Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2018

Bavière : la leçon des élections régionales

6a00d8341c715453ef022ad37367c6200c-320wi.jpgLes élections du 13 octobre à la Diète régionale de Bavière ont donné lieu de ce côté-ci du Rhin aux commentaires les plus fantaisistes et les plus fielleux.

La CSU, parti chrétien social bavarois, étant l'allié de droite du parti de Frau Merkel au plan national, et désormais la troisième composante de la Grosse Koalition au gouvernement, GroKo, formée avec les socialistes, il est extrêmement tentant pour des commentateurs français[1] de pontifier sur un prétendu effondrement de la droite.

En même temps ils alimentent à peu de frais la chronique de la fin du long règne de Merkel. Ils anticipent ainsi un peu vite. On ne pourra commencer à confirmer l’affaiblissement de la chancelière véritablement, après son recul de 8 points à 32,7 % en 2017, qu'au soir du 28 octobre, au vu des résultats du Land de Hesse, dans la mesure où ce sera la CDU et non la CSU qui sera comptabilisée.

On peut le souhaiter éventuellement mais on ne saurait, comme le fait si élégamment Donald Trump aux Etats-Unis, vendre la peau de cet ours avant de l’avoir tué.

La CSU a lourdement reculé, certes. Mais son leader national le ministre actuel de l'Intérieur Seehofer, critique ouvertement depuis des mois la politique migratoire, affirmée depuis 2015 par Mme Merkel. Il est donc assez difficile de confondre le recul de l'un avec l'usure évidente du pouvoir de l'autre et son impopularité relative en tant que chancelière. Mais, ne l'oublions jamais, la France se montre, plus encore que le pays de Descartes, celui de Voltaire et de ses sarcasmes.

Le parti bavarois n’a nullement atteint son plus bas historique : après avoir obtenu 52,3 % des suffrages en 1946, il en obtiendra 27,4 % en 1950. Cette CSU a pris le contrôle du pouvoir à Munich en 1957, étant alliée à l'époque avec les libéraux du FDP et le parti des réfugiés.

Avec 37,3 % des voix cette année, ce qui est souligné comme un très important recul (-10,4 %), la CSU se trouve toujours à la première place, une fois de plus, depuis un demi-siècle. Très peu de forces politiques en Europe peuvent se prévaloir d'un pourcentage pareil et d'une stabilité comparable. Remarquons aussi sa forte résilience : en 2008 déjà la CSU avait perdu la majorité absolue. Elle l'avait retrouvée en 2013.

Il semble donc aujourd'hui qu'elle formera à nouveau le prochain gouvernement du Land. On observe que les Grünen, avec 17,6 % des voix, prennent petit à petit la place des sociaux-démocrates, eux-mêmes en crise, dans toute l'Europe.

Le parti dit des électeurs libres, FW, Freie Wähle mériterait un peu plus d'attention. Car, alliée de la CSU cette petite formation de tendance libérale-conservatrice a obtenu 11,6 % des voix et compte 27 élus, avec lesquels les 85 députés CSU pourront former une majorité plus cohérente que celle de Berlin.

Si le slogan Merkel muß weg continue de se répandre, nul ne sait le jour et l'heure. En revanche la cause en semble assez claire : sa politique d'accueil des réfugiés et immigrés provoque une explosion de mécontentements dans toute l'Europe, sous des formes différentes, depuis la Suède jusqu'à l'Italie, en passant par l'Angleterre[2] et jusqu'en Hongrie. En Autriche elle a conduit à la chute historique des sociaux-démocrates. En Bavière elle a produit une nouvelle poussée du parti Alternativ für Deutschland qui obtient 10,21 % et fait avec 22 députés son entrée au Landtag.

On est tenté de poser la question : est-ce grave docteur ?

Ce qui est gravissime c'est que nous soyons gouvernés par des gens qui jugent ces réactions des peuples, pourtant logiques et prévisibles, immorales, incorrectes, inappropriées, en un mot : populistes.

 en cliquant sur ce lien.

Apostilles

[1] "Spécialistes" qui souvent ne semblent manifestement pas parler un mot d'allemand.
[2] Le refus de l'immigration semble la grande cause du Brexit.

http://www.insolent.fr/2018/10/baviere-la-le%C3%A7on-des-...

Les élections en Allemagne préfigurent la vague populiste qui devrait s’abattre sur le Parlement europée

Les élections en Allemagne préfigurent la vague populiste qui devrait s’abattre sur le Parlement européen

Lu dans Les 4 Vérités :

La CSU bavaroise, pourtant beaucoup plus conservatrice qu’Angela Merkel, a payé au prix fort son alliance avec la chancelière responsable d’une catastrophique invasion migratoire. Dimanche 14 octobre, elle a enregistré son plus mauvais score depuis 1950, avec 37 % des voix, en recul de plus de 10 points par rapport aux dernières élections de 2013.

Mais la CSU n’est pas seule à essuyer un échec cinglant. Le parti social-démocrate (SPD), lui aussi présent dans la coalition de gouvernement à Berlin, a connu un revers important, passant au-dessous de 10 % et divisant ses voix par deux par rapport à 2013, au profit des Verts (qui emportent 18 % des suffrages).

L’AfD, parti « populiste » connu pour son opposition à la politique migratoire d’Angela Merkel, réalise un score plus faible qu’annoncé par les sondeurs, avec 10,3 % des suffrages. Cela ne l’empêche pas d’entrer, pour la première fois, au parlement bavarois. Mais, surtout, les commentateurs oublient en général de noter que l’AfD était concurrencée par les Freie Wähler (les électeurs libres), un parti aussi conservateur qu’elle et plus compatible avec la CSU dominante. Les Freie Wähler réunissent, eux, 11 % des voix.

Ce dimanche électoral manifeste, une fois de plus, le ras-le-bol des peuples devant la politique (ou l’absence de politique) migratoire de l’oligarchie européenne.

Voilà qui préfigure bien la vague populiste qui devrait s’abattre sur le Parlement européen en mai prochain.

Mais, surtout, les conséquences de ce vote devraient éclairer sur ce qui sera possible dans les prochains mois.

Si, comme il est probable, une coalition entre la CSU et les Freie Wähler (peut-être soutenue par le parti libéral FDP) prend la tête de la Bavière, cela montrera que l’alliance populistes-conservateurs reste la meilleure recette de la droite pour prendre ou garder le pouvoir.

Une alliance avec l’AfD aurait certes été une bien meilleure nouvelle à moyen ou long terme, mais l’expérience prouve que cette alliance populistes-conservateurs a souvent besoin d’une sorte de « sas de décompression ». Et les Freie Wähler pourraient parfaitement jouer ce rôle pour banaliser les idées de l’AfD et les faire porter par une nouvelle coalition.

En France, on attend avec impatience une structure capable, elle aussi, de porter les revendications populistes du RN, tout en sachant s’allier, tantôt avec le RN, tantôt avec LR, pour enfin en finir avec le socialisme!

https://www.lesalonbeige.fr/les-elections-en-allemagne-pr...

10:24 Écrit par pat dans actualité, élections, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

15/10/2018

Élections en Bavière : revers historique des alliés de Merkel, les populistes entrent au Parlement régional

Allemagne-marketing-AfD-600x400.jpg

EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
Le parti patriote Alternative pour Allemagne (AfD) obtient 11% des voix, d’après les sondages des chaînes publiques ARD et ZDF, nous apprend France Info.

Le parti conservateur CSU, allié incontournable de la chancelière allemande Angela Merkel, a subi, dimanche 14 octobre, un camouflet aux élections régionales en Bavière. Elle perd sa majorité absolue au Parlement régional face à l’essor des Verts et de l’extrême droite.

Certes, l’Union chrétienne-sociale, “parti frère” de la CDU d’Angela Merkel, arrive en tête avec 35,5%, mais ce résultat a tout d’une débâcle, car le parti domine cette région depuis 1950. La CSU perd quelques 12 points par rapport à 2013, sa majorité absolue et va être obligée de chercher une alliance inconfortable avec une ou plusieurs autres formations.

L’AfD en troisième position

Autre mauvaise nouvelle pour Angela Merkel, l’autre membre de sa coalition gouvernementale, les sociaux-démocrates du SPD, subissent une gifle avec 10% des voix. Les gagnants du scrutin sont les Verts, avec 19%, et l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), le parti patriote anti-Merkel et anti-migrant qui obtient 11% des voix, au coude-à-coude avec les Freie Wähler, des conservateurs indépendants (11,5%). Les libéraux du FDP (5%) ferment la marche.

Rien pour rassurer la chancelière allemande donc, d’autant que son propre parti, la CDU, doit faire face à un scrutin tout aussi ardu le 28 octobre en Hesse. Ces deux scrutins, “affecteront la politique nationale et, en conséquence, la réputation de la chancelière”, a déjà prévenu, vendredi, le président de la chambre des députés et vétéran respecté de la CDU, Wolfgang Schäuble.

https://fr.novopress.info/

Charles Millon : Les communes peuvent être de véritables laboratoires pour une politique au service du bien commun

Charles Millon : Les communes peuvent être de véritables laboratoires pour une politique au service du bien commun

Charles Millon est bien connu des lecteurs du Salon Beige pour son engagement politique. Député mais aussi ministre de la Défense dans deux gouvernements d’Alain Juppé de mai 1995 à juin 1997, il a été élu Président du Conseil régional de Rhône-Alpes et maire pendant vingt-quatre ans de la ville de Belley.

Fondateur du réseau de l’Avant-Garde, il est à l’origine d’une formation pour les candidats aux municipales.

Il a répondu aux questions du Salon Beige. 

Monsieur le Ministre, pourquoi pensez-vous qu’il faille s’investir dans ces élections qui auront lieu en 2020 ?

Avec l’élection d’Emmanuel Macron, notre pays a signé pour cinq nouvelles années de déconstruction. La situation peut sembler sans issue mais à l’échelle locale, il est possible de reconstruire des communautés de destin, comme Gustave Thibon les définissait. Si à l’échelle nationale, nos élites politiques ne partagent plus matériellement ni spirituellement une existence commune, le maire, lui, est soumis aux mêmes risques et poursuit les mêmes buts que ses électeurs. Il vit dans une sorte de coude à coude quotidien avec eux. Les communes peuvent être donc de véritables laboratoires pour mettre en place une politique au service du bien commun.

Les élections de 2020 sont une très belle opportunité pour permettre à une nouvelle génération politique de s’emparer des rênes de plusieurs dizaines de communes, d’acquérir ainsi, une expérience et une légitimité politiques pour, pourquoi pas, un jour prendre les rênes de notre pays !

Cet été, l’opinion publique a été alertée par le nombre important de maires qui préfèrent démissionner. Cette situation ne révèle-t-elle pas les difficultés croissantes d’un tel mandat ?

Il est vrai que, depuis l’élection d’Emmanuel Macron, 386 maires ont démissionné. C’est un chiffre record dont la tendance depuis 2014 ne cesse de s’accélérer. Une des raisons principales de cette situation est le sentiment des élus locaux d’être méprisés par l’Etat. Il faut aussi ajouter la contribution croissante des finances locales aux politiques publiques nationales et plus récemment la loi NOTRE, portant sur la nouvelle organisation territoriale.

Il est vrai que la responsabilité des maires est devenue plus difficile ces dernières années mais cela ne doit pas faire oublier que le maire est un homme aux quarante métiers, soit autant de possibilités d’agir pour améliorer la vie de ses concitoyens. Je pense à ce jeune élu, Philibert Marquis, conseiller municipal dans la ville Belley, que j’ai administrée pendant plus de vingt ans, je pense à son enthousiasme. Architecte, il a mis ses compétences au service de sa ville : actuellement, il réfléchit à la reconversion des bâtiments de l’ancien hôpital.

Mais être maire ou même simplement conseiller municipal demande certaines compétences. Tout le monde ne semble pas fait pour assumer cette responsabilité.

Je ne suis pas du tout d’accord. Chacun d’entre nous doit être acteur de la reconstruction de notre pays et la bataille municipale doit concerner tout le monde. Habiter un territoire, ce n’est pas simplement y vivre, c’est aussi contribuer à son développement, à sa vie sociale… Si nous sommes mus par la volonté que le bien commun régisse la France, alors nous avons le devoir de nous mobiliser pour ces élections.

Regardez, en 2014, une toute petite poignée d’anciens militants de La Manif Pour Tous a été élue aux fonctions municipales. Ces militants n’étaient pas d’anciens piliers de la vie politique, ils ne dépendaient pas des systèmes d’allégeance des partis politiques. Pourtant, ils ont, à ce jour, un bilan peu connu mais incroyable. L’une a mis en place des patronages laïcs dans sa ville, tandis que l’autre a travaillé à la mise en place d’une préparation au mariage civil. Un autre exemple est celui de Robert Ménard qui a instauré une mutuelle municipale dans sa ville de Béziers, la quatrième ville la plus pauvre de France ! Croyez-vous qu’il était un spécialiste de l’assurance maladie ? Le travail de ces quelques élus montre qu’à l’échelle locale, il n’est pas nécessaire d’être un expert dans tel ou tel secteur pour réaliser des actions publiques utiles.

Avec l’Avant-Garde, vous organisez une formation pour les candidats aux municipales. N’est-ce pas contradictoire ?

Ce n’est pas parce qu’il n’est pas nécessaire d’être un expert qu’il ne faut pas se préparer. Mener une campagne et la gagner demandent d’être assuré dans ses convictions, dans ses fondements anthropologiques pour porter un programme qui soit cohérent. Les candidats doivent aussi acquérir des techniques indispensables comme apprendre à parler en public, constituer son équipe, user des médias, des réseaux sociaux… On ne peut s’improviser dans une campagne électorale : il y a une temporalité à respecter et une réflexion stratégique à avoir. L’objectif de notre formation est donc d’accompagner les candidats, les membres de leur liste et les membre de leur équipe de campagne sur toute cette démarche afin qu’ils soient des candidats crédibles. Mais s’engager dans la bataille des municipales ne s’arrête pas au soir des élections. Une fois élu, il faut pouvoir administrer, mettre en place ce qui a été énoncé. L’autre objectif de cette formation est donc de préparer les candidats à leurs responsabilités.

Concrètement, comment se déroulera cette formation ?

La formation se déroulera sur six week-ends d’octobre 2018 à septembre 2019, du samedi matin au dimanche milieu d’après-midi, afin de faciliter le retour des participants venus de province. C’est une formation qui s’adresse à tous tant que les participants partagent notre vision du bien commun, une vision fondée sur la pensée personnaliste. La question des étiquettes politiques ne nous intéresse pas. D’ailleurs, c’est un problème mineur pour les élections municipales. En effet, à l’exception des très grandes villes, chaque commune a son équilibre politique propre, loin des équilibres nationaux.

Nous avons réuni une trentaine d’intervenants : des élus, des journalistes, des politologues, des experts des collectivités territoriales… pour une formation à l’ensemble de enjeux : la construction d’un projet pour sa commune, la préparation de la campagne et la gestion de la commune.

Pour toute information, les lecteurs du Salon Beige peuvent prendre contact avec France Andrieux : france.andrieux@lavant-garde.fr

Quel serait le conseil principal que vous adresseriez à un lecteur du Salon Beige qui serait tenté par l’engagement électoral dans sa commune ?

Si vous vous souhaitez devenir maire ou conseiller municipal, c’est parce que vous avez le désir d’être au service des habitants de votre territoire. Il est fini le temps où l’ambition politique suffisait à justifier un mandat électoral. Aujourd’hui, les Français ont besoin de cohérence et d’engagement. La priorité est donc que vos lecteurs acquièrent une légitimité en se mettant dès aujourd’hui au service de leurs concitoyens. Il faut qu’ils se rendent utiles, qu’ils se retroussent les manches et agissent dans les lieux où les habitants se sentent négligés, abandonnés. En 2020, les Français n’éliront que les candidats qui auront su être crédibles par des actions menées pour la population et non pour leur notoriété personnelle.

Calendrier de la formation :

  • 20-21 octobre 2018 : La commune, un territoire d’action politique
  • 1er-2 décembre 2018 : La commune, des électeurs à convaincre et mobiliser
  • 26-27 janvier 2019 : La commune, une collectivité territoriale à administrer
  • 30-31 mars 2019 : La commune, une communauté à construire et préserver
  • 15-16 juin : 2019 : La commune, un territoire à faire aimer
  • Septembre : 2019 : Bilan de la formation : initiatives et témoignages d’élus.

https://www.lesalonbeige.fr/charles-millon-les-communes-p...

Merkel pédale dans la choucroute – Journal du lundi 15 octobre 2018

Union Européenne / Merkel pédale dans la choucroute
C’est un revers sans précédent pour les alliés de la chancelière allemande. En Bavière, la CSU a perdu plus de 12 points pour atteindre péniblement les 37 %… Le plus mauvais score depuis 1950. L’AfD, de son côté, fait son entrée au Parlement régional.

Union Européenne / Brexit au point mort

Société / Voiles islamiques : retour en force

Social / Force ouvrière : le syndicat big brother
Déjà dans le creux de la vague, c’est un nouveau coup dur pour le syndicalisme français. Les révélations de fichage des cadres de Force Ouvrière plongent le syndicat de Pascal Pavageau au fond du trou…

Serveur TVL

Lien dailymotion
https://www.tvlibertes.com/2018/10/15/26257/merkel-choucr...

Ce n’est qu’un début continuons le combat!

soleil-levant.jpgHier  se déroulaient les élections régionales en Bavière… et la terre a tremblé.  La toute puissante  CSU bavaroise (Union Chrétienne Sociale), parti conservateur allié historique de la CDU d’Angela Merkel, membre de la fragile coalition gouvernementale mise sur pied par la chancelière, n’a  pas obtenu  la majorité absolue…pour le seconde fois seulement depuis 1962. Avec 37% des voix, la CSU dévisse d’une dizaine de points par rapport au précédent scrutin de 2013. Les discours musclés et très critiques vis-à-vis de Mme  Merkel   de la CSU , et notamment de  l’actuel   ministre de l’Intérieur  Horst Seehofer qui en est membre, n’ont pas empêché l’hémorragie électorale.  Les Verts bavarois qui ont fait campagne sur le climat et l’éducation, au positionnement très éloigné des thématiques gauchistes habituelles des grünen,   réalisent  une belle percée. Ils se classent second  avec près de 18% des suffrages (17,8%). Les sondages avaient prévu ce bon score et ne s’étaient  pas non plus  trompés sur celui deAlternativ für Deutschland (Alternative pour l’Allemagne, AfD), l’autre grand gagnant de cette élection qui, avec 10,6% des  suffrages,  fait son entrée au parlement régional. Le parti eurosceptique et anti-immigration  talonne les Freie Wähler, les conservateurs bavarois indépendants (11,6%). La défaite en revanche se révèle  cuisante  pour  les alliés de gauche de Mme Merkel au sein du gouvernement, les socialistes-sociaux-démocrates du SPD qui passent sous la barre des 10% (9,5% des voix) et pour  les Libéraux du FDP  qui arrivent en dernière position avec (5%).

Une véritable humiliation pour  le SPD qui  a perdu 21 points en 5 ans, et un sévère avertissement pour  la CSU qui ce dimanche a été grignotée  symétriquement sur sa gauche et sur sa droite:  180 000 électeurs  de la CSU de 2013 ont reporté leurs suffrages sur les Verts centristes et 180 000 autres ont voté pour Alternativ für Deutschland. Sa co-présidente et patronne de son  groupe parlementaire au Bundestag, Alice Weidel,  s’est logiquement félicitée de la percée de sa formation; un désaveu clair de la politique menée par la chancelière allemande et ses alliés de circonstance.  “Celui qui a voté AfD en Bavière a dit aussi Merkel doit partir”,   “libérez la voie pour des élections anticipées !” a déclaré Mme Weidel. Cette  hypothèse d’un scrutin anticipé est  renforcée par ce nouveau revers électoral du SPD qui ne cesse de dégringoler depuis sa participation à la coalition gouvernementale, attelage bancal  bricolé  dans la  douleur en mars dernier.

Le bon score de l’AfD a réjoui également le dirigeant de la Ligue et ministre italien de l’Intérieur. Matteo Salvini  a souligné  cette  “défaite historique des chrétiens-démocrates et des socialistes…”  “Au revoir Merkel”!  Marine n’a pas non plus caché sa joie de voir cette nouvelle illustration des recompositions des forces  qui se dessinent un peu partout en Europe: ” La dynamique enregistrée par l’AFD en et le Vlaams Belang en  confirme un futur basculement des équilibres politiques au Parlement européen en mai prochain” a-t-elle écrit sur twitter.

En Flandre effectivement, et l’augmentation de la criminalité, l’accélération de la submersion  migratoire n’y sont  bien sûr pas pour rien,  les  élections communales de ce dimanche ont enregistré, après une éclipse,  un retour en force des nationaux du Vlaams Belang (VB), mouvement présidé par Tom Van Grieken.  Le VB repasse la barre des 10% , se classant troisième dans  la partie nord du pays, résultats de bon augure avant  les élections fédérales et régionales de mai 2019. “Quoi qu’on en pensent, quoi qu’en disent les médias, le grand vainqueur (du scrutin) est le Vlaams Belang. Le Vlaams Belang is back (de retour), a déclaré hier soir M. Van Grieken, pointant  des scores très importants dans de nombreuses  à Alost, Roeselare, Turnhout, et Ninove. Dans  cette dernière commune, le candidat du VB, Guy D’haeseleer,  frôle les 40% et a une chance sérieuse de devenir le   premier bourgmestre  (maire)  VB du pays, selon Tom Van Grieken.

Samedi Marine était pour sa part à Cublac (Corrèze) , à l’occasion de la Fête du drapeau. en déplacement  dans cette  France des oubliés, cette France périphérique dont le réveil dans les urnes pourrait provoquer les changements salutaires que l’on voit aujourd’hui à l’oeuvre notamment en Italie. Signe de ce changement d’ère (air) qui se dessine, la contre-manifestation, organisée sur cette terre historiquement rouge par le parti communiste, LFI, le NPA, le syndicat Solidaires, n’a rassemblé qu’une  petite centaine de personnes rameutées de tout le département mais aussi de  Dordogne et de  Haute-Vienne… A l’évidence la fin d’une époque, comme on le constatait à l’écoute des  quelques vieux slogans fumeux, entonnés sans grand entrain,  principalement par des  retraitées…dont les petits enfants votent national.

Dans son discours, fortement teintée des exigences de justice sociale qui sont consubstantielles du programme et du  combat mené par les nationaux, Marine a étrillé la politique gouvernementale, les taxes et les impôts qui s’abattent sur les classes moyennes et les catégories populaires. Elle a pointé, à la lumière des affaires récentes qui ont éclaboussé l’exécutif, à quel point la baudruche Macron  pourrait se dégonfler aussi vite que son ascencion fut rapide: “le roi est nu. Ce candidat Macron qu’on nous avait présenté comme étant un professionnel, un expert de l’économie avec une rigueur incroyable, en fait c’est l’amateurisme le plus total, c’est l’imprévision la plus totale et même l’irrésolution la plus totale”.

Macron était en quelque sorte le plan B de ce Système à bout de souffle, sa chute probable explique grandement les persécutions juridico-financières dont opposition nationale est la cible.  La  mise en examen dans l’affaire dite des assistants parlementaires de Marine  a été ainsi requalifiée en fin de semaine  de “détournements de fonds publics”! Cela  “ne m’émeut pas car je sais que nous sommes totalement innocents des faits qui nous sont reprochés. Par conséquent je suis assez sereine“, a-t-elle confié, avant d’ajouter:  “C’est vrai que l’on voit s’amonceler sur nous les persécutions. Avant c’était une par mois, puis une par semaine. Là, en ce moment c’est une par jour. Alors encore une fois, je signale à tout le monde et particulièrement à nos adversaires : ils n’arrivent pas à nous intimider.”  Car la roue tourne et “avec Matteo Salvini, nous avons lancé un mouvement des peuples” et à l”occasion des élections européennes,  “le 26 mai prochain, nous avons rendez-vous avec l’histoire! “

Oui, et Bruno Gollnisch, persécuté lui aussi par les mêmes,  l’affirme également  fort et clair:   rien ne nous fera dévier de notre mission historique consistant à rendre leurs libertés aux Français, à nous réapproprier le  droit de reprendre la maîtrise de notre destin. Ce n’est qu’un début continuons le combat!

https://gollnisch.com/2018/10/15/ce-nest-quun-debut-conti...

13:03 Écrit par pat dans actualité, élections, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

L’immigration, cause de la chute d’Angela Merkel

L’immigration, cause de la chute d’Angela Merkel

En septembre 2013 : “La presse européenne salue le triomphe d’Angela Merkel“, réélue pour un troisième mandat.

Durant l’année 2015, Angela Merkel fait entrer 1 million d’immigrés en Allemagne (principalement des hommes). En décembre 2015, des milliers de femmes sont agressées sexuellement par des immigrés. “En Allemagne, outre Cologne, onze villes sont touchées : Hambourg, Stuttgart, Bielefeld et Düsseldorf principalement. 12 des 16 Länder ont été impacté.”

En octobre 2018 : “échec électoral en Bavière pour Merkel“. L’Union chrétienne-sociale, parti frère de la CDU de Mme Merkel, qui domine cette région depuis les années 1950, arrive certes toujours en tête avec 35,5%, mais ce score a tout d’une débâcle politique puisque la CSU perd 12 points par rapport à 2013, sa majorité absolue, et va être obligée de chercher une alliance inconfortable. Autre mauvaise nouvelle pour AngelaMerkel, l’autre membre de sa coalition gouvernementale, les sociaux-démocrates du SPD, subissent une gifle avec 9-10% des voix. Les gagnants du scrutin sont les Verts, 2e avec 18-19%, et l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), le parti anti-immigration qui prend 11% des voix, au coude-à-coude avec les Freie Wähler, des conservateurs indépendants (11,5%). Les Libéraux du FDP (5%) ferment la marche.

Et ce n’est pas terminé : la CDU devra faire face à un scrutin tout aussi ardu le 28 octobre en Hesse, Land que les conservateurs dirigent en coalition avec les écologistes. Ces deux scrutins “affecteront la politique nationale et en conséquence la réputation de la chancelière”, a prévenu vendredi le président de la chambre des députés et vétéran respecté de la CDU, Wolfgang Schäuble. Angela Merkel doit affronter en décembre un vote de militants pour être reconduite à la tête de son parti.

https://www.lesalonbeige.fr/limmigration-cause-de-la-chut...

14/10/2018

Une “Internationale Populiste” ?

439051782.JPG

Ex: http://www.dedefensa.org

10 octobre 2018 – Laissant de côté avec un empressement que certains jugeront suspect et qui est simplement révélateur, nous nous entendrons pour proposer à nos lecteurs de nommer “populistes” divers événements qui se produisent aujourd’hui et à propos desquels le jugement général des commentateurs politiques, surtout les moins instruits mais malheureusement les plus écoutés, s’entend pour utiliser ce terme. On verra plus loin, après avoir éclairé l’ambiguïtés de la chose qui pourrait aussi bien se réclamer du souverainisme, du nationalisme, du patriotisme, etc., comment l’on peut se retrouver dans une certaine logique, malgré l’incertitude de ce mot, malgré les différences de ceux qui en sont affublés...

L’expression d’“Internationale Populiste”, directement référée à l’expression communiste (soviétique, trotskiste, etc.) “Internationale Communiste”, commence à être employée. Par exemple, nous l’avons entendue avant-hier, dans un débat sur LCI (24Heures Poujadas, à partir de 29’55”) où l’on parlait notamment des résultats du premier tour des élections présidentielles brésiliennes et de la victoire écrasante (46,06% des voix) du candidat Jair Bolsanaro, – étiqueté d’“extrême-droite” mais enrôlé sans hésitation dans la vague de populisme qui balaye le monde. Quoi qu’il en soit et effectivement, le week-end, comme les jours qui précédèrent (comme ceux qui suivront d’ailleurs) fut propice à l’“Internationale populiste”.

• Mais restons-en pour l’instant au Brésil. Ce pays qui avait été l’étendard de l’antiSystème populiste avec Lula (actuellement emprisonné) puis avec Rousseff jusqu’à sa destitution, s’était ensuite abîmé dans une bouillie pour les chats de corrompus, d’agents de la CIA, etc. Mais voilà qu’il débouche sur ce résultat inédit des présidentielles, avec le candidat du parti de Lula en deuxième position (Fernando Haddad, 29,24 % des voix). Question “populisme” à la sauce française, nous y sommes, avec un intervenant de l’émission déjà citée s’exclamant : « C’est comme si nous avions Le Pen et Mélenchon au second tour »

Lire la suite

Le sénateur Meurant prend la tête de la fédération LR du Val d’Oise

Le sénateur Meurant prend la tête de la fédération LR du Val d’Oise

L’ex-maire de Saint-Leu-la-Forêt et sénateur du Val-d’Oise l’emporte avec 57,52 % des suffrages exprimés face à Jacqueline Eustache-Brinio, ex-maire de Saint-Gratien et également sénatrice.

Sébastien Meurant s’est fait remarquer y a quelques jours suite à un entretien paru dans L’Incorrect, dans lequel il réclame un dialogue entre LR et RN. Sa victoire semble montrer que les militants LR sont également favorables à ces discussions.

https://www.lesalonbeige.fr/le-senateur-meurant-prend-la-...

13/10/2018

Le succès au Brésil de Jair Bolsonaro est rationnel !

800px-Jair_Bolsonaro_na_câmara_sobre_a_comissão_da_verdade-800x475.jpg

Dimanche dernier, à la surprise générale, Jair Bolsonaro remportait quasiment la victoire au premier tour de l’élection présidentielle brésilienne. Avec 46 %, il devance de presque 20 points Fernando Haddad, le porte-voix de Lula, empêché de concourir car en prison depuis le mois d’avril de cette année.

En lisant la presse « mainstream », on est frappé par le manque d’imagination des journalistes qui reprennent, quasiment au mot près, la même description de Jair Bolsonaro : « nostalgique de la dictature militaire »« homophobe, mysogine, rasciste ». Nous avons aussi la variante « l’élection de Bolsonaro constitue un danger pour la démocratie, le peuple doit se réveiller »… Ça tombe bien, c’est ce même peuple qui vient de le propulser à quelques marches du palais présidentiel. Résumer le choix des électeurs à un « dégagisme » est un peu réducteur, et les 49 millions de Brésiliens qui ont choisi Bolsonaro ne sont pas « homophobes, mysogines ou rascistes ».

Le Brésil est un pays complexe, plus grand que l’Europe, avec de grandes disparités sociales, des populations aux origines bien différentes et pourtant avec quelques facteurs d’unité comme la langue portugaise, le drapeau et même son équipe nationale de football. Vouloir expliquer le choix des Brésiliens en quelques lignes est impossible sans tomber dans des analyses simplistes ou même caricaturales.

Il est cependant vrai que les affaires de corruption ont littéralement dégoûté la population brésilienne. Depuis l’éclatement de l’affaire Lava Jato en 2014, il ne se passe quasiment pas une semaine sans qu’une personnalité politique d’envergure nationale ne soit mise en cause par la Justice. Des ministres, des gouverneurs, des députés, même le président Temer : beaucoup de figures des partis bien en place sont impliquées dans des affaires. Lula a été condamné à une peine de douze ans de prison pour avoir reçu un triplex en bord de mer, mais il reste une dizaine d’affaires pour lesquelles il attend encore d’être jugé…

Il est également vrai que le Brésil vit une crise sécuritaire sans précédent. Avec plus de 63.000 homicides par an, une criminalité organisée florissante, la troisième population carcérale au monde, une crise migratoire à la frontière vénézuélienne, personne n’est épargné par les problématiques de sécurité. Chaque jour, les journaux dégueulent de faits divers les plus sordides les uns que les autres et la lenteur de la Justice donne un véritable sentiment d’impunité aux auteurs. « O crime compensa », autrement dit « le crime vaut le coup », comme disent les Brésiliens !

Il est vrai, enfin, que la crise économique, le coût exorbitant des emprunts dû à un manque de concurrence du secteur bancaire, les lourdeurs administratives et des taxes douanières impressionnantes font du Brésil un pays dans lequel entreprendre et créer de la richesse revient à un chemin de croix.

Jair Bolsonaro répond à ces trois défis en promettant plus de moralité dans la vie publique, plus de sécurité et un programme économique libéral. Mais ce n’est pas tout.

Jair Bolsonaro représente à merveille le besoin vital des Brésiliens à être dirigés par une personnalité au caractère fort. Des empereurs du Brésil à Lula en passant par Getúlio Vargas ou la dictature militaire, les Brésiliens ont très souvent eu à leur tête des individus qui ont garanti une forme d’unité brésilienne. Malgré ses frasques, Bolsonaro est, aujourd’hui, le seul candidat qui possède cette stature d’homme fort, et sa devise de mettre le Brésil « au-dessus de tout » ne fait que renforcer cette image.

L’autre point est que Bolsonaro a raison de dire que le Brésil est un pays chrétien, bien qu’il soit officiellement laïc. Des crucifix sont accrochés dans tous les tribunaux, commissariats et édifices publics, et la population est globalement très attachée aux valeurs familiales traditionnelles chrétiennes. Encore une fois, Bolsonaro est en phase avec la majorité des Brésiliens sur ces points. Les vierges effarouchées du politiquement correct auront bon crier au scandale, Jair Bolsonaro a fait une excellente campagne en phase avec les préoccupations brésiliennes, fruit de quatorze ans de gauchisme.

Et non, le Brésil, qui est une démocratie certes jeune mais solide, ne va pas sombrer dans les ténèbres du fascisme, il s’agit tout bonnement d’une volonté de changement en testant un président très conservateur. Verdict final au deuxième tour, le 28 octobre.

Sébastien Ferreira

http://www.bvoltaire.fr/le-succes-au-bresil-de-jair-bolso...

Démocratie libérale ou démocratie illibérale ?

Eugène_Delacroix_-_Le_28_Juillet._La_Liberté_guidant_le_peuple-748x475.jpg

Macron et son mouvement tentent de mobiliser les « progressistes », autrement dit les libéraux de droite, de gauche et d’extrême gauche, comme dit Jean-Claude Michéa, autour de l’idée selon laquelle les élections européennes de 2019 doivent absolument mettre un terme à la progression des « nationalistes », laquelle est très nette dans la plupart des pays européens, y compris, désormais, l’Allemagne.

L’universitaire et journaliste états-unien Yascha Mounk, qui est originaire d’Allemagne (il a appartenu au SPD pendant une vingtaine d’années), exprime la même idée dans un livre qui vient d’être traduit en français sous le titre Le Peuple contre la démocratie. Dans ce livre, il essaie de montrer, de manière peu convaincante, que les « populistes », malgré leur discours indéniablement démocratique, visent en fait à détruire les démocraties. Il avance comme preuve les exemples de la Turquie, du Venezuela, de la Pologne et de la Hongrie qui illustreraient le vrai visage antidémocratique du « populisme » !

D’une part, il lui reste à démontrer que les gouvernements polonais et hongrois détruisent les institutions démocratiques ; d’autre part, l’amalgame qu’il fait avec ce qui se passe en Turquie et au Venezuela est une grossière manipulation qui consiste à mettre l’étiquette « populiste » sur tous les gouvernements que l’on n’aime pas pour pouvoir ensuite accuser les uns au titre des agissements des autres. Mounk, qui est un chaud supporter de Soros, nous prend pour des idiots.

Yascha Mounk pense que l’idée de démocratie illibérale mène inévitablement à la destruction de la démocratie, ce qui, à mon sens, n’est pas fondé. C’est même l’inverse qui semble vrai ; il suffit de prendre connaissance des propos que tiennent, en privé, les membres de la caste euro-libérale pour prendre conscience de leur hostilité à l’égard de la démocratie. Sur ce sujet, le livre de Yánis Varoufákis intitulé Conversations entre adultes, dans lequel il a fait part de conversations (enregistrées à leur insu) au cours desquelles Wolfgang Schäuble et d’autres dirigeants européens disaient tout le mal qu’ils pensaient de la démocratie et du suffrage universel, est du plus grand intérêt. Schäuble a dit, par exemple : « Les élections ne peuvent changer la politique économique de l’Eurogroupe », ce qui signifie que les citoyens européens concernés ne peuvent plus faire de choix en matière d’économie !

Mounk admet à demi-mot l’évolution antidémocratique des libéraux mais il espère qu’elle s’inversera. Contrairement à ce qu’il pense, cette évolution n’est pas surprenante parce que la démocratie et le libéralisme ne s’accordent guère, c’est le moins que l’on puisse dire (d’ailleurs, le libéralisme ne s’accorde ni avec la démocratie, ni avec la république, ni avec le conservatisme, ni avec la nation ethnoculturelle ; nous reviendrons sur ce point).

En effet, tandis que le libéralisme est ordonné à l’individu (les libéraux ne connaissent que l’individu et l’humanité ; ils ignorent les communautés intermédiaires et, en particulier, les nations historiques ; la nation des très libéraux révolutionnaires français de 1789 n’était qu’une association des partisans des idées révolutionnaires), la démocratie ne connaît que des communautés de citoyens. La démocratie ne peut exister que là où il y a une communauté politique et de préférence une communauté politique relativement homogène (parce que le sentiment de parenté ethnoculturelle facilite l’acceptation par la minorité des décisions prises par la majorité), tandis que l’individualisme libéral, qui rejette l’idée de bien commun et toutes les appartenances communautaires, provoque la liquéfaction des communautés ethnoculturelles historiques, comme nous le constatons aujourd’hui partout ; c’est cette liquéfaction qui, par contrecoup, génère des mouvements néo-« nationalistes » dans de nombreux pays.

Il y a une opposition insurmontable entre, d’une part, la souveraineté de l’individu propre au libéralisme et, d’autre part, la souveraineté du peuple propre à la démocratie. Ces deux formes de souveraineté sont incompatibles et ne pouvaient que s’opposer tôt ou tard ; nous y sommes. Il ne fait aucun doute que l’idée de démocratie « illibérale » sera au centre de la vie politique européenne au cours des prochaines années.

Bruno Guillard

http://www.bvoltaire.fr/democratie-liberale-ou-democratie...

12/10/2018

“Crispations identitaires” ?

jean-joseph_thorelle-adam_et_eve_au_paradis_terrestre-249x300.jpgLe site communautaire oumma.com se félicitait mardi  de la décision du tribunal administratif de Nîmes qui a « purement et simplement annulé » la décision du maire de Beaucaire (Gard), notre camarade  Julien Sanchez,  « de supprimer les menus sans porc dans les cantines scolaires de Beaucaire ». L’édile national est accusé par l’auteur anonyme de cet article de « livrer une croisade, aux relents nauséabonds, dans les assiettes de ses chères têtes blondes », d’être porteur d’une «  haine aveugle (qui)  conduit vers des abîmes aussi absurdes qu’insondables » (sic). Pugnace, Julien n’entend cependant pas  plier devant les injonctions du juge déplore le site.  Il  a fait savoir dans un communiqué  que « les menus de substitution ne seront en aucun cas remis en place » qu’il ne se soumettrait pas à un interdit religieux, à des exigences communautaristes. Le site du quotidien La Croix attirait lui l’attention de ses lecteurs sur les avis des « experts » du  très  décrié Comité des droits de l’homme de l’ONU qui affirment que la législation anti-burqa,   la  loi de 2010 interdisant la dissimulation du visage dans la rue »,  serait discriminatoire et porterait  atteinte à la liberté religieuse.Bernard Gorce rappelle opportunément que  « la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a par deux fois validé l’interdiction de la burqa, qui  peut passer pour proportionnée au but poursuivi, à savoir la préservation du vivre ensemble. La CEDH considère même la mesure comme  nécessaire  dans une  société démocratique. » « La Cour reconnaît une  marge d’appréciation  aux États, prenant ainsi en compte des circonstances politiques, la menace que représentent certains courants de l’islam radical. »

Dans les faits, et ici Bruno Retailleau,  président du groupe LR au Sénat, fait la même constatation que Bruno Gollnisch, les dirigeants du RN et les policiers sur le terrain, les consignes données par le pouvoir politique font qu’ « il y a des lieux en France où la loi est si peu contraignante que l’homme le plus recherché de France  (Redoine  Faïd)  se sent en sécurité quand il est couvert par un vêtement pourtant interdit.  »  Notamment en effet  dans les quartiers pluriels où la verbalisation d’un contrevenante dégénérerait en émeute…

C’est cette même frousse des autorités publiques, des partis soumis au prosélytisme islamique qui a été dénoncée ces derniers jours par Stéphane Ravier.   Le sénateur RN des Bouches-du-Rhône s’est indigné de ce que  «  les élus socialistes et communistes  ont refusé qu’une place du 15è arrondissement de Marseille porte le nom dArnaud Beltrame, pour ne pas provoquer la population. On peut toujours compter sur la gauche pour trahir et se coucher ! »

Une gauche progressiste qui veut encore et toujours plus d’immigration, à l’image de Laurence Rossignolsénatrice  PS de l’Oise. Elle se désolait dans un communiqué de ce que le Français  n’ouvre pas assez son  portefeuille et sa  maison  aux immigrés clandestins («migrants » )  convoyés par l’Aquarius de George Soros. Car «dans une Europe qui est rongée par les nationalismes, la peur de l’autre, le rejet de l’autre, la France devrait, au contraire être le pays qui organise l’accueil des migrants et qui sait tendre la main (…). On ne pourra pas, dans les années, qui viennent perdre notre identité au motif qu’il faudrait sauver l’identité nationale. »  Une saillie qui illustre  mieux qu’un long discours le fossé qui sépare des élites ayant une vision abstraite, hors-sol de ce qu’est la nation française et  un peuple français tabassé par l’idéologie mondialiste mais attaché charnellement à notre pays.

Ancien ministre de la famille, de l’enfance et des droits de l’enfance de François Hollande, Mme Rossignol sait cependant faire preuve de fermeté pour élargir encore un peu plus le droit imprescriptible à l’IVG.  Ce qui n’est pas sans une certaine logique si l’on part du principe que le maintien de la démographie sur notre sol doit être assuré par le recours à l’immigration de peuplement non européenne… Elle a ainsi déposé le 28 septembre une proposition de loi pour supprimer la clause de conscience qui permet à des soignants de ne pas pratiquer d’avortements. Une réponse à la déclaration de Bertrand de Rochambeau, président du Syndicat national des gynécologues-obstétriciens de France (Syngof) qui avait affirmé quelques semaines auparavant, s’attirant les foudres des grandes consciences mélenchonistes, socialistes, macronistes, que les gynécologues n’étaient pas là « pour retirer des vies. »

Le pulsion liberticide de Laurence Rossignol a été fermement taclée  par l’ Association Catholique des Infirmières et Médecins, qui a rappelé dans un communiqué que «le droit à l’objection de conscience est reconnu par la Déclaration Universelle des Droits de l’homme,  la Convention européenne des droits de l’homme, la loi de séparation de l’Eglise et de l’État, le droit constitutionnel français, le Code de déontologie médical, la loi Veil et bien d’autres textes reconnaissent le droit à la liberté de conscience. »  «Refuser la liberté de conscience aux médecins suppose de modifier tous ces textes un par un. Passer par-dessus toutes ces lois et décrets correspond à mettre notre pays à l’égal des régimes totalitaires staliniens et hitlériens. Ainsi les  médecins de la mort  obligés par la SS de faire des euthanasies, des expérimentations humaines et des avortements n’ont pas eu le choix.»

Cette question de l’avortement, toujours sensible,  a été évoquée  sur RTL  au détour de l’actualité. Isabelle Choquet affirme  ainsi que le pape « s’est livré à une comparaison à l’emporte-pièces qui a surpris et parfois choqué» en estimant  que « le recours à l’IVG était semblable à l’utilisation d’un tueur à gagesEst-il juste d’éliminer une vie humaine pour résoudre un problème ? En France, ses propos ont suscité une vague d’indignation et de l’incompréhension jusque dans les rangs des catholiques (lesquels? NDLR). En Italie, la presse  s’est emparée du sujet avec, là aussi, des réactions assez vives. »  Porté au pinacle par les bien-pensants quand il  déclare qu’il faut accueillir en Europe plus largement l’immigration en provenance des pays du sud,  le pape François perd régulièrement son crédit progressiste quand il a l’audace de rappeler le dogme catholique du respect et de la protection de la vie à naître.

Il nous semble que la cohérence devrait conduire le pape  à défendre le  devenir de la catholicité  sur notre continent européen  de manière globale. Dans son remarquable livre publié l’année dernière  Eglise et immigration : le grand malaise  (Presses de la renaissance) Laurent Dandrieu, rédacteur en chef des pages Culture de Valeurs actuelles,  remet salutairement les pendules à l’heure. Il pourfend les errements intellectuels d’une certaine hiérarchie catholique dont l’immigrationnisme ne répond en rien aux valeurs chrétiennes qu’elle dit  défendre… et menace même la pérennité de la foi catholique en Europe.

Il l’expliquait notamment  dernièrement sur TVL et en janvier 2017 dans un entretien accordé au site Atlantico à l’occasion de la sortie de son livre: «l’Eglise regarde l’installation progressive de millions de musulmans en Europe comme une simple conséquence de phénomènes migratoires globalement positifs, et la progression du culte musulman sur notre continent comme une manifestation inéluctable de la liberté religieuse. Mais la question civilisationnelle n’est tout simplement jamais posée. Il y a une certaine confusion entre politique et charité, et une tentation de faire des préceptes évangéliques, qui sont des chemins de salut personnel, des principes de gouvernance politique. Il me semble que la confusion s’étend aussi à la notion même de la charité, dont on oublie qu’elle doit être juste, responsable, efficace, et qu’elle obéit à un ordre de priorité: Les plus proches ont un droit de priorité, écrit saint Thomas d’Aquin. Si l’on oublie ces adjuvants, la charité devient l’une de ces vertus chrétiennes devenues folles décrites par Chesterton, une caricature humanitariste d’elle-même qui n’a plus grand-chose de chrétien. »

Et M. Dandrieu d’ajouter  encore: « le risque est double : pour l’Europe, que l’Eglise participe à la plonger dans le chaos et l’anarchie, sans profit pour personne, car les migrants n’y trouveront aucun secours si le continent ne possède plus ni stabilité, ni prospérité. Pour l’Eglise elle-même, qu’elle contribue à se marginaliser encore davantage en favorisant la progression en Europe d’un islam conquérant, et qu’elle se coupe encore plus profondément des populations européennes, qui sentent leurs souffrances ignorées au profit d’une attention exclusive donnée aux migrants, et qui s’indignent de voir que leurs inquiétudes quant à leur avenir et à celui de leur civilisation sont balayées d’un revers de main comme autant de crispations identitaires. Or ces inquiétudes pourraient constituer un formidable terreau pour cette nouvelle évangélisation à laquelle aspire l’Eglise en Europe, et qui jusqu’à présent, peine à prendre de l’ampleur : car il faudrait peu de choses pour que cette crise d’identité que traverse l’Europe accouche d’un retour vers le christianisme. Au lieu de quoi, l’Eglise prend ces inquiétudes de haut, adoptant vis-à-vis d’elles le même discours surplombant et moralisateur qu’une caste politico-médiatique pourtant massivement rejetée. En se coupant de ces populations autochtones européennes et de ses préoccupations légitimes, l’Eglise ne conduit pas seulement l’Europe à l’impasse, elle se tire aussi une balle dans le pied. » Puissions-nous être entendus…

L’émergence d’un parti de droite nationale en Espagne surprend nos médias

L’émergence d’un parti de droite nationale en Espagne surprend nos médias

Ils ne s’y attendaient pas :

L’image a fait l’effet d’un électrochoc dans un pays qui semblait vacciné contre l’extrême droite. Dimanche 7 octobre, près de 10 000 personnes se sont entassées dans les gradins du palais de Vistalegre, à Madrid, pour acclamer les leaders de la petite formation Vox, Santiago Abascal et José Antonio Ortega, venus égrener leurs « cent mesures urgentes pour l’Espagne ».

Au programme : recentralisation de l’Etat, dissolution des régions autonomes, interdiction des partis indépendantistes, suppression de la loi de mémoire historique qui a interdit l’exaltation du franquisme en 2006 et de celle sur la violence faite aux femmes, récupération de Gibraltar, expulsion des immigrés en situation irrégulière, construction de murs à Ceuta et Melilla, retrait de l’espace Schengen, alignement sur le groupe de Visegrad (groupe informel réunissant la Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie).

La foule était si nombreuse que des centaines de personnes sont restées derrière les portes de ces anciennes arènes symboliques, qui ont vu naître en 2014 la formation de la gauche radicale Podemos. A l’intérieur, Vox s’en prenait à « la petite droite lâche », en référence au Parti populaire (PP), et à la « girouette orange », c’est-à-dire le parti libéral Ciudadanos, et promettait « la grande Espagne, de nouveau ».

Lu sur Fdesouche :

ABC : Qui admirez-vous dans la politique européenne ? On vous compare à Le Pen.

Santi Abascal [photo], président de « Vox » : « Dans la politique européenne, j’admire la reine Isabelle la Catholique et Charles Quint. Et aujourd’hui, Viktor Orbán est le fer de lance d’une nouvelle Europe, fondée sur la souveraineté des nations, l’identité chrétienne et sur l’opposition à une immigration massive. »

https://www.lesalonbeige.fr/lemergence-dun-parti-de-droit...

11/10/2018

Le populisme identitaire gagne enfin l’Espagne !

blog_3612_1440-845x425.jpg

Un tremblement de terre a secoué dimanche dernier le monde politique espagnol. Les oligarques du Système se croyaient bien à l’abri, l’Espagne étant le seul pays européen qui, par on ne sait quel miracle, semblait préservé du fléau, disent-ils en tremblotant, de plus en plus répandu sous la forme de « racisme », « xénophobie » et « populisme ». Populisme de droite, attention !
Car celui de gauche, incarné par Podemos, existe bien depuis quelques années en Espagne. Mais il ne les inquiète guère. Ils l’ont même favorisé au début, car les bobos au pouvoir et les bobos de Podemos partagent, finalement, le même horizon individualiste et libéralo-libertarien de pensée.

Bref, « les jours les plus sombres de notre histoire » semblaient ne devoir jamais menacer la tranquillité de ceux dont les seules idées consistent à agiter un épouvantail si fallacieux qu’il n’épouvante déjà presque plus personne. Tout s’est pourtant effondré pour eux lorsque dimanche dernier la progression du jeune parti VOX, mis en orbite par des gens ayant quitté il y a quelques années le Partido Popular, s’est concrétisée dans le succès éclatant qu’a récolté son premier grand rassemblement célébré à Madrid.

Dix mille personnes dans la salle et cinq mille restées dehors ont acclamé pendant des heures les discours des principaux dirigeants du parti. Il a fallu se frotter les yeux et ouvrir les oreilles frappées de stupeur en entendant des choses jamais ouïes, de mémoire d’Espagnol démocrate, sur une tribune publique.
On y a célébré l’histoire. Non pas celle de la guerre civile, mille fois rabâchée par une gauche qui s’abreuve encore à son sang, mais la grande histoire, celle d’il y a 447 ans, lorsque le 7 octobre 1571 – la date du Rassemblement n’a pas été choisie par hasard – la coalition chrétienne dirigée par l’Espagne vainquit à Lépante l’empire ottoman et « empêcha l’Europe, fut-il dit à la tribune, de tomber dans la barbarie ».

Dans un langage et dans un esprit qui a évité aussi bien la langue de bois chère aux politiciens de tous bords que les travers de la vieille droite ringarde et cléricale qui a tant sévi en Espagne, on y a défendu la patrie (nom jusqu’à présent imprononçable) tout comme la famille, ainsi que les coutumes et les traditions (festives, comme la corrida ; ou sacrées, comme les processions) qui, elles aussi, font l’objet du mépris et des attaques gauchistes.

C’est dire que les deux grands sujets du programme de VOX – la lutte contre l’immigration de peuplement et contre la sécession qui, en Catalogne et au Pays Basque, menace la nation espagnole – n’ont pas été, bien s’en faut, les seules questions présentes. C’est en réalité l’ensemble de la vision « politiquement correcte du monde » qui a été mise sur la sellette, le plus remarquable ayant sans doute été ceci : en même temps que des mesures étaient avancées pour contrer les méfaits économiques de la mondialisation, ce n’est pas du tout l’économie qui a présidé le discours de ceux qui savent sans doute que la vie de l’esprit est aujourd’hui bien plus menacée que celle du corps.

Rien n’est pourtant encore joué. Pour retentissant que soit ce premier grand succès, il ne faut pas oublier que VOX n’a pas encore de représentants au Parlement espagnol, même si tous les sondages assurent qu’il y entrera lors des prochaines échéances. Dans la plus immédiate, les élections au Parlement de l’UE l’an prochain, il semble évident qu’il obtiendra une poignée de députés. C’est ainsi, d’ailleurs, que Podemos avait débuté lors des précédentes élections « européennes », juste avant lesquelles il avait été créé. Tous les espoirs sont maintenant permis pour que VOX suive, dans sa progression, une voie analogue.

Javier Portella Écrivain et journaliste espagnol

http://www.bvoltaire.fr/le-populisme-identitaire-gagne-en...

Lancement du « Front de la liberté », alliance électorale en vue des élections européennes

Lancement du « Front de la liberté », alliance électorale en vue des élections européennes

dpf0xhew0aiblvf-jpg-large.jpgD’Olivier Bault dans Présent :

Marine Le Pen a rencontré Matteo Salvini lundi à Rome pour annoncer le lancement d’un « Front de la liberté », c’est-à-dire d’une alliance électorale en vue des prochaines élections européennes. Il s’agit, selon les mots de la présidente du Rassemblement national, de « rendre leur pouvoir aux peuples, ce qui est le fondement même de la démocratie ». Le ministre de l’Intérieur italien a résumé ainsi la convergence de vues entre la Ligue italienne et le Rassemblement national français : « Nous partageons la même idée de l’Europe, de l’agriculture, du travail, de la lutte contre l’immigration, et nous sommes contre les ennemis de l’Europe que sont Juncker et Moscovici, enfermés dans le bunker de Bruxelles. »

La rencontre entre les deux leaders de la droite dite « populiste » s’est déroulée à l’occasion d’un forum sur le thème « Croissance économique et perspectives sociales dans une Europe des nations ». Le nom de « Front de la liberté » se justifie par le fait que, selon Marine Le Pen, les deux partis affiliés au groupe Europe des Nations et des Libertés au Parlement européen luttent « pour que les nations ne disparaissent pas au bénéfice de cet empire totalitaire qu’est devenue l’Union européenne ».

Sur le thème de l’immigration, les deux dirigeants ont été d’accord pour dire qu’il fallait aider les pays d’origine des immigrants pour fixer les populations sur leur territoire. Marine Le Pen a dénoncé la volonté du patronat en Europe de laisser venir ces gens perçus comme source de main-d’œuvre à bon marché, alors que « les hommes veulent rester avec leur peuple dans leur pays, au sein de leur culture. Ils n’ont pas envie de partir de leur pays au risque de leur vie ». On se souvient que Salvini avait lui aussi dénoncé, lors d’un récent sommet européen à Salzbourg, la volonté des dirigeants européens de faire venir des « esclaves » pour remplacer les enfants que les Européens ne font plus. Lundi à Rome, Salvini a déclaré : « Marine Le Pen et moi sommes en train de rassembler l’héritage social de la gauche qui a trahi ses valeurs, nous défendons les précaires que la gauche a oubliés. » […]

https://www.lesalonbeige.fr/lancement-du-front-de-la-libe...

09/10/2018

Montée des « populismes » : mythe ou réalité ? – Journal du mardi 9 octobre 2018

Politique / Montée des « populismes » : mythe ou réalité ?
Salvini, Le Pen, Bolsonaro, Bannon… Les journalistes voient des “populistes” partout… mais qu’en est-il réellement ? Peut-on comparer ces personnalités et leurs velléités ? Cercle vertueux ou spirale dangereuse ? Alain de Benoist, auteur du Moment populiste répondra à nos questions.

Social / Les syndicats se remettent en marche
Pour la 12e fois depuis l’élection d’Emmanuel Macron, les syndicats descendent dans la rue. Un nouveau rassemblement des mécontents qui, comme les précédents, ne semble pas en mesure de faire chavirer le pouvoir.

Société / Les eaux corses en péril

International / B. Kavanaugh : l’homme qui conforte Trump
A moins d’un mois des élections de mi-mandat aux Etats-Unis, la nomination à la Cour suprême du juge conservateur Breth Kavanaugh pourrait bien confirmer la position dominante de Donald Trump…

Serveur TVL

Lien dailymotion

Rencontre stratégique entre Marine Le Pen et Matteo Salvini

marine-salvini_15931575-600x226.jpg

 EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
Marine Le Pen rend visite à Matteo Salvini pour lancer la campagne des européennes.

Après une rentrée en demi-teinte de la présidente du Rassemblement National, Marine Le Pen traverse les Alpes pour rencontrer son allié Matteo Salvini. L’homme fort transalpin est un des meneurs de la droite populiste européenne, et Marine Le Pen espère se servir de sa popularité pour lancer sa campagne européenne.

Quelles annonces ont été faites ?

Premièrement Marine Le Pen a émis une fin de non-recevoir à la proposition de Steve Bannon de rejoindre la fondation de l’ancien dirigeant de Breitbart « le Mouvement ». Cela intervient juste après l’ouverture pourtant engagée par Louis Alliot, compagnon de Marine Le Pen. Cela fait d’ailleurs beaucoup de refus pour l’ancien conseiller de Donald Trump après Viktor Orban, les Finlandais et le FPÖ autrichien. Par ailleurs Matteo Salvini a déclaré, en parlant des élections européennes, « le rendez-vous de mai sera une révolution du bon sens ».

Quelles sont les projections concernant cette élection ?

Pour Matteo Salvini, sa croisade contre « le bunker de Bruxelles » se déroule à merveille. Il caracole en tête avec près de 30% des intentions de vote. Pour Marine Le Pen, c’est plus complexe. En effet même si les sondages lui sont plutôt favorables la plaçant en tête au coude à coude avec La République en Marche, Nicolas Dupont-Aignan et Les Républicains pourraient venir perturber la fête.

Lire la suite

Pour un Front de la liberté… réaliste!

europe-des-nations-276x300.jpgLes gros médias, c’est le moins que l’on puisse dire,   n’ont pas beaucoup fait état de la rencontre qui s’est déroulée hier entre Marine Le Pen et Matteo Salvini à Rome.  La présidente du RN répondait à l’invitation de l’Union générale du travail (UGT), syndicat (à ne pas confondre avec son homonyme espagnol) proche de la Ligue, pour intervenir sur le thème de « la croissance économique et les perspectives sociales dans une Europe des nations. » Une réunion qui fut donc boudée par la grosse presse française  - couverte en revanche de manière très exhaustive par RT –  mais pourtant hautement symbolique  en ce qu’elle permettait de lier, sous l’égide d’un syndicat très en pointe dans la défense des intérêts des travailleurs, questions économico-sociales et problèmes migratoires.   Elle matérialise, à quelques mois des élections européennes dont Marine a rappelé le caractère décisif,  la lutte des nationaux, des populistes/souverainistes contre une idéologie mondialiste qui est le ciment de cette Europe technocratique. UE dont les dérives totalitaires s’accélèrent. On le constate notamment avec les persécutions qui ne se démentent pas contre les eurosceptiques,  discriminations dénoncées de nouveau par Bruno Gollnisch dans l’affaire dite des assistants parlementaires lors de sa conférence de presse du 2 octobre.

Marine et Matteo ne se  sont pas contentés d’afficher leur identité de  vue «contre les ennemis de l’Europe que sont Juncker et Moscovici, fermés dans le bunker de Bruxelles»;  leurs constats communs sur «l’Europe, l’agriculture, le travail, la lutte contre l’immigration», la nécessité de «construire (une autre Europe) avec d’autres Européens »,  sur la base du  triptyque «sécurité, identité, prospérité»,  «pour remplacer ce qu’est devenu au fil des ans l’Union européenne. »

Cette conférence a aussi été le lieu d’une annonce importante, au moment ou les nationaux cherchent à mener à bien le rassemblement le plus large et le plus efficace possible pour mener la lutte contre le système bruxellois à tuer les peuples. La présidente du RN,  le dirigeant  de laLigue et  vice-président du conseil des ministres italien ont ainsi annoncé le lancement  du  Front de la liberté, une alliance électorale dans la perspectives des élections de mai prochain.

Les aspirations des peuples européens à plus de libertés, de protections, d’identité sont non seulement légitimes, mais elles peuvent être satisfaites et Marine a d’ailleurs loué les résultats obtenus par le nouveau gouvernement italien sur le front de la lutte contre la submersion migratoire. Beaucoup ont été frappés dans ce domaine par les propos de Gérard Collomb,  lors de son discours  de passation de pouvoir le 3 octobre . Le ministre démissionnaire a avoué ses échecs et ceux de ses prédécesseurs, malgré les milliards déversés dans les quartiers pluriels, par une  gauche et une droite pareillement immigrationnistes,   pour favoriser le vivre-ensemble.  « Je suis allé dans tous ces quartiers » a déclaré M. Collomb,  «la situation est très dégradée. On ne peut plus continuer à travailler commune par commune, il faut une vision d’ensemble pour recréer de la mixité sociale. » « Aujourd’hui, on vit côte à côte. Moi, je le dis toujours : je crains que demain on vive face à face. »

La seule vision d’ensemble qui tienne  est celle développée et défendue  par l’opposition  nationale, et M. Collomb  le sait peut-être  dans son for intérieur,  mais aura-t-il le courage de le dire, de confesser clairement  que les politiques des partis du Système peuvent conduire la France à la guerre civile,  si un changement radical n’est pas  amorcé?  Valéry Giscard d’Estaing  lui au moins, a  fait son  mea culpa en  se confiant à son biographe, dans un livre à paraître dont Le Point publie quelques extraits (repris sur le site fdesouche).

«Son grand regret» , est-il écrit, « le regroupement familial, décidé par un simple décret de Jacques Chirac en 1976. (…) L’idée de faire venir les familles des immigrés paraissait, à l’époque, naturelle. Avec l’augmentation massive de l’immigration en provenance de pays musulmans, elle divise profondément. Raymond Barre, d’ailleurs, le suspendit pour trois ans, avant que le Conseil d’État annule cette décision au motif que le regroupement familial faisait désormais partie de principes généraux du droit.»

« Avec le recul, Valéry Giscard d’Estaing regrette cette initiative : L’idée en soi était juste et généreuse (…) Mais elle a été mal appliquée, et j’ai eu le tort de ne pas plus surveiller l’application ; j’en ai donc la responsabilité (…).  Dans son essai, Le sens de la République, l’historien (de gauche, spécialiste de l’immigration et  favorable à sa poursuite, NDLR)  Patrick Weil a aussi révélé que (VGE) avait eu le projet de dénoncer les Accords d’Evian pour pouvoir rapatrier quelque 500 000 Algériens en cinq ans.»

A l’évidence, les lignes bougent et nous verrons certainement dans les mois et les années à venir certaines personnalités contraintes, ne serait-ce que par honnêteté intellectuelle, à certaines révisions déchirantes, même s’il  n’est jamais facile – ego quand tu nous tiens ! - d’avouer ses erreurs ou de faire le deuil de ses illusions. Michel Onfray lui ne varie pas dans ses convictions d’homme de gauche réaliste comme il se décrit;  l’homme par qui le scandale arrive en endossant dernièrement le costume du pamphlétaire attaquant la cour. Il a créé l’émoi avec sa seconde lettre  publique adressée  au président de la République  dans laquelle il pourfend  avec ironie, mais non sans une assez grande violence verbale,   l’épisode de  Macron et du  selfie-doigt d’honneur lors  du déplacement de ce dernier  à Saint-Martin  (voir ici et ici)

Accusé d‘homophobie et accessoirement d’atteinte à la dignité du chef de l’Etat, M. Onfray affirme que son ton voltairien et son insoumission expliquent que son passage prévu sur France 5 pour parler de son dernier livre en date,  ait été déprogammé.  Bref, l’essayiste libertaire et  philosophe athée subirait à peu de chose près le sort d’un Eric Zemmour aujourd’hui banni du service public. Michel Onfray  a rappelé aussi les attaques dont il a été l’objet par le candidat Macron au cours de la campagne présidentielle, du fait de ses critiques virulentes contre l’Europe bruxelloise et  de la soumission à celle-ci  de la classe politique.

Par mesure de rétorsion contre sa liberté de ton,  l’Elysée aurait aussi fait pression  pour que France Culture renonce à diffuser  les cours qu’il donne  à l’Université populaire de Caen (UPC)  dont il est le créateur. Il a annoncé le  27 septembre sur le site de l’UPC que dans ces conditions  il arrêtait ses activités. Il concluait son propos  par l’avertissement suivant: «La lutte contre les idées du FN qui avait motivé la création de l’Université Populaire en 2002, doit désormais être élargie à tous ceux qui mettent en péril la liberté de conscience, de pensée et d’expression. Ils sont bien plus nombreux qu’à l’époque. Plus nombreux et d’autant plus dangereux qu’ils sont désormais au pouvoir. »

Ni Marine, ni Macron nous dit M. Onfray,  c’est son choix et c’est son droit ! Mais rassurons-le, il gardera sa liberté de ton et de parole si les Français nous confient les destinées de notre pays. Certes, et cela ne date pas d’aujourd’hui,  la liberté de conscience, de pensée et d’expression est en effet menacée, mais  par ceux qui sont les adversaires les plus acharnés des idées défendues par  l’opposition nationale. Ce ne sont  pas des groupes de pression émanant de notre famille de pensée qui concoctent des lois liberticides, communautaristes,  entendent  interdire la libre expression de M Onfray ou d’autres, quand bien même nous ne la partageons pas.  Quant principe de réalisme dont il se targue, il devrait  le conduire à mieux jauger et juger de l’action politique menée par notre courant politique qui en est épris. Et pour citer un philosophe qu’il apprécie, Nietzsche,  disons que le RN, la Ligue, tous les nationaux lucides se veulent    comme «l’Helléne ( qui ) n’est ni optimiste, ni pessimiste. Il est  essentiellement viril; il voit les choses terribles telles qu’elles sont et ne se les dissimule pas. » C’est bien au fond le reproche principal qui nous est fait par nos adversaires…

https://gollnisch.com/2018/10/09/pour-un-front-de-la-libe...

Droite aux européennes : la course au rassemblement

Capture-13.png

« Cher Nicolas, […], nous avons une responsabilité historique, une responsabilité commune, celle d’être le socle d’un large rassemblement de celles et ceux de toutes sensibilités politiques qui croient en la France, à sa liberté, à son droit inaliénable de choisir son avenir. » Dans sa lettre ouverte à Nicolas Dupont-Aignan du 31 mai dernier, Marine Le Pen prenait l’initiative et proposait au président de Debout la France une liste commune aux européennes, liste qui verrait les deux présidents occuper les dernières places symboliques afin de favoriser le rassemblement. Une prise de position à contre-pied savamment calculée.

« Nous sommes voisins à l’Assemblée nationale, elle n’avait qu’à venir m’en parler directement », s’était agacé le président de DLF. Car, derrière cette manœuvre, se dessinait un renversement. Car, après avoir appelé à voter pour Marine Le Pen au second tour de la présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan s’est posé en rassembleur de la droite, a contrario des Républicains qui choisirent au mieux la neutralité, au pire le ralliement à Macron. Par cette lettre ouverte, Marine Le Pen inversait la tendance en tendant au député de l’Essonne une main qu’il ne pouvait pas saisir.

Car Nicolas Dupont-Aignan venait de fonder les Amoureux de la France avec, notamment, Emmanuelle Ménard, Nicolas Dhuicq et Jean-Frédéric Poisson. Une manière de garder l’initiative, consolidant sa position de faiseur de pont, prolongeant ainsi sa décision de l’entre-deux-tours de 2017. Cette lettre ouverte aurait signifié, si le président de Debout la France y avait répondu favorablement, une perte d’initiative au profit de sa rivale. Rajoutons à cela que le président du Parti chrétien-démocrate, Jean-Frédéric Poisson, avait posé une seule condition : ne pas figurer sur une liste du Rassemblement national.

Il faut dire que cette lettre ouverte intervenait concomitamment avec la défection du député européen Bernard Monot, stratège économique du RN, au profit de Nicolas Dupont-Aignan. Un coup dur pour le groupe européen du RN. Récemment, le président de DLF annonçait : « Philippe Loiseau et Sylvie Goddyn, qui travaillent sur l’agriculture pour l’un et sur la pêche pour l’autre, m’ont écrit […] pour dire “On soutiendra M. Dupont-Aignan”. » Une annonce qui précédait un rétropédalage des deux intéressés qui ont réaffirmé leur attachement au Rassemblement national.

Ce 6 octobre, l’ambiance entre les deux leaders de la droite s’est nettement refroidie. En cause, un « off » de Dupont-Aignan : « En fait, le plus dingue n’était pas celui que l’on croit au débat du second tour. » Une petite phrase captée par la caméra de TF1, qui n’a pas manqué de faire réagir : « Il crache dans la soupe », s’agace Jean-Lin Lacapelle. « Le mépris affiché pour ses alliés (anciens, et potentiels futurs) est dérangeant, et peut porter à s’interroger sur la sincérité de la volonté de rassemblement », a jugé, pour sa part, Philippe Vardon. « Il fait les poubelles du RN », déclare, pour sa part, le maire RN de Fréjus, David Rachline, alors que la conseillère régionale RN de Tarascon, Valérie Laupies, annonce, elle aussi, soutenir Debout la France aux européennes.

Visiblement, aucun cadre du RN n’a émis l’hypothèse que le président de DLF, dans son « off », visait Emmanuel Macron. Pour eux, la personne visée était Marine Le Pen. En clair, il faut attaquer Dupont-Aignan sur son image de rassembleur, pointer son ambition personnelle et démolir son image de faiseur de pont. Afin de rester la seule alternative à droite de la droite. Et stopper l’hémorragie. Même s’il manque à Dupont-Aignan la « grosse prise » qui lui permettrait de prendre l’ascendant sur Marine Le Pen.

À droite, donc, l’ambition est d’apparaître comme rassembleur. Face à Emmanuel Macron, gagnera celui qui s’imposera comme un fédérateur et non comme un diviseur. Une donnée qui écarte LR. Le parti de Laurent Wauquiez préfère, en effet, creuser sa troisième voie (ni eurosceptique ni europhile) et chassera sur les terres du centre. À droite de la droite, la bataille est lancée pour le Rassemblement. Car Marine Le Pen veut concurrencer La République en marche, tandis que Dupont-Aignan veut en finir avec Les Républicains. « Achever l’implosion des LR pour recomposer la droite », confie-t-il. Deux stratégies qui divergeaient dès le départ, pas étonnant que le vernis craquelle.

Marc Eynaud

http://www.bvoltaire.fr/droite-aux-europeennes-la-course-...

Quelle Europe voulons-nous ?

strasbourg_cathedral_gothic_middle_ages_stained_glass-862365-845x475.jpg

Le 9 mai 1950, Robert Schuman, un chrétien, présentait sa proposition relative à une organisation de l’Europe ; grâce à celle-ci, nous vivons en Paix depuis soixante-dix ans. Durant ce temps, la construction européenne nous a permis d’atteindre un niveau de vie et d’épanouissement dans la liberté inégalé dans le monde.

Malheureusement, sous l’effet de la mondialisation, de la déréglementation des échanges et du désastre économique qui s’ensuit dans nombre de pays, sous les chocs d’une immigration incontrôlée dans les pays de l’Ouest européen, par l’abandon des valeurs de la famille, nous nous acheminons rapidement vers la disparition de notre civilisation.

Nous subissons, aussi, la poussée d’un islam politique qui reste contradictoire avec les principes de nos sociétés : liberté individuelle, égalité hommes/femmes, liberté de conscience et religieuse, etc. Ceci, sans même qu’il soit besoin d’évoquer certaines de ses branches qui commettent les attentats que l’on sait.

Seul un rassemblement des peuples se reconnaissant dans les valeurs chrétiennes nous permettra d’affronter sans crainte les périls des divisions et les défis à venir. Par l’expression de notre bien commun et de notre culture commune d’Européens, nous retrouverons fierté de celle-ci et saurons la proposer aux nouveaux arrivants.

Notre Constitution européenne n’a-t-elle pas pour devoir d’inscrire les racines gréco-latines et judéo-chrétiennes de l’Europe dans un texte refondateur ? Ne se doit-elle pas de préciser quels sont les héritages religieux de l’Europe dont elle s’est inspirée ? Être européen, c’est puiser sa force dans une culture construite autour des règles de base de liberté, d’égalité et de fraternité qui guident nos sociétés ; des règles issues des valeurs chrétiennes et de l’histoire de notre continent. Le christianisme y a puissamment contribué à développer la solidarité, la dignité et le respect de la personne humaine.

L’Europe, c’est aussi une communauté qui a pour mission de défendre les intérêts des Européens, d’en valoriser les familles, de protéger ses emplois et de transmettre un message de paix constructif. Elle n’est pas une simple communauté monétaire ou une zone de libre-échange économique ouverte à tous les vents. Les Américains protègent ce qu’ils sont. De même font divers pays. À nous d’agir de même.

Une étude et des statistiques démontrent que nous formons une large majorité. Alors que, dans le monde, 25 % de la population se déclarent chrétiens, en Europe, ce pourcentage s’élève à 76 %, pas moins ! N’est-ce pas là une composante culturelle et historique fondamentale de leur identité ?

En 2019, l’élection des députés au Parlement de Strasbourg doit permettre de constituer une assemblée mieux représentative de sa population et son histoire, afin de faire un jour inscrire dans la Constitution européenne que l’Europe EST d’essence chrétienne ! Et que lois, mœurs, usages et modes de vie doivent s’y conformer pour que vive notre civilisation. Comment faire entendre sa voix en tant que chrétien ou citoyen se reconnaissant dans les valeurs chrétiennes de respect, de liberté et de solidarité ?

En redevenant citoyens à part entière et en votant à toutes les élections ; et tout particulièrement en 2019.

En redisant les valeurs chrétiennes de dignité, de fraternité et d’égalité de toute personne humaine, quelles que soient sa race, sa religion, sa nationalité, son âge, son état et son sexe.

En choisissant les candidats qui affirmeront des valeurs semblables aux nôtres, aux vôtres ; qui signeront cette charte et s’engageront à se battre pour en inscrire les principes au frontispice des lois.

Bertrand du Boullay

http://www.bvoltaire.fr/quelle-europe-voulons-nous/

05:58 Écrit par pat dans actualité, élections, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

08/10/2018

Parachutage sur Barcelone !

Unknown.jpg

Georges Feltin-Tracol

Dans la soirée du 25 septembre dernier, l’ancien Premier ministre hexagonal Manuel Valls aofficiellement présenté sa candidature à la mairie de Barcelone, sa ville natale. Cette annonce originale incite à trois commentaires différents.

Le premier concerne le personnage hautement antipathique. Après avoir espéré de l’Élysée en 2012 et en 2017 et subi un échec cuisant de la part des électeurs de gauche à la primaire de décembre 2016, celui qui, à l’instar de François de Rugy, renia sa promesse initiale de soutenir le vainqueur de la primaire pour mieux se rallier au candidat bancaire Macron chercha d’abord, en intrigant à la petite semaine, à se rapprocher du nouveau pouvoir. Ainsi au terme d’une réélection plus que contestable, s’affilia-t-il au groupe LREM en tant qu’apparenté. Il comprit vite qu’Emmanuel Macron ne lui pardonnerait jamais ses remontrances parfois publiques. L’ancien rocardien sut dès lors que sa carrière politique se fossiliserait dans sa circonscription de l’Essonne. Cela n’aurait été que justice pour ce déplorable chef de gouvernement et cet exécrable ministre de l’Intérieur, auteur de la dissolution honteuse et inacceptable de l’Œuvre française, de Troisième Voie pour une avant-garde solidariste et des Jeunesses nationalistes-révolutionnaires. N’ayant jamais connu le monde réel dans lequel il faut se lever tôt pour gagner sa croûte, Valls lorgna alors de l’autre côté des Pyrénées.

Sa candidature confirme l’émergence planétaire des « villes-monde » ou des « métropoles globalisées ». À la suite de New York du milliardaire Michael Bloomberg et du libéral-gauchiste Bill de Blasio, de Londres du national-mondialiste Boris Johnson et du progressiste multiculturel Sadiq Khan, et de Paris du volubile Bertrand Delanoë et de l’exquise Anne Hidalgo, Manuel Valls aimerait faire de Barcelone une place internationale majeure qui s’écarterait non seulement de l’hypothèse sécessionniste catalane, mais aussi des pesanteurs historiques et territoriales espagnole et européenne. Au nom de ce cosmopolitisme si prisé par la super-classe oligarchique occidentale, il tente d’une manière très macronienne de s’opposer en même temps aux indépendantistes catalans et à l’actuelle mairesse proche de la gauche radicale Podemos, Ada Colau. Or Barcelone est moins séparatiste que son arrière-pays si bien qu’en cas d’indépendance de la Catalogne, certains Barcelonais exigeraient à leur tour la sécession…

Enfin, quand bien même Manuel Valls reste le rejeton idéal du mondialisme, sa candidature aurait été saluée par Jean Thiriart. Celui-ci rêvait qu’un originaire de Copenhague suive des études à Rome, fasse son service militaire à Bucarest, épouse une Bretonne à Varsovie et soit maire de Séville. Cette candidature novatrice fait bouger les lignes et interloque des journalistes jusqu’à présent blasés. Ces béotiens oublient que le cas Valls était assez courant dans l’Europe d’avant 1789. Régente de France pendant la minorité de son fils, le roi Louis XIV, Anne d’Autriche était une princesse espagnole et son Principal ministre et parrain du jeune roi, Mazarin, italien. L’ancien maire d’Évry renoue sans le vouloir avec la pratique médiévale du « capitaine du peuple », un étranger qui administrait avec le podestat les affaires publiques des républiques urbaines italiennes.

Par-delà une évidente ambition politicienne, l’acte de Manuel Valls valorise une appartenance prioritaire européenne. Son exemple devrait se généraliser pour qu’en 2022, les Français puissent enfin choisir entre de médiocres politiciens hexagonaux (les Macron, Wauquiez, Sarközy, Hollande, etc.) et de véritables hommes d’État tels Viktor Orban, Vladimir Poutine ou Alexandre Loukachenko.

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n°93, diffusée sur Radio-Libertés, le 5 octobre2018.

Commandez le nouveau livre de Georges Feltin-Tracol, "Pour la troisième voie solidariste" :

20181004_201914.jpg

Le commander en ligne cliquez ici 

Brésil : le candidat populiste presque élu dès le premier tour

Brésil : le candidat populiste presque élu dès le premier tour

Jair Bolsonaro a obtenu plus de 46% des voix au premier tour de l’élection présidentielle au Brésil ce dimanche 7 octobre. Son principal rival, Fernando Haddad, du parti des travailleurs (PT), arrive loin derrière avec 29%. Le désormais second tour se déroulera le 28 octobre.

Si les sondages le plaçaient largement en tête depuis que la candidature Lula a été invalidée, aucun ne lui prédisait un tel score.

Bolsonaro a survécu à une tentative d’assassinat, le 6 septembre, que des gauchistes avaient justifiée !

Jair Bolsonaro est un ancien capitaine de l’armée brésilienne qui est entré en politique peu après la fin de la dictature militaire en 1985. Après avoir été élu conseiller municipal de Rio de Janeiro en 1988, il devient député deux ans plus tard. Sa récente ascension doit beaucoup à son rapprochement avec les évangélistes. D’origine catholique, il s’est fait baptiser par un pasteur en Israël en 2016. Il prévoit de légaliser le port d’armes. Son conseiller économique, Paulo Guedes prône des privatisations et un retrait de l’État de la sphère économique. Opposé à l’avortement, au « mariage » homosexuel et à l’immigration sauvage, il est en faveur de la peine de mort et de la castration chimique pour les violeurs.

https://www.lesalonbeige.fr/bresil-le-candidat-populiste-...

07/10/2018

La droite s’est-elle soumise à la gauche ?

gauche-droite-jean-terroir-588x330.jpg

Par Jean Terroir ♦ C’est l’une des observations politiques les plus évidentes : il semble acquis que la droite française a peu à peu abandonné ses fondamentaux, notamment sous l’emprise du diktat idéologique de la gauche. Pour Jean Terroir, il est fondamental que la droite revienne à ce qui marque sa différence avec la gauche : privilégier le réel.
Polémia.

Le réel comme point de départ

Quand j’étais plus jeune, on me disait que ce qui était un marqueur de la « droite nationale » comme on disait à l’époque ou du moins de la « droite », c’était de « partir du réel ». Certains s’appuyant sur la célèbre distinction de Charles Maurras entre pays légal et pays réel. C’était très attrayant pour un jeune homme comme moi désabusé par le bla bla des partis traditionnels car en face les « gauchistes » semblaient eux aussi se perdre dans leur bla bla, leurs utopies et leurs débats sans queue ni tête.

Nous en face, on avait le « réel ». Et j’entendais tout le temps que ce « réel » nous donnait raison.

Par exemple sur l’insécurité, la droite opposait le « réel » à la gauche qui parlait d’un « sentiment » et qui comme d’habitude nous sortait les violons de la subjectivité liée au ressenti de chacun voire accusait les médias ; qui comme on le sait tous sont tenus par une armée de crypto-lepenistes. On avait donc il y a plus d’une décennie Jean-Marie Le Pen en 2002 ou Nicolas Sarkozy en 2007 qui s’appuyèrent sur le « réel » pour conquérir les voix des Français. Ils disaient tout haut ce que d’autres pensaient tout bas selon l’expression consacrée, ils mettaient des mots sur ce que les « gens » voyaient. Dans la plus pure tradition de droite, ils ne parlaient pas utopie, post-révolution, Grand Soir, mais « réel », ordre, travail.

On sait ce qu’il est advenu du FN lorsque Jean-Marie Le Pen a cherché à conquérir les voix des banlieues à Argenteuil et par la suite du mandat de Sarkozy pourtant élu sur le « kärcher » : ils ont oublié la réalité de leur électorat au profit de stratégies politiques menées par des conseillers mal avisés ou poursuivant des desseins idéologiques.

Ainsi on a l’impression depuis une dizaine d’années que le « réel » a échappé même à la « droite » qui d’ailleurs ne s’appelle plus la droite mais cherche d’autres qualificatifs moins stigmatisant « républicains », « patriotes », « souverainistes », « populistes », « anti-mondialistes ». Mais pire encore, je constate une tendance massive dans les milieux militants à ne pas tenir compte du réel et les exemples sont nombreux.

Récemment Eric Zemmour a créé malgré lui un nouveau buzz autour d’un débat sur les prénoms. Croyez-vous qu’il aurait reçu du soutien de la part de ceux qui sont censés s’opposer aux méfaits des globalistes ? Que nenni, nous avons au contraire lu des critiques sur le numéro d’Elements qui met Zemmour à l’honneur, alors que Zemmour est lu par des centaines de milliers de personnes et que cette Une peut permettre à cette revue de conquérir un nouveau lectorat au fond pas tellement éloigné.

De la même façon, on ne cesse de lire des critiques sur les éditions Ring qui ne prétendent rien faire d’autre qu’un travail grand public en particulier sur les problèmes d’insécurité et d’islamisme. On en vient même à affubler de « droitard » ou de « bourgeois » pour tout et n’importe quoi et par exemple tous ceux qui ne font pas profession de foi d’anticapitalisme radical dans un pays pourtant gangrené par la fiscalité et le marxisme culturel venu des Etats-Unis.

La France n’est un pays « ultra-libéral » que pour les étudiants de la Sorbonne ou de la rue d’Ulm, fussent-ils de droite… A l’international, la Russie est perçue comme le cœur névralgique de l’identitarisme européen malgré sa géographie très excentrée de la « Vieille Europe », la réhabilitation de l’histoire soviétique, l’influence de l’islam douteux de Kadyrov, les prières de rue ou le rapprochement avec la Turquie d’Erdogan avec qui Poutine a inauguré la plus grande mosquée du pays… que n’aurait-on pas lu à droite sur Macron si il avait inauguré une mosquée avec Erdogan…

Très peu de « réel » et beaucoup trop d’idéologie

On évoque constamment dans certains milieux intellectuels la nécessaire jonction entre les deux populismes pour combattre le système euro-mondialiste alors même que extrême-gauche et extrême-droite sont irréconciliables sur un grand nombre de sujets, et parmi eux le plus clivant : l’immigration. On continue de lire des logorrhées tiers-mondistes à l’heure de l’effondrement quasi total du nationalisme arabe, de la poussée islamiste, de la haine de l’occidental et ce plus de 25 ans après la fin de la Guerre froide comme si notre salut allait venir d’on ne sait quel chef d’état prétendument « non-aligné »…

Bref je vois très peu de « réel » et beaucoup trop d’idéologie et d’enfermement doctrinal. Une impression de vivre encore dans les années 70’/80′. Les nouvelles réalités géopolitiques (comme l’importance de la Chine, la disparition du nationalisme arabe, la tendance forte aux regroupements continentaux, la puissance des GAFAM), technologique (intelligences artificielles, robotique), scientifiques (progrès de la génétique, découvertes sur le QI), environnementales (pollution des mers, des océans, des terres agricoles, des cours d’eau, des sols, de l’air, enlaidissement des paysages, …), sont peu prises en compte.

Très peu de pragmatisme et de stratégie de conquête et beaucoup d’entêtement dans des impasses politique. Cette tendance idéologisante, ce « doctrinisme » qui s’impose et résume tout aux idées pures et nous éloigne du « réel », de sa complexité et donc de ce qui fait l’ADN politique de la droite, n’est pas sans rappeler les tendances qui ont court à l’extrême-gauche avec des divisions de sous-division pour des points de doctrine. Ce sont beaucoup de méthodes et de positionnement issus de l’ultra-gauche qui ont progressivement contaminés la droite et quant on parle de « victoire des idées » et de « gramcisme » on se demande bien quelles idées classées à droite ont vraiment progressé à gauche.

La gauche a-t-elle par exemple abandonnée sa tendance égalitariste qui fait partie de son histoire ? Non. Par contre le discours égalitariste s’impose de plus en plus à droite, avec son corollaire, le discours victimaire.

La gauche a-t-elle abandonnée le « constructivisme  social » au profit d’un certain déterminisme ? Non. Par contre à droite le « constructivisme social » a progressé. A cela il faut ajouter qu’une ambiance délétère règne de plus en plus et une mentalité de commissaire politique s’impose peu à peu. Il faut alors boycotter des essayistes ou des universitaires qui sont suspects d’être trop « systémo-compatibles ».

Apporter des réponses concrètes aux enjeux du XXIème siècle

Au point que des gens à droite pensent sérieusement et de plus en plus que la lutte contre l’islam radical ou les préoccupations écologiques font finalement le « jeu du système » des « mondialistes ». On parle de l’absence de débat à gauche, mais je n’en vois pas plus à « droite » et les réseaux sociaux ne font qu’accentuer la tendance à la confrontation, à l’impératif de « choisir son camp » et à publier quotidiennement des commentaires ironiques et sarcastiques en lieu et place des échanges fermes mais courtois que devraient conserver des hommes de droite. Plutôt que de débattre sur les faits, donc sur le « réel » en avançant des chiffres ou des études récentes on est dans la posture du « plus révolutionnaire que toi », « plus anti-système que toi » comme ces souverainistes qui passent leur temps à clamer qu’ils sont « plus pour le Frexit que le FN » comme si ce sujet avait par ailleurs une quelconque importance.

Au final, la droite ne devient qu’une « autre gauche ». Mais le temps file et je pense qu’il serait temps que les gens se concentrent sur le réel en privilégiant les faits, la sociologie réelle et l’action locale plutôt que de perdre leur temps à contrecarrer les initiatives qui leurs semblent trop « systèmo-compatibles », car entre les nouveaux enjeux liés par exemple à la démographie, à la génétique, aux IA, à la Chine ou aux GAFAM (le réel) et le Grand Soir s’appuyant sur l’exégèse d’auteurs du XIXeme siècle (les idées), j’ai quelques certitudes sur ce qui est en train de faire l’histoire.

Attention je ne dis pas qu’il ne faut pas lire les auteurs du XIXeme siècle et en retirer des analyses, je dis qu’il faut apporter des réponses concrètes, ici et maintenant, aux enjeux du XXIeme siècle.

Jean Terroir 05/10/2019

Source : Breizh-Info

Crédit photo : Montage réalisé à part d’images libres de droit

https://www.polemia.com/droite-soumise-gauche-jean-terroir/

Espagne – L’ADN rassemblera les nationalistes lors des élections européennes

espagne-adn.jpg

Espagne – Le samedi 29 septembre, la coalition nationaliste ADÑ a été présentée publiquement à Madrid. Il s’agit d’une coalition des partis politiques Falange Española de la JONS, de Démocratie nationale, La Falange et Alternativa Española pour participer aux prochaines élections au Parlement européen de 2019.

Espagne-Euroescepticos2019.png

L’acte de présentation a eu lieu au palais des ducs de Pastrana à Madrid. Des centaines de personnes ont rempli la salle où se déroulait l’événement, ainsi que les salles annexes, et même de nombreuses personnes n’ayant pas eu accès au hall principal ont dû suivre les discours. via le système de sonorisation installé dans les jardins du complexe.

Ce premier acte public de la Coalition Euroescepticos2019 a été couvert par plusieurs médias. Il a aussi été suivi par des personnalités très diverses du patriotisme espagnol, hélas trop longtemps divisé. Les organisateurs annoncent une campagne permanente, animée par le désir de mettre fin aux menaces qui pèsent sur la continuité de l’Espagne en tant que nation unie.

Deux jeunes, Magdalena et Luis, ont animé et présenté l’événement avec interventions parfois drôles, parfois émouvantes, dévoilant clairement l’essence de l’ADÑ, puis ils ont cédé la place aux quatre orateurs représentant les quatre organisations qui composent la coalition ADÑ.

Suivant une répartition parfaite des rôles, les orateurs bombardaient les 5 points forts de la coalition. Manuel Andrino, au nom de La Falange, a souligné que l’Espagne et, par extension, l’Europe que défend la nouvelle coalition, est celle de la justice sociale, celle qui met fin aux politiques de coupes, celle qui met l’économie au service de l’homme, pas de l’Europe des marchés et des marchands. L’Europe sociale pour laquelle travaille ADÑ est celle qui garantit le droit au travail, au logement, à la santé, à l’éducation et à la protection sociale des plus démunis. Il a souligné l’impossibilité pour une nation d’être forte sans justice sociale ni qu’elle existe sans une nation unie qui défend son identité.

Gonzalo Martín, représentant de Démocratie Nationale, a souligné l’engagement de la coalition ADÑ à remettre la tradition chrétienne comme fondement des valeurs et de la culture européennes, et a souligné qu’un réarmement moral est nécessaire pour nous conduire à la défense de la vie et à la défense de la famille naturelle. Avec la même vigueur, il a insisté sur la nécessité de contrôler efficacement nos frontières, de protéger nos limites territoriales, de durcir les critères d’accès à la nationalité espagnole et de freiner les politiques d’immigration massive qui cherchent à faire venir une main-d’œuvre bon marché pour la soumettre à une exploitation.

Norberto Pico, au nom de Falange Española de las JONS, a défendu une mesure que seul ADÑ propose dans ces élections européennes et qui suscitera sûrement une vive controverse, à savoir la sortie de l’euro et la reprise en main de la politique monétaire, exigence nécessaire pour progresser dans la justice sociale. La crise récente a montré que les pays qui ne faisaient pas partie de la politique de l’euro ont surmonté les mêmes difficultés de manière beaucoup plus efficace que les pays soumis à l’euro, car ils ont pu orienter leurs politiques monétaire et financière dans les intérêts du pays et non de l’eurocratie bruxelloise.

Francisco Torres, représentant de Alternativa Española, a rappelé que cette coalition représente ceux qui ont toujours défendu fidèlement l’identité, la souveraineté, l’intégrité, l’indépendance et la liberté de la patrie. Il a dénoncé tous les gouvernements des dernières décennies qui ont livré l’Espagne à ce broyeur de Patries qu’est l’Union européenne, au service du globalisme et de la mondialisation qui dissolvent les identités nationales dans un multiculturalisme qui fait de nous des esclaves du capitalisme. Il a justifié la poursuite de la bataille idéologique pour aller à la racine des problèmes internes de l’Espagne.

Si l’acronyme ADN représente l’identité génétique de tous les organismes vivants et est également responsable de la transmission héréditaire, il est logique qu’un mouvement politique basé sur cette défense de l’identité de l’Espagne peut reconnaître ce nom d’ADN comme représentant sa coalition.

La première partie de la présentation s’est terminée par les notes de l’hymne national écouté avec un respect impressionnant, et même chanté avec les paroles de José María Pemán, par les centaines de personnes qui ont rempli la salle principale, les couloirs et les espaces adjacents. À la fin de cette partie centrale de l’événement, les portes menant à une salle attenante et au jardin du palais ont été ouvertes. Il y avait là des exposants, des peintures murales et des affiches de toutes sortes dans une exposition originale et saisissante faisant connaître le message politique et social de la coalition ADÑ. Dans cette seconde partie de l’acte de présentation, tous les participants pouvaient parcourir l’exposition, prendre des photos et engager des conversations entre eux et avec les organisateurs de l’événement.

La devise de la coalition ADÑ: “Nous sommes ADÑ, nous sommes ce que nous sommes, nous sommes comme vous”.

Parmi les marques de soutien reçues d’autres pays, on notait celle d’Alain Escada, président de Civitas.

https://www.medias-presse.info/espagne-ladn-rassemblera-les-nationalistes-lors-des-elections-europeennes/98758/

21:12 Écrit par pat dans actualité, élections, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

L’impossible alliance des populistes de droite et de gauche ?

union-populistes-588x330.jpg

Par Javier Portella, écrivain espagnol francophone, essayiste ♦ En Italie, le gouvernement italien est composé de deux entités qualifiées de « populistes ».  Cette alliance de circonstance est-elle transposable dans d’autres pays européens ? Pour Javier Portella, cette union potentielle dépend largement de la volonté des populistes de gauche, conditionnés à haïr la droite. Mais les tentatives récentes des mouvements politiques de gauche en Europe d’intégrer la question migratoire dans leur programme pourrait être un signe que l’union est possible. Une analyse intéressante.
Polémia.

C’est à juste titre qu’on a récemment célébré parmi les identitaires la création, en Allemagne, d’un courant de gauche, Aufstehen (« Debout »), réclamant un strict contrôle de l’immigration. Ceci venant s’ajouter à la participation de 5 Stelle à l’actuel gouvernement italien, il semble évident qu’un « populisme identitaire de gauche » a commencé à s’amorcer.

Un « populisme identitaire de gauche »… Or, c’est là une contradiction dans les termes, car il n’y a rien de plus éloigné de la sensibilité populaire que l’approche libéralo-libertarienne (idéologie du genre, féminisme, mondialisation, immigration tous azimuts…) qui marque ces partis de gauche. Lorsque certains de leurs courants s’opposent à l’immigration, ils ne peuvent même pas être qualifiés d’identitaires, car la défense de l’identité culturelle et ethnique est bien le dernier de leurs soucis, la seule raison qui les conduit à s’opposer à l’immigration de peuplement étant la défense (bien nécessaire, au demeurant) des seuls intérêts économiques des travailleurs.

Or, toutes ces différences, pour ne pas dire tous ces différends, il faudrait que la droite identitaire songe à les mettre entre parenthèses, car les liens qu’elle pourrait nouer avec la gauche dite populiste constituent une des clés pouvant ouvrir la voie, comme en Italie, au renversement de la situation.

Y a-t-il des chances que de tels liens se nouent ? Ne me hasardant pas à me prononcer sur les autres pays européens, je me bornerai au cas de l’Espagne, où l’oxymoron « populisme de gauche » devient encore plus flagrant. Il est, en effet, incarné par Podemos, un parti dont l’idéologie libéralo-libertarienne est la plus extrême et opposée, donc, au « peuple » dont ces gens se gargarisent évidemment toujours.

Et pourtant, là aussi vient de démarrer un courant plus ou moins semblable, toutes proportions gardées, à celui qui a vu le jour en Allemagne. Il s’agit d’une initiative lancée par trois ou quatre figures de proue de Podemos en vue d’y créer un courant d’opinion anti-immigrationniste, initiative qui a débuté par un article très élogieux de la politique économique menée par le gouvernement italien de Lega-5 Stelle et qui a provoqué d’énormes remous dans les rangs gauchistes.

Ces trois ou quatre mousquetaires réussiront-ils à renverser la tendance dominante de Podemos ? Il faut le souhaiter, mais on peut en douter. Même s’ils y parvenaient, il est à craindre que les réflexes de toute une vie passée à combattre « la droite » et « les fachos » vont leur empêcher la moindre ouverture à une droite identitaire qui, elle, n’a pas hésité, par exemple, à reproduire tout de suite dans ses journaux (le mien y compris) l’article dont je parlais – l’inverse étant, bien entendu, impensable.

L’inverse, en effet, est absolument inimaginable… Et c’est là que le bât blesse. Car toute l’affaire consiste finalement, en Espagne et ailleurs, à nouer une alliance souhaitable et nécessaire mais qui, contrairement à ce que certains identitaires semblent croire, n’est pas du tout naturelle. Il s’agit d’une alliance entre deux ennemis qui, ayant en commun un ennemi supérieur – « le Système » –, mettent entre parenthèses leurs autres différends. Du côté de la droite patriotique, l’offre est ou doit être absolument claire ; la main, tendue sans réticences. Or, tout tombe évidemment à l’eau et il faut bien retirer la main dès lors qu’une des deux forces – la gauche révolutionnaire – considère que l’éventuel allié est… « l’ennemi fasciste à abattre », comme les invectives constamment lancées par Podemos, par Aufstehen (qui s’en prend toujours à l’AfD) ou par les antifas parisiens lors de l’ouverture de la librairie dirigée par François Bousquet le montrent à suffisance.

Javier Portella 04/10/2018

Source : Boulevard Voltaire

Crédit photo : Domaine public, via PixaBay

https://www.polemia.com/alliance-populistes-droite-gauche/

Sondages, ralliements : Nicolas Dupont-Aignan fait bouger les choses à droite

Nicolas_Dupont-Aignan_-_Flickr_-_dupontaignan-845x475.jpg

C’est le Petit Poucet de la droite : 4,5 % à la présidentielle, aujourd’hui crédité de 6 % pour les européennes. Et cela lui vaut bien des railleries de ses grands concurrents. Mais, désormais, l’air du temps est différent, car ces deux « grands », LR et RN, sont en perte de vitesse. Ils ont, chacun, touché leur plafond en 2017 : 20 % pour l’un, 21 % pour l’autre. Il leur a manqué les quelques points décisifs. Et ces points, c’étaient les cailloux du Petit Poucet. Dix-huit mois après les présidentielles, ni les LR de Laurent Wauquiez, ni le RN de Marine Le Pen ne se sont remis de leur défaite. Leurs handicaps semblent même devenus structurels : question de ligne chez LR, comme l’ont montré le vote contre Orbán à Strasbourg et l’éviction du jeune Tegnér partisan de l’union des droites, question d’ouverture et de crédibilité pour le RN.

Sans parler de la question centrale du leadership : Laurent Wauquiez peine à décoller et Marine Le Pen à se remettre de son crash de 2017. Aucun des d’eux ne souhaite prendre le risque de conduire la liste de son parti. C’est, d’ailleurs, cet argument qu’a avancé Nicolas Dupont-Aignan pour lancer son « appel solennel » aux électeurs et aux cadres des deux partis. C’est aussi ce que ressentent beaucoup de sympathisants et d’élus de base.

Alors, comme avec le réchauffement, des blocs de banquise commencent à fondre, des morceaux de montagne à se détacher : il y a quelques semaines, c’est Bernard Monot, député européen RN, qui se ralliait à Nicolas Dupont-Aignan ; ces jours-ci, ce sont 19 conseillers régionaux des Hauts-de-France, du Grand Est, d’Occitanie ou de Provence-Alpes-Côte d’Azur, tous élus sur des listes Front national-Rassemblement Bleu Marine en 2015, qui ont publié une lettre de ralliement :

« Alors qu’Emmanuel Macron veut engager notre pays dans la dernière étape de la dépossession des Français et de leur destin, aucune personnalité des deux principaux partis d’opposition, ni LR ni FN, n’a voulu porter la voix du peuple. C’est avec beaucoup d’enthousiasme que nous avons appris la décision de Nicolas Dupont-Aignan de mener une grande liste d’ouverture qui veut rassembler tout le camp national et républicain pour gagner ces élections européennes. »

Il y a là une vraie lucidité. Car ses cailloux, qui gênent aujourd’hui la marche de Laurent Wauquiez et de Marine Le Pen, il les a semés depuis longtemps. Et s’ils leur font de plus en plus en plus mal, ils ne pourront s’en prendre qu’à eux-mêmes.

En effet, des risques pour sa carrière, Nicolas Dupont-Aignan en a pris beaucoup, et très tôt. Auprès de l’électeur de droite déboussolé, il a de solides états de service à faire valoir. L’absence de convictions de l’UMP devenu LR, sa dérive centriste, il les a dénoncées il y a plus de dix ans, au nom de son engagement gaulliste, et, en véritable gaulliste, il a claqué la porte.

Et de l’autre côté, son alliance franche pour la présidentielle avec Marine Le Pen, loin des siphonnages ou du double discours hypocrite d’un Sarkozy naguère ou d’un Laurent Wauquiez aujourd’hui, lui vaut une reconnaissance sincère de bien des patriotes eux aussi déboussolés. Cette double prescience en fait un précurseur de la droite à venir et lui confère une réelle légitimité.

L’occasion des élections européennes est bien choisie car elle est souvent défavorable aux partis installés, mais les listes alternatives qui y font une percée peinent souvent à transformer l’essai ensuite. Cependant, tout est ouvert car nous sommes en pleine recomposition.

Un sondage Elabe pour Les Échos voit la cote de Nicolas Dupont-Aignan grimper de trois points, à 22 %. Il figure même en troisième position chez les sympathisants du Rassemblement national, à 37 %. Et deuxième chez les sympathisants de droite, à 54 % de bonnes opinions, derrière Nicolas Sarkozy, mais devant Laurent Wauquiez. C’est un bond de dix points en deux mois ! Visiblement, les choses bougent et les petits cailloux, de plus en plus nombreux, dessinent un chemin.

Alors, Nicolas Dupont-Aignan, l’homme providentiel de la droite ? Il est, en tout cas, ce Petit Poucet qui entraîne avec lui de plus en plus de ses frères abandonnés par leurs deux parents inconséquents. Ils ne sont pas sortis de la forêt. Mais ils sont sortis du bois : c’est déjà beaucoup !

Pascal Célérier

http://www.bvoltaire.fr/sondages-ralliements-nicolas-dupo...

06/10/2018

Témoignage explosif contre Hillary Clinton

Témoignage explosif contre Hillary Clinton

James Baker, un ancien haut responsable du FBI, a livré un témoignage explosif sur la façon dont la police fédérale avait géré l’enquête sur la supposée collusion entre Donald Trump et la Russie. Un témoignage fait à huis clos à l’occasion d’une enquête diligentée par le Congrès, mais dont le député républicain Mark Meadows, présent au moment de la déposition, a confié à Fox News les grandes lignes, tout en restant suffisamment vague pour des questions légales.

L’enquête ouverte reflétait un parti pris politique certain contre Donald Trump. Si ces informations ne sont pas vraiment nouvelles, elles se voient ainsi confirmées par l’ex-bras droit de l’ancien directeur FBI, James Comey, et prennent donc un poids considérable. D’autant que d’après Mark Meadows, James Baker s’est largement confié sur la genèse de l’enquête sur la supposée collusion entre Donald Trump et la Russie, ainsi que sur la mise sous surveillance par l’agence d’un des responsable de la campagne électorale du milliardaire, dès 2016. C’est là que l’histoire prend une tournure à même de sérieusement mettre à mal l’état-major du parti démocrate (DNC). D’après le site d’information The Hill, l’enquête menée par le Congrès a permis de déterminer que James Baker avait rencontré avant l’élection présidentielle au moins un responsable de Perkins Coie, le cabinet d’avocats privé avec lequel travaille le DNC.

Or, c’est à travers Perkins Cole que le DNC, ainsi l’équipe de campagne d’Hillary Clinton, ont secrètement payé (via l’entreprise Fusion GPS) Christopher Steele, un ancien agent du renseignement britannique. Ce dernier a alors compilé un dossier de renseignements bruts non corroborés, alléguant que Donald Trump et Moscou étaient de connivence pour détourner le déroulement normal de l’élection présidentielle. Le dossier en question, bien que comprenant des informations non vérifiées, a ensuite été utilisé par le FBI comme élément principal afin de requérir un mandat en vertu de la loi FISA (Foreign Intelligence Surveillance Act), pour pouvoir mettre sur écoute l’équipe de campagne de Donald Trump.

Le FBI a donc utilisé un dossier qu’il savait partisan, douteux et destiné à vaincre Donald Trump – car financé par le DNC – pour mettre sur écoute l’un des responsable de la campagne électorale du milliardaire. Une information que l’agence a omis de transmettre à la Cour FISA, lorsqu’elle lui a demandé un mandat pour pouvoir mettre en œuvre sa surveillance.

«C’est une révélation explosive, qui montre sans équivoque que la véritable collusion pour détourner l’élection s’est déroulée entre le FBI et l’opposition à Donald Trump – le DNC, Hillary [Clinton] et un agent du renseignement britannique haïssant Donald Trump – plutôt qu’une conspiration entre Poutine et Trump».

A quelques semaines des élections capitales de mi-mandats, cette information vient affaiblir le camp démocrate, déjà passablement décrédibilisé.

https://www.lesalonbeige.fr/temoignage-explosif-contre-hi...

05/10/2018

Le député Julien Aubert favorable à un dialogue LR/RN

Le député Julien Aubert favorable à un dialogue LR/RN

Sur RFi, le député Julien Aubert, secrétaire général de LR, membre de la direction du parti, plaidait pour un dialogue avec le RN, comme le sénateur Meurant.

Débattre, apprendre à se connaître, tisser des liens informels… l’unité de la droite passe par là et non par des magouilles d’appareils.

https://www.lesalonbeige.fr/le-depute-julien-aubert-favor...

Le Québec élit un gouvernement nationaliste et anti-immigration

Merci-CAQ-820x546.jpg

La Coalition Avenir Québec (CAQ) tourne la page de près de 15 ans de gouvernement libéral quasi ininterrompu

Les Québécois ont porté pour la première fois au pouvoir la Coalition Avenir Québec (CAQ), un parti nationaliste non indépendantiste qui souhaite réduire la taille de l’État et l’immigration, tournant la page de près de 15 ans de gouvernement libéral quasi ininterrompu.

“Aujourd’hui on a marqué l’histoire, aujourd’hui il y a beaucoup de Québécois qui ont mis de côté un débat qui nous a divisés pendant 50 ans”, soit la question de l’appartenance ou non du Québec au Canada, a lancé, triomphal, François Legault, Premier ministre désigné de la province, lors d’un discours à Québec.

Cet homme d’affaires multimillionnaire a promis “un esprit de rassemblement, pour gouverner pour tous les Québécois”, et a dit vouloir “travailler pour un Québec fort au sein du Canada”. La CAQ, formation créée en 2011 par Legault, disposera de la majorité absolue à l’Assemblée nationale québécoise, avec 74 députés sur 125 selon des résultats préliminaires. Dans le précédent Parlement, dissous fin août, elle ne comptait que 21 sièges.

Le Premier ministre sortant, le libéral Philippe Couillard, a rapidement concédé sa défaite lundi soir et souhaité à Legault “tout le succès”, depuis son fief du lac Saint-Jean. Il s’agit d’un nouveau coup dur pour les Libéraux, la famille politique du Premier ministre fédéral Justin Trudeau. En juin ils avaient perdu l’Ontario, province la plus riche et la plus peuplée, au profit d’une autre formation conservatrice.

le Canada organise des élections législatives dans un an, et le scrutin s’annonce incertain pour M. Trudeau, dans un contexte de montée du nationalisme.

20% d’immigrés en moins

Justin Trudeau a salué la victoire de Legault. “Ensemble, nous continuerons de défendre les travailleurs et les industries du Québec, de créer de bons emplois pour la classe moyenne et de bâtir une économie forte basée sur l’innovation, en plus de protéger l’environnement et de lutter contre les changements climatiques”, a déclaré le Premier ministre canadien dans un communiqué.

Pour la première fois en plus de 30 ans, la question de l’indépendance du Canada ne constituait pas un enjeu. Les partis favorables au fédéralisme canadien ont totalisé plus de 63% des suffrages. Le prochain Premier ministre du Québec, François Legault, est un ancien ministre indépendantiste qui assure désormais ne plus vouloir se séparer d’Ottawa. Multimillionnaire, comptable de formation, il a fait fortune après avoir créé en 1986 la compagnie aérienne Air Transat. La CAQ, qu’il a cofondée, promettait aux Québécois le “changement”, la fermeté sur l’immigration, dont il veut réduire les seuils pour mieux intégrer les nouveaux arrivants, et une meilleure gestion des finances publiques.

Legault avait annoncé en campagne électorale vouloir, dès 2019, réduire de plus de 20% le nombre d’immigrants admis au Québec chaque année.

La Chambre de commerce de Montréal, la métropole du Québec qui concentre la moitié de la population et la majorité des immigrés, l’a exhorté lundi soir à “tenir compte de la nécessité d’élargir le bassin de main-d’œuvre qualifiée”, alors que 100.000 emplois ne sont pas pourvus dans la province francophone, faute de candidats adéquats.

Source

https://www.news.suavelos.eu/le-quebec-elit-un-gouverneme...

02/10/2018

Saint-Martin : l’image de l’échec et l’échec de l’image – Journal du lundi 1er octobre 2018

Politique / Saint-Martin : l’image de l’échec et l’échec de l’image
Il l’avait promis, un an après l’ouragan Irma, Emmanuel Macron est revenu à Saint-Martin. L’occasion de se donner en spectacle alors que la reconstruction du territoire au point mort.

Société / Mondial de l’Auto à la croisée des chemins

International / Trump et Trudeau trouvent un terrain d’entente
Donald Trump obtient un nouvel accord pour l’Amérique du nord. Après d’âpres négociations, le président s’est mis d’accord avec ses homologues mexicains et canadiens… clouant un peu plus le bec à ses détracteurs.

International / Le Brésil sous très haute tension
A une semaine du premier tour des élections générales, le Brésil est à feu et à sang. Scandales de corruption, tentative d’assassinat du favori et crise sociale, le pays et son futur président auront de nombreux défis à relever.

Lien serveur TVL

Lien DailyMotion

https://www.tvlibertes.com/2018/10/01/26026/saint-martin-...