Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2017

Les soixante ans du Traité de Rome

Le traité de Rome, signé dans la Ville éternelle le 25 mars 1957, par l'Italie, la France, l'Allemagne de l'Ouest, les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg, a fondé la Communauté Economique Européenne. La CEE (1957-1993) se définissait fondamentalement comme un marché commun, organisé strictement, entre tous les pays participants. Il devait pleinement entrer en vigueur au bout de 12 ans, en 1969. C'est effectivement ce qui s'est réalisé. Cette CEE est communément considérée, ce qui est d'ailleurs pertinent dans ses réalités institutionnelles, comme l'ancêtre directe de l'actuelle Union Européenne. L'UE a été fondée par le fameux Traité de Maastricht, ratifié par les États concernés en 1992-1993. L'UE a aggravé toutes les tares de la CEE, sans en corriger aucune. L'UE compte actuellement 28 États-membres, couvrant l'essentiel du continent européen - du moins si l'on en exclut ses marges orientales -, de l'Irlande à l'Estonie et du Portugal à la Roumanie. La Suisse et la Norvège non membres, sont nonobstant associées à l'UE.

De Rome à Rome, brève histoire de mensonges permanents

Le Traité de Rome avait été signé en 1957 par le chancelier fédéral allemand Konrad Adenauer, le ministre français des affaires étrangères Christian Pineau, le président du conseil italien Antonio Segni, le ministre des Affaires étrangères néerlandais Joseph Luns, le ministre des Affaires étrangères belge Paul-Henri Spaak, le président du conseil luxembourgeois Joseph Bech. Tous ces personnages ont été complètement oubliés, sauf Konrad Adenauer. Ils avaient tous beaucoup plus de tenue, de dignité, de culture, d'intelligence que leurs lointains successeurs. Il y avait d'ailleurs une conception quelque peu élaborée de la construction européenne dans les discours d'Adenauer ou de Spaak, ce qui tranche singulièrement avec le catalogue de slogans creux et enthousiastes et d'idées fausses chantées en chœur par les dirigeants des 27 aujourd'hui.

Parmi les contrevérités les plus flagrantes proférées publiquement à cette occasion de l'anniversaire du Traité de Rome, rappelons que l'Union Européenne n'est pas la prospérité pour tous, ni la paix ! En effet, l'Europe du Sud, France incluse même si à un degré moindre que d'autres, est en crise économique structurelle, et l'Europe de l'Est reste toujours pauvre globalement. Non, l'Union Européenne n'est pas la paix non plus, avec les multiples guerres d'agression contre le peuple serbe menées de 1991 à 1999, alors autant en Bosnie qu'au Kossovo - le cas de la Croatie est certes différent -, il défendait l'Europe véritable contre l'Islam implanté des siècles plus tôt par l'Empire Ottoman -. Actuellement, l’UE multiplie les provocations contre la Russie, avec en particulier l'embargo sur les produits russes depuis la crise de Crimée du printemps 2014, et un embargo est juridiquement une mesure guerrière. Se sont multipliées également les déclarations bellicistes en soutien aux prétentions des autorités ukrainiennes de Kiev. C'est une attitude d'autant plus dangereuse que la guerre se poursuit de fait en Ukraine de l'Est, en dépit des multiples accords de cessez-le-feu, jamais durablement respectés. Il faut rappeler que sur ce dossier russe, l'UE n'agit d'ailleurs absolument pas en vertu de quelque esprit paneuropéen, qui favoriserait l'Ukraine, mais en suivant docilement le biais antirusse systématique de l'Otan, encore dicté à Washington, malgré la disparition de l'ennemi soviétique en 1991. Un Européen véritable et digne de ce nom voudrait la dissolution de l'Otan, le départ de toutes les troupes américaines de l'Europe, et une politique de franche coopération avec la Russie. Cette attitude absurde, du point de vue des intérêts réels de l'Europe, comme sur tant d'autres sujets, à commencer par le soutien à l'immigration-invasion extra-européenne et musulmane de masse, rappelle constamment que cette UE repose sur une tromperie, une imposture, et vise dans les faits à la destruction de l'Europe, non à son unité pacifique et à sa prospérité.

Quelles perspectives pour l’UE ?

Les 28 seront 27 dans quelques mois, ou dans deux ans au plus, avec la procédure de départ du Royaume-Uni de l’UE enfin déclenchée par le Premier ministre britannique Theresa May en mars 2017, soit près d'un an après le référendum populaire du 23 juin 2016. Aussi, le Royaume-Uni, bien que juridiquement encore membre de PUE, a-t-il été le seul absent des 28 membres lors des cérémonies de célébration des 60 ans du Traité de Rome. Les 27 chefs d'État ou de gouvernements présents ont tous signé à cette occasion une déclaration favorable à l’UE. Tous ont signé, y compris les gouvernements demi-souverainistes et patriotes conservateurs de Hongrie et de Pologne. Madame le Premier ministre polonais, Beata Szydlo, avait entretenu le suspense sur sa signature jusqu'à la dernière minute, avant de signer quand même, en soulignant dans des communiqués officiels qu'il ne s'agissait que d'une courtoisie diplomatique, d'un catalogue de bonnes intentions, nullement d'un traité, ni même d'un programme concret. Les discussions officielles de 2017 ont tout de même dégagé l'idée consensuelle d'une « union à plusieurs vitesses », un blasphème jusqu'à il y a peu, en considérant que devrait se fédéraliser davantage un « noyau dur », autour précisément des six pays fondateurs, et quelques autres comme l'Autriche et l'Espagne, et une périphérie intégrée, regroupant en particulier la Pologne et la Hongrie, ou les Etats d'Europe de l’Est, aujourd'hui membres comme la Roumanie ou la Bulgarie, ou membres demain, de façon prévisible et prévue, comme l'Albanie ou le Monténégro.

La bonne nouvelle récente est la fuite en avant obstinée de la Turquie d'Erdogan dans l'escalade verbale contre les dirigeants européens, voire contre les peuples du Vieux Continent. Le président turc a menacé la semaine passée de retirer la demande d'adhésion de la Turquie à l’UE, y compris via un référendum sur ce sujet en Turquie, sommet de la provocation pour la Commission Européenne à Bruxelles. Cette idée est absolument excellente, et du reste pleine de bon sens, aussi délirantes que soient les accusations du président turc contre les "nazis", paraît-il au pouvoir en Europe. Non, la Turquie, asiatique, parlant une langue d'Asie centrale apparentée au mongol, et musulmane et avec quelle flamboyance mahométane désormais ! - ce qui n'était pas du tout le cas du temps des discours officiels kémalistes des années 1920 aux années 1990, du reste toujours en décalage avec la Turquie profonde, bien représentée par Erdogan     n'est absolument pas européenne.

La question turque amène à s'interroger sur ce fameux Traité de Rome de 1957 Comment en sommes-nous arrivés là ? Est-ce de sa faute, avec cette Union Européenne technocratique, sans identité, et destructrice des identités européennes authentiques, ou y a-t-il eu à quelque moment une déviation, une fuite en avant, aboutissant au monstre que l'on connaît, et qui fait détester, un comble pour les Européens authentiques et enracinés que nous sommes, le terme "Europe" tel qu'il est compris dans le matraquage médiatique officiel ?

Les malheurs de l’Europe viennent-ils du traité Rome de 1957 ?

Le Traité de Rome est passé relativement inaperçu en 1957, noyé dans une bonne dizaine de traités de coopération entre Européens. Il a fondamentalement organisé une zone de libre échange entre ses États membres. Elle correspond parfaitement à l'air du temps, l'adoption d'un dogme libéral et libre-échangiste, et affirme avec flamboyance à la fois pour plaire au protecteur américain et pour marquer le contraste face à l'Est européen sous domination communiste, strictement aligné sur l'URSS, avec des économies centralisées, planifiées, et des essais plus ou moins réussis dans ces mêmes années 1950 de planifications communes entre Etats socialistes. Les discours libéraux ont toujours été populaires aux États-Unis, même si les pratiques des gouvernements ont parfois été différentes. Rappelons que l'Otan a été mise en place dès 1949, assurant la pérennité d'une présence militaire massive américaine en Europe, qui n'était certes à l'époque pas totalement indéfendable contrairement à aujourd'hui -, face à un péril soviétique alors bien réel. Ce libéralisme libre-échangiste est toutefois tempéré par une certaine mesure, typique de son époque, il n'est alors question de libre-échange qu'entre pays géographiquement proches, ou à économies comparables, ou à peu près, aux productions équivalentes, ou mieux, complémentaires : le Sud-italien, en net retard de développement, aurait pu être le jardin fruitier de cette CEE, ce qu'il n'est du reste pas devenu. Cette CEE ne prévoit pas encore de libre-circulation des personnes, mais au moins sa facilitation : l'idée est que des travailleurs immigrés d'Italie du Sud pourraient couvrir les besoins de main d'oeuvre de tous les autres pays. En soi, ce modèle aurait peut-être pu fonctionner malgré tout ; force est de constater que, dans l'Histoire réelle, cela n'a pas été le cas.

Quant à l'élargissement, il n'est nullement prévu dans le Traité de Rome. La fameuse « union toujours plus étroite entre les peuples européens » ne concerne au sens strict que les seuls signataires du traité, donc les six pays fondateurs ; il s'agit d'une phrase brève, d'un enthousiasme convenu dans un accord technique d'union douanière. Elle est à mettre sur le même plan que les espoirs formulés dans la phrase sur le « progrès économique et social ».

Du fait de sa dimension modeste (six pays seulement) ce rêve rétrospectivement comme raisonnable. Il a pourtant échoué. En effet, l'héritage culturel, pour ne pas dire franchement religieux de l'Europe, est absent de ce traité, au-delà de vagues formules, et vagues à dessein. L'époque est déjà à l'ouverture aux migrations, sur le plan des principes. Nous avons vu hélas depuis ce qu'a donné l'application de tels principes... Quant aux élargissements multiples, qui reposent sur une sollicitation forcée du Traité de Rome, ils ont conduit à ce monstre ingouvernable à 28. L'UE à 28 est née pour l'essentiel de la fusion de la CEE et de l'association concurrente de libre-échange européenne, l'AELE fondée en 1960, morceau par morceau.

Le modèle des européistes est, depuis les pionniers utopistes du XIXe siècle, les États-Unis d'Amérique. Après 1945, l'américanolâtrie dominante en Europe occidentale a pérennisé l'idée. Toutefois, tare originelle sur le plan technique, dès 1957, il n'y a pas de véritable pouvoir fédéral assurant la cohésion de l'ensemble. Mais cette absence s'explique par l'absence de peuple européen unique. Il y a eu un peuple blanc anglophone unique aux États-Unis, qui s'est estimé assez distinct des Britanniques pour conquérir son indépendance en 1776-1783. La variante régionale sudiste a toutefois failli provoquer l'éclatement du pays. La population minoritaire noire, inassimilable aux Blancs, contrairement aux vagues d'immigrés britanniques, germaniques, nordiques, au XIXe siècle, anglophones dès l'origine ou qui ont adopté rapidement en masse la langue anglaise, n'a jamais participé à cette Nation. Aujourd'hui, les Latinos, métis hispanophones, menacent même l'existence de cette Nation, d'où l'élection inattendue de Donald Trump à l'automne 2016. Comme il existe, ou du moins a existé, un peuple unique couvrant le territoire des États-Unis. le pouvoir fédéral a été accepté. Cette acceptation n'exclut d'ailleurs pas de la part des citoyens états-uniens une méfiance assez commune envers Washington, un attachement aux libertés locales et aux droits des États fédérés.

En Europe, il y a une marche absurde à la destruction des pouvoirs des États européens, mais sans mettre en place parallèlement un Etat fédéral. Les eurofédéralistes rejouent la même partition depuis les années 1950 : ils chantent l'avenir d'un « peuple européen », uni, absolument imaginaire. Et sans ce peuple, il est impossible d'obtenir un soutien populaire dans toutes les nations européennes pour un tel État fédéral et sa puissance centrale. D'aucuns peuvent rêver d'une copie pour l'UE de la constitution américaine avec un président fort, un parlement bicaméral lieu de débats vifs et authentiques - donc à l'opposé du consensus libéral-gauchiste du Parlement européen actuel, aux pouvoirs restreints et peu clairs (heureusement) - ; mais un tel rêve reste inenvisageable concrètement. Et il est plus que douteux qu'il soit souhaitable. Les intérêts supérieurs de la Finlande sont certainement distincts de ceux de la Slovaquie ou du Portugal. De fait, beaucoup d'européistes obstinés veulent détruire délibérément les nations européennes, par migrations de masses, immigration-invasion extraeuropéenne ou, dans une moindre mesure, départ massif de populations jeunes et laborieuses de pays de l'Est européen vers l'Ouest, ils espéreraient obtenir, comme à Londres, un peuple cosmopolite, c'est-à-dire du monde entier et donc de nulle part, remplaçant les autochtones.. Ce constat, cette crainte de menées souterraines diffuses à Bruxelles, a beaucoup joué dans le vote populaire du Brexit, même, si hélas, la Grande-Bretagne n'est pas encore sauvée pour autant, loin s'en faut.

Les équivalents des pouvoirs centraux dans l'Union Européenne, en particulier la Commission Européenne, servent surtout, du reste dans la lignée du Traité de Rome de 1957, d'institutions de protection de la concurrence en Europe. Elles attaquent donc régulièrement les États et les entreprises européens, au lieu de les défendre. La Commission de Bruxelles ambitionne en principe une stricte égalité non seulement entre entreprises européennes, mais aussi entre entreprises étrangères en Europe, et ce sans la moindre réciprocité. À la seule exception de l'économie allemande, et éventuellement de celles associées comme les autrichiennes et les néerlandaises. Cette attitude a détruit des pans entiers de l'économie européenne, comme les industries françaises, italiennes, espagnoles. En outre, le dumping social à explosé depuis une quinzaine d'années une entreprise de travaux publics, de droit chypriote, peut légalement employer des ouvriers subsahariens pour des chantiers en France, et ce pour des prix tuant la concurrence française, elle contrainte elle par des les lois sociales et environnementales, et des impôts plus élevés. Ce phénomène de désindustrialisation a été renforcée par la monnaie unique, l'euro, inadaptée, trop forte, pour les économies d'Europe du Sud. L'euro a permis aussi un temps un endettement fort, véritable piège peu soutenable sur le long terme, pour des Etats comme la Grèce - en faillite structurelle permanente depuis 2010, avec plus de 170 %, peut-être 200 %, du PIB d'endettement, malgré tous les plans d'aides d'urgences réguliers -, et l'Italie - plus de 130 % , voire la France l'Espagne.

Bref, l’UE ne fonctionne pas. La fuite en avant prônée par les européistes officiels ne conduirait qu'à aggraver les choses. Quant à cette fameuse Europe à deux vitesses, mêlant dans la même première vitesse, avec l'euro, l'Allemagne d'un côté, l'Italie et la France de l'autre, qui devraient pourtant relever de "vitesses" différentes du fait de réalités économiques fondamentalement disparates, elle est une fausse solution.

L'UE, un monstre destructeur des identités européennes

La seule solution, sur le plan institutionnel, pour sauver les peuples européens, résiderait dans une dissolution, si possible à l'amiable, de l’UE. Il faudrait quitter l’UE comme les autres pseudopodes de l'européisme mondialiste des années 1950, comme la Cour Européenne de Justice, citadelle de l'esprit antinational. Pour sauver les nations européennes, il faudrait aussi mener des politiques énergiques, fermes, de remigrations massives des allochtones inassimilables, de restauration des valeurs morales - à commencer par les valeurs familiales et patriotiques - , de mesures natalistes - pour les seuls autochtones évidemment -. Nos nations européennes sauvées, condition sine qua non à une suite de l'Histoire pour l'Europe, il serait envisageable alors, donc sur le long terme seulement, de construire un forum de coopération continentale, en ne refaisant aucune des erreurs manifestes de la CEE puis de PUE et en conservant jalousement l'identité et la souveraineté de chacune des nations du Vieux Continent.

Scipion de SALM. Rivarol du 30 mars 2017

Allemagne : Frauke Petry désavouée au congrès de l’AfD

frauke_petry_by_atelierarauner-da3xcpp.jpg

Ce samedi, les délégués de l’AfD ont refusé de voter la proposition de motion de la chef de file, qui invitait à prendre position contre les partisans de la ligne dure. «C’est une erreur», a déploré la présidente du parti de la droite radicale.
Désavouée, Frauke Petry a quitté la tribune. Définitivement ont cru certains. «Pour une pause-café», a-t-elle grommelé de retour sur l’estrade sans dissiper le malaise. Pour la chef de file de l’AfD, l’échec s’annonce total au congrès de Cologne, qui se tient samedi et dimanche. Les délégués de l’Alternative für Deutschland ont refusé de discuter et de soumettre au vote sa proposition de motion sur le «futur» du parti. Elle y invitait les responsables de l’Alternative für Deutschland à prendre position clairement contre les partisans de la ligne dure, qui nuiraient selon elle à l’image de l’AfD. Elle espérait proposer «une option réaliste» pour accéder «au pouvoir en 2021». Plus radicale et méfiante, la base a refusé de choisir. «C’est une erreur», a-t-elle déploré.
(…) Au micro, Jörg Meuthen, co-président du parti, a poursuivi l’offensive. Au terme d’un discours virulent et applaudi par la salle, où l’économiste s’est inquiété que les musulmans représentent un jour «la majorité de la population en Allemagne», il a récusé la «bipolarisation» du parti entre réalistes et radicaux. À l’entendre, c’est Frauke Petry qui aurait menacé l’unité du parti en cherchant à en exclure certaines voix. Bien qu’absent du congrès, le sulfureux leader de Thuringe Björn Höcke était encore au centre des préoccupations. Petry souhaiterait l’exclure après des propos polémiques sur la culture du souvenir en Allemagne. Gauland et Meuthen s’y opposent. Pour «ramener le calme», selon un responsable, Leif-Erik Holm, les délégués ont refusé de discuter une motion suspendant les procédures à son encontre

(…) Le Figaro

http://www.fdesouche.com/845269-allemagne-frauke-petry-de...

24/04/2017

Charles Saint-Prot : l’Allemagne tire les ficelles de l’Europe des régions

Directeur général de l’Observatoire d’études géopolitiques, Charles Saint-Prot vient de publier un plaidoyer pour la sauvegarde de l’indépendance nationale face à toutes les forces de dissolution, où il dénonce notamment la constitution d’une « Europe des tribus ».

Votre livre pointe les dangers de la ratification de la Charte des langues régionales ou minoritaires : quels sont-ils ?

Une double menace pèse sur l’État-nation : le supranationalisme et le particularisme régionaliste. L’un nivelle les nations, l’autre les morcelle. L’affaire de la Charte des langues régionales ou minoritaires, concoctée par le Conseil de l’Europe, est particulièrement emblématique dans la mesure où celle-ci fait partie du dispositif normatif des diverses instances eurocratiques dont « tous les canons sont braqués contre l’État-nation » et plus singulièrement contre la nation française. La Charte européenne est un bon exemple du combat insidieux contre l’identité nationale. L’objectif ultime des promoteurs de ce texte n’est pas ambigu. Il s’agit de démanteler encore plus l’État-nation pour mettre en place l’Europe fédérale des régions. C’est une vieille idée, héritée de la propagande de l’Allemagne nazie des années trente, qui réapparait périodiquement sous divers travestissements depuis les années soixante-dix.

Vous parlez de « l’État-nation face à l’Europe des tribus » (c’est le titre de votre livre) ; pensez-vous que nous soyons face au danger d’un démembrement des nations européennes ?

Sans aucun doute. C’est la nation qui est la cible d’une idéologie européiste supranationale, et de facto mondialiste, laquelle a pour objectif essentiel de mettre fin à la souveraineté de l’État-nation. Cette idéologie a pour obsession de faire sauter le verrou de la nation. Ce qui est en cause est le respect de la diversité des nations, c’est-à-dire celle des civilisations, face à la menace d’un monde globalisé qui serait celui d’une uniformisation synonyme de totalitarisme et de régression. L’acharnement antinational est une véritable obsession des officines d’une eurocratie qui veut des États faibles et la fin des nations pour finalement créer l’Europe des tribus qui n’est jamais que l’autre nom de cette Europe des régions dont le président Pompidou pouvait dire qu’elle s’appelait le Moyen Âge.

Quel est le jeu de l’Allemagne ? La constitution d’une Europe des régions sert-elle ses intérêts ?

Le projet visant à la déliquescence de l’État-nation pour anéantir la nation française s’inscrit très exactement dans la stratégie de la nouvelle grande Allemagne qui est le chef de file de l’eurocratie. C’est bien naturel puisqu’il s’agit d’une Europe de plus en plus allemande, avec l’Anschluss de fait d’une bonne partie de l’Europe centrale. La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires a d’ailleurs été imaginée par des courroies de transmission de la Fédération des groupes ethniques européens (plus connue sous le sigle FUEV pour Föderalistische Union europaïscher volksgruppen) qui est dépositaire d’une conception “ethnique” (“völkisch”) d’une Allemagne qui, en fin de compte, tire les ficelles. C’est l’Allemagne, à travers de puissantes fondations, qui encourage les dérives supranationales au sein d’une Union européenne qu’elle a phagocytée. Au XXIe siècle, l’Allemagne, redevenue prussienne depuis la funeste unification de 1990, est bien l’« homme dangereux de l’Europe » dont se méfiait tant le chancelier catholique rhénan Konrad Adenauer.

Le particularisme régional n’aurait-il donc aucune légitimité ? Faut-il toujours le condamner ?

Soyons clair : nous sommes le dos au mur. La menace est la mise en place d’entités minoritaires fondées sur l’ethnie, c’est-à-dire la balkanisation des nations. Dès lors, on ne peut qu’être frappé par la naïveté de ceux qui ne comprennent pas qu’on ne décentralise pas, on n’encourage pas les replis sectaires et ethniques, on ne fait pas la promotion de dialectes minoritaires et folkloriques quand il y a le feu à la maison commune, quand l’identité nationale est menacée de toute part, quand le communautarisme s’infiltre partout, quand un nombre de plus en plus important de jeunes Français parlent de plus en plus mal leur langue, la lisent à peine et l’écrivent encore moins bien. Quand, enfin, la culture et la langue françaises sont sur le point de disparaître, quand la souveraineté nationale est saccagée par tous les moyens, il serait puéril de célébrer des particularismes désuets ou dangereux. À vrai dire, on pourrait à la rigueur admettre qu’une monarchie bien enracinée, nationale et populaire, reposant sur une autorité légitime et forte, puisse laisser une place aux folklores régionaux, mais cela est criminel de la part d’une république qui conduit inexorablement à la déliquescence de l’État et à l’affaiblissement de la nation que nos rois ont unifiée.

Dans un tel contexte, quelles sont à vos yeux les conditions de la renaissance nationale ?

Il s’agit de concevoir les hommes comme appartenant d’abord à une nation. Il faut avoir la conviction d’une unité de destin pour faire quelque chose ensemble. Cela s’appelle l’Histoire. C’est la nation – et elle seule – qui constitue, comme l’enseigne Charles Maurras, « la plus précieuse des libertés », puisqu’elle donne à l’homme sa dignité en lui permettant d’être non seulement un animal social mais plus encore un animal historique. Par la nation, l’individu périssable et la société périssable défient la mort et le néant. Dès lors, la politique n’a pas pour objet de servir les intérêts de groupes particuliers, les ambitions d’un parti ou les chimères des idéologues ; la politique doit mettre en œuvre les moyens permettant à la nation de ne pas périr. Cela revient à défendre le pouvoir de l’État qui garantit le bien commun. La préservation du rôle central de l’État est une question vitale pour la France. Or, depuis plus de deux siècles (avec de trop rares exceptions), les causes du déclin résident dans la mauvaise politique due à un système débile et malfaisant qui favorise le règne de l’étranger. Nos rois avaient combattu ce parti de l’étranger (Bourguignons, ligueurs, frondeurs, anglomanes…) qui est le véritable mal français De nos jours, on est frappé par l’importance des partis de l’étranger : parti américain, parti allemand (camouflé sous le slogan de l’Union européenne), parti israélien, parti russe de ceux qui, plus qu’une saine alliance avec la Russie, prônent une servile soumission à Moscou… Face aux lâches renoncements qui ont toujours nourri l’esprit de collaboration, où est le parti de la France quand il n’y a plus d’autorité légitime pour l’incarner ?

Propos recueillis par François Marcilhac

https://www.actionfrancaise.net/2017/04/21/charles-saint-...

22/04/2017

Terrorisme musulman ”low cost” : la contagion

comprendre-islam-livre-guillaume-faye.jpgAprès l’attaque terroriste de Londres du 22 mars 2017, on pense au refrain de Francis Cabrel « Et ça continue, encore et encore, c’est que le début, d’accord, d’accord » La possibilité d’une guerre civile ethnique, dévastatrice, qui se prépare, se confirme. Les attentats ”low cost”, c’est-à-dire avec peu de moyens (véhicules–béliers, armes blanches, etc.), se multiplient par contagion. Les auteurs sont tous musulmans sans aucune exception. Et, sans aucune exception non plus, ces djihadistes sont des délinquants repris de justice.

Le symbole de Westminster

Quatre morts et plus de quarante blessés sur le pont de Westminster où le terroriste musulman a foncé sur les piétons avec son 4X4 Hyundaï de location. Puis il s’encastre dans les grilles du Parlement, blessant les gardiens en faction. Il parvient à pénétrer dans la cour du Palais de Westminster, peu protégée, où il poignarde à mort un policier (stupidement désarmé donc sans défense, comme les bobbies britanniques) avant d’être abattu par un agent en civil des forces spéciales. (1)

Signe de la fragilité des sociétés occidentales et de l’impact provoqué par cet acte criminel à moyens insignifiants, des scènes de panique se sont ensuivies. La Chambre des Communes comme la Chambre des Lords ont été bouclées, les députés confinés à l’intérieur. Même la Reine à Buckingham Palace a dû subir des mesures spéciales de protection. Les agresseurs musulmans se félicitent de cette dissymétrie : ”avec des armes rudimentaires et des fanatisés, nous déstabilisons ces pays européens que, par ailleurs, nous envahissons par l’immigration et la démographie”. Tel est leur calcul implacable. De plus, comme sur la Promenades des Anglais à Nice le soir du 14 juillet ou lors du Marché de Noël à Berlin, ils choisissent des lieux et moments symboliques.

Multiplication des petits attentats djihadistes par des délinquants 

 Quelques jours avant l’attentat de Londres, un autre Maghrébin, lui aussi repris de justice multirécidiviste (ayant bénéficié d’une scandaleuse mansuétude judiciaire comme à l’accoutumé), Ziyed  Ben Belgacem, a attaqué à l’aéroport d’Orly une patrouille militaire de l’opération Sentinelle dans le but de tuer, en tentant de s’emparer du fusil d’assaut d’une  femme militaire,  avant d’être abattu (2). Là encore, la corrélation entre criminalité et djihadisme est évidente. « On le prend pour un petit braqueur, mais dans sa tête c’est déjà un islamiste radicalisé de longue date : la haine de la société s’est muée en haine de la France », note François d’Orcival (Valeurs actuelles, 23–29/03/ 2017). 

Le lendemain de l’attaque de Londres, un nouvel attentat à la voiture bélier a lieu à Anvers, commis par un Tunisien (Français de papier), bien entendu délinquant de droit commun et trafiquant de drogue. En état d’ébriété, il a foncé dans la foule d’une rue piétonne, sans faire de victimes. Mohammed R. n’était pas un musulman ”radicalisé”, ce qui est inquiétant. Des spécialistes français, adeptes de la culture de l’excuse, ont écarté l’acte terroriste : ivre, il aurait voulu échapper à des contrôles de la police anversoise et aurait emprunté dans sa fuite une rue piétonne. Comment expliquer que la police belge ait retrouvé des armes dans son coffre, dont un fusil à pompe ? 

Le soldat Lee Rigby a été massacré en pleine rue, en 2013, en Grande Bretagne, à l’arme blanche par deux Noirs ”britanniques” de papier d’origine nigériane, racistes anti Blancs convertis à l’islam, qui est pour eux, la religion des ”peuples de couleur”, leitmotiv classique. Depuis, de multiples cas semblables se sont produits en Europe et en Amérique du Nord,  passés sous silence ou minimisés par les médias.

La terreur quotidienne, voie de l’islam invasif

Cette méthode du terrorisme ”low cost”, très efficace, liée à l’invasion migratoire de l’Europe, à 95% musulmane, repose sur un nombre croissant de candidats criminels potentiels recrutés dans cette population. Le terrorisme ”bas de gamme”, avec peu de moyens, est le plus dangereux et le moins décelable à l’avance. Il sera de plus en plus fréquent dans les pays européens et d’Amérique du Nord. Cette technique  d’attaque, très adaptée à la guerre civile, est faite pour épouvanter les populations, à créer une insécurité permanente. Elle ne nécessite pas d’équipes spécialisées coûteuses et difficiles à recruter. Elle s’adapte bien à la population arabo–musulmane ou afro–musulmane qui possède un niveau d’expertise, de compétence et d’organisation assez faible dans pratiquement tous les domaines mais qui, en revanche, s’avère facile à fanatiser.     

Cette technique du terrorisme low cost a été théorisée et encouragée par Abou Mohammed al–Adnani, porte–parole de l’État islamique (tué le 30 août 2016). Dans son appel du 22 septembre 2014 contre les citoyens de la coalition anti Dae’ch, tout spécialement anglo–saxons et français, il ordonnait : «  si vous pouvez tuer un incroyant […]alors comptez sur Allah et tuez–le de n’importe quelle manière. Si vous ne pouvez pas trouver d’engin explosif, alors isolez l’Américain infidèle, les Français infidèle ou n’importe lequel de ses alliés. Écrasez–lui la tête à coups de pierres, tuez-le avec un couteau, renversez–le avec votre voiture, jetez–le dans le vide, étouffez–le ou empoisonnez–le ».

L’appel d’al–Adnani a encouragé de nombreux passages à l’acte. Le 20 octobre 2014, à Saint–Jean–sur–Richelieu (Québec), un converti avait écrasé deux militaires avec sa voiture, tuant l’un et blessant l’autre, avant d’être abattu. En France, une dizaine d’attaques semblables ont été répertoriées, rappelons–le,  dont la plus meurtrière, le 14 juillet  2016 à Nice (plus de 80 morts et 400 blessés) et Berlin (12 morts et 48 blessés) sur le marché de Noël, attaques au camion écraseur par deux Tunisiens, obéissant à Dae’ch.   

Le profil classique du djihadiste : islam, ressentiment ethnique, délinquance  

Khalid Massood, Britannique de 52 ans, métis, l’auteur de l’attaque de Londres, n’était pas surveillé pour activités terroristes mais jadis fiché par le MI5 (3) pour un rôle « périphérique ». Comme par hasard, il avait un lourd casier judiciaire, accumulant les condamnations pour agressions, détentions d’armes et troubles à l’ordre public. En Grande Bretagne, comme partout ailleurs en Europe, la criminalité est majoritairement le fait de délinquants d’origine immigrée extra–européenne ou de nationaux aux racines étrangères ; et, comme on le remarque, les musulmans auteurs d’attentats de haute ou basse intensité sont sans exceptions tous des repris de justice. Djihad et délinquance sont intimement, structurellement liés. Et même historiquement : Mahomet, partout donné en exemple, pratiquait et justifiait pillages, meurtres, vols et razzias. Une étroite logique corrèle islam, violence, et criminalité.

Khalid Massood, l’assassin musulman de Westminster, est un pseudonyme arabisé et afghanisé. Son vrai nom était Adrian Elms (nom de sa mère). Né en Grande Bretagne en 1964 d’une mère blanche et d’un père noir ayant abandonné la mère, situation classique. Élevé par sa mère, il devient délinquant à partir de 19 ans. En 2004, il a poignardé un homme au visage. Il se convertit à l’islam et se radicalise pour des raisons ethniques, cas très répandu. En effet, avec l’échec total de l’utopique ”intégration” et de l’imbécile ”vivre ensemble”, l’islam est perçu comme la religion identitaire des non–Blancs, prétendument opprimés. Ce dogme est repris par les Européens collaborateurs et soumis, adeptes de l’  islamo-gauchisme. 

Le délinquant et assassin Massood, cas classique, était mû par une haine raciste  (camouflée par l’antiracisme) de l’Occident, de l’Europe  et des Blancs. La police britannique soupçonne que cet assassin, même s’il a agi seul, a été entouré par une bande de coreligionnaires et de ”frères” ethniques qui l’ont aidé. 

Les djihadistes et tueurs anonymes

L’État islamique, Dae’ch, a revendiqué l’attentat de Londres et proclamé que Massood était l’un de ses soldats. Pas besoin pour cela qu’il ait eu le moindre contact avec Dae’ch.  Le tueur anonyme a obéi aux ordres : tuer des ”mécréants”, des Européens de souche, des Blancs. La force de Dae’ch, comme d’autres organisations musulmanes concurrentes, est de lancer des ”ordres criminels”, des fatwas, et des milliers de fanatiques, à petite échelle, obéiront.  N’importe quel terroriste djihadiste improvisé peut pratiquer l’écrasement de piétons à la voiture bélier ou le massacre à l’arme blanche, par surprise, où et quand il veut. Il est un combattant anonyme.

Un fait qui s’est produit le 24 mars 2017 à Dijon est particulièrement inquiétant : une femme voilée de la tête aux pieds selon la tenue islamique rigoriste ne laissant apparaître que les yeux, a attaqué et terrorisé les passants avec un couteau de 20cm. de long, puis est entrée dans une église et dans une parfumerie afin de poignarder des ”mécréants”, sans succès, avant d’être neutralisée. Cette meurtrière potentielle sera, n’en doutons pas, très bien traitée par la justice française. Pas d’islamophobie, n’est-ce–pas ?

Terrorisme islamiste ou plutôt  islam terroriste ?

Les politiciens et journalistes peureux désignent abstraitement le ”terrorisme” comme danger suprême. Sans oser préciser l’ennemi : l’islam terroriste (terme plus pertinent que l’ « islamisme », ruse sémantique). L’islam invasif qui utilise le terrorisme pour déstabiliser et effrayer les sociétés européennes, mais dont l’arme principale est néanmoins l’invasion migratoire et la natalité des immigrés, visant à une substitution de population, reprend une stratégie constante de guerre contre les Européens depuis le VIIIe siècle.

Après cette attaque du 22 mars à Westminster, Theresa May, la Première ministre britannique, a estimé que le terroriste  visait d’abord un symbole – un des plus anciens parlements du monde – et donc « des valeurs de démocratie et de liberté d’expression ». Oui, c’est vrai, mais là n’est pas l’essentiel : elle n’a pas mentionné l’islam ni même l’islamisme comme responsables de l’attentat ! Ce déni de réalité, comme chez d’autres dirigeants européens, trahit la lâcheté, la peur et, déjà, la soumission. Elle a ajouté, dans la langue de bois de l’idéologie dominante : «  toute tentative de faire échec à ces valeurs par la violence et la terreur est vouée à l’échec ». Hors de propos. Les agresseurs musulmans ne visent pas principalement à détruire les ”valeurs ” de la démocratie occidentale, dont ils se moquent, mais ils veulent d’abord porter la guerre, complément de l’invasion, au cœur de l’Europe afin de la conquérir, de la soumettre et de détruire sa civilisation détestée, selon la poursuite d’un dessein millénaire.  

Créer l’angoisse par des meurtres répétitifs, imprévisibles et faciles  

Provoquer une psychose et terrifier les populations européennes au quotidien, c’est le but des attentats ”low cost”. Ils sont plus dangereux que les gros attentats. On finit par s’habituer aux agressions terroristes banalisées des immigrés musulmans, avec peu de moyens et quelques morts. Mais elles sont répétitives et seront beaucoup plus meurtrières que les attentats sophistiqués de commandos difficiles à organiser.   

Certes, cet attentat londonien n’a rien à voir avec celui à l’explosif  dans les transports en commun en juillet 2005, qui avait fait 56 morts et 700 blessés. Mais ce genre d’attentats, comme celui du Bataclan, est professionnel et ne peut se produire qu’à intervalles espacés ;  en outre ils sont difficiles à organiser et  repérables ; les polices européennes en ont déjoué des dizaines depuis plusieurs années.

En revanche les attaques ”low cost” de type Westminster, qui connaissent une augmentation constante, même si elles font moins de victimes, sont faciles à entreprendre sans gros moyens, peuvent être menées par un grand nombre d’assassins fanatisés non professionnels recrutées dans les populations immigrées ; elles sont difficilement détectables par les services de renseignement et peuvent devenir quotidiennes, faisant donc au total plus de victimes et créant une atmosphère de peur permanente dans la population.

Complicité du dictateur turc Erdogan avec le terrorisme musulman

 Cette psychose recherchée est parfaitement comprise par le président turc, Erdogan, candidat au sultanat dictatorial, islamiste ”anti–terroriste” mais complice du terrorisme musulman. Ce xénophobe qui dénonce le ”racisme” des Européens, ce tyran constructeur d’un État totalitaire qui accuse Mme Merkel de ”nazisme”, ce démocrate qui prévoit un référendum – truqué d’avance–  pour abolir la démocratie et en revenir à l’absolutisme ottoman, a commis une lourde gaffe. En effet, Erdogan a menacé en ces termes les Européens qui refusent ses diktats et, sous entendu, qui s’opposent à l’islamisation de leurs patries : «  Si vous continuez à vous comporter de cette manière, demain, aucun, aucun Occidental ne pourra plus faire un pas en sécurité, avec sérénité dans la rue, nulle part dans le monde ». Ces propos incroyables, qui incitent au terrorisme quotidien généralisé contre les Occidentaux, reflètent très exactement l’idéologie de Dae’ch et d’Al–Qaida que prétend combattre le dictateur turc. Savoir si Erdogan est un psychopathe mégalomane ou un agent bien organisé et cynique de l’invasion de l’Europe et du terrorisme musulman est une question erronée : il est les deux. L’utilité d’Erdogan au moins, dans sa bêtise brutale et inculte, c’est qu’il confirme l’islam comme notre ennemi principal en nous manifestant son hostilité menaçante, selon le paradoxe de Carl Schmitt : si tu ne désignes pas ton ennemi, lui, te désigne.   

Incompatibilité  ethnique et affrontement inévitable

Les attaques terroristes ”low cost” ont un sinistre avenir en France, en Europe  et même en Amérique du Nord. Elles vont se multiplier par mimétisme. En s’ajoutant à la délinquance de harcèlement constante des jeunes issus de l’immigration. La stratégie de la tension, déjà installée, va  s’aggraver. Le problème se formule ainsi : les Européens anesthésiés vont–ils se réveiller ? En étant cynique, cette agressivité criminelle des colonisateurs et envahisseurs – selon une formulation réelle mais interdite et interdite parce que réelle –  est-elle positive pour le réveil des Européens ?    

L’ennemi est clairement l’islam,  intimement lié à une proportion de plus en plus importante de populations immigrées hostiles, approuvant les attentats. L’intégration et l’assimilation sont des cadavres idéologiques. Le ”vivre ensemble”, une utopie d’adolescents attardés. Mais la résistance est aussi plombée, non seulement par les collaborateurs des envahisseurs, mais par des Européens sincères et naïfs qui sont stupidement optimistes et ”bisounours”. Le terrorisme islamique est moins grave que l’islamisation et l’invasion migratoire et démographique dont il n’est que la conséquence.  Il peut contribuer à réveiller les consciences.

Le plus dangereux, le plus irréversible est la conjonction de deux submersions : par les bateaux (invasion démographique extérieure) et par les berceaux (invasion démographique intérieure, du fait d’une natalité trois fois plus élevée des immigrés). Il faut s’attaquer à la cause de tous les maux présents et à venir : la présence croissante sur le sol européen de ces populations ethniquement incompatibles. De Gaulle avait bien vu cette incompatibilité ethnique. Et c’est pour cela, pour éviter la guerre civile en France, qu’il avait voulu l’indépendance de l’Algérie. Ses successeurs après Pompidou, petits messieurs sans envergure (Giscard, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande), n’ont pas pu ni même voulu endiguer l’immigration – invasion colonisatrice. Ces grands bourgeois imbéciles ont cru que ça allait bien se passer. Eh bien non, ça se passe mal. 

(1) L’absence de port d’armes à feu par les policiers britanniques date d’une époque où la Grande Bretagne était une société paisible et homogène. Ce paramètre a disparu avec l’immigration.

(2) Les opérations ”Vigipirate ” et ”Sentinelle” qui font patrouiller, à grand frais, sur la voie publique près de 10.000 militaires, au détriment de leurs missions normales, sont stupides et inefficaces. C’est uniquement destiné à rassurer et à ”communiquer”. Non seulement les patrouilles militaires n’évitent aucun attentat  mais elles les attirent ! On suscite des attaques contre ces soldats, cibles réjouissantes car symboles de l’État français, surtout quand l’armée commet l’erreur de faire patrouiller des femmes ! Ce qui attise la haine des agresseurs. La seule solution contre le terrorisme urbain, ce sont les patrouilles invisibles, sur tous les points sensibles, de professionnels indétectables et bien armés. Prompts à neutraliser immédiatement tout suspect en cas de début de passage à l’acte. La théâtralité militaire est totalement inopérante dans la guerre de l’ombre.  Où l’on ne se bat pas en uniforme. 

(3) MI5 Military Intelligence 5. Service de renseignement et de contre–espionnage intérieur britannique. Le MI 6 est le service extérieur. Cela correspond à la DGSI et à la DGSE françaises.      

http://www.gfaye.com/terrorisme-musulman-low-cost-la-cont...

Pour mieux négocier le Brexit, Theresa May dissout le Parlement britannique

D'Olivier Bault dans Présent :

8847-20170422.jpg"Le Premier ministre britannique, Theresa May, a créé la surprise mardi en annonçant la convocation d’élections anticipées pour le 8 juin prochain, et donc avec trois ans d’avance sur le calendrier électoral. Selon une loi votée en 2011, la date des élections est en effet désormais fixe et ne dépend plus du bon vouloir du Premier ministre, sauf si celui-ci obtient le soutien d’au moins les deux tiers des députés à la Chambre des communes. C’était chose faite mercredi avec une motion adoptée à 522 voix contre 13. Pourquoi avoir avancé la date des élections et lancé une campagne électorale qui durera sept semaines ? Selon le parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKiP), la vraie motivation de Theresa May, qui dispose actuellement d’une majorité de seulement 12 voix à la Chambre des communes, ce sont des enquêtes de police pour des allégations de dépassement du plafond des dépenses par 20 députés Tories lors des élections de 2015. Si ces allégations venaient à être confirmées, il faudrait convoquer des élections partielles dans ces circonscriptions.

Mais Theresa May avait aussi une autre raison de convoquer des élections anticipées : les sondages lui permettent d’espérer accroître fortement sa majorité face aux Travaillistes, aux Libéraux-démocrates et aux indépendantistes écossais. Dotée d’une confortable majorité, le Premier ministre n’aurait plus à craindre les pressions des différentes tendances de son parti concernant les conditions de la sortie de l’Union européenne et elle sera en meilleure position pour négocier avec l’UE. [...]

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

13:05 Écrit par pat dans actualité, élections, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Invasion migratoire : l’Italie sous le choc « d’une action logistique hors du commun »

Frontex-migrants-600x399.jpg

8847-20170422.jpg« Une action logistique hors du commun, quasiment de nature militaire. » C’est ainsi que, d’après le quotidien italien de centre-droit La Stampa, l’on considère au sein du gouvernement italien le « sauvetage » en mer d’environ 8 500 migrants pendant le week-end de Pâques et leur débarquement en Italie.

Pour les autorités, ce n’est plus un soupçon, c’est désormais une certitude, affirme le journal transalpin. Elles ont analysé les routes empruntées par les canots pneumatiques des immigrants clandestins, leurs points de départ, les horaires et les points de rencontre avec les bateaux des ONG, et elles constatent qu’il s’agissait de toute évidence d’une gigantesque opération planifiée pour les fêtes.

Derrière cette opération, il y a la criminalité organisée libyenne et aussi sans doute des forces politiques qui veulent miner la position du Premier ministre libyen, Fayez el-Sarraj, après les accords signés entre Rome et son gouvernement d’entente nationale pour stopper l’immigration clandestine. Mais il y a aussi des ONG européennes qui sont accusées de collaborer directement avec les réseaux de passeurs, sous couvert d’action humanitaire, en engageant de gros moyens financés par on ne sait quelles sources.

Laura Ravetto, du parti de centre-droit Forza Italia (le parti de Silvio Berlusconi), soutient que seuls 50 % des signalements reçus par les ONG proviennent des garde-côtes italiens.

« Nous sommes en train de créer des corridors humanitaires privés en mer », affirme la député qui est aussi présidente de la Commission Schengen au parlement italien.

L’adoption définitive par la Chambre des députés, il y a deux semaines, du projet de loi du ministre de l’Intérieur Marco Minniti visant à accélérer l’examen des demandes d’asile et à faciliter les expulsions n’a donc pas l’air de dissuader les candidats à l’immigration illégale. Matteo Salvini, le leader de la Ligue du Nord, demande l’arrestation immédiate de ces passeurs européens déguisés en humanitaires et l’intervention de la marine italienne pour mettre fin à ce service de navette entre la Libye et les côtes italiennes.

Le ministre de l’Intérieur autrichien, Wolfgang Sobotka, a lui aussi réagi cette semaine, en exigeant que l’UE ferme enfin cette route de la Méditerranée centrale. Malheureusement, si les dénonciations contre ces ONG immigrationnistes se succèdent depuis novembre dernier, y compris de la part de l’agence européenne Frontex, rien n’est fait pour stopper leur trafic.

Olivier Bault

Article paru dans Présent daté du 22 avril 2017

https://fr.novopress.info/

19/04/2017

Hier soir sur TF1, Marine Le Pen a effectué « le Frexit en direct »

Marine-Le-Pen-Frexit-600x255.jpg

Invitée hier soir de TF1, Marine Le Pen, partisan du Frexit – la sortie de la France de l’Union européenne – a exigé, et obtenu, d’apparaître sans que le drapeau européen soit placé derrière elle. Ce matin sur RTL, Pascal Praud a expliqué que cette demande était à la fois symbolique et justifiée.

Symbolique, car elle a opéré « le Frexit en direct, le Frexit avant l’heure ! »

Justifiée, parce que « le pavoisement des édifices publics – c’est le terme administratif – fait l’objet de textes précis : le drapeau tricolore français est le seul emblème qu’il convient d’arborer sur les bâtiments publics. Toutefois, le pavoisement des édifices aux couleurs de l’Europe est possible. Je ne dis pas que TF1 est un monument public, mais le drapeau européen n’a pas d’obligation juridique à être présent. Sur les portraits officiels des présidents, il n’apparaît qu’avec Nicolas Sarkozy. Constitutionnellement, l’étendard bleu-blanc-rouge est l’emblème de la nation. »

Pascal Praud a enchaîné :

« Si un candidat avait exigé le contraire – retrait du drapeau français au profit des seules couleurs européennes –, là ce n’était pas possible. Est-ce que Philippe Poutou peut imposer la faucille et le marteau ? Non, ce n’est pas constitutionnel. »

Et de conclure ainsi :

« Résumons-nous : Marine Le Pen refuse l’Europe fédérale, elle est souverainiste. Hier sur TF1, elle a joint l’image à la parole, ni plus ni moins. »

https://fr.novopress.info/

 

Roland Hureaux : D'une crise à l'autre : l'euro la mondilisation la France l'Allemagne

17/04/2017

A l’intention des français inquiets d’une sortie de l’Euro et qui n’ont aucune raison de l’être

mlp_euro.jpg

Effaré par l’ampleur des méconnaissances, mais aussi parfois par la mauvaise foi, des journalistes et des hommes politiques qui s’expriment sur la question de la sortie de l’Euro, j’ai décidé de rassembler ici certaines des principales questions qui se posent. On peut parfaitement comprendre que nos concitoyens se posent des questions sur une possible sortie de l’Euro et un retour au Franc, et ce d’autant plus que désormais 5 des candidats à l’élection présidentielle de mai 2017 (soit Asselineau, Cheminade, Dupont-Aignan, Le Pen et Mélenchon) en parlent. Ces questions sont légitimes. Ce qui, par contre, ne l’est pas est le sentiment de panique que l’on cherche à produire dans l’opinion française sur ce sujet. Il devrait être de la responsabilité des journalistes et des hommes politiques (du moins de certains) de ne pas chercher à indûment inquiéter les français. Constatant que ce n’est pas le cas, que très souvent des propos contradictoires avec des textes officiels de l’Union européenne sont tenus, j’ai décidé à publier cette suite de questions-réponses pour éclairer le débat.

Comment va se faire le passage de l’Euro au Franc ?

Rien de plus simple ; l’ensemble des comptes et des contrats en France seront re-dénominés de l’euro au franc au taux de 1 pour 1. Admettons qu’un foyer dispose de 1200 euros sur son compte courant, d’une assurance-vie de 50 000 euros, qu’il paye un loyer de 800 euros, et qu’il se soit endetté de 3000 euros pour acheter une voiture. Du jour ou se fait la conversion, il a 1200 « nouveaux » francs sur son compte courant, 50 000 francs sur son assurance-vie, le loyer de son appartement est de 800 francs et sa dette de 3000 francs. Lors de la conversion, les règles s’appliqueront à tous les comptes, tous les contrats et toutes les dettes en France.

Seront appliquées les règles établies lors du passage du franc à l’euro (sauf pour la valeur de la conversion », telles qu’elles sont précisées dans le règlement de l’Union européenne Règlement (CE) nº 1103/97 du Conseil du 17 juin 1997 fixant certaines dispositions relatives à l’introduction de l’euro[1], règlement qui précise à ses points n°8 et n°9 :

  • (8) considérant que l’introduction de l’euro constitue une modification de la loi monétaire de chacun des États membres participants; que la reconnaissance de la loi monétaire d’un État est un principe universellement reconnu; que la confirmation explicite du principe de continuité doit entraîner la reconnaissance de la continuité des contrats et autres instruments juridiques dans l’ordre juridique des pays tiers;
  • (9) considérant que le terme «contrat» utilisé dans la définition des instruments juridiques englobe tous les types de contrats, indépendamment de la manière dont ils ont été conclus;

L’épargnant français sera-t-il ruiné par le passage de l’Euro au Franc ?

Comme il a été expliqué plus haut, la totalité des comptes bancaires et des contrats d’assurances seront re-dénominés de l’euro vers le (nouveau) franc au taux de 1 pour 1. Les valeurs mobilières verront, si elles sont cotées à la bourse de Paris, de même leur valeur automatiquement re-dénominée. Pour les biens immobiliers, cela dépendra de l’évolution du marché de l’immobilier ; mais on peut penser que le passage de l’euro au franc aura tendance à faire monter les prix de l’immobilier. D’une manière générale l’épargne ne sera pas touchée par cette re-dénomination. Il faut, pour la suite voir dans quel pays elle sera utilisée, et cela implique de regarder l’impact de la sortie de l’euro sur le taux de change.

La sortie de l’Euro va-t-elle provoquer une explosion des dettes publiques ?

Les dettes négociables émises par le gouvernement français ont été émises à 97% en droit français. Cela signifie que 97% des montants seront intégralement re-dénominés de l’euro au (nouveau) franc, et ce pour la même valeur. Ceci correspond au principe de droit international qui s’appelle la « loi monétaire », principe reconnu par la totalité des tribunaux tant français qu’étrangers. Je rappelle que ce principe fut explicitement mentionné dans le règlement nº 1103/97 du Conseil du 17 juin 1997, règlement cité plus haut, et qu’il fut utilisé sans problème lors de l’abandon du franc pour l’euro. L’euro s’était d’ailleurs fortement déprécié pendant les premières années (de 1999 à 2003). Il n’y a eu aucune protestation de détenteurs américains de la dette française (ou italienne, ou allemande).

C’est Nicolas Sarkozy qui, le premier, à parlé de cette « explosion de la dette » qu’une sortie de l’euro provoquerait, et sur ce point soit il ne connaissait pas la loi (étrange.. ?) soit il a menti.

Admettons que sur le stock des dettes existantes il ne se passe rien. Mais, l’Etat continuera d’émettre de la dette, ne serait-ce que pour payer une partie des dettes existantes. On estime à 200 milliards par an cette somme. Une sortie de l’euro ne provoquerait-elle pas une forte hausse des taus d’intérêts ?

Il est exact que le besoin d’endettement de la France est d’environ 200 milliards (« nouvelle » dette et « ancienne » dette cumulées). Les opérateurs étrangers vont pénaliser la dette française par rapport à la dette allemande. Mais ils le font déjà ! Il faut savoir que les taux auxquels la France emprunte sont plus élevés de 0,50% à 0,75% que ceux de l’Allemagne. Cet écart pourrait-il augmenter ? Pas de manière importante car le besoin des investisseurs de placer de l’argent est très important, et le volume des émissions de dettes allemandes sont réduits. La hausse des taux serait alors le produit d’une concurrence entre les taux français et les taux italiens ou espagnols. Et les investisseurs auraient plus confiance dans le Franc que dans la Lire…

Mais, ces 200 milliards peuvent être souscrits par des banques opérant en France (qu’elles soient françaises ou non) si on rétablit la loi rendant impératif à ces banques de détenir un certain pourcentage de leur bilan en dettes publiques françaises. Ce mécanisme a existé et bien fonctionné, des années 1950 aux années 1980. Il permet au gouvernement de rediriger les investissements des banques françaises, mais aussi des banques étrangères opérant en France. Avec ce mécanisme, les taux n’augmenteraient pas plus que ce qu’autorise de fait le gouvernement.

Voilà pourquoi les annonces catastrophistes sur une « forte » hausse des taux sont irréalistes et irresponsables[2].

Pour le reste, je renvoie les lecteurs à l’étude faite par Cédric Durand et Sébastien Villemot sur les conséquences d’une sortie de l’Euro pour les entreprises et les banques françaises[3].

Qu’adviendra-t-il du taux de change du (nouveau) Franc une fois effectuée la sortie de l’Euro ?

Le (nouveau) Franc verra son taux de change fixé par les marchés, sous réserve de mesures conservatoires que le gouvernement pourrait (et devrait) prendre, comme un contrôle des capitaux. A la suite de nombreuses discussions avec des traders opérant sur les taux de change on peut faire le pronostic suivant :

  • Le taux de change du Franc par rapport à « l’euro-maintenu » (soit l’Allemagne, et les pays qui étaient dans la zone Mark, baisserait. Plus précisément, la sortie de la France de la zone Euro provoquerait un mouvement d’appréciation de l’euro-Mark, mouvement que l’on peut estimer entre 20% et 30%.
  • Le taux de change du Franc par rapport au Dollar des Etats-Unis (et à la « zone Dollar ») baisserait entre -5% et -10%. Rappelons que la « zone Dollar » inclut la Chine, la Corée du Sud et Taiwan.
  • Par rapport aux autres pays européens, dont on peut penser qu’ils imiteraient la France rapidement (dans un délai de 3 à 6 mois), comme l’Espagne, la Grèce, l’Italie et le Portugal, le Franc s’apprécierait d’environ +3%-+5% par rapport à l’Italie et à l’Espagne, +10% par rapport au Portugal, +20%-+30% par rapport à la Grèce.

Une sortie de l’Euro, et la dissolution de fait de la zone Euro que cela entraînerait, conduirait à une redistribution des parités monétaires et non simplement une dévaluation du Franc. Rappelons que le gouvernement français pourrait contrôler ce processus par un mécanisme de contrôle sur les mouvements à court terme des capitaux.

Quelles seraient les conséquences pour le consommateur ? Ne verrait-on pas les prix augmenter subitement très fortement ?

Rappelons d’abord que dans le budget d’un ménage, une large part des dépenses se fait pour des produits ou des services fabriqués en France. La part dans nos dépenses des produits importés est inférieure, en moyenne, à 40%. Dans cette part, les prix des produits fabriqués en Allemagne augmenteraient fortement (+20% à +30%). Les prix des produits issus de la Zone Dollar augmenteraient faiblement (+3% à +5%), les prix des produits importés d’Italie, d’Espagne, du Portugal ou de Grèce baisseraient.

Penons le cas du carburant. Le pétrole est acheté en dollars, puis raffiné en France. Mais, dans l’essence (ou le gazole) payé à la pompe, il faut savoir qu’il y a une très forte part d’impôts, de 60% à 75%. Donc, la hausse à la pompe induite par la dépréciation du Franc par rapport au Dollar serait infime.

Mais, une dévaluation a toujours provoqué une hausse des prix ?

En fait, la situation actuelle est très différente de celle des années 1960 ou 1970. Plus qu’une « dévaluation », la sortie de l’euro provoquerait un mouvement de redistribution des parités des diverses monnaies par rapport au Franc. En cumulant les hypothèses les plus négatives, on arrive à une hausse de 3% des prix dans l’année qui suivrait cette sortie de l’euro. Mais, il faut aussi tenir compte du surcroît d’activité qu’impliquerait cette sortie, surcroît qui se ferait sentir pendant au moins 3 ans, et qui entraînerait un retour à l’emploi de 1,5 millions à 2,5 millions de personnes. Ce retour à l’emploi permettrait de régler les déficits des comptes sociaux et de baisser les cotisations sociales, rendant du pouvoir d’achat aux salariés.

Mais, le contrôle des capitaux dont vous parlez, c’est une inquisition ! L’Etat va vouloir savoir combien on détient quand on partira à l’étranger ?[4]

Le contrôle des capitaux s’appliquera essentiellement aux entreprises financières qui veulent soit placer à court terme de l’argent en France soit en placer (toujours à court terme) à l’étranger. Ces mouvements sont de la spéculation et celle-ci peut être dommageable pour l’économie. Ce sont donc ces mouvements là que le gouvernement devra contrôler, par le biais d’une taxe payée (en partie) lors de l’opération et remboursable à partir d’un certain délai. Les dépenses correspondant à des opérations commerciales, des investissements à long terme, en seraient exemptées.

Pour les particuliers (vous et moi…) une franchise de 15 000 euros existera sur les comptes. On ne demandera des documents (factures, notes d’hôtels) que si vos dépenses à l’étranger vont au-delà.

(…)  Jacques Sapir

Notes

[1] www.eur-lex.europa.eu

[2] N’en déplaise à M. Delhommais, dans Le Point, Lien

[3] www.ofce.sciences-po.fr

[4] www.boursorama.com

http://www.voxnr.com/9080/a-lintention-des-francais-inqui...

Sauvons nos espèces ! par Georges FELTIN-TRACOL

Chers Amis de Radio-Libertés,

Depuis plusieurs mois, la presse tant quotidienne qu’hebdomadaire évoque de plus en plus fréquemment une inquiétante évolution venue une nouvelle fois de la Suède. Quand les historiens du futur étudieront notre époque, ils insisteront sur le rôle délétère de ce dépotoir anthropologique.

Terre d’égalitarisme social-démocrate le plus repoussant, le royaume d’opérette suédois n’a jamais cessé de contaminer l’Europe de législations les plus démentes les unes des autres : interdiction de la fessée administrée aux enfants, pénalisation des clients de prostituées, féminisme enragé, incitation d’uriner pour les hommes assis, ouverture suicidaire à l’immigration extra-européenne, éloge forcenée du multiculturalisme libéral, persécution des dissidents tels Julian Assange, déclarations belliqueuses contre la Russie et le Bélarus… Maintenant, Stockholm (Cockholm serait une appellation plus judicieuse) veut abandonner toute monnaie liquide (pièces et billets de banque) et n’accepter que l’argent électronique. Certes, la Corée du Sud prend la même direction, mais c’est en Extrême-Orient. L’État suédois, les syndicats et les grandes chaînes commerciales sont les plus favorables à cette fâcheuse innovation qui, selon le prétexte officiel, tarirait enfin le travail au noir et le crime organisé. La liberté n’y gagnera en fait rien !

En effet, la disparition des espèces monétaires placera chaque habitant sous la dépendance de sa banque. Or, on le sait bien, en démocratie bourgeoise, la finance exerce une puissance prédominante sur les autres pouvoirs. Dans un avenir proche, le banquier pourra exiger de son client la justification précise de ses dépenses. « Pourquoi faîtes-vous un don au Groupe Libertés ? », « Pour quelle raison êtes-vous abonné à Réfléchir & Agir ? », « Allez-vous encore acquérir des livres papier de Julius Evola et de Michel Drac ? » Et si le client joue au mauvais esprit, son banquier le sanctionnera facilement en lui restreignant ses facilités de paiement virtuel.

Cette menace plane sur la France. Le paiement en liquide est dès à présent limité à 1 000 € ! À la Poste, les changeurs de monnaie ont été supprimés pour des motifs fallacieux tandis que les machines qui délivrent les timbres n’acceptent qu’une vingtaine de pièces. Il faut arrêter de suite cette sinistre tendance et payer le plus possible en liquide ! Notre liberté a un coût et passe par une guerre totale à la tyrannie cosmopolite de la transparence.

Bonjour chez vous !

Georges Feltin-Tracol

« Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 29, diffusée sur Radio-Libertés, le 14 avril 2017.

http://www.europemaxima.com/sauvons-nos-especes-par-georg...

16/04/2017

L’euro dans l’impasse

graphique_industrie_2001_2016-1170x350.jpg

Les économies hétérogènes s’accommodent mal d’une monnaie unique… En réponse aux dysfonctionnements de la zone euro, certains réclament une Europe plus fédérale. Un projet utopique condamné à l’échec.

Au cœur des enjeux de la campagne présidentielle, la question de la souveraineté monétaire occupe une place de premier ordre. Pendant que les défenseurs de la monnaie unique rivalisent d’imagination pour « sauver l’euro » (“sauvetage” devenu prioritaire par rapport à celui de l’emploi, de notre industrie, de notre avenir), des voix s’élèvent contre l’aberration économique qu’a constituée cette expérience.

L’échec de cette monnaie ne peut désormais plus être nié. Le réel a balayé l’utopie européiste. L’instauration de l’euro a entraîné une désindustrialisation massive de l’Europe dite du Sud, au profit de l’Europe du Nord, Allemagne en tête. Les faits parlent d’eux-mêmes : l’Italie a perdu 20 % de sa production industrielle en quinze ans, le chômage touche désormais plus d’un jeune sur deux en Espagne et en Grèce…

Mais pouvait-il en être autrement ? Le niveau d’une monnaie dépend de la compétitivité hors coûts de son économie. Celle-ci étant très hétérogène au sein de la zone euro, la monnaie unique ne peut pas être au niveau optimal pour chaque pays. L’Allemagne ayant pu obtenir un euro fort, ce sont donc les pays les moins compétitifs qui doivent subir une monnaie surévaluée. Tuant leur compétitivité à l’export, cela a provoqué un transfert de l’industrie du Sud vers le Nord, paupérisant ainsi les pays d’Europe du Sud. L’évolution de la production industrielle des principaux pays concernés, présentée ci-dessus, en témoigne.

Une illusoire solidarité entre États

Afin de résorber ce problème, la plupart des défenseurs de l’euro s’accordent sur la nécessité d’instaurer un plus grand degré de fédéralisme, afin de donner à l’Union européenne les moyens politiques de contrer les effets de la monnaie unique. Cela signifierait un transfert de notre politique industrielle, budgétaire et fiscale à l’Union européenne. Cela impliquerait également que les pays d’Europe du Nord subventionnent abondement ceux d’Europe du Sud.

Ces subventions, de l’ordre de plusieurs centaines de milliards d’euros par an, ne seraient bien sûr jamais acceptées par les pays d’Europe du Nord, Allemagne en tête. Ils supposeraient une solidarité entre États membres, qui passe nécessairement par un sentiment d’appartenance commune. Celui-ci ne saurait résulter de quelconques décrets. Enfermés dans le dogme contractualiste de la sociabilité artificielle, les utopistes du fédéralisme européen pensent pouvoir créer une nation européenne, oubliant que la nation est avant tout un produit de l’histoire, qu’elle ne se construit pas par un artifice technocratique.

Devant l’impasse de leur projet, les européistes n’ont d’autre solution que  de fuir le débat de fond. Les grandes formules creuses emplissent leurs discours. Les “affaires” monopolisent l’attention des médias. Nous assistons à une dépolitisation du débat politique national, syndrome d’une dépossession politique orchestrée par l’Union européenne. Dans ce contexte, la sortie de l’euro apparaît comme une nécessité de premier plan, cette monnaie unique étant fondamentalement incompatible avec notre souveraineté politique.

N. Lamidaeff

https://www.actionfrancaise.net/2017/04/12/leuro-dans-lim...

Colloque "L'Occident contre l'Europe" : les interventions

Guillaume de Thieulloy :

Fabrice Sorlin :

Xavier Moreau :

Yannick Jaffré :

John Laughland :

Colonel Jacques Hogard :

Nikola Mirkovic :

Philippe Migault :

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

15/04/2017

Nouvelles lois anti-Soros en Hongrie

8843-20170415.jpgLe président hongrois, Janos Ader, a signé lundi la nouvelle loi hongroise sur l’éducation supérieure. Pour qu’une université étrangère puisse avoir un campus et délivrer des diplômes en Hongrie, il faudra à partir du 1er janvier 2018 qu’elle ait aussi un campus dans son pays d’origine et qu’elle fasse l’objet d’un accord intergouvernemental.

Cette loi est accusée de viser tout particulièrement l’université d’Europe centrale (Central European University, CEU) fondée en 1991 à Budapest à l’initiative du financier américain d’origine juive hongroise George Soros. La CEU, toujours financée par le progressiste libéral-libertaire Soros, est une université anglophone accueillant plus de 1 500 étudiants d’une centaine de pays différents et dont l’objectif est de promouvoir les Droits de l’homme, la bonne gouvernance et l’Etat de droit tels que les conçoit le milliardaire américain dont Viktor Orban dénonce régulièrement l’influence néfaste et le rôle dans l’invasion migratoire actuelle.

Le département d’Etat américain s’est dit inquiet de l’impact de cette nouvelle législation sur une université dont il vante les compétences et les mérites tandis que la Commission européenne a annoncé vouloir s’assurer que la nouvelle loi n’est pas contraire aux valeurs fondamentales de l’UE. Malgré les manifestations qui se déroulent depuis quelques semaines en Hongrie, un sondage publié le 13 avril par le groupe de réflexion Szazadveg montre que 70 % environ des Hongrois sont favorables à la nouvelle loi.

Parallèlement, le gouvernement hongrois a adopté un autre projet de loi pour obliger les ONG financées depuis l’étranger de déclarer ce fait aux autorités et de l’indiquer sur leur site internet et leurs publications.

Olivier Bault

Article publié dans Présent daté du 15 avril 2017

https://fr.novopress.info/

 

14/04/2017

Stockholm : les égarements sans fin des Européens face à l’islam, par Louis Brequin

Une semaine après l’attentat qui a frappé la capitale suédoise, le principal suspect, un Ouzbek de 39 ans débouté du droit d’asile, est passé aux aveux et a confessé ses sympathies islamistes. Les commémorations en hommage aux victimes ont débuté, s’accompagnant d’un discours systématiquement resservi à chaque fois qu’un attentat survient en Europe. Pour le résumer, citons le premier ministre suédois, Stefan Löfven, qui a déclaré : « Le but du terrorisme est de miner la démocratie. Mais ces actes n’arriveront jamais à gagner en Suède, nous le savons. Vous ne pouvez pas nous diviser […]. »

Le mythe de l’unité du pays

Cette rengaine sur la volonté supposée des terroristes de diviser la population des pays occidentaux, sous-entendu entre Européens de souche et immigrés, est devenue le leitmotiv de nos dirigeants car elle permet, par une pantalonnade bien culottée, de légitimer leurs politiques suicidaires, celles-là mêmes qui ont conduit à la situation actuelle de balkanisation de l’Europe. L’idée qu’ils cherchent à propager est la suivante : si le but du terrorisme est de nous diviser, alors pour lui faire échec, il faut renforcer les politiques « d’intégration », comprenez davantage d’antiracisme, de mixité contrainte et forcée et de concessions diverses envers les communautés immigrées au détriment des autochtones. Par contraposée, les solutions avancées par la droite identitaire ne constitueraient pas le bon remède à nos maux.

Sauf que ces brillants esprits ont oublié un détail : pour que ce raisonnement soit valable, encore faudrait-il qu’il n’y ait jamais eu une quelconque unité entre ces deux composantes de la société. Et c’est là que le bât blesse.

La fraternité ou même la simple cohabitation des Européens de souche et des immigrés n’a jamais été qu’une chimère, une douce illusion dont se bercent nos élites.

Pour le cas de la France, il suffit pour s’en convaincre de relire les travaux de Michèle Tribalat sur la ségrégation dans les quartiers et les stratégies d’évitement des Français de souche ou de Christophe Guilluy sur l’endogamie des élites blanches et urbaines. Cet entre-soi a pu être constaté de manière éclatante lors des manifestations pourCharlie qui ont rassemblé quasi-exclusivement des citadins blancs, les extra-Européens les ayant délaissées car ils ne se sentaient tout simplement pas concernés. Les photos d’ensemble publiées par la presse à l’époque attestent irréfutablement de cette homogénéité.

A bien y réfléchir, il n’y a rien de surprenant à ce constat. Comment des populations aux valeurs diamétralement opposées pourraient-elles fraterniser ? Pour le cas des « Charlies » qui se prévalent d’un vivre-ensemble harmonieux, il s’agit de personnes laïques, attachés aux droits des femmes et des minorités sexuelles, prônant l’émancipation hors des communautés d’origine et privilégiant le dialogue et le compromis. Pour ce qui est des jeunes issus de l’immigration, qui habitent souvent les quartiers sensibles et ont en majorité conservé une mentalité de « bledard », on a affaire à des individus misogynes, volontiers homophobes, obnubilés par leurs origines ethniques et religieuses et vouant un culte à la violence et au rapport de force. Il n’y a pour ainsi dire rien qui les rassemble tant elles sont aux antipodes l’une de l’autre.

La véritable signification des « amalgames »

Cet argument de la division ressassé par la classe politique est le corollaire logique de l’analyse qu’elle nous livre sur le phénomène terroriste qui voudrait que « 99 % des musulmans soient des gens pacifiques, horrifiés par le terrorisme ». L’avantage du terrorisme par rapport à d’autres formes de violence engendrées par l’immigration (délinquance, émeutes…) est sa dimension marginale qui permet au pouvoir d’absoudre l’entièreté des communautés d’immigrés musulmans, en renvoyant le terrorisme à un problème d’individualités. Présentée dans les médias comme une grille de lecture éclairée et nuancée face à l’assertion simpliste des beaufs (« tous les musulmans sont des terroristes »), elle trouve hélas de l’écho chez certains Français qui se pensent sans doute très intelligent de la rabâcher comme des perroquets.

Mais la réalité est sans doute plus complexe que cela et obéit à une logique de cercles concentriques. Sans se hasarder à avancer des chiffres, on peut affirmer sans trop prendre de risques qu’au-delà des militants actifs prêts à se sacrifier, il est aussi des islamistes convaincus qui soutiennent le terrorisme et passeraient à l’acte s’ils n’avaient pas peur de mourir ou de passer le restant de leurs jours en prison. Ils le feront du reste le jour où les forces de l’ordre perdront pied. D’autres encore plus nombreux se réjouissent des actes terroristes, juste par haine et sans forcément adhérer à l’idéologie djihadiste, comme l’ont montré certaines réactions d’élèves dans les établissements scolaires sensibles. Il y a enfin la masse de ceux que la violence terroriste indiffère royalement tant qu’elle touche des Européens de souche.

Prétendre que le problème du terrorisme n’a pas de dimension communautaire est donc un mensonge. Car si les terroristes kamikazes sont le fer de lance de la conquête islamiste en Europe, ils bénéficient d’un solide réseau de solidarités familiales, claniques ou religieuses sur lesquelles s’appuyer. Comment expliquer sinon que Salah Abdeslam ait pu se cacher trois mois à Molenbeek sans éveiller les soupçons ?

Par ailleurs, même si nous n’en sommes pas encore à ce stade, dans certains quartiers mis en coupe réglée par les salafistes, les menaces et le chantage leur suffiront à obtenir l’appui de leurs coreligionnaires. C’est déjà ainsi que procédaient les islamistes en Algérie dans les années 1990.

Pire, en cas de raidissement brutal de la situation, les non-militants, inquiets pour leur intégrité, s’en remettront de leur plein gré aux plus extrémistes et aux plus déterminés parmi les leurs. Ce sont là des mécaniques bien connues observées lors des guerres civiles (Irak et Syrie notamment).

Tout cela ne veut bien évidemment pas dire que tout musulman porte une responsabilité quant au terrorisme, ni que « les musulmans devraient s’excuser pour le terrorisme » (exigence grotesque), mais que tant qu’il aura une telle présence musulmane en Europe, le risque terroriste, et plus largement insurrectionnel, existera malgré tous les efforts politiques et sociaux déployés.Les médias se plaisent à vilipender ceux qui se rendraient coupable « d’amalgames », mais personne un tant soit peu sensé ne pense réellement qu’en chaque musulman sommeille un terroriste.

En revanche, beaucoup pensent que, comme les auteurs d’attentat sont indéniablement issus des rangs de la communauté musulmane, il est difficile de déceler par anticipation les passages à l’acte tant le phénomène islamiste devient massif et qu’il est quand même ici question de la préservation de la paix civile dans nos patries. Il serait peut-être temps d’arrêter les frais.

Louis Brequin

https://fr.novopress.info/

Paul Joseph Watson - Les nationalistes avaient raison, à propos de la Suède ! (vostFr)

13/04/2017

Un entretien avec Anke Van Dermeersch, députée du Vlaams belang

Source EuroLibertés cliquez ici

2597772358.jpgAnke Van Dermeersch, ancienne Miss Belgique ayant pris part au concours Miss Univers, est député au Parlement flamand du parti nationaliste flamand Vlaams Belang et siège au Sénat belge. Elle s’est engagée dans la défense des femmes face à la menace que représente l’islamisation et a créé en 2012 à Anvers (Antwerpen) l’association européenne « Femmes contre l’Islamisation ». Lionel Baland l’a rencontrée.

Dans quels pays l’association « Femmes contre l’Islamisation » est-elle active ?

Nous avons des sections en Flandre (Belgique), en France, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Autriche,… mais aussi désormais en Catalogne (dirigée par Ester Gallego) et en Estonie (conduite par l’ancien ministre et ex-député européen Kristiina Ojuland).

Quels sont vos moyens d’action ?

L’association dispose d’un site Internet Femmes contre l’islamisation qui met en avant ses activités et soutient des actions d’autres personnes et groupements qui vont dans le même sens. Elle conduit des campagnes et diffuse des affiches afin de sensibiliser les femmes aux conséquences néfastes de l’islamisation.

Des affiches, avec le burkini et avec les chaussures dont il m’est interdit de citer le nom, ont fait l’objet d’une diffusion virale sur Internet.

J’ai publié en 2012 un livre en néerlandais intitulé Hoer noch slavin (Ni prostituée, ni esclave) à propos des femmes et de l’islam et dans lequel je présente divers témoignages de femmes qui racontent leur histoire en rapport avec l’islam.

En 2018, un rassemblement aura lieu à Anvers afin de fêter la demi-décennie d’existence de l’association (des sponsors sont recherchés).

Quelle est la situation à Anvers ?

La vie quotidienne est influencée par l’islam. Certains quartiers sont dangereux. Les femmes y subissent du harcèlement verbal et peuvent faire l’objet de crachats. Dans les écoles de la ville, plus de la moitié des enfants de 6 à 12 ans sont musulmans et cela entraîne des conflits à propos du halal. Cette pratique provoque des souffrances chez les animaux et est, par conséquent, opposée à nos valeurs. La question du voile se pose également, car non seulement des filles le portent, mais d’autres sont contraintes de le faire alors qu’elles ne le désirent pas. Ce problème se pose également au sein de l’enseignement catholique car celui-ci est aussi fréquenté par des élèves musulmanes. Les gens fuient la ville car ils refusent de voir leurs enfants scolarisés dans des écoles qui rencontrent ces problèmes.

Élue au Sénat depuis 2004, j’ai écrit une proposition de loi en faveur de l’interdiction de la burqa [le niqab est aussi concerné]. Cette idée s’est répandue en Belgique, puis dans d’autres pays d’Europe. Cette mesure est surtout symbolique et montre que nous n’acceptons pas les visées extrêmes de l’islam.

Le Vlaams Belang a dû faire face au cours des dernières années à la concurrence du parti national-centriste flamand N-VA. Pourquoi de nombreux électeurs du Vlaams Belang sont-ils passés à la N-VA ?

Car Bart De Wever, le dirigeant de la N-VA et désormais bourgmestre [maire] d’Anvers, a promis d’apporter des solutions aux problèmes dénoncés par le Vlaams Belang. Mais la N-VA applique des demi-mesures et n’amène pas de réelles solutions. Ce parti ne réalise pas ce qu’il s’est engagé à faire. L’insécurité touche toujours fortement la population. Par exemple, des dames âgées sont agressées et se voient arracher du cou leur chaîne en or, puis tombent en se cassant un membre, ce qui signifie la fin d’une vie normale pour elles.

Les électeurs du Vlaams Belang qui ont voté pour la N-VA à Anvers lors des élections municipales de 2012 ont été motivés, avant tout, par le fait de mettre dehors les socialistes.

La N-VA s’alliera-t-elle dans le futur avec le Vlaams Belang ?

La N-VA est au pouvoir à Anvers, en Flandre et au niveau national avec les sociaux-chrétiens du CD & V et les libéraux [situés à droite] de l’Open-Vld. La N-VA a tout intérêt à rester au Pouvoir et a donc peur de s’allier avec nous [en cas d’alliance N-VA et Vlaams Belang au niveau local, le CD & V et l’Open-Vld pourraient refuser de gouverner avec la N-VA à d’autres niveaux de Pouvoir]. Malgré le fait que la N-VA est un parti nationaliste flamand, il fait le grand écart politique entre d’une part ses idées et d’autre part le fait qu’il a intérêt à ce que la Belgique se maintienne car il y exerce un rôle influent.

http://synthesenationale.hautetfort.com/

21:17 Écrit par pat dans actualité, entretiens, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

La solidarité européenne existe-t-elle vraiment ? Le cas de la Grèce.

Dans cette campagne présidentielle, il est beaucoup question d'Europe et de sa forme politique actuelle baptisée Union européenne : certains la dénoncent, d'autres, au contraire, l'annoncent comme la nouvelle Terre promise et veulent en renforcer les grands aspects, principalement dans le sens des signataires du Traité de Rome de 1957, c'est-à-dire dans le cadre d'une idéologie libre-échangiste et supranationale que dénonçait dès 1957 Pierre Mendès-France. Autant dire que les points de vue des candidats qui s'affrontent apparaissent, au final, très variés et, souvent même, antagonistes.

Mais, s'il est souvent question d'Europe, ne serait-il pas utile d'évoquer, au-delà du Brexit qui agite beaucoup les salles de rédaction et les états-majors des candidats, le cas de la Grèce et du traitement qui lui est actuellement infligé, dans une indifférence quasi-générale en Europe et parmi les opinions publiques d'un ensemble « Union européenne » qui se veut « cohérent » et, surtout sous la plume des éditorialistes europhiles, « solidaire » ?

Cela fait désormais plus de sept ans que la Grèce s'enfonce chaque jour un peu plus dans le marasme et la misère sociale, depuis qu'il a été démontré que ce pays avait, avec le soutien de la banque états-unienne Goldman Sachs, triché sur ses comptes pour intégrer la zone euro qui devait lui garantir, si l'on en croit les promesses faites depuis le traité de Maëstricht, sécurité financière et prospérité. Il suffit de relire les articles et les livres écrits à la veille de la décennie 2000 pour constater, au regard des réalités de 2017, que l'euro n'a évidemment pas tenu ses promesses, à part celle de pouvoir circuler avec la même monnaie dans près d'une vingtaine de pays de l'Union : maigre consolation pour les Hellènes que de voir la chouette d'Athéna sonner sur les comptoirs parisiens ou berlinois...

Vendredi dernier, le gouvernement de M. Tsipras, issu d'une Gauche qui a renoncé à sa radicalité présumée pour passer sous les fourches caudines des institutions financières et politiques de l'Union européenne et du FMI, a accepté une dixième ou douzième fois de rogner encore sur les retraites des vieux Grecs et de resserrer encore le licol fiscal sur des populations déjà largement désargentées : cela n'a pas fait les gros titres de la presse française. Qui, d'ailleurs, se préoccupe encore de Grecs dont le président de l'Eurogroupe, le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem déclarait il y a près d’un mois, avec cette morgue propre aux riches féodaux, qu'ils ne peuvent réclamer quelque solidarité que ce soit de l'Union quand ces Méditerranéens, forcément paresseux à le lire, ne pensent qu'aux femmes et à l'alcool ?

Qu'en pensent les quelques européistes qui manifestent aujourd'hui en France ou ailleurs pour dénoncer les atteintes à « leur » Europe ? Je me souviens d'avoir discuté à Saint-Germain-en-Laye et à Rennes avec quelques uns d'entre eux et d'avoir été gêné par leur totale méconnaissance de la situation grecque ou, dans d'autres cas, par leur argumentation et leur virulence contre des Grecs forcément coupables de l'endettement de leur pays : cet ensemble de postures m'a confirmé dans mon dégoût de cette « Europe légale » qui oublie ou méprise « l'Europe réelle » et les plus faibles de celle-ci.

Or, de nombreux électeurs ont peur d'un changement de l'orientation idéologique européenne, en particulier les plus « mondialisés » pour qui, déjà, l'Europe est trop petite et qui ne pensent plus qu'en termes de rendements et de profitabilité et non en termes d'histoire, de civilisation ou de justice sociale : comme si le monde n'était destiné à n'être plus qu'un vaste supermarché ouvert à tous les vents et dominé par les seuls critères économiques ! Cette conception étroite du monde comme de l'Europe n'est pas la mienne, loin de là.

Il me semble que le monde et l'Europe en particulier, puisque c'est d'elle dont il est question ici, ne peuvent se définir comme des ensembles économiques homogènes qui seraient obligatoirement ordonnés autour des idées de libre-échange et de libre-circulation « sans frontières ni classes », dans une logique où les lieux et les appartenances culturelles, historiques et sociales, laisseraient la place à un monde unique de consommateurs seulement différenciés par leur capacité financière de consommation. Bien au contraire, le monde et l'Europe sont des mosaïques composées de nations, de provinces, de communes, de métiers, de religions, de cultures, de paysages... qui ont trouvé (ou cherchent encore) leur équilibre et jouent, plus ou moins bien, une harmonie qu'il est parfois dangereux de vouloir remettre en cause pour des « principes » ou des utopies qui oublient la nécessaire humilité devant le réel, y compris pour le changer. Si l'imagination est un moteur de l'histoire qu'il ne faut surtout pas négliger, l'erreur consiste parfois à en oublier les limites et à vouloir imposer les rêves de certains sans considérer qu'ils peuvent devenir des cauchemars pour les autres... L'histoire est fort cruelle à cet égard. 

Pour en revenir à l'Union européenne et à la Grèce, il est tout de même saisissant de constater que rien ne semble devoir émouvoir les Allemands et les Néerlandais (du moins leurs gouvernants), et que, sous la férule de ces europhiles revendiqués, un peuple entier paye les inconséquences de dirigeants grecs qui, eux, ont fait de l'Union européenne leur fond de commerce et leur alibi pour imposer à leurs concitoyens un traitement qui ignore même les besoins des malades et des plus pauvres, désormais seulement aidés par quelques associations et la puissante Église orthodoxe, « derniers recours » d'une population exsangue...

Où est donc la solidarité européenne que nous vantent à longueur de colonnes les europhiles urbains ? S'il y a un risque de conflit et de tensions au sein de l'Union européenne, il n'est pas d'abord, ni seulement, le fruit des poussées identitaires, aussi dangereuses puissent-elles être, mais bien plutôt de l'écrasement économique et social des peuples, et de leurs réactions, non de peur, mais de désespoir et de colère.

« Le pas des mendiants fera trembler le monde », disait Bernanos : aujourd'hui, c'est l'Union européenne qui engendre ces miséreux qui pourraient bien, un jour ou l'autre, risquer de renverser la table de la « mondialisation heureuse » et du « banquet des satisfaits »... Et ce sont les bulletins de vote qui, désormais, se transforment en pavés

(à suivre : les candidats face à la construction européenne ; faut-il soutenir ceux qui parlent de sortir de la zone euro ou de l'Union européenne ? ; quelle Union européenne possible, et comment y parvenir ? ; etc.)

http://nouvelle-chouannerie.com/

12/04/2017

L’attentat contre le Borussia Dortmund commis « au nom d’Allah » ?

Borussia-Dortmund-Attentat-600x406.jpg

DORTMUND (NOVOpress) : Selon les médias allemands, la lettre de revendication retrouvée sur le lieu des explosions au passage du bus du Borussia Dortmund débute ainsi : « Au nom d’Allah, le très miséricordieux »… La lettre, qui fait référence à l’attaque islamiste sur le marché de Noël à Berlin, dénonce la participation de l’Allemagne à la coalition contre l’Etat islamique et les raids accomplis par ses avions Tornado.

Ce document affirme encore que les sportifs et autres célébrités, « en Allemagne et dans d’autres pays croisés », feront désormais partie des cibles de l’Etat islamique, jusqu’à ce que l’Allemagne retire son aviation de la coalition et que la base aérienne américaine de Ramstein soit fermée.

En l’état des investigations, les autorités allemandes n’excluent pas que ce message soit destiné à brouiller les pistes.

J’ai fait venir la guerre du Donbass à Paris !

Nous savons tous quel est le fantasme ultime des faucons de guerre américains. Voulons-nous vraiment continuer à fermer les yeux sur le Donbass ?

Puisque la France ferme les yeux sur cette guerre terrible et fratricide en pleine Europe, j’ai décidé de la faire venir à Paris. Avec l’association Ouest-Est, nous avons fait rentrer en France (non sans difficultés) pendant une semaine une maman du Donbass et son jeune fils, Andrey. Andrey est un petit garçon de dix ans, il est mignon, poli et généreux, très généreux. Andrey ressemble aux petits Français de son âge mais la vie d’Andrey a basculé le jour où il a été frappé par des éclats d’un obus lancé par l’armée ukrainienne sur son habitation. Depuis, Andrey est en fauteuil roulant et ne peut plus se servir de ses jambes. Andrey viendrait d’Alep, de Mossoul ou du Mali, il aurait certainement eu droit à un « 20 heures » sur TF1 ou à une visite présidentielle, mais Andrey n’est qu’un petit chrétien russophone du Donbass dont la souffrance est volontairement occultée en France par les classes dirigeantes.

Afin de mettre nos médias et politiques devant leurs responsabilités, nous avons présenté Andrey et sa maman à plus d’une dizaine d’élus de droite et de gauche. Nous avons également réalisé des interviews avec une dizaine de médias afin qu’ils se rendent compte de la réalité terrible de cette guerre commencée il y a bientôt trois ans et dont la comptabilité macabre totalise déjà 10.000 morts, 20.000 blessés et 1.000.0000 de réfugiés.

C’est une catastrophe humanitaire en pleine Europe et l’heure est venue d’y mettre fin.

L’objectif de notre opération n’est pas d’entrer dans le misérabilisme. On peut toujours se dire que la guerre a toujours existé et qu’on ne peut pas régler décemment les problèmes du monde entier. Oui, sauf que là, nous parlons de l’Europe. Là, nous parlons d’une guerre entre chrétiens. Là, nous parlons une fois de plus de la conséquence de l’ingérence de Washington en Europe qui, avec ses alliés oligarques, nazillons et Bernard-Henri Lévy, a conduit un pays souverain à la guerre civile.

Au Donbass nous parlons d’une guerre au potentiel nucléaire en pleine Europe sur la frontière avec la Russie et nous savons tous quel est le fantasme ultime des faucons de guerre américains. Voulons-nous vraiment continuer à fermer les yeux sur le Donbass ?

 Plus de 101 enfants ont déjà été tués dans le Donbass depuis le printemps 2014. Andrey et sa maman ne font pas de politique, ils veulent juste vivre en paix. La France ne peut plus ignorer cette guerre épouvantable et doit réagir. Rappelons à nos médias et nos dirigeants la réalité du Donbass et exigeons la paix immédiatement, car la guerre en Europe, quand ça dégénère, nous savons très bien comment ça commence et comment ça finit.

Pétition internationale pour la paix au Donbass et la fin immédiate des hostilités. Signez ici.

 dans Boulevard Voltaire
Responsable d’une association humanitaire

Le mirage suisse

Georges Feltin-Tracol

Pour bon nombre d’observateurs de sensibilité patriotique, identitaire ou non-conformiste, le voisin suisse fait presque figure d’Arcadie. Leur attirance pour la Confédération helvétique ne repose ni sur son fédéralisme sagement pensé ainsi que sa pratique fréquente de la subsidiarité (deux axes majeurs pour la promotion d’une Alter Europe à rebours de l’Union pseudo-européenne de Bruxelles), ni sur la cœxistence de quatre ensembles linguistiques (germanique, francophone, italien et romanche) qui prouve que la Suisse par ce polyculturalisme enraciné résume elle aussi l’authentique esprit européen.

Non, l’helvétophilie en cours en France ne se rapporte qu’à la votation. Ce terme désigne le référendum d’initiative populaire organisé indifféremment à l’échelle de la commune, du canton et de la Confédération. C’est d’ailleurs cette dernière configuration qui suscite le plus d’admiration. Il faut reconnaître que les votes surprises du 29 novembre 2009 sur l’interdiction des minarets et du 14 février 2012 contre l’immigration de masse n’ont pu que ravir les vrais Européens.

Cependant, ces victoires sans efficacité pratique parce que le gouvernement fédéral bloque la mise en œuvre ne doivent pas masquer de nombreux échecs. Le 12 février dernier, 60,4 % des Suisses approuvèrent la simplification de la procédure de naturalisation des petits-enfants d’immigrés souvent d’origine balkanique, orientale et africaine ! Les médiats du Système fêtèrent ce résultat ! Quelques années auparavant, les Suisses avaient majoritairement rejeté le projet d’abrogation des lois liberticides. Ces deux exemples démontrent que, loin de s’opposer au nouvel ordre cosmopolite, la votation représente parfois un excellent moyen d’asservissement !

Ses introducteurs ignoraient en effet tout de l’impact de ce terrible pouvoir que constitue la sphère médiatique. Ils ne pouvaient pas non plus imaginer que le corps électoral serait au gré des vagues successives de naturalisation plus hétérogène sur le plan ethnique. La démocratie directe convient à l’homme européen à la condition expresse qu’il puisse établir son propre jugement. Dans le tumulte de la vie post-moderniste et l’emprise croissante des réseaux sociaux, ce n’est plus le cas !

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 28, diffusée sur Radio-Libertés, le 7 avril 2017.

http://synthesenationale.hautetfort.com/

16:45 Écrit par pat dans actualité, Europe, immigration | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Le salon des islamistes de l’UOIF doit être interdit !

Ce rassemblement se tient depuis déjà 34 ans et a compté jusqu’à 170.000 visiteurs en 2013. Il s’agit de la réunion islamique la plus importante d’Europe…

Du 14 au 17 avril 2017 se tiendra, comme chaque année, le rassemblement annuel des musulmans de France (RAMF). L’événement est organisé par l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), faux nez des Frères musulmans dans notre pays. Ce mouvement est considéré comme terroriste par plusieurs pays, notamment l’Égypte (où il fut fondé en 1928), la Russie, mais aussi bientôt, peut-être, par les États-Unis selon le souhait exprimé par le président Trump. Voulant brouiller les pistes, l’UOIF s’est d’ailleurs renommée récemment en « Musulmans de France »…

Également connu comme le congrès du Bourget, ce rassemblement se tient depuis déjà 34 ans et a compté jusqu’à 170.000 visiteurs en 2013.

Il s’agit donc de la réunion islamique la plus importante d’Europe, ce qui n’est naturellement pas sans causer quelques débordements, souvent de la part des intervenants.

On a ainsi pu voir au cours des années divers invités être purement et simplement empêchés de pénétrer sur le territoire français. En 2012, par exemple, ce sont les prédicateurs Youssef al-Qaradawi – qui recommandait au mari de « battre légèrement [sa femme], avec ses mains, en prenant soin d’éviter le visage ou d’autres parties sensibles » – et Mahmoud al-Masri qui furent interdits de séjour suite à leurs écrits et prises de position.

L’UOIF regrettait alors ce qu’elle nommait pudiquement une « controverse ». Pourtant, cette année, trois individus du même calibre sont attendus : Nabil Ennasri, agent du Qatar et des Frères musulmans en France, qui avait déclaré que « le djihad, dans le cadre d’une lutte armée défensive contre un système oppressif, est parfaitement légitime pour le peuple syrien ».

Ahmed Jaballah, ancien président de l’UOIF, qui expliquait en 2005, dans un entretien accordé à L’Express, le plan de conquête de son organisation en des termes laissant peu de place au doute : « L’UOIF est une fusée à deux étages. Le premier étage est démocratique, le second mettra en orbite une société islamique. »

Moncef Zenati est membre du bureau national de l’UOIF et, ainsi que l’explique l’ex-Frère musulman Mohamed Louizi, prône à travers ses traductions des livres de Al-Qaradawy en français un « processus stratégique [qui] part d’abord et essentiellement de l’éducation de l’individu – d’où la priorité accordée aux « jeunes musulmans », entre autres. Ensuite de l’individu, il faut former le foyer musulman, puis le peuple musulman, puis atteindre le gouvernement islamiste, puis établir le califat, puis reconquérir l’Occident puis atteindre le Tamkine planétaire. »

Ce rassemblement sera, comme chaque année, le lieu de diffusion d’un islamisme toujours plus conquérant. À l’heure où tous les pays d’Europe sont endeuillés par le terrorisme islamique, les Identitaires réclament l’interdiction du RAMF et la dissolution de l’UOIF !

http://www.bvoltaire.fr/salon-islamistes-de-luoif-etre-in...

11/04/2017

Attentat en Suède : des fleurs contre le terrorisme

8840-20170412.jpgEst-ce avec des fleurs, des lampions, des larmes et des manifestations d’amour qu’on aurait vaincu le fanatisme national-socialiste ou bolchevique ? Assurément non. Alors pourquoi donc tant d’Européens s’imaginent-ils pouvoir combattre ainsi le fanatisme islamique ? Ou islamiste, chacun choisira, l’islamisme n’étant qu’un néologisme pour désigner, en faisant croire qu’il s’agit d’une nouveauté, la voie violente de l’islam telle qu’elle a toujours existé depuis les origines de cette religion-idéologie.

Après les larmes de Mogherini, « Haute Représentante de l’Union pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité », suscitées par les attentats de Bruxelles en mars 2016, nous avons eu droit vendredi aux larmes de Löfven, Premier ministre suédois, après l’attaque au camion contre les passants dans une rue piétonne de Stockholm. Commentaire d’une députée polonaise, qui s’est ainsi étonnée d’une telle réaction :

« Suédois ! Descendant des valeureux Vikings ! Qu’êtes-vous devenus ? »

Des fleurs partout, des lampions et une grande manifestation pour l’amourlancée sur Facebook qui a rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes dimanche à Stockholm : les Charlies suédois étaient de sortie ce week-end.

Quelques fausses notes, toutefois, dans ce concert de bonnes intentions dégoulinantes. Ainsi du chef de la police de l’agglomération de Göteborg, qui a appelé sur Twitter à l’expulsion des immigrés soutenant l’Etat islamique. Mais le ministre de la Justice a vivement réagi, demandant au grossier personnage de s’expliquer après cette déclaration, car la Suède est un pays ouvert : « Nous avons la liberté de parole en Suède, ce qui veut dire que les gens ont le droit d’avoir des opinions répugnantes ici », lui a rappelé le gentil ministre Morgan Johansson.

Car le principal suspect de l’attentat est un Ouzbek de 39 ans, Rachat Akilov (ci-contre), qui ne cachait pas sur internet sa sympathie pour le terrorisme islamique. Par contre, dans la vie de tous les jours, c’était « un type normal » et pas religieux pour un sou. Il aurait, d’après les médias suédois, avoué et serait même content d’avoir réalisé son projet de tuer des « infidèles », soutenant avoir agi pour le compte de l’Etat islamique.

Venu en Suède en laissant au pays sa femme et ses quatre enfants, sa demande d’asile avait été rejetée et il avait reçu l’ordre de quitter le pays en décembre mais avait disparu dans la nature, comme beaucoup d’autres.

Sans doute inspiré par les attentats de Nice, de Berlin et de Londres, pour ne citer que ceux-là, l’Ouzbek a, au volant d’un camion volé, fait quatre morts et 15 blessés.

Selon les déclarations de la police suédoise, il y a environ 12 500 autres immigrants ayant reçu l’ordre de quitter le territoire et dont les autorités ont perdu la trace.

Difficile de contrôler tout ce beau monde quand on a laissé venir, pour ne pas dire encourager à venir, 163 000 « réfugiés » rien qu’en 2015 dans un pays de dix millions d’habitants. Finalement, les larmes que l’on a vues couler sur les joues du Premier ministre Stefan Löfven étaient peut-être celles d’un homme rongé par le remords…

Olivier Bault

Article paru dans Présent daté du 12 avril 2017

https://fr.novopress.info/

Tous les mois, les eurodéputés votent sur la théorie du genre

Mylène Troszczynski, Député FN au Parlement européen, écrit sur Boulevard Voltaire :

"Tous les mois, les eurodéputés votent sur la théorie du genre. Le 4 avril, nous devions nous exprimer sur la directive : « Les femmes et leur rôle dans les zones rurales. » Le mois précédent, c’était le rapport sur « L’égalité entre les hommes et les femmes. » Pourquoi ?

Le marché des biotechnologies, les technologies de la reproduction et de la santé représentent un grand enjeu économique. Mais, dans les civilisations, il y a le droit à la vie de l’enfant à naître, le respect de la vie jusqu’à sa fin naturelle, le droit de l’enfant à sa filiation naturelle, etc. Les puissances de l’argent veulent faire de l’humain un marché, une matière première pour tester les molécules médicamenteuses, un produit fini pour vendeur de PMA et de GPA. Ce qui permettait à Mme Taubira de parler d’un « changement de civilisation ». Une civilisation de marchands vendant ses enfants.

Face à cette théorie, deux réactions : catholique et scientifique.

Le pape François a dénoncé devant l’ONU, en 2015, la « colonisation idéologique » qui impose aux « peuples » des « modèles de vie anormaux et irresponsables », dans une allusion implicite à la théorie du genre et au mariage pour les personnes de même sexe. Certains cherchent à « promouvoir une colonisation idéologique à travers l’imposition de modèles et de styles de vie anormaux, étrangers à l’identité des peuples et, en dernier ressort, irresponsables ».

La réaction scientifique vient de Norvège, pays qui respectait le mieux l’égalité des sexes. Un documentaire d’Harald Eia (Hjernevask/« Lavage de cerveaux »), diffusé en 2010, montre qu’en dépit des mesures politiques prises pour instaurer l’égalité et l’indifférenciation, les hommes et les femmes ont des centres d’intérêt différents.

Ainsi, en Norvège, les ingénieurs restent majoritairement des hommes (90 %) et les infirmières des femmes (90 %). Harald Eia a essayé de comprendre cette « anomalie ». Il a convoqué une batterie d’experts mondialement reconnus. D’après une étude menée dans 53 pays par le professeur Richard Lippa sur les envies professionnelles des hommes et des femmes, « il y a beaucoup de différences. Les hommes s’intéressent plus à la réussite de domaines orientés vers la compréhension du monde, des objets, comme l’ingénierie, la mécanique. Les femmes s’intéressent relativement plus à une réussite auprès des personnes. » Il y a une explication biologique à ces différences, qu’on retrouve au Pakistan comme aux États-Unis.

Le professeur Trond Haaken Diseth observe que, dès l’âge de neuf mois, les enfants se dirigent spontanément vers des jouets associés à leur sexe. Ce que confirme le professeur Simon Baron-Cohen, une pointure en psychopathologie du développement à Cambridge. Le professeur Anne Campbell, psychologue évolutionniste, confirme l’origine génétique des différences de centres d’intérêt entre les hommes et les femmes. Les scientifiques sérieux confirment que nous sommes un mixte de nature et de culture, mais il ne faut pas oublier que la biologie est déterminante."

par Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2017/04/tous-les-...

Hongrie : tout demandeur d’asile est désormais placé en centre fermé

Fin mars, la Hongrie a encore durci son droit d’asile : tout demandeur d’asile est placé dans un centre fermé, situé en zone de transit. Deux de ces centres ont été installés à la frontière avec la Serbie. L’objectif est d’empêcher ces migrants de disparaître durant l’instruction de leur dossier… « Tout étranger en situation irrégulière en Hongrie est systématiquement conduit à la zone de transit de Tompa ou à celle de Röszke, 50 km plus à l’Est de la frontière serbo-hongroise. »

Comme l’explique La Croix, « si les migrants veulent demander l’asile en Hongrie, ils doivent résider obligatoirement au sein de ces conteneurs extraterritoriaux installés dans la zone de transit, en attendant une issue aléatoire. En 2016, moins de 425 personnes ont reçu l’asile ou la protection subsidiaire de la Hongrie. À ce jour, la Hongrie n’a enregistré qu’environ 1 270 demandes d’asile pour l’année 2017, un chiffre largement à la baisse. Si les migrants ne veulent pas rester en Hongrie, ils peuvent sortir et entrer en Serbie. »

https://fr.novopress.info/

06:11 Écrit par pat dans actualité, Europe, immigration | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

10/04/2017

Turquie-Europe: le divorce?

Ex: http://www.decryptnewsonline.com

Les relations entre la Turquie et les pays de l’Union européenne se sont détériorées après l’annulation de plusieurs meetings turcs sur le sol européen début mars, notamment aux Pays-Bas et en Allemagne. Les ministres turcs ont été envoyés défendre devant la diaspora le projet de réforme constitutionnelle qui renforcerait les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan. C’est à partir de ce lundi 27 mars que les Turcs de l’étranger peuvent commencer à voter pour le référendum du 16 avril en Turquie.
Depuis dix jours, les dirigeants turcs dénoncent la dérive fasciste de leurs homologues européens. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a même directement accusé la chancelière allemande Angela Merkel de pratiques « nazies ». En campagne électorale et sur fond de vives tensions avec Bruxelles, Recep Tayyip Erdogan a évoqué samedi un possible référendum sur la candidature turque à l’UE.
« En ce qui concerne les négociations (d’adhésion), nous pourrions prendre la voie d’un référendum et obéir à la décision que prendrait la nation ». Lors d’un déplacement à Antalya, dans le sud du pays, Recep Tayyip Erdogan a indiqué samedi 25 mars qu’il envisageait la tenue d’un possible référendum sur la poursuite de la candidature de la Turquie à l’Union européenne. Ces déclarations surviennent alors que les relations entre la Turquie et l’UE se sont fortement tendues ces dernières semaines après l’interdiction de meetings pro-Erdogan dans plusieurs pays européens, notamment en Allemagne et aux Pays-Bas.
Le président turc, qui avait déjà évoqué l’an dernier une possible consultation populaire sur le processus d’adhésion, a ajouté samedi qu’un éventuel vote de ce type se tiendrait après un autre référendum constitutionnel, le 16 avril. Après le coup d’Etat raté en juillet 2016 et la violente répression qui s’est abattue sur la société (40 000 personnes emprisonnées, 125 000 fonctionnaires suspendus, des journalistes poursuivis…), M. Erdogan a proposé une réforme constitutionnelle qui vise à renforcer ses pouvoirs.
Entamées en 2005, les négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE ont progressé très lentement du fait de désaccords sur Chypre, les droits de l’homme et d’autres dossiers et sont au point mort depuis des années. Plus tôt dans la journée, samedi, M. Erdogan avait déclaré que l’UE lui « simplifierait la tâche » si elle décidait elle-même d’abandonner les négociations d’adhésion de la Turquie.
« Ah ! Si seulement ils pouvaient prendre une telle décision ! Cela nous simplifierait la tâche », a lancé M. Erdogan, ajoutant qu’une victoire au référendum du 16 avril marquerait un « point de rupture » avec l’UE. Pour séduire l’électorat nationaliste, dont il a besoin pour remporter le référendum, le président turc a répété à plusieurs reprises ces dernières semaines qu’il soutenait le rétablissement de la peine capitale. Une ligne rouge pour Bruxelles.
En dépit des tensions, la Turquie et l’Union européenne restent des partenaires importants, notamment sur le dossier migratoire et la lutte antiterroriste.

La crise diplomatique se creuse donc entre la Turquie et l'Union européenne. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré samedi qu'un oui au référendum du 16 avril sur le renforcement de ses pouvoirs marquerait un « point de rupture » avec l'Europe. « Qu'entend-on ? Que si le oui l'emporte (au référendum), l'Union européenne ne nous acceptera pas. Ah ! Si seulement ils pouvaient prendre une telle décision, cela nous simplifierait la tâche », a déclaré Recep Tayyip Erdogan lors d'un discours à Antalya (sud). « De toute façon, le 16 avril est pour nous un point de rupture. C'est pour cela que le oui est si important. Nous allons mettre tout cela sur la table. Car la Turquie n'est le souffre-douleur de personne », a-t-il poursuivi, sous les acclamations de son auditoire.
Ces déclarations surviennent alors que les relations entre la Turquie et l'UE se sont fortement tendues ces dernières semaines après l'interdiction de meetings pro-Erdogan dans plusieurs pays européens, notamment en Allemagne et aux Pays-Bas. Malgré les tensions, la Turquie reste un important partenaire de l'UE, notamment sur le dossier migratoire.

Rhétorique nationaliste
Les analystes s'interrogent pour savoir si cet accès de fièvre traduit une réelle volonté de rupture avec l'UE de la part de la Turquie ou s'il s'agit d'un orage passager, lié à la flambée de la rhétorique nationaliste en période électorale. Pour séduire l'électorat nationaliste, sans lequel il n'a aucune chance de remporter le référendum, Erdogan a ainsi répété à plusieurs reprises ces dernières semaines qu'il soutenait le rétablissement de la peine capitale, une ligne rouge pour Bruxelles.
«Que disent-ils ? Que la Turquie n'aura pas sa place en Europe si nous rétablissons la peine de mort. (...) Fort bien!» a lancé le président turc samedi. Le chef de l'État turc avait évoqué jeudi un possible « passage en revue » des relations avec l'UE, soulignant toutefois l'importance des rapports économiques avec le Bloc, premier partenaire commercial de la Turquie.

Bob Woodward

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2017/03/29/t...

Attentat en Suède : une victime de plus - Journal du lundi 10 avril 2017

« Son vrai visage. Témoignage sur le FN au Parlement européen » de Pervenche Berès ou Comment le Parlement européen finance la propagande anti-FN

Apparatchik socialiste installée à Bruxelles, Pervenche Berès, député européen depuis 1994, s’est offert le 10 mars un joli cadeau pour ses 60 ans : un opuscule intitulé « Son vrai visage. Témoignage sur le FN au Parlement européen ».

Quand les électeurs FN paient pour se faire battre

Enfin, quand nous disons « offert », ce cadeau fait penser aux costumes de François Fillon et de Pierre Moscovici. Car on peut lire in fine que le libelle a été publié conjointement par la très richement subventionnée fondation Jean Jaurès – dans la collection dirigée par Gilles Finchelstein et Laurent Cohen – et « par la Fondation européenne d’études progressistes avec le soutien du Parlement européen ». D’où son prix modique : 6 euros. Autrement dit, les électeurs frontistes qui, en 2014, avaient fourni le plus gros contingent français au Parlement européen (24 élus grâce aux 25% de voix réunis) financent de leurs deniers un outil de propagande contre leur parti. Comme ce fut le cas pour le film Chez nous, du Belge Lucas Belvaux, en pointe contre « l’idéologie abjecte du Front national » et qui, de ce fait même, avait perçu une subvention de 150.000 euros de la Région Nord-Pas-de-Calais où le FN avait recueilli plus de deux millions de suffrages aux élections de 2010. Malgré le matraquage ayant salué sa sortie, le prétendu chef-d’œuvre de Belvaux n’avait rassemblé, quinze jours plus tard, qu’à peine plus de 200.000 spectateurs. Un bide.

Celui qui attend sans doute le factum de Pervenche Berès. Cette dernière, pour mettre toutes les chances de son côté, s’est pourtant assuré le concours d’une kyrielle de collègues et de personalités dûment remerciés à la fin de ce TRÈS mince volume, tels « Eric Andrieu, Guillaume Balas, Jean-Paul Denanot, Sylvie Guillaume, Louis-Joseph Manscour, Edouard Martin, Emmanuel Maurel, Gilles Pargneaux, Vincent Peillon [dont elle a été la « conseillère Europe » lors de la primaire de la gauche perdue par l’ancien ministre], Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy, Virginie Rozière, Isabelle Thomas, Henri Nallet, Gilles Finchelstein, Laurent Cohen, Jérémie Peltier », sans oublier le politologue Jean-Yves Camus et « Tanja Fajon, Anita Tusar et Minna Piispa pour l’animation et la coordination du groupe de travail S&D consacré à l’extrémisme, au populisme, au nationalisme et à la xénophobie ».

Cerise sur le gâteau : le bouquin, opportunément sorti à cinq semaines du premier tour de la présidentielle dont Marine Le Pen pourrait sortir gagnante, bénéficie également d’une préface dithyrambique de Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS (qui, après avoir milité à l’OCI trotskiste, fondé le lobby Manifeste contre le Front national, a été accusé d’avoir « de manière frauduleuse » obtenu son doctorat en sociologie grâce à des mandarins eux aussi membres de l’OCI, été poursuivi pour recel d’abus de biens sociaux dans l’affaire de la société Agos gestionnaire de foyers de travailleurs immigrés, puis condamné pour abus de confiance dans le scandale de la mutuelle étudiante MNEF) : une très haute caution morale, comme on voit, particulièrement bien placée pour reprocher au groupe lepéniste son usage des multiples facilités offertes (offertes à toutes ses composantes, qui en bénéficient éhontément) par l’Europarlement pour renforcer le parti à l’échelle nationale.

Du crime d’antichristianophobie

« Les eurodéputés FN mettent à profit ce nouvel espace au Parlement européen pour se financer et se crédibiliser », s’indigne ainsi la vertueuse Berès qui déplore que, « très mobilisés », ils posent « des milliers de questions écrites et propositions de résolution » – mais à « la portée nulle », de l’avis autorisé de l’accusatrice qui crierait à l’imposture si, au contraire, ils pratiquaient l’absentéisme ou restaient cois. Toutefois, ajoute-t-elle avec une certaine incohérence, si « les élus du Front national utilisent et mettent à profit les moyens que leur offre la démocratie européenne pour se structurer et lutter contre elle », le contenu de leurs propositions « est bien plus dangereux encore ».

Entre la nullité et l’extrême dangerosité, il faudrait choisir… Et quelle est justement la nature du péril ? D’abord le retour à « la souveraineté nationale, brandie par les eurodéputés frontistes comme un étendard dans toutes leurs interventions » et qui les conduit à « condamner les sanctions de l’Union européenne à l’égard de la Russie » et à réclamer la reprise des « relations diplomatiques entre l’UE et le régime de Bachar el-Assad, méprisant l’opposition et les souffrances des populations civiles car il s’agit, selon eux, de la seule voie pour lutter efficacement contre l’organisation terroriste Etat islamique ».

Deuxième grief :

« Les eurodéputés FN ont fait des questions identitaires un axe majeur de leur action et de leur communication au Parlement européen. Or, si les élus FN parlent beaucoup d’identité nationale, leur stratégie consiste davantage à s’opposer fermement à l’immigration, à l’islam, au communautarisme, à l’Europe, à un “système mondialiste”, etc., plutôt qu’à donner leur définition de ce que serait l’identité de la France. Une lecture attentive de leurs propos laisse cependant transparaître assez clairement ce que constitue, à leurs yeux, l’identité nationale…».

A preuve, assène Mme Berès, des déclarations comme « le multiculturalisme […] sort l’Europe de l’Histoire » (Dominique Bilde) ou « l’utopie multiculturelle est un échec » (Nicolas Bay) qui « contribuent à créer sciemment la confusion entre immigrés, musulmans, obscurantisme, violence et terrorisme ». Incorrigible, le groupe FN nie « tout simplement la diversité culturelle de notre pays, stigmatise les Français d’origine étrangère et les réfugiés et réfute les opportunités culturelles et économiques qu’offrent une société multiculturelle et l’immigration » alors que, « Faut-il le rappeler ? La société française s’est, depuis toujours, construite à partir de l’accueil de populations nouvelles ».

Pis encore :

« Si les élus FN sont europhobes, ils appellent néanmoins la Commission européenne à “tout mettre en œuvre pour protéger les populations et les minorités religieuses, notamment chrétiennes, contre le terrorisme islamiste”. Ils l’encouragent également à “mettre en œuvre tous les moyens dont elle dispose pour lutter contre la christianophobie et la détérioration des édifices culturels chrétiens”. »

Ces revendications sont odieuses aux yeux de la sœur Berès, qu’indignent également le reproche fait par Mylène Troszczynski à l’Union européenne d’imposer aux Etats membres des « idéologies néfastes pour la femme et la famille, souvent sous la pression de lobbies en tout genre, comme les LGBTI », ou l’assimilation par Aymeric Chauprade (aujourd’hui démissionnaire du groupe et rallié à François Fillon… après avoir courtisé Sarkozy) de l’avortement à une « véritable arme de destruction massive contre la démographie européenne ».

Pervenche Berès et les intellectuels distingués qui l’ont aidée à brosser « le vrai visage » du FN ne se sont-ils pas avisés qu’en multipliant ces citations censément à charge, ils renforçaient son socle et risquaient de lui rallier de nouveaux électeurs ? Egalement contre-productifs, les moyens d’action envisagés pour contrer l’hydre frontiste : « Contrairement à ce que prône le FN, vaticine-t-elle, nous devons renforcer Schengen. Il est temps pour l’Europe d’aborder les questions liées à la migration selon une approche globale intégrant notamment un régime d’asile européen commun, des voies légales de migration, un système de répartition des demandeurs d’asile au sein de l’Union » qui, aux antipodes du programme lepéniste, « doit être le lieu où s’invente le nouveau modèle de développement, plus solidaire, plus coopératif, plus collaboratif, plus durable » car « seul compte l’élan de la volonté collective ».

Schulz et son « système stalinien de clientélisme »

Lors de la mise en œuvre et de l’impression du « Vrai visage du FN au Parlement européen », le président dudit Parlement s’immisçant ainsi dans la campagne présidentielle française était le socialiste allemand Martin Schulz, actuel président fédéral de la SPD allemande et que les thuriféraires de presse présentaient comme le futur tombeur d’Angela Merkel… avant du moins que la CDU de la chancelière ne connaisse, le 26 mars dans la Sarre, un succès historique. Or, on a appris à la mi-février par Der Spiegel et The Sunday Times que, ayant joui pendant son mandat d’un revenu annuel de 322.544 euros, celui qui se prétendait le « Monsieur Propre » de la Maison Europe et avait à ce titre lancé une offensive judiciaire contre Marine Le Pen, coupable à l’en croire d’avoir fait indûment rémunérer deux collaborateurs par Bruxelles alors qu’ils n’y résidaient pas en permanence, avait lui-même nommé nombre de ses proches à des postes grassement payés au sein de l’administration du Parlement, sans passer par les procédures régulières de recrutement. Présidente de la Commission de contrôle budgétaire des fonds de l’UE, Ingeborg Grässle n’a-t-elle pas déclaré publiquement que Schulz avait créé un véritable « système stalinien de clientélisme » (grâce auquel il a été élu le 19 mars par 100% des voix à la tête de son parti, un plébiscite jamais vu en Allemagne) et qu’il était « nécessaire d’ouvrir une enquête pour fraude » ?

Ces informations sensationnelles expliquent en partie la récente déroute électorale de la SPD mais n’ont eu, allez savoir pourquoi, presque aucun écho dans la presse hexagonale et Caton Berès n’a pas cru devoir les commenter – et pour cause puisqu’elle a bénéficié pour son livre du système Schulz. La fondation Jean Jaurès en a d’ailleurs remercié le généreux mécène en lui promettant – peut-être imprudemment – un « triomphe » aux législatives allemandes.

Ainsi vont la désinformation et la « tyrannie médiatique » (cf. Jean-Yves Le Gallou), féroces pour tout ce qui est « à droite », complices et muettes sur les forfaitures de la gauche.

Camille Galic, 29/03/2017

Pervenche Berès, Son vrai visage. Témoignage sur le FN au Parlement européen, Fondation Jean Jaurès/Parlement européen, 13 mars 2017, 104 pages.

https://www.polemia.com/son-vrai-visage-temoignage-sur-le...

Vive l'Europe : Henry de Lesquen et Daniel Conversano (avril 2017)

Attentat en Suède, le terroriste était un demandeur d’asile

Stockholm et Saint-Pétersbourg sont les dernières étapes du terrorisme en Occident.

Le djihadiste du Kirghizistan disparu des radars de contrôles à la frontière pour au moins un an, durant lequel semble-t-il il a été en Turquie, s’est préparé à reparaître en Russie et à frapper dans le métro de Saint-Pétersbourg, terrible attentat qui a causé la mort de 14 personnes et fait de nombreux blessés graves.

Le terroriste ouzbek qui en Suède au volant d’un camion a renversé et tué 5 personnes et blessé 15 passants est lui un « réfugié » accueilli dans le pays de la bien-pensance en 2014 et dont la demande d’asile politique avait été rejetée en juin dernier.

Libres d’entré, de sortir, et de tuer là où ils ont été accueillis, logés, nourris…

Matteo Salvini, le chef de la Ligue du Nord italienne a eu cette remarque pertinente :

« Le terroriste de Stockholm était un réfugié qui devait être expulsé. Celui de Milan avait débarqué à Lampedusa et avait été arrêté 5 fois. Que disent tous les bien-pensants ? Blinder les confins et bloquer les frontières, avec tous les moyens. Autrement c’est de la complicité. »

Francesca de Villasmundo

http://www.medias-presse.info/attentat-en-suede-le-terror...

Grâce aux politiques « populistes », l’économie et la natalité polonaises se portent bien

Le nombre de mariages est en hausse et le nombre de divorces en baisse, ce qui incite à un certain optimisme pour la natalité des années à venir.

Réduction de l’âge de la retraite, ramené de 67 ans à 65 ans pour les hommes et 60 ans pour les femmes, augmentation du salaire minimum, augmentation des pensions de retraite pour les moins favorisés, instauration des premières allocations familiales depuis la chute du communisme en 1989-90, à raison de 500 złotys (environ 120 €) par enfant à partir du deuxième enfant sans condition de ressources (et dès le premier enfant sous condition de ressources), lancement d’un programme de construction subventionnée de logements pour les familles modestes, instauration d’une taxation spéciale sur les banques, etc. : voilà autant de mesures « populistes » qui auraient dû faire exploser le budget polonais et saborder l’économie depuis l’arrivée des sociaux-conservateurs du parti Droit et Justice (PiS) au pouvoir en octobre 2015.

Eh bien, non ! C’est tout le contraire qui semble se produire. Le chômage, d’abord : à 5,3 % des actifs en février 2017, contre 6,5 % un an plus tôt selon les statistiques Eurostat, il n’a jamais été aussi bas, malgré la présence massive de travailleurs ukrainiens (plus d’un million) compensant en grande partie l’émigration polonaise depuis l’adhésion à l’Union européenne (également plus d’un million d’émigrés depuis 2004, s’ajoutant au million parti au cours des années précédentes). Autre donnée, celle de la croissance économique : après une baisse au 3e trimestre 2016, elle est repartie à la hausse et devrait dépasser 3,5 % en 2017, contre 3,2 % en 2016. L’inflation est quasi inexistante et les taux d’intérêt de la banque centrale sont les plus faibles de toute l’histoire du pays (taux de référence à 1,5 %). Quant au déficit du secteur public, qui devrait être dans le rouge selon les libéraux qui ont perdu le pouvoir à l’automne 2015 (et qui avaient eux-mêmes puisé dans les fonds de retraite des Polonais pour limiter leurs propres déficits), il a été de 2,4 % du PIB en 2016, contre 2,6 % en 2015. Certes, c’est encore trop, puisque cela a fait passer la dette publique de 51,1 % du PIB (fin 2016) à 54,4 % (fin 2015), mais il n’y a pas encore de quoi paniquer.

Néanmoins c’est avec la mise en place d’allocations familiales que le gouvernement de Beata Szydło enregistre son plus gros succès. La réussite est double : encore modeste, mais réelle, sur le front de la natalité, et spectaculaire en ce qui concerne la lutte contre la pauvreté.

Un an après l’entrée en vigueur du programme « 500+ », les allocations familiales sont désormais versées pour 3,82 millions d’enfants, soit 55 % des moins de 18 ans. Les familles nombreuses étaient, jusqu’ici, pour beaucoup des familles pauvres ou très pauvres en Pologne. Du coup, l’arrivée de 500 złotys par mois et par enfant à partir du deuxième enfant a nettement amélioré la situation de ces familles, et la pauvreté a été réduite en un an de 48 %. L’extrême pauvreté (revenu par tête en dessous du minimum vital), dans ce pays où les aides sociales sont très modestes ou inexistantes pour beaucoup, a quant à elle chuté de… 98 % ! Et alors que la Pologne est un des pays du monde avec le plus faible taux de fécondité (un peu plus de 1,3 enfant par femme), on assiste pour la première fois à une hausse du nombre de naissances : 16.000 naissances supplémentaires en 2016 par rapport à 2015 et, si la tendance actuelle se confirme, probablement entre 25 et 35.000 de plus cette année. La Pologne, qui compte un peu plus de 38 millions d’habitants, pourrait ainsi dépasser la barre des 400.000 naissances cette année. À titre de comparaison, l’Italie, avec ses 61 millions d’habitants, en a eu 474.000 en 2016. Parallèlement, le nombre de mariages en Pologne est en hausse et le nombre de divorces en baisse, ce qui incite à un certain optimisme pour la natalité des années à venir. 

Taxer les banques, conserver la monnaie nationale et mener une politique familiale volontariste, voilà des recettes qui portent déjà leurs fruits en Hongrie depuis 2010 et qui semblent réussir également aujourd’hui en Pologne. Non seulement les politiques « populistes » s’avèrent-elles être bonnes contre l’immigration et pour la natalité, mais elles semblent aussi être bonnes pour l’économie !

http://www.bvoltaire.fr/grace-aux-politiques-populistes-l...