Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/10/2017

Le nouvel ordre moral contre Civitas

LOGO-Civitas-2016-cité-catholique.jpgIl y a une semaine, une campagne de haine et de calomnies contre Civitas était lancée sur le forum des Cahiers du Football lors d’un débat sur les dérapages de la Gabonaise Danièle Obono, députée des quartiers de La Goutte d’Or et La Villette au Parlement républicain.  Cette dernière avait comparé La Manif pour tous avec les attentats de Daech :

« Est-ce qu’il y a des personnes qui, au nom de leur religion, ont une idéologie réactionnaire et discriminante ? Oui ! De toutes les religions. Je vous rappelle qu’il y a quatre ans, il y a eu des dizaines de milliers de personnes qui sont descendues dans la rue au nom de leur religion pour s’opposer à une loi qui finalement a été votée. Oui, il y a donc des personnes qui utilisent leur religion comme justification de leur comportement […] et qui justifient les actes d’autres personnes pour commettre des actes terroristes». Une des membres les moins à gauche du forum posa la bonne question : « On arrêtes les conneries 2 secondes ? Y a vraiment des électeurs de Mélenchon qui s’alignent sur ces stupidités ? Depuis quand c’est « au nom de la religion » qu’on est descendu ? Et manifester contre une loi c’est illégal ? C’est du terrorisme ? ».

Il fut immédiatement cloué au pilori par l’un des commissaires politiques locaux. De fil en aiguille, la conversation dévia sur Civitas, véritable déferlement d’insultes, de diffamation, mais également de clichés rances et moisis marque de fabrique de la secte du Méchancon (soutenue par au moins 40 % des membres), sans parler des analyses sociologique niveau café du commerce. Le 10 octobre, « Annyong » se lâche dans le délire parano-diffamatoire :

« Sauf que la Manif pour tous n’a pas été qu’une gentille manifestation de familles bisounours se tenant la main, comme sur les T-shirt. Ca a aussi été un déferlement de haine, de jugements d’une stupidité terrifiante sur ce qui était naturel et ce qui ne l’était pas (non mais sérieusement mec, ta voiture, elle est naturelle, elle pousse dans les arbres ?). Bizarrement on a cessé d’opposer nature et culture pour remplacer le second terme par « contre-nature ». Sans compter l’influence que ça a pu avoir sur les plus jeunes, qui défilaient dans la rue en répétant les argumentaires parentaux sans y comprendre goutte. Et les parents qui répondaient que la civilisation étant en danger quand on leur demandait la raison de la présence des marmots dans la foule. Et n’imaginez pas que personne n’en a souffert, de voir la parole homophobe à ce point libérée ».

Vient ensuite Lotbur qui le surpasse encore en idiotie :

« Je rappelle pour ma part que le taux de suicide chez les homosexuels est 6 fois plus important que chez les hétéros (pour les hommes, 4 pour la globalité). Chaque année, environ 30% des homosexuels de moins de 25 ans font une tentative de suicide (selon un rapport du sénat de 2013). L’homophobie tue beaucoup plus dans ce pays que le terrorisme (islamique, bien sur, le seul qu’on appelle comme ça) ou les accidents de la route. L’homophobie décomplexée des dingos de Civitas, sens commun et autre est une forme de terrorisme. Qui tue. Beaucoup. Sans avoir besoin de bombe ».

Le taux de suicide des homos n’est pas du aux injures ou aux discriminations qu’ils subiraient (sinon, le taux de suicide le plus élevé serait celui des gens qualifiés d’extrême droite…), mais à leur fragilité mentale. Poussons également le raisonnement ad absurdo : si on suit son raisonnement, c’est la « parole libérée » contre les policiers – notamment par voie de presse, de chanson, de films ou de « reportage » –  qui est responsable du fait que les policiers sont l’une des professions où on se suicide le, plus…  Le sophisme, « argument » de base du gauchiste, ce que relève d’ailleurs un autre participant :

« lotbur, ton saut de « les homosexuels se suicident plus que les hétéros » à « Civitas tue » il est très joli mais il n’a aucun sens. Je suis toujours fasciné, quand quelqu’un veut montrer que quelque chose est dangereux et qu’il est incapable de le montrer quantitativement, de le voir systématiquement se réfugier dans ce qui est inmesurable. En page précédente c’est la libération de la parole (un grand classique), là tu nous balance une affirmation qui ne serait prouvable que si on pouvait comparer un monde avec Civitas et un monde sans Civitas, donc un truc impossible. C’est toujours la même chose.  Après si tu penses que l’homophobie est un terrorisme parce qu’elle tue, soit tu as la mauvaise définition du terrorisme, soit on peut faire une liste super étendue des terroristes. L’alcool ? Terroriste. La drogue? Terroriste. Les fabricants de bagnoles? Terroristes. Les fabricants de bouffe grasse? Terroristes ! ».

S’en suit le bon cliché » bien rance : « Vous n’en n’avez pas marre d’évoquer ces cintrés moyenâgeux ? Laissons-les dans les poubelles de l’histoire qu’ils n’auraient jamais dû quitter » et on arrive avec le plan parano-conspi de « Esay Slider » :

« Nier qu’aujourd’hui des homosexuels puissent vivre dans un climat de terreur, et plus encore suite à la manif Pour Tous dans laquelle ont été observés des ratonneurs et casseurs d’homo notoires (Goldofaf ça te dit peut-être quelque chose jéronimo), c’est beau. Pas pouvoir se tenir la main dans la rue sans avoir à essuyer moqueries et menaces ».

Ce crétin serait bien incapable de citer un cas de militants de Civitas ayant frappé un homo. Rappelons quelques cas qui me viennent à l’esprit : On se souvient du fameux Wilfried qui avait été victime d’une agression très violente avec son camarade de jeu en avril 2013. Il avait alors accusé la manif pour tous. L’enquête prouva ensuite que l’agression était à la fois homophobe et raciste, puisqu’il avait été massacré par un groupe de Maghrébins, non seulement parce qu’il était gay, mais aussi parce qu’il était Blanc. Rappelons ce patron de bar gay de Laval qui en avril 2009 eut la main cassée. Il accusa des jeunes du MJCF de l’avoir blessé. L’enquête prouva que c’est lui qui s’est cassé la main en agressant les jeunes catholiques. Plus anciennement, on peut se souvenir du gay Sébastien Nouchet qui, en 2004 à Noeux-les-Mines prétendit avoir été victime d’une tentative de meurtre par des « homophobes » qui auraient voulu le bruler vifs, agresseurs qui n’avaient existés que dans son imagination. Pire, il avait accusé un innocent qui avait le meilleur des alibis : il était en prison…  Quant à Goldofaf, il est aussi coupable du suicide des gays que Georges Brassens de ceux des gendarmes.  Et on ne parle pas des propos de haine et des menaces de mort provoqués par les agents de la gaystapo contre les catholiques, cela mériterait un article entier…

Puisque on en est dans les rappels, souvenons-nous que le premier couple gay marié dans l’Oise à vu l’un des deux partenaires être arrêté pour pédophilie gay, tout comme le fut l’un des principaux cadres LGBT d’Ecosse. A Verdun, un des premiers couples de lesbiennes mariée fut arrêtée pour avoir séquestré, torturée et violée une jeune handicapée mentale de 20 ans. On pourrait multiplier les cas à l’infini. Encore tout récemment, le 25 mai 2016 à Cardiff, Elsie – une petite fille de 18 mois adoptée par un couple de gays – est morte au bout de 15 jours, torturée à mort par l’un des deux, Matthiew Scully-Hicks. Quelques jours plus tard, lors de l’affaire Weinstein, sur les Cahiers du Football, un intervenant plastronnait : les couples d’hommes gays au moins n’harcèlent pas les femmes. Non, immonde kopile ! Ils tuent juste les gamines… (Je vois arriver le truc : oui mais chez les hétéros… Compare les pourcentages, glupak !). Et pour ne pas être accusé de sexisme contre les hommes, le procès de Scully-Hicks arrive au même moment que celui de deux militantes LBGT de Tulsa condamnées le 21 septembre à 20 ans de prison pour avoir torturé le petit garçon de 5 ans de l’une d’elle…  Notons, hasard ou non, que chez les gays, la fillette est torturée et chez les lesbiennes, le garçon…

Hristo XIEP

http://www.medias-presse.info/le-nouvel-ordre-moral-contr...

16/10/2017

L'Action française en pleine renaissance - Face à l'intolérance et au sectarisme de l'ultragauche

navarin 14 10 17.jpg

Avant-hier samedi, dans l'après-midi, s'est tenue à Marseille, la réunion de rentrée de l'Action française Provence, laquelle est surtout constituée d'une génération nouvelle, active, idéaliste et déterminée, politiquement décidée à se battre pour la France ; pour la pérennité de son identité.  

Réunion de rentrée de l'Action Française Provence - Marseille, 14.10.2017 - Lafautearousseau Vimeo.

L'Action française Provence est en quelque sorte archétype ou modèle de la renaissance du mouvement royaliste, qui se produit aujourd'hui en France. Notamment parmi les jeunes. Et il nous paraît bon de le faire savoir, de le montrer même, aux lecteurs de Lafautearousseau. Par quelques photos et par une vidéo. Par l'image et par le son. 

Fallait-il montrer les images de la réunion quelques minutes interrompue par des affrontements avec les antifas de l’ultragauche violente et radicale ? Pourquoi ne pas le faire ? Ils n’ont pas réussi à empêcher la réunion de se tenir et il faut savoir, faire savoir, les méfaits de cette population douteuse, masquée, encagoulée, armée, qui partout casse, brûle, charge les forces de l’ordre, et n’hésite pas à frapper. Que la police affronte régulièrement mais que l’Etat laisse faire… 

La vidéo montre surtout la qualité des interventions qui ont marqué la réunion : celle de François Marcilhac, de Guy Bertran, et celle, en tous points remarquable, de François Davin.  Sans compter le sens de l’organisation et le sang-froid, les vues d’avenir, des plus jeunes intervenants.   

L’on se réjouira, parmi nos lecteurs et au-delà, de cette renaissance ! Et on la soutiendra !  LFAR  • 

Quelques activités de l'Action française Provence en images 

22141284_1312700768840012_9114899528426705177_n.jpg

Rassemblement gare Saint-Charles lundi 2 octobre, après l'attentat de la veille où deux jeunes-files françaises avaient été lâchement assassinées par un terroriste islamiste.   

22141167_1314479875328768_4227808792302243209_n.jpg

Formation, rue Navarin. Ci-dessus, deux conférences : à gauche avec Hilaire de Crémiers, à droite, Anna Bizu 

22308938_1319584561484966_4794814959437716608_n.jpg

22405719_1318688768241212_7751436169957613975_n.jpg

Affichages et distributions de tracts pour annoncer la réunion de rentrée du 14 octobre. un militantisme au quotidien ...

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

12/10/2017

Petit retour en arrière : MILITANTISME : DU DIMANCHE DE SYNTHÈSE NATIONALE AU SAMEDI DU BASTION SOCIAL

ob_9bac7f_adinolfi-41-sn-1er-octobre-2017-photo.png

Rungis le 1er octobre avec Synthèse nationale

Forum SI cliquez ici

Une actualité chargée, en particulier par l’attentat de Marseille et la crise espagnole, nous a amené à différer ce qu’il y avait à dire de la XIème Journée nationale et identitaire organisée le dimanche 1er octobre par les camarades de Synthèse nationale (cf. notre article du 28 septembre). Mais qu’on ne s’y trompe pas : cette Journée a été une incontestable réussite. Dès notre arrivée, à 11 heures, Roland Hélie, le dynamique animateur de SN, nous confiait qu’il avait d’ores et déjà enregistré plus d’entrées que lors des première minutes de la même manifestation l’an passé. Et les statistiques définitives ont confirmé cette tendance, puisque l’on a compté près de 1 500 entrées, contre 800 en octobre 2016. Cette très forte augmentation montre que la mobilisation des nationalistes est en très fort développement, ce qui est probablement une conséquence de la dernière Présidentielle : nombreux sont ceux qui, désormais, attendent des changements radicaux et qui vont là où ils s’attendent à trouver ceux qui peuvent les porter.

Et leur attente n’a pas été déçue. Nous n’avons pu assister à l’ensemble de la journée, mais avons pu apprécier ce qui s’y est déroulé en première partie, et plus précisément l’excellent forum des initiatives du matin, où nous avons relevé, en particulier, les interventions de Gabriele Adinolfi, Vincent Vauclin et Alban d’Arguin. Le premier a fait un point du projet « Lansquenets pour l’Imperium », qu’il anime et qui est en train de devenir un vaste réseau européen de réflexion, de formation et d’action comme il n’y en a probablement jamais eu dans notre camp. Le second a présenté les activités de son mouvement, Dissidence française, d’une façon si construite et attractive qu’il a su capter l’attention et la sympathie de l’assistance. Quant au troisième, qui mène une véritable croisade contre cette nuisance économique et écologique que constituent les éoliennes, il a mis en valeur la chance que représente notre parc nucléaire, une chance qui risque d’être remise en question ; mais n’a-t-il pas, toutefois, fait preuve d’un optimisme excessif à propos du nucléaire, en restant silencieux sur cette grave question que constitue la gestion des déchets ? Dans les années 70, on réfléchissait à une filière capable d’utiliser les déchets nucléaires, une filière dont l’étude avait, à l’époque, été abandonnée sous la pression de menées gauchistes quasi-insurrectionnelles : n’y a-t-il lieu pas de réactiver ce dossier ?

Nous attendions également, avec beaucoup de sympathie et d’intérêt, l’intervention de Steven Bissuel, le très efficace leader du Bastion social. Malheureusement, celui-ci, arrivé en retard, n’a pu participer au forum des initiatives et n’est intervenu que lors du forum sur l’identité, l’après-midi, forum auquel nous ‘avons pu assister. Nous avons néanmoins noté que le stand du Bastion a reçu la visite de très nombreux visiteurs, très chaleureux, ce qui montre à quel point l’action du BS est populaire au sein de notre camp. On attendait donc avec impatience ce qu’allait donner la manifestation organisée à Lyon, le samedi suivant 7 octobre, et que nous avions annoncée dans notre article du 26 septembre. Bien évidemment, cette manifestation avait, comme d’habitude, fini par être interdite, sous le prétexte fallacieux qu’elle risquait de « troubler l’ordre public ». Mais, comme toujours en pareil cas, le Bastion a su réagir avec détermination et intelligence, remplaçant sa manifestation par un rassemblement de plusieurs centaines de partisans très remontés devant son local, Le Pavillon noir, rassemblement qui fut suivi, le soir, d’un concert de rock identitaire très réussi. Il n’y a pas de doute : le Bastion social est une réalisation militante qui s’affirme et se développe, et dont on n’a pas fini de parler !

DES LANSQUENETS AU BASTION SOCIAL, EN PASSANT PAR DISSIDENCE FRANÇAISE, LA RENAISSANCE NATIONALE ET EUROPÉENNE EST EN MARCHE !

ob_e1433a_bastion-social-23-rassemblement-du-7-o.jpg

Lyon le 7 octobre avec la Bastion social

http://synthesenationale.hautetfort.com/

PMA-GPA : les Sentinelles veillent à Montpellier

Les Sentinelles de Montpellier ont exprimé leur opposition à la "PMA sans père" dans les cartons de la loi bioéthique en marche pour 2018, le mardi 10 octobre au soir, devant la Préfecture. Des échanges fructueux ont eu lieu avec des passants, notamment des jeunes qui ont saisi la portée du message défendant les droits de l'enfant à connaître ses origines réelles et à bénéficier d'une éducation complémentaire "homme - femme". RDV est pris pour renouveler régulièrement ce type d'action. ONLR J !

SENTINELLES MPL 10 11 17

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

11/10/2017

Père de Blignières - La nature et la grâce

08/10/2017

Ils ont peur d'un bus

La mairie de Paris et la ville de Saint-Denis craignent le bus de CitizenGo. Pour ces gens-là, vous ne devez pas avoir le droit d'exprimer d'opinion contradictoire :

Capture d’écran 2017-10-06 à 22.49.51

CitizenGo sollicite notre aide :

  • Rendez-vous samedi 7 octobre à 11h00 devant le palais des congrès, pour prendre le bus. Destination : la fête à Neuneu (RDV à 12h00 pour ceux qui ne peuvent être à Porte Maillot avant). 
  • Rendez-vous dimanche 8 octobre à 15h00 Place Vendôme. 

DLSCrhtXUAAsJ2P-2-1170x781

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

07/10/2017

Mobilisation lundi dernier à Marseille gare St-Charles à l'appel de l'Action Française

Après l'attentat de Marseille, gare Saint- Charles, dimanche 1er octobre après-midi, un rassemblement s'est formé sur les lieux même, le lendemain lundi 2 au soir, à l'appel de l'Action française Provence, pour mobiliser les Marseillais contre les crimes islamistes.

Le rassemblement sur le parvis de la gare a notamment réuni une soixantaine de jeunes prêts à défendre leur patrie, rapidement rejoints par bon nombre de passants touchés par leur détermination et tout aussi décidés à se défendre.

Cela vaut mieux que les bougies, les peluches, la tristesse et les pleurs.  

(Deux photos)

22195942_1312700912173331_7131425025866960660_n.jpg

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

06/10/2017

Cercle Maurras et l'Action Française

05/10/2017

Vidéo • Pierre de Meuse : Pourquoi sommes-nous royalistes aujourd'hui ?

Intervention de Pierre de Meuse à la réunion de rentrée de l'Action Française Toulouse le 16 septembre dernier. 

 

Pierre de Meuse montre ici - notamment et sans-doute principalement - comment le principe dynastique, un principe familial au sommet de l'Etat, comporte en soi-même un programme implicite qui vaut pour celui qui l'incarne mais aussi, pour les royalistes. Et ce principe s'oppose par nature au monde liquide qui est le nôtre. Il y a là, nous semble-t-il, une démonstration importante pour notre aujourd'hui. Nous conseillons donc vivement, en particulier aux plus jeunes d'entre-nous, l'écoute de cette conférence [45'].   LFAR

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2017/10/02...

04/10/2017

Trad’histoire – Clovis et les Francs

Trad’histoire site historique à destination des plus jeunes diffuse le troisième chapitre de la petite histoire de France de Jacques Bainville adapté en vidéo.
Aujourd’hui: Clovis et les Francs 
Retrouvez le cours, le quiz et des idées sorties en relation avec cette vidéo directement sur Trad’histoire.com 

22:44 Écrit par pat dans culture et histoire, tradition | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Trad’Histoire : Vercingétorix

Trad’histoire, site historique à destination des plus jeunes, diffuse son 1er épisode de la petite histoire de France de Jacques Bainville adapté en vidéo.
Tous les 15 jours, un nouvel épisode sera disponible à la fois sur le site Trad’histoire.com et sur Médias-Presse.Info.
Retrouvez le cours, le quiz et des idées sorties directement sur Trad’histoire.com

12:43 Écrit par pat dans culture et histoire, tradition | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

02/10/2017

Guillaume Bernard - Reconquérir les idées

30/09/2017

Reportage – Camp d’été France Jeunesse Civitas, promotion « Saint Michel »

Deux jours durant, des militants catholiques et nationalistes venus des quatre coins de France ont participé au 1er camp de cohésion organisé par France Jeunesse Civitas.

En ce rude mois de septembre, les jeunes hommes ont pu se former l’âme et le corps, bien encadrés par Monsieur l’abbé Xavier BEAUVAIS, le Père Laurent des moines capucins de Morgon, Alain ESCADA, Pierre STUDER et Alexandre GABRIAC. Dans une démarche « Catholiques et Français toujours », ce camp s’est articulé autour de la messe quotidienne, des conférences de formation doctrinale et politique et des activités physiques et de cohésion.

 Le samedi matin, après une courte nuit entrecoupée par les tours de garde nécessaire pour veiller les uns sur les autres suivie du décrassage réglementaire, nous avons eu la joie de pouvoir assister à la messe célébrée par le Père Laurent sur le lieu du camp.

 A la suite du petit-déjeuner autour du feu, l’heure du travail pour remercier le propriétaire des lieux sonnait : déplacement de lourdes pierres et divers travaux d’entretien au programme !

Une toute petite pause, puis c’est au tour du Père Laurent, qui fait partie des aumôniers de CIVITAS, de donner une très intéressante conférence sur la chevalerie et la féodalité.

Suivra un déjeuner bien mérité, où les militants énonceront chacun à leur tour leur cheminement spirituel et politique, permettant ainsi aux nouveaux de faire connaissance avec les plus aguerris.

Point de sieste pour les militants de la cause nationale ! La formation au service d’ordre prit le relais, avec les exercices pratiques de protection de personnalité, collage, encadrement de manifestation, action coup-de-poing… les militants se mettant tour à tour dans la peau du service d’ordre, de la police, mais aussi des contre-manifestants ! Ces derniers apprenant d’ailleurs à reconnaître le goût des différentes sortes de gaz lacrymogène…

Après l’entrainement des corps, l’entrainement des âmes : conférence de Monsieur l’abbé Beauvais sur Donoso Cortès, exemple pour les jeunes catholiques, soucieux de faire régner le christianisme social pour le bien de la nation.

Une randonné dans la nature environnante permit ensuite aux volontaires de réciter le chapelet, toujours accompagnés et encouragés par les religieux présents au camp.

Après le dîner, nous entamions la veillée, où nos chants d’Europe et la verve de notre président Alain ESCADA firent oublier la fatigue et la pluie aux militants, chez qui la cohésion s’était déjà installée.

Dernière épreuve de cette très longue journée : la marche de nuit, durant laquelle les jeunes et moins jeunes ont pu apprécier une courte marche à la seule lueur de la lune, parsemée de quelques embûches…

Après un bref repos, c’est déjà le dernier jour du camp. La sainte messe comme toujours pour démarrer, et comme scéance de sport pour la matinée avant de replier les tentes un peu de boxe !

La conclusion par les organisateurs et invités sur leur ressenti du camp se fit autour d’un apéritif servi par notre hôte, où les participants et encadrants ont pu échanger sur le déroulement du camp, et leurs espoirs de pouvoir former une communauté enracinée solidement dans les principes, inaccessible au découragement et prête à sortir gagnante des épreuves qui nous attendent.

On profita ensuite pleinement du dernier repas passé ensemble, loin du monde moderne et de sa folie, entre bons Français et catholiques non-reniés, et on promit déjà de se retrouver dès la prochaine activité, plus nombreux encore !

Claquez bannières de chrétienté

Contre révolution.

Notre honneur est fidélité,

Gardons la tradition.

Chez nous Dieu premier servi,

La France est aux Français.

Travail, Famille, Patrie,

Nos devises sont fixées.

Dehors escrocs libéraux,

Valets des communistes,

Complices des bourreaux,

Compères des socialistes.

Nos alliés ils ont trahi,

Sali même le sacré,

Livré nos colonies,

Les enfants massacrés.

(Source : www.francejeunessecivitas.com)

http://www.medias-presse.info/reportage-camp-dete-france-...

29/09/2017

La guerre du vocabulaire. Ou comment réapprendre à parler sans se soumettre aux censeurs

1841033494.jpgDans cette tribune du Journal de Montréal [19.09], Mathieu Bock-Côté traite des interdits qui pèsent sur certains mots du vocabulaire de notre famille de pensée. A chacun d'eux, il restitue sons sens vrai ; il montre les réalités profondes que ces mots proscrits recouvrent et saisit l'occasion pour rappeler quelques vérités essentielles et profondes. Qui valent dans son Québec natal, comme elle valent en France et en Europe. Mathieu Bock-Côté finit toujours par aller à l'essentiel, par le faire découvrir. Et c'est, pour l'esprit, une joie vraie.  En reprenant nombre de ses publications, tout simplement, nous la faisons partager. LFAR

De bons amis, soucieux de notre bonne réputation, disent souvent aux nationalistes québécois: n'utilisez pas le mot « identitaire » lorsque vous parlez de votre vision du Québec, il est contaminé par les groupuscules qui le revendiquent. Identitaire serait un mot toxique, à proscrire.

Ces mêmes amis nous disent : n'utilisez pas le mot « conservateur », il vous fera passer pour des nostalgiques de Stephen Harper. Il témoigne d’une psychologie du repli sur soi, presque antimoderne.

Ces mêmes amis poursuivent : ne vous dites pas « nationalistes», ce mot, en Europe, est associé à l'extrême-droite.

Et il arrive même que ces amis nous disent : souverainiste, c'est un mot qui laisse croire que vous êtes fermé à la mondialisation. À tout le moins, en France, on en fait un symbole de fermeture.

À ce rythme, nous finirons par ne plus rien dire. 

Certes, le langage est l'objet d'un débat politique. Chacun cherche à imposer son vocabulaire à l'adversaire : on veut survaloriser ses propres mots et dévaloriser ceux du camp d'en face. C’est ainsi depuis toujours et cela ne changera pas demain.

Mais je constate que ceux qui sont attachés à la cause nationale se laissent intimider par ceux qui cherchent chaque fois à disqualifier leur vocabulaire. Ils se laissent piéger. Ils ne savent plus trop comment parler.

Retrouvons le sens premier de ces mots.

Identitaire ? On réfère ainsi à la part existentielle de la communauté politique. On rappelle qu’elle n’est pas un pur artifice juridique et qu’elle s’est nouée dans la culture et l’histoire. On rappelle qu’un corps politique est nécessairement historique et qu’aucune nation ne saurait durer sans le souci de sa singularité, sans le désir de persévérer dans son être.

Conservateur ? Le conservatisme est une philosophie de l’enracinement, qui rappelle que l’homme est un héritier, et qu’il doit s’inscrire dans une histoire particulière pour accéder à l’universel. Le conservatisme incite aussi à se méfier des fausses promesses de la modernité et de ses dérives, ce qui ne veut pas dire qu’il la congédie en elle-même.

Nationaliste ? Ce mot est inscrit dans notre histoire. Il désigne une fidélité première au Québec et rappelle que jamais notre existence nationale ira sans combat en Amérique. Je veux bien croire qu’il change de signification en traversant l’Atlantique mais on ne saurait pour cela abolir la culture politique québécoise qui rend compte des singularités de notre aventure collective.

Souverainiste ? Lui aussi est inscrit dans l’histoire politique du Québec : c’est ainsi qu’on a nommé la quête d’indépendance depuis la Révolution tranquille. Quand on nous invite à utiliser un autre terme parce que celui-là, en Europe, serait connoté à droite, on en vient encore une fois à dissoudre la singularité québécoise dans un contexte qui n’est pas le sien.

On me répondra : ne nous disputons pas pour des mots. Et pourtant il faut le faire. Parce qu’à bannir sans cesse des mots, c’est la possibilité d’exprimer certaines idées qu’on en vient à censurer. À force de se soumettre à la police du langage, on développe un très fort réflexe d’autocensure, on ne parvient plus à parler librement, et à terme, on en vient à penser contre soi, de peur de heurter les gardiens de la rectitude politique.   

Mathieu Bock-Côté

Mathieu Bock-Côté est docteur en sociologie, chargé de cours aux HEC à Montréal et chroniqueur au Journal de Montréal et à Radio-Canada. Ses travaux portent principalement sur le multiculturalisme, les mutations de la démocratie contemporaine et la question nationale québécoise. Il est l'auteur d'Exercices politiques (VLB éditeur, 2013), de Fin de cycle : aux origines du malaise politique québécois (Boréal, 2012) de La dénationalisation tranquille (Boréal, 2007), de Le multiculturalisme comme religion politique (éd. du Cerf, 2016) et de Le Nouveau Régime (Boréal, 2017).

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2017/09/27...

Rentrée : Pourquoi sommes-nous royalistes aujourd'hui ?

28/09/2017

CE JEUDI 28 SEPTEMBRE, L'ÉMISSION "SYNTHÈSE" SUR RADIO LIBERTÉS REND HOMMAGE À SERGE DE BEKETCHE DÉCÉDÉ IL Y A 10 ANS

4150660175.jpg

ECOUTER RADIO LIBERTÉS CLIQUEZ ICI

LES PRÉCÉDENTES

ÉMISSIONS SYNTHÈSE CLIQUEZ LÀ

Les Brigandes en live à la fête de la Ligue du Midi - Septembre 2017

23/09/2017

La crète, ancienne Atlantide par Odette Boucher

Gallia ou Francia : le vrai nom de la France par Thomas FERRIER

Me plongeant dans un dictionnaire vieil-islandais/anglais (A concise Dictionary of Old Icelandic par Geir T. Zoëga), je tombais sur l’expression suivante : Valir, habitants de la France (autres que les Francs) et plus loin Valland, France. En revanche je trouvais à Frakkar, les Francs, et rien àFrakkland, le nom de la France en islandais contemporain. Nous sommes au XIe siècle et pour les Islandais, notre pays est Valland, c’est-à-dire la Gaule tout simplement, et les Gaulois (Valir) s’opposent encore aux Francs (Frakkar).

Pourquoi est-ce intéressant ? Cela démontre indubitablement, tout comme l’illustre en grec moderne le fait que notre pays soit encore appelé Γαλλία (Gallia), que la légende d’une France née toute armée du baptême de Clovis ne tient pas. Et que l’opposition évoquée par Sieyès en 1789 entre peuple gaulois et noblesse franque, toute artificielle soit-elle à cette époque, remonte à une longue histoire. Il n’y a alors pas de roi de France mais un roi des Francs.

595px-f07_alesia_statue_vercingetorix-0043

Ce n’est qu’ultérieurement, après Hugues Capet et sans doute pas avant Philippe Auguste que la notion de roi de France émerge réellement, dans la rivalité du Capétien avec le « Britannique » Richard Cœur de Lion qui était au moins aussi français que son adversaire. C’est ensuite l’unification linguistique du territoire suite aux annexions, mariages et victoires des Capétiens, la Guerre de Cent Ans qui rompt l’unité linguistique entre aristocraties française et anglaise, et crée ainsi un sentiment national, puis au décret de Villers-Cotterêts. Progressivement, mais surtout au XVIIIe et XIXe siècles, et avec l’école publique, les patois vont s’effacer et la révolution française, par jacobinisme, allant beaucoup plus loin que l’ancienne monarchie, s’attaquera même aux langues régionales non affiliées au francien (le français d’oïl) dont le francilien servait de koinê, à savoir les parlers occitans, le breton ou le basque.

Il ne faut pas enseigner un « roman national », c’est-à-dire une légende comprenant de nombreuses approximations et même de pures inventions, mais enseigner la patiente construction nationale de la France au sein d’un processus commun de construction des nations d’Europe voisines, montrer ce qui relie et distingue les Européens entre eux et ainsi permettre à l’Europe de rentrer dans le XXIe siècle armée du sentiment de parenté et d’unité des peuples européens et ainsi capable de vaincre tous les maux qui la menacent. Il ne s’agit pas d’enseigner un « roman européen » en lieu et place d’un « roman national », mais la vérité européenne. La France est une nation celte (« gauloise ») à la langue latine et au nom germanique. Elle est une Europe en miniature. Et son histoire peut aider l’Europe à bâtir la sienne.

Thomas Ferrier

• D’abord mis en ligne sur le blogue de Thomas Ferrier, le 10 février 2017.

http://www.europemaxima.com/gallia-ou-francia-le-vrai-nom...

Action Française • Provence : Inauguration d'un nouveau local et de la prochaine rentrée militante

Le vendredi 15 septembre dernier, à La Bastide (Aix-en-Provence), les militants de l'Action française Provence se sont réunis afin de préparer ensemble l'année à venir.

L'occasion d'inaugurer les lieux dans un moment de convivialité et de camaraderie.

N'hésitez pas à aimer la page de La Bastide pour suivre son actualité !  

21762290_1298661766910579_1655894750896891805_o.jpg

Action Française - Provence

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

Aujourd'hui, 23 septembre, Synthèse nationale est à la fête régionale du Parti de la France de Bretagne

ob_9d8f06_cochon-pdf-bretagne.jpg

Samedi 23 septembre, à l'initiative de Jean-Marie Lebraud, Délégué régional, le PdF Bretagne organise une grande fête familiale et patriote à Treffendel (35).

Jean-François Touzé, Délégué national aux études et argumentaires du Parti de la France et directeur de la revue Confrontation, et Roland Hélie, Directeur de Synthèse nationale, seront présents et prendront la parole au cours de cette journée.

La participation aux frais est de 30 € : Cochon grillé, dégustation d'huîtres, boissons, animations, jeux, repas froid le soir.

Réservation obligatoire au : 06.09.53.93.84

2017 11 JNI C LANG.jpg

http://synthesenationale.hautetfort.com/

22/09/2017

Pierre Saint-Servant - Se reconquérir soi-même !

21/09/2017

Lettre ouverte à nos amis encore au Front National, par Alain Escada, président de Civitas

Même les plus aveugles, même les plus inconditionnels, tous doivent bien admettre ce matin que le Front National est entre-déchiré et ressemble à un radeau à la dérive.
Ce n’est pas Civitas qui pleurera sur le sort de Florian Philippot, dont les mœurs dissolues l’avaient conduit à considérer sur un plateau de télévision que la défense de la famille n’avait pas plus d’importance que la culture des bonsaïs, ni sur celui de Sophie Montel qui estimait que le discours du FN sur l’immigration était trop “anxiogène”.
Mais ces départs – outre qu’ils préfigurent l’apparition prochaine d’un parti philippotiste – amorcent la nuit des longs couteaux au sein d’un FN dont plusieurs cadres rivalisent déjà pour succéder aux partants. Et surtout, il faut bien constater que tous les lobbies de l’anti-France restent bien présents au sein même de l’état-major du FN et vont continuer à le miner de l’intérieur.
Le lobby LGBT s’est emparé de nombreux leviers de commande au sein du FN et se renforce par cooptation. La franc-maçonnerie y est également ouvertement représentée et pas seulement par un Gilbert Collard qui, sans être corrigé par la présidente du parti, avait déclaré devant des représentants d’organisations juives que lorsque Marine Le Pen disait “La France aux Français”, elle pensait “La France aux Juifs”, tandis que Louis Aliot faisait pleurer dans les chaumières en précisant qu’il porte au cou l’étoile de David de son grand-père rabbin et que Nicolas Bay faisait un pèlerinage à Yad Vashem.
Est-ce vraiment de cette façon que le Front National pense servir la cause de la France et des Français ?
Ces dernières semaines, j’ai eu l’occasion de rencontrer plusieurs élus régionaux et municipaux du FN, ainsi que des responsables locaux qui ont consacré des années de leur vie à implanter ce parti, et j’ai écouté leur désarroi. 
Je m’adresse à eux et à vous tous en toute franchise sur quelques points essentiels. 
1. La France ne pourra être sauvée sans prendre en compte la dimension spirituelle et morale de notre combat. Ne pas tenir compte de la mission de “fille aînée de l’Eglise” dévolue à la France et s’entêter dans un engagement politique placé sous les auspices de la République maçonnique, vassale du Nouvel Ordre Mondial qui nous impose simultanément la destruction de la Famille et l’immigration de grand remplacement, c’est persister dans une voie sans issue. 
2. Il est temps d’admettre avec lucidité que notre camp ne parviendra pas à conquérir les commandes de l’Etat par des élections. L’étude de l’Histoire nous enseigne que, depuis la fin des Monarchies, ce sont seulement de graves circonstances exceptionnelles marquées par le délitement des institutions qui ont permis à des hommes vertueux et aguerris de notre camp de reprendre le pouvoir en main pour entreprendre pour quelque temps un travail de restauration nationale. 
3. En revanche, les élections municipales offrent encore, à un échelon naturel, la possibilité pour notre camp de conquérir des mairies et d’administrer des communes en servant le bien commun. 
4. La participation à d’autres élections, dans les circonstances actuelles, au vu de l’évolution démographique et des outils de manipulation de l’opinion publique mis au service de l’anti-France, ne peut permettre que d’aider à la diffusion de nos idées et à l’élection de quelques personnes prêtes à mener un combat ingrat d’opposition aux projets destructeurs du pouvoir en place. 
5. Notre devoir est d’envisager le pire, et d’organiser sans plus tarder des villages gaulois, îlots de chrétienté, dans lesquels assurer la survie de notre civilisation, de nos us et coutumes, de nos traditions, de notre foi, et à partir desquels ultérieurement, quand Dieu voudra, lancer la reconquête. 
Il faut cesser avec les vaines illusions et les promesses de victoires rapides. Il ne s’agit pas non plus de sombrer dans le désespoir ou le quiétisme. Il faut faire preuve de discernement, prendre en compte le réel, et nous organiser, nous structurer, pour être en mesure d’encaisser les prochains chocs, en gardant foi en Dieu et en servant fidèlement quelles que soient les difficultés à venir. 
Rejoignez Civitas, prenez votre part de cette bataille, participez à notre enracinement local. 
Dieu – Patrie – Famille, tel est le triptyque autour duquel nous proposons de nous rassembler.
Alain Escada,
président de Civitas

Université d'été catholique et identitaire

20/09/2017

Rentrée de Dextra

Chers amis, chers camarades, 
La rentrée scolaire a déjà été entamée, la rentrée militante reprend dès à présent. 
Matthieu, le président de Dextra, fera une intervention de rentrée afin de nous engager sur la voie du travail militant pour cette année qui s'annonce chargée. 
Nous vous attendons nombreux et ponctuels pour l'ouverture de notre cycle de travail 
A vendredi !

17/09/2017

Actualité et politique du 5 septembre 2017

Samedi prochain, 23 septembre, Synthèse nationale sera à la fête régionale du Parti de la France de Bretagne

ob_9d8f06_cochon-pdf-bretagne.jpg

Samedi 23 septembre, à l'initiative de Jean-Marie Lebraud, Délégué régional, le PdF Bretagne organise une grande fête familiale et patriote à Treffendel (35).

Jean-François Touzé, Délégué national aux études et argumentaires du Parti de la France et directeur de la revue Confrontation, et Roland Hélie, Directeur de Synthèse nationale, seront présents et prendront la parole au cours de cette journée.

La participation aux frais est de 30 € : Cochon grillé, dégustation d'huîtres, boissons, animations, jeux, repas froid le soir.

Réservation obligatoire au : 06.09.53.93.84

2017 11 JNI C LANG.jpg

15/09/2017

Journées chouannes 2017: une belle réussite !

Chiré communique :

Contrerévolution !

Toujours incroyable et toujours vrai, les Journées Chouannes se perpétuent depuis presque 50 ans !

Chaque année, la librairie de Chiré organise deux jours extraordinaires, deux jours d’amitié catholique et nationale, une bouffée d’air frais contrerévolutionnaire !

Et 2017 est un millésime exceptionnel ! 2016 avait fêté les 50 ans de la création de notre centre et le succès avait été au-delà de toutes nos espérances, nous ne pouvions bien sûr égaler une telle affluence cette année, mais pour beaucoup le rythme est pris et 2017 fut bien meilleure que 2015 et les précédentes !

Ce succès, c’est celui des idées que nous défendons, toutes celles qui travaillent à rétablir la vérité dans tous les domaines alors réjouissons-nous de les voir se communiquer le plus largement possible.

Une bonne vingtaine de conférenciers, 100 auteurs présents pour dédicacer leurs ouvrages et environ 1500 de nos fidèles amis ont contribué activement à la belle réussite de nos journées chouannes !

Vive Dieu, vive le roi
Et à l’année prochaine !!!

Vous trouverez ici l'intégralité des conférences données à cette occasion. Ci-dessous, une passionnante conférence consacrée au protestantisme.

 

Paula Corbulon

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

13/09/2017

Résistance Catholique !

12/09/2017

Chroniques de la Monarchie populaire - La démocratie médiévale - 5

13:13 Écrit par pat dans culture et histoire, tradition | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |