Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

international

  • Le diplomate européiste ne vaut pas plus cher que le tyran oriental

    Le diplomate européiste ne vaut pas plus cher que le tyran oriental

    Sur Liberté Politique, Constance Prazel revient sur l’humiliation d’Erdogan à l’égard de la présidente de la Commission européenne et souligne :

    Mais le scandale est aussi du côté de Mme von der Leyen. N’a-t-elle donc aucun reste de fierté ? A quoi sert de vivre à l’heure du féminisme prétendument triomphant, si une dirigeante de ce niveau n’est pas en mesure d’en imposer à deux hommes ? Il ne fallait pas se contenter de râcler la gorge, il fallait hausser le ton, et si besoin, quitter la pièce en claquant la porte. Au lieu de cela, elle a préféré se soumettre, en allant se mettre au coin, comme un enfant pris le doigt dans le pot à confiture. Son porte-parole a expliqué en termes choisis qu’elle avait « décidé de passer outre et de donner la priorité à la substance sur le protocole. » La formule est élégante, mais laisse pantois, devant une telle démission consentie.

    Lire la suite

  • France-Algérie : repentance et cinquième colonne.

    3342091311.jpg

    L'avis de Jean-François Touzé
    La décision surprise et unilatérale prise par le Président algérien Abdelmadjid Tebboune d'annuler le voyage a Alger du Premier ministre Jean Castex évite certes à la France un acte de repentance de plus.
    Elle témoigne cependant d'une volonté affirmée d'humilier la France de la part de celui qui, il y a quatre jours, affirmait qu'il n'y aurait ni faiblesse ni négociation dans le "dossier mémoriel". 
    Cette France prête à toutes les reculades et tous les aplatissements comme vient de le montrer le rapport Stora commandé et approuvé par le Président de la République — mais auparavant la visite d'Emmanuel Macron à Alger battant notre coulpe nationale en raison des  "crimes de guerre" commis par notre armée, ou encore le dépôt de gerbes de Gérard Darmanin au monument des "Martyrs" c'est à dire des terroristes du FLN. 
    Cette France qu'un important ministre algérien vient de qualifier "d'ennemi traditionnel et éternel".
    Rappelons qu'en 2019, selon l'INSEE, plus de 850 000 algériens étaient présents sur notre sol national et, pour la même année, 1,300 000 bi-nationaux y étaient installés. Chez l'ennemi donc !
    La fantasmagorique "cinquième colonne" des années 30 était une joyeuse blague en comparaison de la réalité d'aujourd'hui.
  • BlackRock cet ami qui ne nous veut pas que du bien

    Blackrock, cet ami qui ne nous veut pas que du bien.jpeg

    Il se murmure que lorsque Emmanuel Macron quittera l’Élysée en 2022 ou 2027, il rejoindrait ce géant de la gestion d’actifs mondiale dirige par son ami Larry Fink. Un groupe américain qui murmure à des puissants et dont les encours ont atteint un nouveau record à 8680 milliards l'an passé (contre 7430 fin 2019).

    BlackRock n’est ni un fonds de pension ni un fonds spéculatif. Il s’agit d'une société cotée, employant 6 000 salaries dans 38 pays, dont le métier consiste à collecter de l’argent auprès des fonds de pension, banques ou assureurs pour l’investir sur les marchés financiers. Le groupe a été fondé en 1988 sous l’impulsion d’anciens de chez Lenman Brothers et de chez First Boston. Parmi ses actionnaires, citons la famille Rothschild, Elisabeth II, Al Gore, Warren buffet, Georges Soros. Son attractivité repose sur deux innovations majeures :

    Lire la suite

  • Rebondissement dans l’affaire « Georges Floyd »

    Les procureurs chargés de déterminer le degré de culpabilité du policier Derek Chauvin dans la mort de Georges Floyd se trouvent actuellement bien embêtés. La version officielle d’un meurtre raciste pourrait bien être remise en question compte tenu des dernières avancées de l’enquête.

    En effet les causes du décès de l’Afro-américain ne semblent pas être l’asphyxie qu’aurait causé le genou de Chauvin placé sur la nuque de l’interpelé afin de maintenir ce dernier.

    Lire la suite

  • Julien Odoul (RN) : “Depuis des années, l’UE est le paillasson de la Turquie. Aujourd’hui, on s’étonne qu’Erdogan s’essuie les pieds dessus”

    Sur TVL

    Julien Odoul (RN) : “Depuis des années, l’UE est le paillasson de la Turquie. Aujourd’hui, on s’étonne qu’Erdogan s’essuie les pieds dessus”.

     
  • Le plus gros bobard de la fin du XXe siècle, par Serge Halimi & Pierre Rimbert.

    Il y a vingt ans, le 24 mars 1999, treize États membres de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN), dont les États-Unis, la France et l’Allemagne, bombardaient la République fédérale de Yougoslavie. Cette guerre dura soixante-dix-huit jours et se nourrit de bobards médiatiques destinés à aligner l’opinion des populations occidentales sur celle des états-majors. 

    Lire la suite

  • La loi Climat face aux excès de la mondialisation, par Christian Montagard.

    Selon l’Agence internationale de l’énergie, la France, avec 0,9 % d’émissions de carbone (28,2 % pour la Chine et 14,5 % pour les États-Unis), est un des pays les moins pollueurs du monde. Pour ceux qui se sont déplacés dans certaines capitales d’ ou d’Asie, Paris apparaît comme un havre d’air pur.

    Mais, comme nous le constatons chaque jour sur d’autres sujets (notre , nos grands personnages…), le projet de loi Climat, porté par le ministre Barbara Pompili devant le Parlement, n’échappe pas à l’idéologie ambiante consistant à culpabiliser les Françaises et les Français, qui seraient quasiment les principaux responsables du dérèglement climatique.

    Lire la suite

  • Les fractures inédites de la société américaine

    800px-flag_of_the_united_states-svg-230x180.png

    D’Antoine de Lacoste sur Boulevard Voltaire :

    Les États-Unis n’ont jamais aussi mal porté leur nom. La société américaine est fracturée de toute part, mettant en péril une unité qui avait fait sa force tout au long de sa courte histoire. Si l’on excepte la guerre de Sécession, volonté de séparation que le Nord ne pouvait tolérer car elle aurait impliqué la fin de la mystique « Destinée manifeste », aucun événement n’a jamais menacé durablement l’unité américaine. L’unanimité patriotique a servi de ciment à un pays qui a dominé le monde pendant la plus grande partie du XXe siècle.

    Lire la suite

  • En Turquie, Ursula von der Leyen privée de siège lors d’une réunion avec Erdoğan

    alerte-info-845x475.png

    Mardi 5 avril, , la présidente de la , et Charles , le président du Conseil européen, se sont rendus à Ankara en  pour rencontrer le président  pour s’entretenir de la situation des droits de l’homme dans le pays.

    La présidente de la Commission européenne n’avait pas de siège prévu pour elle, contrairement à Recep Tayyip Erdoğan et à Charles Michel, et a dû s’installer en retrait sur un divan. « Ehm », murmure-t-elle, visiblement déconcertée par cette erreur de protocole.

    Sur les réseaux sociaux, la vidéo a déclenché les réactions outrées de nombreux internautes et de la presse occidentale dénonçant « une mise en scène sexiste »« une humiliation ».

    https://www.bvoltaire.fr/en-turquie-ursula-von-der-leyen-privee-de-siege-lors-dune-reunion-avec-erdogan/

  • L’AFRIQUE SOUFFRE SURTOUT D’UNE DÉCOLONISATION PRÉCIPITÉE. (3)

    coupables-1024x456.jpg

    En 1945, alors qu’il vivait aux Etats-Unis, Thomas Mann reçut une lettre d’un soldat américain des Philippines lui disant envier sa “maturité d’esprit” et un “héritage culturel” “que la civilisation européenne a conquises… et qui sont presque inexistantes en Amérique”.  Ce texte paradoxal alors que la démocratie d’Outre-Atlantique terrassait un régime européen, qui avait renoué avec les formes les plus répugnantes de la barbarie, illustre le basculement qui va s’opérer au profit d’une puissance politique à l’histoire courte. Si la mondialisation a été contenue par la fracture du monde en deux blocs rivaux, elle était déjà inscrite dans la victoire américaine.

    Lire la suite