Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

international

  • Plafonnement du prix du pétrole russe: la Russie cessera de livrer du pétrole aux pays européens (Moscou)

    par Modeste Dossou.

    Alors que les pays européens soutenus par les Etats-Unis, ont procédé au plafonnement du prix du pétrole russe, les réactions de la part des Russes ne se sont pas fait attendre. Au Kremlin on refuse d’accepter cette mesure et du côté des représentations c’est la fin des livraisons de brut russe à l’Europe.

    Lire la suite

  • Viktor Orbán : « Les sanctions contre la Russie ne nous ont pas rapprochés d’un millimètre de la fin de la guerre »

    thumb_21541_article_sliderBig.jpg

    BI - Dans son allocution radiophonique habituelle du vendredi matin sur Kossuth Rádió, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a parlé du prix économique des sanctions, de l’évolution de la situation concernant les fonds européens retenus par la Hongrie et de la crise migratoire qui se profile à l’arrière-plan.

    Lire la suite

  • Plus d’informations sur les décès de militaires ukrainiens

    par Larry Johnson

    Les pertes militaires ukrainiennes sont désormais un problème. Avant cette semaine, la plupart des analystes militaires occidentaux ont cru à la propagande ukrainienne selon laquelle la Russie perdait des troupes, mais que l’Ukraine se portait bien. Ce chien est mort. Un nouvel ami, Stephen Bryen, vient de publier un article dans Asia Times qui fournit une évaluation honnête et percutante du péril auquel l’Ukraine est confrontée. Stephen Bryen est membre senior du Center for Security Policy et du Yorktown Institute. Il a été haut fonctionnaire du ministère de la Défense dans l’administration Reagan. Son article s’intitule « Les pertes militaires ukrainiennes sont un gros problème pour Biden » :

    « Les lourdes pertes de l’Ukraine sont un signal que la guerre de facto de Washington contre la Russie est en difficulté. Le président Joe Biden doit changer de cap ou faire face à une crise de sécurité nationale qui pourrait mettre fin à sa présidence.

    Lire la suite

  • Les forces russes n’ont pas besoin d’une pause hivernale. Elles vont écraser l’Ukraine au début de 2023

    par Peter Yermilin

    Les forces armées russes poursuivent leur offensive réussie dans le Donbass. Les forces armées ukrainiennes ont dû quitter les agglomérations de Mayorsk et Pavlivka. L’agglomération de Bakhmut a été libérée presque complètement, et les troupes russes peuvent maintenant avancer.

    Selon les plans de novembre, les agglomérations suivantes seront les prochains objectifs :

    • Soledar,
    • Uhledar,
    • Bahmut,
    • Maryinka,
    • Avdiivka.

    Les troupes russes se trouvent actuellement dans la zone de Kleshcheevka, Yakovlevka, Andriivka – elles ont repris le contrôle de la région presque entièrement.

    Lire la suite

  • Paradoxe : les sanctions occidentales pourraient sauver la Russie de la récession, par Natalya Milchakova

    Lire la suite

  • Le groupe EDF confirme avoir reçu une livraison d’uranium de retraitement enrichi (URE) en provenance de Russie fin novembre

    Le groupe EDF confirme avoir reçu une livraison d’uranium de retraitement enrichi (URE) en provenance de Russie fin novembre

    Le géant français EDF a annoncé avoir reçu une livraison d’uranium de retraitement enrichi (URE) en provenance de Russie, mardi 29 novembre, confirme Le Monde ce samedi. Un tel échange a été possible car à l'heure actuelle, l’industrie nucléaire ne fait pas l’objet de sanctions européennes malgré l’implication de l'entreprise Rosatom dans l’occupation de la centrale de Zaporijia, en Ukraine. Il s'agirait de la prémière opération depuis le début de la guerre en Ukraine en février dernier, selon EDF. 

    Lire la suite

  • Guerre d’Ukraine – Jour 281-au sein de l’OTAN, fin du déni de réalité?

    Les Occidentaux sont en train de s'habituer à l'idée que l'Ukraine ne puisse pas gagner la guerre. Cela veut-il dire que la Russie la gagnera? Ou bien y a-t-il encore l'espoir, aux yeux de l'OTAN, d'arriver à une situation où aucun des adversaires ne peut défaire l'autre? Ce n'est pas le message envoyé par la carte ci-dessous, qui montre une Ukraine totalement privée d'électricité au soir des frappes russes du 23 novembre. Ce n'est pas non plus l'avis de Scott Ritter, analyste américain des questions militaires que nous avons souvent eu l'occasion de citer. En ce ui concerne la bataille sur le terrain, l'impression est celle d'une consolidation par les Russes de la ligne de front et d'une attrition croissante des unités ukrainiennes. Tandis que beaucoup spéculent sur une offensive russe, une fois les terres gelées, on sera sensible au fait que les Russes cherchent plutôt à user l'Ukraine, ses soldats, son infrastructure. Et à cueillir, le moment venu, les fruits des divisions croissantes entre alliés occidentaux et jusqu'au sein du gouvernement américain.

    Lire la suite

  • Ukraine : L’extraordinaire hypocrisie du camp atlantique

    par Pierre Lévy

    Mardi 23 mars 1999. Une horde aérienne otanienne se déchaîne sur Belgrade. La campagne de bombardements sur la Serbie durera soixante-dix huit jours. Le pays sera finalement contraint d’admettre la sécession du Kosovo, prélude à la proclamation de l’indépendance de cette province historique serbe où a été établie une immense base militaire américaine. Slobodan Milosevic, que les Occidentaux avaient juré d’abattre, sera renversé l’année suivante. Le bilan humain de même que les destructions d’infrastructures et d’industries sont effroyables. Aujourd’hui, les Républiques ex-yougoslaves ont été intégrées à l’UE pour certaines, réduites à des confettis d’États impotents arrimés au camp atlantique pour les autres. Seule la Serbie tente de résister à des pressions redoublées.

    Lire la suite

  • Pologne : 1200 polonais tombés au front en Ukraine ?

     

    Un article de Jakub Mozhniak, dans le journal polonais NDP, soulève un sujet que le gouvernement polonais aurait visiblement préféré passer sous silence : des centaines de polonais seraient tombés en Ukraine, soit en s’engageant dans des compagnies privées de sécurité, soit en encadrant des troupes ukrainiennes sur divers secteurs d’un front qui fait plus de 1300 km de long actuellement.

    « En dix mois de combats sanglants, en se basant seulement sur les sources ouvertes, plus de 1200 soldats polonais sont morts en Ukraine, dont des soldats et des anciens de la 16e division. Le chiffre des blessés et des invalides atteint plusieurs milliers de personnes ».

    Lire la suite