24/04/2014

Hommage à Jaurès : Hollande zélateur d’un antisémite ?

Dans son hommage à Jean Jaurès pour le centenaire de sa mort, François Hollande a oublié un certain aspect du bonhomme.

- Jean Jaurès, « La question juive en Algérie », 1er mai 1895, La Dépêche (quotidien de gauche de Toulouse, cité par Michel Winock,La France et les Juifs, Seuil, 2004) :
« Dans les villes, ce qui exaspère le gros de la population française contre les Juifs, c’est que, par l’usure, par l’infatigable activité commerciale et par l’abus des influences politiques, ils accaparent peu à peu la fortune, le commerce, les emplois lucratifs, les fonctions administratives, la puissance publique. [...] En France, l’influence politique des Juifs est énorme, mais elle est, si je puis dire, indirecte. Elle ne s’exerce pas par la puissance du nombre, mais par la puissance de l’argent. Ils tiennent une grande partie de la presse, les grandes institutions financières, et, quand ils n’ont pu agir sur les électeurs, ils agissent sur les élus. Ici, ils ont,  en plus d’un point, la double force de l’argent et du nombre. »

- Jean Jaurès, Discours au Tivoli, en 1898 (cité par B. Poignant, « Ouest-France », 13 décembre 2005) :
« Nous savons bien que la race juive, concentrée, passionnée, subtile, toujours dévorée par une sorte de fièvre du gain quand ce n’est pas par la force du prophétisme, nous savons bien qu’elle manie avec une particulière habileté le mécanisme capitaliste, mécanisme de rapine, de mensonge, de corset, d’extorsion. »

Tiré de Paul-Éric Blanrue, Le Monde contre soi, Anthologie des propos contre les Juifs, le judaïsme et le sionisme, préface de Yann Moix, Éditions Blanche, 2007
Source

http://www.contre-info.com/

Banquet patriotique à Paris

22:48 Écrit par pat | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook |

Amin Maalouf, Alain Finkielkraut : la France est leur terre d’élection

À force de savoir qu’avec la fin des colonies, on n’est plus chez soi chez les autres, on finit par ne plus se sentir chez soi à la maison.   

Amin Maalouf est franco-libanais et issu d’une famille tissée de la diversité des chrétiens d’Orient. Alain Finkielkraut est un Français dont la famille juive polonaise a subi la persécution nazie. Tous deux sont venus d’ailleurs, mais l’un et l’autre participent à l’enrichissement du trésor qui leur est commun : la langue française. Au-delà de leurs communautés nationales ou religieuses d’origine, à l’égard desquelles ils cultivent l’un et l’autre une lucidité distante mais nullement indifférente, la France est leur terre d’élection, parce que c’est celle qui a accueilli et abrité leur pensée. Or, leur réflexion a abordé le même rivage : celui, passionnant ou inquiétant, de l’identité. Pour le premier, qui se voudrait sans doute citoyen du monde, elle est meurtrière, pour le second, elle est devenue malheureuse.

Lire la suite

Goldofaf - Le combat de demain

21:03 Écrit par pat | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook |

"Certes, la loi est passée mais nous serons là jusqu'à son abrogation"

Près de 170 lecteurs du Monde.fr ont répondu à l'appel à témoignages lancé mercredi 23 avril à destination des personnes qui avaient manifesté contre la loi Taubira. Le Monde en publie une sélection. Extraits :

«Dernièrement, je me suis présenté sur une liste électorale pour les élections municipales du mois de mars en signant la charte de La Manif pour tous à destination des futurs nouveaux élus potentiels. Dès le mois de septembre, je compte rejoindre le réseau Vigi Gender qui surveille les dérives de l'éducation nationale en matière d'inculcation forcée de la théorie du genre chez nos enfants (ma fille entre en effet en maternelle à la rentrée prochaine). Non homophobe mais défendant la famille telle qu'elle est et doit être, je continuerai à demander l'abrogation de la loi Taubira mais aussi à combattre la théorie du genre et le dangereux lobby LGBT. »

« J'ai participé à la Manif pour tous. J'ai arrêté de défiler après le vote de la loi,et j'espère qu'un changement de majorité abrogera ce que j'estime être une absurdité, mais je ne me fais pas d'illusions sur les promesses des uns et des autres. Nous avons été déçus de voir des politiciens haranguer la foule, pour ensuite déclarer, la promulgation venue, qu'ils n'avaient jamais rien eu contre cette loi. [...]

Depuis La Manif pour tous, je me suis engagé en politique, et avec des amis cathos de mon école, nous nous retrouvons beaucoup plus, notamment pour parler politique, et nous formons un groupe plus soudé, notamment à cause de la violence dont ont été capables certains « pro » (...). Je pense que La Manif pour tous a été pour beaucoup de jeunes comme moi un déclic qui nous a permis de constater que la politique de l'autruche n'était pas une bonne stratégie et qu'il ne fallait pas s'étonner si, ensuite, la société ne nous prenait pas en compte. »

 « Je garde de ce mouvement social le souvenir d'un mouvement pacifique, joyeux, déterminé et bienveillant. J'ai eu à l'époque une grande surprise quant au décalage entre le traitement médiatique qui a été fait de l'événement, et la réalité du terrain, de l'intérieur des manifestations. J'ai découvert le manque d'objectivité et le parti pris des grands médias nationaux. J'ai aussi été stupéfait de la fermeture et du manque d'écoute du gouvernement en place, des mensonges éhontés de certains ministres. »

«Oui, un peuple s'est levé que l'on n'attendait pas et je suis fière d'en faire partie. Croire que ce mouvement est éphémère est une erreur. Dix-huit mois de manifestations, ce n'est pas rien ! Toutes ces manifs ont eu pour effet de créer des liens solides entre nous et d'éveiller en nos cœurs un élan de solidarité et de citoyenneté qui font que nous nous impliquons à présent dans la société et que nous nous sentons concernés par les questions politiques.Je me suis ainsi engagée dans des associations. Certes, la loi est passée mais nous serons là jusqu'à son abrogation. Une flamme s'est ravivée en chacun de nous qui ne s'éteindra pas. C'est sans doute cela qui fait notre force. »

« Militant UMP et engagé contre la loi Taubira, cette mobilisation a été l'une des plus importantes des trente dernières années.Elle a permis l'émergence d'un “peuple de droite” qui s'est longtemps replié sur lui-même. Cet engagement a renforcé le devoir d'exigence des électeurs de droite vis-à-vis de leurs candidats. Ces derniers sont dorénavant obligés de clarifier leurs positions sur les sujets de société avant chaque scrutin. En 2017, l'abrogation du mariage homosexuel devra être présent dans le programme du candidat de la droite parlementaire sous peine de voir l'extrême droite rafler la mise. »

"Dans le même temps, je suis devenue Sentinelle de la place Vendôme : j'ai été par deux fois confrontée à la violence des gendarmes et j'ai fait l'objet d'un contrôle d'identité et d'un interrogatoire sur le mouvement. Mais cela ne m'a pas découragé. Volontaire pour la manifestation du 2 février 2014, j'ai ensuite été contactée par le secteur de Paris de la Manif Pour Tous : j'ai donc appelé une centaine d'élus, dans le cadre des municipales, pour vérifier leur signature de la Charte des municipales. Après les élections, j'ai également vérifié si ces élus étaient ou non élus. Voilà ce qu'est devenu mon engagement après 18 mois de mobilisation. Et cela ne s'arrêtera pas là ! »

«Un an après, je reste toujours aussi déterminé à faire abroger cette loiet toutes celles qui ne vont pas tarder à arriver sur le tapis comme la PMA, les mères porteuses, la promotion du “gender”, etc... La seule chose de bénéfique dans cette loi (si je dois y voir quelque chose de bénéfique), c'est le fait qu'elle m'a décidé à m'intéresser encore plus qu'avant à la politique et à commencer à m'impliquer sérieusement dans ce domaine.Peut-être les prochaines législatives... En attendant, dès que je peux, et ce malgré mon emploi du temps chargé, je participe aux actions des sentinelles. »

« Mon engagement ne s'est pas tari, et manifester contre une loi ne me dérange pas, fusse-t-elle en préparation, ou déjà votée depuis un an ou cent ans. Mes espérances sont grandes, nous avons réalisé une formidable prise de conscience dans la société. Aujourd'hui, beaucoup de gens reconnaissent qu'un enfant a besoin d'un père et d'une mère, et que le priver d'un papa ou d'une maman à sa naissance relève d'une méconnaissance de ses besoins, d'une négation de son humanité et d'un grand égoïsme. J'espère donc que cette loi soit supprimée par cette majorité ou une autre, et que le mariage reste ce qu'il a toujours été, l'union d'un homme et d'une femme en vue de la fondation d'une famille (livret de famille), que l'on donne aux homos le droit de payer moins d'impôts ne me dérange pas. Aujourd'hui, je vote FN sans scrupule, moi qui votais UMP il y a encore deux ans, car c'est le seul parti qui propose de supprimer cette loi. »

Michel Janva

La Grèce, crise et châtiments

La présidente d’Act Up Paris mise en examen pour injures publiques contre LMPT

Outre des insultes, des jets de liquide rouge imitant du sang et des actes de détérioration de la porte d’accès au service de consultations de la fondation Lejeune, des affiches qualifiant La Manif Pour Tous d’ « homophobe » avaient été collées le 4 août 2013 sur les murs du lieu de travail de Ludovine de La Rochère. Cette action avait traumatisé les personnes handicapées arrivées sur les lieux le lendemain matin. La Manif Pour Tous avait porté plainte auprès du Procureur de la République de Paris. Ludovine de La Rochère estime :

“La mise en examen de Laure Porta montre que toutes les méthodes ne sont pas acceptables. On ne peut pas proférer impunément des insultes graves ni heurter nos concitoyens”. “L'invective ne peut pas tenir lieu d'argument. La Manif Pour Tous a toujours exprimé clairement son opposition à toute forme d'homophobie que ce soit au cours de ses manifestations ou dans toutes ses prises de paroles publiques”.

Michel Janva

1909 - La France Bouge - Complet !

La lumière fut... 19/12/2013 à 15h46 Madeleine de Jessey, bourgeoise « pour tous » qui veut noyauter l’UMP

Un ami militant lui trouve une ressemblance avec Nathalie Kosciusko-Morizet, le « côté “roots” des Veilleurs [de la Manif pour tous] en plus » : « Elle est frêle, menue, mais déterminée... Elle aurait pu rester au chaud dans un think tank de normaliens, elle est venue participer aux veillées, textes à la main. » 

Étudiante à Normale sup en lettres classiques, Madeleine de Jessey, 24 ans, incarne la jeune bourgeoise parisienne catho, belle gosse et bien élevée. Elle aime Anouilh et Giraudoux, écrit du théâtre entre ses heures de cours et a imaginé une comédie musicale – « Don et mystère » – pour les Journées mondiales de la jeunesse de Rio. 

Copé : « Ne venez pas cracher sur l’UMP » 

Après avoir été l’un des visages médiatiques des Veilleurs, elle s’aventure en politique. Avec quatre autres militants, plus âgés, plus établis, elle lance Sens commun, une association qui veut injecter l’esprit de la Manif pour tous au sein de la droite parlementaire. Fatigués de voir le mouvement s’étioler, les comparses ont décidé de rompre avec l’« apolitisme » affiché des manifestations pour rejoindre l’UMP qui, de son côté, lorgne avec gourmandise sur la « génération LMPT ». 

Madeleine de Jessey : « Jean-François Copé nous a dit : “Je vous ouvre les portes, mais ne venez pas cracher sur l’UMP.” » Pour récupérer les jeunes qui ont défilé contre la loi Taubira, le patron de l’UMP doit faire oublier que son parti n’a pas été à la pointe des manifestations. Ces ralliements pourraient être une bonne affaire. 

« Le grand bain des requins » 

En vue des municipales, puis de la primaire, Sens commun espère peser au sein d’un parti qu’il juge trop mou sur les valeurs familiales. Dans une tribune publiée sur Boulevard Voltaire, le 13 décembre, Madeleine de Jessey explique : « Il ne tient qu’à nous de démontrer [aux cadres de l’UMP] que l’étiquette la plus vendable, c’est la nôtre. Si l’UMP est opportuniste, soyons sa meilleure opportunité ! Il ne s’agit pas de se laisser récupérer mais de récupérer ce qui devrait nous appartenir en premier lieu. » 

La justification est poussive. Il faut dire que l’initiative des comparses, dont certains ont déjà milité à l’UMP, suscite quelques réticences : 

- au sein de l’UMP, certains voient d’un mauvais œil ces trublions qui veulent « agir de l’intérieur », même si d’autres sont heureux de trouver de nouveaux appuis (Laurent Wauquiez, par exemple) ; 

- les militants de la Manif pour tous et les Veilleurs sont plutôt méfiants vis-à-vis des « grandes machines électorales » et « du grand bain des requins ». Beaucoup ont été déçus par les atermoiements de l’UMP, qui a mis ses critiques en sourdine une fois la loi Taubira votée. 

Gaultier Bès a côtoyé Madeleine de Jessey au sein du mouvement des Veilleurs. Il est plutôt réservé sur l’adhésion de cette dernière à l’UMP : « J’observe cela avec un intérêt prudent, en espérant que cette énergie ne sera pas recyclée par la machine partisane. Les Veilleurs sont radicalement en dehors des partis. Maintenant, si elle peut être un aiguillon au sein de l’UMP pour soutenir les élus cohérents et mettre les autres devant leurs contradictions, tant mieux. » 

« On se bat pour un pays dépressif » 

Pour l’instant, ils ne sont qu’une poignée à s’impliquer dans ce qui ressemble furieusement à un coup de com’, mais Arnaud Bouthéon, l’un des fondateurs, assure que des « centaines de personnes » ont manifesté leur intérêt. L’adhésion à Sens commun entraîne automatiquement l’adhésion à l’UMP. Au sein de l’association, Madeleine de Jessey apportera la sensibilité Veilleurs, qu’ils soient debout, assis ou en marche. Porte-parole, elle s’occupera également de superviser l’écriture du « programme ». Arnaud Bouthéon : « On ne veut pas se cantonner aux sujets familiaux. A ceux qui nous traitent de bourgeois récupérés, on répond qu’on ne se bat pas pour nos gueules mais pour un pays dépressif. » (sic !)

« La figure de Bethsabée » 

Originaire de la région parisienne, fille d’une prof d’histoire et d’un cadre du secteur bancaire, quatre frères et sœurs, Madeleine de Jessey a fait une prépa littéraire à Louis-le-Grand avant d’intégrer Normale sup. Elle passera cette année l’agrégation pour devenir enseignante. Sans surprise, elle se passionne pour les liens entre la Bible et la littérature. Le sujet de sa future thèse ? « La figure de Bethsabée [la mère de Salomon, ndlr] dans la littérature et les arts. » 

L’un de ses camarades assure qu’elle a cité Proudhon et Gramsci lors des veillées. Ça ne l’empêche pas de s’afficher en robe deauvillaise sur sa page Facebook. Habituée à la caricature de la catho guindée, elle se souvient de professeurs taquins insistant sur le « Bazin de Jessey » (son nom complet) ou lançant à dessein des blagues salaces pour choquer la pudibonde. 

Elle s’agace, un brin renfrognée : « Pendant que mes amis allaient en boîte, je m’enfermais dans ma chambre pour bosser. Pour découvrir la “vraie vie”, j’ai fait six mois d’humanitaire à Jérusalem, avec les Filles de la Charité. » (re-sic !)

« Le bling-bling de Sarkozy m’a paru indécent » 

Ce n’est pas sa première adhésion à l’UMP. A 16 ans, elle adhère au parti avant de rendre sa carte deux ans plus tard. C’était juste après le début de la présidence Sarkozy : « Son élection avait suscité pas mal d’espérances, mais le côté bling-bling et brouillon m’a paru indécent. » Parmi les animateurs de Sens commun, un autre n’est pas vierge de tout engagement partisan : Faraj Benoît Camurat, ancien délégué national du Mouvement des jeunes populaires. 

La jeune femme a très tôt rejoint les Veilleurs, un peu inquiète tout de même par les gardes à vue (« Je passe un concours cette année »). Devant les petites loupiotes et les doigts qui frémissent, elle lit des auteurs classiques et commence à répondre aux journalistes. Elle y prend goût et passe d’Aristote à Jean-François Copé... 

Amis mélenchonistes 

Ses amis à Normale sup sont « mélenchonistes », mais elle continue de manger avec eux. Un Veilleur qui l’a rejointe un midi à l’ENS s’étonne : « Je m’attendais à la voir entourée de jupes plissées et de pantalons beiges et je l’ai trouvé causant avec une fille de la Ligue antifasciste. » En revanche, les choses ont été plus compliquées avec ses « amis homosexuels » : « Ils ont été très blessés par ma démarche, ne l’ont pas comprise. » 

« Comme un championnat de foot » 

Elle aimerait bien figurer sur une liste aux municipales mais, déjà rompue à la langue prudente, refuse d’afficher sa préférence en vue de la primaire à l’UMP pour la présidentielle. La consigne a dû être transmise. Arnaud Bouthéon, lui aussi, évite de donner un nom et se dépatouille avec une métaphore sportive : « C’est comme un championnat de foot. Lorsque l’équipe de France joue, le maillot tricolore recouvre les maillots des clubs. » 

Source

http://www.oragesdacier.info/2014/04/la-lumiere-fut-19122...

Ne jamais débattre avec un ignorant

Zalando accusé par la presse d'épuiser ses salariés en Allemagne

Un reportage de la télévision allemande dénonce les temps de repos réduits au minimum, les fouilles du personnel en fin du service et l'épuisement général des salariés.

Zalando, étoile montante de la vente en ligne en Europe, traverse une tempête en Allemagne après la diffusion lundi 17 avril d'un reportage télévisé dénonçant les conditions de travail dans l'un de ses centres de logistique.

Ce documentaire d'une vingtaine de minutes, retransmis par la chaîne RTL, relate l'infiltration incognito d'une journaliste au sein du principal site de traitement logistique de la société allemande, à Erfurt (centre), où 2.000 salariés empaquettent et envoient quotidiennement les milliers de produits commandés d'un clic par les amateurs du shopping sur internet.

Employée trois mois durant comme magasinière, celle-ci y décrit des journées harassantes, durant lesquelles elle parcourt jusqu'à 27 kilomètres à pied en huit heures pour récupérer un à un les articles dans les immenses étalages du site, les temps de repos réduits au minimum, les fouilles du personnel en fin du service ou encore l'intervention quasi-quotidienne d'ambulances pour des salariés au bout du rouleau.

"Nous sommes perpétuellement soumis à des contrôles et à une énorme pression de rendement", affirme la journaliste, qui dénonce des atteintes au droit du travail, ajoutant que le fait même de s'assoir est "mal vu" par les chefs d'équipes.

Un chiffre d'affaires en progression de 50% sur un an

Zalando, jeune pousse fondée en 2008 qui a crû à toute vitesse ces dernières années, vend chaussures, vêtements et meubles par endroits dans presque toute l'Europe de l'Ouest, les pays scandinaves et s'est lancée à la conquête de l'Est avec son nouveau site polonais.

Misant sur une communication offensive autour de la cliente qui hurle de bonheur en recevant son colis, l'entreprise, qui étudie une introduction en bourse, a vu son chiffre d'affaires progresser de 50% à 1,8 milliard d'euros l'an passé, sans toutefois parvenir à dégager de bénéfice pour le moment.

Si les griefs formulés contre ses méthodes ne sont pas nouveaux, ils jettent une nouvelle fois l'opprobre sur un secteur d'activité régulièrement accusé, en Allemagne comme ailleurs, de faire peu de cas de ses salariés et de tenter d'écraser la concurrence par tous les moyens.

L'an dernier, le géant américain de la vente en ligne Amazon s'était retrouvé au coeur d'un scandale après un reportage de la chaîne allemande ARD, qui lui reprochait de recourir à une agence de sécurité employant des néonazis pour surveiller certains de ses salariés en Allemagne. Ces derniers, pour la plupart étrangers, touchaient en outre des salaires inférieurs à ceux qui leur avaient été promis.

"Sklavando"

Avec ces nouvelles révélations, le débat est reparti de plus belle dans le pays sur les conditions de travail au sein de Zalando, dont le nom a été détourné en "Sklavando" par ses détracteurs sur internet.

Adepte d'une communication directe avec ses clients sur les réseaux sociaux, la société est montée au créneau dès la diffusion du reportage pour contester ces accusations: "Et ben, il y a beaucoup d'émotion, mais il faut aller au-delà", a-t-elle réagi sur sa page Facebook.

"De notre point de vue, la présentation des faits ne correspond pas du tout à la culture au sein de l'entreprise et à l'état d'esprit des salariés", a-t-elle encore affirmé sur son site internet le lendemain, promettant toutefois d'étudier "les points sur lesquels ces critiques sont justifiées et s'il s'agit d'erreur systématiques ou d'erreurs individuelles".

Zalando, qui a entamé une procédure en justice contre la journaliste pour rupture du secret professionnel, affirme aussi que dans une enquête interne, réalisée en partenariat avec un institut de sondages indépendant, 88% de ses salariés disent leur plaisir à travailler.

Mais pour Stefan Najda, porte-parole du syndicat Verdi interrogé par l'AFP, "les salariés ont peur, ils sont souvent employés en contrat à durée déterminée, il n'y a aucun comité d'entreprise et ceux qui en parlent sont licenciés".

"Nous n'appelons pas du tout au boycott (...) mais je conseille aux clients de ne pas avoir toujours pour seul critère le prix", ajoute-t-il.

Source : http://www.challenges.fr/entreprise/20140418.CHA2930/zala...

La MGEN milite pour l'idéologie du gender

Les adhérents de la Mutuelle MGEN ne savent pas toujours que leurs cotisations mutualistes sont détournées à des fins de propagandes pour la théorie qui n'existe pas : 

"le mardi 29 avril, à 18 heures, dans les locaux de la MGEN à Bourran, se tiendra une conférence-débat ayant pour thème «Ce genre fauteur de troubles ! Quelle égalité hommes - femmes ?» Solange Rioux, présidente de la Libre pensée de l'Aveyron ; Jean-Claude Calmels, adhérent ; Cécile Alcaraz, présidente de la MGEN Aveyron, et Marie-Françoise Larnaudie, bénévole militante au Planning familial, sont venus présenter le pourquoi de cette conférence.

Depuis octobre 2013, quatre associations œuvrent à la mise en place de cette conférence : l'association Libre pensée, le Planning familial, la MGEN et ALERT (ES)."

Michel Janva

Poutine et Louis XIV

Le président russe est-il un autocrate expansionniste obsédé par l'annexion des territoires limitrophes ou un nationaliste prudent désireux de protéger son pays ?

La Russie géopolitique de 2014 est évidemment l'héritière de l'URSS. Frontières, alliances, place dans les institutions internationales, elle ne tient son rang actuel qu'en raison du rôle que l'Occident a bien voulu assigner au « bloc de l'Est ». Il faut en effet poser trois remarques : d'une part, l'Occident (c'est-à-dire les Etats-Unis) feint de découvrir aujourd'hui que Russie et URSS n'étaient qu'une même réalité, comme si brusquement se révélaient les intérêts nationalistes de la Russie à travers son instrumentalisation du communisme international; d'autre part, l'Occident a une volonté clairement impérialiste dans l'imposition d'une mondialisation libérale (la Russie n'étant pas vierge de toute influence, à cet égard) ; enfin, l'Occident tient à ce que la Russie continue de jouer le rôle de la menace immédiate : Zbigniew Brzezinski et son Grand échiquier est le promoteur de cette thèse américaine paranoïaque.

Une caricature aux contours mal définis

Aujourd'hui, il est donc coutumier et nécessaire que les commentateurs grossissent à plaisir les forces et les faiblesses de la Russie, mettent en avant autant la gabegie, la misère, la corruption que les richesses naturelles, la puissance militaire, etc., saluent l'intelligence de Poutine comme ils en déplorent la rouerie, bref dressent constamment un épouvantail, une caricature, un simulacre excitant à la fois la crainte tout en suggérant une victoire facile.

Bizarrement, Poutine se sent menacé ; il réagit. Et depuis quelques semaines, les thèses s'affrontent: de quoi Poutine n'est-il pas le nom? On lui prête les plus noirs desseins et les pratiques les plus infâmes. Avec lui, jamais le droit des peuples, le droit des nations, le droit international et les consciences douloureuses n'ont été si violentés.

À bien considérer les cartes, l'impérialisme russe a en effet quelques restes : présence militaire en dehors des frontières, communautés russo-phones, accords économiques déséquilibrés. Autrement dit, tout ce qui fait la politique étrangère des Etats-Unis ou de la France, ces deux pays ayant en plus la prétention messianique d'apporter la vérité démocratique au monde entier, si nécessaire par la force, qu'ils ne rechignent jamais à employer, le « fais-ce-que-je dis-pas-ce-que-je-fais » étant devenu la règle.

Seul contre un libéralisme envahissant

C'est précisément ce messianisme qui est en cause - et c'est le moment où le parallèle avec Louis XIV peut être fécond. Quand Louis lance sa grande série d'annexions diplomatiques ou guerrières, il a moins en tête un impérialisme français que la volonté de restaurer son pays continuellement grignoté sur ses marges et fragilisé par les guerres de religion. Il veut restaurer son pré carré et contrer l'appétit des Habsbourg.

Exactement comme Poutine qui voit se dresser contre sa Russie toutes les démocraties libérales mondialistes : en 2004, en 2007, les élargissements européens poussent l'Europe vers l'Est ; la signature du Partenariat oriental de 2009 poursuit l'encerclement en gagnant l'Ukraine, mais aussi l'Arménie, la Géorgie, etc. ; les « nouveaux » Européens rejoignent l'OTAN. Bref, Poutine se sent étranglé : il multiplie les accords diplomatiques et économiques.

Face à Louis XIV et à sa diplomatie tout à la fois tatillonne et musclée (Jean-Christian Petit-fils y consacre des pages très intéressantes), les Européens ont pris peur : que la France veulent regagner ses places fortes et mettre au pas la poussière de communautés, principautés, archevêchés, plus ou moins indépendants et vaguement inféodés à celui qui paye le plus, très bien ; mais jusqu'où irait le jeune roi ? Là où Louis se pose en garant de la paix de sa nation, les autres ne veulent voir qu'un belliqueux, la propagande française officielle renforçant le malaise. A l'arrivée, en soixante ans, la France aura poussé au Nord, absorbé la Franche-Comté et annexé l'Alsace : ça reste modeste.

Protection ou expansion ?

Il est fascinant que dans l'histoire de la Crimée (et bientôt de la Transnistrie, de l'Ossétie...) on prête à Poutine des volontés expansionnistes guerrières quand il ne fait que vouloir préserver les populations russes et son indépendance territoriale face à un plan avoué des États-Unis et de l'Europe de faire basculer des régions entières dans leur sphère d'influence politique et économique. C'est le camp du bien qui hurle à la guerre, parle de nécessaire et juste coalition - exactement ce que les princes protestants firent pour ne pas conclure de paix avec Louis XIV. La défense de la nation russe passe aussi par la promotion de la chrétienté : ce n'est pas sans arrière-pensées, certes, comme la visite d'Obama au pape François, comme la prétention des rois catholiques à maîtriser le spirituel. C'est aussi une autre façon de résister à un bonheur libéral qui se révèle comme une nouvelle religion et qui est brandi comme une arme d'influence, exactement comme les protestants luttaient politiquement contre le roi.

Il faut considérer que Poutine est un nationaliste, pas un expansionniste, et qu'il a décidé derefuser la fatalité d'un encerclement économique,diplomatique, militaire et idéologique, de protéger les populations russophones et de lutter contrel'Islam. Un programme qui, malgré ses déficiences, fait rêver dans une France où une soumissionéconomique aux États-Unis et une soumissionfataliste à l'Islam tiennent désormais lieu de touteréflexion politique étrangère.

Hubert Champrun monde & vie 9 avril 2014

TVL : journal du 23 avril

Un avocat membre des Verts tacle Valls et Placé

Le «gouvernement» de Kiev rejette le fédéralisme et les droits linguistiques. Il préfère flirter avec l’OTAN

Un éclairage américain sur le fédéralisme et l’usage du multilinguisme

Il n’y a pas si longtemps, «fédéralisme» n’était pas un gros mot en politique ukrainienne, et cela même d’un point de vue nationaliste orienté vers l’Occident. Par exemple l’année passée, le professeur Alexander J. Motyl de l’Université de Rutgers, qui commente fréquemment les événements en Ukraine, a fourni une explication éclairée de la raison pour laquelle la décentralisation serait judicieuse : en particulier pour lutter contre la corruption (voir le commentaire de l’AIU de l’époque dans l’article «Decentralizing Ukraine: an Issue that Deserves Serious Discussion» [La décentralisation de l’Ukraine: un sujet qui mérite d’être discuté], août 2013).

Cependant, à présent, les gouvernements occidentaux ne voient dans la perspective de la décentralisation qu’un stratagème visant à désintégrer l’Ukraine. John Kerry, le secrétaire d’Etat américain a délaissé la question du fédéralisme au «gouvernement» de Kiev qui n’a pas été élu, et qui a toutefois été accepté sans réserve par les Etats-Unis comme par l’Union européenne en tant que gouvernement légitime et voix autoritaire de tous les Ukrainiens. Il n’est donc pas surprenant que les habitants fulminent :
«Pourquoi la Russie n’adopte-t-elle-pas le fédéralisme? Pourquoi ne confère-t-elle pas davantage de pouvoir aux régions nationales de la Fédération? Pourquoi n’introduit-elle pas d’autres langues officielles des Etats, à côté du russe, dont l’ukrainien qui est parlé par des millions de Russes?» […]

«Au lieu de sermonner les autres, il vaut mieux d’abord mettre les choses en ordre chez soi.» (Reuters, «Ukraine hits back at proposals by Russia’s Lavrov» [L’Ukraine riposte aux propositions de Lavrov], 31 mars).

Bien sûr qu’en effet, la Fédération de Russie possède une structure fonctionnelle fédérale. Selon l’article 68 de sa Constitution, les Etats membres de la Fédération ont le droit d’adopter des langues officielles. Cela dépasse les droits des oblasts ukrainiennes. D’ailleurs, il existe des dizaines de langues officielles des différentes Républiques, dont l’ukrainien, le tatare de Crimée et d’autres langues. Inversement, comme aucune autre langue que le russe n’est parlée à l’échelle nationale, il est la seule langue officielle dans l’ensemble du territoire de la Fédération.

C’est tout le contraire de la situation en Ukraine, où le bilinguisme ukrainien-russe est un fait quotidien dans une grande, sinon la majeure, partie, du pays. Pourtant, l’article 10 de la Constitution de l’Ukraine déclare absurdement que le russe n’est qu’une langue minoritaire.

Quand l’Ukraine décide de considérer le fédéralisme, si elle s’y décide réellement, le pays sera obligé de fournir un cadre juridique plus réaliste à son bilinguisme fonctionnel : un cadre qui promeuve l’unité, plutôt que de provoquer le désaccord, en prenant pour exemple l’expérience d’autres pays bilingues ou multilingues.

Une manière de faire précisément cela serait d’adopter un accord national qui permettrait de définir les rôles de l’ukrainien et du russe en tant que langues nationales en leur donnant un cadre constitutionnel fédéralisé.

En plus, la prestation de Kiev, selon la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, reste insatisfaisante du point de vue de langues véritablement minoritaires, comme le roumain, le bulgare, le gagaouze ou le rusyn, que Kiev refuse de reconnaître à tout prix, bien que cette langue soit protégée en tant que langue minoritaire officielle en Slovaquie, Serbie, Roumanie et ailleurs.

Si le «gouvernement» de Kiev rejette strictement et mal à propos toute discussion sur le fédéralisme et les droits linguistiques, cela ne peut aboutir qu’à un affaiblissement ultérieur de l’intégrité de l’Ukraine, plutôt que de la renforcer. Malheureusement, la priorité du «gouvernement» de Kiev est évidente : c’est son programme géopolitique, militaire et stratégique. Le 2 avril, la Commission OTAN–Ukraine a fait une déclaration dans laquelle elle soutenait ce qui suit (et ce n’était probablement pas un poisson d’avril): «Nous saluons le fait que, le 21 mars, l’Ukraine a signé les chapitres politiques de l’Accord d’association avec l’Union européenne.»

On aurait pu penser que les «chapitres politiques» d’un accord signé avec une organisation complètement différente – l’Union européenne – ne concernent pas l’OTAN. Mais bien sûr que l’OTAN est concernée, car cet accord oblige Kiev à harmoniser ses politiques étrangères et de sécurité avec Bruxelles, qui, quant à elle, est subordonnée à l’OTAN selon les arrangements «Berlin Plus» datant de 2002.

Si les gouvernements occidentaux continuent à se tromper de priorités et à soutenir avec détermination le «gouvernement» ni représentatif ni élu de Kiev, ils ne font que menacer l’unité fragile de l’Ukraine.    •

James George Jatras

Directeur adjoint de l’Institut américain en Ukraine (AIU)

Source: AIU, 3/04/2014

(Traduction Horizons et débats, N° 8, 14 avril 2014.)

James George Jatras est juriste et spécialiste en relations internationales, affaires gouvernementales et sciences politiques des législations. De 1985 à 2002, il a travaillé en tant que conseiller et analyste politique de plusieurs membres républicains du Sénat américain. De 1979 à 1985, il a été fonctionnaire au sein du Secrétariat d’Etat américain. Il est membre de la chambre des avocats de la Cour suprême des Etats-Unis et des chambres d’avocats de Pennsylvanie et du district de Columbia. Il fait des conférences et publie des articles sur divers sujets dans les médias papier et en ligne.
Il s’exprime régulièrement au sujet de la loi FATCA, notamment concernant les aspects législatifs et politiques, et il dirige le site Internet www.repealfatca.com.

http://www.polemia.com/le-gouvernement-de-kiev-rejette-le...

Préférence pour les juges immigrationnistes, défiance pour les juges légalistes.

Depuis trente ans, ce ne sont plus les parlementaires qui font les lois sur l’immigration, ce sont les juges qui imposent leur jurisprudence en interprétant les textes internationaux. Or les hommes qui ont imposé cette évolution – les Belorgey, les Genevois, les Tuot – ne sont pas neutres, ce sont des militants immigrationnistes. C’est cette même dictature militante qui a obtenu qu’un magistrat administratif de Lyon, François Lagarde, se voie dessaisi de tout dossier sur le contentieux des étrangers. Son crime ? Avoir reçu comme élu UMP à Orléans une délégation à la lutte contre l’immigration clandestine : une responsabilité légale considérée comme une faute. En clair, un magistrat qui veut simplement appliquer la loi là où il est élu ne peut la dire là où il juge. En revanche, un militant qui combat les lois limitant l’immigration se voit chargé, lui, de les interpréter ! Ainsi fonctionnent le Conseil d’Etat et les tribunaux administratifs. C’est deux poids, deux mesures : les immigrationnistes peuvent juger, les légalistes sont interdits de jugement. En 1789, les Français ont abattu les parlements d’Ancien Régime pour moins que cela.

Polémia.

Réélu au premier tour des élections municipales, le maire UMP d’Orléans, Serge Grouard, a annoncé la nomination d’un conseiller municipal en charge de « la lutte contre l’immigration clandestine ». Ce conseiller municipal est par ailleurs magistrat au tribunal administratif de Lyon qui a pour principale activité de juger les étrangers qui contestent leur expulsion et il avait demandé sa mise en disponibilité à partir de janvier 2014 pour faire campagne. Il s’apprête à revenir siéger au tribunal administratif au début du mois de mai.

Cette annonce n’est pas passée inaperçue. L’opposition de gauche comme les militants des droits de l’homme ont lancé une dénonciation citoyenne d’une « idéologie qui n’est même pas celle du FN ». L’info est devenue un feuilleton de la presse locale et a été reprise par les radios nationales, notamment par RMC, et par Rue 89-Lyon. Elle a commencé à circuler mercredi 16 avril dans le petit milieu des avocats qui assurent la défense des étrangers en situation irrégulière.

Ce jeudi, la commission du barreau de Lyon s’est saisie de la question pour envisager des suites à donner. Du côté du Syndicat des avocats de France (SAF, classé à gauche), le président de la section de Lyon explique que « d’autres juges peuvent avoir le même type d’opinion. La différence c’est qu’il sort du bois ». Il ajoute surtout que le SAF regardera de près le retour du juge en mai prochain : « Quand il reviendra en mai prochain au tribunal de Lyon, ce magistrat ne doit plus juger de contentieux sur les étrangers pour qu’il n’y ait pas de suspicion sur les décisions qui vont être rendues ».

Ainsi il reviendrait à des avocats dévoués à la cause des étrangers en situation irrégulière, en d’autres termes les clandestins, d’imposer des magistrats de leur bord et de récuser ceux qui ne leur plaisent pas au nom de la lutte contre le racisme et le populisme.

Il serait effectivement plus simple et plus commode pour l’exercice de leur activité d’avoir affaire à des juges acquis à la cause immigrationniste qu’à un magistrat déterminé à faire appliquer les lois sur les étrangers et l’immigration.

Ce sont ces mêmes avocats auxquels fait très nettement allusion le rapport d’octobre 2013 sur « l’évolution et la maîtrise des dépenses de contentieux à la charge du ministère de l’Intérieur » réalisé par l’Inspection générale de l’Administration à la demande du ministère de l’Intérieur, du ministère des Finances et du ministre délégué chargé du Budget sur le contentieux des étrangers. Ce rapport déplore la juridictionnalisation du droit des étrangers qui entraîne un coût insupportable et émet un avis fortement réprobateur sur le rôle des avocats spécialisés :

    « Certains avocats se sont spécialisés dans ce contentieux avec des motivations politiques ou humanistes, en lien avec le monde associatif qui soutient les étrangers. Par contre, il semblerait que d’autres avocats voient dans le contentieux des étrangers, contentieux plutôt simple techniquement et répétitif, une source lucrative de revenus. Plusieurs interlocuteurs de la mission, y compris des magistrats administratifs, lui ont ainsi indiqué avoir régulièrement constaté que des requérants ignoraient être conseillés par un avocat.

    « La mission a en outre constaté qu’en matière de contentieux des étrangers, le juge d’appel annulait fréquemment la décision de première instance. Si celle-ci a donné lieu au versement par l’Etat de frais irrépétibles, ils devraient être reversés au comptable public par le bénéficiaire. Certains avocats refusent, sans qu’aucune suite ne soit donnée, au motif que ce ne sont pas eux qui étaient destinataires des frais irrépétibles mais leur client alors que ce dernier leur versait cette somme. »

La lutte pour l’immigration humanitaire a bon dos.

Le président du tribunal administratif de Lyon a saisi le « collège de déontologie » qui siège auprès du Conseil d’Etat. On peut le comprendre. Il est cependant dommage que sa démarche apparaisse isolée car il existe beaucoup d’autres cas où un « collège de déontologie » aurait pu ou pourrait être saisi. Donnons quelques exemples.

Le GISTI, association particulièrement active d’information et de soutien des immigrés, a été fondé au début des années 1970 par quatre jeunes énarques, pourtant astreints à un devoir de réserve. Des magistrats participent à la rédaction de documents du GISTI. C’est le cas de Patrick Henriot, magistrat et membre du Syndicat de la magistrature qui a rédigé les articles suivants :

    -« Cette gauche qui a horreur du vide » pour le n° 97 de la revue Plein Droit de juin 2013 dont le thème était : « Les étrangers attendent la gauche », sujet politique s’il en est ;

    -« Les Sages capitulent » pour le n° 90 de la même revue dédié aux « réfugiés clandestins ».

Certains de ces magistrats participent à des colloques comme celui de novembre 2008 consacré à « la défense de la cause des étrangers en justice » :

    -Bruno Genevois, président de section au Conseil d’Etat, sur l’histoire du GISTI ; -Jean-Michel Belorgey, président de la section des rapports et des études du Conseil d’Etat, sur l’insuffisance des moyens d’exécution ;

    -Ronny Abraham, conseiller d’Etat, et Olivier Jaulin, vice-président du Syndicat de la magistrature, sur les retombées collatérales du contentieux des étrangers.

Prenons le cas de France Terre d’Asile dont l’objet est « la promotion du droit d’asile et des droits des migrants en France et en Europe ». Le président est Jacques Ribs, conseiller d’Etat honoraire. Frédéric Tiberghien, maître des requêtes au Conseil d’Etat et membre du Conseil supérieur de la magistrature est membre du bureau.

Jean-Michel Belorgey, déjà cité, est membre du Conseil d’Etat dont il présida la Section du rapport et des études jusqu’au 3 novembre 2009. Il a été président du conseil d’administration du Fonds d’aide et de soutien pour l’intégration et la lutte contre les discriminations (FASILD).

Membre de la Cour nationale de droit d’asile (CNDA) il a, selon le Figaro, beaucoup heurté ses pairs en déclarant dans Télérama que ses collègues étaient « des chasseurs, des exterminateurs d’hommes » au prétexte qu’ils y regardaient à deux fois avant d’accorder le statut de réfugié et qu’ils faisaient tout simplement leur travail.

Manifestons une pensée émue pour Bernard Stirn, président de la section du contentieux du Conseil d’Etat qui prit si vite une décision le 9 janvier 2014 dans l’affaire Dieudonné, et pour Thierry Tuot, auteur du rapport La Grande Nation, pour une société inclusive sur l’intégration des immigrés.

Enfin, concernant la déontologie, comment ne pas évoquer la mise en examen de Madame Martres, présidente du Syndicat de la magistrature, dans l’affaire de l’infâme et terrifiant « Mur des cons » ?

Eh bien oui, que toutes les « commissions de déontologie » soient saisies.

Que tout le système soit revu et tous les cas étudiés.

Que toutes les structures associatives et publiques soient auditées.

Que tous les conflits d’intérêt moral et déontologique soient résolus.

Que l’on aille jusqu’au bout et à fond.

Qu’il n’y ait pas deux poids deux mesures.

Que les Français soient assurés que de hauts fonctionnaires et de hauts magistrats, qui ont pour devoir d’appliquer les lois et qui sont payés (bien) pour cela, se comportent en serviteurs loyaux de l’Etat et du peuple français et ne jouent pas un double et confortable jeu de révolutionnaires de dossiers en interprétant les textes sur les étrangers et l’immigration avec laxisme et complaisance.

On en est loin.

Dès le 22 avril 2014 la commission de déontologie a confirmé qu’il fallait dessaisir le juge Lagarde compte tenu de l’émoi médiatique. Les juges immigrationnistes, eux, pourront continuer à rendre des jugements.

 André Posokhow, 22/04/2014

http://www.polemia.com/contentieux-des-etrangers-deux-poi...

Gravé dans la roche (version goldofaf)

Le lobby LGBT encore en train de se lamenter

Un an après l'adoption de la loi Taubira, le lobby LGBT est encore insatisfait :

"Ce premier anniversaire se célèbre en demi-teinte, avec un goût d'inachevé. [...] Lors des primaires socialistes pour la désignation du candidat à l'élection présidentielle, Manuel VALLS se déclarait favorable à la procréation médicalement assistée (PMA) et à la gestation pour autrui (GPA). Il a oublié ses engagements depuis qu'il est Premier Ministre.

De son côté également, François Hollande a perdu le courage politique de tenir ses promesses:

  • ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes ;
  • don du sang ouvert aux homosexuels qui en sont exclus ;
  • changement d'état-civil pour les personnes trans' ;
  • statut du tiers ;
  • investissement de la France dans la dépénalisation universelle de l'homosexualité...

Michel Janva

Les parlementaires brésiliens ont voté une loi anti‑NSA

C’est l’avis du rapporteur de ladite loi, Ricardo Ferraço, qui la présente comme « Une norme légale, qui empêche la coopération entre les entreprises, Internet et les services d’espionnage électronique comme l’agence de renseignement américaine NSA ».

La menace d’espionnage est bien réelle. Alain Juillet, ancien représentant interministériel à l’Intelligence économique revient sur l’origine de la guerre économique :« La NSA pratique l’espionnage industriel et commercial, c’est une évidence. Pendant la guerre froide, les Etats‑Unis avaient construit un immense système d’interception électronique, tourné vers le bloc soviétique. Après la chute de l’URSS, les responsables de Washington ont décidé de réorienter en partie cette machine gigantesque vers le renseignement économique, en visant le monde entier ».  Il rappelle l’existence de l’organisme américain baptisé « Advocacy Center » qui« Sélectionne, chaque année, une centaine de contrats internationaux en cours de négociation, et collabore avec les entreprises américaines concernées pour les aider à remporter ces contrats par tous les moyens y compris l’intelligence économique. Le centre est en relation étroite avec les agences de renseignements ».

Par cette loi, le Brésil protège ses entreprises contre l’espionnage informatique. Espérons que cet exemple inspire d’autres décideurs politiques dont les nôtres.

http://fr.novopress.info/164187/les-parlementaires-bresiliens-vote-loi-anti‑nsa/

En souvenir de Dominique Venner

Ce « cri » qui a résonné sous les voûtes de Notre-Dame de Paris me remplit de crainte.   

Sur le site qui publia son ultime lettre il y a un an, je veux célébrer Dominique Venner.

Jusqu’à ce jour du 21 mai 2013, il m’était inconnu. Son geste dans la cathédrale avait été sommairement qualifié de « suicide d’un intellectuel de droite, sans lien avec le terrorisme », ce qui permettait aux médias bien-pensants de passer sereinement à la météo et aux résultats sportifs.

Pourtant, j’étais intrigué par l’exposition délibérée d’un geste essentiellement privé. En lisant sa lettre, puis son dernier livre, je comprenais que son acte final était un sacrifice destiné à réveiller tous ceux atteints par son information.

J’étais de ceux-ci et certainement aussi endormi que d’autres par le césarisme d’une époque finissante qui a perdu beaucoup des vertus qui marquent les grandes œuvres de notre passé, notamment l’enthousiasme, le sentiment de la transcendance, et le courage. « Toute collectivité sans cohésion sacrificielle, si efficace qu’en soit l’organisation, n’est qu’un agrégat sans volonté commune, anonyme et sans responsabilité » (Pierre Emmanuel).

Lire la suite

Le courage d’affronter la réalité

Le social-libéral Hollande, rallié de longue date  à l’ultra libre échangisme bruxellois, porteur du pacte dit destabilité, machine de guerre contre les catégories populaires et les classes moyennes,  héritier de Jean Jaurès?  Poser la question relève déjà de la plaisanterie, voire de la provocation.  C’est ce que le peuple de gauche, socialistes déçus et communistes, ont signifié hier au chef de l’Etat qui a été copieusement sifflé  lors de son déplacement à Carmaux (Tarn),  petite ville symbole de la révolte   des mineurs de 1892,  dans laquelle le fondateur  de l’Humanité fut élu député pour la première fois. Un climat houleux, contrastant  avec l’ambiance chaleureuse qui régnait dans cette commune le 6 avril 2012 lors du précédent passage de M. Hollande, alors candidat  socialiste  à la présidentielle. Il y  avait  prononcé un discours charriant les grands mythes  socialistes, lyrique,  plein de promesses pour la « France d’en bas ».  Un texte certainement  écrit par sa « plume » de l’époque, le « petit marquis » Aquilino Morelle, finalement  débarqué de l’Elysée suite au scandale que nous évoquions vendredi dernier, l’homme qui   se définissait comme « plus à gauche » (caviar)  que M. Hollande…

 Jean Jaurès,  pour le  PS désormais, c’est surtout  le nom d’une Fondation éponyme , cercle de réflexions qui d’études en études, se désole du ralliement  des catégories populaires au FN.  Les causes en  sont pourtant très simples à comprendre et  tiennent en quelques lignes :  les reniements d’un PS qui a trahi le  noble idéal de justice sociale au profit du CAC 40, celui  de la solidarité nationale sacrifiée sur l’autel du cosmopolitisme, de l’immigration-invasion,  le refus de doter notre pays des mesures de protections sociales, économiques, identitaires.

 Jean Jaurès a dit un jour : « Le courage c’est de chercher la vérité et de la dire, c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant.» Une volonté d’affronter le réel, à tout le moins de ne pas le taire,   qui fait peur désormais aux quelques jeunes  militants résiduels du PS, à un  pseudopode de la rue de Solferino, la coquille vide  SOS racisme, au Parti communiste,  auParti de gauche de Jean-Luc Mélenchon.  Une évidence  si l’on en juge, exemple parmi d’autres,  par les condamnations  virulentes émanant de  ces partis et groupuscules,  du dossier publié par le quotidien Lyonnais  Le Progrès.

 Le crime du Progrès ? Une enquête  intitulée « Délinquance, criminalité organisée : qui fait quoi dans le Rhône », sous forme d’une   double page, d’une infographie traitant des nationalités ou des « catégories de population »  impliquées dans l’explosion de la  délinquance et de  la criminalité dans ce département, par secteur et type  d’activités.

 SOS racisme   a annoncé mardi  qu’elle déposait plainte contre X pour des faits de fichage ethno-racial, diffamation raciale ou provocation à la haine raciale et à la discrimination, et  indique également qu’elle va saisir la Commission nationale informatique et liberté (CNIL) et le défenseur des droits « pour faire la lumière sur cette affaire ».

 Dans un communiqué, l’officine immigrationniste  affirme qu’elle « ne saurait rester muette face à de telles dérives », jugeant l’article du quotidien « nauséabond », véhiculant une  «lecture stigmatisante, ultra violente et inadmissible pour les populations visées ».  SOS racisme justifie son action par le fait que  le fichage ethno-racial est interdit en France par la loi du 6 janvier 1978. « Dans ces conditions, ajoute l’association, les policiers, gendarmes et douaniers qui seraient à la source de cette cartographie réalisée par les journalistes du quotidien Le Progrès, n’ont pas pu créer des catégories ethniques sans enfreindre la loi»!

 Policiers, gendarmes et douaniers, responsables du racisme et de l’intolérance selon ses histrions de  gauche,  du seul fait qu’ils oseraient  nommer  la réalité sans fard ?  Et ce sontles mêmes Torquemada hypocrites  qui gardent un silence  assourdissant  quand une jeune « gauloise »  se fait violer à Evry  par des « jeunes » racistes au prétexte que  « toutes les Françaises sont des putes »… -voir notre article publié hier.

 Devant le tollé des garde-chiourmes de l’immigrationnisme militant, horizon indépassable de notre avenir radieux,  des excuses ont été présentées par le journal  sur son site et dans sa version papier. Mea culpa jugé insuffisant par la section du Syndicat national des journalistes (SNJ) du Progrès. Convoquant le souvenir de  l’agité du bocal Jean-Paul Sartre,ces derniers ont   pondu un communiqué intitulé «La nausée et les mains sales» pour se désolidariser de  «ce dérapage  (qui)  consacre la faillite d’une politique éditoriale basée sur le tout faits divers, la sempiternelle course aux clics sur le Web, la recherche de l’audience à court terme.»

 Xavier Antoyé, rédacteur en chef du Progrès, a tenté d’éteindre la polémique en évoquant  « une maladresse rédactionnelle dans l’encadré », tout en soulignant que l’enquête du quotidien, était un travail « sérieux, fouillé et documenté.»  «En décembre dernier, le ministère de l’intérieur a publié une enquête du même type sur laquelle tous les médias ont fait leur une ». « On ne peut pas laisser accroire que Le Progrès a des intentions stigmatisantes ou malveillantes, ce n’est pas dans l’ADN de notre journal » (sic), a-t-il  encore précisé.

 Notre ami Charles Perrot, président du groupe FN de la région Rhône-Alpes, s’est  félicité du  «courage du quotidien régional qui a osé briser les tabous du politiquement correct». «Ces deux pages sont un scandale pour la dictature de la pensée. Elles ne sont qu’évidence pour les Rhônalpins et les Français d’une manière générale». Qui peut en effet affirmer le contraire ?

 Un peuple qui  refuse d’affronter la réalité ou qui confie sa destinée à des gouvernements qui n’osent pas l’affronter,  par lâcheté ou  idéologie, se condamne à un avenir bien sombre. Nous y sommesOui, la France n’est pas une page blanche affirmeBruno Gollnisch, ni un hôtel comme le souhaite M. Attali. Les Français ont des traditions, une identité une culture qui sont aujourd’hui menacées  par la doxa mondialiste dont l’immigration de peuplement est un des aspects les plus graves. Une submersion migratoire, dont le lien avec l’explosion de la délinquance est évident, qui se développe et prospère sur le laxisme,   par la suppression des frontières ,  des protections et  des préférences  nationales.

 Les Français qui selon un récent sondage sont 76% à penser qu’il y a trop d’immigrés en France,  doivent avoir le courage de remettre en  cause l’ordre mondialiste établi en votant dés le 25 mai  pour le seul Mouvement d’envergure qui entend les défendre. « Ne pas subir la loi du mensonge triomphant » disait Jaurès que nous citions plus haut. Et pour ne pas faire mentir le grand  Charles Péguy et son message d’espoir : « Il ne se peut pas que les Français soient lâches, mais ils ont oublié qu’ils étaient courageux ! ». Le Front National  saura leur rappeler.

http://gollnisch.com/2014/04/24/courage-daffronter-realite/

Visite du président Bashar Al-Assad à Ma’rloula

LMPT92 2014 05 ONLR SKI

11:38 Écrit par pat | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook |

Cyber-espionnage : les États sont les plus grands pirates

En 2013, les intrusions malveillantes motivées par l’espionnage provenaient pour 49% de Chine et d’autres pays d’Asie orientale, mais les pays d’Europe orientale, notamment russophones, ont été soupçonnés dans 21% des cas. précise l’opérateur américain Verizon Communications dans son rapport annuel “Data Breach Investigations Report”.

Le piratage informatique à des fins d’espionnage se développe rapidement. Des groupes comme des services officiels de certains pays d’Europe de l’Est y jouent un rôle croissant, montre l’une des plus importantes études annuelles sur le sujet.

Ainsi en 2013, les intrusions malveillantes motivées par l’espionnage provenaient pour 49% de Chine et d’autres pays d’Asie orientale, mais les pays d’Europe orientale, notamment russophones, ont été soupçonnés dans 21% des cas, précise l’opérateur américain Verizon Communications  dans son rapport annuel “Data Breach Investigations Report”.

Les tentatives d’espionnage ont triplé

Ces deux régions se classent de très loin en tête de l’échantillon étudié, dans lequel plus de la moitié des données détournées l’ont été à des victimes établies aux Etats-Unis.

En revanche, dans environ 25% des cas, l’origine géographique de l’intrusion n’a pas pu être déterminée, précisent les auteurs de l’étude.

Si le nombre total d’incidents identifiés comme étant des tentatives d’espionnage a triplé à 511, cela s’explique en majeure partie par le fait que le rapport sur 2013 prend en compte de nouvelles sources. Mais il reste en hausse sur la base des seules sources utilisées l’année précédente, précise Bryan Sartin, l’un des enquêteurs de Verizon.

Les États sont les espions dans 87% des cas

L’étude attribue 11% des cas d’espionnage informatique à des organisations criminelles organisées et 87% à des Etats.

Dans certains cas, des organisations criminelles cherchaient sans doute à revendre les données détournées à des Etats ou à des concurrents des entreprises prises pour cible, explique l’étude, menée avec Intel, McAfee, Kaspersky Labs, d’autres sociétés privées et des administrations publiques.

“Nous assistons à un début de rapprochement entre le crime organisé classique et l’espionnage“, résume Bryan Sartin, selon lequel cette tendance devrait se poursuivre.

La Tribune

http://fortune.fdesouche.com/337117-cyber-espionnage-les-...

Qu'est-ce que le Pacte républicain ?

Jacques Bompard interroge le garde des sceaux, ministre de la justice, sur cette étrange notion de "pacte républicain" :

"En effet, de nombreux responsables politiques utilisent cette expression sans en donner la moindre définition. On se souvient des déclarations de la ministre du logement au ministre de l'intérieur en septembre 2013 quand elle accusait ce dernier d'être allé "au-delà du pacte républicain" au sujet des roms. Le 22 octobre 2013 au sein de l'hémicycle de l'Assemblée nationale, le Premier ministre affirmait quant à lui que "la règle commune c'est la base du pacte républicain et que le pacte républicain, c'est aussi l'égalité". Quelques jours auparavant, le ministre de l'agriculture allait dans le même sens. Selon lui il existe "un pacte républicain qu'il faut soutenir". Lors de ses voeux pour l'année 2014, l'actuel premier secrétaire du parti socialiste déclarait pour sa part qu'il souhaitait "une année plus apaisée, qui ne voit pas les mêmes dérapages, les mêmes débordements, les mêmes attaques contre notre pacte républicain que celles qui ont assombri 2013", faisant en particulier allusion aux manifestations contre l'ouverture du mariage aux personnes de même sexe : continuer de manifester après qu'une loi a été votée par les parlementaires mettraient en danger ce fameux « pacte ». À ce propos, le rapporteur socialiste à l'Assemblée nationale de la loi sur le mariage pour tous n'expliquait-il pas récemment que cette "loi est en application depuis huit mois maintenant, [et qu']elle est entrée dans les habitudes et fait partie du pacte républicain" (février 2014).

Ces quelques exemples montrent clairement que le "pacte républicain" n'est qu'une expression vague, sans contenu précis,servant uniquement à parer le discours d'une légitimité et d'une haute valeur morale qui ne souffriraient d'aucune critique. Il est donc très surpris qu'au nom de cette notion aux contours flous on puisse dire tout et son contraire, augmenter les impôts, constituer des "fronts républicains", exclure certaines opinions du débat public car jugées "nauséabondes" par les grands média et les responsables politiques...

On ne trouve en effet aucune trace d'un quelconque "pacte républicain" dans les grands textes qui régissent les institutions françaises. Et pour cause, personne ne l'a jamais vu ni signé.Ce "pacte" incessamment brandi pour menacer ceux qui auraient le tort de ne pas s'y conformer n'a pas aucune existence juridique, législative ou constitutionnelle, pas plus qu'il ne désigne une réalité concrète. C'est un fait qui n'empêche pas certains politiques d'en appeler au "pacte républicain", comme s'il s'agissait d'un contrat dûment signé et accepté par la majorité des Français. Ces derniers seraient certainement curieux d'apprendre à quoi ce "pacte" les engage et d'en connaître l'utilité. Mais à en croire certains, le "pacte républicain", où chacun y met un peu ce qu'il veut, c'est sacré et il n'est donc pas question de mettre en doute son bien-fondé et encore moins la réalité de son existence.

Il est également préoccupé par la façon dont les expressions "République", "valeurs républicaines", "pacte républicain" tendent à très largement remplacer les mots "France", "Patrie", "Nation".La conséquence d'un tel glissement sémantique est la mise de côté, voire le reniement, de tout l'héritage multiséculaire du christianisme et de la monarchie comme si la France n'existait que depuis 1789.Il estime en outre abusif de circonscrire la France à un régime qui s'est plusieurs fois illustré par la férocité et la brutalité de ses répressions comme en témoigne le génocide vendéen.Le "pacte républicain" n'existe donc que dans l'esprit de ceux qui en font profession et dérive d'une conception abstraite et étroite de la France. Celle-ci est totalement déconnectée des réalités historiques, culturelles et territoriales du pays, ce qui entraîne une profonde méconnaissance des aspirations du peuple français en ces temps de crises morale, politique et sociale.

C'est pourquoi il l'interroge sur la signification concrète de l'expression "pacte républicain" et lui demande d'en préciser le contenu pour que les Français soient au courant et sachent pourquoi et de quel droit, en son nom, des ministres et des responsables politiques se croient permis de décerner des labels de bonne ou mauvaise conduite à leurs adversaires politiques."

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2014/04/quest-ce-...

Libération des otages : l’indécente mise en scène !

Qui va croire qu’aucune rançon n’a été versée ?   

Des journalistes français ont été enlevés par des islamistes dans la zone contrôlée par les rebelles en Syrie. Après de longs mois de captivité très éprouvante, ils ont été libérés et ont retrouvé leurs familles. Chaque Français doit en éprouver une grande joie et être touché par l’émotion des retrouvailles. Mais la mise en scène présidentielle de leur accueil sur le sol national m’a profondément choqué. À travers les images destinées à émouvoir, à attirer la sympathie pour les otages – ce qui se comprend – mais aussi pour les responsables associés à cette libération, on pouvait mesurer l’abaissement inouï de notre pays.

Il y a d’abord l’ambiance générale. On étale la sentimentalité comme une vertu. On pleure, on s’épanche, on embrasse. Un grand pays devrait faire preuve de plus de dignité, d’une plus grande retenue dans l’émotion, d’une plus grande fermeté à l’encontre des preneurs d’otages. Exhiber ainsi sa faiblesse, c’est accroître la tentation pour tous les ravisseurs potentiels du monde, de commencer ou de recommencer tant l’opinion publique est sensible à ces enlèvements, notamment lorsqu’il s’agit de journalistes, dont les médias, par une solidarité compréhensible, vont sans cesse rappeler la situation.

Lire la suite

Combien de voitures brûlées en France ?

Le député Jacques Bompard appelle l'attention du ministre de l'intérieur sur le nombre de voitures brûlées en 2013 :

"Généralement bon indicateur des violences urbaines, les études sur le nombre de voitures brûlées sont parfois aléatoires :l'observatoire national de la délinquance et des réponses pénales affirme qu'il y a eu, en 2013, 34 441 véhicules incendiés dans notre pays alors que les pompiers en déclarent 58 000. Selon l'ONDRP, il y a eu une baisse de 25 % de ces délits. Certes, mais en comparaison avec le Royaume-uni, c'est bien faible. Outre-Manche en effet on constate, entre 2003 et 2013, une baisse importante d'environ 73 %. La différence de méthodes et de moyens expliquent cette différence. Comme le rappelle justement Alain Bauer «quand un délinquant est arrêté pour de tels faits en Grande-Bretagne, les Britanniques ne lui garantissent pas, comme trop souvent en France, l'excuse absolutoire. Il va en prison où les places sont suffisantes ». Il lui demande donc si, avec sa collègue Mme la ministre de la justice, il compte réétudier la politique du Gouvernement et s'inspirer en la matière de la politique britannique."

Michel Janva

Ces hommes qui combattent le terrorisme islamosioniste

Al Qaïda déclare la guerre au Hezbollah

croah.fr:
Le chef du réseau terroriste d’Al Qaïda, une invention de la CIA, a déclaré la guerre au Hezbollah, en guerre contre les takfiris au Liban.Cette déclaration de guerre a été assaisonnée bien évidement par quelques phrases anti-américaines pour ne pas éveiller le soupçon: un enregistrement vidéo du chef-terroriste appelle dans sa première partie à « la capture des Américains et des Occidentaux » avant d’appeler à « l’assassinat des combattants du Hezbollah en Syrie » ! « Le Hezbollah est l’ennemi juré des musulmans, de leur dignité et de leur honneur, mais surtout, il est l’allié d’Assad. C’est pourquoi il faut se battre légitimement contre le Hezbollah, car le parti a une vitrine en la personne de Nasrallah. »
Al Zawahiri, chargé de provoquer la destruction totale de la Syrie, a évidemment oublié d’expliquer en quoi le Hezbollah a entaché l’honneur des musulmans, lui qui est la seule partie dans tout le monde islamique à avoir vaincu le régime sioniste !
Dans la suite de son enregistrement, Al Zawahiri prétend que les « djihadistes » fait peser le plus grand danger à Israël (ndlr : oubliant toujours de souligner l’alliance militaire et logistique entre Israël et les takfiris qui n’est plus un secret pour personne) et demande à ce que ces mêmes djihadistes capturent le plus grand nombre d’Occidentaux en Syrie et ailleurs pour les échanger contre les prisonniers qaïdistes.
En effet, ce genre d’appel ne trompe personne : étant allié d’Israël, Al Qaïda a peur des victoires de l’axe de la résistance qui se succèdent sur le terrain des combats.
Source : Iran French Radio

Note de la rédaction de Croah
Après les nombreuses défaites americano-sionisto-takfiristes en Syrie, l’heure de faire tomber les masques commence à approcher ; les marionnettes dévoilent leur jeu, tel un joueur de Poker bien connu du plateau de Michel Drucker…

http://www.altermedia.info/france-belgique/uncategorized/...