Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2017

Politique et éco n°123 : la France peut retrouver la maîtrise de son destin, avec Bruno Mégret

19/02/2017

Un nouveau cauchemar fiscal de la gauche : l’impôt conjugal

Avec la réforme, chacun sera imposé sur ce qu’il gagne en propre, ce qui fera augmenter mécaniquement le montant des impôts pour 80 % des couples.

Le revenu universel de M. Hamon (750 € par mois pour chaque Français) coûterait 400 milliards (plus que le budget actuel !). Le prétendant socialiste, après avoir fait rêver ses supporters et s’apercevant, sans doute, que sa proposition est utopique, ne promet pour le prochain quinquennat que d’augmenter le RSA à 750 € par allocataire et de le rendre automatique. Cependant, il faudra trouver 50 milliards de plus alors que le déficit budgétaire actuel (monstrueux !) est de 70 milliards et que l’impôt sur le revenu n’en rapporte que 55 ! Pour rassembler des fonds, M. Hamon propose de lutter contre la fraude. Selon lui, l’évasion fiscale coûterait 80 milliards, chiffre sans doute juste, mais sans aucun intérêt puisque personne, même les plus radicaux, ne sait comment taxer efficacement les multinationales.

Mais M. Hamon a surtout en tête une prétendue fraude facile à terrasser : l’impôt conjugal qui induit, selon lui, 22 milliards de pertes. Eurêka ! son programme est financé ! Mais les conséquences de cette révolution fiscale seront épouvantables.

Actuellement, un couple déclare en commun ses revenus. Avec la réforme, chacun sera imposé sur ce qu’il gagne en propre, ce qui fera augmenter mécaniquement le montant des impôts pour 80 % des couples.

En 2016, si M. X gagne 5.600 € par mois et que Mme X reste à la maison pour élever leurs deux enfants, le couple paie 6.200 € d’impôt sur le revenu. Avec la réforme de M. Hamon, il en paiera 12.000 ! Peut-être, alors, Mme X aura-t-elle droit au RSA. J’en doute, car le coût de ce dispositif deviendrait ingérable ! Mais M. et Mme X sont sans doute, aux yeux de M. Hamon, des salauds de riches… Les couples de cadres moyens seront, eux aussi, rackettés. Si l’épouse gagne 2.000 € par mois et le mari 4.000 €, ils paieront 1.500 € de plus s’ils ont deux enfants ! Toujours avec deux enfants, si le mari est seul à travailler pour 2.500 € mensuels, le couple paiera 630 € de plus !
Le Trésor, qui a déjà étudié un tel projet, est moins optimiste que M. Hamon et pense ne récupérer que 5 milliards. L’individualisation de l’impôt est une conséquence logique de la retenue à la source, avec son corollaire : la diminution de la CSG pour les revenus les plus modestes, compensée par une augmentation équivalente de l’imposition des classes moyennes (à partir de 3.000 euros par mois). Les cadres supérieurs ont été laminés par la baisse du quotient familial et des allocations familiales. À 6.000 € mensuels, ils ont perdu 2.000 € par an et par enfant ! M. Hamon les dépouillerait de 10.000 à 15.000 € de plus ! Pourquoi continueront-ils à travailler ? Supprimer l’impôt conjugal est une vieille revendication des féministes (pour contrer ces machos qui empêchent leurs épouses de travailler, puisque tout revenu supplémentaire est mangé par l’impôt).

M. Macron, toujours à la recherche d’idées qui semblent modernes, a pour sa part promis de laisser le choix au couple (20 % ont intérêt à taxer séparément leur salaire). Mais le Trésor a refusé, en 2015, d’adopter une telle mesure car la perte n’avait pas été encore évaluée.

Les candidats de gauche n’ont-ils donc rien d’autre à proposer pour réformer la fiscalité que des projets auxquels François Hollande a déjà dû renoncer ?

http://www.bvoltaire.fr/christiandemoliner/nouveau-cauche...

CETA : une catastrophe annoncée

Le CETA est « l’accord économique et commercial global » (AECG) conclu entre l’UE et le Canada approuvé aujourd’hui par les députés européens. C’est 1 600 pages de règles, qui prévoient entre autre de supprimer 99% des droits de douane et de mettre en place un tribunal arbitral « indépendant » pour régler les litiges commerciaux.

Un rapport rendu public le 18 janvier dernier (disponible ici), qui émane de députés membres de la commission des affaires européennes de l’Assemblée nationale, se penche sur la dangerosité des effets du Ceta. Il met en lumière les risques concernant la souveraineté, l’agriculture, les destructions d’emplois et un passage est consacré à la production agricole.

Concernant l’élevage français

Les filières bovines et porcines françaises vont prendre de plein fouet cette nouvelle concurrence étrangère, sans aucun moyen d’y faire face. « L’AECG représente une menace majeure pour l’élevage en France L’AECG vise avant tout à réduire, voire supprimer les barrières douanières qui, actuellement, protègent certains secteurs économiques européens (et canadiens), au premier rang desquels l’agriculture. Toutefois, parce que les produits agricoles sont particulièrement sensibles, ce démantèlement s’est accompagné, pour nombre d’entre eux, de l’application de quotas. C’est ainsi que le Canada ne pourra exporter, libres de droits, que 50 000 tonnes de viande bovine et 75 000 tonnes de viande porcine par an.

Or, il est évident que ces quotas d’importation – qui ne prennent d’ailleurs pas en compte la sortie prévue du Royaume-Uni de l’Union européenne – risquent de déstabiliser des filières d’élevage qui sont particulièrement fragiles dans notre pays. Nous avons tous en mémoire les récentes manifestations des éleveurs de porc contre la chute des cours. De même la filière bovine française représente une activité importante dans les zones de montagne qui, confrontée à cette nouvelle concurrence, risque fort de mourir. »

Concernant le tribunal arbitral international

Les multinationales canadiennes ont désormais la possibilité de passer outre les législations nationales et européennes pour imposer de nouvelles réglementations. Une vraie catastrophe pour notre souveraineté ! La France ne sera plus en mesure de protéger ses intérêts économiques et commerciaux par sa législation ! N’importe quelle entreprise pourra remettre en question les règlementations.

« L’un des principaux risques identifiés de l’AECG, qui a fait l’objet de très nombreux débats et analyses depuis deux ans, est le mécanisme de règlement des différends entre les États et les investisseurs (RDIE) qu’il contient. En effet, l’AECG créera des droits aux investisseurs que ceux-ci seront susceptibles d’invoquer s’ils les estiment lésés par une décision législative ou règlementaire d’un Etat-membres. Toutefois, l’originalité de l’AECG est de permettre auxdits investisseurs de porter leur différend non pas devant les juridictions nationales de l’État concerné mais devant une juridiction internationale ad hoc. C’est ainsi que l’interdiction d’un OGM ou la décision d’abandonner l’énergie nucléaire serait réglée, au choix de l’entreprise, soit par les juridictions européennes (ou, le cas échéant, celles de l’État-membre concerné) ou canadiennes, soit une Cour internationale d’investissement. »

Concernant les destructions d’emplois

« Si la Commission européenne est optimiste quant aux effets économiques de l’AECG, dont elle espère un surcroît d’activité économique et donc d’emplois, d’autres analyses se sont révélées au contraire très pessimistes. C’est ainsi qu’une étude publiée par l’Université américaine de Tufts 5, s’appuyant sur le modèle des politiques mondiales des Nations-Unies, conclut à :

– la disparition de près de 230 000 emplois cumulés au Canada et dans l’UE, dont un peu plus de 200 000 dans l’Union seule, d’ici à 2023 ;

 la disparition de près de 45 000 emplois en France par rapport au scénario « sans AECG » d’ici 2023. »
http://www.contre-info.com/ceta-une-catastrophe-annoncee#... |

Pourquoi les banques centrales refusent tout audit de leurs réserves d’or ?

Récemment, nous avons reçu des informations concernant le marché de l’or qui rendent la situation encore plus opaque. Les banques centrales, et la BRI basée à Bâle, ne lésinent pas sur leurs efforts pour affirmer à la planète qu’il n’y a rien à voir concernant leurs réserves d’or. Toute transaction est effectuée dans la plus grande discrétion, aucune banque centrale ne tient d’audit officiel de ses réserves d’or.

L’or qui ne sert officiellement à rien s’arrache en réalité dans l’opacité et la rapacité la plus totale. Pour les grands argentiers de la planète, les réserves d’or deviennent des secrets « défense » à protéger à tout prix, y compris au prix de tous les mensonges, compromissions et évidemment manipulations.

Amassez de l’or tant que vous le pouvez. Ce qui est bon pour les banques centrales le sera aussi pour vous.

Charles Sannat

* * *

Le dernier audit des réserves d’or américaines a eu lieu durant les jours d’Eisenhower, dans les années 50. Ron Paul met la pression pour qu’un audit ait lieu, mais sans succès. Est-ce que Trump sera l’instigateur d’un tel audit ? Il pourrait en avoir l’intention, mais lorsqu’il découvrira que la plus grande partie des 8 100 tonnes d’or des États-Unis n’est plus là, ce sera le silence radio. Il y a des pressions ces dernières années, en France et en Allemagne, pour que des audits aient lieu, mais sans succès. Aucun pays ne veut révéler que l’or n’est plus là.

L’Allemagne a récemment prétendu qu’elle est totalement ouverte concernant ses réserves d’or, mais qu’a-t-elle révélé au monde ? En 2013, l’Allemagne a annoncé un plan visant à rapatrier 674 tonnes d’or situées aux États-Unis et en France. La première année, elle n’a reçu que 37 tonnes. On nous a dit que le reste arriverait d’ici 2020. Maintenant, on nous dit que le programme s’est accéléré. D’ici la fin de 2017, des 3 381 tonnes d’or de l’Allemagne, plus de 50 %, soit 1 713 tonnes, seront en Allemagne, tandis que 1 236 tonnes seront toujours à New York, et 432 tonnes à Londres.

On pourrait se demander pourquoi il faut quatre ans pour rapatrier 674 tonnes d’or. En écoutant les interviews des responsables de la Bundesbank, ils nous disent quel exercice logistique cela fut. D’après eux, ils ont connu des problèmes majeurs de transport, d’assurance, de sécurité, etc. Si on prend la Suisse, par exemple, nous importons et exportons plus de 2 000 tonnes d’or chaque année. Et cela exclut les transferts qui ont lieu entre les banques et les coffres privés. La même chose a lieu dans des pays comme le Royaume-Uni, la Chine, l’Inde et les États-Unis. Donc, chaque année, des milliers de tonnes d’or sont expédiées sans aucun problème logistique. On peut se demander pourquoi les Allemands, habituellement redoutables d’efficacité, rencontrent des problèmes pour organiser l’expédition de 674 tonnes d’or en cinq ans…

L’or qui appartient à l’Allemagne n’est plus à la FED

La raison est que l’or n’est pas disponible car il a été prêté, voire même vendu. C’est confirmé par le fait que les lingots reçus ne sont pas les mêmes que ceux qui avaient été déposés.

Mais la grande question est désormais de savoir si les 1 668 tonnes d’or qui sont censées être aux États-Unis et en France sont toujours là. Si c’est le cas, pourquoi ne pas les renvoyer tout de suite en Allemagne ? À l’origine, l’or était stocké à l’étranger à cause de la guerre froide. Il n’y a plus de guerre froide donc il ne s’agit plus d’une raison valide. Et l’autre raison pour laquelle l’or se trouvait là, c’est parce que c’était à Londres et à New York que le commerce de l’or se trouvait. (…)

Pourquoi il ne faut jamais garder son or à la banque

L’or servait principalement à faire des prêts, et au trading. Auparavant, lorsque l’or était prêté, il restait dans le même pool bancaire londonien et new-yorkais, il changeait simplement de propriétaire. Mais aujourd’hui, les choses sont complètement différentes car les acheteurs sont principalement la Chine, l’Inde et la Russie, et ces pays ne sont pas intéressés par l’or papier. Ils veulent la livraison des lingots physiques. Résultat des courses : lorsqu’une banque centrale prête du métal à une banque de lingots, celle-ci vend l’or à la Chine, qui prend bien sûr livraison de l’or physique. Donc tout ce que possède la banque c’est une reconnaissance de dette émise par la banque de lingots. Lorsque la banque centrale voudra récupérer son métal, il ne sera pas disponible. La banque devra donc trouver l’or ailleurs, par exemple en l’empruntant à un client. Les banques de lingots vont donc hypothéquer plusieurs fois le même métal. C’est pourquoi les investisseurs ne doivent jamais conserver leur or dans une banque.

Mais les banques centrales ne font pas que prêter leur or au marché. Elles en vendent également en catimini. Officiellement, les réserves des banques centrales mondiales sont de 33 000 tonnes. Sur ce tonnage, les banques centrales occidentales en détiennent 23 000 tonnes, ce qui inclut les réserves du FMI. Mais personne ne sait la quantité d’or qui se trouve effectivement en Occident. (…)

La razzia d’or de l’Asie

Si nous nous penchons sur les achats d’or des pays de la « route de la soie » (Inde, Turquie, Russie et Chine), nous constatons que depuis 2009 ces pays ont acheté la quantité astronomique de 20 000 tonnes d’or. C’est un peu moins de 3 000 tonnes d’or par an, ce qui est supérieur à la production annuelle enregistrée durant ces années. Quatre pays seulement ont donc absorbé la production minière annuelle durant ces 7 dernières années. De plus, nous avons connu des achats substantiels du côté d’autres pays, ainsi que des investisseurs. Cela signifie qu’une grande partie de l’offre d’or a dû être assurée par les banques centrales occidentales, qui ont dû puiser dans leurs coffres. Nous voyons déjà le cours de l’or grimper en 2017, et cela est probablement dû au fait que les banques centrales ont de plus en plus de mal à fournir de l’or physique au marché.

Source : article d’Egon von Greyerz, publié le 12 février 2017 sur KWN

http://www.voxnr.com/8177/pourquoi-les-banques-centrales-...

Ludovic Torbey - Les députés votent une loi qui protège les corrompus

Où est passé l'argent d'Emmanuel Macron ?

Lu dans Economie Matin :

"Le Journal du Dimanche publie dans son numéro du 12 février un article sur "L'argent de Macron". Ce panégyrique rédigé "avec le concours" du candidat Macron "reconstitue en détail son patrimoine, ses revenus et ses levées de fond". Après la transparence affichée de François Fillon, le chouchou des médias voudrait-il prendre les devants et déminer une situation financière potentiellement explosive ? Voyons cela de plus près.

Un rapide calcul basé sur cette com' révèle qu'en 8 ans, entre la Banque Rothschild et les Ors de la République, le jeune éphèbe aurait perçu près de 5 millions d'euros ! Sans compter les avantages en nature liés à ses fonctions, nous voilà très, très loin de l'histoire de Cosette que tentent de nous faire gober ses amis du JDD. Très, très loin également des 680 381 € nets gagnés en 15 ans par Penelope Fillon et qui scandalisent tant médias et gauchistes... Alors je pose la question : où est l'argent, Emmanuel Macron ?

L'historique du patrimoine d'Emmanuel Macron

2007- Emmanuel épouse sa riche prof de français de 24 ans son aînée, mère de trois enfants et grand mère de sept petits enfants. Avec son salaire de fonctionnaire proche de 40 000 € /an et un apport de 550 000 € prêtés par feu son milliardaire Pygmalion Henri Hermand (prêt remboursé), Macron achète un 83 m² à Paris pour la modique somme de 950 000 € qu'il revendra 980 000 € (en 2012 ou en 2014 quand il sera nourri, logé à Bercy, blanchi par le contribuable, l'histoire ne le dit pas...). Selon le JDD, Attali prend soin de préciser que son poulain "n'est pas un homme âpre au gain" et qu'"il a des goûts modestes"...

2008 à 2012 Banque Rothschild > 400 000 € Salaire annuel x 4 ans = 1 600 000 € et un seul "big deal" réalisé (Nestlé Pfizer) > + 2 800 000 €

2012 à 2014 (2 ans) secrétaire général adjoint de l’Élysée > + 12 000 € salaire mensuel x 24 mois = 288 000 €

2014 à 2016 (2 ans) ministre à Bercy pris en charge intégralement par l’État > + 9 940 € par mois x 24 = 238 560 €

TOTAL des salaires perçus de 2008 à 2016 > 4 926 560 €

Zéro patrimoine immobilier et 17 comptes en banque

Penchons-nous à présent sur sa déclaration de patrimoine du 28 octobre 2016 à la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique. A la rubrique immobilier, néant, nada, walou. Côté pépettes, les 17 (!) comptes bancaires et assurances vie totalisent un actif de 315 795 €, contrebalancés par un passif de 252 747 € (prêt en 2011 du Crédit Mutuel pour la rénovation de la propriété de Brigitte Trogneux Macron réévaluée à 1.400 000 €, ce qui vaudra au couple de payer l'ISF avec un redressement fiscal sur plusieurs années).

Résumons : si je calcule bien, le patrimoine net déclaré de l'ex-ministre de l'économie est de 315 795 € - 252 747 € = 63 048 €.Comme écrirait le Canard enchainé s'il avait l'idée saugrenue de s'intéresser enfin à la réelle opacité de la vie publique : 4 926 560 € en 8 ans soit 51 318 € par mois, près de 1700 euros chaque jour ! 4 926 560 € dont il ne resterait que 63 048 € ? Et certains envisageraient de confier à ce joueur de bonneteau, la gestion d'un État surendetté qui court à la faillite ?

Il manque toujours cinq millions d'euros

Aujourd'hui ce pauvre Macron loue un appartement parisien et survit avec la retraite d'enseignante de son épouse 2150 €/mois et d'environ 250 000€ tirés de la vente de son essai "Révolution" sorti le 21 novembre 2016, nous rapporte tristement le JDD. L'article du JDD mentionne aussi 50 000 € de reliquat de "pantouflage" remboursé à l’État pour frais d'études et non mentionné dans le passif de la déclaration officielle. Admettons. Mais à part ça, où ont bien pu passer les 5 millions de Macron ? Avis aux fins limiers des gazettes, prompts à fondre sur commande sur une victime de droite désignée, voici un nouveau champ d'investigation à labourer !"

par Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2017/02/o%C3%B9-e...

17/02/2017

Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde

 

15/02/2017

ANATOLE LEROY-BEAULIEU – LE MAMMONISME ET LA DÉMOCRATIE

« Autre cause du règne de l’argent, la démocratie. La démocratie fraye, malgré elle, les voies à l’usurpation de l’argent. Un des caractères de nos sociétés démocratiques, c’est la prédominance des intérêts matériels, autrement dit des intérêts tout court, c’est-à-dire de l’argent. Cela, en France, a été la marque de tous nos gouvernements depuis 1830 ; et plus s’est accéléré le courant démocratique, plus ce trait s’est accentué. Presque partout, l’établissement de la démocratie aboutit, — au moins pour un temps, — à la royauté de l’argent. »

Anatole Leroy-Beaulieu

http://www.jeune-nation.com/culture/citations/anatole-ler...

14/02/2017

Krach financier et bancaire en vue ! L’Europe passive et impuissante

L’Autorité bancaire européenne vient de reconnaître officiellement le risque très grave que représentent les créances douteuses dans les bilans des banques.

Mais cet aveu de l’ABE n’est, en fait, que l’arbre qui cache la forêt d’un krach bancaire en vue, suivi d’un krach financier, nonobstant l’inéluctable remontée à venir des taux d’intérêt qui peut déclencher, à terme, un krach obligataire et boursier suffisant, à lui seul, pour mettre aussi au tapis toutes les banques européennes !

Les raisons d’un krach bancaire sont multiples : montant faramineux des créances bancaires douteuses, des capitaux propres bancaires insuffisants pour faire face aux véritables risques des actifs financiers niés par les médias, la folie et l’importance démesurée des marchés des produits dérivés, la quasi-faillite de nombreuses banques avec la Deutsche Bank en tête de liste. Quant à la politique monétaire laxiste de création monétaire européenne par la BCE au rythme de 80 milliards d’euros par mois, pour faire baisser l’euro et les taux d’intérêt, elle ne pourra pas être poursuivie indéfiniment.

Il faut, aussi, savoir que les États et l’Union européenne ont mis en place des fonds « bidon » ridicules et notoirement insuffisants pour sauver les dépôts des entreprises et des particuliers en cas de faillites bancaires. Ces fonds, de plus, ont des capitaux propres insuffisants ; leurs ressources reposent essentiellement sur des emprunts.

On voit donc toute la fragilité du système car, in fine, ces emprunts devront aussi être remboursés par des contribuables. L’Europe fera face, un jour ou l’autre, au problème des créances douteuses dans les bilans des banques européennes, soit 47 % en Grèce, 47 % à Chypre, 20 % au Portugal, de l’ordre de 10 % dans les pays de l’Est européen, et surtout de 16 % en Italie !

L’Irlande, que l’on pourrait croire sauvée selon les cocoricos médiatiques, en pratiquant le vol fiscal et la concurrence fiscale déloyale avec les pays du continent européen, ne l’est pas puisque son ratio de créances bancaires douteuses est de 14 %.

Le montant des créances douteuses, en Italie, est de 360 milliards d’euros. L’État italien vient de sauver deux de ses banques les plus connues avec maintes difficultés. Il ne semble pas en mesure de sauver toutes les banques si une déflagration se produit. Le talon d’Achille de la zone euro, c’est l’Italie, avec des conséquences directes sur les créances détenues par les banques françaises !

Seuls les contribuables nationaux seront en mesure de combler, théoriquement, les créances douteuses des banques européennes. L’Italie n’a pas respecté les règles européennes consistant à faire payer les déposants lors des derniers sauvetages bancaires car c’était, tout simplement, politiquement et moralement impossible, sous peine de voir Beppe Grillo arriver au pouvoir.

Si l’Histoire est imprévisible, les krachs financiers et bancaires sont, eux, prévisibles, mais le Système est malin, vicieux, rusé et sait se défendre en manipulant les cours de l’or par les prêts en or des banques centrales aux banques, en utilisant tous les artifices comptables et de l’endettement public ou privé tous azimuts. Et n’oublions pas, enfin, qu’au-delà de la Grèce et de l’Europe du Sud, des États comme la France et même les États-Unis et le Japon, c’est-à-dire les derniers payeurs, le dernier recours après un krach bancaire, sont déjà en quasi-faillite ! Ce monstrueux château de carte conduira inéluctablement à une catastrophe européenne et mondiale qui sera pire qu’en 1929.

Marc Rousset 6/02/2017

Source : Metamag.fr

Voir aussi : « Adieu l’argent-roi », un livre de Marc Rousset, une analyse de Pierre Le Vigan

http://www.polemia.com/krach-financier-et-bancaire-en-vue...

13/02/2017

C’est un scandale : Trump tient ses promesses !

Soutien d’Emmanuel Macron après avoir  été celui d’Alain Juppé, Alain Minc présentait le Brexit comme « la victoire des gens peu formés sur les gens éduqués ». Invité en janvier sur le site du journal Les Echos, cette figure du Système expliquait pareillement en janvier que « Les Etats-Unis d’aujourd’hui ne sont pas les Etats-Unis dont nous avons rêvé et qui nous ont sauvé », fustigeait les tenants des frontières et du protectionnisme et vantait « la mondialisation heureuse » ; « d’abord celle des centaines de millions de gens, Chinois, désormais Indiens, des pays du monde en développement, qui sont sortis de la pauvreté et qui ont fabriqué une immense classe moyenne. La mondialisation heureuse, elle relève aussi chez nous de la schizophrénie, c’est-à-dire que l’ouvrier légitimement angoissé pour son job est le même qui, le samedi après-midi, va faire ses courses chez Carrefour, et qui est un bénéficiaire de la mondialisation ».

Outre que notre personnel politique est a priori mandaté pour assurer la prospérité des Français avant  celles de Chinois ou des Indiens, M. Minc apparaît bien déconnecté du réel. Sans même parler de la flambée des prix consécutive au passage à l’euro, ouvriers et employés qui appartiennent aux catégories salariales les plus nombreuses ont un salaire moyen inférieur à 15 000 euros net par an. Alors non, M. Minc, les Français les plus modestes, pour ne rien dire des six millions de chômeurs et des huit millions de pauvres, ne bénissent pas la mondialisation heureuse quand ils doivent remplir leur caddy.

Le procès fait aux contempteurs du laisser-faire laisser-passer  intégral est bien évidemment quasi généralisé dans les gros médias, les mêmes qui fustigent le programme « irréaliste », dangereux », « inconséquent » de Marine… Qualificatifs qui sont aussi utilisés pour dénoncer les premières mesures prises par Donald Trump aux Etats-Unis, notamment sa volonté de mieux réguler les flux migratoires en provenance de pays à risques. Une décision qui n’a rien d’aberrante rappelait dernièrement Bruno Gollnisch  et  approuvée  selon un récent sondage par 57 % des électeurs américains. L’enquête réalisée par le  cercle de réflexion britannique Royal Institute of International Affairs, auprès de 10 000 Européens,  sur la pertinence d’une mesure similaire, à savoir la suspension de l’immigration en provenance de pays musulmans, confirme également les inquiétudes au sein de l’UE. 41% des Espagnols, 47% des Britanniques, 53% des Allemands,  61% des Français, 64% des Belges et des Hongrois, 65% des Autrichiens et 71% des Polonais y seraient  ainsi favorables.  

Le problème de l’immigration n’est pas réductible à la question du fondamentalisme islamique en Europe comme aux Etats-Unis. Le nouveau président américain est aussi violemment attaqué par ses opposants pour son souhait d’expulser les clandestins, notamment les criminels en provenance des pays d’Amérique centrale et  de  bâtir un mur le long de la frontière avec un pays très majoritairement chrétien comme le Mexique.

M. Trump a signé le 25 janvier un décret actant le projet de construction de ce mur qu’il entend faire financer par le Mexique et idéalement par les cartels. Mexique qui est en proie à une violence assez terrifiante et qui exporte aussi  vers son voisin nord-américain sa drogue et ses racailles. Plusieurs milliers de mexicains se sont rassemblés hier pour protester contre ce projet de frontière (plus) étanche. Il est cependant  loisible de comprendre cette inquiétude des Américains quand on sait qu’un tiers du territoire mexicain est contrôlé par les cartels mafieux disposant de 100 000 membres armés. Une guerre à la drogue et entre narco-trafiquants qui selon diverses estimations à fait entre 50 000 et 100 000 morts sous le seule présidence de Felipe Calderón entre  fin 2006 et juin 2012.

Alors ce projet de mur n’est certainement pas la seule réponse efficace pour protéger les Etats-Unis de la violence, de l’immigration clandestine et des trafics, mais ledit projet n’est pas une surprise en ce sens qu’il  avait été clairement  annoncé par le candidat Trump. Et surtout comment contester le droit à un pays de se doter d’une frontière jouant son rôle, c’est-à-dire de filtre entre ce que l’on accepte de faire entrer sur son territoire et ce qui n’est pas admissible ?

https://gollnisch.com/2017/02/13/cest-scandale-trump-tien...

11/02/2017

Sécurité / Aulnay : une semaine d’émeutes - JT du vendredi 10 février 2017

10/02/2017

Quelle alternative : une monnaie réelle ou une monnaie virtuelle ?

Pieter Kerstens

A l’heure où la Commission Européenne planche pour la suppression du cash et force à nous diriger vers la carte plastique, unique modèle de nos paiements futurs pour toutes nos dépenses qui seraient bien évidemment contrôlées, existe-t-il une autre solution ?

Le Bitcoin est une première devise monétaire électronique décentralisée. Cette devise circule via Internet et possède un avantage par rapport aux autres monnaies alternatives : transmission (échanges) via un réseau (le net) sans passer par une banque ou un intermédiaire financier, ce qui réduit les coûts éventuels de transactions et le temps nécessaire à l’exécution de la transaction qui est plus rapide et rend l’opération mieux sécurisée que les transactions financières classiques.

L’utilisation du Bitcoin est planétaire, le compte ne peut pas être bloqué, et il n’existe pas de conditions préalables pour son ouverture. Pour effectuer des transactions, il est nécessaire de passer par des bourses d’échanges et recevoir des devises ou même payer des services comme le taxi, voir l’achat de biens de consommation. Les Bitcoins sont conservés dans un portefeuille électronique dont l’accès est assuré via un ordinateur ou un téléphone. La sécurité des transactions est assurée par des opérateurs rémunérés sur les Bitcoins nouvellement créés. Ces transactions sont enregistrées dans un registre tenu à la disposition du public : la transparence est donc bien supérieure aux flux financiers classiques trop souvent indétectables. Comme ce système de transactions n’est pas soumis à des règles contraignantes, les intervenants comme les entreprises pourraient l’utiliser pour effectuer des opérations sans pertes de changes, à l’instar du WIR en Suisse qui garantit ainsi une meilleure stabilité à l’économie suisse.

Malgré les quelques déboires enregistrés depuis sa conception en 2009, cette devise cryptographique est nettement moins vulnérable que les devises émises par les banques centrales : pas de contrefaçon possible, vols insignifiants par rapport à l’argent classique, impossibilité de stopper les transactions par un quelconque moratoire, inflation par définition impossible car la création de bitcoins est limitée à 21 millions d’unités.

Cependant la volatilité du Bitcoin est en fait une « devise » spéculative plus qu’une devise d’échanges car le nombre d’intervenants n’est pas encore suffisant pour assurer une stabilité des transactions. Plus le nombre d’usagers du bitcoin augmentera plus le cours se stabilisera, sans pour autant ne plus varier parfois fortement. En effet, le cours du bitcoin est passé de 15 USD début 2015 à 1000 USD en décembre 2015 avant de replonger à 215 USD début 2015. En ce début d’année 2017, le cours avoisine les 1000 USD.

Cliquez ici pour le lien permettant de visualiser l’évolution du cours depuis ses débuts.

De plus, comme le compte sur lequel vos bitcoins sont déposés est lié à votre ordinateur il convient de bien protéger celui-ci ainsi que de s’assurer que le fournisseur d’accès à votre portefeuille l’est aussi.

http://synthesenationale.hautetfort.com/

09/02/2017

Le compte à rebours?

La question européenne, et plus précisément celle de notre assujettissement aux instances supranationales de l’UE,  est bien au cœur de la campagne présidentielle française, même si la candidate du FN est, de loin, celle qui lui donne le plus d’importance. Certes, un François Fillon ou  un Benoit Hamon ont amodié (tactiquement, à la marge) leurs convictions européistes pour tenter de séduire les Français les plus rétifs et/ou les plus touchés par les effets ravageurs de la potion bruxelloise.  Le champion le plus assumé d’un  euromondialisme libéral-libertaire débridé est bien Emmanuel Macron dont Régis de Castelnau brosse un portrait sans aménité  sur le site de Causeur. Il  le décrit comme un « télévangéliste » , « une savonnette politique dont le lancement s’est opéré en utilisant toute la puissance et les codes de communication du système »,   par le biais  d’une « propagande furieuse dont il a bénéficié dans tous les médias nationaux ». «  On nous a fabriqué à partir de rien une fausse vedette, à la culture et à l’intelligence soi-disant supérieures, qui fut pourtant un très médiocre ministre, et jusqu’à présent n’a rien produit de notable sur le plan intellectuel. Qu’a-t-il écrit ou dit d’intéressant depuis qu’il est sorti de l’ENA ? Qualificatif que ne méritent ni le triste  livre  intitulé sans peur du ridicule, Révolution (!), ni les enfilages de banalités que sont ses discours. Lesquels commencent d’ailleurs de plus en plus à ressembler à des sketches (…).»

«Emmanuel Macron n’est là que parce qu’il sert de roue de secours à un système aux abois, qui rassemble des grands intérêts économiques et financiers, auxquels se joignent tous ces serviteurs de l’oligarchie qui profitent depuis des années d’un capital financier et symbolique qu’ils souhaitent à tout prix conserver. Il y a là quelques grands industriels mais surtout des banquiers, des politiciens de la fausse gauche qui appréhendent les conséquences de la catastrophe Hollande, des hauts fonctionnaires sans morale, une caste médiatique qui ne veut rien lâcher, et la petite collection d’imposteurs baby-boomers qui nous pourrissent la vie depuis près de cinquante ans. »  « Ce n’est pas un hasard » , poursuit Régis de Castelnau, « si la troupe des insupportables, Kouchner, Cohn-Bendit, Minc, Attali, BHL, Bergé se sont précipités au soutien du Justin Bieber de la politique, le chéquier probablement ouvert pour ceux qui en ont les moyens. Alors, ces élites au bord de l’effondrement ne lésinent pas sur les méthodes, même si incontestablement Macron a rencontré un public, celui des jeunes des couches moyennes supérieures, qui vont bien, qui souhaitent que ça dure et qui se désintéressent complètement de la France d’en bas, dont ils n’ont en général aucune idée des conditions de vie et de la colère. »

A contrario de ces élites française faillies, reconnaissons au moins au Premier ministre Theresa May et aux élus britanniques  leur souci de respecter les vœux de leur peuple. Hier, la chambre des communes a ainsi donné son accord à Mme May pour enclencher le Brexit, la sortie du Royaume-Uni de l’UE avant le 31 mars, malgré  les manœuvres d’entraves de quelques députés pro-bruxellois. Une Union européenne qui n’a plus le soutien de Washington et dont les jours seraient donc comptés si l’on en croit Ted Malloch, ambassadeur pressenti des Etats-Unis  auprès de l’UE, dans  l’entretien  qu’il a accordé le 28 janvier  à James Delingpole ( BreitbartNews), et dont Philippe Grasset sur Voxnr  reprend des extraits.

« On assiste à une révolution et je pense que même ceux d’entre nous qui soutiennent Trump et le Brexit sont surpris par la rapidité du changement. Rappelez-vous que l’Union européenne a été en partie la création des États-Unis, qui ont vu cela comme un moyen de maintenir la paix en Europe en utilisant la France comme contrepoids à l’Allemagne, avec une Angleterre qui jouait à contrecœur les intermédiaires. C’est pourquoi les présidents successifs des États-Unis ont tous soutenu cette institution corrompue, inefficace et antidémocratique. Et voilà que tout à coup, tout change. » « L’UE est finie et le nouveau président des États-Unis fait de son mieux pour accélérer sa fin » affirme encore M. Malloch.

M. Grasset conclut son article en affirmant que «la première rencontre internationale de Trump (avec Theresa May)» « fut aussi une façon, également symbolique mais à notre avis extrêmement significative, de déclarer la guerre à l’UE et d’afficher cette intention de tout faire pour parvenir à la destruction de cette infrastructure supranationale, – parce que Trump est un ennemi acharné de cette sorte de structures, comme il l’est de la globalisation dont elles sont les garantes. »

Le Parlement européen lui, se veut officiellement garant et respectueux des droits des minorités politiques.  C’est pourquoi Bruno Gollnisch a interpellé  mardi lors d’une audition  Emily O’Reilly. Mme O’Reilly médiatrice européenne, chargée depuis 2013 de veiller sur la transparence des institutions européennes, a donc été interrogé par le parlementaire frontiste  au sujet des persécutions judiciaires (au travers notamment de l’affaire dite des assistants parlementaires) dont sont victimes des députés européens FN. Bruno Gollnisch a rappelé que « l’exercice d’une fonction militante  de manière bénévole  par son assistant parlementaire ne lui semblait pas être un conflit d’intérêts,  c’est le cas des assistants-parlementaires toute formation politique confondue ».

« J’ai bien l’intention de saisir la médiatrice européenne, car je crois que les procédures internes au Parlement européen sont de la compétence du médiateur, car nous sommes des citoyens européens comme les autres ». « La politisation de l’administration du Parlement européen, et ses agissements répétés à l’égard de l’ensemble des membres de la minorité, en particulier depuis le Brexit, est un problème qui requière l’attention de la médiatrice », a encore déclaré Bruno Gollnisch.

Aussitôt précise le site Euractiv,  « la médiatrice a répondu  n’avoir pas de rôle à à jouer dans la sphère politique des parlementaires , sans laisser entendre qu’elle comptait donner suite aux demandes de (Bruno Gollnisch). De son côté, la présidente de la commission des affaires européennes, Danielle Auroi, a pointé du doigt que ce genre de demande ne relevait pas du mandat de la médiatrice. » Il y a des minorités certainement plus dignes d’intérêts  que d’autres au yeux des vertueux démocrates des instances bruxelloises… dont l’attitude dans cette affaire notamment donne un écho certain aux jugements d’un Donald Trump, d’un Vladimir Poutine ou d’une Marine Le Pen…

https://gollnisch.com/2017/02/09/compte-a-rebours/

Le protectionnisme, grand absent des élections présidentielles

L'Europe est devenu un des derniers espaces politiques qui se refuse à briser te tabou sur le protectionnisme, et ce malgré ses effets catastrophiques sur le tissu économique du Vieux Continent. Alors même qu'aux États-Unis, centre historique du libre-échange globalisé, le nouveau président s'apprête à engager une politique rigoureusement protectionniste, le valet européen continue à s'accrocher au dogme libre-échangiste.

Le candidat du Parti Socialiste, Benoît Hamon, et celui des Républicains, François Fillon, sont enfermés dans les vieilles solutions de leur parti politique respectif. En effet, aucun des deux n'a osé s'attaquer à la cause première de la crise économique mondiale et européenne : le libre-échange. Chacun des deux proposent les vieilles méthodes - de gauche et de droite - palliatives aux conséquences du libre-échange.

Avec son revenu universel, Benoît Hamon veut, comme la gauche de gouvernement l'a toujours fait, compenser (en l'accompagnant) la destruction de l'emploi, c'est-à-dire aller chercher dans les poches de ceux qui ont encore la chance de travailler, l'argent qui fera taire une partie du prolétariat sans emploi et de tous ceux qui subissent de plein fouet la désindustrialisation. François Fillon, quant à lui, en bon droitard libéral, propose une restructuration, à savoir des coupes budgétaires, en supprimant massivement des emplois dans l'administration, une augmentation de la TVA qui avalisera les plus pauvres et des augmentations d'impôts dont pâtira une fois de plus la classe moyenne de plus en plus paupérisée.

Il ne sera pas venu à l'esprit de ces deux produits poussiéreux de la droite et de la gauche obsolètes, de s'attaquer à la cause première du désastre socio-économique aucun des deux n'a prononcé lé mot banni du langage politique français : protectionnisme. Car s'attaquer au libre-échange, c'est déclarer la guerre aux lobbies et aux puissances financières auxquels le Parti Socialiste et les Républicains sont inféodés.

Quelles sont ces forces et comment ont-elles historiquement imposé au monde un système qui n'a profité qu'à une ultra-minorité et dont le reste de l'Humanité souffre terriblement ?

Les instruments de l’oligarchie : les institutions internationales

Les accords de Bretton Woods de 1944 qui devaient répondre à la crise de 1929 (qui a résulté de la spéculation financière), ont donné naissance à la Banque mondiale et au Fonds monétaire international. Ce qui déboucha de ces accords était conforme à la volonté des États-Unis, à savoir faire du dollar l'instrument de référence internationale et imposer la libéralisation des mouvements de capitaux.

Les règles du commerce international furent traitées durant la conférence de la Havane la même année. Les Américains avaient refusé de signer l'accord visant à réglementer le commerce sur des bases nationales et protectionnistes, eux qui étaient partisans du libre-échange.

L'Organisation mondiale du commerce qui naît en 1995 se chargera de répondre aux désirs des États-Unis en favorisant le système de libre-échange généralisé.

En 1982, un rapport du Trésor américain mettait en lumière la domination qu'exercent les États-Unis sur la Banque mondiale :

« Les États-Unis ont largement participé à l'architecture et à la définition de la mission de la Banque mondiale selon les principes occidentaux de libre-marché... Nous sommes aussi responsables de l'apparition d'une organisation fonctionnant au scrutin proportionnel, supervisée par un conseil d'administration, gérée par un management de haut niveau dominé par des Américains et par du personnel administratif très qualifié. En tant que membre fondateur et principal actionnaire de la Banque mondiale, les États-Unis ont droit à l'unique siège permanent au conseil d'administration de la Banque. »(1)

Comme l'a fait remarquer le Trésor américain et le politologue Philippin qui a promu à l'échelle internationale l'idée - reprise en 2012 (puis abandonnée) par Arnaud Montebourg - de démondialisation (deglobalization), Walden Bello, la Banque mondiale a été un instrument important de la politique globale américaine, car elle a réussi, avec les banques de développement multilatéral, à remplir la tâche difficile d'exiger des emprunteurs de satisfaire des critères de performance standard, une tâche que les États-Unis et les autres prêteurs n'auraient pu imposer dans un cadre bilatéral(2).

Un exemple de l'efficacité de cet outil international à soumettre un pays réticent nous est donné par l'ancien sous-secrétaire au Trésor, Peter McPherson « Nous n'avons pas obtenu beaucoup de succès par nous-mêmes, en essayant de mettre en place une politique de réformes aux Philippines. C'est une question neutre, en quelque sorte. Mais la Banque mondiale,elle, a remarquablement réussi à négocier d'importants changements politiques, que nous soutenons vigoureusement »(3)

Le Fonds monétaire international est autant dominé par l'oligarchie "américaine" que la Banque mondiale, à quelques nuances près...

Walden Bello rapporte que « lors des opérations de renflouement financier du Mexique en 1994-1995 et des pays d'Asie du Sud-Est en 1997 le directeur exécutif du FM, Michel Camdessus, était largement considéré comme un pion du secrétaire au Trésor Robert Rubin (qui vient de la banque Goldman Sachs et qui est depuis 2007 président du CFR) et de son proche assistant Lorry Summers (qui lui succédera au poste de secrétaire au Trésor), poussant le New York Times à parler du Fonds comme d'un "proxy des États-Unis »(4) »(5) C'est certainement une pure coïncidence si ces deux secrétaires successifs au Trésor, Rubin et Summers, sont juifs.

La politique du FMI consiste à pousser les pays en développement à se spécialiser dans la production d'un autre bien exportable en abandonnant la production autoconsommée. En résulte une augmentation des exportations et du PIB mais une diminution de la richesse réelle et l'apparition de problèmes alimentaires.

Le remède qu'a administré le FMI aux pays d'Amérique du sud, d'Afrique et d'une partie de l'Asie, mais aussi à la Grèce, se résume ainsi :

Austérité budgétaire ;

Contraction du crédit,

Déréglementation;

Privatisation;

Libre-échange de marchandises et de capitaux.(6)

En outre, chaque fois que des pays en voie de développement se trouvaient en déficit budgétaire - à cause de cette politique - intervenait le FMI en faisant entrer des capitaux étrangers pour combler le déficit rôle que la banque centrale de chaque pays peut remplir mais qu'interdit le FMI. Ce qui entraîne une réévaluation de la monnaie à la hausse, augmentant ainsi le déficit commercial ; ce qui pouvait faire fuir les capitaux étrangers(7).

En somme, le rôle du FMI consiste à mettre à genou les pays ciblés et à les réduire en esclavage pour le compte des banques judéo-protestantes Goldman Sachs, Rothschild, JP Morgan...

C'est essentiellement l'Organisation mondiale du commerce, créée en 1995, et qui a succédé au GATT (accord général sur les tarifs douaniers et le commerce) datant de 1948, qui a eu pour rôle principal de promouvoir le libre-échange généralisé.

Cette institution est, à l'instar de la Banque Mondiale et du FMI, pilotée par les Américains et leurs vassaux occidentaux et asiatiques, ainsi que l'a bien explicité C. Fred Bergsten, directeur du Peterson Institute of International Economies, lors des auditions du Sénat sur la ratification des accords GATT-OMC en 1994 « l’OMC ne fonctionne pas par votes. Elle fonctionne par un système de consensus qui, à la vérité, est géré par quatre acteurs - les "Quads" : les États-Unis le Japon, l’Union européenne et le Canada… »(8)

Le bilan de la politique de l'OMC dans les pays en développement comme pour les pays développés, est catastrophique(9) monopole des multinationales dans les domaines technologiques (Microsoft, Intel...) et biotechnologique (Novartis, Monsanto), par la privatisation et l'altération de la nature, comme les graines, les plantes ou encore la vie animale, destruction de F agriculture de petites exploitations par les superpuissances agricoles, résultat de l'ouverture des marchés.

Destruction du tissu industriel

Le 19 septembre 2000, le grand reporter du journal britannique Daily Telegraph, Ambrose Evans-Pritchard, rapporte dans un article(10) des éléments tirés d'un document déclassifié du gouvernement américain révélant que c'est la CIA qui a, dans les années cinquante et soixante, fondé et dirigé le mouvement fédéraliste européen.

Le grand reporter britannique explique que « l’Amérique travaillait avec acharnement à pousser la Grande-Bretagne à s'intégrer à un État européen. Un mémorandum daté du 26 juillet 1950, donne des instructions pour une campagne visant à promouvoir un véritable parlement européen. Il est signé du Général William J Donovan, chef du bureau américain des services stratégiques en temps de guerre (OSS), l’ancêtre de la CIA. Le principal levier de Washington sur l'ordre du jour européen était le Comité Américain pour une Europe Unie (ACUE : American Committee on United Europe) créé en 1948. Donovan, qui se présentait alors comme un avocat en droit privé, en était le président.

Le vice-président, Allen Dulles, était le directeur de la CIA pendant les années 1950. Le comité comptait parmi ses membres Walter Bedell Smith, le premier directeur de la CIA, ainsi que d'anciennes personnalités et des responsables de l’OSS qui travaillaient par intermittence pour la CIA. Les documents montrent que l’ACUE a financé le Mouvement européen, l'organisation fédéraliste la plus importante d'après-guerre. En 1958, par exemple, l’ACUE a assuré 53,5 % du financement du mouvement », et il poursuit avec des informations tout particulièrement intéressantes à propos du financement d'hommes politiques européens plus ou moins connus et présentés au grand public comme les architectes de l'Union européenne : « l’European Touth Campaign, une branche du Mouvement européen, était entièrement financée et contrôlée par Washington. Son directeur belge, le Baron Boel, recevait des versements mensuels sur un compte spécial. Lorsqu'il était à la tête du Mouvement européen, Joseph Retinger, d'origine polonaise, avait essayé de mettre un frein à une telle mainmise et de lever des fonds en Europe ; il fut rapidement réprimandé.

Les dirigeants du Mouvement européen Retinger, le visionnaire Robert Schuman et l'ancien Premier ministre belge, Paul-Henri Spaak - étaient tous traités comme des employés par leurs parrains américains. Le rôle des États-Unis fut tenu secret. L'argent de l’ACUE provenait des fondations Ford et Rockefeller, ainsi que de milieux d'affaires ayant des liens étroits avec le gouvernement américain. »

Les Américains n'ont pas seulement fondé et financé ce qui deviendra l'Union européenne mais sont aussi à l'origine de la création de l'Euro ainsi Ambrose Evans-Pritchard rapporte qu'une note émanant de la Direction Europe, datée du 11 juin 1965, conseille au vice-président de la Communauté Economique Européenne, Robert Marjolin, de poursuivre de façon subreptice l'objectif d'une union monétaire. Elle recommande d'empêcher tout débat jusqu'au moment où « l'adoption de telles propositions serait devenue pratiquement inévitable. »

La finalité de ce projet de construction européenne est de neutraliser politiquement et économiquement le Vieux Continent, d'empêcher toute politique indépendante, tant sur le plan intérieur qu'extérieur, et ainsi placer l'Europe sous la tutelle américaine.

L'euro, qui a été créé, comme l'Union européenne, à l'initiative des Américains, a produit, sur l'économie française, les effets les plus néfastes, à savoir la destruction de l'industrie et la paralysie économique du pays(11) et du reste de l'Europe - à l'exception de l'Allemagne qui a bénéficié de cette monnaie à la taille de son économie et qui lui a permis, dans le cadre do marché libre, d'augmenter ses exportations(12) au détriment des industries françaises, italiennes et espagnoles.

La France dans la globalisation économique

À la suite de la crise financière, fin octobre 2008, l’État français a "investi" de pseudo fonds propres - en réalité il s'agissait d'un prêt sur cinq ans. Un prêt à hauteur de 10,5 milliards d'euros accordé à six banques (BNP Paribas, Crédit Agricole, Banque populaire, Crédit Mutuel, Société Générale, Caisse d'épargne), qui ne donnait par conséquent à l’État français aucun pouvoir décisionnel(13).

Le résultat est le suivant les banques ne se sont pas senties contraintes de prêter massivement afin de relancer l'économie, ce que l’État attendait d'elles. Cela est l'un des effets de la globalisation économique, de la prééminence des banquiers et de leur ascendant sur les États, au point que le contribuable s'est retrouvé garant des banques lorsque celles-ci jouent, avec l'argent même du contribuable, dans le casino virtuel de la finance.

Tant que les candidats à l'élection présidentielle ne prendront pas les mesures qui s'imposent - la sortie de l'euro, l'abolition de la loi Pompidou-Giscard Rothschild de janvier 1973, le contrôle des flux de marchandises et de capitaux, la nationalisation des banques ils ne font rien d'autre que du théâtre. Or, aucun candidat, de Jean-Luc Mélenchon à Marine Le Pen, en passant par Macron-Rothschild, Benoît Hamon et François Fillon, n'a osé proposer un plan économique à la hauteur des défis présents et futurs.

Jean Terrien Rivarol du 2 février 2017

1) US Treasury Department, Assessment of US participation in the Multilatéral Development Banks in the 1980s, Washington, DC, US Treasury Department, 1982, ch. 3,p. 1.

2) Congressional Research Service, The United States and the Multilatéral Development Banks, Washington, DC, US Government Printing Office J974, p. 5. Cité par Walden Bello, La démondialisation, 2002, éd. Le Serpent à Plume, 2011, pp. 150-151.

3) Cité dans Walden Bello, the role of the World Bank in US Foreign Policy, Covert Action Information Quartety, N°5, automne 1990, p.22.

4) Cité dans « 20 Questions on the IMF », dans Multinational Monitor, avril 2000, p. 23.

5) Walden Bello, La Démondialisation, pp. 154-155.

6) James K. Galbraith, op. cit.

7) Jacques Sapir, La Démondialisation, éd.Le Seuil, 2011.

8) Déposition devant le Comité sénatorial sur le commerce, la science et la technologie, Washington, DC, 13 octobre 1994.

9) Walden Bello, 0p.cit., pp. 173-181.

10) The Telegraph, Euro-federalists financed by US spy chiefs, 19/09/2000, traduit en français par l'Union Populaire Républicaine le 18 novembre 2011.

11) Voir le graphique de la balance commerciale française <http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanc...>.

12) Voir le graphique de la balance commerciale allemande <http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?codeTheme=7&codeStat=NE.RSB. GNFS.CD&codePays=DEU&codeTheme2=7&codeStat2=x&langue=fr>.

13) Frédéric Lordon, La crise de trop, Fayard, 2009, pp. 127-128.

Les bilans des banques européennes seraient pleines de créances douteuses

(NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie: Encore un krach en vue ? Selon l’Autorité bancaire européenne, les bilans des banques européennes contiennent des créances douteuses, c’est‑à‑dire des créances dont les débiteurs n’ont pas versé les intérêts depuis un certain temps ou qui pourraient ne pas être remboursées. Cette situation pourrait mener à terme à une véritable crise financière, d’autant plus que la politique européenne de prévention contre les faillites reste fragile.

En effet, les fonds mis en place pour garantir les dépôts des entreprises et des particuliers demeurent très limités. La situation de l’Italie est particulièrement préoccupante, puisque le pays compterait près de 360 milliards d’euros de créances douteuses, soit 16 % du bilan des banques. Or l’Etat italien ne pourrait pas sauver toutes les banques en cas de problème majeur, et il serait politiquement douloureux de solliciter en dernier ressort les déposants, conformément aux règles européennes.

http://fr.novopress.info/

08/02/2017

Krach financier et bancaire en vue ! L’Europe passive et impuissante

Marc Rousset

L’Autorité bancaire européenne vient de reconnaître officiellement le risque très grave que représentent les créances douteuses dans les bilans des banques. Mais cet aveu de l’ABE n’est, en fait, que l’arbre qui cache la forêt d’un krach bancaire en vue, suivi d’un krach financier, nonobstant l’inéluctable remontée à venir des taux d’intérêt qui peut déclencher, à terme, un krach obligataire et boursier suffisant, à lui seul, pour mettre aussi au tapis toutes les banques européennes !

Les raisons d’un krach bancaire sont multiples : montant faramineux des créances bancaires douteuses, des capitaux propres bancaires insuffisants pour faire face aux véritables risques des actifs financiers niés par les médias, la folie et l’importance démesurée des marchés des produits dérivés, la quasi-faillite de nombreuses banques avec la Deutsche Bank en tête de liste. Quant à la politique monétaire laxiste de création monétaire européenne par la BCE au rythme de 80 milliards d’euros par mois, pour faire baisser l’euro et les taux d’intérêt, elle ne pourra pas être poursuivie indéfiniment.

Il faut, aussi, savoir que les États et l’Union européenne ont mis en place des fonds « bidon » ridicules et notoirement insuffisants pour sauver les dépôts des entreprises et des particuliers en cas de faillites bancaires. Ces fonds, de plus, ont des capitaux propres insuffisants ; leurs ressources reposent essentiellement sur des emprunts.

On voit donc toute la fragilité du système car, in fine, ces emprunts devront aussi être remboursés par des contribuables.

L’Europe fera face, un jour ou l’autre, au problème des créances douteuses dans les bilans des banques européennes, soit 47 % en Grèce, 47 % à Chypre, 20 % au Portugal, de l’ordre de 10 % dans les pays de l’Est européen, et surtout de 16 % en Italie !

L’Irlande, que l’on pourrait croire sauvée selon les cocoricos médiatiques, en pratiquant le vol fiscal et la concurrence fiscale déloyale avec les pays du continent européen, ne l’est pas puisque son ratio de créances bancaires douteuses est de 14 %.

Le montant des créances douteuses, en Italie, est de 360 milliards d’euros. L’État italien vient de sauver deux de ses banques les plus connues avec maintes difficultés. Il ne semble pas en mesure de sauver toutes les banques si une déflagration se produit. Le talon d’Achille de la zone euro, c’est l’Italie, avec des conséquences directes sur les créances détenues par les banques françaises !

Seuls les contribuables nationaux seront en mesure de combler, théoriquement, les créances douteuses des banques européennes. L’Italie n’a pas respecté les règles européennes consistant à faire payer les déposants lors des derniers sauvetages bancaires car c’était, tout simplement, politiquement et moralement impossible, sous peine de voir Beppe Grillo arriver au pouvoir.

Si l’Histoire est imprévisible, les krachs financiers et bancaires sont, eux, prévisibles, mais le Système est malin, vicieux, rusé et sait se défendre en manipulant les cours de l’or par les prêts en or des banques centrales aux banques, en utilisant tous les artifices comptables et de l’endettement public ou privé tous azimuts. Et n’oublions pas, enfin, qu’au-delà de la Grèce et de l’Europe du Sud, des États comme la France et même les États-Unis et le Japon, c’est-à-dire les derniers payeurs, le dernier recours après un krach bancaire, sont déjà en quasi-faillite ! Ce monstrueux château de cartes conduira inéluctablement à une catastrophe européenne et mondiale qui sera pire qu’en 1929 !

Source cliquez ici

http://synthesenationale.hautetfort.com/

07/02/2017

Revenu universel et remplacement de population

Selon les thuriféraires du revenu universel, les temps seraient proches de la dissociation définitive des notions de travail et de revenu et le fameux précepte tiré de la Genèse, intimant à l'homme de gagner son pain à la sueur de son front, serait à remiser prochainement au rayon  des vieilleries obsolètes. Au flou de la notion de revenu universel recouvrant autant de réalités que de courants de pensée correspond une kyrielle de dénominations : revenu de base, allocation universelle, revenu inconditionnel, revenu d'existence, revenu de citoyenneté, salaire à vie, salaire universel... cette liste ne prétendant même pas à l'exhaustivité. À cette imprécision de dénomination correspondent autant de théories, de motivations et de déclinaisons que de partisans. Conceptions fumeuses, finalités diverses sinon contradictoires et projets de financement parfois aux limites du psychédélique brouillent un débat prétendument sérieux pour un projet jugé farfelu par le plus grand nombre.

De quoi s'agit-il ? Dans l'idée des concepteurs du revenu universel, un pécule serait versé mensuellement à tous les membres d'une communauté, française en l'occurrence, de façon indifférenciée, sans aucune condition d'aucune sorte, ni obligation de travail, du SDF au milliardaire et cela de la naissance à la mort. La paternité de l'idée elle-même, évoquée par Thomas More dans son roman au titre révélateur, L'Utopie, remonte au 16e siècle et peut s'enorgueillir d'avoir régulièrement séduit des personnalités aussi dissemblables que possible. Du Britannique Thomas Paine, militant en 1797 pour un revenu minimum général, alimenté par les propriétaires terriens au philosophe Michel Foucault le préconisant pour libérer les individus du contrôle de l’État, en passant par Napoléon et Martin Luther King, le revenu universel enthousiasme aujourd'hui deux très larges courants que tout semble, en apparence tout au moins, opposer. La gauche, l'extrême-gauche et sa cohorte hallucinée, au rang desquels les fameux altermondialistes, d'une part, et certains tenants du capitalisme libéral, d'autre part, cheminent parallèlement à la recherche du meilleur des mondes, d'un monde dans lequel il serait loisible de vivre sans jamais travailler. Sans pour autant évoquer une ténébreuse alliance comme celle qui permit l'émergence, la conquête et l'installation du communisme, plusieurs décennies durant sur une grande partie de la planète, force est de constater une bien curieuse convergence placée sous les auspices d'un Marx prédisant une humanité sortant du salariat comme d'un Milton Friedman, fondateur de l'école de Chicago et véritable référence du libéralisme économique débridé.

L'ultime transgression de la nature humaine revendiquée par les défenseurs du concept, prétend instaurer une forme d'assistanat légal dispensant ceux qui le souhaitent de se battre et de se mesurer dans le monde du travail. Les chantres de la fin du salariat y voient une mesure favorisant tout à la fois l'émancipation des individus, la lutte contre la pauvreté, une adaptation aux nouvelles formes d'emploi indépendantes de type Uber et surtout un libre-choix pour le citoyen de travailler ou non. Mais ce fantasme, partagé par tous les fainéants congénitaux du monde, nec plus ultra de l'idéologie égalitaire, en apparence tout au moins, cumule les contradictions les plus affligeantes par les principes mêmes qui le fondent. Prétendre œuvrer à l'égalité de tous en attribuant un pécule de 5 à 800 euros - c'est la fourchette la plus largement partagée par les divers courants - à celui qui émarge à plusieurs dizaines de milliers d'euros par mois comme à celui dont ce sera l'unique ressource et au jeune de 18 ans comme au retraité relève manifestement d'une sottise affligeante. L'idéologie, l'utopie, donc l'erreur, devraient quand même respecter certaines limites ! À ce niveau de niaiserie, sa taxation suffirait pour le coup à financer la ruineuse rêverie.

Une population active surnuméraire

L'idée généreuse du grand partage de richesses produites par des effectifs en décroissance permanente sous les effets conjugués des délocalisations, de la robotisation et de la digitalisation de l'économie et qui permettrait d'assurer un revenu de survie aux millions de laissés-pour-compte a certes de quoi séduire les plus insouciants mais aussi de terrifier les plus lucides. La vieille chimère du salaire à vie, sans fournir pour autant le moindre travail en contrepartie, trouve aujourd'hui ses défenseurs les plus ardents dans les « think tanks » de gauche mais aussi parmi les tenants libéraux du grand détricotage généralisé du monde du travail, du code éponyme, de la protection sociale et de du salariat. Ainsi, par exemple, la Fondation Jean Jaurès, sous l'égide de laquelle François Hollande avait prononcé son discours d'entrée en campagne électorale, le jour de la commémoration des quatre-vingts ans du Front populaire de Léon Blum, préconise-t-elle rien moins que la suppression de la retraite et de l'assurance-santé au bénéfice d'un revenu unique de 1 200 euros mensuels à partir de 65 ans, avec lequel, il faudrait donc à la fois vivre et se soigner. Défi évidemment impossible lorsque l'on connaît le coût des consultations, de l'imagerie, des examens médicaux et des médicaments. Son directeur depuis l'année 2000, Gilles Filchestein, membre du club Le Siècle, fut proche collaborateur de Dominique Strauss-Kahn - dont on connaît, par son ouvrage L'avenir de la vie, le sort qu'il réserve aux plus de 60 ans - et de Pierre Moscovici, est aussi co-auteur, avec Matthieu Pigasse, l'un des propriétaires du quotidien Le Monde, de l'ouvrage glaçant, paru en 2009, « Le monde d'après, une crise sans précédent ». Le chômage de masse et l'oisiveté prévisible d'une large partie de la population active rendue surnuméraire par les technologies nouvelles relèvent hélas d'une prospective réaliste qui rend d'autant plus criminelle l'actuelle politique migratoire.

Un dispositif ruineux

Le financement d'un revenu universel serait évidemment à la hauteur de l'utopie dont certains partisans envisagent froidement la ruine des classes moyennes et la confiscation d'une bonne part des patrimoines.

Le ministre et candidat socialiste à la présidence de la République, Benoît Hamon, qui est arrivé dimanche soir en tête du premier tour des primaires de la gauche avec plus de 35 % des voix, évoque un revenu inconditionnel de 750 euros mensuels pour tous les citoyens majeurs. Sa proposition coûterait, au bas mot, plus de 300 milliards d'euros à ponctionner essentiellement, selon lui, sur les patrimoines et par l'impôt sur le revenu. Voici qui présente au moins le mérite de la clarté.

Selon le magazine Alternatives économiques, un revenu universel de 500 euros versé à chaque Français, augmenterait le taux de prélèvements obligatoires de 12,4 %, soit de 44,7 % du PIB (en 2015) à 57,1 %. Il faudrait en conséquence augmenter, précise le magazine, les recettes fiscales, tous impôts confondus, de 45 %. Cette hypothèse basse de 500 euros mensuels, sorte de pauvreté pour tous institutionnalisée, aurait donc définitivement raison des classes moyennes et des patrimoines. La misère de France et d'ailleurs pourrait ainsi vivoter au détriment des classes moyennes et de leurs économies. "Les plus courageux d'entre les bénéficiaires de cette allocation passeraient leur vie à la recherche des petits boulots, d'emplois saisonniers, des missions d'intérim, de vacations, afin d'améliorer un peu ce revenu de subsistance. Les quelques centaines d'euros versés chaque mois ne constitueraient, dans cette optique, qu'une sorte de compensation très partielle des méfaits du capitalisme sauvage. À titre d'autre exemple et pour conforter ces chiffres sidérants, la Finlande a décidé d'expérimenter cette billevesée, de 2017 à 2019, avec l'attribution d'une allocation universelle de 550 euros par mois qu'elle envisage de financer par une taxation de 42 % des salaires supérieurs à 550 euros. Aux Pays-Bas, une trentaine de communes plus ou moins dominées par les écologistes prétend effectuer un test, sans plus de précisions mais les seules véritables tentatives d'instauration du revenu inconditionnel se limitent, pour le moment, à... la Namibie et à l'Alaska, les timides expériences menées au Canada et au Brésil étant trop incomplètes pour en tirer la moindre conclusion positive.

Un avenir professionnel sous le signe de la précarité

Le discours sur le revenu inconditionnel ou universel officialise sans doute l'aveu d'échec des politiciens de tous bords et de leurs prétendues politiques de l'emploi auxquelles plus personne n'accorde le moindre crédit. Les litanies et incantations psalmodiées depuis des décennies en faveur d'une politique de l'emploi, des jeunes, des seniors et du reste ne parviennent plus guère à duper le citoyen électeur. Pas plus que les dérisoires guerres, toujours perdues, menées sur un insaisissable front de l'emploi. Quant aux tripatouillages statistiques du Pôle Emploi, de l'INSEE et consorts, ils risquent de s'avérer bien insuffisants pour camoufler la réalité d'un monde du travail menacé par la déferlante de la digitalisation et la robotisation, d'une part, et l'"ubérisation" de l'économie, d'autre part. La raréfaction du salariat et la multiplication actuelle et prévisible des contrats courts, de l'intérim, des plateformes de mises en contact direct (Uber, BlaBlaCar, etc.), obligent évidemment à repenser les modes de solidarité redistributifs et par conséquent l'ensemble de la protection sociale.

Même le très officiel Conseil National du Numérique (CNN), dans son rapport remis en janvier au ministre du travail Myriam El Khomri, établit un lien incontestable entre digitalisation de l'économie, chômage de masse et « nécessité de renouvellement de nos modèles de solidarité et de redistribution » et préconise clairement un salaire universel. Discours parfaitement cohérent avec ceux des libéraux, défenseurs du capitalisme international sans entrave et sans respect des hommes dont l'idéologie libre-échangiste, l’immigrationnisme et la conception uniquement financière de l'activité économique ont amené les économies nationales au bord du précipice. Ennemis jurés du contrat à durée indéterminée et apôtres de la fin du salariat et de son système de protection sociale, ils ne rêvent, sous les avenants concepts de flexibilité, flexi-sécurité, refonte du modèle social, simplification du droit du travail et autres, que d'en finir avec un salariat, certes en voie de paupérisation, mais encore beaucoup trop dispendieux à leur goût.

Un financement sur mesure pour le remplacement de population

Qui pourrait un instant croire que la concomitance de l'âpre débat sur le revenu universel, vieille lune enfouie depuis longtemps, avec la crise des "migrants" doive tout au hasard ? Est-ce aussi un hasard si, en janvier 2013, soit moins de deux ans avant les arrivages aussi massifs que suspects de "migrants" la Commission européenne a donné son autorisation à l'Initiative citoyenne européenne (ICE) pour une collecte de signature dans quatorze nations européennes afin de pouvoir étudier l'hypothèse d'un revenu de base européen ? Ce dessein généreux en apparence, sur le dos des classes moyennes et des possédants, s'inscrit à l'évidence dans la perspective mondialiste de brassage, de métissage des populations européennes et d'accueil de millions d'allogènes en remplacement des Français de souche. Assurer un revenu de subsistance à toute personne présente sur le sol national, sans passer par les guichets multiples et abscons de l'aide sociale, constitue à l'évidence le levier essentiel du remplacement de population. Aucun des concepteurs et défenseurs du revenu universel ne peut ignorer l'aggravation sans précédent de la déferlante migratoire qu'un tel dispositif provoquerait. Il s'agit bien en conséquence d'une volonté délibérée de submersion migratoire en vue d'un remplacement de population à faire financer par les autochtones sommés de se saborder et de s'effacer dans les meilleurs délais.

Considération à rapprocher, dans un tout autre registre mais à l'évidence complémentaire, des mesures de libéralisation de l’avortement et, plus récemment, de la pénalisation de sa contestation. À rapprocher aussi du débat, pour l'instant mis en sourdine dans le verbe mais non dans les faits, sur l'euthanasie. Nous pouvons concevoir que ces quelques corrélations rapidement proposées puissent passer pour complotistes si n'existaient, à la portée de tous, grâce à Internet notamment, des dizaines, centaines et même milliers d'informations et de citations les confortant. Éliminer de plus en plus d'autochtones, importer le plus grand nombre possible d'immigrés et maintenant envisager froidement le financement des remplaçants par les remplacés, le tout sur un renforcement répressif interdisant toute légitime défense et jusqu'à la simple dénonciation de l'engrenage, voici la situation et la boucle semble bouclée. Présentée ainsi, la situation apparaît claire, non ? En regard de ces enjeux de survie, il devient de plus en plus difficile d'accorder la moindre attention et le moindre intérêt aux discours mièvres des candidats en lice pour la magistrature suprême.

Arnaud Raffard de Brienne Rivarol du 26 janvier 2017.

06/02/2017

ATTAC en rêvait… Et si Donald Trump le faisait ?

L’altermondialisme eut longtemps des allures de chimère, portée par des gens n’ayant pas toujours les moyens de leur politique. Au contraire de Trump ?

Des mois durant, les souverainistes européens de tous bords luttaient contre le TAFTA, ce grand marché transatlantique consistant à asseoir un peu plus encore la domination américaine sur la planète. Au Sud du Rio Grande, d’autres souverainistes refusaient l’ALENA, son équivalent latin. En vain.

Et voilà que de quelques traits de plumes sur un parapheur, le nouveau locataire de la Maison Blanche réussit là où tous ou presque avaient échoué. Bien évidemment, la politique néo-isolationniste des USA ne signifie pas qu’elle abandonnera son traditionnel impérialisme ; mais, comme écrit par Jean Quatremer dans Libération, le 25 janvier dernier : « Ce faisant, il tourne le dos à 70 ans de politique commerciale américaine qui, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, a consisté à promouvoir le libre-échange, non seulement parce que l’économie américaine en profitait, mais aussi parce que Washington considérait qu’il s’agissait d’un facteur de paix par la contribution qu’il apportait au développement. »

Mieux, ou pire, mais il s’agit là d’une question de point de vue : « Ce retour au protectionnisme des années vingt-trente, celui-là même qui a mené le monde à la guerre, est non seulement inquiétant, surtout si l’on ajoute à cela le probable retrait américain de l’accord de Paris sur le changement climatique, la remise en cause de l’utilité de l’OTAN, son scepticisme à l’égard de l’avenir de l’Union européenne ou son agressivité à l’égard de la Chine, mais totalement à contretemps : les États-Unis connaissent une forte croissance qui a effacé les effets de la crise financière de 2007 et sont, désormais, en situation de plein-emploi, même s’il y a d’importantes poches de pauvreté dans le pays. »

Lire la suite

Bernard Monot : Soutenir les entreprises en favorisant l’économie réelle.

01/02/2017

Politique et Eco n° 120 : L’Etat comme problème et non comme solution avec Me Jean-Philippe Delsol

31/01/2017

Piero San Giorgio - Interview de Charles Sannat à propos de l'état des marchés en début 2017

Politique et Eco n° 120 : L’Etat comme problème et non comme solution avec Me Jean-Philippe Delsol

28/01/2017

Revenu universel ? – Entretien avec Eric Verhaeghe

Present-revenu-universel.jpg

La question du revenu universel revient souvent dans les débats de la présidentielle. L’enthousiasme ou la répulsion qu’il suscite semblent basés sur une incompréhension ou une méconnaissance de ce concept. Eric Verhaeghe, que nous avions interrogé lors de la parution de Ne t’aide pas et l’Etat t’aidera (Présent du 25 février 2016), livre où il aborde la question, nous donne quelques clés pour mieux saisir les enjeux de ce fameux revenu.

8788-20170128.jpg— Dans votre livre, vous écriviez que le revenu universel est « l’avenir de la Sécurité sociale ». Pouvez-vous nous rappeler les caractéristiques de ce dispositif tel que vous le concevez ?

— Il me semble qu’il existe un malentendu curieux sur le revenu universel tel qu’il est promu par certains « libéraux ». Ceux-ci veulent ajouter une sorte de nouvelle prestation sociale, dont le coût est colossal, et qui bénéficierait à tout le monde. De mon point de vue, c’est une erreur de sens : le revenu universel ne doit pas s’ajouter aux prestations sociales existantes, et en particulier à la sécurité sociale, mais il doit la remplacer. Au lieu d’ajouter 400 milliards aux près de 1 000 milliards de prélèvements publics existants, il vaut mieux transformer les 600 milliards qui financent l’offre sociale (notamment l’offre médicale) en 600 milliards d’allocation universelle qui permettraient aux Français de souscrire aux contrats d’assurance sociale de leur choix. L’utilisation de ces 600 milliards serait exclusivement réservée à la souscription de contrats de protection sociale. On évite ainsi l’effet « paresse ». Le revenu universel ne sera pas versé pour acheter des téléphones portables ou des voitures, mais pour que chacun assure sa propre protection. La mesure est éminemment responsabilisante.

— Ce n’est donc pas une incitation à ne plus travailler et à se laisser vivre – objection qu’on entend souvent ?

— Eh non, puisque l’argent n’ira pas directement dans la poche des assurés et ne pourra être utilisé pour des babioles. Il sera fléché vers la protection sociale. Simplement, au lieu de subir une sécurité sociale déresponsabilisante comme aujourd’hui (avec cette fameuse phrase qu’on entend dans le métro : « J’ai droit chaque année à X jours de congé maladie », ou cette conviction ancrée dans certaines campagnes selon laquelle la sécurité sociale doit rembourser le taxi des malades jusqu’à l’hôpital), les Français devront faire un choix individuel réfléchi pour satisfaire à leur obligation d’assurance.

— Marc de Boni, journaliste au Figaro, écrit que la proposition d’un revenu universel se situe « à la jonction de la vision marxiste et de la pensée libérale ». Cela vous paraît-il juste ?

— Il me semble que le revenu universel est d’abord une idée libérale. Les marxistes l’ont volontiers repris à cause du malentendu introduit par certains « libéraux », pour qui le revenu universel est un outil de lutte contre la pauvreté. Sous l’expression « revenu universel » coexistent deux notions distinctes : d’un côté, la vision libérale d’une redistribution égalitaire d’une partie du PIB pour que chacun soit protégé, de l’autre, une vision plus marxiste selon laquelle le revenu universel est un outil nouveau et supplémentaire de lutte contre la pauvreté.

Propos recueillis par Samuel Martin

Entretien paru dans Présent daté du 28 janvier 2017

http://fr.novopress.info/203093/revenu-universel-entretie...

27/01/2017

Le revenu universel, salut du capitalisme ? (Julien Rochedy)

26/01/2017

Sortie (très attendue) à la fin du mois de janvier du livre d'Alban d'Arguin : EOLIENNES SCANDALE D'ETAT

2821599050.jpgC’est l’ouvrage le plus com­plet sur la ques­tion des éo­liennes à ce jour. L’auteur en cerne les origines à travers l’écologie qui, dépouillée de ses oripeaux de la « bien pen­sance verte », apparaît sous son vrai visage de parti de l’étranger rassembleur des der­niers trotskystes à la solde du mondialisme. Il en démasque aussi la dialecti­que et les enjeux fondés sur trois affirmations hasar­deu­ses : la lutte contre le « réchauffement » climati­que, l’extinction « imminente » des énergies fossiles, et la « nécessaire » sortie du nucléaire.

La thèse de l’auteur est terri­ble : L’éolien est un scandale d’Etat qui conduira tôt ou tard les politiques français promoteurs de cette aberra­tion devant la Cour de justice de la Ré­publique.

Ce livre est une arme essen­tielle et exhaus­tive dans le combat, à la disposition des mé­dias objectifs, des politi­ques incorruptibles (il en reste sans doute) et de ceux qui luttent avec courage au quotidien partout en France où sortent de terre de nou­veaux parcs éo­liens.

Il y a une impérieuse urgence à rejeter les in­jonctions dic­tatoriales de la Commission euro­péenne si on ne veut pas assister à l’agonie de la France défigurée, la France infectée, la France spoliée...

Eoliennes scandale d'Etat, Alban d'Arguin, Synthèse éditions, collection Pourquoi ?, 178 pages, 20 €

L'auteur : Alban d'Arguin, DEA de droit public, DEA d'histoire, Études d'actuariat (ISUP Paris) a fait une carrière de manage­ment et de direction générale à l'international dans un grand groupe financier. Il est retiré aujourd'hui dans l'ouest de la France où il travaille à la restauration d'un domaine entouré de vergers anciens. Il collabore épisodiquement à plusieurs re­vues sous forme de chroniques. Passionné par l'ornithologie et les questions environnementa­les, il a participé récemment à la création d'une association op­posée à l'implantation d'un parc industriel dans sa région. Confronté à l'aberration de ce projet "d'énergie du vent", il a décidé d'instruire objectivement et exhaustivement la question de l'éolien en France

Bulletin de commande

Le commander en ligne cliquez ici

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Le monde va vers une crise financière majeure, bien pire qu’en 2008

Menace d'une très lourde amende aux États-Unis - elle pourrait atteindre les 14 milliards de dollars pour son implication dans la crise des subprimes en 2007, Deutsche Bank fait depuis plusieurs mois les titres de l'actualité. Mais qui est cette banque auprès de laquelle le gouvernement allemand refuse - du moins officiellement - de venir en aide ? Pendant plus d'un siècle, rétablissement fondé par Adelbert Delbrück, étroitement lié aux fleurons industriels allemands, a régné en maître sur le capitalisme rhénan. Lorsque la Deutsche Bank a racheté Morgan Grenfeld en 1989 puis dix ans plus tard l'Américain Bankers Trust, elle s'est transformée en un fonds spéculatif géant (ou « hedge fund »). Sa division Global Market est devenue un pilier majeur de la banque. La Deutsche Bank se plonge dans le jeu des paris risqués et devient un des acteurs principaux des plus grands scandales financiers au monde : manipulation de taux, de devises ou de certificats de CO2, crédits "subprime", qui le rattrapent aujourd’hui avec la menace d'amende ci-dessus mentionnée.

La qualité incertaine des bilans des services de cette banque liés aux activités spéculatives est la source première de l'inquiétude qu'elle suscite. Deutsche Bank, ce sont des pertes de 6,8 milliards d'euros et une capitalisation boursière qui a fondu de moitié depuis le début de 2016. Son action, qui valait 102 euros en 2007, n'en vaut plus que 12 actuellement. ; c'est aussi 72 000 milliards d'euros de produits dérivés, tels les « Coco Bonds) »(1) que Warren Buffet, l'investisseur le plus riche au monde, a déjà qualifiés « d'armes de destruction financière massive ».

Le cas de la Deutsche Bank est emblématique de la situation financière internationale actuelle : la crise de 2008 n'a pas calmé les ardeurs spéculatives : c'est tout le contraire qui s'est passé. La dette globale des gouvernements, des entreprises, des ménages et ai monde financier a augmenté de - 57 000 milliards de dollars entre 2007 et 2014 pour atteindre 200 000 milliards de dollars, soit 286 % du PIB mondial (selon le cabinet Mac Kinsey), le tiers de cette augmentation étant imputable aux États. La valeur des actifs financiers dépasse 250 000 milliards de dollars tandis que les produits dérivés hors bourse - les OTC (cf. ci-après) dont les transactions se font directement entre les courtiers (traders) et pour lesquels il n'existe pas de comptabilité transparente - sont de l'ordre… de 630 000 milliards de dollars ! On estime que 40 % des transactions boursières aux États-Unis se font hors de la bourse contre 16 % en 2008. De même, les établissements traditionnels de dépôt ne représentent plus que 20 % des marchés de crédit.

Quel est l'état des lieux et que peut-on envisager dans un avenir relativement proche ?

Des réglementations toujours plus contournées

Certes, depuis 2008, les Etats et les institutions officielles ont pris de multiples mesures d'assainissement. l'augmentation des fonds propres des banques afin de réduire les risques liés à leur exposition et tes tests de solvabilité sont tes plus connues de ces mesures. Plus de 14 000 mesures de régulation du secteur bancaire et financier ont été édictées le Dodd Franck Act voté en 2010 avec ses 2 300 pages dont l'objectif est de mettre de l’ordre dans la finance en est une pièce maîtresse ainsi que son annexe, la règle de Volker de 2010 visant à limiter les investissements spéculatifs (2) ; le ratio structurel de liquidité à long terme (NSFR) des accords Bâle III (3), Mifid II de 2014/16 (ou Directive des marchés d'instruments financiers révisée visant à réformer les marchés financiers dans l'Union européenne et à réguler les marchés de capitaux).

Or l’activité financière et bancaire contourne de plus en plus les circuits réglementés elle se déplace vers des lieux et des pratiques pour le moins opaques, que l'on désigne sous l'appellation générique de « finance de l'ombre » (en anglais Shadow banking). Celle-ci représente, selon le Conseil de stabilité financière (CSF), organe créé par le G20 en 2009 pour surveiller les risques financiers, plus de 80 000 milliards de dollars d'actifs, soit plus que le PIB mondial estimé à 78 000 milliards de dollars.

Par surcroît, ce secteur connaît une croissance supérieure au secteur bancaire traditionnel, visible et soumis aux règles officielles : plus de 30 % de progression entre 2007 et 2014. Il représente plus de 25 % du système financier, les banques traditionnelles voyant leur part réduite à 45 %, celle-ci diminuant sans cesse. En 2016, aux États-Unis, 75 % des crédits accordés aux entreprises le sont par des sociétés non bancaires : fonds spéculatifs, sociétés de leasing, sociétés d'assurances. En Europe, si les banques comptent encore pour les deux-tiers dans les fournisseurs de crédits aux entreprises, cette part ne cesse de diminuer, et cela rapidement.

Cela signifie qu'une part croissante de l'endettement échappe aux règles bancaires édictées par les États et les organismes internationaux. Ces affaires sont traitées par des fonds spéculatifs spécialisés dans les activités de crédit, par des fonds de capital-investissement.

En outre, ces crédits reposent sur du financement à court terme selon le mécanisme suivant les prêteurs empruntent sur le marché monétaire à des taux très bas puis investissent ces liquidités en gagnant sur la différence entre le coût de leur emprunt et les bénéfices de leurs placements. En outre, à côté des bourses officielles, apparaissent des bourses non réglementées - les dark pools - (ou fonds communs noirs), créées par de grandes banques et des sociétés de courtage pour des cercles d'investisseurs, au sein desquels s'échangent toutes sortes de produits financiers (actions, obligations, produits dérivés) de manière non transparente, c'est-à-dire sans publicité des prix annoncés d'achat et de vente.

Autrement dit, la spéculation ne s'est jamais aussi bien portée que depuis la crise de 2008 née elle-même de pratiques spéculatives. Surtout, une part croissante de la finance échappe à toute régulation tout se passe comme si, au fur et à mesure que les États voulaient établir - sinon rétablir - leur autorité sur le monde de la finance, celui-ci se dérobait toujours plus. Plus les États imposent légalement des règles de prudence, plus l'activité financière déserte les circuits "officiels" Lorsque des contraintes réglementaires entravent l'expansion des marchés, les affaires émigrent dans des zones nouvelles, non réglementées. L'inventivité financière semble ne pas avoir de limites. Les seuls acteurs financiers qui sont sous contrôle sont comme toujours, les moins dangereux, les petites institutions bancaires qui n'ont pas les moyens, ou l'occasion, de se soustraire. Cela présente un accroissement considérable, quasi exponentiel, des risques qui pèsent sur l'économie réelle, sur les comptes des particuliers, des entreprises, surtout les petites et moyennes.

La troubles connivence des autorités publiques

Néanmoins, à l'origine de ces dérives, se trouvent les pouvoirs publics, en l'occurrence les banques centrales qui, en espérant relancer l'activité économique, pratiquent une politique de crédit gratuit et même, maintenant de crédit subventionné en ce sens que leurs taux d'intérêt sont négatifs : en clair, cela signifie que les emprunteurs ne paient plus de taux d'intérêt mais au contraire reçoivent des banques centrales de l'argent lorsqu'ils empruntent. Autant dire que ce jeu malsain ne pourra durer indéfiniment.

Ce n'est pas tout : la mise en place des réglementations est anormalement longue. Certes, l'obstruction de groupes d'intérêts joue son rôle. Mais les organes de régulation trouvent un intérêt au développement de cette finance de l'ombre (fonds spéculatifs, sociétés de private equity liées aux précédents)(4). Selon le CSF, il s'agit d'une source de diversification des risques pour le système bancaire et cela offre une saine concurrence aux banques.

L'inflation de crédit est telle que le fait de remonter les taux d'intérêt tant soit peu risque de provoquer une crise, comme lorsque la Réserve Fédérale américaine (FED a entre 2004 et 2007 relevé son taux directeur à plus de 5 %. Mais nous y reviendrons - c'est une pratique constante dans l'histoire financière lorsque ceux qui détiennent les leviers de la finance veulent provoquer une crise, ils laissent la spéculation se développer sur un fond de facilités de crédits puis, à un moment jugé propice, ils font remonter les taux, provoquant inévitablement une crise. Celle de 1929 a été provoquée ainsi par le relèvement des taux le 6 août 1929, l'effet se produisant en octobre.
Par ailleurs, la lutte contre les paradis fiscaux, affichée par les différents États occidentaux, est antinomique du développement de cette finance de l'ombre puisque l'objectif de cette dernière est de rendre invisibles les traces de ces transactions. L'un concerne une sorte de marché noir boursier, l'autre concerne un marché noir fiscal il s'agit de rendre le moins identifiables possibles ces transactions et surtout leurs auteurs. En établissant les transactions dans des zones extra-territoriales, derrière des façades juridiques et des prête-noms, des fortunes entières échappent à tout contrôle et taxation de la part des États. L'évasion fiscale serait de Tordre de 30 000 milliards de dollars, selon Tax Justice Network (Le Monde, 04/04/2013).

En outre, étant donné que les activités financières s'évadent dans un monde opaque, comment les autorités publiques peuvent-elles les réguler lorsque la plupart des informations nécessaires à cela leur échappent ?

Depuis longtemps, le principe fondamental qui guide la finance est la spéculation, notamment en se finançant à court terme pour créer des produits à long terme. Les taux bas facilitent ce jeu pervers et dangereux. Tout cela ne peut que développer de manière vertigineuse ce que l'on appelle les « risques systémiques ». Mais quels sont les pratiques et les acteurs de cette dérive ? Nous allons maintenant donner quelques éléments de réponse.

Les fonds spéculatifs

Les fonds spéculatifs (FS.) sont des fonds ; d'investissement non cotés fondant leur activité sur la spéculation. Ils recherchent des rentabilités élevées et usent des produits dérivés(5) tout autant que de « l'effet de levier » (en anglais LBO Leveradge Buy Out), c'est-à-dire l'achat d'actifs ou de sociétés avec un maximum d'endettement et un minimum de fonds propres. Les fonds spéculatifs (ES) présentent l'intérêt d'offrir une diversification supplémentaire aux porte-feuilles "classiques" car leurs résultats sont en théorie déconnectés des performances des marchés d'actions et d'obligations réglementés. Or, avec les réglementations qui renchérissent et compliquent les transactions, les entreprises se financent de plus en plus sur ces circuits, au point que l'essor de la dette d'entreprises sous forme d'obligations a marginalisé le crédit bancaire, principalement en ce qui concerne la dette de faible qualité qui ne cesse de croître (cf., ci-après). Alors que les banques doivent reconstituer des fonds propres pour répondre aux nouvelles réglementations pour couvrir ; les risques de trading et de crédit, que la . spéculation est encadrée, les fonds spéculatifs (FS), qui n'ont pas ces contraintes, ont pu se développer à leur aise.

De fait, depuis 2008, les fonds spéculatifs (FS) ont commencé à pratiquer l'activité bancaire. Certes, ce ne sont pas des banques dans la mesure où ils ne prennent pas de dépôts mais leur rôle s'y assimile. D'ailleurs, en 2008, ils avaient bénéficié des crédits des banques centrales tout comme les banques. Aujourd'hui, l'essentiel du crédit d'entreprise passe par rémission d'obligations sur le marché des capitaux, notamment aux États-Unis, la part du crédit bancaire, est passée de 25 % à moins de 10 % entre 1980 et 2014 tandis que celle des obligations est passée de 37 % à 59 % durant la même période. En Europe, cette part est descendue sous les 60 %. Les fonds spéculatifs (FS) sont ainsi devenus des créanciers majeurs des entreprises dans la mesure où ils achètent leurs titres et les gèrent pour le compte de celles-ci.

Or, par l'importance des fonds investis et les risques pris dans leurs stratégies d'investissement peu ou pas réglementées, ils développent des risques potentiels élevés, d'autant plus qu'ils n'ont pas d'obligation de les publier seule une faible part de leur activité est connue lorsqu'elle passe par les circuits régulés.

En fait, ils veulent bénéficier du statut bancaire sans en avoir les contraintes. Au-1 dace dans la prise de risque, informations proches du délit d'initiés font la force de ces fonds spéculatifs (FS). Parmi eux figure George Soros.

Les activités de "Private equity"

Plus encore, l'activité de conseil sur les marchés des capitaux est passée en grande partie des banques aux fonds traitant des affaires de private equity. Ceux-ci conseillent les opérations de fusion-acquisition. Les actifs de private equity sont de Tordre de 3 800 milliards de dollars (dont 2 800 milliards de dollars pour les fonds spéculatifs). Ils ont nom Blackstone, Carlyle, KKR (Kohlberg Kravis Roberts). On les retrouve dans le financement de la Silicon Valley, dans celui de Uber Technologies qui a défrayé la chronique avec ses taxis. Ce sont des fonds de capital-investissement qui jouent d'égal à égal avec les banques sans en avoir les contraintes. Les risques encourus sont élevés d'autant plus qu'ils ne peuvent se refinancer auprès des banques centrales.

Jusqu'à présent, cela leur réussit.

Blackstone, qui a racheté en 2015 le fonds immobilier Stratégic Hotels & Resorts, est devenu au fil de ses opérations le premier propriétaire immobilier des États-Unis à travers sa société Invitation Homes LP division. Ce même Blackstone a ainsi été au centre des opérations de restructuration de la dette à la suite de la crise de 2008. Alors que les banques se défaisaient des titres de dette douteux, les fonds spéculatifs (FS) les rachetaient pariant sur des revalorisations d'actifs futurs.

Leur rôle s'est développé car les courtiers (traders) chevronnés des banques quittaient les salles de marché de celles-ci pour rejoindre les bureaux des fonds spéculatifs (FS) et cela, d'autant plus qu'ils bénéficient de rémunérations plus élevées. Leur souplesse et leur faculté d'adaptation les rendent beaucoup plus aptes à réagir à la volatilité de la finance. Mais, soi-disant "ennemis", tous sont en quelque sorte complices car les banques perçoivent de juteuses commissions versées par les fonds spéculatifs (FS) à travers leurs services de « prime brokerage » (courtage, prêts en LBO - levéraged buy-out, c'est-à-dire achats à effet de levier - etc.). Parmi ces fonds citons Blackrock, Citadel, Frallon Capital, Cerebus, le groupe Carlyle. En outre, ces groupes sont domiciliés pour les deux tiers dans les paradis fiscaux ou réglementaires, les « off shore » (les Caïmans, Guernesey, Des Vierges, Bermudes etc.).

Leur recette consiste à lancer des paris conjointement longs pour les acheteurs et courts pour les vendeurs, ce qui leur permet de gagner lors des hausses comme des baisses de marchés. Ils peuvent avoir un levier îâe 9 (pour investir un dollar, ils empruntent 9 dollars. Aussi, lorsqu'ils ont une exposition de ! 30 000 milliards de dollars, c'est-à-dire un volume de 30000 milliards de pertes potentielles, ils gèrent en réalité 3 000 milliards de dollars. Blackrock (créé en 1988) gère plus de 4 600 milliards de dollars de fonds de placement, soit bien plus que le bilan des plus grosses banques !

L'influence de certains fonds spéculatifs (FS) a également la capacité d'influencer les marchés car ils représentent environ 15 % des transactions sur Nyse Euronext et le London Stock exchange. Sur le marché de là dette d'entreprises en difficultés, ils représentent 80 à 90 % du courtage (ou trading) et le quart des échanges de la dette « High Yeld » (c'est-à-dire les emprunts risqués qui, en contrepartie, offrent un fort rendement). Sur le marché des dérivés de crédit, leur part atteint 55 % et 20 % sur le marché des bons du Trésor américain. Le risque potentiel est donc toujours plus grand.

Evidemment, mises en danger, les banques ont réagi : elles ont développé des pratiques similaires, mais en usant de leur privilèges de banques ! Elles ont donc développé plus largement la spéculation...

Signalons aussi les activités d’asset management (gestion de fonds privés et institutionnels et étant à l'origine des activités de gestion d'actifs immobiliers) gérés par des sociétés (Blackrock, Fidelity, Vanguard, Prudential Financial, Franklin Templeton, Northen Trust) aussi puissantes que les banques. Elles gèrent près de 90 000 milliards de dollars, Blackrock gère plus de 4 600 milliards de dollars de fonds de placement, soit bien plus que le bilan des plus grosses banques. Les asset managers évoluent certes dans le respect des règles officielles mais développent leur activité dans l’intermédiation de crédit en prêtant directement aux entreprises à travers l'emprunt obligataire. Les compagnies d'assurance (tel Axa en France) font de même, tout comme les fonds spéculatifs (FS). Pour ce faire, ils travaillent avec des marchés peu ou pas régulés et manipulent des produits financiers titrisés.

Le financement repo

Repo signifie « Repurchage agreement » se financer à court terme moyennant une garantie (un collatéral) sous forme de titres. Ainsi, ce marché permet d'utiliser comme garantie des litres financiers en échange de prêts à faible taux et de courte durée. Comme il n'est pas régulé et peu cher, il s'est développé fortement depuis quarante ans. Ce marché engendre une dette à court terme très volatile et les risques sont accrus d'autant plus qu'un même collatéral est utilisé plusieurs fois pour de multiples transactions. C'est la principale source de financement des fonds du marché monétaire (Précisons que le marché monétaire est le marché des capitaux à court terme, à la différence du marché financier qui est le marché sur lequel sont émis et échangés les titres à moyen ou à long terme, comme les actions et les obligations). Ce marché est de l'ordre de 10 000 milliards de dollars.

Ce marché repo est alimenté par la Réserve Fédérale (FED) qui fournit des liquidités contre le nantissement de collatéral à une vingtaine de grands établissements bancaires qui prêtent à leur tour ces fonds sur le marché repo. Son opacité fait qu'il participe à la nébuleuse financière de l'ombre.

En réalité, avec les très bas taux d'intérêt actuels, le marché Repo permet d'assurer des financements malsains dans la mesure où l'on y finance des emprunts à long terme (plusieurs années) avec des effets à court terme (quelques jours ou semaines). Mais que survienne une crise de liquidités, à savoir une détérioration des actifs, et le système se bloquera très vite. Il suffirait que les taux de base bancaire remontent quelque peu significativement ! Le sauvetage du marché immobilier états-unien après 2008 s'est réalisé largement à travers ce marché repo sans qu'aucune mesure ne soit prise pour tenter de le réguler. Actuellement, les bons du Trésor américain et les titres des agences Fannie Mae et Freddy Mac, à l'origine de la crise de 2008, représentent plus de 80 % du collatéral du marché repo. On imagine comment une nouvelle crise de l'immobilier pourrait à nouveau provoquer une crise majeure immédiatement sur les marchés.

Une dette de toujours moindre qualité

Quant à la qualité des dettes, elle est de plus en plus médiocre. En 2013, plus de 70 % des émissions de dette étaient classées B par les agences de notation, ce qui signifie qu'elles étaient de très mauvaise qualité cette catégorie ne représentait que le tiers de la dette vingt ans auparavant. Pire encore, en 2016, se négocient des dettes de la catégorie C, celle des dettes "pourries". Mais la spéculation offre de belles perspectives de rendement sur ces titres et cela suffit pour attirer investisseurs qui ne vont pas voir plus avant. Cette dette dite « High Yield » (à haut rendement) est en fait une dette à très haut risque. « Aux États-Unis, le marché du "high yield" est composé d'environ 20% de titres liés au pétrole et au gaz. Certains analystes n'hésitent pas à faire le parallèle avec les crédits immobiliers "subprime" qui avaient déclenché la crise financière de 2007-2008. En effet, les obligations "high yield" se sont glissées discrètement dans de nombreux produits et fonds vendus par les réseaux bancaires au grand public, qui n 'est pas forcément tenu au courant des risques encourus... » (Boursier, com 16/01/2016)

Il va sans dire que la qualité des bilans des banques se détériore en proportion de ce pourrissement, tandis que, répétons-le, l'activité du monde financier tend à passer de plus en plus dans l'ombre, voire dans le fuligineux. Voilà une situation hautement malsaine.

Les dark pools

Comme il faut bien se retrouver pour pratiquer ces activités de l'ombre, ont été créées des plateformes d'échange alternatives, à savoir les « Dark Pools ». Là encore, ces marchés ont été à l'origine encouragés par les Etats qui y voyaient un moyen de casser le monopole des bourses traditionnelles. Mais ils se sont retrouvés pris à leur propre piège car elles servent à contourner les places boursières officielles et donc réglementées. C'est ainsi que celles-ci se retrouvent de plus en plus marginalisées depuis quelques années. Actuellement, selon l'agence Bloomberg, 18 % des volumes de trading passent par ces places (plus de 40) mais 40 % des transactions. Si en Europe, les volumes sont moindres, ils connaissent un rapide développement.

Il est évident, là encore, que l'opacité de ces places de marché fait qu'elles recèlent des potentialités de risques très élevées.

Que dire des marchés de produits dérivés qui constituent le secteur le plus important du monde financier ? Autant dire qu'ils permettent de spéculer sur des sous-jacents comme les matières premières, les taux d'intérêt... bref, n'importe quel actif, même les plus "exotiques". Or, par surcroît, la plupart des dérivés s'échangent sur les marchés de gré à gré, dits O.T.C. (pour over-the-counter), à savoir des marchés hors bourse. Les volumes de transaction y sont beaucoup plus importants que ceux qui sont enregistrés sur les marchés organisés. Selon la BRI., en décembre 2011, les montants notionnels étaient de plus de 700 000 milliards de dollars sur les marchés O.T.C, contre 58 000 milliards de dollars sur les marchés organisés.

Les dérivés sont la figure emblématique de la finance virtuelle, celle qui est la plus déconnectée de l'économie réelle. Certains dérivés comme les CDS (Crédit défault swaps) qui sont comme une sorte d'assurance contre les défaillances de titreront joué un rôle majeur dans le déclenchement et le développement de la crise grecque à partir de 2010.

Or ce marché non réglementé, opaque par essence, aux risques très mal provisionnés est plus important que le marché bancaire officiel, réglementé qui échappe aux règles prudentielles édictées depuis 2010 comme le Dodd Frank Act aux États-Unis. Une vingtaine de banques et fonds spéculatifs, tels JP Morgan, Goldman Sachs, City Group, Bank of America, dominent ce secteur. Le gouvernement américain a promis d'établir rapidement des règles de surveillance : mais ne seront-elles pas de nouveaux coups d'épée dans l'eau à l'instar des mesures antérieures ? Tout porte à le penser au vu de l'expérience récente.

Où cela peut-il nous conduire ?

Aussi longtemps que les taux d'intérêt restent bas, la pratique d'un tel équilibrisme (absence de gestion des risques ou couverture des risques très insuffisante) paraît sans danger. Les différences sont peu sensibles entre bons et mauvais débiteurs et la prise de risque est de facto encouragée. Mais au fil du temps, les funambules deviennent de plus en plus lourds sur un fil de plus en plus mince.

Lorsque les taux remonteront, les différences de qualités de titres de dette vont se manifester rapidement et les taux de défaut et d'insolvabilité vont très vite augmenter. En outre, la logique financière est subvertie avec des taux bas, voire négatifs, il est plus avantageux de s'endetter que d'épargner !

Quant aux dettes publiques, elles ne pourront jamais être remboursées, ne serait-ce qu'à cause du vieillissement des populations et de l'absence de croissance forte en rapport avec l'endettement... d'autant plus que ces dettes financent moins les investissements que les transferts sociaux.

Or cette dette publique et privée qui se monte à plus de 200 000 milliards de dollars est, en dernier ressort, détenue par quelques groupes parmi lesquels on retrouve les Rockefeller, Rothschild et autres établissements. Il suffit qu'ils décident, comme en 1929, ainsi que cela a été énoncé précédemment, de relever les taux d'intérêt et empêchent le refinancement de la dette, provoquant une crise de liquidité, pour que le système financier vacille, voire s'effondre, provoquant une panique généralisée et une crise dès plus graves qui soit.

L'effondrement du marché du crédit asséchera l'économie. Les États ne seront plus en mesure de rétablir le courant de signes monétaires comme cela s'est produit en 2008-2009. D'ailleurs, qu'on en juge les fonds propres de la FED représentent moins de 13 % de son bilan. Il y aura des défauts comme cela s'est produit en Grèce, des annulations de dettes comme en Irlande, des confiscations comme à Chypre ou au Portugal (avec l'affectation obligatoire des pensions publiques).

L'un des moyens utilisés pour remédier à une telle situation sera de faire financer l'économie par le recours aux DTS, ces Droits de tirage spéciaux, inventés en 1969 et qui constituent un panier de monnaie international la monnaie mondiale par excellence et cela, d'autant plus que curieusement, le yuan (ou renminbi) a été accepté ce mois d'octobre dans le panier constitutif des DTS alors que sa monnaie n'est pas encore entièrement convertible. Nous pouvons supposer que ces financiers mondialistes de la City et de Wall Street vont être assez altruistes pour inciter à leur large mise en circulation et les compenser avec des actifs réels. Ils auront ainsi réussi un coup de maître en conduisant à l'instauration d'une monnaie mondiale et, par récurrence, à pousser à l'instauration d'une gouvernance mondiale.

Toutefois, l'imprévu étant ce qui caractérise le mieux l'histoire, rien ne garantit que les événements se déroulent ainsi. La téléotélie est toujours l'invitée surprise des événements. Les nationalistes doivent se préparer en vue de cela. Et une mesure cardinale consistera à interdire la spéculation sur les marchés à terme, les paris sur les variations de litres financiers. C'était la règle jusqu'au milieu du XIXe siècle ; elle pourra être rétablie le moment venu.

André Gandillon, Président des Amis de RIVAROL

Rivarol du 12 janvier 2017

1) Coco Bonds (obligations convertibles conditionnelles) qui font qu'en cas de crise, elles sont immédiatement convertibles en actions ; mais leur principal peut aussi être liquidé. Les risques sont donc grands, La Deutsche Bank, qui inquiète tout le monde, notamment à cause des amendes qui pèsent sur elle, a vu ainsi ses Coco Bonds baisser.

2) La règle Volcker, partie intégrante du Dodd-Frank Act, interdit aux banques le trading pour compte propre et limite l'investissement dans certains actifs tels que les fonds spéculatifs et les activités de private equity menées par les banques commerciales et leurs filiales.

3) Le ratio structurel de liquidité à long terme (NSFR, Net Stable Funding Ratio) est l'un des éléments essentiels des réformes du Comité de Bâte visant à accroître la résilience du secteur bancaire. Le NSFR exigera des banques qu'elles maintiennent un profil de financement stable s'agissant de la composition de leurs actifs et de leurs activités de hors-bilan. Une structure de financement viable est censée réduire la probabilité que des difficultés qui perturberaient les sources de financement régulières d'une banque érodent sa position de liquidité au point d'accroître le risque d'une défaillance et, potentiellement, d'engendrer des tensions susceptibles de s'étendre à tout le système. Le NSFR limite un recours excessif aux financements de gros à court terme, encourage une meilleure évaluation du risque de financement pour l'ensemble des postes de bilan et de hors-bilan et favorise la stabilité des financements. Le présent document décrit la norme NSFR et son calendrier de mise en œuvre.

4) Private equity ou investissements dans des sociétés non cotés en bourse, selon le principe qui consiste à acheter une entreprise, puis à la revendre ultérieurement en ayant auparavant reversé une part de l'emprunt grâce aux revenus de l'entreprise.

5) Les dérivés sont des instruments financiers construits à partir d'un titre ou d'un indice "sous-jacent" permettant à un agent de réaliser des opérations sur le futur pour se couvrir contre les risques de défaut ou en tirer parti.

24/01/2017

A 100 jours de la présidentielle, le constat de faillite de la Cour des comptes

Il ne sera rien épargné à François Hollande. Nous sommes à une centaine de jours de la fin de son mandat, et voici que la Cour des comptes publie l’accablant bilan comptable de ce quinquennat qui s’achève.

8785-20170125.jpgNul n’a oublié la promesse numéro 9 du candidat Hollande : le déficit ramené à 3 % en 2013 et un retour à l’équilibre pour la mi-2017, au plus tard. Promesse mensongère, une de plus : le déficit avait été de 4 % en 2013 comme en 2014. Et depuis lors il reste aux alentours de 3 %. Autrement dit il n’aura été réduit que d’un point, grosso modo, sur la durée du quinquennat, malgré les rodomontades du chef de l’Etat. Mais il était techniquement impossible qu’il en soit autrement, compte tenu des options prises pendant la première moitié de sa présidence.

La Cour des comptes est dirigée par un socialiste bon teint : Didier Migaud est en effet un pur produit de la nomenklatura socialiste, député, constamment réélu du côté de Grenoble [de 1988 à 2010].

Le rapport de la Cour des comptes qu’il préside n’en est que plus inquiétant,car c’est ce même Didier Migaud qui nous dit que le gouvernement (bientôt) sortant a gâché sa chance historique de redresser le déficit, et de faire en sorte que la présidence Hollande tienne les promesses du candidat Hollande. En effet, le pétrole très bas et les taux d’intérêt proches de 0 % auraient pu permettre un spectaculaire rééquilibre de notre balance commerciale et un significatif redressement des déficits publics, plombés habituellement par les taux d’intérêts des emprunts. C’est bien ce qui est arrivé dans quasiment tous les pays d’Europe, et même de la planète.

Mais, nous explique le rapport de l’institution, pourtant aux mains des socialistes (peut-être « macronisée », depuis lors ? Allez savoir), l’Etat français, lui, n’a rien fait de cette sorte, et il reste plus que jamais en quasi-faillite.

Un audit dès Hollande débarqué

Le successeur de Hollande va donc avoir fort à faire car le pétrole remonte, les taux d’intérêt aussi. Et le déficit va donc se creuser à nouveau, si on en reste là.

Migaud ne propose rien de moins que d’opérer un audit des comptes de l’Etat, dès Hollande débarqué. Du jamais vu car, d’habitude, c’est l’opposant arrivé au pouvoir, le nouvel élu, qui réclame cet audit. Tandis que le sortant soutient que le bilan parle pour lui. Mais cette fois la Cour des comptes prend les devants et nous annonce donc « un audit général des finances publiques » qui sera, nous dit-elle, publié au mois de juin. On ne fait pas plus rapide ! Le « droit d’inventaire » est devenu une nécessité absolue aux yeux mêmes des anciens compagnons du chef de l’Etat.

Un peu comme si la Cour des comptes se disait : on ne peut pas laisser un tel calamiteux fardeau sur les épaules du successeur de Hollande, quel que soit par ailleurs ce successeur. Nous en sommes là.

Francis Bergeron

Article publié dans Présent daté du 25 janvier 2016

http://fr.novopress.info/

23/01/2017

Un incubateur d’entreprises interdit aux Français mais payé par les Français !

Source : Boulevard Voltaire – « Un incubateur d’entreprises interdit aux Français mais payé par les Français ! « 

Cet incubateur est réservé exclusivement aux réfugiés et aux migrants.

Vous souhaitez être accompagné dans la réalisation d’un projet culturel ? Vous rêvez de créer votre entreprise ? Vous vous sentez déclassé socialement suite à une longue période de chômage ? Vous êtes même peut-être SDF ?

SINGA France vous accueille dans ses locaux parisiens du XIe arrondissement. Dans ces modestes locaux de 450 m2 refaits à neuf, l’association met GRATUITEMENT et SANS CONDITION à votre disposition tous les outils et toutes les compétences nécessaires à la réalisation de votre projet de création d’entreprise.

À vrai dire, il y a quand même une condition : VOUS NE DEVEZ PAS ÊTRE FRANÇAIS ! En effet, cet incubateur est réservé exclusivement aux réfugiés et aux migrants.

Cette association ne gère pas que cet incubateur.
Elle propose des solutions d’hébergement chez l’habitant pour les réfugiés (SDF français « go home » ou, justement, « go out ») et développe une application pour smartphone permettant de mettre en relation hébergeurs et migrants. Vous noterez, au passage, que nos migrants ont un smartphone, alors que mon père n’en a pas.

L’association, créée en 2012, a ainsi trouvé des logements pour 380 réfugiés et accueille, cette année, sa deuxième promotion de 12 « entrepreneurs ».

Modestes résultats pour cette association au budget de plus de 610.000 € (dont 123.000 € de salaires chargés, 20.000 € de fournitures et matériaux, 12.000 € pour la location des bureaux, 11.000 € en voyages et missions, 2.500 € de titres restaurant et 1.400 € de téléphone et Internet) en 2015 !

D’ailleurs, d’où vient cette manne financière ? Les dirigeants de l’association rappellent fièrement les partenariats privés obtenus auprès de sociétés comme Free, Vinci ou Carrefour. L’étude de leur budget 2015 révèle également une subvention de la région Île-de-France de 20.000 € (merci, M. Huchon), une subvention de 80.000 € de la ville de Paris (merci, Mme Hidalgo) et, pour finir, une subvention de 200.000 € versée par la FAMI (Fonds asile migration et intégration), fonds sous tutelle du gouvernement via le ministère de l’Intérieur (merci, M. Valls).

Bref, 610.000 € financés pour moitié par les Français pour une association qui leur est interdite.

Les contribuables apprécieront !

Sources : comptes annuels 2015 de l’association SINGA France

Région IDF – Commission permanente du 8 octobre 2015 – Dossier 15018542

Laurent Sailly

http://fr.novopress.info/

Davos n’est-il plus ce qu’il était ?

A-t-on fait trop grand cas de cette petite cité helvétique, tour à tour expression du diable et de ses diablotins réunis pour le malheur de l’humanité ou, au contraire, petit nuage peuplé d’anges disposés à faire le bonheur de ladite humanité ? Davos ?
Ni plus ni moins qu’une oligarchie de 3000 « sachants et possédants » (19000 euros d’inscription et 50000 FS de cotisation au club) dont le fondateur, Klaus Schwab (World Economic Forum), a établi un ordre du jour très branché, comme la station des Grisons : les inégalités, l’exclusion et le réchauffement climatique.
Ces considérations, un rien démagogiques, méritent examen mais, en attendant, force est de constater que c’est le monde à l’envers, sauf si l’on veut bien se souvenir que le capitalisme dans sa nature est protéiforme et qu’il a une force de récupération à nulle autre pareille.
XI Jinping défenseur de la mondialisation marchande
Le maître du parti communiste chinois joue à fronts renversés et tout le monde de se féliciter de sa défense du libre-échange et de la globalisation dont il voudrait bien qu’elle continue comme avant : « Ne pas fermer la porte au monde », dit-il. Fort bien ! Mais si le monde s’avisait (droit d’ingérence oblige) de s’intéresser au fonctionnement du parti unique, aux institutions et aux libertés en Chine, gageons que l’habile homme se ferait moins demandeur. Aussi bien chacun, dans ses déclarations libre-échangistes, se félicite d’une communauté de pensée. Il ne s’agit pas du tout de cela. XI Jinping et la Chine sont dans la position de la Grande-Bretagne au XIXe siècle, atelier du monde : ils ne veulent pas que les débouchés se ferment. Voilà pour le côté british. Au surplus, l’attitude des dirigeants chinois relève de la bonne vieille stratégie mercantiliste qui doit servir la puissance du souverain, là c’est plutôt le côté frenchie avec Colbert, sauf qu’aujourd’hui le souverain c’est le parti.
A rebours en effet, de l’autre côté de l’Atlantique, Trump affiche plutôt des positions protectionnistes, et le Brexit constitue quand même une inversion tout à fait inédite du « sens de l’histoire ». Voilà les Anglo-Saxons inventeurs de ce qu’était le nouvel ordre mondial économique prétendant maintenant s’en affranchir ! Ce basculement est d’une parfaite lisibilité. De fait, il est le symétrique exact des performances chinoises à l’export et des coûts américains, à l’instar de la Grande-Bretagne victorienne dont le niveau de vie élevé eut pour conséquence l’apparition d’un déficit commercial extérieur alors qu’elle restait la grande dispensatrice de capitaux comme aujourd’hui la Chine commence à le faire. Finalement rien de très nouveau, chacun voit midi à sa porte. Seules, peut-être, la France et l’Europe empoisonnées apar la moraline à la française raisonnent sur la question en termes idéologiques et moraux alors qu’il s’agit avant tout d’intérêts pragmatiques.
Les « valeurs » de Davos
La république finissante ne cesse de parler de ses valeurs sans jamais les définir. En économie on sait ce que sont les valeurs. Mais le Forum économique veut se préoccuper des inégalités et des exclusions. Vaste programme qui ne relève certes pas tout à fait de l’économie puisque celle-ci, par le mécanisme de la propriété, de la concurrence et de l’innovation, est, intrinsèquement, un mécanisme d’exclusion, lequel est le plus souvent d’ailleurs d’une grande fécondité économique. Ont-ils aussi songé que la seule cotisation à payer, pour parler de l’exclusion, exclut des milliers d’intervenants possibles ? Donc le forum fait dans le social, pourquoi pas, mais cela sent plutôt l’alibi. Prenons l’Europe par exemple et le mécanisme mis en œuvre par Mario Draghi : les fameux assouplissements monétaires. Ils ne sont rien d’autre qu’une cuisine interne entre les possédants, banquiers centraux, oligarques politiques pour sauver les banques commerciales et priver les épargnants de la rémunération de leurs efforts. Et les consommateurs de disposer librement du cash qu’on est en train de leur interdire. N’est-ce pas là une exclusion et une inégalité flagrantes ? Voilà qui ne sera pas débattu là-haut sur la montagne !
Réchauffement climatique
Là aussi on peut s’interroger : que veulent les hommes de Davos ? Le retour sur investissement. Le réchauffisme n’est pas qu’un corpus scientifique, il représente maintenant des intérêts considérables. Et sur le plan scientifique, l’essentiel des travaux sur la question reçoit des financements publics ou privés impliqués dans l’économie du réchauffisme. La question n’est pas de nier systématiquement l’idée du réchauffement, mais de s’interroger sur son origine anthropique laquelle semble de faible contribution à ce qui pourrait être un cycle comme le fut le refroidissement de la petite glaciation moderne de la fin du Moyen Age au XVIIIe siècle magnifiquement décrite par E. Leroy-Ladurie dans son Histoire de climat. Toutes les études scientifiques contradictoires avec la doxa réchauffiste ne sont accessibles qu’aux internautes très avisés et rares.
Bref, le Forum de Davos sera en définitive toujours Davos et tombe toujours du côté où il penche (pense ?).
Olivier Pichon 19/01/2017
Source : Politique magazine
http://www.polemia.com/davos-nest-il-plus-ce-quil-etait/

22/01/2017

Trump président : À Davos, des milieux d’affaires craignent le retour du protectionnisme

Le tout premier discours de Donald Trump, vendredi à Washington, a été suivi en direct par la communauté internationale. Au Forum de Davos, qui se termine en Suisse, certains milieux d’affaires expriment leur craintes face au retour d’un certain protectionnisme.

Pour Jean-Marie Guéhenno, PDG de l’ONG International Crisis Group : « Si vous vous focalisez uniquement sur les Etats-Unis, sans apporter de soutien aux institutions internationales qui permettent au monde de tourner, alors forcément vous rentrez dans une période difficile. »

Cornelis Van Zazelhoff, courtier et investisseur néerlandais: « J’espère qu’il ne va pas diriger le pays comme une entreprise parce que dans son domaine, l’immobilier, il a fait faillite sur faillite. »

C’était sans compter sur l’inénarrable Jacques Attali qui voit tout simplement Trump comme « un nouveau Madoff » (sic).