Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

religion

  • Sur Valeurs Actuelles, Charlotte d'Ornellas vs. Michel Onfray - Débat sur la foi, la laïcité et l'identité.

    Le philosophe Michel Onfray et la journaliste de Valeurs actuelles Charlotte d'Ornellas, se sont affrontés sur plusieurs terrains philosophiques, comme celui de la foi dans le domaine politique, de la laïcité au Liban et de l'identité. Un débat animé par François de Voyer, président du Cercle Audace, au théâtre de La Scène Parisienne.

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2020/10/20/sur-valeurs-actuelles-charlotte-d-ornellas-vs-michel-onfray-6271109.html

  • Coran, Sunna, charia ou fiqh : Ce que les textes disent des musulmanes

    La sujétion des femmes en islam s'explique-t-elle seulement par un machisme méditerranéen, ou plonge-t-elle ses racines dans le Coran et les textes. Le plus simple pour le savoir est de se renseigner à la source.

    « Nous l’avons dit, nous sommes loin d'appliquer comme il se doit les enseignements de l'islam en ce qui concerne les droits et le rôle des femmes dans nos sociétés. Les discriminations sont légion et dans tous les domaines éducation, mariage, travail etc. »

    Ces lignes ont été publiées dans un petit opuscule de 80 pages par Tariq Ramadan, petit-fils de Hassan al-Bannâ, fondateur des Frères musulmans, qui sont à l’origine de l'islamisme. Ramadan lui-même est le maître à penser des fondamentalistes musulmans de l'Union des Organisations Islamiques de France (UOEF). Ses propos laissent entendre que l'assujettissement des femmes dans les sociétés musulmanes serait la conséquence de dérives fâcheuses. Pour s'en assurer, le mieux est de se reporter aux textes fondateurs sur lesquels est bâtie la religion musulmane. Ils sont de plusieurs ordres le Coran, livre de la Révélation mais aussi la sunna (Tradition), qui rassemble les « dits du Prophète » (hadiths) la charia, Loi divine qui s'appuie à la fois sur le Coran et la sunna et le fiqh, jurisprudence musulmane précisant la charia.

    Lire la suite

  • Une icône catholique ?, par Gérard Leclerc.

    Amy Coney Barrett

    © Rachel Malehorn / CC by

    Il est un terme qu’affectionnent certains médias, plutôt de sensibilité de gauche ou progressiste, c’est celui d’icône. Ce terme qui appartient au vocabulaire religieux s’est trouvé transposé sur le terrain politico-idéologique. Une icône, aujourd’hui, c’est une personnalité incontestable, un modèle, une référence qu’il serait malvenu de contester. Le plus souvent, il est attribué à une figure féministe, qui a joué un rôle dans l’évolution de la condition de la femme.

    Ainsi, le maire socialiste de Rouen envisage-t-il de remplacer la statue de l’empereur Napoléon Ier par une œuvre d’art dédiée à Gisèle Halimi, définie « comme figure de la lutte pour le droit des femmes ». Le type de l’icône actuelle. De même, Ruth Bader Ginsburg, la doyenne de la Cour suprême des États-Unis qui vient de mourir, a été immédiatement célébrée comme une icône en raison de son action en faveur des causes progressistes. Et une vaste campagne d’opinion s’est déclenchée pour magnifier sa mémoire en signifiant qu’il serait intolérable que son héritage fût désavoué.

    Lire la suite

  • Amiens, un vertige si français

    Amiens, un vertige si français.jpeg

    1220-2020 : la cathédrale d'Amiens fête cette année ses 800 ans. Retour sur cette fascinante « Bible de pierre », destination incontournable pour les inconsolables amoureux de Notre-Dame de Paris.

    Une à une, elles s'illuminent. À quelques heures du concert organisé le 8 décembre, les bénévoles s'activent pour allumer quelques-unes des cinq mille bougies disposées dans la cathédrale d'Amiens. La nef, le chœur ainsi que les chapelles latérales se parent de leur douce lumière. Ce soir, l'édifice accueille les Londoniens du Tenebrae Choir, connus pour leur magistrale interprétation du Miserere d'Allegri. Dans l'obscurité, les veilleuses surgissent comme des crépitements au fond de l’âtre. L'intérieur prend des couleurs chaleureuses, intimes. D'ordinaire, on ne voit qu'une lumière franche, et du blanc, étincelant, altier, tutoyant les cimes en s'élevant jusqu'aux voûtes. Jadis, Notre-Dame d'Amiens était pourtant colorée, comme ses sœurs Chartres et Paris, ou les colonnes d'Athènes ou d'Agrigente. Il est bientôt 20 heures, et plus de deux mille personnes s'apprêtent à pénétrer dans la nef majestueuse. Notre-Dame d'Amiens célébrera, en 2020, ses 800 ans.

    Lire la suite

  • Guillaume de Prémare Le christianisme, matrice de la liberté politique

    Le christianisme, matrice de la liberté politique.jpeg

    Pour avoir un éclairage concret sur la liberté chrétienne, nous nous sommes adressés à Guillaume de Prémare, délégué général d'Ichtus, cette organisation sociale chrétienne qui s'appelait naguère La Cité catholique. Notre question ? Elle ne porte pas d'abord sur l’organisation dont il s'occupe mais justement sur ce que signifie la « cité catholique » aujourd'hui… Ou, si nous acceptons le mot grec dont se pare son organisation, sur ce qu'est la marque du poisson dans la société française actuelle, et sur ce qui la rend absolument nécessaire à notre avenir.

    Propos recueillis par l’abbé G de Tanoüarn

    Guillaume de Prémare, que représente pour vous la liberté chrétienne ? Je parle du point de vue de votre expertise de formateur politique, à la tête du mouvement Ichtus...

    Je ne suis ni philosophe, ni théologien, je vais donc répondre à la dimension civique de la question. La liberté chrétienne n'est pas particulière aux chrétiens dans la Cité, elle n est pas une liberté propre aux chrétiens, c est une liberté publique pour tous les citoyens. Ce qui est peut-être plus spécifiquement catholique, c'est de tenir la participation à la chose publique comme l'un des éléments fondamentaux qui constituent la dignité de tout homme. La personne trouve un élément fondateur de sa dignité dans le fait qu'elle apporte sa pierre à la construction commune et qu elle est reconnue dans son inscription sociale et politique. L'homme a des besoins matériels, des besoins spirituels et des besoins sociaux. Il a donc des droits matériels, spirituels et sociaux. La dignité de l'homme est donc également sociale et donc politique. Cela va bien au-delà du fait de mettre un bulletin dans l'urne.

    Lire la suite

  • C’était un 8 septembre : le miracle de la Marne

    victoire.jpg

    Certains historiens parlent de l’événement militaire du 8 septembre 1914 comme d’un « miracle », toujours entre guillemets, ou du « petit miracle ».
    « Miracle » entre guillemets qu’ils attribuent à diverses causes, mais jamais à Celle qui seule pouvait accomplir un (vrai) miracle, et qui l’a fait : la Sainte Vierge.

    Le Courrier de la Manche, le 9 janvier 1917, avait compilé plusieurs témoignages.

    « Un prêtre allemand, blessé et fait prisonnier à la bataille de la Marne, est mort dans une ambulance française où se trouvaient des religieuses. Il leur a dit : “Comme soldat, je devrais garder le silence ; comme prêtre, je crois devoir dire ce que j’ai vu. Pendant la bataille, nous étions surpris d’être refoulés car nous étions légion comparés aux Français, et nous comptions bien arriver à Paris. Mais nous vîmes la Sainte Vierge toute habillée de blanc, avec une ceinture bleue, inclinée vers Paris… Elle nous tournait le dos et, de la main droite, semblait nous repousser.” »

    Un officier allemand :

    « Si j’étais sur le front, je serais fusillé, car défense a été faite de raconter, sous peine de mort ce que je vais vous dire : vous avez été étonnés de notre recul si subit quand nous sommes arrivés aux portes de Paris. Nous n’avons pas pu aller plus loin, une Vierge se tenait devant nous, les bras étendus, nous poussant chaque fois que nous avions l’ordre d’avancer. Pendant plusieurs jours nous ne savions pas si c’était une de vos saintes nationales, Geneviève ou Jeanne d’Arc. Après, nous avons compris que c’était la Sainte Vierge qui nous clouait sur place. Le 8 septembre, Elle nous repoussa avec tant de force, que tous, comme un seul homme, nous nous sommes enfuis. Ce que je vous dis, vous l’entendrez sans doute redire plus tard, car nous sommes peut-être 100.000 hommes qui l’avons vue. »

    Lire la suite

  • Lyon : le maire écologiste Grégory Doucet déjà parti en guerre contre les catholiques ?

    lyon-fourviere-mairie-de-lyon-roofs-france-basilica-architecture-monument-city-845x475.jpg

    À peine élu à la mairie de , l’écologiste  n’a pas perdu de temps pour imprimer sa marque en annonçant qu’il ne participera pas à la traditionnelle cérémonie du renouvellement du vœu des échevins, par « respect de la laïcité », a-t-il jugé utile de préciser.

    Cette manifestation remonte à 1643. À l’occasion de l’épidémie de peste frappant l’Europe, les échevins – c’est-à-dire les conseillers municipaux d’alors – décident d’une offrande à l’Église et placent la capitale des Gaules sous la protection de la Vierge Marie. Depuis, ce vœu est renouvelé tous les 8 septembre.

    Raymond Barre et Michel Noir, qui n’étaient pourtant pas connus pour hanter les sacristies, pas plus que Gérard Collomb, franc-maçon notoire, n’ont jamais manqué une seule de ces cérémonies, participant ainsi à la remise de l’écu symbolique à l’archevêque de Lyon.

    Lire la suite

  • Vers l'émergence d'un catholicisme identitaire

    Les classes populaires rurales françaises trouvent dans le catholicisme un marqueur civilationnel.

    Comme le décrit bien le sociologue laïciste de gauche Laurent Bouvet (L'insécurité culturelle Fayard, 2015) nous sommes entrés dans un « âge identitaire ». Au-delà des questions de Foi, la religion peut elle-même devenir un réflexe identitaire. C'est le cas en France du judaïsme ou de l'islam, religions ritualistes. Ce pourrait bien le devenir également pour le christianisme en général et le catholicisme en particulier. Cela s’observe dans certains pays qui ont connu le joug communiste et où le christianisme fait figure de rempart identitaire contre le matérialisme et l'islamisme. C'est ainsi le cas en Hongrie où la faible pratique religieuse, inférieure même à celle que nous connaissons en France, va de pair avec un étendard chrétien brandi par Viktor Orban, premier ministre protestant issu de l'opposition démocrate-chrétienne aux communistes hongrois dans les années 1980. Ce petit pays de 10 millions d'habitants s’oppose farouchement dans les faits à toute entrée de réfugiés politiques ou économiques d’origine musulmane. N'oublions pas qu’aux XVIe et XVIIe siècles ce pays fut le lieu de la confrontation armée entre les Habsbourg et les Ottomans, entre la chrétienté occidentale et le califat. En Hongrie et chez certains de ses voisins, le christianisme est plus vécu comme un héritage civilisationnel que comme une foi vivante. C'est une réaction qui procède d'un questionnement historique, d'un appel aux racines plus que d'une démarche évangélique. Que le lecteur n'y voit aucun jugement moral cette situation est somme toute logique dans notre monde post-moderne.

    Lire la suite