Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Europe

  • Tuerie de Hanau : la piste d’extrême-droite écartée, les médias n’en parlent évidemment pas

    « Le 19 février 2020, un homme de 43 ans, Tobias Rathjen, ouvrait le feu dans deux bars fréquentés par des Kurdes et des Turcs dans la ville de Hanau en Allemagne.

    L’appartenance ethnique des 10 victimes avait déclenché sur le champ une vague de jugements sur le caractère raciste de l’attaque. Les journalistes mainstream surenchérissaient à qui mieux mieux sur une fantomatique menace d’extrême-droite devenue, enfin, une réalité en quelques coups de feu et diabolisaient le mouvement anti-immigration AfD.

    Las ! Les conclusions des enquêteurs allemands, que bien entendu ces mêmes médias au collier s’abstiendront de communiquer à leurs lecteurs, excluent la piste du racisme pour privilégier le motif d’une paranoïa couplée à une croyance aux théories du complot.

    Un bobard de plus à mettre au crédit de la grande presse aux ordres du politiquement correct. »

    Source MPI

    http://www.contre-info.com/

  • L’UE survivra-t-elle à la crise du coronavirus ? – Analyse d’Olivier Pichon

    L’histoire de l’union européenne est jalonnée de crises qui, à plusieurs reprises, l’ont mise en péril. Dès les années soixante avec la politique de la chaise vide sous De Gaulle. On notera au passage que la Monnaie vient d’éditer une nouvelle pièce de 10 euros… avec le portrait de de Gaulle, ironie de l’histoire ! Puis, après la crise pétrolière ce furent les dévaluations successives des monnaies, et après 2008 la crise des dettes souveraines, bref on ne compte plus les accidents dont elle s’est toujours tirée par une fuite en avant. Par exemple l’euro, dont Jacques Delors pensait qu’il allait rassembler les pays. Il lança l’union monétaire au début des années 1990 en partant de l’hypothèse qu’elle serait le fédérateur, conduisant – par le biais des crises – à une union fiscale et politique complète.

    Lire la suite

  • L’Italie contre l’Union européenne

    L’Italie contre l’Union européenne

    La crise sanitaire aura des conséquences pour l’Union européenne – qui a été à peu près incapable de prendre des mesures (et même a eu tendance à bloquer les mesures tentées par les gouvernements). Ainsi l’Italie, qui fut longtemps l’un des pays les plus “europhiles” des 28, brûle-t-elle ou enlève-t-elle de plus en plus généralement le drapeau européen. La plus emblématique de ces actions a été menée par Fabio Rampelli, vice-président du parlement :

    Lire la suite

  • L’UE lutte contre la pandémie… en Afrique du Nord

    joron.jpg

    Par Virginie Joron*

    Bruxelles vient d’annoncer que l’Union européenne va affecter immédiatement 450 millions d’euros dont 150 millions pour lutter contre la pandémie de coronavirus au Maroc alors que son roi est multimilliardaire. Bruxelles va également envoyer 250 millions d’euros en Tunisie. Des chiffres incompréhensibles quand on a appris dimanche que l’UE a investi seulement 140 millions d’euros pour développer un vaccin contre cette pandémie.

    Lire la suite

  • Nicolas Bay dénonce l'impuissance de l'Union européenne dans la gestion de la crise du COVID-19

  • Quand l’Allemagne s’inquiète de nous voir laisser mourir nos anciens… J’ai honte de mon pays !

    c2f72b4c0e1615621d6fc956317b-1457247-845x475.jpg

    Honte de mon pays. Honte de mon pays en lisant cet article de Courrier international se faisant l’écho de multiples articles inquiets outre-Rhin, après un rapport publié par des spécialistes allemands sur Strasbourg : l’Allemagne s’alarme du « triage des patients dans les hôpitaux alsaciens »« Par manque de matériel, les patients âgés n’y seraient plus ventilés » : « Toute personne de plus de 75 ans n’est plus intubée » (Frankfurter Allgemeine Zeitung), « Les personnes de 80 ans ne sont plus ventilées […] elles sont placées en soins intensifs et des somnifères leur sont fournis » (Tagesspiegel). « En France, on n’aide désormais plus les patients plus âgés qu’à mourir » (Die Welt).

    Lire la suite

  • Pourquoi le coronavirus est-il moins mortel en Allemagne ?

    Les chiffres sont frappants : vendredi matin, il y avait déjà 47 278 cas de Covid-19 confirmés en Allemagne depuis le début de l’épidémie (dont 41 324 personnes actuellement malades) contre 29 155 en France (dont 22 155 malades). Pourtant, l’Allemagne n’avait encore eu que 281 décès liés au coronavirus contre déjà 1 696 en France. Cette anomalie par rapport aux autres pays européens intrigue. On a voulu expliquer la forte mortalité en Italie, puis en Espagne, par le fait que ces pays ont une population particulièrement âgée. Pourtant, quand l’Italie et l’Espagne avaient le même nombre de cas confirmés que la France aujourd’hui, dont la population est plus jeune, le nombre de morts y était similaire. Par ailleurs la population allemande est en moyenne quasiment aussi âgée que la population italienne ou espagnole. Mais il est vrai que la moyenne d’âge des gens diagnostiqués positifs au coronavirus est beaucoup moins élevée en Allemagne, et que les contacts intergénérationnels y sont probablement moins fréquents que dans les pays méditerranéens.

    Lire la suite

  • Mécanisme européen de stabilité : la France ne doit pas accepter le “pacte faustien” de l’Union européenne !

    image.jpg

    Bernard Monot Valeurs actuelles cliquez là

    Ancien député européen de Debout La France, stratégiste économique, Bernard Monot tire la sonnette d’alarme : alors que l’on pensait la France libérée du joug budgétaire de la Commission européenne à la suite de l’annonce récente de la présidente Ursula von der Leyen de l’activation de “la clause de souplesse budgétaire”, notre pays s’apprête à passer sous tutelle budgétaire totale du funeste Mécanisme européen de stabilité (MES). Tribune.

    Pendant que l’opinion publique est très préoccupée, à juste titre, par la catastrophe sanitaire du coronavirus, il règne au plus niveau de l’Etat comme un esprit de piraterie contre les Français. Certes, en apparence le gouvernement d’Edouard Philippe semble faire preuve de bienveillance pour endiguer à court terme, l’aggravation de la crise économique, avec une garantie bancaire de l’Etat de 300 milliards d’euros pour répondre aux demandes de crédits des agents économiques aux difficultés de trésorerie préjudiciable à l’activité et à l’emploi et les 45 milliards d’euros de mesures de soutien budgétaire à l’économie réelle par reports de charges fiscales/sociales et de refinancement des stabilisateurs automatiques pour soutenir la demande/ consommation (les revenus des ménages) et l’offre /production (la main-d’oeuvre).

    Lire la suite

  • Coronavirus: en plus d’avoir accordé des centaines de millions d’euros d’aide à la Tunisie et au Maroc, l’UE va aider l’Algérie et d’autres pays du « Maghreb et du sud de la Méditerranée »

    Après les annonces de don de 450 millions d’euros au Maroc et de 250 millions d’euros à la Tunisie dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus, le chef de la diplomatie espagnole Arancha Gonzalez Laya aurait déclaré, selon le média algérien DzairDaily, que l’Europe préparait un plan d’aide destiné aux pays du « Maghreb et du Sud de la Méditerranée » afin d’endiguer la pandémie de Coronavirus. En effet, le 26 Mars, le président Emmanuel Macron avait notamment déclaré sur Twitter : « Nous allons lancer une initiative forte en soutien à l’Afrique face au virus. » 

    Alors que plusieurs pays d’Europe, notamment l’Espagne et l’Italie, sont gravement touchés et dépassés par l’épidémie de Coronavirus et font appel à l’aide de pays comme la Russie ou Cuba, l’Union européenne brille une fois de plus par son sens des priorités.


    https://www.tvlibertes.com/actus/coronavirus-apres-avoir-accorde-des-centaines-de-millions-deuros-daide-a-la-tunisie-et-au-maroc-lue-va-aider-lalgerie-et-dautres-pays-du-maghreb-et-du-sud-de-la-mediterranee

  • Autriche: les centres de demandeurs d’asile se remplissent alors que le pays n’accueille officiellement plus de migrants

    En Autriche, comme en Allemagne, et contrairement à ce que dit le gouvernement, on accueille de nombreux nouveaux migrants… et ce pendant le confinement. Alors qu’officiellement, l’Autriche n’accueille plus de migrants, les centres de demandeurs d’asile se remplissent.

    Les migrants désormais accueillis dans le confinement

    Leoben – La population autrichienne est confinée chez elle depuis une semaine et demie et ceux qui peuvent faire du télétravail sortent peu de chez eux, le pays tourne au ralenti mais il faut bien accueillir les réfugiés nouvellement arrivés.

    Néanmoins cet accueil signifie aussi pour les migrants un « accueil dans le confinement » auxquels ils sont bien évidemment soumis, comme le rappelle aujourd’hui Kurt Wallner, maire social-démocrate de Leoben (Styrie), dans un communiqué de presse destiné à rassurer la population qui s’inquiétait de ce que 150 réfugiés soient prochainement installés provisoirement dans les locaux d’un ancien magasin de bricolage :

    « La ville de Leoben a été informée ce jour par le ministère de l’Intérieur que 150 demandeurs d’asile seront transférés dans les prochains jours à Leoben dans les halls de l’ancien Baumax. Je demande dans ce contexte, pour la protection de notre population, que ces personnes aient à demeurer exclusivement sur le terrain de [l’ancien magasin] Baumax. Ces gens ont naturellement un destin terrible derrière eux en ce qu’ils ont dû fuir leur patrie et séjourner dans des camps de réfugiés. Ils doivent à présent être encore entravés dans leur liberté de mouvements – mais c’est actuellement le lot de toutes les Autrichiennes et tous les Autrichiens. […] »

    Les arrivées de migrants à Wildon (Styrie) et à Ossiach (Carinthie) ces derniers jours avaient donné lieu à des rumeurs alarmistes sur les réseaux sociaux.

    Autriche-Matin

    https://www.tvlibertes.com/actus/autriche-les-centres-de-demandeurs-dasile-se-remplissent-alors-que-le-pays-naccueille-officiellement-plus-de-migrants