Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2016

Programme économique du FN : faux problème et vrai alibi

La conquête du pouvoir par les urnes implique nécessairement de servir aux électeurs les paroles qu’ils veulent bien entendre quitte à les trahir une fois aux manettes.
Contre le Front national, les partis dits républicains ont dû constater à leurs frais que le vieux procès en antisémitisme s’est finalement soldé par un non-lieu. Quant à porter le fer sur la question migratoire, la stratégie, dans le contexte actuel, est risquée comme une arme à double tranchant. Reste le programme économique, qui s’est imposé au fil du temps comme la cible principale du discours anti-FN, et il faut bien reconnaître que ça fonctionne encore plutôt bien.
Les régionales ont, en effet, démontré que la marge qui sépare le premier parti de France d’une victoire éclatante dès le premier tour est, dans certaines régions, inférieure à 10 % de l’électorat : dans le détail, les électeurs effrayés par la sortie de l’euro ou tout simplement par l’inexpérience en matière économique de cette formation politique. Marine Le Pen l’a parfaitement compris et cherche à rectifier le tir. Elle n’a, d’ailleurs, pas le choix, car les Français ont pris la fâcheuse habitude de croire qu’il est indispensable de produire un programme économique, même modeste, pourvu qu’il soit chiffré et adoubé par les médias et les experts économiques, pour faire du parti politique qui en est l’auteur un parti de gouvernement crédible.

Lire la suite

Islande à 1.9% de chômage : « nous n’aurions pas pu sortir de la crise si nous avions été membre de l’UE »

L’information n’a pas fait la Une : «L’Islande a retrouvé son niveau de chômage d’avant la crise.» Un résultat impressionnant pour la petite île indépendante qui a connu l’une des pires crises économiques d’Europe. Depuis sa faillite retentissante en 2008, l’Islande et ses quelque 320.000 habitants ont réussi un retournement économique impressionnant. Avec quelles recettes?

Le chômage en Islande est désormais de 1,9%, selon les chiffres officiels, le taux le plus bas depuis 2007. En 2007, le taux de chômage était de 1,3%…  Au plus fort de la crise, survenue en 2008, le chômage avait dépassé les 10% (avec des pointes à 12%).

Pourtant, la crise islandaise a été un vrai tsunami pour cette île. « Peu de pays, voire aucun, avaient vécu une débâcle économique aussi catastrophique », notait le FMI à son propos.

Ce petit miracle à l’islandaise s’explique. Selon le Premier ministre, «nous n’aurions pu sortir de la crise si nous avions été membre de l’Union européenne», avait-il dit en novembre 2015. Sigmundur Davíð Gunnlaugsson avait même été plus loin en affirmant que ne pas être membre de la zone euro avait été une chance pour l’Islande: «Si toutes ces dettes avaient été en euros, et si nous avions été obligés de faire la même chose que l’Irlande ou la Grèce et de prendre la responsabilité des dettes des banques en faillite, cela aurait été catastrophique pour nous sur le plan économique.

Chômage Islande-Irlande

Comparaison chômage Islande-Irlande entre 2005 et 2014 (sourceAlterécoplus) © alterecoplus

Pourtant l’Islande revient de loin. Le pays a connu une crise beaucoup plus violente que les autres pays européens du fait de la démesure de son système financier lors de l’éclatement de la crise des subprimes. Mais face à une telle situation, l’Islande a pris des mesures très différentes des autres pays européens, quitte à provoquer de vives tensions avec certains d’entre eux (leurs avoirs n’ayant pas été remboursés à la suite d’un référendum en Islande). «A la différence des autres pays heurtés par la crise, l’Islande a laissé ses banques faire faillite, ne préservant que les comptes des ménages résidents. Les étrangers qui avaient placé leur argent dans les banques du pays ont tout perdu lorsque ces banques ont fait faillite. Ailleurs, dans le reste de l’Europe, de nombreuses banques ont été nationalisées car il n’était pas concevable qu’elles puissent faire faillite», rappelait l’Express en 2015.

Le pays a mené une politique mêlant contrôle des capitaux (une idée mal vue en Europe), austérité budgétaire mais aussi hausse des impôts et surtout dévaluation importante de sa monnaie (60%) qui a entraîné une importante inflation, aujourd’hui maîtrisée… et une reprise de la croissance. Résultat, Reykjavik n’a pas sacrifié sa politique sociale et le FMI a été totalement remboursé de ses avances financières. Cette politique a fonctionné, moins d’entreprises ont fait faillite et il n’y a pas eu d’exode des jeunes comme au Portugal, Espagne ou Irlande.

Les forces « eurosceptiques » en Hongrie

Depuis le début de la « crise des migrants », la Hongrie a fait parler d’elle par son opposition frontaleaux exigences de Berlin et de Bruxelles. Pourtant, il serait simpliste de considérer le Fidesz de Victor Orban comme un parti eurosceptique

La Hongrie devient membre de l'Union Européenne le 1er mai 2004. Après une quinzaine d'années de démocratie,ce pays de 10 millions d'habitants, sortant de 45 ans de domination communiste, et devant faire face à des défis majeurs comme la restructuration de son économie ou la lutte contre la corruption place sa confiance dans l'Union Européenne. En 2004, 84% de la population hongroise a voté en faveur de l'entrée dans l’UE. Il faut ici rappeler que les Hongrois ont été les premiers à faire tomber le rideau de fer. Les statistiques de la commission européenne montrent que la liberté de mouvement en Europe reste un élément important : le peuple magyar a été capable de briser les règles entravant sa liberté ; il n'en aime pas moins l'ordre et sait faire ce qu'il faut pour garantir ses acquis. Ainsi, la politique du Premier Ministre Orbân durant l'été et l'automne 2015 face au déferlement de clandestins extra-européens en Hongrie aura eu un soutien populaire allant jusqu'à plus de 90%. Rappelons que les mesures prises par le gouvernement hongrois étaient l'application stricte des règles de Schengen, la Hongrie étant obligée par son adhésion au dit traité à protéger la frontière extérieure de l'espace Schengen.

Mais le déferlement de mensonges à l'égard d'Orbân et de la Hongrie n'a pas réussi à faire changer le gouvernement ni la population d'avis sur la question ; au contraire, cela a cristallisé l'unité nationale autour de cette question migratoire, et, par extension, dans ses rapports à l'Union Européenne et à Berlin en particulier, vu comme le maître du jeu européen. Aujourd'hui le Fidesz, parti de droite conservatrice, alliance de chrétiens-démocrates, libéraux, souverainistes et nationalistes, est à 44%, et le principal parti d'opposition, le Jobbik, à 23%. Cette crise et les attaques des médias dominants occidentaux contre la Hongrie ont renforcé la déception grandissante vis-à-vis de l'UEen Hongrie. En un an, la confiance en l'Union Européenne a chuté de 15 points pour atteindre 41% dans la population hongroise, et 39% en ont une image positive, mais seulement 36% estiment que la Hongrie s'en sortirait mieux sans être membre de l'UE. Ces chiffres sont révélateurs de l'état d'esprit hongrois, représenté par Orbân, véritable héraut d'une alter-Europe. Le but n'est pas de supprimer ou quitter l’UE, mais bien de la réformer, et en particulier pour aller vers plus de démocratie directe.

La jeunesse du Jobbik

Depuis son arrivée au pouvoir en 2010, Orbân multiplie les réformes qui vont à rencontre de la direction montrée par Bruxelles : politique nataliste, anti-migratoire, patriotisme culturel, constitutionnalisation du mariage traditionnel, mais aussi plus grand contrôle sur la banque centrale, expulsion du FMI, ouverture sur la Russie. Orbân suit la volonté de son peuple en travaillant pour le maintien de la souveraineté nationale. Il aura tout de même accepté de nombreuses réformes de l'Union, quitte à trahir sa parole, comme sur la vente de terres agricoles à des compagnies étrangères. À cela s'ajoutent des scandales de corruption aux plus hauts niveaux de l'État, que le gouvernement s'efforce de masquer en jouant abondamment la carte de la résistance face à Bruxelles. Mais les forces d'opposition nationalistes du Jobbik ne s'y trompent pas.

Le Jobbik est un parti qui se dit national et radical, et est fortement hostile à l'Union Européenne, même si son président Gâbor Vona a été clair sur le sujet : il ne s'agira pas de quitter l'Union Européenne, mais de lancer les procédures de renégociation de tous les traités portant atteinte à la souveraineté de la Hongrie. Ce parti anti-sioniste, anti-libéral, anti-communiste et anti-atlantiste est pour une souveraineté totale et une Europe des Nations. Premier parti chez les moins de 35 ans, toutes classes confondues, il domine également chez les ouvriers, et les étudiants. Le Fidesz utilise ce Parti comme épouvantail auprès de l'UE pour limiter les attaques à son encontre.

Ferenc Almàssy monde&vie 3 février 2016

10:10 Écrit par pat dans actualité, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

La Turquie aide les terroristes de DAESH - Meta TV

Les retraités doivent-ils avoir peur du programme économique du FN ?

Etions-nous à l’agonie quand notre franc dévaluait régulièrement pour devenir lourd et encore plus lourd ?
Zemmour et Naulleau recevaient la semaine dernière Florian Philippot sur Paris Première.
Éric Zemmour a fait remarquer au vice-président du Front national qu’une grande partie des retraités qui votent FN au premier tour des élections ne le faisaient pas au second, par peur de la sortie de l’euro, et donc d’une dévaluation de leur patrimoine et de leur pouvoir d’achat.
De très nombreux économistes n’affirment-ils pas que l’application du programme économique de Marine Le Pen entraînerait une telle dévaluation ? Il est probable, en effet, qu’une sortie de l’euro verrait notre « Franc Nouveau » se dévaluer de 20 à 30 % par rapport à l’euro européen.
Et alors ! Faudrait-il en avoir peur ?
Avez-vous peur, braves retraités français, quand l’euro se dévalue de près de 30 % par rapport au dollar ?
Il y a deux ans, il était à 1,40 dollar pour 1 euro. Aujourd’hui à 1,10. Quand vous alliez aux États-Unis, vous aviez 140 dollars pour 100 euros ; aujourd’hui 110. Donc, vous n’allez plus aux États-unis et évitez d’acheter des produits américains.
Avez-vous peur, braves retraités français, quand vos actions en bourse se dévaluent de près de 30% ?

Lire la suite

Des internes formés en Roumanie sont exclus pour incompétence

ne interview du Professeur Philippe Jaury, professeur en médecine générale et coordinateur Ile-de-France des internes de médecine générale, montre une nouvelle défaillance du système européen : des internes Français et/ou Roumains formés en Roumanie, venus accomplir leur internat en France, ont dû être mis à l'écart car ils n'ont pas le niveau requis.

"Plusieurs internes ont été exclus d'hôpitaux français pour cause d'incompétence. La plupart avaient effectué la première partie de leurs études en Roumanie, et grâce à l'équivalence des diplômes européens, étaient revenus en France pour leur stage d'internat. Mais après quelques semaines, ils ont été sortis des services et priés de suivre un stage de remise à niveau de six mois. 

  • Pourquoi ces internes formés à l’étranger ne sont-ils pas au niveau ?

Pr Philippe Jaury : "Ils ont une formation qui n'est pas suffisante pour ce que nous demandons au niveau d'une mise en autonomie de nos internes. On s'en était déjà rendu compte l'année dernière. Cette année, on a voulu évaluer ces étudiants formés à l'étranger pour qu'on ne puisse pas nous dire que ce sont des rumeurs. Et l'évaluation est assez consternante !

"Ce sont des étudiants en médecine, des internes, puisqu'ils ont été reçus au concours même avec 0 ou 1 à leur copie, qui ont un niveau de quatrième, au mieux de cinquième année de médecine. Les étudiants formés en France ont six ans d'études derrière eux. Parfois, il y a des problèmes de langue. C'est compliqué mais, à la limite, la langue ça s'apprend vite. Mais surtout, il leur manque beaucoup de compétences qu'on ne pourra pas rattraper en six mois."

  • Dans la formation médicale, il y a la théorie, c'est-à-dire les cours, et la pratique, c'est-à-dire le contact avec le patient. Quelle partie de la formation manque à ces étudiants ?

Pr Philippe Jaury : "ll leur manque les deux. Il y a des pans complets de connaissances qu'ils n'ont pas. D'autre part, ils n'ont pas la pratique. On peut difficilement imaginer les mettre en situation d'autonomie dans les hôpitaux, leur confier des gardes...[...]

  • Vous avez alerté le ministère de la Santé sur ce problème. Que vous a-t-on répondu ?

Pr Philippe Jaury : "On a déjà vu les ministères de la Santé et de l'Enseignement supérieur l'année dernière. Ils nous ont dit simplement que « c'est comme ça, c’est le système européen. Débrouillez-vous, c’est à vous de les former, c’est vous les formateurs. Nous, on ne veut pas de vague ! ». Du coup, cette année, toutes les facs étaient prévenues.[...]

"J'ai demandé à être reçu au ministère de la Santé, je n’ai même pas eu de réponse. On a fait ce qu'on a pu. On les a mis dans des services pour les évaluer, les former. Et, en plus, ils sont payés. Je peux vous dire que l’Assistance publique qui les paye n'est pas très contente."

Allô, Marisol Touraine, ya quelqu'un ??

Marie Bethanie

http://www.hautetfort.com/admin/posts/post.php

(3) Rome, grandeur et decadence d'un Empire - La marche de César

07:55 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

10/02/2016

Independenza webtv s'entretient avec Adrien Abauzit : "L'anti-France est au pouvoir"

 

http://www.scriptoblog.com/index.php/notes-de-lecture/geo...

Éric Zemmour : « La guerre de Syrie est bel et bien notre guerre d’Espagne »

 1936 - 1939 La guerre d'Espagne

Dans sa dernière chronique sur RTL [9.02], Éric Zemmour établit  une comparaison en effet parlante - un parallèle de fait saisissant - entre la guerre de Syrie et la guerre d’Espagne dont on commémorera le 18 juillet 2016 le 80ème anniversaire. Le « soulèvement national » qui marqua son déclenchement est du 18 juillet 1936, la victoire franquiste du 1er septembre 1939 et le début de la 2ème guerre mondiale du 1er septembre de la même année.

Certes, les rapprochements n'ont pas valeur absolue car rien ne se répète à l'identique en Histoire. Ils ne sont pas non plus à ignorer car rien n'y est radicalement nouveau. A l'esprit d'analyse et de finesse, au devoir de réalisme et d'observation de faire leur travail ... Le moins que l'on puisse dire c'est que la diplomatie française a singulièrement manqué de ces qualités élémentaires ces dernières années. •  LFAR 

Le résumé de RTL 

L'offensive de l’armée syrienne appuyée par l’aviation russe porte ses fruits. Pour le journaliste, c'est un tournant dans la guerre.

"C’est une nouvelle et terrible leçon pour les donneurs de leçons. Une claque sur la joue déjà rougie des droits-de-l'hommistes, pacifistes, utopistes. Un camouflet de plus pour les rois nus des conférences internationales, des hôtes à vie du Lac Léman, des seigneurs vains du quai d’Orsay et de l’ONU", déclame Éric Zemmour, qui cible "les anti-Poutine, les anti-Assad, tous les BHL sur papier glacé et grand écran, qui ont rêvé de transformer la Syrie en une seconde Libye".

"Des bombardements, des destructions, des massacres, des enfants qui meurent, des civils qui fuient : partout, cela s’appelle la guerre", poursuit-il. "La guerre civile qui devient guerre régionale, et la guerre régionale qui devient guerre internationale, selon le schéma de la guerre d’Espagne pendant les années 30", décrypte-t-il. "Car cette guerre de Syrie est bel et bien notre guerre d’Espagne", analyse Éric Zemmour. "C'est toute la région qui est à redessiner", assure-t-il. "Cela mériterait sans aucun doute une belle conférence internationale. A Genève, bien sûr. Le lac Léman est beau en toutes saisons", conclut Zemmour. 

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

JT du Mercredi 10 février 2016 : Politique / PS: entre déchéance et remaniement

L'amendement sur le vote des étrangers a été rejeté comme les racines chrétiennes

L'amendement mentionné hier a été rejeté lors de la discussion publique par103 députés contre 67.

Un autre sujet a occupé les députés : l'inscription d'une référence, pour Delphine Batho, à la laïcité, pour Valérie Boyer et Jean-Frédéric Poisson, aux racines chrétiennes de la France dans la Constitution. Ces 2 amendements ont été rejetés mais voici le débat concernant les racines chrétiennes :

JF Poisson :

Je vais reprendre à Mme Batho, si elle me le permet, la dernière partie de son développement : je partage avec elle l’avis que l’amendement que j’ai l’honneur de défendre avec mes collègues est à l’évidence au cœur de la question la protection de la Nation, même si, par ailleurs, il ne porte pas exactement sur l’état d’urgence ni sur la déchéance de nationalité – cela pour me prévenir vos objections, monsieur le garde des sceaux.

Nous proposons que la Constitution de la France rappelle que ses racines sont chrétiennes. Je voudrais m’en expliquer ici. Tout d’abord, je fais référence à un propos tenu récemment par M. le ministre de l’intérieur qui disait lui-même, au cœur de la période troublée que nous avons connue et que nous traversons encore, que ces racines sont « incontestables ».

Deuxièmement, je veux faire remarquer que les trois mots qui composent notre devise républicaine, « liberté, égalité, fraternité », s’ils ne sont pas entrés dans l’histoire des idées après l’avènement du christianisme, en revanche ont connu une portée universelle avec l’avènement du christianisme dans l’histoire. Et même le concept de laïcité a une origine absolument indiscutable : la séparation des pouvoirs politique et temporel relève exclusivement d’une vision chrétienne de la société. Il me paraît que s’il faut se battre là dessus, il faut en rappeler l’origine.

À un moment où notre mode de vie est si violemment remis en cause, en particulier s’agissant de la liberté d’avoir une religion ou de ne pas en avoir, de la séparation du pouvoir politique et du pouvoir religieux, de l’égalité entre les hommes et les femmes ou des relations entre les différentes communautés, certains ayant une vision de la communauté des hommes restrictive quant à un partage à caractère spirituel alors que nous ne connaissons, nous, selon la Constitution, qu’une seule République, il me semble que la dimension universelle des trois mots de notre devise doit être rappelée en inscrivant à l’article 1er de notre Constitution que les racines de la France sont chrétiennes."

Puis Valérie Boyer :

"Permettez-moi, mes chers collègues, de partager une partie de ce que Mme Batho vient de dire, comme mon collègue Jean-Frédéric Poisson. Je poursuis le même objectif à travers mon amendement, qui propose d’intégrer au premier alinéa de la Constitution : « Ses racines sont chrétiennes. » En effet notre nation repose sur un socle culturel, avec des traditions et des influences. Parmi ces influences, n’oublions pas le christianisme, qui a profondément marqué les sociétés européennes contemporaines et leur constitution, au côté de la philosophie grecque et du droit romain, de la Renaissance ou du siècle des Lumières, qui s’en sont inspirés.C’est le christianisme qui nous a permis d’envisager l’homme comme un individu à part entière. La protection de la dignité humaine repose sur ces valeurs chrétiennes. La France est certes aujourd’hui une République laïque, mais d’influence et de valeurs chrétiennes. D’ailleurs sans le christianisme il n’y aurait pas de laïcité : la laïcité n’existe que dans des pays de racines chrétiennes, comme la démocratie d’ailleurs.Aujourd’hui nous avons appris, grâce au christianisme, au catholicisme en particulier, à séparer le temporel du spirituel, comme cela vient d’être dit par Jean-Frédéric Poisson. Les pays démocratiques où nous vivons libres de croire ou de ne pas croire sont des pays de valeurs judéo-chrétiennes. À l’heure où nous sommes attaqués par les barbares, il est important de revenir, comme vous l’avez dit, monsieur le rapporteur, à l’essentiel. Et l’essentiel, c’est le symbole. Si aujourd’hui, dans un texte relatif à la protection de la Nation, nous ne parlons pas de symboles, de quoi parlons-nous ? Pour moi, il est important aussi que l’on rappelle que ces valeurs qui nous rassemblent, la liberté, l’égalité, la fraternité, la Constitution, tout cela est inspiré par notre histoire, et que notre histoire ne doit pas être négligée.J’ajouterai un dernier mot sur quelque chose qui me semble absolument fondamental – et c’est un message aussi que nous devons envoyer aux terroristes qui ne souhaitent pas que nous vivions comme nous le désirons aujourd’hui. Il y a un problème d’égalité entre les hommes, mais aussi d’égalité entre les hommes et les femmes. Ça aussi, nous le devons à nos racines chrétiennes."

Nicolas Dhuicq est également intervenu :

"Pour aller dans le sens de l’excellent Jean-Frédéric Poisson, au moment où nous nous exprimons, le petit-fils du fondateur des frères musulmans, redoutable bretteur qui pratique la taqiya, demande par provocation la nationalité française.

Au moment où nous parlons, le peuple syrien est en guerre civile depuis plus de cinq ans. Au moment où nous parlons, tous les peuples arabes souffrent justement d’une difficulté à créer un espace que nous appelons aujourd’hui la laïcité, qui est le fruit de plusieurs siècles d’évolution – car quand, au XIIIe siècle, le roi répondait au pape qu’il était empereur en son royaume, c’était déjà le début de la laïcité.

L’amendement de notre collègue Poisson va paradoxalement dans le sens de celui de Mme Batho et de la défense de ce que nous appelons la laïcité. S’il était accepté, il serait un message d’espoir pour les peuples arabes et pour les peuples qui cherchent aussi à vivre dans la liberté et dans la paix, qu’ils soient musulmans ou non, parce que ces peuples souffrent de l’idéologie wahhabite financée par les pétrodollars, qui amène à une vision totalement uniciste, unilatérale, sans aucune exégèse possible des textes sacrés, des hadiths et du Coran.

Si nous acceptions l’amendement de M. Poisson, nous soutiendrions la laïcité et nous ferions œuvre utile pour tous les peuples épris de liberté."

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Gilbert Collard : "Quand des Français sont menacés par l’État islamique, cela fait rire les socialistes !"

Philippe Carhon

ZOOM - Agnès Verdier

2017 : Les grandes manœuvres ont commencé

Avec la démission sèche de Taubira, sa ministre emblématique, François Hollande est rentré en campagne, séchant d’emblée tous ses rivaux.

Selon un sondage L'opinion en Direct/Elab pour BFM TV publié le 26 janvier, quelque huit Français sur dix approuvent la décision de Christiane Taubira ; plus que jamais on peut constater au sujet de sa démission surprise l'écart qu'il y a entre les pleureuses médiatiques et les vrais gens. On a voulu - elle a tout fait pour - donner d'elle une image gaullienne. On l'a montrée employant le "nous" de majesté et partant se mettre en réserve de la République en attendant des jours meilleurs. En réalité, son départ est perçu comme définitif et il fait l'unanimité auprès des Français de droite et de gauche. Aujourd'hui elle n'est plus ministre de la Justice. Au total, 81 % des personnes sondées s'en félicitent, dont 53 % qui tiennent à insister sur leur plein accord avec une telle mise sur la touche. Seuls 19 % la désapprouvent, en regrettant qu'elle quitte le gouvernement.

Les sympathisants de droite et du centre, ainsi que ceux du FN approuvent quasi unanimement ce départ de l'ex-garde des Sceaux (91 % et 90 % respectivement). Les sympathisants de gauche sont plus mesurés et ne sont que 68 % à être d'accord avec ce départ. Plus étonnant pour la légende vivante qu'elle croit être : 68 % des Français portent un jugement négatif sur son bilan en tant que garde des Sceaux, contre 32 % qui garderont d'elle à ce poste une image positive. Parmi les sympathisants de la gauche, certes 57 % jugent positivement son bilan, mais 46 % des sympathisants socialistes affirment, eux, que ce bilan est mauvais, ce qui est aussi le cas de 82 % des sympathisants de la droite et du centre, et de 86 % des sympathisants du FN.

Ce sondage permet de démythifier l'idole. On peut se demander si elle n'a pas été victime non pas de son succès qui n'existe pas mais de la loi qui porte son nom (sur le mariage pour tous) et qui serait un peu l'arbre cachant la forêt, ou plutôt l'arbre cachant le désert. Pour ce qui est de la politique pénale, par exemple, rarement on aura vu un ministre aussi en décalage avec les événements auxquels elle est censée répondre et s'adapter. Alors que, selon toutes les enquêtes, les vocations de petits malfaiteurs, entre vols à la tire et cambriolages, se multiplient, elle se bat pour remplacer les courtes peines par ce qu 'elle a appelé « la contrainte pénale ». Las ! Sa loi sur l'adaptation de la procédure pénale au droit de l'Union européenne fait l'objet d'une censure ample du Conseil constitutionnel : 27 des 39 articles sont retoqués par les sages. La ministre de la Justice censurée au nom du droit fondamental : quel camouflet ! Le séjour de Madame Taubira Place Vendôme, est un long flop traversé de coup de gueules inefficaces.

Exit Taubira

Exit Taubira et avec elle exit la Gauche sociétale. Exit la Gauche traditionnelle. Exit Terra nova et l'alliance devenue traditionnelle depuis les Années 80, des Bobos avec la Diversité. Dans l'inconscient collectif, le 13 novembre a porté un coup électoral à cette alliance jusqu'ici donnée comme gagneuse. La Loi Taubira avait montré dès 2013 que cette sainte alliance du Bourgeois

libertaire avec le Sans papiers moins cher était une alliance pour des voix ; autant dire : pour rire. 2015 aura vu le divorce acte entre les Charlies et leurs migrants. Claude Bartolone s'en mord encore les doigts : il n'avait pas compris que le schéma était périmé quand il a traité Valérie Pecresse de « candidate de la race blanche », et personne ne le lui avait expliqué avant qu'il ne refuse publiquement de s'excuser. Aujourd'hui, après son échec aux Régionales, c'est un mort politique en sursis, qui a regagné son Perchoir à l'Assemblée nationale par habitude. Nous sommes en 2016 : Place à une nouvelle gauche que l'on pourrait appeler la Gauche Macron. François Hollande a choisi : ce sera Macron, avec ses dérapages à répétitions et sa manière de s'en prendre aux 35 H, plutôt que l'icône Taubira. La loi du mariage homo ne lui aura pas porté chance, en isolant la ministre dans une espèce de gauchisme, étranger au fond à la gauche de Gouvernement que veut incarner François Hollande et dont tout le monde comprend aujourd'hui qu'elle devra être une droite honteuse, si l'équipe Hollande veut accéder au second tour de la Présidentielle.

La campagne de la Présidentielle a lieu à droite. Ceux qui veulent y accéder doivent d'emblée le comprendre et accepter le ticket d'entrée : il s'agit de déclarer que l'on vote pour la déchéance de nationalité, cela aurait signifié rentrer dans le jeu du Président Hollande. Taubira refuse. Elle a eu le culot d'essayer de mettre le Gouvernement devant le fait accompli de ce refus unilatéral par son propre magistère de gauche en déclarant au micro d'une Radio d'Alger qu'elle croyait savoir que ce vote n'aurait pas lieu. Le Président, coutumier du fait et qui ne s'en porte apparemment pas plus mal, a dû encore avaler cette couleuvre. Mais il a contre-attaque (il ne pouvait pas laisser cette indiscipline impunie) en proposant à Christiane Taubira le ministère de la Culture. Le bruit s'en est répandu comme une traînée de poudre... On sait que Fleur Pellerin, l'actuelle pour la Culture, enchaîne les gaffes et se consacre tout entière, comme si sa vie en dépendait à restreindre les critères qui obligent à considérer un film comme classé X. On imagine un moment Christiane à la culture, revenant à ses premières amours indépendantistes et défendant la culture noire et la mémoire de l'esclavage... Mais Christiane n'a pas voulu de ce lot de consolation, et elle est partie, bien droite sur son vélo, au milieu des caméras. Bien droite pour ne jamais être à droite.

François Hollande en migrant politique

En réalité ce départ est encore une manière de prendre la pause. On s'aperçoit que la déchéance de nationalité est complètement revue, au fur et à mesure qu'elle passe sous le scalpel des experts juristes, Maître Jean-Pierre Mignard et d'autres. Qu'en reste-t-il ? Il y a d'abord ce jeu sur la double-nationalité : seuls les terroristes ayant la double nationalité seraient déchus de l'une d'entre elles (la française). En effet tous les accords internationaux que nous avons signés tendent à refuser le fait que l'on soit sans patrie. Qu'on le dise ou qu'on ne le dise pas, on pourra donc déchoir de leur nationalité française uniquement ceux qui, ayant ce double passeport, en garderaient un.

Par ailleurs, à l'heure où nous écrivons, on murmure que cette déchéance de l'identité nationale serait possible non seulement pour un crime (le djihad en comporte forcément aujourd'hui) mais aussi pour de simples délits. Lesquels ? Il me semble que la Gauche pourrait trouver là une arme idéologique redoutable. Un homme qui pense de façon délictueuse (en contrevenant par exemple à la loi Gayssot) pourrait être déchu de la nationalité française. Avec à l'arrivée double bénéfice : on aura éliminé un gêneur, mais surtout on aura montré par des actes que l'identité française, depuis la Révolution du même nom, est tout entière idéologique, qu'elle ne se tient qu'à une conformité idéologique partagée et qu'en ce sens on peut et on doit la partager, sans souci d'identité, avec tous les bien-pensants du monde. Je souhaite me tromper mais je crains que ce jeu autour de la déchéance de nationalité (qui concernera quelques personnes) ne nous réserve des surprises et ne se révèle comme une loi à double fond.

Sarkozy a (déjà) retourné sa veste

Pendant que François Hollande joue ainsi les bons élèves du Florentin François Mitterrand, Sarkozy rame. Cette déchéance de nationalité pour les terroristes, c'était une de ses promesses de la Campagne de 2007. Promesse, promesse ! On voit tout ce que François Hollande pourra faire contre lui en inscrivant une telle loi dans la Constitution. Qui défend le peuple ?

Comme si une telle preuve d'incapacité n'était pas suffisante, Sarko, le pitbull désormais sans maître puisque Patrick Buisson est au rencard, a eu la maladresse de déjuger sa propre parole dans son dernier livre La France pour la vie. Malgré la bonne volonté des militants de Sens commun et leur engagement sans faille à ses côtés, il a avoué dans son livre que les gens pouvaient s'aimer de toutes les manières, que ce n'était pas son affaire, bref qu'on ne vienne pas l'ennuyer avec la loi sur le mariage pour tous. Elle était votée et bien votée. On peut penser que Sarkozy, qui n'a toujours pas compris que l'élection se jouait à droite est définitivement déconsidéré par cette ultime palinodie, avec ce raisonnement simple qui est dans toutes les têtes : si un candidat agit ainsi que fera le candidat devenu président, et qui n'aura plus rien à perdre ?

Alain Hasso monde&vie 3 février 2016

Que veut le peuple de droite ?

♦ Parmi les Français, les sympathisants du Front national et de l’UMP, aujourd’hui Les Républicains, ont des opinions voisines sur beaucoup de sujets. Ces deux groupes, lorsqu’on les interroge, sont souvent plus proches l’un de l’autre qu’ils ne le sont des électeurs de gauche. Les sympathisants des partis dits du centre, UDI et Modem, se rapprochent, à un moindre degré, des électeurs du Front national et des Républicains.

Ce « peuple de droite », formé de deux composantes -une droite populiste, autour du Front national, une droite « classique », celle des Républicains et de leurs alliés centristes- est aujourd’hui, de loin, la force électorale dominante sur l’échiquier politique. Au sein de cette force, l’électorat du Front national est en voie de devenir prépondérant.

Quel serait le programme politique correspondant aux souhaits du peuple de droite ? Pour le savoir, il faut sélectionner, sondage après sondage, les propositions auxquelles adhèrent une majorité d’électeurs du Front national et des Républicains. Certaines d’entre elles recueillent aussi l’approbation d’une majorité ou d’une part substantielle des électeurs de gauche. D’autres propositions sont plus clivantes entre la droite et la gauche. Quel que soit le cas de figure, c’est avec de telles propositions que devrait être bâti un programme politique présidentiel capable de rassembler le peuple de droite au-delà de chacune des deux forces qui le composent.

La présente note, actualisant et complétant des travaux précédents (1), vise à identifier un certain nombre d’éléments de ce programme, sur la base des plus récentes enquêtes d’opinion, réalisées et publiées depuis environ un an.

Immigration : refuser que les migrants qui arrivent par dizaines de milliers sur les côtes italiennes et grecques soient répartis dans les différents pays d’Europe et que la France en accueille une partie.

Trois Français sur cinq sont opposés à ces mesures voulues par Mme Merkel et par la Commission européenne. Ce refus est partagé par 97 % des sympathisants du FN et 71 % de ceux des Républicains. Par contre, 71 % des sympathisants du PS et 57 % de ceux du Front de gauche y sont favorables. L’opinion des sympathisants de l’UDI est, sur ce point, semblable à celle des sympathisants du Front de gauche (IFOP, 21 janvier 2016).

Cette question a été posée cinq fois en des termes identiques depuis le début de septembre 2015. En cinq mois, la proportion des Français opposés à ces mesures est passée de 51 % à 60 %. Chacun de ces sondages fait apparaître à ce sujet un profond accord au sein du peuple de droite et un profond clivage entre la droite et la gauche.

Immigration : réserver les allocations familiales et les aides aux logements aux seuls Français et ressortissants de l’Union européenne.

Cette mesure est approuvée par deux Français sur trois. 93 % des sympathisants du FN et 81 % de ceux des Républicains y sont favorables, alors que les sympathisants de gauche la rejettent nettement (à 65 % pour le Front de gauche, 58 % pour le PS et 54 % chez les écologistes). Les sympathisants de l’UDI rejoignent sur ce point le peuple de droite (65 % d’approbation), ceux du Modem sont partagés à 50-50 (IFOP, 29 septembre au 1er octobre 2015).

page 2

Immigration : supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française pour les enfants nés en France de parents immigrés clandestins.

Il suffit aujourd’hui que ces enfants justifient de leur résidence en France pendant une période continue ou discontinue d’au moins cinq ans, depuis l’âge de onze ans, pour qu’ils deviennent automatiquement français à dix-huit ans. Près de trois Français sur cinq sont d’accord pour supprimer cela. Cette proposition est fortement soutenue par les sympathisants FN (à 73 %) et Républicains (à 66 %) alors que ceux de gauche la désapprouvent à 52 %. Elle est également soutenue par la majorité des sympathisants UDI (58 %) et Modem (59 %) (IFOP, 29 septembre au 1er octobre 2015).

Lire la suite

Firmin BACCONNIER (1874 - 1965)

La figure de Firmin BACCONNIER est assez originale et assez exemplaire pour qu'on s'y arrête un instant.
Il naît le 8 octobre 1874, au centre de ce Vivarais où le basalte le dispute au granit, et où une terre rude et pauvre exige de ses fils, pour les nourrir chichement, un travail acharné. Ses parents sont des paysans ni plus ni moins riches que la moyenne des paysans ardéchois. Il n'ont pas le moyen de pousser les études de leur petit Firmin, mais, puisque ses maîtres leur répètent que l'enfant "a bonne tête", il le laisseront aller jusqu'à quinze ans à l'école des Frères des Écoles Chrétiennes. Tout ce qu'il apprendra depuis, il le devra à ce que la lecture lui aura fait connaître, une fois terminée sa journée de travail.

A dix-huit ans, il signe un engagement volontaire dans l'armée. Son temps achevé, il "monte" à Paris, en 1896, pour y gagner sa vie, et il devient secrétaire-dactylographe de l'éditeur Firmin-Didot.
A quelques années de là, Firmin BACCONNIER, qui est royaliste comme le sont alors tous les Ardéchois catholiques, rencontre Charles MAURRAS dans le bureau de La Gazette de France. C'est la naissance d'une amitié qu'il considère comme le grand honneur de sa vie.

Avec quelques amis de même origine modeste, il fonde L'Avant-Garde Royaliste dont les membres s'assignent pour tâche d'aller porter la contradiction dans les réunions socialistes  (le parti communiste n'est pas encore inventé) et de faire connaître aux milieux ouvriers la doctrine sociale de la Monarchie française.
Charles MAURRAS a été tout de suite frappé par la façon simple et claire qu'avait ce jeune autodidacte de présenter à un auditoire populaire les idées d'un BONALD ou d'un La TOUR du PIN qu'il avait si parfaitement assimilées dans ses veillées laborieuses. Aussi lui fait-il ouvrir les colonnes de La Gazette de France pour une série d'articles qui furent ensuite réunis en brochure et publiés, dans la même année 1903, sous le titre : Manuel du Royaliste.

Cette plaquette connut un incroyable succès et fut tirée à deux millions d'exemplaires, grâce à la publicité des nombreuses feuilles royalistes locales qui existaient alors. La TOUR du PIN lui consacra cinq articles dans le Réveil Français et ouvrit dès lors à son auteur, ainsi qu'à d'autres jeunes disciples, parmi lesquels Jean RIVAIN et Louis de MARANS, sa demeure du Faubourg Saint-Honoré.

Ce n'était que justice, car, dans son Manuel du Royaliste, Firmin BACCONNIER s'était largement inspiré de la doctrine sociale catholique dont La TOUR du PIN avait été le solide et brillant théoricien.
Du même coup, Firmin BACCONNIER devient le collaborateur régulier du Réveil Français. En 1906, il fonde un groupe et un journal bimensuel qu'il appelle l'un et l'autre L'Accord Social. Son but : diffuser dans les milieux populaires la doctrine de La TOUR du PIN, et les convaincre que l'institution d'un régime corporatif rénové est le seul moyen d'abolir le prolétariat. Joseph DELEST fut longtemps le rédacteur principal de L'Accord Social ; il y fit l'apprentissage d'un métier difficile, mais où il excella bientôt, celui de propagandiste monarchiste par la plume et par la parole.

C'est au lendemain de la Grande guerre que Firmin BACCONNIER devient l'un des rédacteurs réguliers de l'Action Française.
En vérité, Firmin BACCONNIER n'a pas de correction d'angle de tir à appliquer à son combat. La brochure qu'il a publiée en 1952, sous le titre "Ce qu'il faut savoir du corporatisme français ", et où il conclut que "l'ordre corporatif est imposé au monde du travail par la nécessité " fait echo, à un demi-siècle de distance à sa brochure de 1903, où il écrivait que le mouvement syndical était un acheminement vers un Société corporative, ayant pour objet de "procurer à ses membres la sécurité personnelle et la capacité professionnelle ".
Pas plus que, dans le fond, n'a besoin d'être retouché le portrait physique que Charles MAURRAS traçait de lui lorsqu'il avait trente ans : "Ce jeune homme au front découvert, à la barbe d'un châtain blond, et dont les yeux indiquent l'obstination d'une volonté âpre et nette, donne tous ses loisirs à la cause de la Royauté et de la Nation ". Dans la 86ème année de son âge, Firmin BACCONNIER redresse toujours la taille, et ,si le front est un peu plus découvert, si la châtain de la barbe s'est bellement argenté, les yeux vifs brillent du même éclat volontaire, et les loisirs que les ans lui ont apportés restent au service de l'idéal qui enthousiasmait ses vingt ans : rendre aux travailleurs de France le Roi qui est leur protecteur-né !

L'hommage d'Antoine Murat :

Un maître

Mercredi 20 octobre 1965, par une lumineuse matinée d’automne, Firmin Bacconnier nous a réunis une dernière fois près de lui. Nous avons accompagné, pieusement, sa dépouille mortelle au cimetière de Bougival. Nos pensées et nos prières nous groupaient tous en une assemblée recueillie.

Nous suivions un maître : le mainteneur, le docteur et l’animateur de la doctrine corporative française.
Bien que parvenu à un grand âge, Firmin Bacconnier avait gardé toute sa vigueur intellectuelle. Le dernier numéro des Cahiers Charles Maurras (numéro 15 – 1965) publie une belle page de lui, sans doute la dernière qu’il ait écrite. Quelle rigueur, et quelle justesse de pensée ! A la lire, qui pourrait imaginer que son auteur a passé les quatre-vingt dix ans ?

« A Charles Maurras je dois personnellement la révélation qu’à l’origine de la déchéance de notre agriculture nationale, il y a pour une forte part la politique économique instituée en 1860 par le Second Empire, laquelle a pratiquement interdit à l’agriculture d’exercer sa fonction de pourvoyeuse de l’industrie en matières premières et ne lui a laissé que celle de productrice d’aliments. » (Charles Maurras et le drame paysan par Firmin Bacconnier).

Comme toutes les intelligences attentives et soumises au réel, Firmin Bacconnier savait tenir sous son regard les leçons du passé, les problèmes du présent, les besoins de l’avenir. Ses ultima verba, d’une saisissante actualité, veulent faire comprendre aux hommes d’aujourd’hui que « mettre l’agriculture en position de porter au maximum toutes ses possibilités », c’est non seulement réparer une grave injustice, « mais c’est aussi bâtir sur de fortes assises rurales l’expansion industrielle. » (loc. cit.).

Sans se lasser, jour après jour, humblement et puissamment, Firmin Bacconnier montrait et démontrait la vérité de la doctrine corporative française, celle de La Tour du Pin, celle des Rois de France, celle des Papes. Ses articles précis et nuancés, étaient, en même temps que des exemples de journalisme par leur riche clarté, l’application excellente, hic et nunc, de l’empirisme organisateur. Dans la page hebdomadaire du dimanche – la page économique et sociale – de l’Action Française (si remarquable qu’elle peut être encore lue avec profit), dans La production Française qu’il dirigeait, à L’Ouvrier Français, dans un grand nombre de revue, de périodiques ou de journaux spécialisés. Firmin Bacconnier posait les problèmes, économiques, professionnels et sociaux ; il en recherchait les solutions ; et, ce faisant, il faisait beaucoup plus que renseigner : il enseignait ses lecteurs, et il formait des disciples.

La désastreuse politique économique de 1860 poursuivie par la Troisième République (sauf pendant l’heureuse période de Méline), modifiée mais aggravée par la Quatrième et la Cinquième ; l’emprise des trusts, et les menaces qu’ils firent peser sur la métropole et sur les colonies jusqu’à la destruction de l’empire colonial français ; es efforts de réorganisation professionnelle ; l’étude du syndicalisme ouvrier ou paysan ; en bref : l’immense champ de recherches offert par l’économie était labouré, continûment, avec patience et avec sûreté, par cet infatigable travailleur. Son analyse, sans cesse reprise, des données du présent, était  juste, parce qu’elle était désintéressée, parce qu’elle était uniquement soucieuse du bien commun et qu’elle était attentive à toutes les leçons de l’expérience.

Sous l’égide de Firmin Bacconnier, à l’Union des Corporations françaises, rue du Havre, le Cercle La Tour du Pin donnait ses cours. Guillermin, Denis (alias Marty)… publiaient leurs essais. Lorsqu’en 1935, des professeurs de la Faculté de Droit de Paris jugèrent utile de créer l’Institut d’études corporatives et sociales, Firmin Bacconnier prêta ses jeunes collaborateurs : agrégatifs, avocats, professionnels.

A l’Union des Corporations françaises, l’enseignement, la propagande, les réalisations et l’action marchaient de front. Bien des syndicats furent créés, conseillés et soutenus par l’U.C.F. De tant de travaux, Firmin Bacconnier était l’âme. Je pensais à l’énormité de son labeur, assumé par lui, avec une impressionnante sérénité, en regardant, près de moi, ses amis, ses disciples, et, en particulier celle qui fut, rue du Havre, puis rue de Vézelay, enfin rue Croix-des-Petits-Champs, son second pendant un grand nombre d’années : l’admirable Mlle de Paul. Que d’abnégation et de dévouement à la case commune.

Serviteur de Dieu, de la France et de la royauté, Firmin Bacconnier, au regard plein de lumière, a été confié à cette terre pour laquelle il a tant lutté. Comme son maître, La Tour du Pin, comme son maître, Maurras, en fidélité il a terminé sa vie. Son œuvre et son enseignement demeurent.

Antoine MURAT.

http://www.royalismesocial.com/index.php?option=com_conte...

17:44 Écrit par pat dans culture et histoire, social | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

L’Heure la plus sombre n°23 – Émission du 8 février 2016

Français, mon beau souci du 8 février 2016 : “Regards croisés sur Rebatet”

Michel Mourlet, assisté de Catherine Distinguin, recevait Robert Berg, ancien professeur de français aux États-Unis, écrivain, Alfred Eibel, écrivain, chroniqueur littéraire, Marthe Duranson, élève de l'école de théâtre Verbe et lumière, Philippe d'Hugues, critique de cinéma, écrivain, Gilles de Beaupte, président-fondateur des Études rebatiennes et Guillaume, étudiant, sur le thème : « Regards croisés sur Rebatet ». 

Michel Mourlet, écrivain et journaliste, administrateur de Défense de la Langue française, a enseigné à Paris I sa théorie de l’audiovisuel. Auteur d’une trentaine d’ouvrages (essais et fiction), d’une dizaine de pièces jouées sur scène ou à la radio et d’un film de docufiction sélectionné par plusieurs festivals. Prix Montherlant 1987, Prix Simone Genevois du meilleur livre de cinéma 1988. Mention spéciale du Prix Littré 2005. Dernier ouvrage paru : l’Écran éblouissant aux P.U.F. (2011).

http://www.radiocourtoisie.fr/31063/francais-mon-beau-sou...

 

16:21 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Procès Cahuzac : Hollande s’en tire

8542P1.jpgPOLITIQUE (Présent 8542)
Cahuzac s’indigne d’être traité comme un paria. Il fallait y penser avant. Son procès est bien celui de la racaille en col blanc qu’il incarne superbement. Le champion de la rigueur morale, chargé de traquer la fraude fiscale à son poste de ministre du Budget et qui exhortait les Français à payer vertueusement leurs impôts, est devenu le symbole du mensonge et de l’imposture socialistes.

Jérôme Cahuzac est représentatif de cette classe politique qui se fout totalement de la morale publique et de l’intérêt général et ne s’intéresse qu’au sien propre. Et qui au passage prend des postures et donne des leçons à tout le monde.
Le scandale Cahuzac aurait dû entraîner la chute du gouvernement Hollande. Son cirque devant l’Assemblée nationale jurant ses grands dieux qu’il n’avait pas de compte en Suisse, restera dans les annales de l’un des plus gros mensonges publics. Hollande était alerté depuis des mois que son ministre des Finances, son étoile montante, fils de résistants, qui devait incarner sa « République exemplaire » détenait un compte caché de 600 000 euros en Suisse. Et pas seulement.

L’instruction a mis au jour une fraude fiscale décrite comme « obstinée », « sophistiquée » et « familiale ». À l’origine de l’entreprise, le chirurgien Cahuzac et sa femme ont tenu une florissante clinique spécialisée dans les implants capillaires. « Le récit des manœuvres de fraude, tel qu’il est fait par les enquêteurs, oscille entre roman de gare et manuel de délinquance financière internationale » souligne L’Indépendant. Est relaté comment Jérôme Cahuzac, sous le nom de code « Birdie », se fait livrer 10 000 euros en espèces, dans la rue, à Paris. Même les comptes de la mère du ministre servent à « blanchir », entre 2003 et 2010, quelque 200 000 euros de chèques établis par les clients de la clinique.

Hollande a fait comme si de rien n’était. S’il avait voulu démêler le vrai du faux à cette époque, il avait tous les moyens pour le faire. Mais surtout il le devait. Il a choisi la lâcheté et l’incapacité à gouverner son propre gouvernement.
Après plusieurs semaines d’audition et les convocations des trois ministres Valls, Moscovici et Taubira, le président de la commission d’enquête parlementaire était arrivé à la conclusion suivante : « Nous avons les preuves que le président a été parfaitement informé. »
Et qu’il s’est parfaitement remis de ce mensonge d’État.

Caroline Parmentier

http://fr.novopress.info/198028/proces-cahuzac-hollande-s...

C’est vrai qu’il y a encore des cons !

tumblr_o281vg4vlD1qign31o1_500.jpg

14:48 Écrit par pat | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

A la dérive

François Hollande et Manuel Valls peuvent se faire du souci : l’article 2 du projet de loi  inscrivant la déchéance de nationalité dans la Constitution pour les auteurs de crimes et délits terroristes, n’a été adoptée hier qu’avec seulement 14 voix d’avance, (162 voix pour, 148 contre, 22 abstentions). Ce qui augure mal du succès final de cette révision constitutionnelle qui devra être actée par la réunion des députés et sénateurs réunis en  Congrès à Versailles, modification de la Constitution qui nécessite au moins trois cinquième des suffrages… Un vote qui a fait apparaître les profondes divisions internes qui minent la gauche et LR dans la perspective des primaires: écologistes, communistes, une large fraction de socialistes  (92 sur  ont voté contre 119 socialistes ont voté pour) se sont opposés à cet article 2. Chez les députés du parti présidé par Nicolas Sarkzoy, 32 députés seulement l’ont voté, 30 s’y sont opposés, alors que ce dernier avait demandé à ses troupes d’apporter leurs suffrages à article 2 «pour rester fidèle à (leurs) convictions »…

Fidèles à ses convictions, qui sont largement les mêmes que celles de M. Sarkozy, Laurent Fabiusl’a été certainement à la tête des Affaires étrangères depuis 2012. Un poste qu’il s’apprête à quitter pour être recasé par François Hollande la tête du Conseil constitutionnel. Son passage aux Affaires étrangères restera marqué par des erreurs d’analyses inquiétantes, un alignement sur les menées antirusses de Washington, notamment dans le dossier ukrainien,  son acharnement à combattre le régime laïque syrien, quitte à soutenir, au moins jusqu’à récemment, les milices islamistes.

Pour succéder à M. Fabius, le nom de Ségolène Royal revient avec insistance, ce qui aurait pour avantage de libérer le ministère de l’environnement que M. Hollande tout à son projet de rassemblement de la gauche derrière sa candidature des le premier tour  en 2017, souhaiterait confier à un écologiste compatible avec la ligne socialo-libérale incarnée par un Manuel Valls ou unEmmanuel Macron.

Certes le pari s’avère difficile: selon un sondage Viavoice pour Libération publié mardi soir,  75% des personnes interrogées  estiment que la réélection de François Hollande en 2017 n’est pas «souhaitable» (16% des sondés  la jugent « souhaitable »).  Seules  22% des personnes interrogées pensent qu’une victoire de M. Hollande l’année prochaine est «possible». « Sur l’ensemble des Français», Alain Juppé (33%),  Nicolas Sarkozy (14%) , Manuel Valls (18%) est à égalité avec Emmanuel Macron (18%), apparaissent comme les meilleurs candidats de leurs camps pour 2017.  François Hollande ne recueille que 5% de réponses positives.

La question que se posent cependant les stratèges dans l’entourage de M.  Hollande est de savoir si le maintien à son poste de M. Valls (dont la cote de confiance dégringole sondage après sondage), se justifie toujours. Dans cette tentative du président de la république de ne  pas s’aliéner (ou de récupérer)  les électorats de gauche, réunis vaille que vaille derrière son panache blanc pour faire barrage à Marine, beaucoup militent pour le  départ du Premier ministre.

Dans Le Parisien, était cité hier «un proche du chef de l’Etat» expliquant à ce dernier : «Valls a rétréci ta majorité. Tu ne peux pas aller à la présidentielle sur une tête d’épingles.» «Manuel devrait faire attention. François n’a pas de problème de passage à l’acte. Il a sacrifié Ayrault d’un coup de bouton !, prévient un autre proche du chef de l’Etat. »

C’est dans ce climat  que la une du Point s’est ornée du visage de M. Valls avec ce titre «La gauche Finkielkraut» (le Premier ministre était d’ailleurs présent à la coupole pour la cérémonie d’entrée d’Alain Finkielkraut à l’Académie française»), consacrant une enquête à un Premier ministre détesté par une large partie de sa famille politique. «Parmi ses petits camarades socialistes (ses adversaires)  vous jurent qu’il est « dangereux parce que fasciné par le pouvoir est drogué ou gyrophare. C’est un molleiste (disciple de Guy Mollet ; NDLR) capable de dérives quasi fascistes. »

Dérives totalitaires  qui se sont illustrées pleinement  en Corse. Les participants au séminaire du groupe Europe des nations et des libertés (ENL ) regroupant notamment des députés du FN ont été menacés hier à leur arrivée à Ajaccio

Dans un premier temps les manifestants, environ 200 militants d’extrême gauche appartenant à 17 associations différentes, certains se disant «nationalistes corses»en lutte contre la «xénophobie» (sic) ont tenté d’empêcher les participants de quitter l’aéroport Napoléon-Bonaparte d’Ajaccio en abattant sur la route d’accès deux pins centenaires.

A l’arrivée du bus transportant les élus FN au Sofitel de Porticcio rapporte le site du Monde, un caillou probablement couplé à un gros pétard , selon une source judiciaire, a été projeté sur le pare-brise du véhicule. Depuis le début de l’après-midi entre cinquante et cent manifestants font le siège de l’établissement (…)  et perturbent le déroulement du séminaire frontiste». 

« Le 2 février, Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, respectivement président du conseil exécutif de Corse et présidente de l’assemblée de Corse, ont publié un communiqué commun pour déplorer la venue du FN, jugeant ses idées  aux antipodes de la pensée politique corse fondée sur la démocratie, l’ouverture, la tolérance religieuse . Une opinion partagée par le maire (Les Républicains) d’Ajaccio, Laurent Marcangeli». Démocratie, ouverture, tolérance….  De grands mots entonnés pareillement de  Mélenchon à Sarkozy,  de Valls à Talamoni.  Nos compatriotes, corses ou non, constate Bruno Gollnisch ne sont plus vraiment dupes  de ce type de  refrain hypoctite.

http://gollnisch.com/2016/02/10/a-la-derive/

L'état des principaux camps qualifiés de « jungle » montre que la France n'a pas les moyens d'accueillir les clandestins

Jacques Bompard attire l'attention du ministre de l'intérieur sur la dégradation de la situation des camps d'immigrés en France :

"Le mardi 26 janvier 2016 a éclaté une fusillade au sein du camp de Grande-Synthe, aux portes de Dunkerque. Le bilan de la rixe fait état de cinq blessés, trois par balles et deux autres à l'arme blanche. Ce camp d'immigrés regroupe 2 500 personnes, dont 95 % de Kurdes. Comment alors s'étonner de la situation lorsque l'on constate l'état de ce camp situé sur un terrain boisé et marécageux rendant difficile, voire impossible, l'action des forces de l'ordre : une équipe du Raid, une brigade de gendarmerie mobile, un escadron de CRS et deux équipes cynophiles : il n'en a pas fallu moins pour opérer une perquisition dans le camp de Grande-Synthe. Des armes ont été retrouvées, confirmant le problème sécuritaire que représentent les immigrés et qui inquiète les Français depuis des mois. La « jungle de Calais », « le camp de la honte » portent ces noms pour une raison. Ils reflètent l'inquiétude des Français. Le réalisme impose la solution à la question des clandestins illégaux qui doit bénéficier d'une réponse faisant appel au bon sens. L'état des principaux camps qualifiés de « jungle » démontre que la France n'a pas les moyens d'accueillir les clandestins tout en assurant la sécurité de sa population. L'état de ces camps représente un danger pour les immigrés eux-mêmes. Les minorités chrétiennes de ces camps subissent les majorités musulmanes. Au camp de Grande-Synthe l'objectif à peine dissimulé des populations musulmanes est l'expulsion des chrétiens iraniens du camp, en témoigne le responsable syndical sur place : « il existe un réel problème entre les musulmans et les non musulmans » (Le figaro, 27 janvier 2016). Le constat est indiscutable : le problème vient de l'Islam majoritaire et toujours grandissant pour qui la cohabitation n'est pas envisageable. Des réseaux d'extorsion sont mis en place par ces islamistes qui négocient les passages en Angleterre et font payer l'accès aux douches installées par la municipalité (le bon combat, l'horreur au camp de réfugiés de Grande-Synthe). Le Gouvernement tourne encore une fois le dos à ses responsabilités et les grands médias se gardent bien de relayer ce type d'exactions. Dans cette perspective il est demandé au ministre de l'intérieur si la politique migratoire du Gouvernement compte changer radicalement d'orientation afin de remédier aux problèmes sécuritaires que posent les immigrés pour eux-mêmes et pour les populations françaises. Il s'interroge également sur le fait de savoir jusqu'à quand les ressources de forces de l'ordre seront gaspillées dans des missions que le Gouvernement ne leur permet pas d'exercer efficacement."

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Piero San Giorgio - Passe Passe autour du TTIP ?

Syrie : les rebelles de l’opposition « modérée » sont en train de perdre la guerre

Les rebelles syriens de l’opposition « modérée » sont en train de perdre la guerre et ils le savent. D’où leur peu d’appétence pour les discussions de Genève, patronnées par les Nations Unies et censées déboucher sur une solution politique à un conflit, qui, le 15 mars prochain, entrera dans sa sixième année. Sauf coup de théâtre stratégique, le rapport de force militaire et le contexte international leur sont désormais défavorables. La coalition occidentale, États-Unis en tête, concentre son effort contre Daech en Irak, laissant le champ libre - au-delà des condamnations politiques - à la Russie du côté syrien. 

Le régime de Damas l’a également bien compris. Pour le représenter à ces pourparlers, il n’a dépêché à Genève qu’un simple diplomate professionnel, Bachar Djafari, son représentant permanent aux Nations Unies. Et celui-ci en est à plaisanter sur la situation créée par les incertitudes et le malaise de l’opposition  : « Nous attendons Godot et Godot n’est pas encore arrivé ». Godot, c’est le HCN, le Haut comité pour les négociations, mis en place par l’Arabie saoudite et soutenu par la Turquie et la France. Le « coordinateur général » de l’opposition est Riad Hijab, brièvement Premier ministre de Bachar al-Assad en 2012. Il ne devrait participer directement aux discussions, le « négociateur en chef » désigné étant le salafiste Mohammed Allouche, qui, pour l’heure, préfère rester discret.

Que pèse cette opposition dite modérée  ? Il n’est pas aisé de le savoir avec précision, tant sa définition elle-même pose problème. Si tout le monde s’accorde à en exclure le front al-Nosra, la branche syrienne d’al-Qaïda, la nature de groupe comme Ahrar ash-Sham ou Jaïsh al-Islam, très présents sur le terrain, pose problème du fait de leur idéologie salafiste ou extrémiste. « Il existe en Syrie une constellation de combattants très divers de l’ordre de 100 000 personnes, dont la France estime que 80 000 d’entre eux appartiennent soit à des groupes terroristes désignés comme tels par les Nations Unies, soit à des groupes salafistes extrémistes », indiquait récemment le général Didier Castres de l’état-major des armées, lors d’une audition au Sénat. Faites le calcul  : 100 000 - 80 000 = 20 000 opposants qui ne sont donc ni « terroristes », si « salafistes extrémistes ».

Alors que ces groupes avaient militairement le vent en poupe jusqu’à l’été, l’intervention russe a changé la donne, à partir de septembre. Le Kremlin avait un objectif immédiat  : empêcher la chute du régime. Cinq mois plus tard, il l’a atteint et plus personne n’estime aujourd’hui que Bachar tombera prochainement. Pour ce faire, l’armée russe a immédiatement concentré son action contre les forces qui menaçaient le plus directement le régime, c’est-à-dire celles de l’opposition non-Daech. [....]

La suite sur Secret Défense

Interdiction de manifestations à géométrie variable : l’état d’urgence finira-t-il en quasi dictature ?

L’état d’urgence est une parfaite illustration de la façon dont les démocraties finissent : par glissements quotidiens, à coup de dénis et de protestations officielles de bonne foi et de forfaitures ahurissantes. La réaction des pouvoirs publics, aux abois sur un plan politique, face à des manifestations d’opposants, constitue une étape sur ce chemin de la dictature. 

Là encore, il ne s’agit pas de défendre l’Action Française, mais de constater le glissement par lequel l’état d’urgence est désormais invoquer pour justifier de sévères entailles à la liberté de manifester.

Ce week-end, la préfète du département avait interdit la manifestation de Pegida qui a tout de même rassemblé quelques dizaines de personnes. Crédit Reuters

L’état d’urgence à Calais

Alors que les pouvoirs publics, obsédés par les problèmes parisiens et totalement indifférents aux difficultés des Français ordinaires, ont laissé s’installer une situation de non-droit à Calais, l’état d’urgence est désormais mobilisé pour mater les oppositions. Le 23 janvier, la préfecture autorisait une manifestation de migrants, qui a dégénéré. Voici ce qu’en disait la maire de Calais :

Le 23 janvier, lors d’une manifestation qui n’aurait jamais dû être autorisée, un groupe important de migrants a pu envahir le port et une partie d’entre eux ont même accédé à un ferry. Cet événement a montré la fragilité du dispositif de sécurisation du port, et démontré que la lande était hors de contrôle. Comme je ne peux accepter qu’une partie du territoire de ma ville ne soit pas sous contrôle, je demande au ministre de l’intérieur qu’on en sorte les gens qui n’ont rien à y faire et qui incitent les migrants à ce type d’action.

La maire faisait évidemment allusion aux militants no-borders qui ont infiltré les camps de réfugiés et y incitent à l’agitation. L’Etat ne cherche manifestement pas à les contrôler.

Ce week-end, la préfète du département avait en revanche interdit la manifestation de Pegida qui a rassemblé quelques dizaines de manifestants. Le leader du groupe, le général de la Légion Etrangère Piquemal, y a été arrêté et sera jugé en urgence ce lundi.

Il ne s’agit pas ici de défendre Pegida France, mais de pointer du doigt la partialité de l’Etat dans cette affaire, dont il ne sortira rien de bon.

L’état d’urgence à Marseille

Vendredi, une autre manifestation était interdite. Il s’agissait du rassemblement de l’Action Française sur la tombe de Charles Maurras dans le village de Roquevaire. On le voit : on est loin, ici, des logiques de manifestation dans des zones sensibles. Malgré tout, la préfète locale a invoqué l’état d’urgence pour restreindre la liberté de manifester :

« Ce rassemblement a suscité un appel à la contre- manifestation lancé par plusieurs associations et fédérations locales », précise la préfecture de police dans un communiqué.

Elle souligne que la « proximité des deux rassemblements » et une « récente série de heurts et agressions » impliquant des individus se réclamant de l’Action française font courir un « risque avéré de confrontation ».

Éric Verhaeghe

La suite sur Atlantico

http://www.actionfrancaise.net/craf/?Interdiction-de-mani...

Le trompeur Printemps arabe, de la démocratie au terrorisme…

Source : Nouvelles de France
Un point de situation complet et pertinent sur la Syrie, déchirée par un terrorisme d’importation.

Mars/avril 2011, le printemps arabe fleurissait en Syrie. Des manifestations d’opposants avaient lieu dans de nombreuses villes. Le gouvernement alternait la carotte des baisses de taxes, des augmentations de postes et de salaires avec le bâton d’une répression sévère.
Dans une mise en scène bien réglée, les médias dénonçaient la barbarie du régime, des défections se produisaient dans ses rangs, un organisme de transition voyait le jour tandis que la protestation se muait en rébellion et la révolte en guerre civile. Le scénario étonnamment semblable à celui d’autres tournages se produisait avec des variantes locales.
Le dictateur ne partait pas comme en Tunisie. L’armée ne basculait pas comme en Égypte. Faute d’intervention militaire directe d’une puissance occidentale, le régime ne s’effondrait pas comme en Libye. Il tenait avec le soutien de milices loyalistes, celui de l’Iran et de la Russie et l’arrivée des supplétifs chiites libanais ou irakiens.

Il contrôle aujourd’hui plus de 70 % de la population, notamment les personnes déplacées qui se sont mises sous sa protection, dont on parle peu. Pendant ce temps, l’opposition connaissait, sans avoir gagné, le sort de celle de Libye apparemment victorieuse. Sa façade démocratique se craquelait, son unité se fissurait.
Deux conseils dominés par les Frères Musulmans, l’un appuyé par la Turquie, le CNS, l’autre par le Qatar, la CNFOR revendiquaient la légitimité. Le décor démocratique et son Armée Syrienne Libre étaient débordés par des groupes islamistes rivaux et de plus en plus violents : le Front islamique, le Front Al-Nosra, l’État islamique multipliaient les conflits fratricides. Les Kurdes accédaient de fait à l’autonomie le long de la frontière turque.
Depuis l’intervention russe en octobre 2015, l’armée syrienne appuyée par ses alliés reconquiert le terrain. La carte montre aisément que les rebelles sont, comme par hasard, en force aux abords des frontières jordanienne et turque, là où ils peuvent recevoir l’aide de l’OTAN et des pays du Golfe.
Il faut être aveugle pour ne pas comprendre que la France et ses alliés fournissent un soutien qui peut en raison de la confusion de la situation aller à des djihadistes qui sont nos ennemis, comme ceux d’Al-Nosra (Al-Qaïda) dont Fabius s’était laissé aller à dire qu’ils faisaient du « bon boulot ».
Les troupes d’Assad ont libéré récemment deux villes encerclées au nord d’Alep et vont à leur tour refermer l’étau sur les islamistes qui occupent une partie de la grande cité. Le risque est donc très grand de voir se dévoiler le vrai visage de l’opposition syrienne avec une intervention directe des Turcs et des Saoudiens. Les seconds en parlent. Les Russes ont observé des mouvements inquiétants des premiers.
La guerre est désormais possible, et notre pays s’y trouverait engagé dans le mauvais camp, celui des pays, la Turquie, l’Arabie Saoudite, le Qatar qui, avec l’aval du Président américain et néanmoins « Prix Nobel de la Paix », ont déstabilisé l’ensemble du monde arabe pour promouvoir une apparence de démocratie qui s’est révélée être le cheval de Troie de l’islamisme.
Cette tentative a échoué partout. Soit il y a eu un quasi-retour à la situation d’origine dans des pays lourdement menacés par le terrorisme et appauvris par la désertion des touristes comme la Tunisie et l’Égypte. Soit la guerre civile s’est installée comme en Syrie, au Yémen et en Libye.
Dans ce pays, l’État islamique s’est emparé de Syrte au centre de la côte méditerranéenne, menaçant directement l’Europe. De part et d’autre, deux gouvernements rivaux se partagent un pays plus que jamais retourné à l’anarchie tribale. C’est évidemment à ce type de situation que pourrait aboutir l’accord de paix voulu par les Occidentaux en Syrie.

John Kerry est venu à Rome présider la réunion de 23 membres de la coalition de 66 pays réunie contre l’État islamique et qui peine à le détruire. Il a eu le culot de vanter les mérites des frappes homéopathiques dirigées contre « Daesh ». Celles-ci auraient fait fondre les troupes djihadistes, mais avec un effet de vases communicants qui aurait développé leur nombre en Libye. On constate que les Américains n’ont apparemment pas les moyens de bloquer ce phénomène et qu’ils ne veulent pas risquer au sol leurs militaires professionnels contre les salafistes.

C’est en fait l’arrivée des Russes qui a changé la situation. Certes, l’ONG « Observatoire Syrien des Droits de l’Homme » basée à Londres et financée par de riches soutiens, leur attribue surtout des morts civils, mais la désinformation fait aussi partie des méthodes de Washington. Les actions de la coalition durent depuis deux ans et n’ont pas empêché les islamistes de gagner d’abord du terrain et de n’en perdre qu’assez récemment. L’offensive russe n’a que cinq mois et on peut en apprécier les résultats.

Les Kurdes aussi progressent, mais la constitution d’un large Kurdistan irako-syrien ne peut que pousser les Turcs à recourir à la force. Il paraît donc évident que l’homéopathie doit laisser la place à une chirurgie urgente, même si celle-ci doit déplaire aux commanditaires sunnites de la rébellion syrienne.
Le chemin le plus court du rétablissement de l’ordre et de la paix en Syrie passe par la volonté de redonner au gouvernement légal du pays, qui en maîtrise déjà la partie la plus peuplée, le contrôle de l’ensemble du territoire, hormis un Kurdistan autonome.

En continuant d’aider des rebelles peu fiables, on prolonge inutilement une guerre qui a causé 260 0000 morts et déplacé 9 millions de personnes, et on favorise l’activité des bases terroristes qui s’abritent dans leurs secteurs. L’inaction en Libye, quant à elle, est aussi criminelle que l’action qui a précipité le pays dans le chaos.

Kerry, dans la tradition des guerres perdues, dit préférer la solution politique à la solution militaire en oubliant que la guerre est la continuation de la politique et que les traités résultent toujours d’un rapport de forces indiscutable.
Ni les ballets diplomatiques ajournés ou non, ni la distribution de chèques, encore moins la poursuite de la fourniture d’armes aux rebelles ne mettront fin aux souffrances infligées au peuple syrien.

http://fr.novopress.info/197997/trompeur-printemps-arabe-...

Kroc Blanc & Amalek - Cheeta (freestyle)

08:32 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Anciens combattants : l’Algérie dicte sa loi à la France !

« L’Algérie dicte sa loi à la France sur les… anciens combattants ! Paris refuse le titre de « prisonniers » aux harkis victimes du FLN car, dixit un ministère, ce« serait très mal interprété par les autorités algériennes » !

Quel scandale, ce mépris pour nos harkis ! Mais l’État français – de De Gaulle à l’actuel villégiateur de l’Élysée en passant par tous les intermédiaires intérimaires – n’a jamais voulu rendre l’hommage dû à ces soldats musulmans ayant, pour la France, combattu les terroristes du FLN, responsables de la mort d’enfants, de femmes, de vieillards désarmés, européens ou arabes… Terroristes devenus dès l’indépendance d’« honorables élus » d’un inique parti unique mais choyés par tous nos chefs d’État : serrer la main d’un de ces… « as », ça symbolisait la tache honteuse au fronton de la République française, celle en 1962 de l’abandon de nos harkis ayant eu le tort d’aimer la France… Tache qu’aucun Élyséen n’effaça ni n’atténua ! Et ce n’est pas l’expulsable en fin de bail qui le fera… La preuve : ce document rejetant la demande du président d’une association d’anciens combattants connus sous l’appellation de harkis.

Samedi (6 février), à L’Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne), lors de l’assemblée annuelle de l’Association nationale des anciens supplétifs d’Algérie, Boulevard Voltaire s’est procuré un document prouvant l’allégeance du gouvernement français au FLN au mépris de Français : Les Harkis. Le document émane du secrétariat d’État aux Anciens combattants et à la Mémoire (sélective ?), dépendant du ministère de la Défense de M. Le Drian.

Qu’y lit-on ? Que, lors d’une réunion, les harkis avaient abordé un « sujet qui lui tient à cœur : la modification de l’intitulé du statut des porteurs de la carte de victime de la captivité en Algérie ». Les harkis souhaitent simplement que ce charabia si inepte, si abject soit changé en « prisonnier de guerre » ou « prisonnier du FLN » à l’image de l’Indochine avec le statut de « prisonnier du Viêt-Minh » ! Refus catégorique ministériel. La raison ? Parce que la dénomination « prisonnier du FLN », lisez bien, « ne peut être envisagée du fait du contexte politique bilatéral entre la France et l’Algérie. En effet, à l’heure actuelle, la priorité est de préserver les relations avec ce pays et le titre sollicité de “prisonnier du FLN” serait très mal interprété par les autorités algériennes. » On rêve ? Non, c’est dit ! Mieux : c’est écrit ! Les autorités « très démocratiques » algériennes tiennent toujours – sinon dans une main de fer, du moins sur un fauteuil du même métal – l’État français en vue de décisions concernant des… Français !

Réponse des harkis, furieux, au gouvernement : « Nous sommes particulièrement choqués d’apprendre que les autorités algériennes dirigent d’une certaine façon la France et qu’il est plus important de satisfaire des gens qui ont fait des milliers de morts plutôt que de rendre justice à ceux qui ont combattu à ses côtés. » Une missive en forme de missile… »

Jacques Martinez sur Boulevard Voltaire

http://www.contre-info.com/anciens-combattants-quand-lalg...

L'Action française répond à la désinformation médiatique

Suite aux nombreux articles de presse (voir ici), l'AF réplique :

"Plus d’une vingtaine d’articles sont parus dans La Provence et La Marseillaise, de Mariannejusqu’au Huffington Post. Les mêmes poncifs : « extrême-droite », « racisme », « antisémitisme » reviennent dans beaucoup de ces articles. Ils ont pour unique objectif de disqualifier une école de pensée de plus d’un siècle qui a marqué profondément la vie intellectuelle française. Les procédures que nous entamerons dans les jours prochains contre des journaux sans déontologie pratiquant amalgame et diffamation ne nous empêchent pas d’éclaircir dès maintenant le positionnement de notre mouvement pour écarter tout malentendu.

L’Action française est un mouvement royaliste qui se rattache à la pensée d’Aristote et de Thomas d’Aquin. Nous nous donnons pour objectif de « militer pour la restauration d’un État souverain exerçant pleinement ses fonctions régaliennes. Seul l’établissement d’une monarchie décentralisée et représentative garantira [à nos yeux] le juste exercice d’une puissance durable ». Notre ADN consiste à « défendre en toutes circonstances l’intérêt national et à instaurer la monarchie ».

L’Action française et Maurras, par leur influence dans les années 20 ont permis de juguler le développement du fascisme en France. Dans ses Abeilles de Delphes, Pierre Boutang a raconté comment il a réussi à détourner Maurice Clavel du fascisme en le conduisant à l’idée monarchique. Des historiens comme François Furet, Pierre Chaunu et Pierre Milza ont récusé les amalgames à notre sujet, ceux-ci ne procédant que d’une intention diffamatoire.

De nombreux maurrassiens et royalistes comme le Colonel Rémy, le Général de Bénouville, le Maréchal Leclerc, Jacques Renouvin, se sont retrouvés autour du Général de Gaulle dans la résistance, et ont contribué à la libération du territoire. Charles Maurras considérait que l’Allemagne était l’ennemi numéro 1 et que la collaboration était une trahison comme le montrent ses propos sur Pierre Laval ou sur la Milice. Sa position en faveur de Pétain, courante à l’époque, reprenait l’idée de l’Union sacrée de 1914 et n’impliquait pas d’adhésion sur la politique de collaboration de Vichy. Dès sa fondation, l’Action française refusa de s’en prendre aux personnes et aux biens : Léon Daudet fustigea la « horde barbare d’Hitler ». Maurras écrivait en 1939 : « Le racisme est notre plus vieil ennemi intellectuel  ». Aujourd’hui, l’Action française rappelle qu’elle condamne fermement le racisme et l’antisémitisme ainsi que les comportements haineux de certains mouvements « anti-racistes ». Jacques Bainville, le grand historien de l’Action française enseigne dans sa magistrale Histoire de France : « Le peuple français est un composé. C’est mieux qu’une race. C’est une nation. »

Nous nous battons pour l’idée royale, principe d’unité à l’origine de l’existence et de la conservation de notre pays. Il est indigne de nous confondre avec des courants, des positions ou des sentiments que nous récusons, et cela sans même avoir pris le soin de dialoguer auparavant avec nous. L’Action française, pour laquelle la nation est avant tout une amitié, ne se laissera jamais confondre avec ceux qu’elle a toujours combattus et qui enseignent le racisme, la haine et le mensonge.

Alors que la défiance monte dangereusement dans la société, que les conditions sociales s’aggravent, que des attentats barbares viennent de secouer notre pays, les maîtres du système devraient rapidement s’interroger sur le manque de déontologie journalistique et analyser en profondeur les raisons de la fracture de plus en plus béante qui éloigne le pays légal du pays réel."

Michel Janva

[AF Provence] NOUS, LES SOUS-HOMMES

Les journalistes à la petite semaine et autres vendeurs de papier font leurs choux gras de notre militantisme exigeant, de loin plus rigoureux que leur hypothétique probité. Les masques d’une presse supposée d’information tombent à mesure que les erreurs et mensonges s’accumulent

Il est néanmoins lassant de découvrir le récit de nos exploits, une fois passée sous le hachoir de plumitifs plus militants les uns que les autres. Le Parti Communiste est hissé au rang de source d’information privilégiée, jamais mise en doute ni confrontée à la source contradictoire que nous devrions être. En effet, tout au long du procès médiatique qui nous est mené, nous avons été forcés d’enfiler le costume du condamné avant même celui de l’accusé, nous n’avons pas non plus été contactés, tout était écrit d’avance. Une simple formalité en somme, avant que ne tombe le couperet.

L’anathème pour chef d’accusation. Un exemple ? Le racisme. Les républicains nous reprochent leurs propres turpitudes. Voltaire, Jules Ferry et Léon Blum sont racistes, pas le maréchal Lyautey et Charles Maurras. Cette vérité éternelle, ils nous en donnent une illustration quotidienne, tant et si bien que la pensée qui affleure leurs discours et leurs réflexes bolcheviques surannés, est celle du sous-homme. Si nous avons perturbé les évènements de nos adversaires, jamais nous n’avons cherché à les empêcher. Eux veulent nous interdire, nous réduire au silence, nous imposer comme vérité le fiel de leur imagination. Ils ne nous considèrent pas comme leur adversaire, mais leur ennemi. L’ennemi du genre humain. Pour la plupart, ils désirent notre mort sociale et œuvrent en ce sens. Ils s’étonnent que leurs plaintes infondées, leurs déclarations calomnieuses ne soient pas des preuves suffisantes pour nous embastiller sans délai. Pour d’autres, l’objectif est notre mort physique, avec la complicité des premiers : qui a fait l’écho de la grenade déposée devant notre local marseillais ? Personne. Mais tous auront été les relais parfaits d’une propagande inique, inventant selon les besoins du moment des tentatives d’incendie et des agressions à répétition. Qu’il nous soit permis d’affirmer que seule leur désinformation est en cascade. Une cascade aussi putride que les boues rouges de la fosse de Cassidaigne. Ils peuvent nous retarder, ils ne nous arrêteront pas. Ils peuvent nous salir, ce sont nos succès futurs qu’ils préparent. Les sous-hommes d’aujourd’hui seront les héros de demain.

Illustration : Exemple parmi tant d’autres, un article de La Marseillaise passé au détecteur de plagiat. Résultat : près de la moitié tirée du site des communistes bucco-rhodaniens.