraire du nationalisme.

Quelle est sa conception des frontières et de l’"ouverture" en matière d'invasion migratoire. 227 000 nouveaux venus par an (2016), plus 80 000 demandeurs d'asile auxquels viendra ultérieurement s'ajouter le regroupement familial, n'est-ce pas en effet ce qu'il prétend être le signe « d'une France raisonnablement ouverte »? Il est un partisan décidé du "testing" et de la condamnation des entreprises qui discriminent à l'embauche. Au prétexte que celle-ci serait illégale. Sauf qu'il y est favorable quand il s'agit d'embauché des jeunes de banlieue. En fait ce centriste douteux semble sorti de la gauche la plus ringarde selon laquelle il n'est de discrimination que lorsque l'étranger en est victime.

Trois voyages illustrent parfaitement l'ouverture béante des frontières à laquelle nous pouvons nous attendre au cours des cinq années à venir. Celui qui le mena en Algérie au cours duquel il développa son plan de libéralisation totale des flux de population entre l'Algérie et la France. Et les deux qu'il effectua en Allemagne, en guise de soumission à Merkel, la grande prêtresse de l'immigration de masse « qui a sauvé, dit-il, nos valeurs communes ». Il reprocha même à l'Europe de n'avoir pas accepté les quotas d'accueil qu'elle voulait imposer. Submergeant ainsi les 26 autres comme elle l'a fait de l'Allemagne. Par ces mots il s'attira les félicitations de l'un des gourous de la désintégration européenne, Daniel Cohn-Bendit, qui l'avait intronisé bien avant la plupart en le désignant comme « le plus grand responsable français à sauver l'honneur »...

Cohn-Bendit parlant d’honneur ? À se tordre de rire

L'idéologie à laquelle il s'adosse est celle qui s'insinue dans tous les pays de peuplement européen. On peut appeler cela le sans-frontiérisme. Son moteur est à la fois l'accélération du développement sous toutes ses formes et le métissage que Sarkozy avait vigoureusement défendu dans son discours de Palaiseau du 25 mai 2009. Non seulement il y soutenait la discrimination positive mais il se déclarait prêt « à relever le défi du métissage ». Recourant même à la menace pour fane plier les récalcitrants « La diversité, à la base du pays, doit se trouver illustrée par la diversité à la tête du pays. Ce n'est pas un choix. C'est une obligation. C'est un impératif… Si ce volontarisme républicain ne fonctionnait pas, il faudra alors que la République passe à des méthodes plus contraignantes encore. » Et que peut-on espérer d'autre de Macron qui de surcroît a fait savoir qu'il entendait réaliser ses changements au pas de charge, à coups d'ordonnances ? Le 2 mars 2017, celui qui allait être élu trois mois plus tard accorda un entretien à Geneviève Jacques, présidente de la Cimade. Un choix qui n'est pas anodin, cette organisation figurant parmi les deux ou trois les plus furieusement commises à l'ouverture totale des frontières. Son mot d'ordre est une profession de foi « Les politiques migratoires dissuadent, méprisent, discriminent, précarisent, humilient, excluent... Quand elles ne tuent pas ». À l'occasion du second tour de l'élection présidentielle elle lança « un appel à une vigilance citoyenne ». Soulignant qu'il n'y avait d'alternative qu'entre « le repli sur les peurs et l'ouverture aux autres et au monde ». Un sophisme largement entaché d'hypocrisie puisque cet appel ne faisait - longuement - référence qu'à Marine Le Pen, « dont le programme anti-immigration et l'idéologie xénophobe qui raccompagne est fondé non seulement sur des contre-vérités mais remet en cause les principes fondamentaux du droit international ». Bobard ou « vérité alternative » ? Celle-ci étant une très vilaine chose dans la bouche de Kellyanne Conway, la porte-parole de Trump, mais une insinuation subtile sous la plume d'un journaliste de gauche. Quand une organisation soutient un candidat à la présidentielle avec autant de fougue et de détermination que le fait la Cimade, après l'avoir longuement entendu, c'est qu'il existe entre eux une parfaite identité de vues sur l'essentiel l'accueil de tous les réfugiés du monde. Ce que résume le site de l'association dite caritative qui ne sait probablement pas comment s'écrit Afrikaner

- Instauration de voies légales d'accès pour les demandeurs d'asile.

- Interprétation plus large des critères de protection, adaptée aux causes nouvelles des déracinements forcés.

- Sécurisation du droit au séjour et au travail.

- Fin des dispositifs d'enfermement et de sanctions judiciaires spécifiques aux personnes étrangères.

François Clavairoly : « Le FN, c’est la peste » !

Macron ne dit pas autre chose. Pour lui l'invasion de l'Europe est un fantasme entretenu par l'extrême droite. Selon la Cimade en effet seuls 3 % des gens quittent leur pays. La plupart d'entre eux pour un pays limitrophe. Ce chiffre, qui signifierait d'ailleurs quelque 200 millions d'individus, est fantaisiste mais sera sans doute atteint dans un avenir proche. D'après le Haut Commissariat aux Réfugiés en 2015 il y avait 65,5 millions de déplacés dont 213 millions de réfugiés à travers le monde. Mais d'après les données qu'il a en sa possession toutes les catégories de déplacés sont en augmentation brutale. Sans importance pour M. Macron...

La Cimade elle-même est obligée de reconnaître « que le nombre des réfugiés et déplacés a explosé au XXIe siècle ». Les demandes d'asiles en Europe sont passées de 332 000 en 2012 à 434 000 en 2013, 625 000 en 2014 et 1,2 million en 2015. Avec les immigrés légaux et les clandestins cela a représenté au cours de ces cinq années plusieurs millions d'individus et ne cessera d'augmenter dans les prochaines années. Qu'importe, nous explique-t-on, cet essor du nombre de réfugiés ou de migrants serait conforme à celui de la population mondiale. « Le discours sur l'invasion n'est qu'un piège », nous assure-t-on ils ne seraient pas plus nombreux qu'ils l'étaient il y a 25 ans.

Ayant violemment dénoncé tout le mal qu'elle pensait du programme « haineux et violent » du Front National envers « les personnes étrangères », la Cimade appelait « à rejeter l’abstention et le vote nul ». Ce qui revenait en somme à soutenir le candidat Macron, dont justement sa directrice, Geneviève Jacques, diffusait sur ses réseaux et sur les sites amis, notamment, le 2 mars, celui de Réforme; principal journal protestant de France, un vibrant plaidoyer pour Macron. Article repris le 1er mai par l'hebdomadaire confessionnel consacré à des incitations directes  à voter. pour lui - pour sa grande sympathie envers les immigrés - ou à des attaques haineuses contre le Front National et sa candidate - le président de la Fédération Protestante de France, François Clavairoly, allant même jusqu'à parler de "peste"

Qu'affirme Macron « Contrairement à ce que certains disent, nous ne sommes pas aujourd'hui confrontés à une vague d'immigration. Un peu plus de 200 000 titres de séjour ont été octroyés l’année dernière, ce n'est pas un tsunami que nous ne saurions freiner ». Or, selon le ministère de l'Intérieur 227 550 titres auraient été distribués, y compris les 32 300 pour « raisons humanitaires ». À quoi il faut ajouter les 85 500 (7 % de plus qu'en 2015) demandes d'asile enregistrées et le chiffre ne peut que croître quand en 2016, 6 200 étrangers en situation irrégulière seulement ont été reconduits à la frontière. Si on additionne ces données on serait plutôt entre 250 et 300 000 demeurés dans le pays. Or, en dépit des affirmations des ONG, la plupart de ceux qui ont franchi les frontières dans le flot des "migrants" sont des hommes jeunes dont on peut être assuré que leur premier souci sera de faire venir leur famille élargie.

Enfin les actuelles législations sont temporaires. M. Macron le sait fort bien. C'est écrit en toutes lettres dans le programme de la Cimade. « Ouvrir davantage de voies légales d'accès au territoire européen et permettre un accès inconditionnel pour les personnes bloquées aux frontières extérieures ». On peut même lire :

« élargir les critères qui ouvrent droit au statut de réfugié pour prendre en compte les nouvelles causes d'exil forcé... (afin) d'inclure... le respect... des droits économiques, sociaux et culturels, et la protection des personnes en exil pour des raisons climatiques ». (Lire surpopulation due à une natalité excessive).

Ou encore « abandonner la logique de l'immigration sélective pour favoriser un droit au séjour fondé sur le respect des droits fondamentaux ». Pour les clandestins il est exigé de « supprimer toutes les formes d'enfermement spécifiques aux personnes étrangères ». Et leur apporter de l'aide devient « une valeur fondamentale elle doit être encouragée par les responsables politiques et non criminalisée ».

Nulle part dans le discours macronien sur l'immigration on ne trouve la moindre critique de ce programme. Au contraire, il est parfaitement en accord avec ces positions.

René BLANC. Rivarol du 11 mai 2017

02/06/2017

Eléonore Bez (FN) : « En ce moment, Marseille vit à l’heure du ramadan »

Eleonore-Bez-2-300x300.jpg

8874-20170603.jpgEleonore Bez est candidate FN aux élections législatives dans la 6e circonscription des Bouches-du-Rhône, qui comprend le 9e et une partie du 10e arrondissement de Marseille. Oui, l’immigration a transformé le visage de sa ville. « Si ce n’est pas un remplacement, en tout cas, ça y ressemble », confie dans cet entretien au quotidien Présent celle qui est aussi conseiller régional de Paca, alors que Marseille vit à l’heure… du ramadan.

— Vous avez grandi à Marseille, votre 6e circonscription des Bouches-du-Rhône s’étend de Mazargues aux Calanques en passant par les Baumettes, qu’est-ce que l’âme de Marseille que vous affirmez défendre et vouloir préserver ?

— Je suis née à Paris et arrivée à Marseille à l’âge de sept mois. Marseille est ma ville et celle de ma famille maternelle depuis des générations. Une partie de ma famille est enterrée au cimetière de Mazargues. Pratiquement, chaque quartier, que l’on appelle ici « noyaux villageois », porte le nom d’un saint et a son église. Marseille est une ville avec une histoire des plus riches : grecque, romaine, ligure, provençale et profondément française. C’est aussi le premier port où sont arrivés nos compatriotes pieds-noirs et harkis qui ont été si indignement et ignoblement accueillis par Gaston Deferre après l’infâme trahison des Accords d’Evian.

La vraie richesse c’est sa terre et ma terre c’est Marseille. Je me battrai pour préserver cet extraordinaire patrimoine des politiques mondialistes qui ont tant abîmé notre pays et notre ville, véritable laboratoire des politiques d’immigration massive depuis 40 ans.

Eleonore-Bez-Affiches-300x225.jpg— Quelles sont les problématiques sur lesquelles vous avez axé votre campagne ?

— Depuis près d’un an, j’arpente la circonscription et j’assiste aux Comités d’intérêt de quartiers à l’écoute des habitantes et des habitants : les commerces qui ferment les uns après les autres au profit des grands supermarchés sans âme, les villages qui deviennent de simples voies de passage vers les différentes autoroutes, l’insécurité et le communautarisme.

Je vais prendre l’exemple qui est le plus frappant : le quartier de la Capelette que j’ai connu enfant et qui était un quartier populaire, tranquille. Aujourd’hui ce quartier vit au rythme de la mosquée qui est une des plus grandes de la ville et qui risque d’être encore agrandie au vu de l’affluence. Chaque vendredi les rues sont bloquées par des « vigiles » de la mosquée qui empêchent le stationnement des riverains.

Tous les commerces traditionnels ont été remplacés par des commerces communautaristes, des alimentations de nuit et des bars à « chichas » dont chacun sait que la plupart sont des « blanchisseries » pour laver l’argent des trafics des cités de la ville.

Les habitants que j’ai rencontrés m’ont tous confié leur exaspération devant cette situation. La pratique de l’islam lorsqu’elle est respectueuse des lois de la République et de la laïcité est bien évidemment possible mais aujourd’hui elle apparaît trop souvent utilisée à des fins idéologiques, politiques à l’encontre de la laïcité républicaine.

J’ai essentiellement axé ma campagne sur la lutte contre l’insécurité qui détruit la vie de nos quartiers, nous proposons de réarmer physiquement et moralement les effectifs de police. Nous avons dans la circonscription une cité où les forces de l’ordre ne rentrent pas, c’est La Cayolle dans le IXe arrondissement et le commissariat de cet arrondissement est fermé le soir et le week-end ! Je me bats aussi pour la protection des artisans, des commerçants, des TPE-PME contre la fiscalité confiscatoire de Macron. Pour la défense de nos retraités, nombreux dans les IXe et Xe arrondissements, pour lesquels il faut revaloriser le minimum vieillesse et supprimer la CSG. La lutte contre le communautarisme est fondamentale parce que la seule communauté qui assimile et qui est garante de l’unité de la France, c’est la communauté nationale.

Pour cela, il est essentiel de réapprendre à nos compatriotes l’amour de la France et le respect de son histoire. Et cela passe, par exemple, par ne plus jamais permettre que l’on insulte comme l’a fait Emmanuel Macron les harkis et les pieds-noirs qui ont tout donné pour leur pays. Je les rencontre régulièrement. Ma directrice de campagne qui habite dans cette circonscription est pied-noir.

— Vous avez vu changer et même remplacer la population de cette ville et de sa périphérie, vous avez suivi les étapes de son islamisation. Que peut faire un député de plus contre les homicides, le trafic de drogue, le communautarisme, les mosquées salafistes ?

— Oui, la population a changé comme dans beaucoup de grandes villes de France et si je ne suis pas une adepte des grandes théories, je vis ma ville chaque jour : si ce n’est pas un remplacement, en tout cas, cela y ressemble beaucoup.

L’islamisation de la ville est un fait. En ce moment, Marseille vit à l’heure du ramadan.

Le désespoir est une sottise en politique, il n’est jamais trop tard pour proposer à tous les Marseillais qui aiment la France de la défendre. 240 morts en France au nom d’une idéologie religieuse meurtrière : déposer des bougies et des fleurs c’est gentil mais ça ne sert à rien. Lutter contre le laxisme judiciaire, faire appliquer la loi tout simplement, c’est ça aussi le travail du député. C’est pour cela que nous devons former un groupe à l’Assemblée. Le Front national avec Marine Le Pen est le seul parti d’opposition crédible face au gouvernement Macron.

— Qui sera votre plus redoutable adversaire ici ? Le candidat sortant LR Guy Teissier en place depuis 30 ans, l’abstention, le candidat de Mélenchon, ou l’état de grâce de Macron ?

— Mélenchon, Les Républicains et En marche ne sont pas crédibles. Pris un à un, ils représentent très peu d’électeurs. Quant au candidat Guy Teissier, on le distingue mal désormais de son adversaire d’En Marche : il a soutenu Fillon qui a appelé à voter Macron sans même attendre 20 h 15 le 23 avril. Il distribue le programme de Baroin qui drague Macron, il soutient la majorité Muselier-Estrosi à la Région et c’est de cette majorité qu’est issue Mme Leprettre, qui est candidate En Marche… Guy Teissier meurt de peur de perdre ses dernières prébendes et essaie de sauver son 6e mandat ! Pour un homme qui dans sa jeunesse a été au PFN, il se serait grandi en se positionnant clairement en faveur de Marine Le Pen mais il a définitivement claqué la porte à ses convictions préférant ses dernières ambitions.

C’est à cause de ces escroqueries politiques et morales que beaucoup d’électeurs sont las d’aller aux urnes, voyant chaque fois leurs espoirs trahis. Mon principal adversaire c’est l’anti-France. C’est pour cela que j’appelle chaque électrice et électeur de cette 6e circonscription à me choisir, à choisir le Front national, à choisir la France.

propos recueillis par Caroline Parmentier

Entretien paru dans Présent daté du 3 juin 2017

https://fr.novopress.info/

Législatives - Odile de Mellon (FN) : la France menacée par l'islam et le mondialisme

Odile de Mellon, candidate FN dans la 2° circonscription des Côtes d'armor, signe une tribune dans Ouest-France :

Unnamed

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

La France ferait éliminer les djihadistes “français” en Irak

Les-djihadistes-envahissent-l-Irak-600x400.jpg

Selon une enquête du quotidien américain The Wall Street Journal publiée le mardi 30 mai, les forces spéciales françaises feraient appel depuis des mois à des soldats irakiens pour éliminer des ressortissants français membres de l’État islamique à Mossoul. Le journal cite plusieurs sources irakiennes et françaises pour étayer son enquête.

Le cadre légal reste très flou pour ce genre d’opérations. 1 700 Français auraient rejoint les rangs de l’EI et plusieurs dizaines auraient été tués au cours de la bataille de Mossoul depuis sept mois. 

France’s special forces are hunting French militants fighting for Islamic State in Mosul http://on.wsj.com/2qveXQC 

France’s special forces are hunting French militants fighting for Islamic State in Mosul
 

France’s Special Forces Hunt French Militants Fighting for Islamic State

A number of French citizens have been killed by Iraqi artillery and ground troops using location coordinates and other intelligence supplied by French forces during the battle to drive the extremist...

wsj.com


La France éliminerait indirectement «ses… par leparisien

Les forces spéciales françaises et l'armée irakienne neutralisent des cibles djihadistes françaises en @WSJhttps://www.wsj.com/articles/frances-special-forces-hunt-french-militants-fighting-for-islamic-state-1496090116 

France’s special forces are hunting French militants fighting for Islamic State in Mosul

France’s Special Forces Hunt French Militants Fighting for Islamic State

A number of French citizens have been killed by Iraqi artillery and ground troops using location coordinates and other intelligence supplied by French forces during the battle to drive the extremist...

wsj.com

https://fr.novopress.info/

Spectaculaires arrestations anti-djihadistes dans le Lot-et-Garonne

6818964_1_1000x625.jpg

Dans nos villages du Lot-et-Garonne, on commence à ouvrir les yeux. Il serait bon que la France des villes commence elle aussi à les ouvrir.

Lundi a eu lieu en Lot-et-Garonne, mais aussi à Bordeaux et à Paris, une importante opération antiterroriste. Les journaux, comme Sud-Ouest, n’en relatent que des bribes, maîtrise de la communication oblige :

« Lundi après-midi, cinq personnes ont été placées en garde à vue à Bordeaux et une à Paris, dans le cadre d’une opération anti-islamiste menée par les policiers de la Sous-direction antiterroriste (SDAT) de la police judiciaire.
Ces individus, quatre hommes et deux femmes, âgés de 32 à 48 ans, sont soupçonnés d’avoir des liens étroits et d’avoir, peut-être pour l’un d’eux, favorisé le départ d’une famille bordelaise en Syrie. C’est en tous cas ce que cherchent à savoir les enquêteurs de la SDAT qui travaillent étroitement avec les enquêteurs de la Division criminelle.
Les arrestations qui se sont déroulées à Mérignac, Floirac, Bordeaux, dans le Marmandais et à Paris ont été suivies de perquisitions.
De source proche de l’enquête, du matériel informatique aurait été saisi mais aucune arme n’aurait été découverte.
Les gardes à vue pourraient se prolonger jusqu’à jeudi avant un éventuel transfert vers le parquet antiterroriste de Paris. »

Mais il faut savoir lire ce qui se cache derrière ces comptes rendus volontairement vagues. Ou plutôt voir, car ces opérations ont eu de nombreux témoins. Et là, c’est le choc. Même les plus incrédules, les habitants les plus Charlie de nos villages, commencent à ouvrir les yeux : oui, leurs voisins étaient en lien avec des réseaux djihadistes.

Sud-Ouest consent à lever un coin du voile, sur « l’émotion à Sainte-Bazeille » » :

« Les riverains de l’avenue Graveyron, à Sainte-Bazeille (47), n’en reviennent toujours pas. L’intervention qui s’est déroulée lundi en fin d’après-midi avait de faux airs de film d’action. »

Dans un autre village aussi, l’arrestation fut spectaculaire : voitures banalisées de la police, policiers cagoulés qui interpellent le suspect sortant de son lieu de travail, le menottent mains dans le dos et le cagoulent immédiatement, avant de le pousser dans un de leurs véhicules.

En Lot-et-Garonne, nous savions que nous avions de plus en plus de problèmes de communautarisme, de revendications, notamment dans les établissements scolaires. Nous savions qu’il y avait aussi des mosquées salafistes. Nous savons aussi que nos petits villages comptent des fichés S. Nous avons évidemment nos trafics et nos délinquants.

Désormais, nous ne pouvons plus ignorer qu’ils abritent aussi des filières djihadistes.

Mais il y a plus grave : l’une des personnes arrêtées lundi était un enseignant. Pas une racaille. Pas un délinquant. Un enseignant. Recruté par le rectorat. Certes, l’arrestation s’est parfaitement déroulée, et ce remplaçant n’aura pas officié longtemps. D’ailleurs, l’établissement concerné, de bonne réputation, a tenu, par souci de transparence, à rassurer les familles inquiètes en publiant un communiqué.

Dans nos villages du Lot-et-Garonne, on commence à ouvrir les yeux. Il serait bon que la France des villes commence elle aussi à les ouvrir, au lieu de mépriser la France des villages qui vote si mal. Mais qui a, pour cela, de très bonnes raisons.

http://www.bvoltaire.fr/spectaculaires-arrestations-anti-...

Le Halal se porte bien - Journal du jeudi 1 juin 2017

01/06/2017

Le Halal se porte bien - Journal du jeudi 1 juin 2017