19/10/2014

Mensonges d’Etat : l’affaire du sang contaminé

En avril 1991, la journaliste Anne-Marie Casteret publie dans l’hebdomadaire L’Événement du Jeudi un article prouvant que le Centre national de transfusion sanguine (CNTS) a sciemment distribué à des hémophiles, de 1984 à la fin de l’année 1985, des produits sanguins dont certains étaient contaminés par le virus du sida. L’ancien Premier ministre socialiste Laurent Fabius et les anciens ministres socialistes Georgina Dufoix et Edmond Hervé ont comparu du 9 février au 2 mars 1999 devant la Cour de justice de la République pour « homicide involontaire ». Cette cour a rendu son verdict par un arrêt qui les innocente.

http://fortune.fdesouche.com/

Emmanuel Todd: les libéraux occidentaux doivent applaudir les Russes

Ex: http://zejournal.mobi

L'historien et sociologue français Emmanuel Todd n'a jamais été prisonnier des idéologies, bien qu'il les ait minutieusement étudiées du point de vue scientifique. Auteur de nombreux livres et monographies, il a accepté de répondre aux questions de Rossiïskaïa gazeta.

Le monde occidental est parti en guerre contre la Russie, l'accusant de tous les péchés capitaux et de mauvaises intentions. Qu'en pensez-vous?

Emmanuel Todd: Avant les événements ukrainiens déjà, j'avais attiré l'attention sur cette tendance antirusse, manifestement planifiée, dans les médias occidentaux. Les premières attaques régulières contre Moscou ont porté sur le "rejet" des minorités sexuelles. Ensuite, de nombreux articles ont avancé que la politique de Poutine était "impossible à comprendre" et qu'il était "imprévisible". Pour être franc, cela m'a beaucoup amusé. Car à mon avis, la ligne politique du gouvernement russe est au contraire très rationnelle et réfléchie. Les Russes sont fiers d'être Russes et s'ils disposent des moyens nécessaires, ils font tout pour éviter la cabale. Ainsi, le soutien affiché à la population russophone dans le sud-est de l'Ukraine s'inscrit parfaitement dans cette logique.

En ce qui concerne les préoccupations des Baltes ou des Polonais, persuadés que demain Moscou compte les engloutir, elles sont complètement infondées. Cela n'a absolument aucun sens. La Russie a déjà suffisamment de soucis pour aménager son vaste territoire.

Cela fait longtemps que vous vous intéressez à la Russie - essentiellement comme anthropologue et sociologue. En 1976 déjà, à l'âge de 25 ans, vous avez écrit un livre intitulé La Chute finale où vous évoquiez les causes susceptibles de désintégrer l'URSS. Ce livre, qui a fait beaucoup de bruit, n'a pas été pris au sérieux à l'époque. Quelle est votre vision de la Russie contemporaine?

Emmanuel Todd: Si vous vous penchez sur l'histoire de la Russie, vous comprenez que son rôle dans les affaires mondiales - et en particulier européennes - a toujours été positif. La Russie a subi une humiliation dans les années 1990, juste après l'effondrement de l'URSS. L'attitude de l'Ouest fut alors insupportable et injuste mais en dépit de cela, la transition a pu se faire dans une certaine dignité. Aujourd'hui, ce pays a retrouvé sa place dans les affaires mondiales et a atteint un équilibre interne. Il a atteint une stabilité démographique et enregistre même une croissance de sa population plus élevée que dans le reste de l'Europe. L'espérance de vie augmente. A terme, le taux de mortalité infantile sera inférieur à celui des États-Unis selon les statistiques. Le fait que la Russie attire un flux d'immigrés en provenance des pays voisins montre qu'elle revêt pour eux un intérêt économique.

À mon avis, la Russie joue un rôle particulier dans les affaires internationales, dont elle a hérité de la Guerre froide, qui est d'assurer l'équilibre mondial. Grâce à son arsenal nucléaire, la Russie est aujourd'hui le seul pays capable de contenir les Américains. Sans elle, le monde aurait connu un sort catastrophique. Tous les libéraux occidentaux devraient l'applaudir: contrairement aux démocraties européennes, elle a accordé l'asile à Edward Snowden. Quel symbole explicite: la Russie, bastion des libertés dont les pays européens se veulent les porte-drapeaux.

En 2002 sortait votre livre Après l'Empire, où vous évoquez les causes de l'affaiblissement, lent mais sûr, des USA. Qu'en est-il aujourd'hui?

Emmanuel Todd: En effet, j'ai écrit à l'époque que l'agressivité de l'Amérique n'était absolument pas une manifestation de sa puissance. Au contraire, elle cachait la faiblesse et la perte de son statut dans le monde. Ce qui s'est passé depuis a confirmé mes conclusions de l'époque. Et cela reste exact aujourd'hui également. Ne croyez pas que j'ai été motivé par un anti-américanisme quelconque. Pas du tout. Néanmoins, je constate que l'"empire" américain est en phase de déclin. Et cela peut être vu particulièrement dans la manière dont les États-Unis, à chaque fois qu'ils perdent l'un de leurs alliés, prétendent que rien de significatif ne s'est produit. Prenez l'exemple de l'évolution des relations de Washington avec l'Arabie saoudite. Les échecs permanents des Etats-Unis au Moyen-Orient sont flagrants pour tout le monde, notamment à travers les derniers conflits en Irak et en Syrie. Et Riyad, qui était autrefois leur plus proche allié dans la région, est en fait sorti du contrôle américain, même si bien sûr personne ne l'admet. Même chose pour la Corée du Sud, qui s'éloigne des États-Unis pour coopérer de plus en plus activement avec la Chine. Le seul véritable allié loyal des Américains en Asie reste le Japon. Mais à cause de sa confrontation avec Pékin, ce pays ne sait plus où se mettre.

Et l'Europe?

Emmanuel Todd: Le processus est similaire en Europe. La principale évolution que le Vieux continent ait connue ces dernières années est la montée en puissance de l'Allemagne. Avant, je pensais que l'Europe allait continuer à se développer, tirée par la locomotive d'intégration Berlin-Paris. Mais les choses se sont passées autrement. Tout d'abord, l'Union européenne ne s'est pas transformée en union des nations "libres et égales", comme le rêvaient ses fondateurs. Elle a pris la forme d'une structure hiérarchique sous l'égide de l'Allemagne, qui a largement dépassé sur le plan économique tous les autres pays de l'UE. Par nature, les Allemands ne peuvent pas percevoir le monde autrement qu'à travers un prisme hiérarchique. Cette ascension de Berlin s'est accélérée notamment après la crise financière de 2008. Aujourd'hui, l'Europe est contrôlée par l'Allemagne. Les premiers signes d'une perte de contrôle sur Berlin par les Américains sont apparus au début de la guerre en Irak quand Paris, Moscou et Berlin, qui marchaient jusque-là dans le sillage des USA, s'y sont opposés. Ce fut une étape fondamentale.

Depuis, dans un domaine aussi crucial que l'économie internationale, l'Allemagne mène sa propre ligne pour défendre ses intérêts nationaux. Elle ne cède pas à la pression des Américains, qui croient que tout le monde devrait jouer selon leurs règles et insistent pour que les Allemands renoncent, par exemple, à leur politique d'austérité budgétaire. Cette ligne est imposée sous la pression de Berlin à l'ensemble de l'Union européenne, et les Etats-Unis ne peuvent rien y faire. Dans ce domaine, les Allemands n'accordent pas d'importance à l'avis des Américains. Nous pouvons aussi rappeler les récents scandales impliquant les écoutes téléphoniques, quand les Allemands – un cas sans précédent – ont expulsé le chef de la CIA à Berlin. Mais l'économie reste le plus important. Les Américains n'adoptent pas, dans ces circonstances, une attitude menaçante. Pas parce qu'ils ne veulent pas, mais parce qu'ils ne peuvent pas. En l'admettant tacitement, ils reconnaissent en quelque sorte que leur pouvoir touche à sa fin. Cela ne saute probablement pas aux yeux, mais c'est la réalité.

Néanmoins, certains pensent que les USA restent une puissance dirigeant les affaires mondiales, notamment européennes.

Emmanuel Todd: Il y a l'ancien monde et le nouveau monde. L'ancien monde, c'est la vision héritée de l'époque de la Guerre froide. Elle reste bien ancrée dans la conscience des faucons américains, dans les pays baltes et en Pologne. Il est clair que l'expansion de l'OTAN vers l'Est après la chute du mur de Berlin est un exemple typique de l'inertie de la pensée dans l'esprit de la Guerre froide, peu importe les termes employés. Dans l'ancien monde, l'Allemagne jouait plutôt un rôle de modérateur, d'élément rationnel préconisant une solution pacifique aux problèmes et favorable au partenariat économique. Mais un nouveau monde est apparu et il n'est plus contrôlé par les Américains.

Après le mur de Berlin, le mur des sanctions

L'Europe a aujourd'hui sa propre dynamique. Elle n'a pas d'armée, mais elle est dirigée par l'Allemagne. Et tout se complique, car cette dernière est forte, mais elle est instable dans ses concepts géopolitiques. A travers l'histoire, le pendule géopolitique allemand a oscillé entre une approche raisonnable et des élans mégalomanes qui ont conduit, rappelons-le, à la Première Guerre mondiale. C'est la "dualité" de l'Allemagne. Par exemple, Bismarck cherchait la paix universelle et l'harmonie avec la Russie, alors que Guillaume II, dans l'esprit "l'Allemagne est au-dessus de tous", s'est brouillé avec tout le monde, à commencer par la Russie. Je crains que nous retrouvions aujourd'hui cette dualité. D'une part, l'ancien chancelier Schröder a prôné l'expansion des relations avec Moscou et il a maintenant beaucoup de partisans. D'autre part, on constate une position étonnamment ferme de Merkel dans les affaires ukrainiennes. L'agressivité du monde occidental envers la Russie ne s'explique donc pas uniquement par la pression des Etats-Unis.

En effet, tout le monde s'attendait à une médiation active de Berlin dans la crise ukrainienne, mais ce n'a pas été le cas.

Emmanuel Todd: Il me semble que l'Allemagne s'engage de plus en plus dans une politique de force et d'expansion voilée. La réalité de l'Allemagne après la réunification est qu'elle a miné les structures étatiques fragiles en Europe. Rappelez-vous la défunte Yougoslavie, la Tchécoslovaquie, et aujourd'hui il semble que ce soit le tour de l'Ukraine. Pour la plupart des Européens, l'Ukraine n'a aucun intérêt particulier. Pas pour les Allemands. Depuis l'époque de la réunification, l'Allemagne a mis la main sur la quasi-totalité de l'ancien espace de domination soviétique et l'utilise à ses propres fins économiques et industrielles. En c'est, je pense, l'un des secrets de la réussite de l'économie allemande. Face à un grave problème démographique et un taux de fécondité faible, elle a besoin d'une main-d'œuvre qualifiée et bon marché. Donc, si vous restez dans cette logique, obtenir par exemple les deux tiers des travailleurs ukrainiens est une opération très bénéfique pour Berlin.

D'ailleurs, le 23 août, Angela Merkel a été la seule des chefs d'Etats de l'UE à se rendre en visite à Kiev à l'occasion de la célébration de l'indépendance de l'Ukraine.

Emmanuel Todd: D'après moi, c'était un événement marquant. Et je pense que Moscou l'a également remarqué.

Pourquoi, d'après vous, les États-Unis montrent-ils un tel zèle dans les affaires ukrainiennes?

Emmanuel Todd: Parce que leur stratégie vise à affaiblir la Russie. En l'occurrence par la crise ukrainienne. Mais n'oublions pas qui l'a provoquée. Après tout, le point de départ était la proposition de l'UE de conclure un accord d'association avec Kiev. Puis l'Union européenne a soutenu le Maïdan conduisant au coup d'Etat, qui s'est déroulé avec le consentement silencieux des capitales européennes. Quand les événements en Crimée se sont produits, les Américains ne pouvaient pas rester à l'écart, au risque de "perdre la face". Les "faucons", partisans des idées de la Guerre froide, sont alors passés au premier plan pour définir la politique américaine vis-à-vis de la Russie. Je ne pense pas que les Américains souhaitent l'exacerbation de ces conflits, mais nous devons suivre de près jusqu'où pourrait aller leur désir de "sauver la face".

- Source : Ria Novosti

http://euro-synergies.hautetfort.com/

Europa Nostra - S.N.R

Alain Juppé crée un « Observatoire de l’égalité ». Pour quoi faire ?

Suite à l’article de Nicolas Bonnal, désignant Alain Juppé comme le deuxième candidat du PS, la création par ce dernier, à Bordeaux, d’un Observatoire de l’égalité, hélas, le confirme. Cet observatoire, énième « comité Théodule », composé d’universitaires en sciences sociales et politiques, en droit, et d’acteurs associatifs, se donne pour mission de réaliser un diagnostic sur le territoire de Bordeaux, afin d’établir « un plan local de lutte contre les discriminations ». C’est comme les ABCD de l’égalité, mais pour adultes : du Alain Belkacem, quoi !

Si Alain Juppé se prépare ainsi à remporter les primaires de l’UMP, il vise indubitablement la présidentielle. Et que reste-t-il à ce parti – aussi européiste et mondialiste que le PS, alors que 80 % des décisions en France sont dictées par Bruxelles et Washington – comme programme politique ? De politique, aucun. De sociétal, presque plus rien, l’UMP ayant d’ores et déjà annoncé qu’il n’était pas question de revenir sur le mariage homosexuel, qui ne ferait que diviser à nouveau les Français, disait Juppé. Quant à la PMA, on sait ce qu’il en est : la Chancellerie a accordé l’adoption de 281 enfants nés de cette dernière. Et rien ne permet de penser que la GPA n’empruntera pas le même chemin. Les mœurs évoluent, dit le PS. Le maire bordelais aussi.

Lire la suite

Comment le FN part à l’assaut des universités

ENQUÊTE E1 - Le parti de Marine Le Pen veut creuser son sillon dans le milieu étudiant. Où il est plutôt bien reçu.

L’INFO. Structurer son mouvement est devenu une obsession chez Marine Le Pen. Après les retraités, les jeunes actifs ou les enseignants, le Front national a décidé d’orienter ses efforts vers les étudiants. Aux dernières élections européennes, plus du tiers des moins de 35 ans ont glissé un bulletin FN dans l’urne, et le parti d’extrême-droite entend bien surfer sur cette (jeune) vague. Un collectif baptisé "Marianne" a été lancé en ce sens il y a six mois. Europe 1 a enquêté sur cette structure associative.

Surtout ne pas parler du FN. Un constat, d’abord. Pas question de mettre en avant une quelconque proximité avec le Front national. Dans le texte fondateur, disponible sur le site Internet de "Marianne", nulle mention de Marine Le Pen, du Rassemblement Bleu Marine (RBM) et encore moins du FN. Et sur le tract distribué aux étudiants, il faut bien chercher pour trouver trace d’un (petit) logo RBM, en bas à droite. "Les étudiants n’en ont plus besoin, ils savent très bien ce qu’est Marianne", assure à Europe 1 Gaëtan Dussausaye, récemment élu président du Front national jeunesse (FNJ), mais aussi membre fondateur du Collectif Marianne.

Joint par Europe 1, David Masson-Weyl, président du Collectif, s’amuse de la remarque, puis la repousse d’un revers de la main :"Nous sommes fiers de l’étiquette RBM, on ne la cache pas ! Aujourd’hui, c’est plus un avantage qu’un désavantage." Et ce tract minimaliste, alors ? "On va peut-être revoir son design, oui…"

"40% des adhérents seulement sont encartés au FN ou au RBM". Sur le terrain, le discours est maîtrisé. Et "l’accueil est bon. Les étudiants sont ouverts à la discussion, il n’y a aucune agressivité", assure le président de Marianne, qui a déjà donné de sa personne devant l’université de Saint-Quentin-en-Yvelines, en début de semaine. Quand un étudiant lui pose la question de l’affiliation politique du collectif, David Masson-Weyl avance le nom du "RBM, pas du Front national, hein". Surtout ne pas effrayer.

Dès lors, rien d’étonnant qu’il ne soit pas nécessaire d’être adhérent au Front national pour s’engager dans le collectif Marianne, qui compte aujourd’hui 250 membres. "Il y a 40% des adhérents seulement qui sont encartés au FN ou au RBM", assure Florian Philippot, vice-président du FN et "parrain" du collectif, contacté par Europe 1. "Il n’y a pas de volonté de camoufler leur appartenance. Sinon ils n’inviteraient pas Marine Le Pen à chaque lancement d’une nouvelle antenne !", renchérit la tête pensante de la présidente du FN.

L’argent ? Pas d’accord ! Une affiliation (officiellement) assumée, donc, mais aussi nécessaire. Car c’est bien le RBM qui finance "Marianne". "On leur a juste loué une salle pour leur lancement. Mais, à terme, ils ont vocation à s’autofinancer avec leurs cotisations", d’un montant de 10 euros, minimise Florian Philippot.Le son de cloche est quelque peu différent chezDavid Masson-Weyl : "on a un budget pour notre site internet, nos tracts, l’achat de livres, louer une salle pour une conférence de presse… On va aussi confectionner une bannière pour notre stand au prochain congrès du FN. Non, le RBM ne nous a pas fixé d’objectif d’autofinancement."

"L’ambition, c’est d’être présent partout". "Ni de gauche, ni de droite, ni d’extrême droite", voilà ce que clament les militants devant les Facs. Et histoire d’attirer un maximum de curieux, les thèmes abordés sont fédérateurs : mettre davantage de service public dans l’université ou octroyer les bourses au mérite. Difficile de s’y opposer. Pas un mot sur l’immigration. "C’est normal, ils sont là pour parler des thèmes qui touchent les étudiants au quotidien, pas pour évoquer le programme du FN", assure Florian Philippot. "On est là pour faire connaitre une autre facette du FN", abonde David Masson-Weyl. Une stratégie qui permet au collectif de voir plus grand : "la structure est en place à Strasbourg et on va lancer courant novembre plusieurs sections départementales à Lille, Nice, Aix-Marseille, Orléans, Bordeaux, Amiens, Lyon et Toulouse", énumère le président, pas peu fier. Et ce n’est pas fini. "L’ambition, c’est d’être présent partout", s’enflamme l’eurodéputé. David Masson-Weyl rit.

Le FN accepté sur les bancs de la fac. Si le FN est si ambitieux, c’est que l’université,longtemps assimilé à "un repère de gauchistes", ouvre désormais ses portes aux idées frontistes. "Les étudiants sont décomplexés, certains défendent des positions virulentes. Cela n’existait pas il y a encore quelques années", décrypte dans Le Monde Patrick Vassort, professeur de sociologie à la fac de Caen. "Oui, le parti a changé, notamment en termes d’image, et on le sent au quotidien", plussoie David Masson-Weyl.

Gaëtan Dussausaye, patron du FNJ, était candidat aux municipales dans le 11e arrondissement de Paris, en mars dernier. Il s’attendait à des railleries à son retour dans son amphi de philo. "J’appréhendais un peu. Je m’attendais au moins à des quolibets, si ce n’est des insultes. Et finalement non, rien, pas même une vanne…" Un phénomène nouveau qui n’est pas pour déplaire aux dirigeants du FN, qui voient là un nouvel électorat potentiel.

Un futur vivier de cadres pour le FN. Sur l’objectif du collectif, des divergences, minimes, existent. Pour David Masson-Weyl, l’ambition est de recruter les futurs cadres du Front national, qui en manque cruellement : "nous sommes en recherche de gens compétents qui puissent assurer des fonctions administratives et politiques. Et c’est vrai que des étudiants diplômés qui voudraient participer de cette professionnalisation sont les bienvenue au RBM." Gaëtan Dussausaye est sur la même ligne. Florian Philippot un peu moins : "recruter des cadres n’est pas la priorité, mais si quelqu’un sort du lot, on ne se privera pas ! L’idée est surtout de créer des relais sur le terrain dans de nouveaux secteurs".

"L’idée", c’est aussi d’en glaner, des idées. Le président du FNJ estime ainsi qu’il y a "énormément de talents dans notre jeunesse, avec plein de bonnes choses à prendre. On est plus rêveur, plus naïf. On a plus de culot aussi." Florian Philippot espère quant à lui "des réflexions qui viendront alimenter notre programme présidentiel en 2017. Des conventions devraient d’ailleurs être organisées."

De futurs collectifs en gestation. Ce fonctionnement segmenté, le FN veut le développer. Le vice-président du parti annonce ainsi à Europe 1 que d’autres collectifs devraient voir le jour courant 2015, "notamment dans le domaine de la santé, sur la dépendance ou le secteur hospitalier. Une autre structure consacrée à l’écologie va également voir le jour." Un collectif pour les lycéens, intitulé "Racine lycéen" vient d'être lancé, tout comme "Audace", destinée aux jeunes actifs âgés entre 25 et 35 ans. Marine Le Pen n’a pas fini de tisser sa toile.

Benjamin Bonneau

http://www.voxnr.com/cc/tribune_libre/EuEFZFZAEkcnSWRmgq....

Ce que nous enseigne la chute de l'Empire romain

Dans son dernier ouvrage, Les derniers jours (Les Belles lettres), Michel de Jaeghere s'oppose à la thèse, en vogue depuis une quarantaine d'années, selon laquelle la chute de l'empire d'Occident n'aurait pas été une catastrophe mais

"une transformation et une mutation fécondes [entre Romains et Barbares], quasi indolores et presque pacifiques, qui auraient heureusement accouché de la civilisation de l'Europe médiévale."

Le directeur du Figaro Histoire et du Figaro Hors Série s'explique dans les colonnes de FigaroVox. Extraits :

"Cette approche a cependant fini par déboucher sur l'occultation des séquences violentes, des guerres, des pillages, qui ont ponctué, malgré tout, ce passage de témoin. Polarisée sur les indiscutables éléments de continuité qu'en dépit de la rupture peut repérer l'historien, la nouvelle vulgate en vient souvent à nier que l'effacement des structures politiques de l'Empire romain d'Occident se soit traduit, comme l'a montré avec brio l'historien et archéologue Bryan Ward Perkins, par un recul saisissant des conditions de la vie matérielle, une disparition des beaux-arts, de la culture littéraire, et, finalement, de la paix, du bien-être. Elle tend, par là, à devenir le support d'un discours idéologique affranchi de l'observation des faits, qui paraît animé par la volonté de proclamer l'équivalence des cultures et les bienfaits qu'apporteraient nécessairement les Barbares en donnant aux prétendus «civilisés» l'occasion d'un fructueux métissage. (...) Pour rendre compte de «l'ampleur de la catastrophe», il fallait en revenir aux faits."

De ces faits, qu'il décrit longuement au FigaroVox, Michel de Jaegere tire deux leçons :

"La première est sans doute qu'il est illusoire de prétendre faire subsister une zone de civilisation entourée d'une périphérie livrée à l'anarchie et à la misère. Parce que la prospérité attirera toujours irrésistiblement vers elle les populations qui en ont connaissance. La civilisation a donc vocation à s'étendre jusqu'à trouver devant elle une civilisation concurrente, avec laquelle tenter de nouer un dialogue, établir les bases d'un concert des nations. Il est significatif que pour Rome, le coup de grâce vint des Barbares, non des Perses qui constituaient depuis des siècles la superpuissance rivale. Son erreur fut de se résigner à l'arrêt des conquêtes dans le Barbaricum, la grande forêt germanique. Les Romains estimèrent que le profit à tirer de la colonisation de l'Europe orientale ne valait pas le coût et l'effort surhumain qu'auraient représenté sa conquête et sa romanisation. Ils furent victimes de ce calcul à courte vue, qui rappelle le cartiérisme contemporain. La chute de l'Empire romain ne fut pas le produit d'un choc de civilisations (les Germains n'avaient guère qu'une culture rudimentaire - on ne peut, à mon sens parler de civilisation pour un monde qui ignore la cité, lieu de l'échange, du tri et de la hiérarchisation - et leurs élites étaient elles-mêmes en voie de romanisation). Elle fut la conséquence et la solution violente d'une différence de niveau de développement. Le problème est qu'elle se traduisit par un effondrement du niveau de vie tant pour les populations autochtones que pour les immigrants, et même pour les Barbares restés en Germanie, qui cessèrent de profiter des échanges dont ils avaient bénéficié de la part du monde romain.

La seconde est que les grands empires multinationaux ne valent rien dans la défense. Ils excellent à s'étendre, tant qu'ils sont portés par le caractère irrésistible que leur puissance semble donner à leur domination, enrichis par les ressources que leur procurent leurs annexions. Mais ils sont incapables de susciter dans leur population le dévouement que l'attachement sentimental à une patrie charnelle peut seul inspirer à des citoyens. Leurs habitants peuvent leur être attachés tant qu'ils procurent la prospérité et la paix, le bien-être. Mais ils n'accepteront que rarement de remettre en question le confort qu'ils leur apportent en sacrifiant leur vie pour leur défense. Ces empires sont donc condamnés à la conquête perpétuelle, ou au dépérissement. Les sentinelles du Désert des Tartares savent qu'il ne leur appartient que de gagner du temps, dans l'attente d'un inéluctable écroulement."

Louise Tudy

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Wattrelos : l’ancienne école catholique va devenir un lieu de culte musulman

Depuis le 24 septembre, l’école Saint-Louis a changé de mains.
Propriété depuis 1980 de l’Association immobilière roubaisienne (qui gère le patrimoine de l’enseignement catholique), elle appartient désormais à l’Association cultuelle wattrelosienne, qui fédère depuis huit ans les musulmans de la cité des Berlouffes. Montant de la transaction : 240 000euros.

A part ça, il n’y a pas de « grand remplacement », d’après la caste politico-médiatique.

Source Nordeclair via FDS

http://www.contre-info.com/

20:59 Écrit par pat | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook |

Long entretien video avec Laurent Glauzy

Laurent Glauzy (qui contribue régulièrement à Contre-info) était longuement interviewé sur la chaîne dissidente Metatv (vidéos ci-dessous).
On peut acquérir ses livres ici.
Il dédicacera ses ouvrages et rencontrera les lecteurs samedi prochain à Paris :

Lire la suite

http://www.contre-info.com/

Lesprit Camelot du Roi Le royalisme de combat

La république a menti

Les élites du monde, le néo-marxisme et l’idéologie sexualiste

 

 

Alexey Komov, Directeur des affaires internationales de la Fondation Saint Basile le Grand , Représentant russe du congrès mondial des familles (WCF), Ambassadeur du WCF auprès de l’ONU, Président de FamilyPolicy.ru, a prononcé une conférence lors d'une table ronde organisée par la Fédération des Associations Familiales Catholiques (AFC) à Paris, lundi 13 octobre. La voici :

"Avant de commencer à travailler sur des projets à l’international, j’étais dans le management et le conseil en immobilier. Durant plusieurs années j’ai ensuite travaillé au Département des relations ecclésiastiques extérieures de l’Eglise orthodoxe russe, en tant que responsable des relations avec les institutions de la société civile à l’étranger, m’exprimant entre autres lors de différentes conférences internationales. Aujourd’hui dans ce domaine, je continue à coordonner les activités internationales de la Commission patriarcale pour la Famille, la protection de la maternité et de l’enfance sous la direction de mon père spirituel, l’archiprêtre Dimitri Smirnov, chef de ce ministère de l’Eglise (au même titre que Mgr Paglia l’est au Vatican).

Le père Dimitri Smirnov a été le premier à lever la voix contre l’avortement et pour la défense des valeurs de la famille en Russie, et ce, même à l’époque de l’Union Soviétique, il y a de cela 25 ans.Il est en quelque sorte le parrain du mouvement pro-vie et pro-famille russe, et l’un des prédicateurs les plus populaires de l’Eglise orthodoxe russe. Il y a quatre ans il m’a béni d’avoir établi des contacts avec le reste des chrétiens de l’ouest,résistant aujourd’hui aux idéologies athées néo-libérales du Genre et aux droits des LGBT. Depuis lors,de nombreux contacts ont été développés au sein de 80 payset, du 10 au 12 septembre dernier, se tenait ainsi à Moscou, un grand forum international sur le thème « Famille nombreuse et avenir de l’humanité », au cœur même du Kremlin et à la principale cathédrale de Russie, la cathédrale Saint Sauveur. Construite grâce aux dons du peuple pour commémorer la victoire sur Napoléon, puis détruite par les communistes athées dans les années 1930, elle vit se construire sur ses ruines une immense piscine extérieure, le Seigneur n’ayant pas permis que se finalise le projet communiste de créer sur ces lieux un gigantesque palais de congrès communiste sur le haut duquel devait trôner une statue géante de Lénine. De 1994 à 1997, la cathédrale du Christ sauveur a été reconstruite sous une forme encore meilleure que l’originale.Cette cathédrale est un véritable symbole de la renaissance spirituelle de la Russie, au cours de ces 20 dernières années : lorsqu’ont été ouverts plus de 30 000 églises et 800 monastères, des millions de jeunes gens vinrent à l’église. C’est un miracle évident après 70 années d’athéisme  militant de l’Union Soviétique, et des millions de nouveaux martyrs  et c’est en réalité pour les chrétiens occidentaux modernes. Il prouve que cette renaissance miraculeuse du christianisme est également possible pour l'Occident, qui connaît aujourd'hui une lourde vague de propagande anti-chrétienne et d’apostasie.

Nous voyons aujourd’hui ces initiatives d’imposer sur toute société les idéologies radicales et révolutionnaires, en particulier la théorie du genre qui dit que le sexe d’une personne n’est pas donnée par Dieu, mais est plutôt une sorte de construction sociale. Selon différentes versions il y a cinq, ou même plus, genres différents (LGBTQI) que toute personne a le droit de choisir librement. C’est une attaque contre l’être humain lui-même, contre les fondements mêmes de la nature humaine. Toutes ces théories artificielles ne sont par prouvées par la véritable science et ne sont que les manipulations idéologiques des faits. Mais cela ne dérange personne et nous constatons que les élites internationales répandent ces idées étranges par les  Nations Unies, l’UNICEF et d’autres organisations internationales.

Pourquoi tout cela ? je pense que dans le passé beaucoup d’énergie a été consacrée au combat de la « guerre froide » entre pays capitalistes et pays socialistes. Il y a 20 ans le monde s’est uni idéologiquement et les élites mondiales ont commencé la diffusion de leur agenda à travers le monde. Nous pouvons voir leur opiniâtreté à imposer les idées révolutionnaires dont beaucoup ont clairement des racines néo-marxistes.Et cela s’est en grande partie produit en raison des activités de l’école de la pensée dite « de Francfort », très active dans les années 1920-1940. Les théoriciens de cette école -Marcuse, Adorno, Horkheimer, Fromm, etc- ont fusionné les idées de Karl Marx et de Sigmund Freud, donnant naissance au concept de la révolution sexuelle des années 1960, aux drogues, psychédéliques et autres « révolutions « et « émancipations ».

De là, provient aussi l’idéologie du mouvement radical « vert », le mouvement des droits des animaux (au détriment des droits des peuples), pour la forte incidence des avortements et –plus récemment- pour l’idéologie du genre et pour la révolution homosexuelle, qui développe toujours plus les idées du féminisme radical et tant d’autres. Leurs racines remontent au néo-marxisme, à ce désir de transformer la société de façon révolutionnaire.

De là, cette idéologie alimentée par un puissant mouvement mondial pour la réduction de la population (néo-malthusianisme), pour contrôler le marché de la nourriture (plantes génétiquement modifiées ne pouvant se reproduire d’une année à l’autre, et des géants tels que « Monsanto » ayant le contrôle).

Lire la suite "Les élites du monde, le néo-marxisme et l’idéologie sexualiste"

Michel Janva

 

 

Chronique d'une république destructrice

Singulier Maulnier ! par Bastien VALORGUES

Notre rédacteur en chef adulé, Georges Feltin-Tracol, est décidément très prolifique ces derniers temps. Plus de trois semaines après la sortie aux éditions Les Bouquins de Synthèse nationale, d’un essai très remarqué, En liberté surveillée, le voici qui récidive en publiant aux éditions Auda Isarn Thierry Maulnier. Un itinéraire singulier.

Dense et concis, cet ouvrage évite le superflu. Il raconte le parcours de l’académicien, dramaturge, journaliste, moraliste et homme d’idées Thierry Maulnier. La concision est voulue. Il importe de donner à découvrir au jeune public, victime des programmes de « délecture » de la « rééducation non-nationale », de grandes figures intellectuelles. Il On compte même un cahier photographique.

Depuis sa disparition en 1988, Thierry Maulnier se trouve au purgatoire des idées. Guère réédités, ses ouvrages sont maintenant difficiles à dénicher hors des bouquinistes. Grand connaisseur de l’histoire des idées politiques contemporaines, Georges Feltin-Tracol n’évoque que brièvement l’œuvre théâtrale de ce membre de l’Académie française élu en 1964. Le préfacier Philippe d’Hugues le regrette. Le livre aborde surtout des thèmes occultés ou ignorés par le journaliste Étienne de Montety, dont le premier titre fut en 1994 un Thierry Maulnier récemment réédité.

Né en 1909, Thierry Maulnier est le pseudonyme de Jacques Talagrand. Issu d’une famille de professeurs, piliers de la IIIe République, il reçoit paradoxalement une instruction d’autodidacte de la part d’un père méfiant envers le système scolaire. Le jeune Jacques ne découvre donc le lycée qu’à seize ans à Nice. Il y fait preuve d’une incroyable nonchalance, qui frôle la plus grande paresse, et d’une érudition stupéfiante. Séjournant très vite chez ses grands-parents maternels en région parisienne, le lycéen à la haute taille acquiert une réputation assumée de dilettante. Bachelier, il se plie néanmoins à l’injonction conjointe de ses parents divorcés et s’inscrit en classe préparatoire : il doit intégrer l’École nationale supérieure et décrocher une agrégation, passage obligé pour une carrière d’enseignant prometteuse.

Là, il y côtoie des condisciples appelés Maurice Bardèche ou Robert Brasillach, et s’y fait des amitiés durables. Espiègle et facétieux, le futur Maulnier s’enthousiasme pour le théâtre, la vie nocturne parisienne et la bibliothèque de la rue d’Ulm. Lecteur de la presse militante royaliste, il se lie à l’Action française et s’approche de Charles Maurras. Il commence bientôt à rédiger dans cette presse. Afin d’éviter les foudres administratives et parentales, Jacques Talagrand collabore à des périodiques engagés et adopte un pseudonyme.

Lecteur avide et grand adepte de l’effort physique sportif, Thierry Maulnier apparaît dans les années 1930 comme l’un des principaux meneurs de la Jeune Droite, cette tendance post-maurrassienne des non-conformistes de la décennie 30. Sans jamais rompre avec Maurras, Maulnier s’en émancipe et développe ses propres réflexions politiques et intellectuelles, quitte à encourir parfois les vives critiques du « Vieux Maître ». Il s’implique dans des revues plus ou moins éphémères (Rempart, La Revue du XXe siècle, Combat, L’Insurgé). Cet activisme éditorial, amplifié par la parution d’ouvrages majeurs tels que La Crise est dans l’homme (1932),  Mythes socialistes (1936) ou Au-delà du nationalisme (1937), se complète par un engagement furtif dans l’Action française et dans quelques ligues. Parallèlement, il collabore au Courrier royal du comte de Paris et commence une œuvre philosophique, littéraire et poétique avec Nietzsche (1933) et Racine (1935).

Thierry Maulnier. Un itinéraire singulier s’attarde sur sa vie privée. Avant d’épouser l’actrice Marcelle Tassencourt en 1944, il éprouve dans la seconde moitié des années 30 une puissante passion avec Dominique Aury alias Anne Desclos, future Pauline Réage de la fameuse Histoire d’O (1954). Jacques Talagrand paraît tirailler entre ces deux femmes quand bien sûr leurs liaisons sont consécutives. Dominique Aury et Marcelle Tassencourt forment une polarité féminine stimulante pour Thierry Maulnier. En effet, Dominique Aury attise les feux de la radicalité : tous deux se passionnent pour la poésie, la polémique et le roman. Vers 1939, Thierry Maulnier commence un roman qui restera inachevé. Marcelle Tassencourt recherche pour son futur époux la renommée : ils aiment le théâtre, en dirigent un à Versailles et s’éloignent des controverses. Même après sa rupture avec Dominique Aury, Thierry Maulnier balancera toujours entre le repli théâtral et l’investissement politique.

Ses tergiversations sont paroxystiques au cours de la Seconde Guerre mondiale. Réfugié dès 1940 à Lyon, Thierry Maulnier écrit dans L’Action française et, sous la signature de Jacques Darcy pour Le Figaro, des contributions militaires attentivement lues par les occupants, Londres, les résistants et les responsables de Vichy. S’il approuve l’orientation générale de la Révolution nationale, il conserve néanmoins des contacts avec certains résistants et se ménage plusieurs sorties. Cet attentisme ainsi que ce double (voire triple ou quadruple) jeu sont dénoncés par ses anciens amis de Je suis partout. Cette réserve lui permet à la Libération d’échapper aux affres de l’Épuration ! Mieux, de nouveau dans Le Figaro refondé, il prend la défense publique des « réprouvés » parmi lesquels Maurice Bardèche et Lucien Rebatet.

Certes, l’après-guerre le détache de l’action (méta)politique. Il se lance dans la mise en scène de pièces classiques ou de ses propres pièces. Thierry Maulnier tient l’éditorial au Figaro, accepte de nombreuses préfaces et peut s’engager plus politiquement.

Georges Feltin-Tracol s’appesantit sur la participation de Thierry Maulnier à l’Institut d’études occidentales cofondée avec Dominique Venner au lendemain de Mai 1968. Si l’I.E.O. s’arrête trois ans plus tard avec de maigres résultats, il ne s’en formalise pas et soutient bientôt bientôt la « Nouvelle Droite ». Il assistera au XIIe colloque du G.R.E.C.E. en 1977 et acceptera de siéger dans le comité de patronage de Nouvelle École. Conservateur euro-occidental favorable à l’Europe libre et fédérale, il fustige le communisme, le gauchisme culturel et la menace soviétique sans se faire d’illusions sur la protection américaine, ni sur une véritable révolution des rapports sociaux au sein des entreprises en promouvant une véritable cogestion des travailleurs dans leurs entreprises.

Le soir de sa vie le fait moraliste avec sa tétralogie, Les Vaches sacrées. Dommage que l’auteur ne s’y arrête pas assez ! Mais c’est peut-être une partie remise grâce à un travail à venir d’une biographie intellectuelle complète. Beaucoup de ses détracteurs se sont gaussés d’un trajet qui, commencé aux confins du maurrassisme et du non-conformisme, s’acheva au Figaro et à l’Académie française. Et pourtant, on se surprend d’y relever plus de cohérence dans cette vie qu’on ne le croît. Georges Feltin-Tracol le démontre avec brio !

Bastien Valorgues

• Georges Feltin-Tracol, Thierry Maulnier. Un itinéraire singulier, préface de Philippe d’Hugues, Auda Isarn, 112 p., 18 €, à commander à Auda Isarn, B.P. 90825, 31008 Toulouse C.E.D.E.X. 6, chèque à l’ordre de Auda Isarn, port gratuit 

http://www.europemaxima.com/

18:36 Écrit par pat | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook |

Philippe Ploncard d'Assac : Actualité politique XIII (avec Florian Rouanet)

tous les mêmes

18:18 Écrit par pat | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook |

Applaudissons le courage de David van Hemelryck (« Hollande démission ») !

David van Hemelryck, comme il fallait s’y attendre, se voit à nouveau poursuivi par la justice. Rappelons que ce jeune homme, depuis deux ans, a longé en avion les côtes de France avec un calicot sur lequel est inscrit « Hollande démission ». Mais ce n’est pas tout. Par exemple le 11 novembre de l’année dernière il avait sifflé Hollande quand il descendait les Champs Elysées. Crime majeur de lèse-présidence. De même le 30 novembre suivant, il avait déployé une banderole au Trocadéro. Il était écrit dessus « Hollande démission ». David se voit dans les deux cas déféré devant le tribunal pour manifestation illégale. Le procureur demande deux mois de prison avec sursis et 3000 euros d’amende. Bien sûr s’il s’était agi d’une banderole de la CGT ou de Greenpeace, il aurait été félicité.

hollande-démission-Banderole

Dans l’affaire du 11 novembre avant d’avoir proféré le moindre slogan, David a été arrêté par la DGSE (Direction générale de la police extérieure) qui n’avait rien d’autre à faire que de le pister. Pendant ce temps des jeunes filaient au jihad. Le 30 novembre, les motifs de son arrestation ne sont pas vraiment clairs : la seule raison qui semble avoir déclenché cet acharnement serait la lecture du texte inscrit sur la banderole « Hollande démission ».

Lire la suite

Ce souci qui s'efface

Les Français n'ont pas confiance, en rien ; et surtout pas dans leurs gouvernements. Quant aux élites, elles n'ont pas confiance dans les Français mais sont très confiantes quant au reste : Constitution, République, Europe, OTAN, autant de matelas protecteurs.

François Hollande a interprété avec beaucoup d'humour le vote de confiance accordé à Valls par l'Assemblée nationale, le 16 septembre. Il a assuré y avoir vu cette épreuve décisive qu'il appelait de ses vœux... en 2006. « Je préconise un exercice de vérification démocratique au milieu de la législature. [... ] Si d'aventure, à l'occasion de cette vérification, une crise profonde se produisait, ou des élections législatives intervenaient, contredisant l'élection présidentielle, nous en tirerions toutes les conséquences en quittant la présidence. » (Devoirs de vérité, éd. Stock, 2006, en collaboration avec Edwy Plenel) Cette « vérification », formule brumeuse, consiste donc, pour un président qui n'a tenu aucune de ses promesses qui est désavoué par son camp et vomi par les Français, à demander à des députés, effrayés à l'idée de perdre leur place, de voter pour un gouvernement qui vient d'être nommé et n'a pas pu faire ses preuves. On voit qu'il s'agit d'une véritable ordalie.

Souveraineté de papier

Les journalistes qui ont entendu cette interprétation n'ont d'ailleurs pas bronché. Car il est devenu évident que le peuple ne détient aucune souveraineté, qu'il ne délègue plus rien, que la responsabilité n'est plus une norme, que la légitimité n'est plus un souci. Les inquiétudes qu'on prête à François Hollande sur son mandat, les graves interrogations des politologues prédisant dissolution ou démission, les indignations courroucées des membres de l'opposition officielle ou effective, tout cela n'est que bavardage.

La constitution de la Ve République, et surtout sa pratique post-gaullienne, permet de ne pas se préoccuper du peuple et permet de gouverner sans la chambre (décrets, article 49-3, etc.). L'appartenance à l'Europe permet de ne consulter ni le peuple ni les assemblées - surtout après l'obligation de transcrire les directives directement dans notre corpus législatif. La dose de démocratie participative instillée récemment a montré, en France comme en Europe, son inutilité : la question au CESE a été déclarée irrecevable avant le vote de la loi Taubira, l'initiative « un de nous » a fait l'objet d'un veto de la part de la Commission.

Des interrogations floues

Il est donc acquis que les vraies questions ne sont pas : « L'Assemblée nationale va être dissoute ? Manuel Valls va-t-il réussir à gouverner ? François Hollande ira-t-il à la fin de son mandat ? » Oui, le pays légal continuera à transformer le pays réel en sa caricature, en dépit du bon sens, au mépris du bien commun, non pas pour détruire mais pour le conformer au nouvel ordre mondial qui exige des consommateurs dociles d'un pôle à l'autre.

Et les vraies questions ne sont pas non plus « L'Europe nous laissera-t-elle faire filer les déficits ? » ou tout autre grave interrogation sur notre destin européen : la France est nécessaire à l'Europe légale, la France est nécessaire à l'OTAN - c'est-à-dire aux Etats-Unis, la France est nécessaire à la bonne marche des affaires. Car la France ne vote pas, au parlement européen comme dans les autres institutions internationales, pour la limitation des fonds vautour - elle vote pour la finance internationale. Car la France ne vote pas pour le respect de l'identité des peuples - elle vote pour l'indifférenciation et contre les nations. Car la France vote toujours et partout pour l'avènement du citoyen mondial standardisé et asexué, et le vieil et nouvel ordre mondial a besoin de la

voix de la France, conseil de sécurité de l'ONU, G5, G8 et G20, pour asseoir sa domination et contrer les pays non alignés.

Sans intérêt commun...

Les vraies questions, la vraie question serait plutôt: pour combien de temps encore garderons-nous l'apparence de la liberté ? Car enfin, les Français ne sont respectés ni dans leurs opinions, ni dans leurs expressions, ni dans leurs votes. Les élites théorisent même à longueur de colonnes et en arpentant les couloirs des ministères, la nécessité, toujours renouvelée, de ne pas laisser le peuple à lui-même et de le guider malgré lui sur la voie du Bien, du Bon et du Beau. On appelle à une VIe République, qui permettrait à la caste politique de confisquer définitivement le pouvoir. On propose de museler la liberté d'expression, pour lutter contre le « terrorisme » qu'on attise. On conteste à tous le droit de contester la Loi, plus que jamais positive, définitive, avec un nappage de moralisme grotesque pour prouver sa force. Tout se modifie sans débat, tout se décrète, tout s'impose sans même qu'il soit besoin de justifier.

Le souci du bien commun français s'est effacé, Valls ne le prend pas en compte, ni Hollande, ni Sarkozy avant eux, ni Juppé demain. Lesouci de la souveraineté de la France s'est effacé. Le souci de la civilisation française s'est effacé. Ne nous laissons pas leurrer par les faussesinquiétudes d'un gouvernement qui tient sesfrondeurs en laisse, le peuple en mépris, lesFrançais en horreur. Le souci de la confiances'est lui aussi effacé.

Hubert Champrun monde & vie 1 octobre 2014 

Pour Tolkien, se plonger dans la faërie

Pour Tolkien, se plonger dans la faërie nous projette dans un monde d’une réalité plus vive qui, libéré de sa dépendance servile à l’égard de l’éphémère et de l’insignifiance du monde « réel »

 Qu’un groupe d’universitaires puisse se réunir et parler sérieusement de dragons peut apparaître comme un nouvel exemple de leur incapacité à concevoir le réel ! Mais ce n’est pas du tout la manière dont Tolkien conçoit les choses. Dans son essai Du conte de fées (p. 39), il s’emploie à les défendre contre la fausse conception que s’en fait le monde actuel. L’homme moderne ne veut y voir que d’absurdes petites créatures, faites uniquement pour amuser les enfants. Il tente de leur rendre, ainsi qu’au monde de la faërie, tout le pouvoir que leur donnait le monde moyenâgeux. A la fin de l’essai, Tolkien répond directement à l’accusation faite au roman médiéval de constituer une fuite, en posant la question suivante : « Quelles sont, s’il y en a, les valeurs et les fonctions des contes de fées aujourd’hui ? » Il affirme que les produits de la technologie moderne ne sont pas plus « réels » que les royaumes imaginaires : « L’idée que les automobiles sont plus ‘vivantes’ que, mettons les centaures ou les dragons, est curieuse ; qu’elles soient plus ‘réelles’ que, disons, les chevaux est pathétiquement absurde. Qu’une cheminée d’usine est donc réelle, qu’elle est étonnamment vivante en comparaison d’un orme, cette pauvre chose désuète, ce rêve immatériel d’un maniaque de l’évasion ! » (Du conte de fées). 

     Pour lui, se plonger dans la faërie nous projette dans un monde d’une réalité plus vive qui, libéré de sa dépendance servile à l’égard de l’éphémère et de l’insignifiance du monde « réel », redonne à notre environnement platement familier son véritable éclat, un monde qui détient les vérités essentielles. C’est précisément parce que le monde moderne est si déplorable et que les canons du réalisme sont si restrictifs que nous avons désespérément besoin d’une vision romanesque pour nous restituer notre sens du permanent et du fondamental. 

     C’est avec ces étranges conceptions que le professeur Tolkien va élaborer, tout au long de sa vie, sa propre mythologie : Le Silmarillion, et pendant seize ans, la surprenante épopée du Seigneur des Anneaux. 

François-Marin Fleutot, Les mythes du Seigneur des Anneaux

http://www.oragesdacier.info/

Pour le rabbin Alain Michel, historien, « l’historiographie de la Shoah est figée en France »

Historien français et rabbin vivant en Israël, Alain Michel est l’auteur de Vichy et la Shoah, enquête sur le paradoxe français, dont les idées sont largement reprises par Eric Zemmour. Il plaide pour que s’ouvre un « débat historique » sur la question, jugeant que le l’historiographie de la Shoah est figée en France.

Eric Zemmour reprend vos idées au service d’un ouvrage très politique et idéologique – Le suicide français. N’est-ce pas gênant pour l’historien que vous êtes?

(…) Je n’aurais pas fait la présentation de cette manière-là, concernant le chapitre sur la France de Vichy. Zemmour parle comme le polémiste qu’il est. Mais il respecte globalement l’approche qui est faite dans mon livre. Je n’ai pas à censurer quelqu’un en raison de ses idées tant que cela reste globalement dans le consensus démocratique.

Peut-on dire, comme Eric Zemmour, que « Pétain a sauvé 95% des juifs français »?

Non, ce n’est pas Pétain mais le gouvernement de Vichy.(…) L’expression de Zemmour est maladroite. Il aurait fallu dire « entre 90 et 92% », et contrairement à ce qu’affirme Serge Klarsfeld, je ne pense pas que l’on puisse attribuer ces chiffres à la seule action des « Justes parmi les nations », mais principalement à la politique appliquée par le gouvernement de Vichy, qui a freiné l’application de la solution finale en France.

Existe-t-il une doxa paxtonienne (du nom de Robert Paxton, historien américain dont les recherches sur la France de Vichy font référence), comme le répète Eric Zemmour?
Oui, je pense qu’il a tout à fait raison de ce point de vue-là, malheureusement. Depuis le début des années 1980, il est très difficile d’exprimer des idées sur le plan historique qui vont à contre-sens de la pensée de Paxton. Certains chercheurs ont arrêté de travailler sur le sujet, car le poids de cette doxa les empêchait de travailler librement. C’est un problème sur le plan de la recherche historique. On peut être en désaccord sur ce que j’écris dans mon livre – considérer que la vérité est plus du côté de Paxton ou Klarsfeld – mais le débat historique doit être libre. Il ne l’est pas aujourd’hui en France.

(…) Que répondez-vous à Robert Paxton, qui affirme que vous n’êtes pas un historien sérieux?

Un historien sérieux n’est pas là pour distribuer les bonnes et mauvaises notes aux autres chercheurs. Il doit amener des faits. Dans son interview à Rue 89, il y a une série d’erreurs stupéfiantes, notamment sur les dates des déportations en France, où sur la durée de l’occupation en France et en Italie… Le gouvernement de Vichy avait bien sûr beaucoup de torts, était antisémite, mais je pense qu’il faut rééquilibrer la question et cesser de faire un récit en noir et blanc, qui diabolise Vichy et innocente les Français.

Que voulez-vous dire?
Je pense que ce qui caractérise cette période, c’est avant tout l’indifférence totale des Français. Les gens n’avaient rien à faire du sort des juifs, cela ne les dérangeait pas trop, parce qu’il existait une ambiance antisémite en France et en Europe depuis les années 1930 environ.

Qu’implique un « réexamen du régime de Vichy », que vous appeliez de vos voeux dans votre livre?
Il y a encore des archives non utilisées, ni consultées. Il faut réfléchir à nouveau à ce qu’il s’est passé durant ces années, analyser l’action de Vichy avant de poser des condamnations absolues. Je déteste les dirigeants de Vichy et n’ait aucune sympathie pour ces gens-là, mais je suis historien et nous ne faisons pas un travail d’avocat à charge. Nous devons déterminer le cours des événements et ce qu’a été la vérité historique.

(…)

Vous estimez que l’historiographie de la Shoah est figée, que voulez-vous dire?

Certaines conceptions sont devenues des classiques, et on les enseigne dans les écoles et à l’université. Contrairement à l’Allemagne, Israël ou les Etats-Unis, où des débats existent sur la question de la Shoah, tout le monde parle d’une même voix en France. C’est devenu un problème affectif et idéologique. Il faut rendre cette question à l’histoire, car même si la mémoire est évidemment très importante, elle ne doit pas empêcher l’histoire d’avancer.

Pou lire l’article intégral : JDD

http://www.fdesouche.com/526367-alain-michel-historien-lh...

Le port de Calais en état de siège face aux migrants

Le « Far West ». Une situation « hors de contrôle ». Une « zone de non-droit ».
A Calais, le port et la ville sont « en état de siège », désespèrent autorités et riverains face à la dégradation de la situation, avec l’explosion du nombre de clandestins et l’intensification de leur détermination à rejoindre l’« eldorado » anglais.
Malgré le récent accord franco-britannique prévoyant une coopération des deux gouvernements pour mieux gérer la pression migratoire transmanche, une agressivité nouvelle et des pratiques jamais vues jusque-là se déploient sur le terrain, où se multiplient incidents et débordements.
Sont en cause notamment, ces phénomènes d’intrusion massive où 300 à 400 migrants prennent d’assaut le port ou la rocade autoroutière qui le dessert. Le mercredi généralement, comme le 17 septembre dernier, jour où le trafic de camions est le plus important, il se crée des ralentissements opportuns pour monter à leur bord.
Dès l’aube, des ombres encapuchonnées se détachent sur les talus qui ceinturent la rocade A16-A26 surplombant le port. Dans le soleil montant, elles s’allongent et se démultiplient jusqu’à laisser apparaître de vraies colonies d’hommes aux aguets, qui serpentent et s’éparpillent dans un faux désordre. Chaque poste est choisi. Au moindre signal, ils fondent sur l’asphalte, s’accrochent aux portes des poids lourds, se glissent sous les essieux, parfois même dans les cabines. « Incroyable ce qu’ils sont vifs et habiles!, s’étonne un CRS en poste sur la rocade. En moins de deux secondes ils ont embarqué.» Le chauffeur tchèque qui passe sur la route inférieure vient de s’arrêter pour les faire descendre de son chargement. A l’ouverture des portes, trois jeunots s’extirpent des palettes, sans heurts cette fois, tandis que deux autres en profitent pour se glisser dans la cabine. Philosophe, le chauffeur répond à leur sourire. « Sans rancune », semblent-ils se dire, comme après une défaite au jeu. À cet endroit, où sont concentrées les stations-service pour poids lourds, le manège est incessant. Un camion à la pompe, c’est un assaut d’une vingtaine de clandestins. Comme à chaque fois la police surgit, comme à chaque fois la volée d’étourneaux se disperse… avant de revenir.
A quelques pas de là, postés dans les herbes folles des dunes, ce sont deux migrants isolés qui tentent d’escalader la clôture barbelée du port. L’autre jour ils étaient 250 à la franchir, certains se sont même jetés à l’eau près des ferries.
Des scènes de panique pour les routiers mais aussi les familles et les touristes, malgré le renfort policier de 60 hommes 24 heures sur 24. Un millier d’interpellations ont lieu chaque semaine, confie le préfet du Pas-de-Calais, Denis Robin. Mais malgré les contrôles systématiques de camions au détecteur de CO2 et de battements cardiaques, «il en passe chaque semaine», dit un responsable de la brigade cynophile de la police aux frontières (PAF).
« Des filières structurées »
Les opérations de démantèlement des deux gros camps du centre-ville, fin mai et début juillet, n’ont fait que déplacer le problème. Les squats dans les biens privés et publics du centre-ville se sont multipliés, des tentes se sont plantées dans le sable du «cordon dunaire», près du port, et deux énormes camps se sont reconstitués en périphérie: la «jungle» qui compte plus de 500 migrants, dans l’usine en activité Huntsman Tioxide, au pied de la rocade, et le camp «Vandamme», un site de recyclage de métaux désaffecté où ils seraient 150, selon le préfet.
Ces réinstallations dans les deux gros camps sont « clairement l’œuvre des “no borders”, ces altermondialistes prônant la vie “sans frontières”», déplorent les autorités qui les estiment à une trentaine. Ils organisent la vie des camps jusque dans leurs loisirs. Comme, depuis peu, ces matchs de foot dans les stades de la ville qui ont déclenché les foudres du maire (UMP) de Calais, Natacha Bouchart.
Les passeurs, eux, sont ici des spectres. Des marionnettistes à distance qui officient par téléphone depuis l’Angleterre, avec « des relais locaux ici à Calais », et « un représentant par langue ».« Le migrant qui arrive seul, ça n’existe pas, dit Denis Robin, le préfet. Il vient toujours via des filières très structurées. » Des migrants qui ont déjà « payé beaucoup » pour arriver jusque-là, et qui pour traverser la Manche doivent encore régler en moyenne 2000 €, dit-on.
Certains, plus nantis, séjournent à l’hôtel. Les Albanais surtout. Dans des baskets de marque, pendus à leur téléphone portable jusque tard le soir, ils opèrent un drôle de manège dans le hall de cet établissement du centre. La gérante les connaît bien. « On en a tout le temps, dit-elle, 8 à 10 par semaine, de une à sept nuits », à 70 euros la nuitée. « Ils payent sans problème ceux-là, dit-elle. Moi qui travaillais à Tourcoing avec la racaille… avec eux ça se passe bien. Sauf quand ils font entrer en douce 5 à 6 autres personnes dans leur chambre pour passer la nuit ». Aucune chance de les retrouver dans le centre d’accueil de jour de 400 places prévu par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve… Un projet qui déroute les Calaisiens, en attente de « vraies solutions politiques ».
Le phénomène s’étend à d’autres villes
Selon certains responsables publics et des transporteurs qui empruntent différents ports français d’embarquement vers la Grande-Bretagne, le phénomène des migrants s’étendrait à d’autres villes que Calais. Le patron d’une société de Bordeaux évoque ainsi des ports de Bretagne et de Normandie. « On en voit de plus en plus dans l’Ouest, c’est un phénomène qu’on n’observait pas avant », dit-il.
A Dunkerque, selon des sources policières et portuaires, «on détecte aujourd’hui deux fois plus de migrants qu’il y a un mois».
La capitainerie de Cherbourg confirme la présence de clandestins, dans de bien moindres proportions, toutefois, qu’à Calais. « C’est un mouvement épisodique et qui se déplace, les migrants sillonnent plusieurs ports pour les tester, pour voir comment ça réagit, dit un responsable en reprenant l’explication que la police aux frontières (PAF) lui a donnée. Cette année, quelques-uns ont tenté de monter sur les ferries, nous avons même dû secourir l’un d’entre eux qui était tombé à l’eau. »
Au Havre, deux épisodes sont survenus cette année. «Un bateau a été loué au port pour faire traverser des Ukrainiens, qui ont finalement été appréhendés en Angleterre, et un navire russe, acheté en Hollande pour passer les migrants du Havre en Angleterre, a été abandonné chez nous après avoir été repéré», comptabilise un responsable du port.
Interrogée par Le Figaro, la Direction générale de la police nationale (DGPN) n’a pas souhaité commenter ce phénomène ni l’éclairer de chiffres.
Delphine de Mallevoüe, 30/09/2014
Source : Figaro.fr

Stonehenge

De nouvelles découvertes à Stonehenge sur des ossements humains retracent l’histoire d’une société préhistorique en pleine mutation.

L’archéologue Mike Parker Pearson, l’un des plus grands spécialistes de Stonehenge, travaille sur les squelettes découverts lors des premières fouilles du site en 1919, ré-enterrés en 1935, et à nouveau exhumés par son équipe. Quelque 50.000 fragments d’ossements, correspondant à soixante-trois corps d’hommes, de femmes et d’enfants, brûlés puis enterrés collectivement entre 3000 et 2000 ans avant J.-C., là-même où ont été érigées les cinquante-six pierres bleues provenant du pays de Galles.

Il s’agirait d’un cimetière de l’aristocratie préhistorique, ce qui expliquerait que le site soit devenu sacré. Trois kilomètres plus au nord, à Durrington Walls, des restes de maisons et près de 80.000 fragments d’os d’animaux indiquent l’ancienne présence d’un campement pour les constructeurs de la seconde partie du monument de Stonehenge, et celle d’un lieu de pèlerinage.

Émergence de la propriété privée

Enfin, des squelettes découverts à cinq kilomètres du site, près d’Amesbury, révèlent un changement de société à cette époque, une immigration amenant de nouveaux peuples, venus notamment de la Suisse actuelle. Un homme important, « l’archer d’Amesbury », originaire des Alpes, a même été enterré avec une centaine d’objets dont certains métalliques (cuivre, or…), ce qui constitue une première en Angleterre.

Selon le professeur Mike Parker Pearson, l’utilisation du métal et l’abandon de l’enterrement communautaire traduisent l’émergence d’une culture davantage tournée vers l’individu et la propriété privée, marquant le déclin de la société néolithique.

http://www.fdesouche.com/523115-stonehenge

Ankara et la hantise kurde

Un point de vue intéressant sur les mobiles de la Turquie :

"Pour certains et il n’y a pas si longtemps, la Turquie était une sorte de pays européen comme les autres. Surtout pour ceux, pour qui l’Europe sans frontières ni civilisation identifiée, n’était pas plus chrétienne et gréco-romaine qu’autre chose… il fallait simplement partager son  idéal mercantile et ses valeurs idéologiques du moment. Alors pourquoi pas la Turquie avant le Zimbabwe ? Et oui ce serait formidable, l’Europe aurait maintenant une frontière commune avec l’état islamique du levant.  

Comment réagiraient les démocrates impeccables qui, pour sauver des populations civiles à Benghazi, ont détruit un  pays et assassiné son chef d état ? Jugeraient-ils les populations civiles de Kobané aussi dignes d’intérêts et méritant une vraie guerre plutôt que quelques bombardements de bonne conscience ?
Le moins qu’on puisse dire tout de même, c’est que leur sort indiffère les islamistes présentés comme conservateurs et démocrates au pouvoir à Ankara. Des islamistes qui ont financés ceux de l’EIL par haine du régime laïc de Bagdad et qui laissent massacrer des kurdes qui représentent tout de même 25 % de leur propre population. Plutôt que de bombarder les islamistes arabes, les Turcs bombardent les Kurdes turcs qui veulent porter secours à leurs frères de sang.
Cela se comprend. Les Turcs ne craignent pas les djihadistes mais redoutent la création d’un Kurdistan indépendant. Ils veulent bien maintenant voir frapper des islamistes qui égorgent un peu trop mais pas au profit des Kurdes, surtout pas au profit des Kurdes.
Ce positionnement racial (les kurdes sont des indo-européens) et religieux- les mouvements kurdes ne sont pas islamistes- serait-il jugé compatible avec les merveilleuses valeurs de l’Europe de Bruxelles et de son maître américain ? On en arriverait à regretter que les Turcs ne soient pas membres de l'Union européenne pour en juger sur pièce.
Voilà tout de même qui devrait faire réfléchir les idiots utiles du mondialisme qui pensent que l’Europe peut être un espace sans épine dorsale, sans identité et sans références à l'histoire, aux ethnies et aux religions.
Ce qui se passe aux frontières de la Turquie qui seraient celles de l’Europe si on avait écouté les belles âmes en apporte la preuve. Les Turcs sont dans une logique d’un autre monde, fidèle eux à leur peuple et leur vision d’une histoire nationale et de mémoire ottomane. Ils ne crachent pas sur leurs racines musulmanes et leurs origines asiatiques. Ils savent que les Européens peuvent prendre les Turcs pour des européens mais les Turcs ne considéreront jamais les Kurdes comme un peuple à part entière ayant le droit à un territoire sur le sol de cette Anatolie qui ne fut pas toujours turque, loin s'en faut,et qui fut de civilisation européenne. Mais qui s'en souvient ou plutôt qui veut s’en souvenir ?"

Marie Bethanie

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Infographie : Démantèlement de l’Armée Française en 2015

Dans cette infographie, la Dissidence Française récapitule l’ensemble des « restructurations » connues pour l’année 2015 et qui affecteront les trois armes. Un démantèlement qui met désormais en péril notre Défense Nationale et aggrave durablement le potentiel opérationnel de nos armées.

La Dissidence Française rappelle son attachement inébranlable à l’Armée Française et exige la restauration complète de ses capacités, de ses moyens et de ses effectifs.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

http://la-dissidence.org/2014/10/19/infographie-le-demant...

Le modèle français de laïcité n’existe pas, ou les six laïcités françaises

Jean Baubérot est Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes, Paris

Dans le débat actuel au Québec sur le projet d’une « Charte de la laïcité », on se réfère souvent à un « modèle français de laïcité », soit pour le louer, soit pour le critiquer. En décembre dernier, il en a été question lors de la rencontre au sommet entre Pauline Marois et François Hollande. Mais, le propos est resté très vague. Et dans les études qui précisent un peu ce que serait ce fameux « modèle français », seuls certains aspects de la laïcité française sont pris en compte. D’autres aspects fort importants de la réalité historique et actuelle de la laïcité en France sont ignorés. Ma thèse est donc qu’il n’existe pas un modèle français de laïcité, mais plusieurs modèles divergents ou, plus exactement, plusieurs représentations présentes chez les différents acteurs sociaux, individus et groupes. Les conflits et les tractations entre acteurs se nouent en référence à ces représentations politico-idéologiques qui constituent autant de «sociétés idéales» au sens d’Emile Durkheim. Le dispositif idéologique, juridique et politique de la laïcité française est marqué par les rapports de force entre les partisans de ces représentations.

Ces différentes représentations ont émergé dans un processus de laïcisation qui s’est effectué dans un conflit frontal avec le catholicisme, religion d’État sous l’Ancien Régime, et régi au XIXe siècle par un Concordat entre le Saint-Siège et l’État français. Il existe alors un régime semi-officiel de « cultes reconnus » où le catholicisme, mais aussi le protestantisme et le judaïsme, voient leur clergé payé par l’État, et doivent se conformer à un certain contrôle de celui-ci. Ce système pluraliste est, cependant, surdéterminé par un conflit politico-religieux, le conflit des « deux France » qui oppose les tenants de la France nouvelle issue de la Révolution, et fondée sur les « valeurs de 1789 », à ceux de la France traditionnelle, qualifiée de « fille aînée de l’Église (catholique) ». Ce conflit est une source d’instabilité politique de la France de cette époque. Sous le Second Empire (1852-1870), il met aux prises certains catholiques, refusant les idéaux de la modernité, suivant en cela le Syllabus, et les adeptes de la libre-pensée, celle-ci pouvant se définir par le refus de toute religion organisée.

Ce refus a un coût social élevé. Être libre penseur peut, alors, conduire à la perte de son emploi, à une mise en quarantaine si l’on est un commerçant, à des conflits familiaux, à une perturbation des relations sociales. Bref, quand les libres-penseurs combattent pour la liberté de conscience, c’est avant tout une lutte contre les atteintes à leur liberté de conscience. Mais la République devient stable, en France, à partir des années 1880, et prend des mesures « anticléricales » pour combattre la domination politique et sociale du catholicisme. La question de la liberté de conscience des catholiques se pose alors. Diverses représentations s’affrontent lors du processus qui conduit à la « loi de séparation des Églises et de l’État » en 1905. Cette loi ne représente pas la totalité de la laïcité française, mais elle se trouve, encore maintenant, au cœur de cette laïcité.

Il a existé, à l’époque, quatre façons différentes de relier la liberté de conscience, objectif premier de la laïcité, et la séparation de la religion et de l’État, qui en est le moyen principal. Chaque position peut être symbolisée par un parlementaire républicain (qui étaient tous, par ailleurs, des adeptes de la libre-pensée). Aujourd’hui, adaptées à un nouveau contexte, ces quatre représentations ont persisté et se situent dans la filiation de celles qui se sont affrontées en 1905. S’y ajoutent deux autres représentations différentes. Je propose donc de classer en six représentations-type ce que l’on appelle « la laïcité » en France. Pour les quatre premières, j’indiquerai d’abord la position adoptée lors de la discussion de la loi de « séparation des Églises et de l’État » et, ensuite, celle qui prédomine aujourd’hui. Pour les deux dernières, naturellement, je procèderai un peu autrement.

Lire la suite 

Le dynamique mouvement pro-vie aux Etats-Unis

Voici le texte de la conférence d'Austin Ruse à Bayonne le 10 octobre. Austin Ruse est le président de l'association pro-famille C-Fam, qui oeuvre notamment à l'ONU.

R"En dehors de la Chine, ce sont les Etats-Unis qui ont les lois les plus radicales du monde en faveur de l’avortement. L’avortement est légal aux Etats-Unis et il est protégé par la Constitution durant les six mois de grossesse.

Par un processus dénommé « avortement par naissance partielle », légal il y a encore peu de temps, un enfant pouvait être avorté après l’avoir forcé à sortir par la voie d’accouchement, où une fois sorti on lui perforait la tête. Cela peut être décrit avec précision comme un véritable infanticide. Cela a été déclaré illégal para le Congrès des Etats-Unis et soutenu par la Cour Suprême.

Malgré tout, l’avortement continue d’être légal durant les neuf mois de grossesse.

Cette loi fut promulguée après l’échec judiciaire du processus dénommé Roe vs. Wade, de 1973, lequel bouleversa les lois sur l’avortement dans les 50 états. Roe légalise l’avortement durant les deux premiers trimestres de la grossesse en laissant libre arbitre à l’Etat pour réguler l’avortement durant le troisième trimestre, mais en l’autorisant  de toute façon s’il est question de danger pour la santé de la mère.

Ce que les gens ne savent pas c’est qu’il y eu une autre décision prononcée par la Cour Suprême, exactement le même jour, appelée Doe vs. Bolton.

Ce que fait Doe vs. Bolton se résume à une chose qui est de définir le terme « santé» dans le contexte de l’avortement. C’est cette définition qui permit aux Etats-Unis d’accéder à l’avortement sur demande.

Voici la définition de la santé selon Doe vs. Bolton:

“…. Le pronostic médical doit être exercé à la lumière de tous les facteurs- physique, émotionnel, psychologique, familial, et l’âge de la femme- approprié pour le bien-être du patient. Tous ces facteurs seront liés à la santé. »

Cela signifie donc qu’une femme peut invoquer pratiquement n’importe quelle raison pour envisager un avortement du troisième trimestre. Pour vous montrer à quel point cela peut être arbitraire, remarquez le facteur de « l’âge de la femme ».

Cela signifie donc qu’une femme de 28ans peut recourir à l’avortement parce qu’elle croit qu’elle est trop vieille pour avoir un enfant et en même temps une femme d’un an de plus peut y faire appel car elle croit qu’elle est trop jeune. Conclusion : on peut accéder sur demande à l’avortement tout au long des neuf mois de grossesse en invoquant n’importe quelle raison sans qu’aucune n’en soit une réellement. Dans la pratique, une femme qui se rend au Planning Familial ne rencontrera aucune objection à ce que son enfant non- né soit assassiné.

Lire la suite "Le dynamique mouvement pro-vie aux Etats-Unis"

Le Salon Beige

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2014/10/le-dynami...

Europa Nostra - Nouvelle Croisade

Béziers a fêté Zemmour !

Evidemment, cela n’a pas plu aux démocrates de tout poil, pour qui on ne peut promouvoir que des artistes dociles à la nomenklatura.

Rock star. Zemmour, lui « le juif » – dixit Léa Salamé –, est devenu l’icône de la « majorité silencieuse ». Même si en France, silencieuse, la majorité l’est de moins en moins. Plus grave : elle commence même à élire des maires. Et ces maires, comme Robert Ménard à Béziers, finissent par inviter Zemmour ! La boucle est bouclée, me direz-vous, au grand dam des bien-pensants. Rock star, oh yes ! OK, Éric n’est pas Mick, Éric n’est pas Jimi, mais ses mots font l’effet d’un riff entêtant, ses arguments, ses chiffres électrifiés sonnent avec la vigueur d’une mélodie tubesque, à finir légende du top 50 des rebelles !

Robert Ménard avait décidé de marquer le coup, lançant une campagne d’affichage pour annoncer la venue de l’écrivain. Evidemment, cela n’a pas plu aux démocrates de tout poil, pour qui on ne peut promouvoir que des artistes dociles à la nomenklatura. Rien ne les empêche d’aller voir ailleurs la somptueuse pièce de BHL ou le dernier chef-d’œuvre d’Omar Sy. En guise d’action commando, les Che Guevara locaux ont eu l’idée de parodier l’affiche : Zemmour a été remplacé par Gargamel, le méchant sorcier des Schtroumpfs. Dont certains disent qu’il est lui-même une caricature… antisémite. Ils ont également remplacé le slogan « Béziers libère la parole » par « Béziers libère la connerie ». La « connerie » étant, pour eux, toute pensée s’écartant de la leur ! Les soixante-huitards avaient plus de talent…

Alors Zemmour a fait son entrée. Dans une salle archi-comble. 1.500 personnes, pour 500 places assises, dont quelques opposants vite noyés (verbalement) par la foule. Pour relater l’événement, Metronews livre un reportage stupéfiant. À lire le papier de David Perrotin, personne n’aime Zemmour à Béziers. On ne comprend même pas ce que les gens font là dans cette salle. Le journaliste fait parler ses témoins : une serveuse qui ne connaît pas Zemmour « mais qui est contre », un passant qui veut rentrer chez lui « car il vient de voir un type de la télé qu’il n’aime pas », etc. La cerise sur ce gâteau un peu sec : les seuls qui veulent voir le polémiste sont de « jeunes étudiants » (sic) venus pour pouvoir « bientôt le contredire ». Joies de la presse soviétique ! J’oubliais : le journaliste, contraint de jouer un peu… au journaliste, interroge quand même une pro-Zemmour. Pas de bol, c’est une ménagère, « la cinquantaine », qui est là « parce que ça plaît à son mari »…Dans le genre gros cliché, difficile de faire mieux ! [....]

Lire la suite

La Manif est « pour tous » sauf pour le FN…

Nous sommes fatigués par ce qui semble un parti pris s’articulant mal avec la notion de "pour tous" attachée à nos manifs.  

Face au mariage homosexuel, le Front national a adopté une position claire : l’abrogation. Il a participé activement à la Manif pour tous. Des élus, des militants, des sympathisants ont consacré du temps et de l’énergie pour cette grande cause familiale et nationale. Ils l’ont fait sans rien demander en retour, parce que le bien commun exigeait de chacun qu’il hausse sa vision au-dessus des calculs électoraux !

Ils n’ont jamais rien exigé, sinon qu’on s’abstienne de les mépriser ouvertement. Forts de cette attitude constructive, ils sont aujourd’hui légitimes pour refuser la récupération… et, si les choses poursuivaient leur cours actuel, le détournement de ce mouvement sans précédent.

Comment, alors, ne pas regretter que le Front national se soit vu marginalisé ou, pire, ostrascisé par la Manif pour tous ? Que penser de la mise à l’écart de l’organisation de ses membres, comme Xavier du Chalard qui fut exclu dimanche dernier de l’animation d’un char après la révélation de son adhésion au FN ?

lire la suite

Il faut renoncer au français, et passer à l’anglais… par Taoufiq Bouachrine

Cher Albert Salon

Je suis attristé de lire ce point de vue dans un journal en ligne marocain et malheureusement l’auteur pointe la responsabilité des élites françaises. L’abandon du Français par les Français hors de France est criminel et on ne peut pas blamer les étrangers de vouloir ensuite abandonner notre langue.

Avec mon meilleur souvenir

Y.U.

Vous avez raison. Nos associations, pour leur part, critiquent et dénoncent sans cesse cet abandon de notre action culturelle extérieure, et bien d’autres abandons du même acabit. Nous sommes victimes d’une grande démolition générale de la France, qu’il faut arrêter au plus vite en chassant ses auteurs, et en recherchant une union type CNR de toutes les forces patriotiques du pays, pour reprendre la barre du navire et la redresser. Albert Salon.

Le roi Mohammed VI a appelé le Conseil supérieur de l’Education et de la Formation à revoir de fond en comble la vision et le contenu de la réforme de l’enseignement, et à se préoccuper des questions fondamentales, avec à leur tête celle des langues d’enseignement et celle aussi des programmes et méthodologies répondant aux besoins de développement et du marché du travail…

Nombreux sont les discours royaux qui ont évoqué l’importance et l’urgence de la réforme du système éducatif national. Cela fait 15 ans en effet que Mohammed VI exhorte les différents gouvernements qui se sont succédé à sauver l’école en la reliant au marché du travail, à ouvrir de nouveaux horizons aux apprenants, mais en vain… Il n’existe pas un seul parti au Maroc capable de proclamer haut et fort qu’il dispose d’une recette pour sauver l’école, ou seulement pour en soigner les dysfonctionnements les plus graves… y compris le PJD. Et cela ne signifie nullement que ce qu’on appelle l’entourage royal dispose d’une vision dans le domaine, et encore moins d’un programme.

En effet, l’ancien conseiller, aujourd’hui défunt, Abdelaziz Meziane Belfqih, avait veillé à l’élaboration d’une charte pour l’éducation, en s‘appuyant sur les expertises des spécialistes et de certains politiques ; l’Etat avait englouti des milliards dans cette charte, et avait donné dix ans à ses concepteurs pour la faire aboutir. L’éducation nationale avait même été érigée en priorité nationale absolue, juste après la question du Sahara. Ensuite, les ministres sont arrivés, et puis sont repartis, de tous les bords et de toutes les tendances… mais à la fin, force fut de constater l’échec de toute l’opération. Quant au programme d’urgence, après quelque temps de son lancement, il avait lui-même nécessité un autre programme d’urgence pour le sauver des abîmes…

L’enseignement est un chantier dur et rude à la fois, en plus d’être ardu ; le réformer requiert beaucoup d’expertise et encore plus d’intelligence pour mettre au point des solutions aux problèmes anciens et récents… il est important également de s’armer de la plus forte volonté politique possible pour contrecarrer les centres d’influences et les syndicats qui ne fonctionnent pas forcément dans la logique de la réforme, ayant des intérêts à défendre et à préserver. Et puis, l’argent… il faut beaucoup d’argent, le nerf de la guerre pour tout secteur, et celui-ci en particulier. Et, enfin, une réforme qui aurait des chances d’aboutir devra nécessairement passer par une (vraie) politique de régionalisation, afin de régler localement les problèmes locaux, sans n’avoir à passer par le lointain centre. [....]

La suite sur Panorama.post

http://www.actionfrancaise.net/craf/?Il-faut-renoncer-au-...

Modulation des allocations : cela va coûter de l'argent

Le gouvernement croit pouvoir faire des économies sur le dos des familles. C'est l'inverse qui va se produire. Nos technocrates détachés de la réalité n'ont pas vu que l'application de leur idéologie va plus coûter à l'Etat que lui rapporter. A long terme, bien sûr, mais aussi à court terme.

Cette mesure semble techniquement difficile à mettre en place. Dans les caisses d'allocations familiales, on s'arrache les cheveux et on se demande bien comment on va appliquer cette mesure.

La caisse nationale d'allocations familiales estime qu'il faut embaucher 600 personnes minimum pour faire face à cette réforme, ce qui représente un budget d'environ 60 millions d'euros.

Ensuite, il faut établir un lien direct entre les caisses d'allocations familiales et la Direction générale des finances publiques, seul organisme à connaître précisément les revenus des ménages. Il faudra sans doute aussi changer tout le système informatique.

Michel Janva