Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/08/2018

Bruno Mégret : « La droite doit en finir avec le politiquement correct »

Bruno-Megret-droite-politiquement-correct-bis-588x330.jpg

Par Bruno Mégret, polytechnicien, haut fonctionnaire, essayiste ♦

[Rediffusion] Nous publions à nouveau ce texte de Bruno Mégret, publié initialement dans nos colonnes le 5 juin 2018. En effet, ce texte fait partie des articles les plus lus du début d’année 2018. Un intérêt massif qui motive une nouvelle diffusion en cette période estivale pour préparer au mieux la rentrée politique. Bonne lecture et bonnes vacances.
Polémia

Manifestement, la droite dite républicaine ne semble pas avoir compris la portée de l’élection de Monsieur Macron. En tout cas, elle agit comme si la donne n’avait pas changé et risque en conséquence de disparaître à son tour de la scène publique. Car l’arrivée de Monsieur Macron à l’Élysée consacre en réalité le triomphe du Système et de la pensée unique qu’il incarne. Une pensée unique qui repose sur trois piliers, le mondialisme migratoire, la déconstruction des valeurs et le libre-échangisme international.

Le Système a fait élire l’un des siens

Pour faire prévaloir son idéologie, le Système se contentait jusqu’à présent d’exercer une pression sur les partis politiques qui s’alignaient peu ou prou sur ses thèses, la gauche avec une réticence pour ses positions économiques, la droite parlementaire avec quelques hésitations, bien timides au demeurant, sur les valeurs et l’immigration.

Cette méthode d’intimidation, soutenue par les médias et la justice, suffisait à imposer le politiquement correct sur la scène publique. Mais, à la dernière présidentielle, le Système qui se sentait sans doute menacé par Fillon et Le Pen, est allé encore plus loin et a réussi à faire élire non pas l’homme politique qui lui paraissait le plus proche et le plus docile mais une personnalité formée en son sein. Là réside la grande nouveauté : avec Macron, le président ne vient plus de la classe politique, il est directement issu du Système.

Le président occupe tout le champ du politiquement correct

Dès lors, et c’est logique, il met en œuvre la pensée unique dans sa globalité et sans aucune réserve. Il assume en effet pleinement l’immigrationnisme, le libre-échangisme et le libertarisme. En d’autres termes, il occupe tout l’espace du politiquement correct.

Pour ses opposants de la droite traditionnelle, cette configuration est une catastrophe car comment s’opposer tout en restant, comme ils l’ont toujours fait, dans le champ autorisé du politiquement correct ? Ce n’est tout simplement pas possible car, si l’on est politiquement correct, on ne peut qu’être d’accord avec Macron. C’est d’ailleurs ce qu’ont compris beaucoup de cadres de LR qui l’ont rallié, se sont rapprochés de lui ou peinent à s’opposer à lui.

Pour exister, la droite LR doit s’affranchir de la pensée unique

Autrefois, face à la gauche classique, les responsables de LR avaient encore un espace. Refusant d’encourir la diabolisation sur la question de l’immigration comme sur celle des réformes sociétales, ils s’étaient certes déjà alignés sur la pensée unique pour tout ce qui concerne l’identité et les valeurs, mais ils pouvaient encore se distinguer sur la question économique avec des positions plus libérales que celles du parti socialiste. Un positionnement qui n’a plus de sens aujourd’hui puisque Macron occupe maintenant lui aussi le créneau de l’ultralibéralisme international. Dès lors, si elle reste politiquement correcte, la droite LR n’a plus rien à lui opposer.

Pour les Républicains, la situation est donc dramatiquement simple : s’ils restent dans le champ du politiquement correct, ils ne pourront pas s’opposer et, devenant inutiles, risquent de disparaître. En revanche, s’ils veulent s’opposer réellement, ils doivent, comme le propose l’excellent site Ligne droite, rompre avec la pensée unique et créer une véritable alternative à la politique du Système. Une alternative qui cette fois ne peut pas être symbolique et factice comme avec Sarkozy en 2007. Elle doit se traduire par des prises de position tranchées sur quatre sujets clés.

Quatre conditions et trois impératifs pour créer la droite nouvelle

Une véritable opposition, c’est-à-dire une droite nouvelle, doit notamment se prononcer pour la défense de notre identité et donc pour l’arrêt de toute nouvelle immigration. Sur la question des valeurs, elle doit être intransigeante et annoncer l’abrogation de la loi Taubira. Sur la question du mondialisme économique, elle doit préconiser une régulation des échanges aux frontières de l’Europe. Et, sur la question européenne, elle doit se faire le champion d’une nouvelle Union érigeant l’Europe en un pôle de puissance.

Ajoutons que pour aller au bout de cette logique, elle devrait s’ouvrir largement à des personnalités déjà hors du Système comme celles de la « droite hors les murs ». Il lui faudrait aussi afficher le principe d’accords électoraux avec le Front national. Enfin ses chefs devraient assumer les attaques en diabolisation et agir en donnant la priorité à l’intérêt de la France et non à leur réputation auprès des médias.

Si les Républicains s’engageaient dans une telle stratégie audacieuse et courageuse, ils accompliraient le renouveau nécessaire de leur parti, le transformant en une force de droite nouvelle conforme à celle qu’attendune majorité de Français. Ce faisant, ils deviendraient beaucoup plus attractifs que le Front national aujourd’hui sclérosé et pourraient très vite devenir la première force politique du pays. À moins que ce ne soit le FN lui-même qui se rénove et qui incarne demain cette droite nouvelle. Gageons en tout cas qu’une fois au pouvoir, une telle droite pourrait sur ces bases réussir un redressement spectaculaire de la France et de l’Europe.

Il suffit de le vouloir… Et on peut toujours rêver.

Bruno Mégret 13/08/2018

Crédit photo : Montage réalisé par Polémia à part d’images libres de droit

https://www.polemia.com/bruno-megret-la-droite-doit-en-fi...

À droite contre le mondialisme

Droite-mondialisme-ligne-droite.jpg

Ligne Droite cliquez ici

Le clivage gauche/droite a changé de nature. Il porte désormais non plus sur la question de la propriété privée des moyens de production, mais sur celle de l’identité. Aussi la droite nouvelle doit-elle se positionner clairement à droite comme défenseur de notre identité face à la menace mondialiste.

Une Nouvelle Gauche

Après la chute de l’URSS et du communisme en Europe, la gauche s’est progressivement ralliée au néo-capitalisme mondialiste pour finir par prendre le visage de la Nouvelle Gauche, incarnée aujourd’hui par Emmanuel Macron.
Consciente que les solutions collectivistes qu’elle soutenait auparavant ont perdu toute crédibilité, cette Nouvelle Gauche a renoncé aux réformes socialistes de la société. Dans le même temps, elle a abandonné les classes moyennes et populaires aux conséquences désastreuses du libre-échangisme et de la dérégulation de l’économie, pour ne se préoccuper désormais que des minorités qui constituent son réservoir électoral et tout particulièrement des immigrants, érigés pour la circonstance en prolétariat de rechange.
Aujourd’hui, la gauche ne s’intéresse plus aux questions sociales, comme par exemple le processus d’appauvrissement qui touche un nombre croissant de nos concitoyens. Pour continuer dans le registre du progressisme, elle se complaît au contraire dans les réformes dites « sociétales », qui consistent à déconstruire la société, les mœurs et la décence commune, aux dépens du plus grand nombre. Ce qui en retour favorise la marchandisation de l’homme et constitue une aubaine pour les grandes firmes mondialisées. La Nouvelle Gauche fait ainsi le lit du néo-capitalisme.

Mais toujours de vieilles utopies

Ce faisant, la Nouvelle Gauche reste fidèle aux constantes de l’idéologie de gauche et à ses plus vieilles utopies. Le mondialisme et l’immigrationnisme ont simplement pris la place de son internationalisme d’antan. Sa négation de la nature humaine, et donc de l’identité, s’incarne aujourd’hui dans la théorie du genre, dans un féminisme agressif ainsi que dans son goût pour tout ce qui est métissage. Sa haine sociale vise désormais non plus les capitalistes, mais au contraire les classes moyennes et populaires, coupables de vouloir défendre leur identité et de mal voter. Son vieil égalitarisme s’exprime de nos jours à travers la promotion d’un individualisme radical et dans l’idéologie des droits de l’homme. Enfin, son constructivisme, ou sa prétention à faire le bonheur des gens malgré eux, prend la forme de l’écologie punitive et de l’hygiénisme totalitaire de l’État « Big Mother ».
Quant à l’extrême gauche, elle prospère, soutenue par le système médiatique et la bienveillance de certains juges. Fonctionnant comme le « service action » de l’oligarchie, elle soutient l’immigration et combat violemment tous ceux qui s’opposent au Système.

Un nouveau clivage politique

Dès lors, le nouveau clivage gauche/droite ne porte plus comme au XXe siècle sur la question de la propriété privée des moyens de production puisque le communisme est mort, ni sur la Révolution puisque la Nouvelle Gauche se place maintenant du côté des puissants.

Il oppose désormais deux camps :
— d’un côté, les libre-échangistes, les atlantistes, les immigrationnistes, les libertaires et les déconstructeurs, qui constituent la Nouvelle Gauche et incarnent les principales composantes du Système que les oligarques de Davos veulent imposer aux Européens ;
— de l’autre, les défenseurs de l’identité, de la souveraineté, des valeurs et de la liberté des peuples européens, comme du respect des cultures et de la multipolarité du monde, c’est-à-dire tous ceux qui devraient être incarnés politiquement par la droite nouvelle.

La question centrale de l’identité

Le clivage principal entre la droite et la gauche porte ainsi désormais sur la question de l’identité.

Héritière de l’esprit des Lumières, la Nouvelle Gauche nie la nature de l’homme et croit que tous les hommes sont interchangeables. Pour cette raison et malgré ce qu’elle prétend, elle ne représente pas à proprement parler un humanisme, à la différence de la Droite qui a toujours pris en compte la nature de l’homme et la diversité des sociétés.
La Nouvelle Gauche veut réduire l’humanité à son plus petit commun dénominateur, la dissoudre dans un grand néant métissé et lui imposer un modèle unique, alors que la droite a de tout temps eu pour vocation de préserver mais aussi de valoriser la diversité du monde.
La Nouvelle Gauche, contrairement à ce qu’elle affirme, ne défend aucune valeur, car elle prêche constamment le relativisme, le nihilisme et la haine de notre civilisation. Seule la droite peut aujourd’hui défendre les valeurs de notre civilisation, notamment face à l’islamisme qui les menacent avec la complicité de la Nouvelle Gauche.
Enfin, la Nouvelle Gauche n’incarne plus l’espoir des peuples comme autrefois la gauche puisqu’elle n’est plus que le parti des puissants, des lobbies, des minorités et des immigrants. Alors qu’au contraire les valeurs de la droite la placent maintenant du côté des peuples, des peuples qui veulent rester eux-mêmes et qui refusent qu’on les « change », qu’on les déconstruise ou qu’on les transforme en agrégats de « communautés » indifférentes ou hostiles.

La Nouvelle Gauche, qui incarne le Système de Davos et dont l’idéologie politiquement correcte provoque chaos et destruction, a perdu toute légitimité à incarner le progrès de notre civilisation. Aussi, la droite nouvelle devient-elle l’espoir de tous les Européens. Et c’est bien le positionnement à droite face à la Nouvelle Gauche qui constitue la seule alternative crédible.

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2018/08/1...

13/08/2018

Il faut des accords à droite entre LR, DLF et le RN !

accord-droite-ligne-droite-lr-dlf-rn-588x330.jpg

Par Ligne droite, rassemblement de Français engagés pour une droite nouvelle 

L’interdit lancé par l’oligarchie pour empêcher la droite républicaine de passer des accords électoraux avec la droit dite nationale a durablement servi la gauche en fragmentant la droite pourtant majoritaire dans le pays et en neutralisant l’électorat hostile au Système. Aujourd’hui, sur les ruines laissées à droite par l’élection présidentielle, l’annonce d’accords électoraux pour battre la Nouvelle Gauche pourrait amorcer la rénovation de la droite. Ligne droite préconise en tout cas que la droite nouvelle se positionne clairement en faveur de tels accords.

Accords électoraux FN LR, un tabou jusqu’à présent incontournable

Depuis que le Front national a émergé sur la scène politique, la question des alliances n’a cessé d’être un sujet de polémique. Instrumentalisée par la gauche, la question a été d’emblée érigée en tabou. L’idée que la droite dite républicaine puisse passer des accords électoraux avec la droite dite nationale a de tout temps été présentée par les tenants du Système comme une grave faute morale. Ceux qui, ponctuellement, se sont risqués à franchir la ligne rouge, notamment lors des régionales de 1998, ont été diabolisés et définitivement marginalisés.

Un cordon sanitaire au service de la gauche

Cette frontière infranchissable, encore qualifiée de cordon sanitaire, démontre combien la gauche a toujours été au cœur du Système quand la droite dite républicaine n’était en réalité que tolérée, même si elle se soumettait à la pensée unique. Cet oukase était en effet totalement asymétrique puisqu’au moment même où cet interdit était posé, le parti socialiste de son côté multipliait les accords électoraux avec le parti communiste. Mais, peu importe la contradiction, le tabou sur les alliances a permis à la gauche pendant plusieurs décennies de diviser structurellement une droite qui était en réalité majoritaire parmi les Français. Mieux encore pour le Système, cette règle lui a permis de stériliser l’électorat qui osait s’opposer à lui, transformant le Front national en une espèce de trou noir politique où disparaissaient toutes les voix de ceux dont les opinions n’étaient pas conformes.

Des partis de droite réticents par manque de réalisme et de pragmatisme

Au-delà des interdits de l’oligarchie, la question des alliances entre la droite “républicaine” et la droite nationale n’était pas non plus sans soulever des débats de fond à l’intérieur même des partis concernés.

Du côté des républicains, le sujet mettait en exergue la ligne de fracture qui divise ce parti depuis sa création, une ligne qui sépare les tenants d’un positionnement droitier de ceux qui se réclament du centre et ont toujours été radicalement hostiles à de tels accords. Très proches de la pensée unique, ces derniers étaient à l’origine peu nombreux mais, à mesure que la droite “républicaine” se soumettait au politiquement correct, leur poids n’a cessé d’augmenter au sein de la direction comme parmi les élus du parti.

Du côté du FN, la réticence à passer des alliances avec la droite dite républicaine n’était paradoxalement pas moindre. Dénonçant à juste raison la soumission de la droite LR au Système, les dirigeants du FN considéraient que rien de positif ne pouvait être réalisé dans le cadre d’une alliance avec ce parti qu’ils plaçaient sur le même plan que les partis de gauche.

Ligne droite considère que ces deux postures, celle du FN comme celle de LR, sont apolitiques car elles manquent de réalisme et de pragmatisme et servent in fine leurs adversaires communs de la gauche. Dans cet esprit, elle estime que la droite nouvelle doit se positionner clairement comme favorable à des accords électoraux à droite.

Des accords entre les droites pour battre la Nouvelle Gauche

De tels accords sont en effet logiques car ils répondent à la réalité de l’antagonisme droite gauche. Or, celui-ci est plus actuel que jamais. D’un côté, la gauche s’est entièrement rénovée pour prendre la forme hégémonique de la Nouvelle Gauche incarnée par M. Macron. Et de l’autre, pour s’opposer à l’idéologie ultralibérale, déconstructiviste et mondialiste de cette Nouvelle Gauche, c’est la droite nouvelle qui devrait s’affirmer. Aussi, dans le contexte de ce nouveau clivage, les accords électoraux à droite deviennent-ils à la fois logiques et nécessaires. Il s’agit en effet de s’entendre avec celui qui est le moins éloigné pour éliminer celui qui est le plus dangereux. Pour battre la Nouvelle Gauche, il est donc naturel que la droite nouvelle se déclare favorable à des accords électoraux avec les autres forces de droite. Des accords qui à ce stade n’ont nullement besoin de porter sur un quelconque programme de gouvernement. L’objectif d’éliminer l’adversaire commun est en lui-même suffisant selon la formule du moindre mal, même si une convergence programmatique pourrait être mise en avant sur quelques points fondamentaux comme la sécurité.

Pour des accords même purement déclaratoires

Aujourd’hui, alors que la droite, qu’elle soit nationale ou “républicaine”, est un champ de ruines, cette question doit être posée à nouveau. Ligne droite estime à cet égard que ce n’est pas à la Nouvelle Gauche de trancher de cette question et que la droite LR n’a pas à se soumettre aux diktats du Système. Elle a d’autant moins à le faire que son espace politique, comme l’explique par ailleurs Ligne droite, se situe désormais en dehors du politiquement correct. Quant aux personnalités qui, en son sein, se déclarent résolument hostiles à de tels accords, elles sont pour la plupart idéologiquement ralliées au Système et leur présence freine, voire empêche, la rénovation du parti. En réalité, une déclaration de la direction de LR annonçant qu’elle ne rejette plus l’éventualité d’accords avec le FN pourrait constituer la pierre angulaire de la rénovation du parti et même d’ailleurs de la vie politique française. En montrant ainsi qu’elle se libère des oukazes du Système, la droite LR ne pourrait que gagner en crédibilité auprès de son électorat potentiel.

De l’autre côté, le FN aurait tout intérêt à se déclarer favorable au principe d’accords électoraux avec la droite dite républicaine. Il y gagnerait en crédibilité et en clarté. Encore faut-il que ce parti se positionne clairement à droite et désigne la Nouvelle Gauche de Macron comme l’ennemi prioritaire.

Nul ne sait par quel cheminement la droite nouvelle émergera sur la scène publique. Viendra-t-elle d’une rénovation de LR, d’une refondation du FN ou d’une création ex nihilo ? Dans tous les cas, la droite nouvelle devra se positionner clairement comme favorable au principe d’accords électoraux à droite.

Ligne droite 12/08/2018

Source : Ligne droite

Crédit photo : Geralt via Pixabay cco

https://www.polemia.com/accords-electoraux-droite-lr-dlf-...

10/08/2018

Etats-Unis : les candidats de Donald Trump ont le vent en poupe

De Christian Daisug dans Présent :

"La grosse presse aux ordres, les chefs démocrates au Congrès et l’establishment libéral au grand complet annonçaient depuis des mois une vague de gauche à la dernière élection partielle de la saison. En fait de vague, ce fut un simple clapotis. On nous avait promis que l’exubérante construction de « l’aliéné » de la Maison Blanche serait à cette occasion fortement ébranlée par une défaite cuisante et psychologiquement mortelle de l’un de ses défenseurs locaux. C’est le contraire qui s’est passé. Dans l’Etat clé de l’Ohio, où l’on vota mardi pour doter la Chambre des représentants de Washington d’un siège laissé vacant par une démission, le républicain Troy Balderson possède, pour l’instant, 1 766 voix de plus que son adversaire démocrate, Danny O’Connor : 50,2% contre 49,3%. La nuit de mardi et la journée de mercredi furent consacrées au recomptage des résultats dans chaque bureau de vote. Balderson resta toujours en tête. [...]

Seul, Balderson n’aurait pas pu faire grand-chose contre son rival. D’ailleurs, une semaine avant le vote, tous les sondages le donnaient perdant avec vingt points de retard. D’où vient cette fantastique remontée ? De Donald Trump. Samedi dernier, soit trois jours avant le vote, Trump prononça un discours dans l’Ohio. Un grand discours : vibrant, senti, mobilisateur. Le genre de discours d’exception où Trump plonge tout entier dans la bataille. Dans ces moments-là, il est imbattable, fascinant. Balderson était, bien sûr, au centre de cette fiévreuse dialectique, mais il y eut aussi la défense des frontières, le retour des emplois, la guerre des tarifs, l’Amérique d’abord, le populisme en marche.

La magie Trump : une carte que les démocrates ont tendance à sous-estimer. Même sous-estimation dans les rangs de la droite molle. Et mêmes conséquences. Mardi dernier, on vota aussi dans le Michigan, au Kansas, dans l’Etat de Washington et dans le Missouri. Quatre primaires républicaines. Quatre victoires pour Trump, dont les candidats estampillés droite nationale l’emportèrent nettement contre les suppôts d’un conservatisme patenté mais corrompu."

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

09/08/2018

The Movement, l’épopée européenne de Steve Bannon pour enterrer le mondialisme

arton51748-7f9e5.jpgPour paraphraser la célèbre citation de Marx, nous pouvons affirmer sans exagérer : « Un spectre hante l’Europe, le spectre du populisme ».

Après un certain nombre d’indices prometteurs en faveur du populisme ou du nationalisme en Europe tels que le Brexit, l’élection de Trump, le résultat des élections parlementaires en Autriche, en Hongrie et en Italie, la solidarité politique entre les pays du groupe de Visegrád, ou encore les nombreux désaccords entre la Pologne et la bureaucratie de Bruxelles, voilà que la presse internationale nous rapporte encore des nouvelles encourageantes.

Steve Bannon, ancien haut conseiller de Trump et véritable éminence grise de sa campagne électorale victorieuse, a annoncé la création en Europe d’une fondation dénommée The Movement.

L’objectif affiché de l’organisation est de proposer une alternative au « réseau Soros », l’Open Society Foundation, dont l’influence sur la politique (dans les pays de l’ex-URSS, en Europe occidentale et aux États-Unis notamment) est et a toujours été considérable.

Et si l’élite dominante a bel et bien subi son premier revers depuis la Seconde Guerre mondiale à travers les événements politiques antisystèmes de ces dernières années, ce phénomène, que l’on pourrait qualifier de « printemps européen » ou de « révolution populiste européenne », risque certainement de continuer à prendre de l’ampleur sous l’impulsion de Steve Bannon. Ce chef de file de la pensée américaine a pour ambition d’unir tous les partis politiques européens défendant l’identité et la souveraineté nationale autour d’un front commun contre le mondialisme, ce mouvement néolibéral et antinational qui nuit gravement à la fois aux intérêts des petits pays, mais également à ceux des États-Unis.

Dans son livre Le Moment populiste, le philosophe français Alain de Benoist résume avec brio la nouvelle mentalité des peuples européens. La nouvelle coalition italienne composée des mouvements populistes la Ligue du Nord (le parti de Matteo Salvini) et le Mouvement 5 étoiles (de Luigi di Maio) vient appuyer les thèses de l’auteur. Sur cette ligne, on retrouve également le philosophe Alexandre Douguine, auteur d’une série d’articles portants sur la nouvelle vague qui déferle sur le milieu politique en Europe.

En définitive, l’élection de Trump et le projet de Bannon permettent, à nous Européens, de mettre fin à la théorie selon laquelle le mondialisme serait un pur produit américain. L’essayiste et économiste français Hervé Juvin développe une thèse très importante pour comprendre les phénomènes des dernières décennies : tout comme le peuple russe fut la première victime du communisme, le peuple américain est la première victime du mondialisme, également appelé capitalisme extraterritorial, impérialiste et destructeur. Sans oublier le fait que la majeure partie de l’oligarchie mondialiste réside aux États-Unis tout en agissant contre les intérêts de l’État américain et du peuple américain.

Par conséquent, la fondation à but non lucratif qui s’apprête à émerger se donne pour mission prioritaire la consolidation des partis populistes antisystème en vue des élections parlementaires européennes prévues au mois de mai 2019, mais également de leur prêter main-forte pour certaines élections locales. L’organisation, à travers ses services d’expertise-conseil, pourrait jouer un rôle déterminant dans le combat électoral à venir.

Bien que Steve Bannon déclare ouvertement qu’il souhaite faire de son organisation un rival du Forum économique mondial (FEM), c’est-à-dire du système ploutocratique mondialisé, mon ami français Emmanuel Leroy l’a devancé en proposant une formule qui convient parfaitement à la fois à l’initiative lancée l’année dernière dans la capitale moldave, qu’à l’initiative de Steve Bannon. En effet, il a déclaré en 2017, à l’occasion des deux conférences internationales de Chisinau ayant réuni des intellectuels des pays de l’ex-URSS et d’Europe occidentale, qu’il fallait que le Chisinau Forum devienne un véritable anti-FEM. Le Chisinau Forum, créé par trois organisations (l’Université populaire de Moldavie, le Mouvement eurasiste russe dirigé par Alexandre Douguine et le Comité Jean Parvulesco français), est devenu un groupe de réflexion international et se réunira au moins une fois par an dans le but de développer des stratégies géopolitiques, idéologiques et économiques alternatives.

En deux ans d’existence, notre réseau s’est développé jusqu’en Iran et en Afrique, nous sommes parvenus à mettre en place une solide coopération entre différents médias, et nous participons à de grands événements internationaux. Dans ce contexte, en tant que principal organisateur du Chisinau Forum, je suis convaincu que mes collègues de l’étranger me soutiendront lorsque le moment sera venu de collaborer activement avec le nouveau mouvement de Steve Bannon.

Nos ressources médiatiques www.flux.md et www.altermedia.md (Moldavie), www.geopolitica.ru (Russie), www.tvlibertes.comwww.lesakerfrancophone.frwww.egaliteetreconciliation.fr (France), www.zuerst.de (Allemagne), www.gandeste.orgwww.estica.eu (Roumanie), www.geopolitika.rs (Serbie), tout comme un certain nombre d’autres organes de presse avec qui nous collaborons, constituent une excellente opportunité pour promouvoir nos idées, mais également pour se soutenir mutuellement.

La position géographique de Chisinau, la capitale de la Moldavie, en fait un lieu idéal pour nos réunions internationales. À cela s’ajoute le fait que les citoyens de l’Union européenne, des États-Unis, du Canada, de la Russie et des pays de l’ex-URSS sont exemptés de visa. Organiser avec succès divers événements et entretenir des relations étroites avec nos partenaires a permis à notre équipe d’acquérir une expérience solide. Il est nécessaire que cette expérience soit réinvestie, afin de contribuer à renverser le système dominant actuel – ploutocratique et mondialisé –, à reconstruire les États-nations, et à harmoniser les relations internationales de manière à ce qu’elles servent les intérêts de tous les peuples.

Nous, peuples de l’ex-URSS, avons énormément appris en participant au démantèlement de l’ancien régime totalitaire. Aucun d’entre nous n’aurait pu prévoir, il y a trente ans de cela, que le jour viendrait où nous aurions à revivre le « triomphe des nations », où nous aurions à refaire la décolonisation de peuples captifs, victimes d’une corporatocratie mondialisée ayant anéanti la souveraineté de tous les pays et provoquant des déséquilibres sociaux et économiques considérables. De la même façon que la chute de l’URSS fut possible, la fin du nouvel empire miniature et totalitaire de l’Union européenne (massivement infiltrée par les tentacules de George Soros et qualifiée, à juste titre, de système le plus corrompu au monde par le Premier ministre hongrois Viktor Orbàn) l’est tout autant, et son besoin se fait urgemment sentir.

Suite à l’élection de Donald Trump, deux pouvoirs semblent se faire face aux États-Unis : d’un côté, un président populiste guidé par le principe de « l’Amérique d’abord ! », et de l’autre côté, « l’État profond », qui privilégie l’accumulation de profits au détriment des intérêts du pays. Tout patriote se retrouve dans le message proposé par Steve Bannon. Ce principe devrait être suivi par tout le monde, et par toute élite politique qui se respecte : « Mon pays avant tout ! »

Luttons ensemble pour préserver nos traditions, nos cultures et nos religions, pour protéger nos économies nationales face aux attaques du capitalisme mondialisé, pour contrecarrer l’invasion de nos pays par des vagues de migrants clandestins, et pour cesser d’inonder leurs pays de requins spéculateurs capitalistes. L’issue de cette confrontation historique dépend de notre solidarité.

J’invite notre réseau d’amis à travers le monde à donner leur avis sur une participation active des membres du Chisinau Forum pour soutenir et élargir l’organisation de Steve Bannon The Movement. Vos réactions seront publiées dans nos médias dans différentes langues.

Je souhaiterais conclure en paraphrasant une autre célèbre citation marxiste :

Populistes de tous les pays, unissez-vous !

Iurie Roşca

17:38 Écrit par pat dans actualité, élections, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

08/08/2018

Turquie. La victoire d’Erdogan et le profil bas de l’Europe

erdogan-turquie-michel-llhomme-588x330.jpg

Par Michel Lhomme, philosophe, politologue  

L’islamiste Recep Tayyip Erdogan continuera donc à diriger la République de Turquie. Cela a été décidé par 53 % des électeurs, qui sont allés voter lors d’élections anticipées mais décisives puisqu’elles étaient à la fois présidentielles et législatives. C’était tout de même la sixième fois en cinq ans que les Turcs se rendaient aux urnes.

Cependant, cette fois, l’enregistrement de la participation (92 %) fut l’un des plus élevés de l’histoire du pays, manifestant clairement que les Turcs veulent être gouvernés et pas par n’importe qui, par Erdogan même si la censure de la presse, l’arrestation et l’intimidation contre de nombreux opposants au quotidien y sont aussi pour quelque chose. Ces élections à répétition ont aussi du bon puisque de nouveaux visages politiques sont apparus comme celui du nationaliste Meral Aksener. Pour sa part, le chef du parti gauchiste et pro-kurde, Selahatin Demirtas, a dû faire campagne derrière les barreaux, alors que le candidat kémaliste du vieux Parti populaire républicain, Muharrem İnce est devenu le nouveau visage de l’espoir des laïcs et des progressistes du pays devenant même le principal adversaire de l’islamiste Erdogan.

Cependant, il faut bien reconnâitre l’exploit d’Erdogan car ni l’état d’urgence, qui a suivi le coup d’État raté de 2016, ni la crise pour ne pas dire la débâcle économique que traverse le pays – la livre turque a perdu en une année 20% de sa valeur par rapport à l’euro, les prix ont augmenté de 11% en avril ! – n’ont réussi à arrêter le candidat conservateur et nationaliste du Parti Justice et Développement, en coalition avec le Parti d’action nationaliste. Ils ont obtenu tous deux le contrôle du Parlement avec 348 députés sur un total de 600 sièges. Avec un tel soutien et sans même avoir besoin d’un second tour, Erdogan et son exécutif se dirigent vers un exercice totalitaire du pouvoir.

Mais qui est donc Erdogan ?

Un garçon qui vendait des beignets salés dans le quartier modeste de Kasimpasa d’Istanbul nous raconte-t-on, un adolescent qui aspirait à retrouver les racines islamiques et ottomanes de son pays et qui dirige le pays depuis 2002 sans interruption. Dans cette nouvelle étape, il assumera, comme le stipule la réforme approuvée en 2017, le contrôle total de l’État et du gouvernement, la figure du Premier ministre n’existant plus. En outre, par ce nouveau mandat, le président ne pourra être convoqué. On ne pourra plus en somme lui poser de questions. Il aura en outre le pouvoir de nommer une grande partie des juges c’est dire qu’Erdogan concentrera à la tête de l’État tous les fils et les ressorts pour gérer le pays à volonté et arriver à réaliser son rêve d’enfant : reconstituer au Proche-Orient l’Empire ottoman.

L’Europe aura du souci à se faire du côté du Bosphore

D’autant qu’Erdogan se rêve aussi en « Sultan de l’Europe », maître de la diaspora musulmane et de fait les Turcs de France, d’Allemagne et d’Autriche ont voté massivement pour lui. Élevé sur les rives de la mer Noire, dans la petite ville côtière de Rize, Erdogan n’était pas seulement un vendeur de beignets car fils d’une bonne famille de classe moyenne inférieure, il a grandi à Istanbul, où il a poursuivi ses études dans des écoles islamiques puis de commerce de l’Université de Marmara. Durant ses études, il a rejoint dans une Turquie délétère et vendue dans les années 80 aux affairistes, les jeunes nationalistes islamistes, écoutant avec attention les leçons de Necmettin Erbakan, le premier leader islamiste de la Turquie moderne et éphémère premier ministre de 1996 à 1997, poussé à démissionner par la direction militaire des Loups gris encore kémalistes et laïcs.

Dans les années quatre-vingt, Erdogan fut élu maire d’Ankara, la capitale, et il était devenu le martyr de l’opposition islamiste turcs pour avoir récité publiquement un poème pan turque de l’idéologue Ziya Gökalp . «Les mosquées sont nos casernes / dômes nos casques / les minarets nos baïonnettes / et les croyants nos soldats ». Ces versets guerriers lui valurent quatre mois de prison. Après on connaît l’histoire, devenant chef de l’Akp, il sera Premier ministre de 2003 jusqu’en 2014, date où il assumera la présidence de la République, titre qu’il détient de nouveau depuis le 24 juin 2018.

La victoire absolue d’Erdogan et de l’AKP marque un affaiblissement du système de freins et de contrepoids qui existait encore contre la dictature. Il est aussi le résultat de la mise au pas efficace et rude de la presse et des médias en faveur du pouvoir exécutif, qui conduisent finalement à une érosion des pouvoirs démocratiques de la Turquie. Mais les électeurs turcs furent motivés  par un autre argument, celui de la stabilité politique, avec une majorité parlementaire pleinement conforme à l’autorité présidentielle. On ne dira pas la même chose d’élections réalisées sous d’autres cieux avec un taux d’abstentions records alors oui, Erdogan : chapeau !

En Syrie, la Turquie d’Erdogan s’est en tout cas imposé comme un acteur majeur en se rapprochant, fait étonnant pour un pays membre de l’Otan, de Moscou. Si la Turquie s’est attaqué aux Kurdes d’Afrin, c’était en effet paradoxalement avec le feu vert de la Russie. Après l’avion russe abattu par l’armée turque à la frontière syrienne en novembre 2015, les deux pays se sont réconciliés, se sont rapprochés, et la Turquie entend continuer à être considérée malgré tout comme un interlocuteur incontournable sur la Syrie alors que le conflit syrien semble reprendre en ce début d’été 2018. Lors des discussions sur la mise en place de zones de désescalade en Syrie, la Turquie s’était faite le porte-voix des rebelles. Aussi n’oublions qu’Erdogan doit aussi sa victoire au massacre des civils d’Afrin.

Une Turquie, néo-ottomane ?

Ce que révèlent ces événements, c’est que la politique extérieure turque aura été marquée par des revirements et des renversements d’alliances, certains la présentant comme « néo-ottomane », concept pour le moins anachronique et sans consistance car n’aidant pas à comprendre à notre avis le pragmatisme machiavélien du pouvoir. Après les mouvements contestataires du printemps arabe, Ankara avait certes caressé ce rêve de devenir le leader régional, brandissant la carte du sunnisme politique pour installer partout des régimes proches du mouvement des Frères musulmans et la diplomatie turque avait opéré ici un premier aggiornamento conservateur en délaissant sa politique pro-occidentale traditionnelle pour une rhétorique à la fois anti-occidentale, antisémite et pro-islamiste même si ce rêve heurtait de plein fouet la modernité culturelle effective du pays, l’écart immense entre le discours petit bourgeois de province du pouvoir en place et les élites médiatiques du pays, les LGBT turcs d’Istanbul par exemple.

Erdogan a alors utilisé les ressorts machiavéliens de la dictature, déjoué le coup d’état ”commandité” de son principal adversaire Fethullah Guhlen pour imposer par la force et la censure son modèle islamique autoritaire mais ce fut en même temps l’aveu d’un pathétique échec, celui d’un islam politique turc qui s’était promis de réconcilier après le 11 septembre la religion et les valeurs libérales. En ce sens la victoire d’Erdogan nous concerne aussi.

Demain soumise selon les prémonitions de Houellebecq, il n’y a aura pas d’Islam du vingt-et-unième modéré si on l’entend comme islam libéralisé. Les gouvernements successifs du Parti de la justice et du développement (AKP) se sont peu à peu éloignés de la promesse salutaire d’un Islam des Lumières en optant pour une ligne musulmane conflictuelle et plus clivante, à la fois pour des raisons électorales — le discours belliqueux et viril vaut bien plus en Turquie que le discours pacifiste — et idéologiques l’objectif d’un islam politique, ottoman dirigé par la Turquie. À travers la sur-« turquisation » et la sur-islamisation de l’histoire ottomane, le pouvoir en place a déclaré en tout cas l’ensemble du Proche-Orient puis, à défaut et a minima la Syrie, comme un hinterland mérité et légitime, s’écartant de fait de l’axe européen.

Indéniablement, la politique étrangère en dents de scie d’Ankara au Proche-Orient est un facteur supplémentaire de déstabilisation, par la diaspora de l’immigration, la menace de « lâcher » les plus de trois millions de déplacés syriens présents dans son territoire avec celle des djihadistes qui pourraient mettre en péril les villes européennes, et puis aussi par l’ennemi éternel, la Grèce. D’ailleurs, le chantage marche puisque ni l’UE ni même le Conseil de l’Europe dont la Turquie est membre depuis 1949 n’osent élever des protestations sérieuses au sujet de la politique étrangère turque ou des violations constantes des droits humains à l’intérieur de la Turquie.

Michel Lhomme 06/08/2018

Source : Metamag

Crédit photo : Domaine public, via PixaBay

https://www.polemia.com/turquie-victoire-erdogan-profil-b...

06/08/2018

Redoine au petit-dèj, Benalla à midi, Mbappé en soirée… Et l’on s’endort ensuite sur de beaux rêves d’avenir… partie 2

Sur les politiciens, la sphère politico administrative, la gauche, la droite, la classe dominante

INFAUX EXCLUSIVE : Reconnaissant être « seul responsable » de cette situation qui a donné lieu à de nombreuses et graves irrégularités, M. Macron a demandé à être mis en examen, au même titre que les fonctionnaires impliqués

(« Benalla était exécrable« …) Rien de plus normal : ils nous envahissent et nous ne réagissons pas : il est logique qu’ils nous méprisent…

Avec l’affaire Benalla, Macron-Rothschild montre qu’il se fout ouvertement des institutions et organes constitués : parlement, juges, partis politiques, fonction publique… Il les méprise et les ridiculise… La question est de savoir ce qu’en pensera l’opinion…

Bah on ne voit pas pourquoi on en fait tout un plat : un maghrébin qui agresse un blanc, c’est finalement très banal

Il avait de toute façon décidé de larguer Benalla pour Mbappé

INFAUX EXCLUSIVE Benalla a pété les plombs parce qu’il lui avait annoncé qu’il le quittait pour M’Bappé

Soumis à Rothschild la journée et à Benalla la nuit

(France Bleu sur l’affaire Benalla : « après avoir contredit l’Elysée le directeur de l’ordre public rétropédale ») Le mot pédale, même s’il est un peu rétro, est en effet probablement de circonstance

Les préfets, carpettes galonnées de profession, ont le profil type du fusible

Collomb a une bonne tête de fusible. Mais le problème pour Macron est qu’il en sait long sur le financement de sa campagne…

Pour protéger Macron, le pouvoir va chercher à dériver le débat sur les fautes des fonctionnaires qui ont laissé agir Benalla. Alors que les questions importantes sont ailleurs

1/ Quelle est la nature des liens entre ce Benalla et Macron ? 2/ Macron respecte-t-il la loi, ou s’en affranchit-il dans l’ivresse du pouvoir ? 3/ Ce Benalla binational a-t-il des liens avec les islamistes ?

Ce type de 25 ans au profil douteux bénéficiait de prérogatives aussi floues qu’étendues et de privilèges matériels et symboliques considérables. Qu’est-ce-qui a conduit Macron à le placer dans cette position aussi manifestement anormale ?

Résumons. Ce type de 25 ans a intégré le premier cercle de l’Elysée, dans la proximité immédiate du président et de sa « famille ». Il bénéficiait de prérogatives aussi floues qu’étendues et de privilèges matériels et symboliques considérables et tout à fait hors normes. Il a pourtant le profil d’une parfaite racaille (le délit de fuite ; sa condamnation pour violences sur une femme ; sa violence le 1er mai). En outre il a fait recruter dans les cercles du pouvoir des copains aussi douteux que lui, voisinant avec l’islamisme (Makao le garde du corps, proche de Bendaoud, le logeur ; ses liens avec Achoui…). Pourquoi une situation aussi incroyable ? Et plus précisément, quels sont les liens exacts qui lient ce Benalla et Macron ?

(Benalla était franc-maçon) Franc-maçon = la preuve par neuf de l’arrivisme

L’un des aspects de cette affaire d’Etat : il participait aux réunions consacrées à la sécurité et à la défense… alors qu’il est binational…

Macron a mis un peu de temps à réagir : il attendait les instructions de Rothschild, qui ont un peu tardé

(Pourtant mis à pied Benalla est allé deux fois à l’assemblée) Où est le problème ? Comme il était mis à pied il n’y est pas allé en voiture

Macron-Rothschild renouvelle les méthodes. Il y a celle qui tweete (Sibête). Celle qui mord (Avia). Celui qui casque (El Guerab). Celui qui cogne (Benalla)… Cette diversité, quel enrichissement…

Affaire Benalla : et dire qu’il y a des millions de gens pour croire encore à la démocratie

Le macronisme ? Bouger tout pour que rien ne change…

(Macron réunit le Congrès à Versailles) Versailles est en principe destiné aux rois, pas aux employés de Rothschild

Le bilan de Macron-Rothschild ? Comme prévu : enrichissement des riches et augmentation de l’immigration

(évaluation des ministres) Les moins actifs sont ceux qui nuisent le moins

(un français sur 6 ne sait pas nager)  Mais 100 % des politiciens savent nager en eaux troubles

La décentralisation à la Française : gâchis, opacité, mille-feuilles administratif, équipements inutiles, dépenses somptuaires, clientélisme, corruption, népotisme, recrutement de fonctionnaires inutiles… Et j’en oublie probablement…

Oui, il faudrait mettre fin à la centralisation, qui détruit les identités et rogne les libertés. Mais nous aurions besoin d’un fédéralisme véritable, comme partout ailleurs en Europe, et pas de la pseudo décentralisation à la française, source de gâchis, de clientélisme et de corruption.

(démissions nombreuses de maires) Il ne s’agit que de maires de petites communes… Les politiciens professionnels, eux, s’accrochent au gâteau…

(Fabius ancien ministre des affaires étrangères entendu sur l’affaire Lafarge) Les affaires en question lui étaient restées tout à fait étrangères

(Fabius ancien ministre des affaires étrangères entendu sur l’affaire Lafarge) Ministre des affaires serait plus juste (Lafarge, sang contaminé…)

(Placé jugé) Dans le marigot politicien, les « écologistes » sont les pires

(mort de Lanzman) 92 ans, pas mal pour une victime du nazisme

Lanzman ? Les victimes du nazisme lui ont procuré un grand succès

(Selon l’économiste William N. Goetzmann, la finance a fait la civilisation) C’est parce qu’il leur était interdit d’être agriculteurs…

(suicide d’une des fondatrices des Femen) Les Femen ? Moitié des prostituées rétribuées, moitié des dingues manipulées…

(suicide d’une des fondatrices des Femen) Elle trouvait ses seins trop petits

(Kouchner stupéfait des résistances face à la consommation de cannabis) Toute une vie passée à détruire la civilisation européenne….

Cantat est de gauche et a une bonne droite

Le bilan de Mme Le Pen… Le passage au second plan de la question de l’immigration était une erreur. Les positions perçues comme anti-européennes étaient une erreur. Le choix de M. Phillipot était une erreur. Avoir cru que Mme Le Pen est présidentiable était une erreur

Sur la délinquance, la police, la justice

(Meurtre de Maelys) Un crime de Français de souche… Il convient pour le Système de saisir l’aubaine et d’occuper le terrain pendant des mois

Lelandais, Daval… Pour le Système, les crimes de Français de souche sont pain-bénit

En ce moment le Système nous fait manger du Mbappé et du Lelandais

(suicide d’un policier) Les policiers ont instruction de laisser filer les racailles, de détourner les yeux au passage des caïds et de ne pas répliquer aux émeutes des « quartiers »… Tout cela crée un contexte propice aux frustrations et à la dépression…

On demande à la police de ne pas provoquer les racailles et de harceler plutôt les Français moyens de souche en excès de vitesse : on comprend qu’ils dépriment

(Les 80 km/h) Matraquer les Français moyens de souche et laisser filer les caïds

(5 mort à Pau)  Eh oui, voilà ce qui arrive quand on aime la diversité…

(Jeune tué par la police à Nantes) Il est mort… Macron, ne pourra pas, comme Hollande, se rendre à son chevet

(jeune tué à Nantes) Au lieu de se mêler de ce qui ne les regarde pas, les policiers devraient se concentrer sur la répression des excès de vitesse commis par les Français moyens

(Jeune tué à Nantes. Belloubet affirme que l’Etat de droit sera respecté) Que doit-on comprendre ? Qu’elle a l’intention de s’attaquer à la délinquance ?

(Nantes le policier qui a tiré en garde à vue) Quant au délinquant décédé il a été décoré à titre posthume

(jeune tué à Nantes) Comme les autres journaux du Système, le Figaro oublie de préciser que ce « jeune » en question était un délinquant (NB : commentaire supprimé par les modérateurs du Figaro)

Deux France, en guerre civile larvée désormais : ceux pour qui l’homme tué à Nantes était un « jeune » ; ceux pour qui c’était un délinquant…

Eh oui, l’ouest à son tour touché… Mais où vont pouvoir se réfugier les bisounours immigrationnists ?

Dans la France envahie, les racailles pavoisent, les flics vont en tôle et les Français de souche rasent les murs

(Brouillage des portables en prison) Mesurette destinée à amuser la galerie… Pas d’issue sans fermeture des frontières…

Sévérité démesurée envers les uns (fumeurs, automobilistes…). Laxisme absolu envers les autres (immigrés, islamistes, racailles…)

(évasion Faïd)  Qu’il s’agisse de ses frontières ou des murs de ses prisons, la France est une passoire…

(évasion Faïd) Bah, le séjour des délinquants est de toute façon de courte durée (peines pour partie avec sursis ; aménagement des peines ; remises de peine automatiques…)

(Commerçant tué lors d’un braquage à Aubervilliers) Heureusement que ce commerçant n’a pas tiré pour se défendre : sinon il risquait la prison…

Eh oui, la peine de mort n’a été supprimée que pour les coupables

(Policiers caillassés près d’Avignon) Mais aussi que faisaient-ils là , à provoquer la population… ?

Les prisons sont pleines et pourtant la plupart des délinquants sont… en liberté (80 000 personnes entrent en incarcération chaque année pour un séjour moyen de quelques mois ; à comparer aux 3,5 millions de crimes et délits officiellement enregistrés).

(une enquête ouverte après le caillassage d’une voiture de police) Plutôt que d’ouvrir une enquête ils feraient mieux de fermer les frontières

 À suivre

https://leblogdepaysansavoyard.wordpress.com/2018/08/06/r...

 

03/08/2018

La cote d’Emmanuel Macron en chute en juillet, 27% seulement lui gardent une opinion positive.

Macron-la-chute.jpg

Selon un sondage Yougov (demandé par Huffpost & Cnews) du 26 juillet, 62% des Français ont une opinion négative de l’action du chef de l’État contre 27% positive. Il a  perdu 18 points en un mois du côté des partisans des Républicains, qui étrangement soutenaient plutôt, jusque-là, son action.

Ce sondage ayant eu lieu le 26 juillet, les révélations sur l’ancien collaborateur de l’Élysée Alexandre Benalla étaient encore loin d’avoir été toutes dévoilées, puisque chaque jour apporte son lot au scandale. A cette date seulement 41% des Français interrogés reconnaissaient que l’affaire avait changé leur perception d’Emmanuel Macron (3% en bien, 38% en mal), mais 48% affirmaient qu’elle ne l’avait «pas changé du tout.»

01/08/2018

Allemagne : l’irrésistible montée de l’AfD en Bavièr

Katrin Ebner-Steiner n’est pas seulement « confiante ». Elle est « très confiante ». Vice-présidente de la fédération bavaroise du parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD), cette experte-comptable qui fête cette année ses 40 ans et aime répéter dans la même conversation qu’elle est « catholique » et « mère de quatre enfants », n’en revient pas: « Franchement, comment pouvions-nous espérer nous trouver aujourd’hui dans une situation aussi favorable ? Avec ce qui s’est passé ces derniers temps, nous pouvons faire un carton cet automne ! », s’enthousiasme-t-elle depuis la terrasse d’un bistrot de Deggendorf, opulente cité des bords du Danube où elle défendra les couleurs de l’AfD lors des élections régionales bavaroises du 14 octobre.

Pourquoi un tel optimisme, outre la dynamique du parti depuis les élections de septembre 2017 qui lui ont permis de compter 92 députés au Bundestag ? Pour Mme Ebner-Steiner, la réponse tient en deux noms : « Merkel et Seehofer ». A ses yeux, la chancelière fédérale, présidente de l’Union chrétienne-démocrate (CDU), et son ministre de l’intérieur, patron de l’Union chrétienne-sociale (CSU) bavaroise, sont « les meilleurs alliés objectifs » de l’AfD. « Avec leurs gesticulations, ils ont fini par perdre le peu de crédibilité qu’il leur restait », estime Mme Ebner-Steiner, pour qui la fermeté affichée de M. Seehofer en matière de politique migratoire « n’est que du bla-bla ». […]

Le Monde

http://www.fdesouche.com/1051483-allemagne-lirresistible-...

31/07/2018

François Hollande : une vraie attente des gens ! Elle est sérieuse, là, Julie ?

452px-François_Hollande_-_2017_39617330342_cropped-452x475.jpg

Ca y est, on a tout compris. Si les Français n’en ont rien à cirer, de l’affaire Benalla, comme l’affirmait la secrétaire d’État Marlène Schiappa envoyée à BFM TV, c’est parce qu’ils réclament l’ancien Président, affirme Julie Gayet, envoyée au Parisien.

En tout cas, ce n’est pas Julie qui fera mentir l’adage : « Femme qui rit est à moitié dans ton lit. » François est « très très drôle », c’est « très important » pour elle. Ben, disons que c’est du bol, pour lui, d’être le roi en blagounettes… On les imagine, les quatre fers en l’air, à se frapper la panse et rire comme des bossus : tordant !

Donc, François, depuis plusieurs années, ne cesse de la combler, on est ravi pour Julie ! En outre, elle le voit bien quand ils sortent, « il y a une vraie attente, beaucoup de gens espèrent son retour »! Les gens piaffer d’impatience pour le retour de François Hollande en Président, on aura tout entendu ! Et puis, c’est qui, d’abord, « beaucoup de gens » ? Peu importe, l’ex-président de la République qui se rendait à la sauvette rue du Cirque leur manque. Il paraît.

Sans blague, elle les verrait vraiment rempiler pour cinq ans, la Julie ? Oubliée, la « violence folle »de la seconde partie du quinquennat de son chéri ? Plus d’actualité, son dégoût pour la « fonction sexiste » et « sans salaire » de première dame ? Aux oubliettes, le fait d’être « sortis exangues » de la seconde moitié du quinquennat, elle qui s’en était plaint à Paris Match pas plus tard qu’en mars ? Mémoire courte, ambition folle, les deux, le couple Hollande-Gayet semble lorgner un retour à l’Élysée. Peut-être bien que Hollande finit par s’ennuyer ferme.

C’est sûr qu’écrire des bouquins, signer des autographes, donner des conférences, pontifier de temps à autre à la télé, donner des leçons à droite et à gauche, à la longue, c’est moins grisant que la fonction de communicant élyséen. Alors, quelle aubaine, cette affaire Macron-Benalla, et quelle chance d’avoir sous la main une belle actrice pour aller semer une petite graine dans l’esprit des Français. Sûrement que ça lui trotte dans la tête depuis un bout de temps, à François Hollande, l’idée de reposer son derrière dans le moelleux fauteuil de Président. Il fait toujours rire Julie, mais pour combien de temps ? En fait, il dort mal, il digère mal, il regrette tellement de ne pas s’être représenté…

« Le plus grand regret des Français qui viennent vers moi, c’est que je n’aie pas été leur candidat en 2017 », préférait-il cependant affirmer benoîtement sur LCP, en mai 2017. « Des » Français ? S’il s’agit des 10 % des interrogés, en septembre 2016, à avoir répondu vouloir voter pour lui en 2017… En 2022, ce n’est pas gagné !

Très très drôle, en effet, François Hollande ! Macron ? Macron trop audacieux, dans la séduction, Macron qui gouverne par ordonnances, ce n’est pas lui qui se comporterait ainsi, n’est-ce pas ! Sacré Hollande, fin prêt à nous faire le coup du père François ! Peut-être se dit-il à nouveau, comme le lisait dans ses yeux, en 2014, un de ses conseillers, que « sur un malentendu, ça peut marcher » ? Julie rit ? Nous aussi !

Caroline Artus

http://www.bvoltaire.fr/francois-hollande-une-vraie-atten...

25/07/2018

Le Zoom avec Gérard Bedel : La droite, victime historique du gaullisme

Professeur de lettres, Gérard Bedel est l’auteur d’un ouvrage volontairement provocateur :”Le gaullisme, maladie sénile de la droite”. Il s’agit d’un travail plus politique qu’historique et reconnaissons le, plus une diatribe qu’un panégyrique. Cependant, Gérard Bedel, textes et faits à l’appui, démonte ce qu’il appelle le “mythe gaulliste”, un mythe qui continue de ronger la droite française.

https://www.tvlibertes.com/2018/07/25/24512/zoom-gerard-b...

24/07/2018

Steve Bannon va créer une fondation en Europe afin de mener une révolte populiste de droite contre Soros

6a00d83451619c69e2022ad3a34e2a200b-800wi.jpgSteve Bannon, ex-conseiller du président américain Donald Trump, va créer une fondation en Europe afin de mener une révolte populiste de droite sur le continent, écrit le site américain Daily Beast. Steve Bannon a confié au site ses ambitions, avec comme première étape les élections européennes de 2019. Le quartier général de son organisation baptisée "Le Mouvement" devrait être implanté à Bruxelles. L'objectif de Steve Bannon est de rivaliser avec la fondation du milliardaire américain George Soros, Open Society.

L'ancien patron du site Breitbart était à Londres au moment de la visite de Donald Trump en Europe, recevant des représentants des mouvements de droite en Europe, notamment Nigel Farage ainsi que Louis Aliot. Il a également eu des contacts avec Viktor Orban. Steve Bannon, qui a prédit un «grand avenir» à Marion Maréchal Le Pen, et Raheem Kassam, ex-conseiller de Nigel Farage, l'un des artisans du Brexit, a annoncé que cette organisation était déjà opérationnelle. Raheem Kassam explique :

"Le Mouvement sera notre bureau central pour un mouvement populiste et nationaliste en Europe. Nous allons concentrer notre attention sur les individus et les groupes de soutien intéressés par les questions de souveraineté, de contrôle des frontières et d'emploi entre autres choses». «Nous avons décidé de nous installer à Bruxelles parce que c'est le cœur de l'Union européenne, la force la plus pernicieuse contre la démocratie de l'État nation en Occident aujourd'hui».

«L'organisation est déjà une fondation structurée avec un budget annuel significatif et nous avons commencé le recrutement».

«Les élections européennes seront l'an prochain un test majeur à la fois pour les eurosceptiques et pour les réformateurs et le Mouvement sera l'endroit où ces deux causes vont se rejoindre». «La classe dirigeante politique a travaillé avec l'aide d'innombrables ONG pendant des décennies, main dans la main. Nous pensons qu'il est temps qu'il y ait une organisation qui soit du côté des gens ordinaires à la place des lobbies défendant les intérêts des grandes entreprises en Europe».

La fondation de Bannon offrirait des conseils et des services de sondages, de publipostage en ligne (e-mailing) ou d'exploitation de données numériques à un réseau de partis d'extrême droite.

L'ancien conseiller de Trump espère parvenir à mobiliser les opposants à l'Union européenne afin que soit élu un groupe de députés suffisamment important pour provoquer une paralysie voire une fermeture du Parlement européen et de la Commission européenne.

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2018/07/steve-ban...

23:33 Écrit par pat dans actualité, élections, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

À l’écoute du peuple, pas des médias

vote-ligne-droite.jpg

Ligne Droite cliquez ici

La droite de gouvernement a perdu la confiance de son électorat car elle s’est soumise à la dictature politiquement correcte de la médiacratie. Une médiacratie coupée du peuple qui n’informe plus mais qui sert le Système. La droite nouvelle ne doit donc pas tomber dans cette erreur et Ligne droite estime en conséquence qu’il lui faut ignorer les injonctions journalistiques et dénoncer le rôle malsain des médias pour se mettre à l’écoute des Français et s’appuyer sur le peuple.

Les médias ne servent pas l’information mais le Système

Les médias mainstream ne sont en effet pas neutres politiquement, ils assurent la promotion et la défense de la pensée unique au service du Système qui dirige notre pays. Ils ne cherchent donc pas à informer objectivement les Français car ils font campagne en permanence pour les idées de l’oligarchie, le libre-échangisme, l’européisme, l’immigrationnisme, le féminisme et d’une façon générale tous les crédos politiquement corrects.

Ils agissent en ce sens avec d’autant plus d’efficacité qu’ils ont acquis un pouvoir considérable qui leur permet de dominer l’exécutif et le législatif. Ils font et défont les réputations politiques. L’adoubement médiatique précède désormais l’adoubement électoral, comme on l’a vu avec l’incroyable promotion médiatique dont a bénéficié le candidat Macron.

À l’inverse, ils censurent, déstabilisent et diabolisent les opposants au Système. Les journalistes de la médiacratie sont impitoyables à l’égard des dissidents, alors qu’ils se montrent toujours bienveillants vis-à-vis des représentants du Système.

La médiacratie n’est pas l’expression du peuple mais de la Nouvelle Gauche

Ce faisant, les médias sont totalement coupés du peuple et ne sont nullement représentatifs de ce qu’il est. De nombreux sondages prouvent en effet que l’écrasante majorité de la classe journalistique revendique son appartenance à la gauche et cela dans presque tous les pays occidentaux. Pour cette raison, les médias mainstream prennent partout des positions contraires à l’opinion de la majorité de la population. Ils ne reflètent plus en effet les attentes de leur public, mais seulement celles de leurs commanditaires, à savoir les sociétés qui les possèdent ou qui leur achètent des espaces publicitaires et qui constituent le cœur financier du Système au pouvoir.

Mais, dès lors que les médias sont déconnectés de la population, les politiques ont un choix important à effectuer. S’ils sont en osmose avec le peuple, leurs positions seront nécessairement jugées non conformes par les médias et rejetées par eux. Si, en revanche, ils recherchent l’appui de la classe journalistique, ils seront mécaniquement amenés à prendre des positions qui les éloigneront de la majorité des Français. Obtenir l’approbation médiatique revient pour cette raison à accepter de se soumettre au politiquement correct et donc à consentir à sa propre normalisation. Telle est d’ailleurs la voie empruntée par la droite dite républicaine et qui lui a été fatale.

Ignorer et dénoncer les injonctions de la médiacratie

Aussi la droite nouvelle doit-elle faire le choix inverse et comprendre que la médiacratie, qui appartient au Système et soutient la Nouvelle Gauche, constitue pour elle un adversaire politique redoutable. Elle ne doit donc pas, comme le fait la droite de gouvernement, courtiser la médiacratie pour tenter d’obtenir son approbation et son soutien. Ligne droite estime qu’elle doit au contraire adopter un positionnement diamétralement opposé : être à l’écoute des Français et non des médias.

Mais la droite nouvelle ne doit pas seulement refuser de se soumettre au lobby journalistique, elle doit aussi le mettre en cause et expliquer aux Français le rôle néfaste qui est le sien. Elle doit montrer le pouvoir illégitime mais considérable dont il dispose et l’usage partisan qu’il en fait.

Elle ne doit par ailleurs pas se priver d’encourager l’émergence de nouveaux moyens d’information et de communication à travers l’Internet et les réseaux sociaux. Il faut en effet introduire la concurrence si l’on veut briser le monopole de la médiacratie et rétablir un peu de liberté dans le monde de l’information. Le général De Gaulle disait que « la politique de la France ne se fait pas à la corbeille ». De même, pour Ligne droite, la politique de la France ne doit pas se faire dans les salles de rédaction !

Écouter notre peuple et s’appuyer sur lui

Les peuples doivent ainsi reprendre le pouvoir sur les castes oligarchiques. Il en va de l’avenir de la France et de l’Europe car, aujourd’hui les peuples européens sont beaucoup moins décadents et beaucoup plus lucides que les élites dirigeantes. Toutes les études montrent en effet que l’opinion majoritaire en France comme ailleurs en Europe adopte des positions à rebours du politiquement correct.

Aussi la droite nouvelle doit-elle clairement s’appuyer sur le peuple, non seulement parce que c’est l’esprit même de la démocratie et que seul le peuple peut la porter au pouvoir, mais aussi et surtout parce que les convictions qu’elle incarne répondent pleinement aux aspirations des Français. La droite nouvelle doit donc être populaire, non de façon démagogique mais en incarnant pleinement la volonté de notre peuple de rester lui-même et de se projeter dans l’histoire.

C’est en misant sur le peuple que la droite nouvelle pourra par ailleurs rétablir la primauté du politique. Ainsi, par exemple, pour mettre fin au « gouvernement des juges » faut-il faire du peuple le seul juge constitutionnel en dernier ressort. C’est pourquoi aussi, la droite nouvelle veut lui rendre la parole en restaurant le recours au référendum, un instrument que l’oligarchie a voulu faire tomber en désuétude car il menaçait son totalitarisme.

Pour Ligne droite, il est temps de mettre en cause la domination partisane de la médiacratie sur la vie politique. Aussi la droite nouvelle doit-elle se positionner clairement du côté du peuple, contre le pouvoir médiatique.

http://synthesenationale.hautetfort.com/

21/07/2018

Incarner l’alternative au Système

Aiguillage-ligne-droite.jpg

Ligne Droite cliquez ici

Le Système incarne aujourd’hui à travers la Nouvelle Gauche, les médias, la justice et le grand patronat, le pouvoir réel dans notre pays. Informel et invisible, il entraîne la France sur la voie tracée par son idéologie ultralibérale, mondialiste et déconstructiviste. La droite nouvelle, qui représente la seule véritable opposition à cette entreprise politique délétère, doit donc, selon Ligne droite, se positionner clairement comme l’alternative au Système.

Un double dispositif de gouvernement

Aujourd’hui, notre pays connaît en effet un double niveau de gouvernement. En apparence, il est régi par les institutions officielles telles que définies par la Constitution. Dans ce monde-là, le pouvoir politique est censé avoir la prééminence. Le président de la République domine, soutenu par sa majorité parlementaire. Face à lui, l’opposition est supposée incarner une autre vision de l’avenir du pays. Et, à côté du pouvoir, la justice fait respecter les lois, les médias informent les citoyens et les entreprises leur fournissent des biens et des services.

Le Système derrière la façade institutionnelle

Mais ce monde est à bien des égards factice ou en tout cas il ne fonctionne pas comme on pourrait le croire au premier abord car, derrière la façade institutionnelle, c’est une autre réalité qui s’impose. Une réalité qu’on peut qualifier de Système puisque, dans la pratique, les différents pouvoirs ne sont pas indépendants mais corrélés les uns aux autres à travers les hommes qui en ont la charge. Même l’opposition procède de ce Système, comme la France insoumise qui n’est qu’une fausse opposition tout aussi immigrationniste que le parti de Macron et donc bien utile pour empêcher l’attention de se porter vers une véritable alternative. Et comme tous les acteurs du Système communient dans la même idéologie politiquement correcte, toutes les entités qu’ils dirigent œuvrent, non pas indépendamment, mais de concert et selon un ordre hiérarchique qui n’est pas celui des apparences. Les médias comme la justice dominent le pouvoir politique et le grand patronat domine les médias, de telle sorte que le monde économique et financier exerce sur le Système un pouvoir aussi absolu que discret.

L’idéologie politiquement correcte comme moteur du Système

Une discrétion qui est de règle et qui est d’ailleurs d’autant mieux respectée que le Système fonctionne en pilotage automatique. D’abord parce que tous les acteurs du Système se tiennent et que ceux qui en sortiraient seraient aussitôt diabolisés et marginalisés. Ensuite parce que tous ceux qui y occupent des postes de responsabilité connaissent la direction à suivre. Aussi n’y a-t-il aucun chef secret qui en dirige les ramifications. Aucune organisation parallèle ne structure le réseau. Sans doute existe-t-il des personnalités plus influentes que d’autres, peut-être y a-t-il des cénacles qui comptent plus que d’autres, mais le Système s’autorégule car tous ses membres ont la même feuille de route, celle de la pensée unique, une idéologie qui repose sur trois piliers. L’ultralibéralisme international qui prône la dérégulation totale des échanges économiques et financiers à l’échelle de la planète. Le mondialisme qui pousse à la fusion des peuples et des nations et donc à l’immigration sans limite. Et la déconstruction des valeurs sociétales, cette espèce de relativisme militant qui cherche à abattre les valeurs et à gommer toutes les différences. Au résultat le Système œuvre dans le sens du libre-échangisme, de l’internationalisme, de l’européisme, de l’atlantisme, de l’immigrationnisme, de l’écologisme et du libertarisme.

Telle est la raison pour laquelle on ne peut pas, sans risquer la diabolisation ou l’ostracisme, défendre le protectionnisme économique, contester l’Europe bruxelloise, réclamer l’arrêt de toute immigration, ou même s’interroger sur la validité de la parité homme femme généralisée. Ces questions sont taboues parce que contraires aux options du Système, lequel impose ses vues sans contestation possible.

La droite nouvelle, cible principale du Système

La droite nouvelle, dont les choix idéologiques sont presque tous contraires à ceux du Système, se situe donc dans l’opposition, non seulement à la Nouvelle Gauche de M. Macron actuellement au pouvoir, mais aussi au Système dans son ensemble. C’est pourquoi elle ne peut qu’être combattue par les médias et maltraitée par la justice. Le Système est en effet bien conscient qu’une victoire politique de la droite nouvelle pourrait signifier son démantèlement puis sa disparition. Il mettra donc tout en œuvre pour s’opposer à elle, pour freiner son émergence et empêcher sa victoire.

La droite nouvelle en alternative au Système

C’est pourquoi la droite nouvelle doit, selon Ligne droite, se positionner clairement en alternative au Système. Une alternative qui apparaît comme une nécessité impérieuse pour la survie même de notre nation et de notre civilisation aujourd’hui gravement menacées. Toutes les actions du Système détruisent en effet les valeurs qui ordonnent notre société et conduisent au chaos. Le chaos migratoire, qui déracine notre peuple et l’expose au risque d’être remplacé par des populations venues d’ailleurs. Le chaos économique, qui appauvrit les Français, crée le chômage de masse et dépossède la France de ses outils de production. Le chaos sociétal, qui détruit les valeurs traditionnelles, effacent les repères et génère la médiocrité. Pis, ce Système provoque la guerre de tous contre tous, il fragmente la France, dresse les minorités contre la majorité et laisse émerger des communautés qui s’opposent les unes aux autres.

Pour mettre un terme à ces funestes entreprises, il est donc essentiel de s’opposer au Système et de réussir à le démanteler. C’est à cette tâche que la droite nouvelle doit s’atteler en se positionnant clairement comme l’alternative au Système.

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2018/07/2...

20/07/2018

Victoire des Bleus : Macron bidonné, sondages bidons !

Capture-19.png

Naguère, le défunt Philippe Seguin, gaulliste social tonitruant, souverainiste ombrageux qui finit bellement sa carrière comme gardien des comptes publics, rue Cambon, avait coutume de dire à propos des sondages, qu’ils sont à la démocratie, ce que l’amour vénal est à la romance.

Il voulait exprimer, par là, sa circonspection face à cet « indicateur d’opinion », thermomètre sociologique mais véritable outil marketing qui prétend sonder les cœurs et les reins de la population française censée livrer tout de go ses avis plus ou moins intimes, à l’anonymat méthodologique d’organismes ad hoc se substituant, entre deux élections, au secret de l’isoloir.
Le doute reste d’autant plus permis quand on sait, d’une part, l’usage parfois immodéré qu’en fait le pouvoir à des fins communicationnelles, d’autre part, les effets pervers induits jetant le trouble, sinon la suspicion, sur l’outil sondagier lui-même.

C’est ainsi qu’un sondage, tout en donnant une image parfaitement faussée ou déformée de la réalité (le fameux échantillonnage « représentatif » ne l’étant, in fine, que de lui-même, les réponses et les questions pouvant être mal comprises ou mal interprétées de part et d’autres), parce que bénéficiant de la force de frappe médiatique « mainstream » comme de son effet de prisme, en arrive fréquemment à se parer des atours virginaux de la vérité fraîchement sortie des urnes.

Le dernier sondage Odoxa Dentsu Consulting pour Le Figaro et France Info publié ce jour, ne fait pas exception à la règle, voire même paraît détrôner ses devanciers pour le caractère surréaliste de ses conclusions.
On y apprend, tout à trac, qu’« un jeune sur deux et un quart de la population française (24 %), soit probablement entre 12 et 16 millions de personnes (en comptant les enfants les moins petits), est sortie dans les rues pour fêter la victoire des Bleus ». Ce faisant, ce sondage occulte soigneusement la réalité des actes de déprédations et des avaries multiples perpétrés dans les centres urbains, débordés par des banlieues allogénisées surchauffées.

Et l’on ne parlera pas des agressions sexuelles en série dont furent victimes des femmes bien mal inspirées d’aller se joindre à la liesse…
On y apprend encore que « 8 Français sur 10 (82 %) pensent que cette victoire aura un impact positif sur le sentiment de fierté des Français ». A l’heure où nombreux, là encore, ne cessent, non plus de célébrer, comme il y a vingt ans, la France métissée « Black-Blanc-Beur », mais la victoire de « l’Afrique », l’on s’interroge sur la validité d’un tel résultat…

L’institut relève en outre que « la victoire des Bleus , en revanche, n’a pas permis à la popularité du Président, de rebondir : six Français sur dix (61 %) pensent toujours qu’Emmanuel Macron n’est pas un ‘‘bon Président’’ », pour ajouter aussitôt que « pourtant, même s’il ne gagne rien (ou pas grand-chose) en termes de popularité immédiate, ne nous y trompons pas, cette victoire constitue bien, incontestablement, une très bonne nouvelle pour le Chef de l’État ». Ou, comment soutenir, simultanément, deux propositions parfaitement contradictoires !

Pris au pied de la lettre et dégagé de sa gangue politiquement correcte, ce sondage laisse surtout entrevoir l’image peu flatteuse de nos concitoyens (62 % se déclarant optimistes en l’avenir, depuis la victoire) croqués en moutons abrutis, bêlant en masse des slogans débiles et horripilants, dirigés par un chef de l’État sans tenue, immature et incompétent.
Il y a cent ans, en Champagne, Allemands et Alliés jetaient leurs derniers feux fratricides dans les tranchées fumantes et sanglantes. Quel écart… Quelle chute !

Aristide Leucate

http://www.bvoltaire.fr/victoire-des-bleus-macron-bidonne...

19/07/2018

Placement en garde à vue : la chute de l’astre Solère

chomage-on-a-asphyxie-leconomie-reagit-thierry-solere-2606-youtube-thumb.jpg

Dans le tempo médiatique, une information chasse l’autre surtout au regard de l’omniprésence de nos champions squattant, à juste titre mondial, les unes, au gré des montées dans l’avion, des descentes du bus et autres informations de premier ordre. Dans ce contexte estival, une dépêche vous a certainement échappé s’agissant du placement en garde à vue de l’ancien espoir de la droite molle, Thierry Solère.

S’autoproclamant père la vertu face aux déboires de François Fillon pendant la campagne présidentielle, notre justiciable est maintenant dans de beaux draps. Jugez-en par vous-même à la lecture des faits qu’ils lui sont reprochés. En plus d’avoir manqué « aux obligations déclaratives auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique », il est soupçonné de fraude fiscale élargie à « trafic d’influence, corruption, abus de biens sociaux et financement illicite de dépenses électorales » comme le souligne Le Figaro. Ça fait tâche dans le CV de celui qui, en l’espace de quelques mois, ne jurait que par Bruno Le Maire puis par François Fillon puis par Alain Juppé puis par Emmanuel Macron, non ?

Ne hurlons pas avec les loups mais il est jubilatoire pour ne pas dire pathétique de constater que l’ancien porte-parole du candidat des Républicains donnant des leçons d’exemplarité à longueur d’antennes puis désertant en rase campagne présidentielle, se voit à son tour tourmenté par la machine judiciaire. Pour paraphraser le commissaire incarné par Gérard Darmon dans le cultissime film La Cité de la Peur« laissons la police faire son travail » sans présager de l’issue de cette enquête, mais il sera intéressant d’entendre les arguties de l’ex Républicains puis ex Constructifs puis député de La République en Marche qualifié par le magazine Capital, « de l’un des moins actif de l’hémicycle ».

Roi nu dépouillé de son immunité parlementaire, Thierry Solère, cet astre du retournement de tablier, pourra continuer ses agapes judiciaires puisqu’il lui est également reproché d’avoir obtenu des informations de l’enquête le concernant via l’ancien Garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, lequel est mis en examen par la Cour de Justice de la République.

http://www.bvoltaire.fr/placement-en-garde-a-vue-la-chute...

18/07/2018

Vainqueur celui qui cessera de se justifier !

justifier-vainqueur-cattin-trump-588x330.jpg

Par Jean-David Cattin, directeur national des Identitaires ♦ 

L’homme de droite a la fâcheuse tendance à se justifier, s’excuser, donner des gages. Éric Zemmour, dans le dernier Zemmour & Naulleau, faisait remonter ce besoin irrépressible à la peur de la guillotine. Deux siècles plus tard, la crainte de la mort sociale a succédé à celle de la mort biologique. Qui agit sans se plier à l’idéologie de gauche s’expose à cette mort sociale.

Perte d’emploi, mise à l’écart associative, paria des médias… l’homme de droite est devenu un homme des catacombes. Qu’il surgisse au grand jour, avec ses arguments, ses raisonnements, ses faits et leurs commentaires, et le voilà bientôt enjoint par la gauche de s’expliquer, de se justifier et, terme du processus, de s’excuser. La morale de la gauche est sa meilleure arme politique. Qui ne le voit combat aveugle. Qui s’y plie a perdu. Qui croit habile de tenter de la retourner, en une sorte de judo, s’y perd.

À force de reculades, l’homme de droite en vient à défendre des positions de l’adversaire. La candidature à la présidentielle d’Alain Juppé a été l’occasion pour plusieurs journalistes de rappeler quel était le programme du RPR en 1990 alors qu’il en était le Secrétaire général. Lors de l’émission Des paroles et des actes sur France 2, à l’évocation des mesures droitières qui y figuraient, notamment sur l’islam et l’immigration, le maire de Bordeaux a eu l’air sincèrement surpris et a reconnu sans sourciller qu’il s’était trompé.

Cette lente évolution idéologique illustre la capacité de la gauche à tirer l’échiquier politique dans sa direction, à répandre sa pensée partout et à en chasser toute réfutation. Non en sortant victorieuse de l’affrontement des idées mais, au contraire, en évitant cet affrontement, en contraignant l’adversaire à ne pas combattre. D’aucuns ont baptisé cela le « mouvement sinistrogyre ». D’autres ont parlé de terrorisme intellectuel. Quoiqu’il en soit, le résultat est là : une certaine droite a peur. La gauche ne peut lui interdire de se présenter à des élections ni de les gagner. En revanche, elle lui a imposé une barrière à ne pas franchir : appliquer des idées de droite et notamment dans le domaine de l’identité.

Comme Nicolas Sarkozy hier, Laurent Wauquiez aujourd’hui semble avoir compris que cette soumission était gage de défaite. Mais plus que les conseils d’un Patrick Buisson ou la pression d’une « droite hors des murs », c’est le poids électoral du FN qui a conduit ces hommes à ce constat. Pour autant, ni Sarkozy ni Wauquiez n’ont la stature pour incarner ce grand retournement de la droite française. Il leur manque l’épaisseur, le caractère, le goût du mythe et de l’histoire. En cela, ils ressemblent à la quasi-totalité des chefs politiques d’Europe de l’Ouest et, plus largement, occidentaux.

On aurait pu croire jusqu’en 2016 que telle était la fatalité de nos vieilles nations épuisées et sorties de l’histoire. Or, l’irruption de Donald Trump a prouvé le contraire. Trump est une révolution. Il ne s’excuse jamais. Au contraire, il accuse son adversaire. Il lui fait revêtir le costume du « bad guy ». D’instinct il a compris le jeu de la gauche morale qui est au moins aussi active aux États-Unis qu’en Europe. Il l’a compris et il le balaye d’un seul revers de la main.

Ne pas s’excuser, ne pas se justifier, au-delà des idées politiques défendues : telle doit être la ligne de conduite d’un homme politique qui veut emporter le suffrage populaire. Lorsque l’on a la conviction que son combat est légitime, il n’est nul besoin de le justifier. À force de justifications, d’excuses et de gages donnés, c’est la force de conviction de celui qui s’y soumet qui est mise en doute. La gauche comme la classe médiatique n’ont en aucun cas une quelconque autorité morale qui leur permet de distribuer les bons points. Celui qui s’en rendra enfin compte, à n’en pas douter, remportera la mise. En France comme aux États-Unis. Vainqueur celui qui cessera de se justifier !

Jean-David Cattin 17/07/2018

Source : Les-Identitaires.com

Crédit photo : Gage Skidmore [CC BY-SA 2.0], via FlickR

https://www.polemia.com/vainqueur-celui-qui-cessera-de-se...

15/07/2018

Un programme de réformes préparé avant l’arrivée au pouvoir

Sablier-Ligne-droite.jpg

Ligne Droite cliquez ici

Compte tenu de l’état dramatique de notre pays, il n’est pas possible de concevoir l’action gouvernementale et encore moins celle du président de la République comme l’exercice administratif d’une fonction prestigieuse. Ceux qui ont agi ainsi dans le passé n’ont à leur actif qu’un piètre bilan marqué par le renforcement du politiquement correct et l’aggravation du déclin de la France. Aussi, Ligne droite préconise-t-elle pour la droite nouvelle une approche combattante de l’exercice du pouvoir qui exige que le plan de bataille complet du quinquennat soit mis au point avant la prise de fonction.

Une gestion administrative au fil de l’eau

Beaucoup de dirigeants de notre pays sont en effet arrivés au pouvoir sans être porteurs d’un projet élaboré. Après avoir mené campagne en proposant ce qui leur rapportait le maximum de suffrages, ils ont commencé leur quinquennat sans vraiment savoir ce qu’ils allaient en faire. Aussi, mettant de côté leurs promesses électorales, ils se sont contentés d’exercer leurs fonctions en laissant venir à eux les dossiers. Autant de problèmes qu’ils ont traités avec le seul objectif de se faire réélire et le souci permanent de leur popularité. Affichant des opinions très conformes, leur action a donc été principalement guidée par l’adhésion au politiquement correct et le refus des oppositions trop virulentes comme les manifestations de rue.

La technique de la note de cabinet

D’une façon plus imagée, le fonctionnement du pouvoir était dans ce contexte largement déterminé par l’usage systématique de la note de cabinet. Lorsqu’un problème se pose, le conseiller en charge du domaine concerné rédige une note. Celle-ci expose les faits, précise les enjeux et se termine par des propositions comportant en général trois options possibles proposées à la décision du ministre ou du président. La première préconise des mesures dilatoire pour éviter d’affronter la difficulté. La seconde au contraire évoque la possibilité d’actions énergiques qui pourraient résoudre le problème mais susciteraient de vives réactions ou contreviendraient aux normes de la pensée unique. Vient alors la troisième option, celle que l’on présente comme la bonne et qui s’inscrit dans une démarche politiquement correcte de petits pas.

Une méthode gouvernementale combattante et offensive

Ce mode de gouvernement de type « gestion administrative » consiste donc à ne pas prendre d’initiative et à attendre que le problème survienne pour le traiter par des actions mesurées et limitées. Il est donc totalement inadapté à la situation actuelle de la France, laquelle se trouve confrontée à des menaces de grande ampleur qui compromettent son avenir en tant que nation. Aussi Ligne droite recommande-t-elle que la droite nouvelle adopte une approche beaucoup plus offensive de l’exercice des responsabilités souveraines.

Pour cela il est primordial qu’elle se libère de l’emprise de l’administration. Arriver au pouvoir et demander aux grandes directions de ministère de préparer les textes des réformes que l’on a promises aux électeurs sans avoir une idée précise de ce que l’on souhaite, c’est se condamner à ne pas sortir du politiquement correct, à ne prendre que des mesures homéopathiques et à perdre l’initiative du calendrier.

Savoir où l’on va, ce que l’on veut et comment l’on s’y prendra

Pour éviter ces écueils et ne pas se laisser détourner de son but par l’actualité et les sollicitations qui envahissent le quotidien, il est essentiel de savoir à l’avance ce que l’on veut, où l’on va et comment on va s’y prendre. Car lorsqu’on se retrouve dans le feu de l’action, il est trop tard pour mener des réflexions de fond. C’est pourquoi il est nécessaire de préparer l’arrivée au pouvoir en mettant au point un véritable plan de bataille, à la manière de ceux que l’on réalise pour les opérations militaires.

Aller au pouvoir avec un plan de bataille élaboré

Pour assurer le redressement du pays avec énergie et efficacité, les responsables de la droite nouvelle devront donc préparer à l’avance toutes les réformes à mettre en œuvre. Ils devront en définir avec précision les contours et imaginer le calendrier de lancement de chacune d’elles. Il leur faudra également mettre au point les mises en scène politiques par lesquelles elles seront présentées aux Français ainsi que la stratégie de communication qui permettra de les faire adopter. Enfin, ils devront avoir envisagé toutes les difficultés qui pourraient survenir et mis au point les ripostes à adopter.

Bref, tout le travail de conception est à réaliser avant le succès électoral. Quant à l’exécution par le président et ses ministres, elle doit s’inspirer de l’attitude de ces généraux qui gagnent les batailles parce qu’ils savent exécuter avec souplesse le plan qu’ils ont méthodiquement élaboré au préalable.

14/07/2018

Fausse querelle : Wauquiez / Calmels

Les partis ne sont que des instruments de pouvoir, de conquête ou de conservation. Macron a dû constituer le sien, fait de bric et de broc… La gauche n’arrive pas à se reconstituer. Les Républicains peuvent-ils y arriver avant les prochaines échéances ? Mais que veulent-ils ? Du rififi, pourquoi ? 

Tempête à la tête de Les Républicains. Laurent Wauquiez, le président, vient de destituer la vice-présidente, Virginie Calmels, qui contestait sa ligne. Ce genre de prise de bec ne doit pas surprendre en un parti dépourvu d’unité et tiré à hue et à dia par ses ténors du moment.

3315668519.jpg[Photo : Virginie Calmels, une vice-présidente qui se voyait en présidente]

Sarko-fillonistes et juppéistes

Les Républicains n’ont toujours pas comblé le fossé qui sépare, chez eux, les juppéistes et centristes de l’amalgame des sarkozystes et autres fillonistes. Les dévots de l’ancien président de la République et ceux du candidat torpillé de la présidentielle de 2017 se sont unis pour imposer Laurent Wauquiez, le quadra qui les représente. Mais les autres n’ont pas désarmé.

En vérité, cette querelle au sein du parti n’est pas nouvelle. Dès juin 2017, trois jours seulement après le second tour des dernières législatives, douze députés LR, conduits par Thierry Solère et Frank Riester, constituaient, avec leurs seize collègues de l’UDI, le groupe des Républicains constructifs, devenu ensuite le groupe UDI Agir et Indépendants, actuellement présidé par Jean-Christophe Lagarde (UDI) et Frank Riester (passé des LR à Agir), et qui envisage de se constituer en parti politique à part entière. Et Valérie Pécresse, la présidente de la plus importante région de France, l’Île-de-France, mène une opposition acerbe contre l’actuel président des Républicains, en fondant son propre mouvement « Libres ! ».

La prétendue droite dure de Laurent Wauquiez

Quelle est la raison de cette querelle ? Ce serait, de prime abord, l’opposition entre une droite dite « dure » ou authentique, incarnée par Laurent Wauquiez, Éric Ciotti et autres, et une droite dite « modérée », selon ceux qui se veulent sages, « molle » suivant le point de vue de ceux qui comprennent que le fond de l’électorat de droite est exaspéré.

Les commentateurs de la vie politique s’accordent à penser que Laurent Wauquiez a opéré le choix d’une droite dite « décomplexée », selon un qualificatif à la mode, et intransigeante. Il entendrait ressourcer la droite à ses valeurs fondatrices. Il se présente comme socialement et moralement conservateur et plutôt traditionnaliste. Il se veut patriote, « national ». Il réclame un État fort dans le cadre démocratique, naturellement, capable d’assurer l’ordre et de sauvegarder la sécurité et la tranquillité de nos compatriotes. En économie, il est libéral et conservateur. Depuis le début du quinquennat de Macron, il a critiqué la politique économique et sociale du gouvernement, qu’il estime ne pas être assez drastique. Il s’est prononcé en faveur du plafonnement de l’ensemble des minima sociaux à hauteur de 75% du SMIC, pour l’instauration d’un jour de carence dans les congés maladie et l’obligation, pour les allocataires du RSA, d’effectuer cinq heures hebdomadaires de travail.

Européen, il voit dans l’euro la condition de la stabilité économique de la Communauté, mais reproche tout de même aux politiques monétaires rigoureuses de Bruxelles de compromettre gravement les possibilités d’investissement des entreprises. Enfin, il se prononce en faveur d’une politique migratoire autoritaire, et des mesures exceptionnelles pour lutter contre le terrorisme.

Le libéralisme européen de Virginie Calmels

La faction opposée – au sein même de LR –, représentée naguère par Juppé, Copé, Nathalie Kosciusko-Morizet, Xavier Bertrand et consorts, aujourd’hui par Virginie Calmels, campe sur une tout autre ligne : libéralisme économique soutenu étrangement par le jacobinisme administratif d’État, européisme délibéré misant tout sur la construction européenne,

État minimal sur les prérogatives régaliennes, renoncement de fait aux fondements théoriques et aux « valeurs » morales de la droite, recherche effrénée d’un consensus éthique et politique entre droite modérée, centristes et ce qui reste de la gauche sociale-libérale ou sociale-démocrate, souplesse dans la limitation de l’immigration et la lutte contre le terrorisme. Elle pourrait reprendre à son compte le propos du non-regretté Michel Guy en son temps, lequel se disait « de droite pour l’économie, de gauche pour tout le reste ».

Actu-4.jpg

[Photo : La France prisonnière des institutions européennes dans lesquelles elle s’est fourvoyée.]

Une stratégie purement politicienne

Les divers camps ainsi présentés, il est certain que les intérêts français sembleraient mieux représentés et mieux défendus par Laurent Wauquiez président de LR et président de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Sauf que les choses ne sont pas si simples, et qu’il convient d’y regarder à deux fois, voire plus. En réalité, les gesticulations, les propos véhéments, les déclarations provocantes – et même dites en catimini ou prétendument – et les professions de foi solennelles de Laurent Wauquiez ne sont que les éléments d’une stratégie politicienne visant à reconstituer autour de sa propre personne –pour laquelle il rêve d’un destin élyséen – un grand parti tory à la française capable de faire rentrer dans le rang les libéraux purs et les centristes, de mobiliser l’électorat autour d’un programme audacieux – du moins en apparence – et du sentiment d’attachement – apparent lui aussi – « aux valeurs » patriotiques, nationales et morales fondatrices de la droite, afin de reconquérir le terrain perdu au profit de Macron et de LREM lors des élections présidentielle et législatives de 2017, et de remporter celles de 2022, en récupérant une partie de l’électorat FN, maintenant RN.

Il faut bien comprendre une spécificité française à quoi se réduit de plus en plus la Ve République : tout n’est plus que stratégie électorale autour de l’élection majeure qu’est la présidentielle. Il ne s’agit que de se constituer une base électorale en additionnant les divers courants, ce qu’a fait Macron… et ce que les futurs candidats veulent tous faire. D’où les effritements rapides et les déceptions !

Dans notre république, plus que dans toutes les autres démocraties libérales, il en va de plus en plus ainsi : les idées ne sont que des slogans, des cris ou des formules de ralliement, des mots d’ordre, des arguments publicitaires, des éléments de propagande, au service de la conquête du pouvoir. Une fois cette conquête réalisée, elles perdent toute importance. Pire : naguère utiles, elles deviennent encombrantes et nocives à l’action et à la liberté de mouvement du ou des nouveaux maîtres du pouvoir. C’est ce qui s’est vu avec les exemples de Chirac, puis de Sarkozy et, sur le versant gauche, avec celui de Hollande.

Wauquiez n’est que candidat

En octobre dernier, Wauquiez a reproché à Macron de n’avoir pas « d’amour charnel pour la France ». Mais lui-même s’en montrera-t-il vraiment pourvu quand il sera le maître, s’il le devient ? Il a également reproché aux divers traités et textes européens d’ignorer délibérément « les racines judéo-chrétiennes de l’Europe » et même aux billets de banque de ne pas comporter d’effigies de quelques Européens illustres, de peur d’éveiller les sentiments patriotiques des peuples fédérés par la Communauté. Et même, une fois en fonction, pourrait-il quoi que ce soit, prisonnier qu’il serait, comme tous les autres, d’institutions dans lesquelles la France s’est fourvoyée. Au fond, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie sont plus libres que la France et ne parlons pas de Donald Trump ! Et de Poutine ! Et de la Chine !

Wauquiez a commis un tract, jugé « inutilement anxiogène » par les centristes LR et UDI, intitulé « Pour que la France reste la France », qui se présente comme un manifeste de défense de l’identité française contre une Europe phagocyteuse et face à une dérive socio-culturelle liée à la prévalence des idées subversives, d’une part, et à la pression d’une immigration sans contrôle, d’autre part. Eh bien, ses adversaires peuvent se rassurer : devenu Président de la République, Wauquiez a toute chance de guérir bien vite de son prurit identitaire ! Et il s’accordera sur « l’essentiel » avec la classe dirigeante française qui sera bientôt la seule en Europe à maintenir cette ligne européiste. Du reste, et honnêtement, peut-on être à la fois un Européen partisan convaincu de l’euro et un patriote soucieux du développement des entreprises françaises ? Non, le temps ne montre que trop que cette gageure relève de la quadrature du cercle.

Ces remarques valent pour les autres notables des Républicains. Ainsi, Valérie Pécresse, catholique et pratiquante, naguère très engagée dans la défense des Chrétiens d’Orient et la lutte contre le prosélytisme islamique en France, soutien de Sarkozy, dont elle fut un ministre important, s’est ralliée en 2016 à Alain Juppé au moment des primaires de la droite. Du reste, elle appartient, depuis seize ans – un bail ! – à la très libérale French-American Foundation, organisation constituée pour renforcer les liens entre la France et les États-Unis. Vigoureusement opposée, en 2013, à la loi Taubira instituant le mariage pour tous, allant jusqu’à proposer non seulement d’abroger cette mesure mais de dissoudre les mariages homosexuels conclus durant sa période d’application, elle a changé d’avis, et s’est ralliée à cette innovation qu’elle contestait ouvertement, « tout simplement parce que j’ai réfléchi » – à son plan de carrière sans doute –, affirme-t-elle à qui veut l’entendre, et parce qu’elle estime un retour en arrière, en la matière, « impensable humainement » ! Laurent Wauquiez lui-même, affiche sa bonne entente avec Sens commun, mouvement hostile au mariage homosexuel et proche des Républicains. Arrivé au pouvoir, il pourra le renvoyer à la niche.

Ne nous laissons donc pas abuser par les rodomontades et les surenchères démagogiques des uns comme des autres ; elles relèvent de la stratégie électorale, voire de la simple tactique. L’alternance au pouvoir dans le cadre des institutions actuelles, en France plus particulièrement, n’amène que des personnes qui, malgré leurs dires, ne peuvent avoir aucune conviction forte, aucun principe intangible, aucune idée précise, aucun programme défini. Un Patrick Buisson, un Philippe de Villiers, un Éric Zemmour, une Marion Maréchal l’ont parfaitement montré. Tous ces gens, mutuellement opposés à certains moments, se réconcilient ensuite sans peine, car, précisément, rien de sérieux ne les sépare et ils ont trop besoin les uns des autres, ne serait-ce que pour faire semblant de s’opposer.  

Valérie Pécresse, girouette assumée, « parce qu’elle a réfléchi ». 

 Yves Morel

Docteur ès-lettres, écrivain, spécialiste de l'histoire de l'enseignement en France, collaborateur de la Nouvelle Revue universelle 

13/07/2018

L’union des droites passera par la jeunesse

6a00d83451619c69e2022ad35a9ded200c-200wi.jpgC'est ce qui se dessine constate Le Monde :

"C’est l’idée défendue par Erik Tegnér, candidat à la présidence des Jeunes Républicains, dont l’élection se tiendra les 14 et 15 octobre. Le Breton de 24 ans, qui vient de lancer sa campagne, plaide pour une coalition entre son parti avec le Rassemblement national (RN, ex-Front national), Debout la France et le Parti chrétien-démocrate. Une stratégie toujours rejetée par le président du parti Les Républicains (LR), Laurent Wauquiez, qui rêve de siphonner l’électorat d’extrême droite mais répète à longueur d’interviews qu’il n’y aura « jamais d’alliance » avec le parti de Marine Le Pen.

L’étudiant en école de management souhaite mettre fin à « l’hypocrisie qui règne » chez LR. « C’est une arnaque de s’opposer au rassemblement quand on voit que sur la loi asile et immigration, les députés LR et RN votent quasiment la même chose, s’agace Erik Tegnér. Pourquoi refuser le dialogue quand des figures du parti comme Guillaume Peltier ou Julien Aubert portent des idées proches des personnalités d’extrême droite ?» Erik Tegnér, qui ne se départ jamais de sa veste bleu marine sur une chemise blanche, tient Sebastian Kurz pour modèle. Comme le chancelier autrichien allié avec l’extrême droite, il se dit libéral-conservateur et tient un discours très dur sur l’immigration. « Je parle à la jeunesse conservatrice de La Manif pour tous et à la jeunesse identitaire qui se sent dépossédée culturellement », répète à l’envi le candidat. Inconnu du grand public, Erik Tegnér est pourtant régulièrement invité par les médias préférés des partisans de la droite dure, conservatrice ou russophile, tels que le site Boulevard Voltaire ou la chaîne TV Libertés.

Le Breton qui a peu de réseaux pour l’instant s’enorgueillit de déjeuner avec le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, ou avec le porte-parole du RN, Sébastien Chenu, et de prendre le café avec Emmanuelle et Robert Ménard, respectivement députée et maire de Béziers. Ambitieux, il affirme chercher à rencontrer le premier ministre hongrois, Viktor Orban, devenu la figure de proue de la droite populiste en Europe. Lancé dans sa pré-campagne, Erik Tegnér n’hésite pas à franchir la digue qui sépare encore la droite du RN. Et à le revendiquer. Le 31 mai, il s’affichait à la soirée organisée par le magazine réactionnaire L’incorrect avec Marion Maréchal en invitée vedette. A la rentrée, l’étudiant compte même suivre une formation à l’Issep, l’institut lyonnais de sciences sociales dirigé par l’ancienne députée frontiste. Erik Tegnér parle aussi très ouvertement de ses accointances avec les membres de Génération nation, le nouveau nom du mouvement des jeunes au sein du RN. « On débat ensemble, on va dans les mêmes bars, raconte-t-il. Eux sont dans une logique d’ouverture alors que Les Républicains sont dans une logique d’exclusion. »

Ancien président des jeunes frontistes, Gaëtan Dussausaye loue la capacité d’une frange des jeunes LR, encore minoritaire, à « dépasser les frontières » sans se dissimuler. « Avant, quand on se voyait avec Erik, on se cachait dans une arrière-salle d’un café, se souvient Gaëtan Dussasaye. Maintenant, il vient directement à la permanence des jeunes du RN. » [...]

Erik Tegnér sait qu’il bénéficie de la jurisprudence Mariani. Comme l’ancien ministre des transports, il peut exprimer ses velléités de rassemblement avec l’extrême droite. Tant que l’alliance n’est pas effective, aucune sanction ne sera prise à son encontre. Il laisse même entendre que Laurent Wauquiez a besoin de lui pour parler aux militants séduits par une alliance avec le RN. [...]

Pour la présidence des Jeunes Républicains, Erik Tegnér affrontera Aurane Reihanian, à la tête des Jeunes avec Wauquiez et grand favori. [...] Aurane Reihanian, à l’instar de son mentor Laurent Wauquiez, s’oppose publiquement à tout accord avec le RN. [...]"

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

11/07/2018

L'AfD donnée deuxième parti d'Allemagne.

AfD.jpg

CSU.jpg

Allemagne. Un sondage INSA donne le parti patriotique AfD deuxième parti d'Allemagne à 17,5 % devant les sociaux-démocrates du SPD donnés à 17 % :

http://www.wahlrecht.de/umfragen/insa.htm

AfD 1.jpg

CDU : démocrates-chrétiens

CSU : sociaux-chrétiens [bavarois]

SPD : sociaux-démocrates

AfD : patriotes

FDP : libéraux

die Linke : post-communistes

Grüne : écologistes

Sonstige : autres 

10/07/2018

Jean-Paul Garraud favorable à l'union des droites

6a00d83451619c69e2022ad37fcf21200d-250wi.jpgJean-Paul Garraud, ancien député UMP de la 10e circonscription de la Gironde, arrachée à Gilbert Mitterrand, a été longuement interrogé dans l'Incorrect. Extrait :

"[...] La plupart des centristes sont partis, les autres le feront, et cette clarification pourrait avoir des effets tout à fait bénéfiques dans la mesure où LR n’a plus ou quasiment plus d’obstacles internes à l’ouverture de discussions avec l’ensemble des forces politiques de la droite française. Or à cela, Laurent Wauquiez oppose un refus constant.

Il ne veut pas parler avec Nicolas Dupont-Aignan, qui vient pourtant de notre famille politique et avec lequel j’ai siégé au sein du groupe UMP durant mon premier mandat – et lui aussi ! Il ne veut pas parler non plus avec le Front national, parce que, comme vous le savez, c’est un interdit de la vie politique française, sauf à franchir la « ligne rouge » fixée par François Mitterrand. Plus de vingt ans après sa mort, François Mitterrand, qui avait toujours été notre adversaire, dicte encore notre ligne de conduite !

Dans ces conditions, la voie est très étroite pour LR et pour Laurent Wauquiez; c’est même de l’ordre de mission impossible...

Vous en avez parlé avec lui ?

Jamais! Quelques semaines après son élection à la présidence de LR, il avait décidé de constituer un « shadow cabinet » sur le modèle britannique, un contre-gouvernement de l’opposition. Je devais y occuper le « portefeuille » de la justice. Cela fait maintenant six mois et je n’ai plus eu aucune nouvelle. Je ne sais même pas si l’idée est toujours à l’ordre du jour.

Vous êtes donc favorable à l’union des droites ?

Mais il y a longtemps que je le suis et je l’ai payé cher : cela m’a coûté en grande partie mon siège de député. Lors des législatives de 2012, j’avais été l’un des premiers à dire, dans ma famille politique, qu’il fallait parler à tous nos compatriotes, d’où qu’ils viennent et quelle que soit leur proximité politique. J’avais expliqué qu’il fallait parler aux électeurs du Front national, qu’il fallait arrêter de les stigmatiser, d’autant que nous en connaissions tous et que ce n’étaient pas de mauvais Français. [...] 

Cela m’a valu aussitôt un communiqué de presse d’Alain Juppé dans lequel il disait « désapprouver fermement ces propos en totale contradiction avec la position du bureau national de l’UMP », Sud-Ouest a titré « Alain Juppé lâche Jean-Paul Garraud » et j’ai vu fleurir des panonceaux reprenant ce titre à tous les coins de rue dans ma circonscription de Libourne. Beaucoup d’électeurs en ont été naturellement troublés et le résultat escompté est advenu...

Comment voyez-vous cette union de la droite ?

Le rassemblement que je souhaite – et que j’estime même nécessaire – comprend l’union de la droite mais il va au-delà. Je crois au rassemblement de tous ceux qui croient à la France et veulent préserver son identité. Ce qui inclut un certain nombre de gens de gauche qui sont des patriotes sincères. Quand j’étais rapporteur de la loi sur l’interdiction de la dissimulation du visage dans l’espace public, dite « loi sur l’interdiction du voile intégral », adoptée en 2010, j’ai travaillé avec des communistes, comme le député du Rhône André Gérin, et nous étions totalement en phase. Ce rassemblement doit se faire sur l’idée de nation, avec la volonté de pérenniser sa culture et ses traditions, et de valoriser son histoire. La France, nation à vocation universelle, a la mission d’exporter ses valeurs et le devoir de ne pas les laisser tuer de l’intérieur. C’est sur cette ligne-là, qui est partagée par une majorité de nos concitoyens, que nous devons – que nous avons « l’impérieux devoir » – de rassembler. [...]"

07/07/2018

Sondage : l’immigration fait-elle plonger Emmanuel Macron et Édouard Philippe ?

830x532_premier-ministre-edouard-philippe-president-republique-emmanuel-macron-23-mai-2017-ambassade-royaume-uni-paris-830x475.jpeg

Les sondages de popularité du couple exécutif se suivent et se ressemblent : Emmanuel Macron et Édouard Philippe sont à la baisse. Néanmoins, les titres accrocheurs de certains de nos confrères de la presse bien-pensante (« L’action de Macron plus désavouée que jamais en juillet, la popularité de Philippe plonge aussi » pour Le HuffPost) ne sont qu’accrocheurs et masquent certaines réalités.

En effet, autant avions-nous eu raison, dans ces colonnes, d’indiquer à de multiples reprises les crashes de popularité de François Hollande face au déni de la presse officielle – un François Hollande pour lequel tous les voyants indiquaient, trois ans avant, qu’il finirait à 8 % et ne pourrait se représenter, autant devons-nous aujourd’hui fortement relativiser la baisse actuelle du couple exécutif, en regardant tout aussi scrupuleusement les chiffres.

Et donc, selon le baromètre YouGov pour Le HuffPost et CNews, le président de la République perd… un point ! On a connu chute plus violente. Emmanuel Macron recueille toujours 32 % d’opinions favorables. Certes, le niveau des mécontents a atteint un record de 59 %. Mais il n’en reste pas moins que le Président dispose toujours d’un socle solide de plus de 30 %, bien supérieur à son score du premier tour de 2017 (24 %). Quant à Édouard Philippe, il perd lui aussi deux points, à 30 % également.

Les commentateurs expliquent ces tassements par les différents ratés de communication sur l’Aquarius, sur les pensions de réversion et les affaires de la piscine de Brégançon et de la fête de la Musique à l’Élysée ; par le passage aux 80 km/h pour le Premier ministre.

É ce stade, il y a agacement, mais pas impopularité, d’autant plus qu’aucune alternative n’émerge de l’opposition.

Si l’on regarde le détail de la popularité d’Emmanuel Macron, derrière le -1 % se cachent des mouvements plus vastes qui se neutralisent : il perd 15 points chez les sympathisants socialistes, qui le trouvent trop libéral en économie et trop ferme sur la question migratoire, et en gagne 10 chez les sympathisants LR pour les mêmes raisons. Il y a donc un phénomène de vases communicants : Emmanuel Macron se droitise et renouvelle son socle. Ce phénomène dextrogyre – pour reprendre la terminologie de Guillaume Bernard – sera passionnant à suivre. Mais, jusque-là, il est clair que ces mouvements sont parfaitement contrôlés par le locataire de l’Élysée, qui sait très bien où se situe le centre de gravité de l’opinion et qui cherche à occuper ce « centre ».

D’ailleurs, le même sondage indique que le premier sujet de préoccupation des Français est devenu, en juin, l’immigration, devant le chômage et la protection sociale. L’affaire de l’Aquarius, les changements politiques en Italie et en Europe, avec la contestation d’Angela Merkel par la CSU sur cette question, ont interpellé les Français.

Sur cette question, le Président Macron tente de faire tourner son « en même temps » à plein régime : il ne veut pas de l’Aquarius mais il crie haro sur l’Italie et, au final, accueille une bonne partie de ses migrants…

Au moment où une ligne de fermeté se dessine en Europe, l’entre-deux macronien sera difficilement tenable devant une opinion qui se radicalisera des deux côtés, entre une gauche à la Cédric Herrou et une droite qui sera bien obligée de s’aligner sur Orbán et Salvini si elle veut enfin répondre aux attentes de son électorat. D’ailleurs, l’évolution dite « populiste » de bien des pays européens lui ouvre enfin une perspective d’avenir et de crédibilité.

Pascal Célérier

http://www.bvoltaire.fr/sondage-limmigration-fait-elle-pl...

06/07/2018

Tandis que les démocrates se divisent, les Républicains se renforcent

6a00d83451619c69e2022ad3587890200c-800wi.pngDe Christian Daisug dans Présent :

"Deux tendances diamétralement opposées animent les partis républicain et démocrate à quatre mois des élections législatives. D’une part, une force centripète tend à solidifier les fidèles républicains autour des valeurs d’un national-populisme de plus en plus protéiforme et omniprésent. D’autre part, une poussée centrifuge contribue à disperser les militants démocrates autour des principes d’un libéralisme de plus en plus désorienté et combattu. Les deux structures qui ont pour vocation d’encadrer et de conduire le peuple vers ses mandataires donnent l’impression de se déliter sous l’action de forces extérieures et pratiquement incontrôlables. Dans les deux cas, le président Donald Trump reste le personnage central. Il a réussi à aspirer presque toute la substance républicaine en imposant à la hiérarchie du parti et à ses troupes au Congrès à la fois ses idées, ses intuitions et son style. Mais il est parvenu également, dans le même laps de temps, à brouiller le jeu oppositionnel en fractionnant les rangs démocrates en deux grands courants antagonistes et pour l’instant irréconciliables. Bref, les républicains tendent vers l’unité, les démocrates vers la désunion. [...]"

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Et si l’on donnait la parole aux Français ? (XXIII)

donner-parole-francais-michel-geoffroy-2018-588x330.jpg

Chronique de Michel Geoffroy, essayiste, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples

Présidence Macron : la défiance en continu

  • 74 % des personnes interrogées estiment que la politique de l’exécutif est injuste, 77 % qu’elle ne rassemble pas les Français, 57 % qu’elle est inefficace économiquement et 58 % qu’elle est conforme aux engagements de campagne d’Emmanuel Macron (sondage Elabe BFMTV des 20 et 21 mars 2018).
  • 40 % des personnes interrogées seulement (- 3 points) font confiance à Emmanuel Macron pour résoudre les problèmes qui se posent en France actuellement (sondage Kantar Sofres One Point /Le Figaro Magazine des 28 au 31 mars 2018).
  • La cote de popularité d’Emmanuel Macron est retombée à son plus bas niveau depuis son arrivée au pouvoir. Seules 40 % des personnes interrogées sont actuellement satisfaites, soit une baisse d’un point par rapport au mois de mai. Sa cote de popularité avait déjà atteint ce minimum en août 2017 (sondage réalisé par l’Ifop pour le Journal du Dimanche du 15 au 23 juin 2018).

Immigration et terrorisme : la coupure entre le pays légal et le pays réel

  • 58 % des personnes interrogées estiment qu’Emmanuel Macron et le gouvernement d’Edouard Philippe ne mettent pas tout en œuvre pour lutter contre le terrorisme ; 80 % sont favorables à l’expulsion des individus fichés S de nationalité étrangère (sondage Elable BFM TV des 27 et 28 mars 2018).

  • 54 % des personnes interrogées réclament le « départ d’un grand nombre d’immigrés » ; 71 %estiment qu’à l’égard des petits délinquants les juges sont « trop indulgents » (sondage Kantar Sofres-Onepoint / L’Obs du 4 avril 2018).

  • 76 % des personnes interrogées souhaitent être consultées par référendum pour donner leur avis sur la politique migratoire de la France (sondage IFOP Valeurs Actuelles des 19 et 20 avril 2018).

  • 56 % des personnes interrogées s’opposent à l’accueil de l’Aquarius dans un port Français ; 61 %désapprouvent les déclarations d’Emmanuel Macron contre l’Italie, dénonçant « le cynisme et l’irresponsabilité » de la décision de son gouvernement de refuser l’accès à ses côtes de l’Aquarius (sondage Opinion Way, Public Sénat, Les Echos et Radio Classique des 13 au 15 juin 2018).

Crédit photo : George Hodan via Public Domain

https://www.polemia.com/et-si-on-donnait-parole-francais-...

05/07/2018

Une année de règne macronien : Stop ou encore ! ? !

5b37863009fac2d1468b4567.jpg

Bernard Plouvier

Élu par une (forte) minorité d’électeurs français, Macron a très vite imposé son style : lui et sa ravissante épouse occupent le devant de la scène médiatique. Tels des stars du show-business ou de la jet-set, ils voyagent beaucoup et causent davantage encore devant une nuée de journalistes, jouant les paparazzi. 

Au bout de treize mois de règne, on sait que Grand Président Macron aime énormément les immigrés (même les si utiles baladins homosexuels), qu’il hait les populistes (porteurs de germes infectieux, croit-il savoir) et qu’il n’aime pas les Bretons (rien que des mafiosi… d’un autre côté, si le distingué Président ne fréquente que des élus socialistes, on peut comprendre sa nausée).

On sait aussi qu’il réduit très courageusement les dépenses de l’État, même s’il a besoin d’une piscine privée – ce qui a forcément un coût, même dans un Fort situé à deux pas de la Méditerranée. Assurément, l’on comprend bien que s’il se baignait dans cette Mer, il risquerait de côtoyer des réfugiés immigrés, moins « propres sur eux » que ceux reçus en grande pompe à l’Élysée. Il faut tout faire pour éviter à Génial Président les contacts avec la réalité & la plèbe, contacts qui ne peuvent être que déplaisants, voire gênants pour son (très discret) égo.

Au moins, notre vedette – grande donneuse de leçons à l’étranger - a-t-elle relancé l’économie : la croissance fait des bonds de cabri, le chômage baisse à vitesse Grand V, la Dette se réduit, l’immigration légale est contenue et l’illégale annulée, nos universités sont redevenues des centres de formation de très haut niveau, où l’on forme la jeunesse plutôt que de la politiser, quand aux transports en commun du secteur public, ils atteignent un degré de performance et de régularité inconnus jusqu’alors.

Évidemment, avec un tel bilan, Grand Président peut se permettre de menus écarts de langage. Seul un pygmée cérébral, seul un infâme populiste pourraient contester Génial Président, phare de l’économie politique, l’homme aux succès prodigieux et aux panthéonisations glorieuses.

En revanche, si l’incontinence verbale n’était pas corrélée à une efficacité toute particulière, elle serait pure jactance, soit une manifestation puérile intolérable de la part d’un chef d’État. Après-tout un gamin grossier aux résultats minables mérite une bonne fessée… en version « démocratique » : une déculottée électorale.    

02/07/2018

Le Samedi Politique : Union des droites, l’espoir de la jeunesse avec Erik Tegnér

Erik Tegnér était le président des Jeunes avec Calmels. Après sa démission, il se lance à l’assaut de la présidence des Jeunes de LR avec un objectif simple : faire de cette élection un referendum sur l’union des droites. Au fil de l’actualité, Erik Tegnér nous livre sa lecture du jeu politique sur la droite de l’échiquier.

 

Un score formidable pour la Ligue en Toscane, par Pierre Malpouge

lega-pise_baseune-600x620.jpg

9143-p1.jpgDimanche, lors du second tour de municipales partielles, les villes de Pise, Massa, Sienne et beaucoup d’autres villes qui étaient des bastions historiques de la Toscane dite « rouge » sous la férule du Parti démocrate (PD), ex-Parti communiste italien, et ceci depuis 70 ans, ont changé de cap et seront désormais administrés par la droite nationale – la Ligue – de Matteo Salvini et de ses alliés.

Un changement radical, un revirement vertigineux. Un raz de marée insufflé par Matteo Salvini, le nouveau ministre de l’Intérieur dont le discours de fermeté face à l’invasion migratoire a conquis un électorat excédé de voir débarquer sur ses côtes toute la misère du monde et exacerbé par l’insécurité – mais aussi par la crainte de voir « leur cadre de vie et leur identité nationale menacés par les étrangers, les migrants et les Roms », comme a expliqué Matteo Salvini, accusant au passage les ONG humanitaires d’être « complices des trafiquants [passeurs] » – qui organisent l’acheminement de ces milliers de migrants. Un électorat d’autant plus excédé qu’il se sent, se sait, abandonné par une Europe (« le souk de Bruxelles », dixit Matteo Salvini) désormais en pleine implosion face à cette crise migratoire et à ce que ses dirigeants actuels appellent la « montée des populismes ».

En moins de quatre mois, Matteo Salvini est parvenu à montrer la voie et à renvoyer dans les cordes, dans l’ensemble du pays, les sociaux-démocrates du PD (même Le Monde ne peut que le reconnaître). Un Parti démocrate qui va de défaites écrasantes en défaites de plus en plus cuisantes. Le Mouvement 5 Etoiles, qui se veut non conformiste et ni à gauche ni à droite, allié de la Ligue pour la conquête du pouvoir à l’échelle nationale, semble souffrir lui aussi des victoires successives de la Ligue, des victoires de plus en plus nettes. En Sicile, le recul du Mouvement 5 Etoiles est spectaculaire. C’est une coalition locale conduite par Fratelli d’Italia (mouvement classé à l’extrême droite de l’extrême droite, par nos commentateurs politiques !) qui a supplanté le M5S à Raguse, chef-lieu de province, que son fondateur, Peppe Grillo, considérait pourtant comme un « modèle » de gestion populiste.

Une voix qui porte jusqu’en Libye

Un succès national et une voix qui porte au-delà des côtes italiennes.

Lundi, c’est un Matteo Salvini omniprésent qui s’est déplacé en Libye où il a rencontré les autorités libyennes et constaté que celles-ci font bien leur travail. Quant à la création de centres de regroupement (hotspots) des candidats à l’émigration en Libye, Matteo Salvini, estimant que la Libye et l’Italie « ont un problème commun, avec l’immigration illégale et les intérêts criminels des trafiquants », a affirmé qu’ils devraient être installés « au sud de la Libye pour éviter que Tripoli ne soit congestionné, comme l’Italie ».

Des propos offensifs contre la submersion migratoire qui se sont transformés en succès diplomatique pour Matteo Salvini auprès des autorités libyennes, ces dernières refusant désormais « catégoriquement » la proposition de la Commission européenne d’installer des « hotspots » dans les « pays de passage ». Une identité de vue entre Rome et Tripoli, notamment sur ce que l’on pourrait appeler les « trafiquants d’ébène » qualifiés de « bandes criminelles dangereuses » par Ahmed Miitig, Vice-Premier ministre libyen.

Pierre Malpouge

Article paru dans Présent daté du 28 juin 2018

https://fr.novopress.info/211398/un-score-formidable-pour...

26/06/2018

Victoire de la Ligue aux élections municipales en Italie

6a00d83451619c69e2022ad3560404200c-800wi.jpgQuelque trois millions d’électeurs étaient appelés aux urnes hier pour le second tour d’élections municipales. La Ligue, avec ses alliés (Forza Italia et Frères d’Italie) a remporté une victoire éclatante, qualifiée d’historique par Matteo Salvini. Elle a en effet gagné d’importants fiefs de gauche comme Sienne, Pise et Massa, et l’a emporté sur le M5S à Terni (avec 63%), tandis que le M5S prenait Avellino et Massa. La « Toscane rouge n’existe plus », commente Il Fatto quotidiano.

Matteo Salvini est aujourd’hui en Libye, avec l’intention d’établir des camps de demandeurs d’asile au sud du pays…

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

07:20 Écrit par pat dans actualité, élections, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

23/06/2018

Quelques remarques à propos de l’entente à droite

6a00d83451619c69e2022ad355763f200c-800wi.jpgAyant été associé de près à l’appel d’Angers, puisqu’avec mon ami Guillaume Bernard, c’est moi qui interrogeais les courageuses personnalités politiques (allant des LR au FN, avec ou sans la « bénédiction » de leurs partis respectifs) qui avaient accepté de montrer publiquement que ce qui les unissaient était plus fort que ce qui les séparaient, je suis régulièrement interrogé sur « qui est derrière ».

La réponse est très simple : personne.

L’appel d’Angers n’a aucunement vocation à se substituer aux partis ou aux plateformes transpartisanes. Les LR qui l’ont signé n’ont pas quitté LR ; les FN qui l’ont signé n’ont pas quitté le FN ; et bien des personnalités signataires sont en même temps engagées dans les Amoureux de la France ou dans le collectif Pour la France.

Il n’appartient à personne, pas même à ses premiers signataires. Et toute personne qui veut faire avancer l’unité à droite peut s’en réclamer.

Notre idée, c’était de ne pas laisser les structures partisanes s’occuper seules de l’entente à droite. Car l’entente à droite, c’est tout autant l’affaire des électeurs que celle des élus, et tout autant celle des élus « de base » que celle des « grands chefs » des appareils parisiens !

Nous voyons bien que l’unité idéologique est très largement faite. Bien sûr, on peut être plus ou moins sensible à telle ou telle thématique, mais la droite, en France, cela signifie l’attachement à l’identité française, qui plonge ses racines dans la culture gréco-latine, la sagesse biblique et notamment chrétienne, et dans nos vieilles libertés celtes et franques. Cela signifie aussi l’attachement à la souveraineté et à l’indépendance de la France. Cela implique encore la défense des libertés en général, et des libertés économiques en particulier. Un homme de droite se reconnaît, par ailleurs, attaché à la dignité inaliénable de la personne humaine, comme à la famille traditionnelle, protectrice des enfants qui sont l’avenir du pays.

En gros et en bref, la droite, ce sont une demi-douzaine de grands principes qui sont plébiscités par les électeurs de toutes les formations de droite – et qui sont majoritaires dans le pays.

Et il n’y a aucune raison d’écarter quiconque partage ces valeurs, au motif qu’il serait plus ou moins « sulfureux » ou « nauséabond » selon les médias de gauche. Quand j’entends dire, par exemple (et je l’ai vraiment entendu !), qu’il ne faudrait pas discuter avec Pascal Gannat, tête de file du FN aux dernières régionales en Pays de la Loire, au motif que l’un de ses fils tiendrait un bar identitaire, je me demande à quel niveau d’asservissement à la bien-pensance de gauche la droite est tombée. Nos adversaires n’ont pas à nous dire qui nous pouvons fréquenter et quel vocabulaire nous devons utiliser.D’autant moins que la gauche n’a jamais renié ses sympathies jacobines et communistes aux dizaines de millions de victimes ! Alors, ses leçons de morale, comme disait Audiard dans les « Tontons flingueurs », elle peut se les garder en suppositoires…

Tout ce qui peut faire avancer les idées de droite en général, et l’entente entre les différentes formations de droite en particulier, est bon à prendre. Je ne vois donc aucune raison de choisir entre les différentes initiatives allant dans le bon sens. J’applaudis à toutes… Toutes ont d’ailleurs des logiques différentes et complémentaires. Les Amoureux de la France permettent à certains chefs de partis de la « droite hors les murs » de discuter enfin entre eux. Le collectif Pour la France réunit des élus locaux de toutes les tendances de la droite, loin des appareils parisiens. L’appel d’Angers part de la base et des électeurs.

On voit mal en quoi l’une de ces excellentes initiatives s’opposerait à l’autre. Ajoutons que, même si les médias n’en parlent pas autant que de ces trois initiatives, bien d’autres mouvements cherchent à bâtir une opposition crédible à Macron portant sur des valeurs de droite, de Mouvance France à France Audace, en passant par l’ISSEP, la nouvelle école de sciences politiques (dont les journaux parlent beaucoup, mais sans avoir la moindre idée de ce que peut être le combat métapolitique !), et bien d’autres encore.

Mais, comme je ne crois plus vraiment aux versions « bisounours » de l’analyse politique, je suis bien obligé d’envisager que ceux qui croient utile de « dézinguer » (comme cela se multiplie en ce moment sur les réseaux sociaux) qui les Amoureux de la France, qui le collectif Pour la France, qui l’appel d’Angers, ont un agenda politique qui n’a rien à voir avec l’entente à droite, et tout avec des aventures personnelles – aventures éventuellement légitimes et honorables, mais bien dérisoires devant l’enjeu de la survie de notre beau pays !

J’ajoute que les aventures personnelles ou partisanes oublient un point essentiel : la politique n’est pas simplement, ni même principalement, une affaire de vase communiquant. Il ne s’agit pas tant de « piquer » 2% des voix à un tel ou 3% à une telle ; il s’agit d’enclencher une dynamique de conquête du pouvoir. Et le principal vivier électoral à aller chercher n’est pas tant les électeurs du voisin que les abstentionnistes, dégoûtés par toutes les trahisons et toutes les lâchetés des hommes politiques, notamment, hélas, de droite.

Alors, de grâce, halte au feu et travaillons ensemble à reprendre le pouvoir pour redonner à la France sa grandeur !

Guillaume de Thieulloy

PS: J’en profite pour rappeler aux lecteurs qu’ils peuvent signer l’appel d’Angers ici.

Le Salon Beige

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html