20/08/2014

La catastrophe raciale en Amérique vue par Tocqueville

La mondialisation forcée qui veut sa guerre contre la Russie fait sa fasciste à domicile.   

Ferguson et ses émeutes finalement assez molles (on n’y lynche pas les blancs à mort comme en 1991 pendant les razzias qui suivirent le battage médiatique sur Rodney King) rappellent de vieux souvenirs. Tocqueville décrivait vers 1830 le problème racial en Amérique. Il le faisait avec une alacrité forte toujours négligée par ses commentateurs experts. C’est que, pour Tocqueville, la démocratie américaine nous mènera à une catastrophe dans tous les domaines.

Sur le problème noir, ce grand observateur remarque :

« Le plus redoutable de tous les maux qui menacent l’avenir des États-Unis naît de la présence des Noirs sur leur sol. Lorsqu’on cherche la cause des embarras présents et des dangers futurs de l’Union, on arrive presque toujours à ce premier fait, de quelque point qu’on parte. »

Tocqueville sera-t-il interdit dans nos bibliothèques ? Il est vrai que dans notre société, on n’a pas besoin de censurer les classiques, puisque plus personne ne les lit. On a fait mieux que dans Fahrenheit 451 !

Il ajoute sur le sort de ces pauvres gens, aussi mal traités que nos Français condamnés à la vie morte dans les banlieues :

Lire la suite

DOC CENSURE 11 septembre/2001 " Le Complot" COMPLET

Quand les médias disaient que James Foley étaient au main de l’Etat syrien

Le journaliste photo James Foley, de nationalité américaine, avait disparu en Syrie il y a deux ans.

Les jihadistes de l’Etat islamique viennent de l’égorger, en représailles aux bombardements américains.

L’occasion de ressortir ce que disaient les médias français (AFP et Libérationsur la capture d’écran ci-dessous) à propos de celui qu’ils présentaient comme otage de… Bachar El Hassad !libe

http://www.contre-info.com/

Comment entretenir une action régulière pour ne rien lâcher ?


2
Après des manifestations et des veillées, la lassitude nous guette…Comment l’amitié permet-elle de tenir ?

Jean Ousset dans son livrel’Action au chapitre III de la cinquième partie, « Notes pour l’action individuelle »(p. 247 à 264), propose 40 notes pour une action efficace à ce niveau d’action personnelle dont nous avons pu mesurer la pertinence ces derniers mois. A relire quand les  vacances nous donnent l’occasion de … préparer la rentrée. Extraits des notes 18 à 20 :

Déjà parcourus les semaines précédentes ….. 

  1. Des hommes décidés à agir
  2. L’entente d’un petit nombre d’amis
  3. Parlez de notre travail
  4. Pas de fausse discrétion
  5. Pas de fausse politesse
  6. Cependant, la vérité n’est pas une matraque...
  7. Le courage d’être vrais
  8. Pas de vains scrupules
  9. L’art de convaincre
  10. Parler simplement
  11. Se méfier des cérébraux
  12. Travailler
  13. Noyau mou = pépin
  14. Il faut oser
  15. Diffuser les ouvrages
  16. Ecrivez à vos amis
  17. Faites souscrire

18. L’animation 

Normalement - car il est des circonstances où un militant très rayonnant est condamné à rester solitaire (celui par exemple qui voyage beaucoup) - normalement, l’animation de petits groupes, cercles ou cellules est le fruit naturel de l’action individuelle, entretenue régulièrement.

Nous disons bien : action individuelle car, malgré l’existence de groupes, cercles ou cellules, ces derniers n’en dépendent pas moins d’une animation purement individuelle. Rien d’organique au sens institutionnel du mot. Que la pression amicale du responsable fléchisse ou disparaisse, lesdits groupes, cercles ou cellules s’étiolent ou meurent. Parce qu’ils ne dépendent réellement que du zèle d’un seul. D’où le classement que nous en faisons au premier degré [d’une action individuelle] ; réservant pour le second degré de l’action l’étude des groupes, mouvements ou organismes ayant une existence plus institutionnelle, une assise plus collective. Moins dépendante, en un mot, de l’impulsion d’un simple individu.

19. Efficacité des groupes, cercles, cellules

 Le bienfait de ces groupes, cercles, cellules du premier degré est qu’ils ne dispensent pas de l’effort personnel, de la réflexion solitaire, tout en offrant l’avantage d’écarter les périls de l’isolement. Ils sont enfin les éléments indispensables, les antennes rêvées d’une action vraiment « capillaire ». La doctrine y est assimilée d’une façon vivante, au cours de discussions familières. Ce qui aurait échappé à celui-ci se trouve mis en lumière par celui-là.

On y prend l’habitude de parler avec une relative aisance de la doctrine appliquée aux questions sociales et politiques. On y prend conscience de l’intérêt qu’elles peuvent susciter. L’initiative personnelle peut y garder sa liberté tout en bénéficiant des avantages d’un travail où l’on se sent moins seul, où l’on se sent plus fort. Le découragement y est moins brutal.

20. La cellule, pépinière de futurs chefs

On ne doit jamais perdre de vue que le travail en cellule est le fondement, la grande réserve, la formule du plus sûr rendement. Bien se dire qu’on n’a jamais vu d’état-major remporter victoire sans troupes. Or, c’est un fait que de notre côté les travaux d’état-major sont ordinairement plus prisés que les soins apportés à la formation d’une troupe, pépinière de futurs chefs.

Nous appelons « cellules » la normalisation de relations amicales. Un groupe d’amis se retrouvant, aussi assidûment que possible pour s’enrichir en commun par un approfondissement doctrinal stimulé et orienté par des publications « ad hoc » : tel est le mode d’organisation idéal.

Et qu’on se garde bien de caporaliser, d’enrégimenter, sous prétexte d’unité. Le tout premier besoin est que les idées passent, que le plus grand nombre possible de personnes - et les plus variées aussi - soient atteintes.

Ainsi chacun doit pouvoir susciter d’autres cellules aux quatre coins de France et du monde. Deux cellules de la même ville, de la même rue, peuvent (à la limite) s’ignorer sans inconvénients, et être en relations suivies avec d’autres cellules éloignées de plusieurs centaines de kilomètres. N’est-ce point là un phénomène continuel et très normal des relations amicales, familiales ou professionnelles ?

Autrement dit, chacun peut susciter une cellule ou un cercle aux antipodes et l’animer (par correspondance ! le cas existe) en n’ayant besoin pour toute autorité que de celle de son propre zèle et de sa résolution.

Ainsi pourrons-nous voir le développement de réseaux qui auront toute la force et la souplesse de la vie.

A suivre …la semaine prochaine…

Lire et télécharger dans son intégralité l’Action au chapitre III de la cinquième partie, « Notes pour l’action individuelle » dans l’Action de Jean Ousset. Pour rejoindre une initiative qui corresponde à vos « talents » contacter le service d’information d’IchtusCe livre l’Action de Jean Ousset est un maître livre pour bien penser l’action en fonction du but poursuivi. Tout homme ou femme d’action le lira avec profit pour inspirer son engagement. Jean Ousset, fondateur d’Ichtus pour Former, Relier et Agir, est le premier en effet à avoir méthodiquement formalisé une doctrine de l'action culturelle, politique et sociale à la lumière de l'enseignement de l'Eglise pour, concrètement répondre au mal par le bien. A l'encontre des pratiques révolutionnaires et de la dialectique partisane, si l'amitié est le but de la politique, Jean Ousset nous montre comment pour agir en responsable, l'amitié en est aussi le chemin.

Le Salon Beige

Hollande avoue qu’il a fait livrer des armes aux djihadistes en Syrie

François Hollande au « Monde » aujourd’hui : « La communauté internationale porte une responsabilité très grave dans ce qui se passe en Syrie […] Si, il y a un an, il y avait eu une réaction des grandes puissances à la hauteur de l’utilisation [par Bachar Al-Assad] des armes chimiques, nous n’aurions pas été face à ce choix terrible entre un dictateur et un groupe terroriste, alors que les rebelles méritent tout notre soutien. »

Et quelle était cette « rébellion démocratique » ? Sinon les djihadistes de l’Etat Islamique ?

« La communauté internationale porte une responsabilité très grave dans ce qui se passe en Syrie », dites-vous, responsabilité d’autant plus grande, Monsieur le Président, qu’il a été prouvé depuis que l’utilisation des armes chimiques incombait non à l’armée de Bachar Al Assad mais à la « rébellion syrienne démocratique »…

Les renseignements français doivent être en-dessous de tout pour que vous n’en ayez pas été informé…

http://medias-presse.info/hollande-avoue-quil-a-fait-livr...

Conjoncture. Elie Cohen : « 2015 sera une année de crise politique »

La croissance est en panne. Que faire ? Suite de notre série d’entretiens avec des économistes. Aujourd’hui, Élie Cohen, pour qui le gouvernement prend un risque en ne respectant pas ses engagements européens.

Recueilli par Marc PENNEC.

CROISSANCE QUI STAGNE, CHÔMAGE PERSISTANT… POURQUOI NOTRE ÉCONOMIE PATINE-T-ELLE ?

Il y a un an, on tablait sur une reprise économique mondiale pour nous entraîner. Or le premier trimestre a été calamiteux aux États-Unis où la croissance en 2014 n’excédera pas 2 %. Même tendance dans les pays émergents et au Japon. Dans la zone euro, la bonne dynamique allemande marque un certain essoufflement. Enfin, il y a les problèmes propres à la France : effondrement de la construction immobilière, faiblesse des investissements des ménages et de la demande globale, manque d’incitation des entreprises à investir.

Les réformes réclamées ici et là peuvent-elles relancer la machine ?

Ces réformes structurelles – protection sociale, fluidification du marché du travail, réduction du millefeuille territorial… – créent de l’incertitude et des oppositions à court terme. Mais les effets sont positifs sur le moyen et long terme comme on l’a observé en Suède, au Canada ou en Australie.

LES FRANÇAIS ONT-ILS RAISON D’ÊTRE AUSSI PESSIMISTES ?

Franchement non. Depuis 2007, les différents gouvernements se sont appliqués à préserver le pouvoir d’achat des salariés ainsi que notre modèle social, en espérant que la reprise de la croissance viendrait régler les problèmes de la crise. Dans le même temps, en Grèce, salaires et pensions baissaient de 25 % et en Espagne de 10 %. On n’a pas non plus fait les grandes réformes qui ont produit ces résultats en Allemagne ou dans les pays nordiques. Je ne vois aucun gouvernement de gauche ou de droite dire que la priorité est de réduire les dépenses et déficits publics, en réduisant le pouvoir d’achat des Français au besoin.

PEUT-ON CONTINUER COMME CELA ?

Non. En 2015, nous ne tiendrons aucun de nos engagements vis-à-vis des partenaires européens. L’année 2014 aura été une année pour rien. Le gouvernement dira : « Certes, nous ne tenons pas nos objectifs, mais nous avons engagé un plan de réformes structurelles ambitieux. » Ce sera une sorte de troc. Mais j’ai du mal à penser que ce scénario soit couronné de succès. Dire qu’on ne fera pas d’effort supplémentaire, de coupe dans les dépenses publiques, le pouvoir d’achat, parce qu’on n’a pas une majorité politique pour le faire, va entrer en collision avec nos engagements européens.

DONC, RISQUE POLITIQUE ?

L’année 2015 sera une année de crise politique plus qu’économique. Parce que nous sommes sur une petite tendance de reprise économique. On est en train de remonter, plus lentement qu’espéré.

LE TEMPS DES GRANDES CROISSANCES N’EST-IL PAS FINI ?

Les deux tiers de la croissance dans les pays développés, ce sont des gains de productivité dus au progrès technique. Et je ne crois pas qu’il y ait épuisement de ce progrès. Mais pas question de rester sans rien faire en attendant une reprise mondiale.

entreprises.ouest-france.fr

http://fortune.fdesouche.com/351917-conjoncture-elie-cohe...

Après Marseille, Toulouse… Homicides partout, justice nulle part ?

Ce n’est que l’escalade de la violence devant le laxisme de la justice.   

Marseille est citée en exemple par l’Algérie pour les meurtres qui s’y succèdent depuis plusieurs mois. Avec un peu de patience, la police algérienne pourrait également prendre pour exemple la ville de Toulouse qui, depuis plusieurs semaines, tente de rivaliser avec la cité phocéenne.

Le processus est absolument identique, comme l’origine du problème : le trafic de drogue et les rivalités entre gangs appartenant à des quartiers différents dans le but d’augmenter leur territoire de commercialisation.

Cela a débuté en décembre 2013 quand le gang du quartier de La Reynerie, dans Le Mirail, a empiété sur le quartier des Izards, jusque-là plaque tournante du trafic de stupéfiants. Pour information, ce quartier classé ZSP (Zone de sécurité prioritaire) était également celui où résidait Mohamed Merah.

Le 4 décembre, deux hommes en scooter lâchent des rafales de kalachnikov sur les devantures de deux commerces. Le client d’un salon de coiffure est blessé.

Le 5 décembre, c’est une tentative d’homicide contre l’employé d’une pizzeria.

Lire la suite

20 août 1955 : massacre d’El Halia. Un voisin à ses futures victimes : « Demain, il y aura une grande fête avec beaucoup de viande »

 

Il n’y a même pas 60 ans.
Le FLN – organisation séparatiste et terroriste soutenue entre autres par la gauche française (dont le traître Jacques Vergès récemment décédé) et toujours au pouvoir en Algérie - avait décidé, devant l’essoufflement de sa propagande, de passer à une stratégie sanguinaire pour faire « monter la pression » en Algérie française.

Ainsi, dans le petit village minier d’El Halia, 71 Européens furent massacrés de la façon la plus ignoble que l’on puisse imaginer.
Outre les égorgements des hommes (après ablation du sexe et vision du viol de leurs femmes et de leurs filles) et l’éventration des femmes – méthode habituelle -, on note pour la première fois des personnes dépecées, vraisemblablement tant qu’elles étaient vivantes. Ainsi que des empalements.

Description puis témoignage :
Lire la suite

 

Gaza : la guerre reprend

Lors des négociations Israël a refusé de lever le blocus sur la bande de Gaza et par conséquent la création d’un port. Dans cette vidéo un membre de la branche militaire du Hamas explique les motivations du mouvement palestinien.

Nous croyons fermement que nos demandes n’ont pas besoin de négociation. Il s’agit des droits humains les plus fondamentaux garantis par toutes les lois et les coutumes du monde.

Certains se demanderont pourquoi le Hamas n’arrête pas cette guerre alors que les destructions matérielles sont colossales et que les pertes humaines (plus de 2000 dont 400 enfants) sont terrifiantes. Tout simplement parce que le blocus israélien tue à petit feu la population (voir ici un article sur les conséquences économiques du blocus). Pour ce sortir de cette situation le Hamas opte pour une guerre totale jusqu’à la levée du blocus sur la Palestine.

http://www.contre-info.com/

Financement occulte des partis politiques : commissions et rétrocommissions

[Même avec la réforme Sapin de 1993], on aurait tort de croire que le financement de la vie politique française – voire, parfois, les financements plus personnels de certains responsables politiques – baigne désormais dans une quasi-transparence. Car à côté des sources franco-françaises presque banales que l’on vient d’évoquer, les coûts toujours croissants des campagnes électorales ont conduit au fil des années – surtout depuis les années 1970 – au développement, voire à l’institutionnalisation d’autres filières illégales de financement bien plus opaques, qui constituent à coup sûr l’un des secrets les mieux gardés de Ve République : celles des « rétrocommissions » liées aux marchés d’exportation. 

     La première, mais pas la moins utilisée, est en quelque sorte ancillaire : elle concerne les exportations françaises (de biens de consommation et d’équipement, BTP et autres) vers les pays de l’Ex-empire français, au Maghreb et en Afrique subsaharienne. On sait les liens quasi familiaux conservés depuis de Gaulle entre les dirigeants français et les potentats chargés de gérer, au mieux moins l’ascendant que certains de ces derniers – tout particulièrement ceux qui ont eu la chance d’hériter de pays riches en pétrole, comme Omar Bongo au Gabon – ont pu acquérir sur des pans importants de la classe politique française en contribuant au financement de ses campagnes électorales, à droite (surtout) comme à gauche. De même, la chronique médiatique a fort peu rendu compte des ressorts financiers profonds qui expliquent souvent la grande sollicitude dont ont fait preuve depuis les années 1980 nombre de responsables politiques de gauche (surtout ?) comme de droite à l’égard des dirigeants autoritaires du Maghreb, qu’il s’agisse du roi Hassan II au Maroc, des généraux algériens ou du général Zine Abbidine Ben Ali en Tunisie (depuis 1987).

     Dans tous les cas, au-delà des classiques et presque « anecdotiques » valises de billets, le mécanisme de base a été le même, banalisé et perfectionné – avec le recours au « paradis fiscaux » – au fil des années : une grande entreprise française, grâce à l’entregent de tel ou tel responsable politique, emporte un marché d’importation (de sucre, de blé, d’usine « clé en main »...) de l’un de ces États du pré-carré. Son prix est surfacturé de 10% à 15% (parfois beaucoup plus), pour payer des commissions qui vont dans la poche des « décideurs » locaux, lesquels en rétrocèderont une partie (les fameuses rétrocommissions) aux divers « intermédiaires », dont ces obligeants responsables de partis politiques français toujours en quête de finances pour tenter de gagner la prochaine élection – et pas toujours insensibles aux cadeaux annexes. Mais de tout cela, la justice française – et moins encore les médias – n’a jamais rien su, tant ce secret est bien gardé, car on parle là, au fil des années, de milliards d’euros. 

     Il en va (presque) de même pour la seconde forme de rétrocommissions, celles liées aux grands marchés passés avec des États étrangers – et là, bien au-delà des seuls États de l’ex-Empire colonial – par les entreprises françaises dites « de souveraineté » (dans les secteurs de la défense, de l’aéronautique, de l’énergie, du génie logiciel, etc., dont les exportations sont étroitement contrôlées par le gouvernement français). Le problème est double. Le premier tient au fait que la plupart des entreprises françaises, en passant des contrats à l’étranger, doivent verser des commissions, le plus souvent parfaitement légales, quand elles rémunèrent le travail effectif d’un agent commercial facilitant un contrat. En 2000, une convention de l’OCDE, ratifiée par la France, a fort justement limité le montant de ces commissions à 5% de la valeur du contrat, en interdisant formellement qu’elles soient versées à un agent de l’État concerné, dirigeant, élu ou fonctionnaire. Le problème, c’est que les entreprises « de souveraineté » ne traitent, directement ou indirectement, qu’avec ces personnes et que, de ce fait, le contrôle est en pratique impossible. Avant la signature de la convention OCDE, le ministère des Finances devait autoriser ces versements, qui atteignaient parfois des montants dépassant 20% de la valeur du contrat, pour que les entreprises vendeuses puissent les déclarer dans leurs frais généraux. Mais depuis la naissance de la Ve République, aucune de ces autorisations – où figurent en principe les noms des bénéficiaires – n’est jamais sortie des coffres-forts des Finances, « secret-défense » oblige... 

     Le second problème, c’est que ce sont justement ces contrats-là qui font le plus facilement l’objet de rétrocommissions en faveur de personnalités françaises – beaucoup moins souvent à des partis politiques –, qui bénéficient ainsi de « retours » vers par l’agent corrompu du pays acheteur. Typiquement, le corrompu étranger touche de la part de l’entreprise vendeuse une commission occulte majorée – 15% au lieu de 10%, par exemple, charge à lui de reverser 5% en France. Aucune affaire de ce type n’a été jugée depuis 1958, mais c’est exactement ce type de commissions illégalement reversées en France que cherchent à débusquer depuis 1997 les magistrats sur l’affaire des frégates de Taïwan. La pratique n’a pas cessé depuis la signature de la convention OCDE par la France. Elle est seulement devenue plus difficile à mettre sur pied. Et on doit à la vérité dire que ce problème touche tous les grands pays, sans exclure ni les États-Unis ni aucun grand pays européen. 

     De la même manière, les assurances garanties par l’État couvrant ce qu’il est convenu d’appeler le « risque pays » ne sont pas une exclusivité française. En France, cette activité est une spécialité de la Coface (Compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur), aujourd’hui filiale du groupe Natixis. Et sans qu’aucune affaire sérieuse ait jamais émergé publiquement, elle cache de nombreux lièvres. Classiquement, une entreprise cherchant à passer un contrat à l’étranger prend une assurance, afin de couvrir le risque qu’elle prend en vendant à une État ou une entreprise étrangère à la solvabilité incertaine. Dans ce cas, la Coface sollicite la garantie de l’État, dont elle peut ensuite faire bénéficier son client. Si le contractant avec lequel ce dernier est en affaire se révèle insolvable, alors il se retourne vers l’État français, qui honore les engagements du partenaire étranger défaillant. 

     Rien là que de très ordinaire. Mais le mécanisme est propice aux abus, car il peut aussi servir à dissimuler des rétrocommissions versées par des dirigeants de pays amis, qui n’ont jamais eu un sou vaillant pour payer leur achat, ou avec lesquels il avait été convenu par avance qu’ils ne paieraient rien, l’entreprise française concernée sachant dès le départ qu’elle se retournerait vers l’État – ce qui permettrait ainsi de financer, sur fonds publics, les besoins des politiques français bénéficiaires des rétrocommissions. 

     Très au fait de ce sujet, l’ancien banquier et ex-ministre du Budget Henri Emmanuelli est le seul à avoir mis les pieds dans le plat, sans que cela ait provoqué autre chose qu’un quasi-coma médiatique : lors de la présentation du budget 2004 à l’Assemblée nationale, il a pourfendu cette pratique fort contestable des « annulations Coface », chiffrées pour 2003 à plus de 700 millions d’euros, et estimées à plus d’un milliard d’euros en 2005. Cette pratique représenterait 46% des annulations de dettes consenties par la France au pays du Sud : « Par une politique systématique de soutien à l’exportation et à l’investissement des entreprises françaises dans certains pays en développement, l’État a alourdi la dette publique des pays destinataires de ces investissements, via le mécanisme de la contre-garantie souveraine. Ce type de dettes n’a que très peu servi le développement des pays du Sud, mais plutôt servi les intérêts de certaines entreprises françaises, qui ont pu ainsi exporter et investir de manière indue. » Et renvoyer sans aucun doute un grand nombre d’ascenseurs, aurait-il pu ajouter. 

Renaud Lecadre, Histoire secrète de la 5ème République

http://www.oragesdacier.info/2014/08/financement-occulte-...

6 et 7 septembre 2014 : deuxièmes journées identitaires Ouest et Île-de-France

journees-id-ouest-idf.jpg

Les 6 et 7 septembre 2014 auront lieu les deuxièmes journées identitaires Ouest et Île-de-France, dans la région du Mans (Sarthe). Placées sous le thème “Retrouvons notre mémoire pour préparer la victoire”, ces journées compteront plusieurs conférences et animations. Vous pouvez déjà noter la présence de Fabrice Robert, président du Bloc Identitaire ; Jean-Yves Le Gallou, ancien député européen, président de la Fondation Polemia ; Jean-David Cattin, directeur de l’Université d’été Identitaire ; Martin Sellner, dirigeant de Identitäre Bewegung Österreich, les identitaires autrichiens; et de nombreux autres intervenants…

Dimanche 7 septembre aura lieu une table-ronde de la réinformation et de la contre-culture. De nombreux stands sont prévus. De la bière locale sera disponible à la vente. Au programme samedi soir : soirée cochon grillé.

PAF : 25 euros. Possibilité de couchage sur place (5 euros supplémentaires).

Renseignements et inscription : maine@bloc-identitaire.com

16:05 Écrit par pat | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook |

Bestofe TV Libertés n°12 : Marion Sigaut

Affaire Tangorre : quand la gauche défend les violeurs

Lu dans Minute :

"Luc Tangorre est un violeur en série. Dans les années 1980, il fut pourtant la coqueluche des intellos de gauche. Pour eux, Tangorre était à la pénétration ce que le capitaine Dreyfus avait été à la trahison : un innocent injustement condamné. De fait,condamné une première fois en 1983, Tangorre fut gracié par le président Mitterrand. Sitôt sorti de prison, il a récidivé. Et là, ce dimanche 10 août, sur une plage du Graudu-Roi, une gamine de 12 ans l’a identifié comme son agresseur…"

En mai 1983, il avait été reconnu coupable de 4 viols, une tentative et six attentats à la pudeur. L'avocat des victimes était alors Me Gilbert Collard. Condamné à une peine de 15 ans de prison, il est défendu par la gauche. Pierre Vidal-Naquet voit une erreur judiciaire. Le 28 décembre 1983, dans le journal « Le Monde », il publie une tribune « Pour Tangorre ». Ce n’est pas le « J’accuse » d’Emile Zola, c’est le « J’abuse » de Vidal-Naquet :

« L’affaire Tangorre, c’est l’affaire Dreyfus de monsieur tout-le-monde. N’importe qui, comme Tangorre, est susceptible d’être arrêté dans la rue parce qu’il a une tête qui ressemble à un vague portrait-robot et peut tomber entre les pattes de l’appareil judiciaire. »

Vidal-Naquet mobilise son frère, l’avocat François Vidal-Naquet (qui de vient le défenseur du violeur), l’intello mitterrandien Jean-Denis Bredin et l’écrivain Gilles Perrault. Se joignent des artistes, les écrivains Marguerite Duras et Françoise Sagan, Georgina Dufoix (alors ministre des Affaires sociales), Albin Chalandon (qui sera ministre de la Justice du gouvernement Chirac en 1986 !), Dominique Baudis (qui vient d’être élu maire de Toulouse), et même l’actuel maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin. Mitterrand finira donc pas gracier le violeur, qui récidive aussitôt. De nouveau condamné, il sort de prison en 2000 au lieu de 2006. La justice est trop bonne. Il vient de re-récidiver.

Michel Janva

Le FN demande la suppression de l’aide médicale d’état (AME)

Ebola ne menace pas l'Europe et l'Amérique du Nord

Par La Voix de la Russie | La fièvre Ebola ne menace pas l’Amérique du Nord, affirment les scientifiques américains, dont les ouvrages sont publiés dans la revue Annals of Internal Medicine.

 Les chercheurs sont venus à cette conclusion après avoir examiné l'histoire de la maladie, ainsi qu’en traçant la propagation du virus au cours de la dernière épidémie de masse. Ils croient que le virus Ebola ne menace pas les pays ayant des systèmes de soins de santé développés, y compris parce qu'il n'y a pas de chauves-souris qui sont les vecteurs. Ainsi, l’Amérique du Nord et l’Europe sont hors de danger.

Selon l'OMS, le nombre de victimes du virus Ebola depuis mars 2010 a atteint 1145 personnes.

http://french.ruvr.ru/news/2014_08_19/Ebola-ne-menace-pas...

Libye : le fils du colonel Kadhafi pourrait rétablir la paix

C’est du moins l’opinion deBernard Lugan.

Lu sur son blog : Au moment où le parlement libyen appelle à une intervention étrangère « pour protéger les civils », nous pouvons lire dans le quotidien Le Monde en date du 12 août 2014 un titre insolite: « La transition en Libye est un échec, il faut la repenser ».
Que s’est-il donc passé pour que la « bible des bien-pensants », ce point oméga du conformisme intellectuel français, se laisse ainsi aller à une telle constatation après avoir soutenu avec une arrogante indécence l’intervention militaire contre le colonel Kadhafi, cause directe de la situation actuelle ?

Le but de la guerre calamiteuse décidée par Nicolas Sarkozy était officiellement l’établissement d’un Etat de droit à la place d’un régime dictatorial. Après le lynchage du colonel Kadhafi par les islamo-mafieux de Misrata, un processus démocratique fut imposé aux nouveaux maîtres du pays. Il se mit en place à travers plusieurs élections et par la rédaction d’une Constitution. Les observateurs, à commencer par les journalistes du Monde, louèrent alors ces « avancées démocratiques », preuve de la « maturité politique » des « démocrates » libyens. La « guerre du droit » ayant été gagnée, accompagné de BHL, Nicolas Sarkozy alla ensuite sur place goûter aux félicités triomphales du « libérateur »…

Le résultat de ces illusions, de cet aveuglement, de ce décalage entre l’idéologie et la réalité, de cet abîme existant entre les spasmes émotionnels et les intérêts nationaux français, est aujourd’hui tragiquement observable. Les dernières structures étatiques libyennes achèvent en effet de se dissoudre dans des affrontements aux formes multiples s’expliquant d’abord par des logiques tribales. Sur ces dernières viennent, ici ou là, se greffer avec opportunisme des groupuscules islamistes soutenus par le Qatar et la Turquie.

Un retour au réel s’impose donc afin de tenter de sortir la Libye de l’impasse. Or, ce réel tient en quatre points:

1) La Libye n’a jamais existé comme Etat de facture occidentale.
2) Le colonel Kadhafi avait réussi à établir une réelle stabilité en se plaçant au centre, à la jonction, des deux grandes confédérations tribales de Cyrénaïque et de Tripolitaine.
3) Son assassinat a fait que, ayant perdu leur « point d’engrenage », ces deux confédérations se sont tournées sur elles-mêmes dans une logique d’affrontements tribaux régionaux ayant pour but la conquête du pouvoir dans chacune des deux grandes régions du pays éclatées en cités-milices aux intérêts tribalo-centrés.
4) La clé de la stabilité libyenne passe par la reconstitution du système d’alliances tribales mis en place par le colonel Kadhafi. Or, les responsables politiques libyens ne sont pas en mesure de mener cette politique car ils sont tous sont ethno-géographiquement liés par leurs origines.

Le seul qui, dans l’état actuel de la complexe situation libyenne pourrait jouer ce rôle de rassembleur-catalyseur est Seif al-Islam, le fils du colonel Kadhafi. Actuellement détenu avec des égards par les miliciens berbères de Zenten qui constituent le fer de lance des forces anti-islamistes en Tripolitaine, il est soutenu par les Warfallah, la principale tribu de Tripolitaine, par les tribus de la région de Syrte, par sa propre tribu et il pourrait l’être également par les Barasa, la tribu royale de Cyrénaïque, sa mère étant Barasa. Autour de lui pourrait être refondée l’alchimie politico-tribale, le pacte social tribal de Libye.

Mais pour cela il importe que la CPI, perçue en Afrique comme un instrument du néocolonialisme « occidental », lève le mandat d’arrêt de circonstance lancé contre lui.

http://www.contre-info.com/libye-le-fils-du-colonel-kadha...

Les Médicamenteurs

Le dialogue avec les musulmans ne peut pas être poursuivi à tout prix

Mgr Luigi Negri, Archevêque de Ferrare-Comacchio, a déclaré (traduction de Benoît-et-moi) :

"L'exposition sur la maison de votre Evêque, maison de tout notre peuple chrétien de Ferrare-Comacchio, de la marque représentant l'initiale du mot «Nassarah» (Nazaréen), le terme par lequel le Coran identifie les disciples de Jésus de Nazareth - qui a été imposée par les milices de l'autoproclamé Califat de Bagdad aux infidèles-chrétiens, pour lesquels il n'y a pas de place dans l'Etat Islamique de l'Irak à moins qu'ils se convertissent, se soumettent à un impôt spécial, subissent la dévastation de leurs lieux de culte et la confiscation de leurs biens - entend dire publiquement que l'archidiocèse de Ferrare-Comacchio se sent une seule chose avec nos frères et sœurs qui portent dans leur corps et dans leur âme les blessures de la passion et la mort du Seigneur.

Tandis que nous nous préparons à la journée de prière (décrétée par la CEI pour le 15 août), pour que la paix revienne - il vaudrait mieux dire: pour que le Seigneur Jésus-Christ fasse un miracle, pour lequel, humainement parlant, on n'entrevoit aucune possibilité, même minime - je voudrais que vale pour tout le diocèse ce que le pape François a maintes fois invoqué, à savoir qu'il ne s'agisse pas seulement de "dire" des prières, mais de prier avec la totalité de sa vie et de son intelligence du cœur. Puisse la prière être surtout une demande de pardon adressée à Lui parce que notre vie de chrétiens occidentaux est gravement coupable, dans le sens de la responsabilité envers ce qui se passe. 

Cette responsabilité s'exprime à travers un ingénuité pour le moins pathologique. On doit parler de dialogue, certes oui, mais on ne peut et on ne doit le faire que s'il porte en lui la conscience de notre propre identité et de la complexité de l'interlocuteur en question. Dans tous les cas, le dialogue ne peut pas être poursuivi à tout prix et ne peut absolument pas représenter une forme de démission de la présence chrétienne au Moyen-Orient.

Nous devrions tous vouloir être là avec eux, pour renforcer la présence y compris numérique de chrétiens dans les lieux où depuis deux mille ans, l'Eglise et les chrétiens sont présents et persécutés. Prions afin que le Seigneur nous rende capable d'instaurer et de poursuivre un dialogue intelligent et pas une capitulation sans condition, et prions aussi afin que le Seigneur nous concède de contribuer de manière positive non seulement à arrêter la fuite de milliers et milliers de nos frères et sœurs, coupables seulement d'être chrétiens comme les premiers martyrs, mais, autant que possible, de renforcer leur présence que nous ne pouvons pas ne pas considérer comme une contribution essentielle au Bien Commun de l'humanité toute entière. C'est la manière authentique de prier pour la paix qui est un don du Christ ressuscité: «Que la paix soit avec vous». 

Tout le reste finit par n'être que discours creux. L'Église n'a pas besoin de discours creux et, que je sache, Dieu non plus."

Le Salon Beige

Avortement : un sondage ravageur aux États-Unis

Le groupe Naral (National Abortion Rights Action League) est l’organisation la plus engagée de toute l’Amérique du Nord en faveur de l’avortement. Son véritable nom est NARAL pro-choice America.

Ce groupe de pression a organisé son propre sondage pour savoir comment l’avortement était perçu actuellement aux États-Unis. Il avait engagé ses propres sondeurs et établi un questionnaire fort orienté. On imagine…A sa grande stupéfaction la réponse était la suivante. Seulement « 23 pour cent des personnes interrogées ont dit qu’elles pensaient que l’avortement est moralement correct. » Le sondage de NARAL était plus que mauvais pour ce groupe pro-avortement dans la mesure où 45 % des Américains se sont personnellement déclarés opposés à l’avortement et un autre quart des sondés ont déclaré que l’avortement devrait être illégal. Globalement 70 % des personnes interrogées étaient opposés à l’avortement. (Lifenews, 18/08/2014)

Ces chiffres ne tombent pas du ciel. Sondage après sondage le nombre de partisans de l’avortement en Amérique subit une érosion absolument constante.

Parallèlement Planned Parenthood, l’équivalent de notre Planning « familial » est en train de perdre pied. Il apparaît que le terme de « pro-choice » (pro-choix) n’est absolument plus porteur. La présidente Cécile Richards a eu une comparaison qui parût tout à fait déplacée : elle a rapproché l’avortement mettant fin à la vie d‘un enfant à une simple coloscopie (examen du gros intestin) qui elle permet de sauver la vie d’un homme. Faire de la pub pour l’IVG avec un thème pareil aussi déplacé ? Pas évident. 

Lire la suite

Des chrétiens persécutés par les musulmans dans les centres d'accueil en Europe

Extrait d'un article traduit par Benoît-et-moi :

"Que se passe-t-il quand un exilé de foi chrétienne, demandeur d'asile en Allemagne, se retrouve dans un centre d'accueil, où se trouvent des réfugiés de toutes les religions? Qu'il devient automatiquement une cible. Et donc une victime, contrainte de subir les attaques, abus, harcèlements et agressions - et pas seulement verbales - de ses «collègues» musulmans. Lesquels ont en commun le sort, mais pas le traitement.

C'est ce que dénonce en termes non équivoques, l'Observatoire Intolerance and Discrimination against Christians in Europe recueillant le témoignages d'un Syrien, Christian Toni (un nom d'emprunt, bien sûr, l'anonymat lui ayant été recommandé pour pour des raisons évidentes de sécurité): «Tout a commencé avec mon fils - se souvient-il - Ils lui ont dit: "Vous êtes chrétiens, des infidèles. Vous mangez du porc, nous ne jouons pas avec toi" ». Son compatriote, Farid (autre nom d'emprunt) lui fait écho: "Nous gardions les enfants sous contrôle de jour comme de nuit. Souvent, ils les battaient. Nous avions peur de perdre notre calme et de réagir à la provocation, mais en fin de compte, cela aurait seulement causé encore plus de problèmes». Souvent, leurs familles subissaient les assauts des musulmans, qui étaient hébergé avec eux au Centre d'accueil.

Encore plus déprimant, le cas d'une famille de réfugiés irakiens, soumis à une action pure et simple demobbing (violence psychologique) dans une structure similaire, en Bavière. Au jardin d'enfants, leur fils a été battu par un Syrien musulman. Puis des menaces de mort leur sont parvenues, répétées pendant plusieurs mois: « Ma femme était enceinte - a dit le chef de la famille - et n'en pouvions plus, de supporter cette situation» . [...]"

Le Salon Beige

L’Europe a perdu la guerre américano- russe

La guerre, on la fait ou on ne la fait pas. On ne fait pas semblant. Pour avoir ignoré cette simple évidence, l’Europe est dans le tourbillon, complètement déboussolée, en recherche de repères qu’elle n’a plus.

La guerre que mènent les Etats-Unis contre la Russie est une guerre à mort. L’Europe, à la fois enjeu et actrice, ne veut pas de cette issue mais, victime de ses alliances protectrices et de son statut historique mais devenu artificiel, est obligée et même sommée de prendre parti par son Grand Protecteur. Cette guerre n’est pas la sienne, mais elle est obligée de la faire. Alors elle fait semblant, alors que les deux protagonistes savent, eux, que l’issue ne peut être que la défaite totale de l’un ou de l’autre, se traduisant soit par la soumission complète et entière de la Russie, soit par la perte de toute capacité d’hégémonie des Etats-Unis.

Dans ce combat de titans, un combattant non décidé, comme l’est l’Europe, est vite submergé. C’est ce qu’on constate dès la première contre-offensive russe. Pays par pays, l’Union Européenne manifeste progressivement son hostilité à une guerre qu’elle n’a pas voulue contre la Russie. Des voix s’élèvent pour rechercher une certaine forme d’armistice. Ils ne sont, pour l’instant, que 7 à 8 pays à s’être officiellement exprimés dans ce sens, mais leur nombre grossit de jour en jour. D’autres pays ne s’expriment pas, mais n’en pensent pas moins. Et tous ces pays réfractaires représentent certainement la majorité dans l’UE.

On assiste à quelque chose de curieux au sein de l’UE, similaire à ce que l’on constate dans tous les pays européens : la majorité compte pour du beurre. Seule une petite élite dirige l’ensemble, décide et agit pour tous.

Mais malgré tout, après la mise en place des contre-sanctions de Moscou, et après le baroud d’honneur humiliant et infructueux auprès des partenaires russes, les européens s’acheminent vers une recherche d’armistice. Pour ce coup-là, un constat s’impose : le Grand Protecteur est aux abonnés absents. Qu’eût-il pu faire, d’ailleurs ? Absorber tous les invendus européens ? Subventionner ? Impossible, surtout à l’heure où, par différents traités dont le TAFTA, il cherche à spolier encore plus ses « amis ». Les européens auraient pourtant pu présenter la note à l’Oncle Sam, car après tout, c’est pour lui qu’ils ont fait tout ce qui les a menés dans cette situation. Mais ils n’ont pas osé et ont préféré chercher à intimider ou amadouer des plus petits qu’eux. Il a dû y avoir des situations cocasses. Imaginez, par exemple la France, toute honte bue, demandant à Evo Morales d’oublier l’incident de son détournement d’avion et d’accepter de donner un coup de main à une Europe qui l’a traité comme un moins que rien. A mourir de rire.

En cas d’armistice, les pertes resteront tout de même conséquentes, et certaines irréversibles. Car cette fois, contrairement à tous les traités de Versailles ou d’ailleurs, où les partages se font après les hostilités, la redistribution a déjà été effectuée, et sans eux. Si la Russie reprenait l’importation des produits qu’elle avait bannis, les européens seront obligés de se mettre dans la file d’attente de tous ceux qui sont nouvellement arrivés sur le marché russe avec des accords en béton, accords que les russes ne remettront jamais en cause.

D’une manière ou d’une autre, l’Europe payera pour avoir vendu son âme au diable il y a 70 ans et peut-être même avant. On peut, toutefois, lui reconnaitre des circonstances atténuantes. Le diable a profité d’une situation de faiblesse extrême pour la lui acheter à vil prix.

Si l’Armistice survenait aujourd’hui, l’Europe s’en tirerait à bon compte et aborderait peut-être une nouvelle ère de prospérité grâce à une nouvelle dynamique mondiale. Dans le cas contraire, une analogie vient à l’esprit : l’Ukraine. L’Ukraine avait tous ses intérêts à l’Est et presque aucun à l’Ouest. Mais l’Occident a obligé l’Ukraine à saborder ses intérêts pour le rallier à son bloc, créant la sécession de la partie sud-est du pays. Si l’esprit de guerre persiste en Europe, il y a fort à parier que certains pays ne suivront plus et pourraient faire sécession, ce qui pourrait conduire à une guerre « intérieure » du même type que celle qui se déroule au Donbass. Il faut garder à l’esprit que, comme pour l’Ukraine, aucune dissidence ne sera tolérée par les Etats-Unis. La seule chance qu’a l’Europe de se sortir de ce guêpier est de faire bloc au nom des intérêts de ses citoyens et contre les avis des agents Barroso et consorts.

Avic – Réseau International via al manar :: lien

http://www.voxnr.com/cc/di_antiamerique/EupluppFp...

19/08/2014

Etats-Unis : Un navire viking découvert près de Memphis (Mississippi)


Memphis | Un groupe de bénévoles nettoyant les rives de la rivière Mississippi, à proximité de la plus grande ville du Tennessee, ont trébuché sur les restes d’un bateau antique incrusté dans la boue.Une équipe d’archéologues de l’université de Memphis, qui a été appelée rapidement sur ​​le site, a confirmé que le navire est très certainement un knarr viking, ce qui suggère que les Scandinaves auraient poussé leurs explorations en Amérique beaucoup plus loin que les historiens ne le pensaient.

 

Le navire gravement endommagé a été trouvé près du confluent des rivières Wolf et du Mississippi, et se trouve sur une propriété privée. Il a une longueur d’environ 16 mètres, une largeur de 4,5 mètres, et une coque que l’on estime capable de porter jusqu’à 24 à 28 tonnes, d’une taille typique de ce type de navire. Les knarrs étaient des navires de guerre qui ont été construits par les Normands de la Scandinavie et l’Islande pour des voyages dans l’Atlantique, mais également utilisés pour le commerce, le commerce, l’exploration et la guerre au cours d’une période connue comme l’ère des Vikings, qui va d’environ 793 à 1066 de notre ère. [...] Il était capable de naviguer sur 75 miles (121 km) en une journée et d’avoir un équipage d’environ 20 à 30 hommes.

épée viking memphis
Cette épée est l’un des seuls objets trouvés sur le site, probablement abandonnée après qu’elle ait été brisée, ce qui suggère un combat violent.

Cette nouvelle découverte pourrait être une preuve supplémentaire des anciens contacts trans-océaniques pré-colombiens, et elle rappelle certainement à l’esprit la célèbre colonie du «Vinland» mentionnée dans les sagas islandaises. Cette colonie mythique aurait été établie par Leif Ericson autour de la même période que le peuplement de l’Anse aux Meadows, dans la province canadienne de Terre-Neuve-et-Labrador, le plus célèbre site d’une colonie scandinave ou viking en Amérique du Nord en dehors du Groenland. [...]

La datation au carbone du navire permet d’estimer qu’il date d’entre 990 et 1050 après JC, à peu près la période associée au Vinland et aux différents sites canadiens (L’Anse aux Meadows, Tantfield Valley, Îles Avayalik). Cela pourrait signifier que les Vikings ont effectivement développé un réseau d’échanges beaucoup plus large dans les Amériques que ce que l’on croyait traditionnellement. Malheureusement, très peu d’autres objets ont été trouvés sur le site, ce qui suggère que l’équipage a probablement abandonné le navire et continué à pied. [...]

World News Daily Report (traduction fdesouche)

http://www.contre-info.com/etats-unis-un-navire-viking-de...

La mère de toutes les histoires d’affairisme : les lycées d’Île-de-France

L’affaire des lycées d’Île-de-France devait être la mère de toutes les affaires, une « affaire monstrueuse, la plus grosse affaire de financement politique jamais jugée en France », selon l’accusation. Songez plutôt : l’ensemble des partis, Verts et Front National exceptés, tous unis pour ponctionner le marché de la rénovation des lycées franciliens, portant sur 24 milliards de francs. Entre 1990 et 1995, le RPR, le PR, le CDS, le PS et le PCF ont collectivement perçu quelque 200 millions de francs de « dons » d’entreprises souvent bénéficiaires de cet énorme marché – il faut dire que le Parlement avait adopté dans une belle unanimité, le 15 janvier 1990, une loi autorisant les personnes morales à prendre part au financement de la vie politique, avant de revenir en arrière en 1993 et en 1995. 

     La région Île-de-France est alors sous la présidence du RPR, Pierre-Charles Krieg puis Michel Giraud, mais feu vert est donné aux trésoriers des différents partis pour partir à la pêche aux dons d’entreprises. A chacun ses méthodes, recensées dans l’ordonnance de renvoi en correctionnelle. Jésuitique, comme Gérard Peybernes, en charge de l’association de financement du PS : « Lors de notre dernier entretien, vous avez eu l’amabilité d’accepter le principe de faire un don... » Poétique, comme Louise-Yvonne Casetta, intendante du RPR : « Sœur Anne attend et ne voit rien venir... » Administrative comme Jean-Pierre Thomas, trésorier du PR : « Vous êtes en retard par rapport aux cotisations que vous me devez. » Discrète au PCF, qui échappe encore aux poursuites. Plaintive au CDS, comme en témoigne Michel Elbel, leader des centristes au conseil régional, à la barre du tribunal : « Le RPR et le PS ramassaient tout, le CDS ne savait pas faire. Nous étions toujours rabaissés aux élections, car arrivant les poches vides. » Bon prince, feu le président Krieg lui glisse un jour une enveloppe contenant un million de francs, avec ce petit mot d’encouragement : « Il y a de l’argent, on a pensé à vous. » 

     Au printemps 2005, le procès pèche par son casting. Gérard Longuet, ancien président du PR, est le seul chef de parti sur le banc des accusés. Il hurle à la face du tribunal : « Où sont mes partenaires ? Où est le président du RPR ? Où est le président du PS ? » Ce coup de gueule lui vaudra une relaxe. Seuls les habituels soutiers du financement politique doivent répondre de leurs actes. Louise-Yvonne Casetta, dite la « cassette du RPR », en est à son troisième procès. Elle dénonce la « lâcheté des hommes au-dessus [d’elle] ». Michel Roussin, ancien directeur de cabinet de Jacques Chirac à Matignon comme à la Mairie de Paris, puis ministre de la Coopération du gouvernement Balladur, est le seul ténor à la barre. 

     Tout le monde se demande si l’homme, replié dans le monde des affaires (vice-président du groupe Bolloré, après avoir autrefois travaillé chez Eiffage et la Générale des eaux), va mettre en cause son ancien mentor. Pour l’amadouer avant le procès, on lui a proposé une position éligible au Parlement européen, où l’immunité est à toute épreuve. Le « soldat Roussin » n’a pas besoin de ça. Mis à part quelques allusions – « Il se trouve que mon patron, maire de Paris, dirigeait également un parti politique » –, il ne lâche rien. Michel Roussin s’est retrouvé paradoxalement en première ligne, bien que n’exerçant aucune responsabilité officielle, pour avoir contribué à évincer Jean-Claude Méry des circuits de financement : « J’étais l’homme que l’on pouvait solliciter pour exposer des problèmes. Personne ne faisant le ménage, c’est moi qui l’ai fait. » Le 26 octobre 2005, le tribunal condamne les quarante-sept prévenus à un total de cinquante ans de détention avec sursis. Seul Jean-François Donzel, dissident écologiste opportuniste, est condamné à un an de prison ferme – une première en matière de financement de parti politique (et là encore, Donzel a fait appel). Donzel avait un peu abusé : bénéficiaire aussi bien de fonds secrets du gouvernement Bérégovoy que du gouvernement Balladur, une partie avait atterri sur son compte personnel en Suisse. 

     Rideau. La justice est passée, les politiques honorent leurs martyrs. A gauche, Henri Emmanuelli a retrouvé en février 2000 son fauteuil de député et son poste de président du conseil général des Landes ; à droite, Alain Juppé campe l’homme du recours après son exil d’un an au Québec en 2005-2006. Pierre Méhaignerie, président de la commission des finances à l’Assemblée, et Jacques Barrot, commissaire européen aux Transports, font comme si rien ne s’était passé. Certes, la justice leur a délivré de rudes leçons d’éducation civique : « La généralisation des pratiques de financement des partis politiques ne peut justifier ces comportements délictueux, manifestant ainsi un mépris total de la morale civique » (jugement de première instance de l’affaire Urba) ; « Il y a un pacte républicain, on y adhère ou on n’y adhère pas » (réquisitoire de l’affaire des HLM de Paris). 

     Mais, unanimement, les leaders politiques jurent qu’il s’agit d’une période révolue, liée à l’absence de législation particulière sur le financement des partis. Après avoir autorisé les dons de personnes morales en 1990, la loi a fini par les bannir complètement, le 19 janvier 1995. Il faut dire que la publication de ces « dons » au Journal Officiel, prévue par la loi du 29 janvier 1993, avait un effet désastreux : on y retrouvait tous les attributaires de marchés publics, toujours les mêmes. Me Hervé Temime, avocat de Michel Giraud, ironise : « Arrêtons de parler de la philanthropie bien connue de l’entreprise citoyenne, contribuant au financement de la vie publique à la seule condition de ne pas obtenir un marché... C’est idiot. » La loi de 1995 va droit au but : les partis vivent désormais de subventions publiques payées par le contribuable national, et non plus par le contribuable local qui devait surpayer certains marchés. 

     Anne-José Fulgéras, ancienne spécialiste des affaires financières au parquet de Paris, a quitté la magistrature en 2000 pour se reconvertir, au sein du cabinet Ernst & Young, dans la « prévention des risques pénaux des dirigeants ». Avant de jeter la robe, requérant dans un de ces dossiers « qui traite d’une période que l’on souhaite révolue », elle achève son propos par une « série de questions » : « Pourquoi les entreprises versent tant d’argent aux partis politiques ? Pour quelles contreparties réelles ou supposées ? Pourquoi de tels circuits occultes ? Est-on sûr que ces questions ne sont plus d’actualité ? Notre démocratie a trop longtemps souffert de cet illégal toléré. Et puis toléré par qui ? » Pour Anne-José Fulgéras, le « schéma est simple : à la tête, des hommes mus par une ambition politique personnelle, louable, mais confrontés à la trivialité du financement. La solution : s’en remettre à un militant acceptant de se salir les mains et ayant le bon goût de ne pas en parler aux têtes couronnées, les maintenant dans une apparente et bienséante irresponsabilité ». 

     Aucune des lois successives (1988, 1990 et 1995) réglementant le financement des partis politiques n’a véritablement mis fin aux dérives. Mais une autre y a grandement contribué : la loi Sapin en 1993, du nom de ce ministre rocardien des Finances sous le gouvernement Bérégovoy, qui proscrit l’intervention d’intermédiaires dans les marchés publics. Exit les Urba, Gifco et autres Méry. 

Renaud Lecadre, Histoire secrète de la 5ème République

http://www.oragesdacier.info/2014/08/la-mere-de-toutes-le...

Les djihadistes jouent avec les nerfs de leurs alliés mondialistes

La duplicité des gouvernements Occidentaux et plus particulièrement de celui des USA ne fait aucun doute dans l’expansion du djihadisme. Sans remonter aux sources que sont la Bosnie, le Kosovo ou l’Afghanistan, il suffit d’écouter ce qu’en disait le député de Paris, proche de Nicolas Sarkozy, Claude Goasguen, sur BFMTV le 11 août dernier:

« l’année dernière M. Obalma soutenait les djihadistes contre M. Assad, puis les djihadistes sont passés en Irak et maintenant M. Obama combat les djihadistes, c’est d’une logique toute américaine dans laquelle nous sommes entraînés »

Cela est un secret de polichinelle sauf pour les sourds et les aveugles. Ce secret de polichinelle à peine levé, voilà que la grosse caisse des médias et la propagande américaine voudrait nous faire croire que les Kurdes sont les seuls combattants qui se battent contre l’Etat Islamique.

La vérité ne vient pas forcément de là où on l’attendrait. Un journaliste a pu effectuer un reportage sur l’Etat Islamique de l’intérieur. Selon les extraits en français que nous en propose RT« les combats faisaient rage hier autour de la ville de Racca entre l’Armée syrienne et les adeptes du califat de l’Etat Islamique. ».

Lire la suite

L’existence d’un « autre Edward Snowden » se confirme

Lu sur Numerama : « De nouveaux documents confidentiels publiés par la presse américaine et contenant des informations rédigées après l’exil d’Edward Snowden tendent à confirmer l’existence d’un autre lanceur d’alerte aux États-Unis. C’est en tout cas la conclusion de Washington, qui cherche désormais à l’identifier.
C’est certainement l’une des plus grandes craintes de Washington : que l’action d’Edward Snowden, pourtant confronté à des défis immenses depuis qu’il a révélé la réalité de plusieurs programmes de surveillance de masse mis en œuvre par la NSA, suscite des vocations. Or c’est manifestement ce qui est en train de se passer, puisque l’existence d’un second lanceur d’alerte serait confirmée.

En effet, CNN indique, sur la base d’informations obtenues d’une source gouvernementale, que la Maison-Blanche a conclu qu’il y a un autre « Edward Snowden » au sein de la communauté du renseignement des États-Unis qui est en train d’organiser la fuite de documents confidentiels. Évidemment, les autorités s’efforcent d’identifier cette nouvelle source. »

Lire la suite…

http://www.contre-info.com/lexistence-dun-autre-edward-sn...

Les leçons de Bouvines

De Guillaume de Thieulloy dans Les 4 Vérités :

"Le 27 juillet dernier, nous fêtions le 800e anniversaire de la bataille de Bouvines, première grande victoire « nationale » – ou, plus exactement, victoire qui vit la naissance de la nation française – obtenue par l’alliance de Philippe Auguste, de sa chevalerie, et de ses communes. Il est tout à fait remarquable que cette éblouissante victoire n’ait pratiquement pas été commémorée par la « France officielle ». En dehors des élus locaux, Bouvines ne reçut, le 27 juillet 2014, comme personnalités, que l’évêque du lieu et le duc d’Anjou, lointain successeur de Philippe Auguste. Ni François Hollande, ni Manuel Valls, ni, à ma connaissance, aucun ministre, n’ont daigné participer aux festivités.

Il faut dire que les leçons de Bouvines ne doivent guère réjouir ces dévots de la repentance, du grand remplacement et de l’anti-France. La première leçon de Bouvines, c’est l’importance pour la France du chef de l’État. Bouvines, c’est d’abord Philippe Auguste. On comprend que François Hollande hésite à se mesurer à Philippe II et, pour tout dire, il y a si longtemps que la France n’a pas connu d’homme d’État que l’on comprend que la France officielle boude Bouvines. On chantait naguère : « Les rois ont fait la France ; elle se défait sans roi. » François Hollande à Bouvines aurait illustré cette thèse jusqu’à la caricature : alors que Philippe Auguste a considérablement agrandi le territoire national, personne n’a plus amoindri l’influence française que François Hollande. Historiquement, la France a été constituée par son chef. Beaucoup de pays ont une autre histoire, mais, chez nous, le chef de l’État est la clé de voûte de la société. Cela est vrai dans les succès, comme avec Philippe Auguste. Cela est, hélas, vrai aussi dans la décadence, comme aujourd’hui…

La deuxième leçon de Bouvines, c’est que le chef de l’État n’est suivi par les Français que s’il respecte leurs libertés (c’est d’ailleurs l’étymologie du mot « français »). Chacun sait que ce qui fit la différence à Bouvines, ce furent les milices communales qui venaient librement prêter main forte au roi. Là non plus, François Hollande n’aurait sans doute pas été à son aise aux commémorations. Car l’une des raisons majeures de la dissolution de la France, c’est le rejet totalitaire de toutes les sociétés autonomes. Il devrait être pourtant évident qu’un Alsacien ne se gouverne pas comme un Breton ou un Corse. Mais, pour les jacobins qui nous gouvernent (si mal), il ne faut voir qu’une tête – quitte à couper toutes celles qui dépasseraient. Un État fort peut s’allier avec les libertés les plus variées et les plus vastes, au sein de ce que l’on appelait naguère la « société organique ». Aujourd’hui, un État impotent prétend intervenir partout. Individualisme et étatisme asphyxient la société française. Toute initiative est sévèrement réprimée et le civisme agonise. Alors que le jeune Hugo, qui s’est interposé lors du braquage de Dolomieu et l’a payé de sa vie, aurait dû être considéré comme un héros, c’est tout juste si on ne nous le présente pas comme un fauteur de troubles à cause duquel de sympathiques jeunes gens vont se retrouver bêtement en prison ! Et je ne dis rien ici de l’État-providence qui a presqu’entièrement fait disparaître toutes les solidarités naturelles, à commencer par les liens familiaux.

Enfin, une troisième leçon de Bouvines ne risque pas de plaire à M. Hollande et à ses amis: c’est le rôle trop souvent anti-français de l’oligarchie. En 1214, cela se traduisait par le fait qu’un certain nombre de grands barons combattaient dans le camp de l’empereur germanique et du roi d’Angleterre contre le roi de France. En 2014, cela se traduit par le fait que l’oligarchie politique, financière ou médiatique méprise copieusement la France et les Français, les ruine, les désarme, les force à cracher sur leur histoire glorieuse et à accepter des populations de plus en plus rétives à toute intégration… En un mot, aujourd’hui comme hier, l’oligarchie fait trop souvent la politique de l’anti-France.

Ces leçons de Bouvines doivent effectivement être douloureuses à entendre pour « nos » dirigeants. Mais, si les Français ne les entendent pas, ils risquent fort d’assister à une quatrième leçon :la France peut très bien disparaître. Sans l’énergie de Philippe Auguste, sans le dévouement de sa chevalerie, et sans l’enthousiasme de ses peuples, elle aurait été submergée en 1214. Sans un vrai homme d’État, capable de nous rendre nos libertés et de défendre l’intérêt général par-delà tous les intérêts oligarchiques, elle peut très bien disparaître en 2014…"

Michel Janva

[Revue de presse] Vu de gauche numéro 1 : Jaurès, sport, décroissance, théorie du genre

Dans le droit fil des travaux entrepris par le Grece pendant plusieurs décennies, il nous semble toujours aussi important d’envisager le réel sans œillères idéologiques. Notre vision du monde doit pouvoir se nourrir de positions en apparence antagonistes et s’affiner en se confrontant à elles. C’est un fait : les questions de fond ont déserté l’arène politique. Loin des (trop) superficielles querelles politiciennes, qui emploient le plus souvent l’invective et la reductio ad hitlerum (y compris dans notre propre famille), nous tranchons pour un travail des idées dans la sérénité et le sérieux. Ce travail d’actualisation des concepts et analyses qui sont nôtres a pour principal souci de pouvoir s’inscrire dans le réel. Nous rejetterons donc, autant que faire se peut, les réflexions absconses et les jargons en tous genres. Le crayon en main, disséquant et annotant, mâchonnant et méditant, nous préparons les victoires sémantiques, idéologiques et politiques de demain.

Chaque mois, Novopress vous propose une courte synthèse du meilleur et du pire de la presse de gauche. Pas la gauche caviar, amie de la finance, façon Nouvel Obs. Pas la gauche Beaubourg ou Télérama. Bienvenue dans cette gauche où soufflent encore l’espérance révolutionnaire et la défense d’un peuple encore vivant. Bonne découverte de ses richesses … et de ses contradictions.

Revue de presse réalisée par Pierre Saint-Servant

Quand la gauche cherche ses racines et retourne à Jaurès

politis-jauresLes deux dernières échéances électorales ont vu l’effondrement du pouvoir socialiste, pourtant solidement implanté et malgré le soutien conjoint de l’Education nationale et du pouvoir médiatique. Cette débâcle n’a pas touché que le Parti socialiste (ramené à moins de 14 %) mais toute la gauche, du Front de Gauche (6,61 %) au Nouveau Parti anticapitaliste (0,39 %). Etourdie par ce choc électoral, la gauche doit également composer avec une équipe au pouvoir qui développe une politique clairement libérale-libertaire, bien loin des aspirations des classes populaires et moyennes (fonctionnaires compris). Comment ne pas s’interroger alors sur l’identité de la gauche ? « La notion est fragile, en plus d’être relative. Etre à la gauche de Sarkozy – ce qu’on peut à la rigueur concéder au gouvernement actuel – suffit-il à être “de gauche” ? », s’interroge Denis Sieffert dans son édito du hors-série de Politis consacré aux « Grands Débats de la gauche depuis Jaurès ». On comprend facilement son interrogation !

Il n’est pas inintéressant de revenir à Jaurès. Quoique l’on pense du personnage, il fait partie de ces intellectuels qui, à l’égal de Maurras ont façonné en profondeur les luttes politiques françaises. Et le Jaurès qui constate en 1893 que « la puissance de l’argent [a] réussi à s’emparer des organes de l’opinion et à fausser à sa source, c’est-à-dire dans l’information publique, la conscience nationale (…) qu’un Etat nouveau, l’Etat financier, a surgi dans l’Etat démocratique, avec sa puissance à lui, ses ressorts à lui, ses organises à lui » sonne encore juste en 2014. Nous ne partageons pas cependant l’analyse de Jérôme Pellissier qui dans son article “Jaurès et la République sociale” évoque à propos de la Révolution française, la puissance « d’un grand peuple voulant se diriger lui-même ». Là où nous voyons une insurrection organisée et pilotée par une partie de la bourgeoisie, œuvrant à une véritable transformation anthropologique, avec le soutien actif de puissances étrangères(1).

Lire la suite 

 

Rouen : rassemblement de soutien aux chrétiens d’Irak le 30 août

Samedi 30 août de 17 h 45 à 18 h 45 devant la cathédrale Notre-Dame de l’Assomption de Rouen. Précisions : pas de slogans politiques, ni de drapeaux, ni de panneaux, ni de pancartes ; le calme absolu ; venez comme vous êtes ; apportez des bougies allumées et le dessin du “Noun”. Le rassemblement pourrait se terminer par une veillée de prière dans la cathédrale (précisions à suivre).

 

Noun-Rouen-samedi-30-août-2014

Diffusez L'Apôtre, un film sur la conversion d'un musulman français

Voici plusieurs mois que nous vous signalons la préparation du courageux film "L'Apôtre", réalisée par la jeune cinéaste récemment baptisée - Cheyenne-Marie Carron.

Beaucoup d'entre vous nous avaient demandé ce qu'ils pouvaient faire pour aider à la diffusion de ce film relatant la conversion d'un musulman dans une banlieue française. La réalisatrice avait préféré laisser toutes leurs chances aux réseaux de diffusion classiques. Comme on pouvait s'en douter, ces réseaux, modérément courageux et plus modérément encore philo-chrétiens, n'ont pas fait d'effort surhumain pour diffuser "L'Apôtre".

Mais, le film vient d'être gravé en DVD et la réalisatrice nous a autorisés à vendre ces DVD (avec une marge pour le Salon Beige). Si vous voulez soutenir ce film et votre blog préféré en même temps, n'hésitez pas à acheter en cliquant ici. En le commandant tout de suite, vous pourrez profiter d'un prix avantageux:25 euros, port offert. Et n'hésitez pas à en acheter plusieurs, pour en offrir autour de vous :

  • 2 DVD: 40 euros (port offert)
  • 3 DVD: 54 euros (port offert)
  • 5 DVD: 75 euros (port offert)
     
  • 10 DVD: 130 euros (port offert)

Michel Janva

17:57 Écrit par pat dans religion | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook |

La France en risque de cessation de paiement

Selon l'ex-ministre du Budget Valérie Pécresse :

"Nous empruntons aujourd'hui à peu près 360 milliards d'euros par an à court et à long terme". "Si les taux d'intérêt remontent d'un point, cela veut dire que cela nous fera 3 milliards de dépenses de plus. De 2 points ? 7 milliards. Sur le long terme, la dette est une épée de Damoclès" avec "le risque de ne plus pouvoir financer les service publics auxquels nous sommes attachés".

Michel Janva