Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2017

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, homme politique né d’une PMA entre le grand capital et les Minotaures de la repentance

Bernard Lugan

Source L'Afrique réelle cliquez ici

Lancé sur le marché politique tel un nouveau smartphone, vous êtes, Monsieur Macron, un ignorant butor dont les propos concernant la colonisation sont doublement inadmissibles.

1) En premier lieu parce qu’ils furent tenus à Alger, devant ces rentiers de l’indépendance qui, pour tenter de cacher leurs échecs, leurs rapines et la mise en coupe réglée de leur pays, mettent sans cesse la France en accusation.
Certains qui, parmi votre auditoire, applaudirent à vos propos d’homme soumis (cf. Houellebecq), et devant lesquels vous vous comportâtes effectivement en dhimmi, sont en effet ceux qui, le 1er novembre 2016, publièrent un communiqué exigeant que la France :

« (…) présente des excuses officielles au peuple algérien pour les crimes commis durant les 132 ans de colonisation et pour les crimes coloniaux perpétrés à l’encontre du peuple algérien afin de rappeler les affres de la répression, de la torture, de l’exil, de l’extermination et de l’aliénation identitaire car l’histoire du colonialisme restera marquée par ses crimes de sang et ses pratiques inhumaines ».

Candidat à la présidence de la République française, vous avez donc donné votre caution à de telles exigences autant outrancières qu’insultantes. Ce faisant, vous vous êtes fait le complice des pressions et chantages que l’Algérie exerce à l’encontre de la France afin d’obtenir d’elle une augmentation du nombre des visas ou tel ou tel avantage diplomatique ou financier. En d’autres temps, vous auriez donc pu être poursuivi pour « Atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ».

2) Ensuite parce que vos propos constituent non seulement un recul de l’état des connaissances, mais également le viol de ce consensus historique auquel étaient arrivés les historiens des deux rives de la Méditerranée. Or, par ignorance ou par misérable calcul électoraliste, vous les avez piétinés.

Au nom de quelle légitimité scientifique avez-vous d’ailleurs pu oser les tenir ? Avez-vous seulement entendu parler des travaux de Jacques Marseille, de ceux de Daniel Lefeuvre ou encore des miens ?

Oser parler de « crime contre l’humanité », maladroitement rectifié en « crime contre l’humain », au sujet de la colonisation revient en réalité à classer cette dernière au niveau des génocides du XXe siècle, ce qui est proprement scandaleux. Sur ce terrain, vous voilà donc encore plus en pointe que Christiane Taubira, ce qui n’est pas peu dire...

Pierre Vidal-Naquet, pourtant militant de la décolonisation et « porteur de valises » assumé du FLN écrivait à ce sujet :

« Assimiler peu ou prou le système colonial à une anticipation du 3e Reich est une entreprise idéologique frauduleuse, guère moins frelatée que l’identification, à Sétif, (…) de la répression coloniale aux fours crématoires d’Auschwitz et au nazisme (…). Ou alors, si les massacres coloniaux annoncent le nazisme, on ne voit pas pourquoi la répression sanglante de la révolte de Spartacus, ou encore la Saint-Barthélemy, ne l’auraient pas tout autant annoncé… En histoire, il est dangereux de tout mélanger. Un sottisier peut-il tenir lieu d’œuvre de réflexion ? (…) L’air du temps de la dénonciation médiatique (…), le contexte social, économique et politique actuel est encore fécond qui continuera à générer de telles tonitruances idéologiques à vocation surtout médiatique ». J’ajoute électoralistes.

Vous devriez pourtant savoir, Monsieur le candidat à la présidence de la République, qu’en créant l’Algérie, la France donna un nom à une ancienne colonie ottomane, traça ses frontières, unifia ses populations, y créa une administration et toutes ses infrastructures.

Ce faisant, y aurait-elle commis un « crime contre l’humanité » ou « contre l’humain » ? Les chiffres de l’accroissement de la population ne semblent pas l’indiquer puisqu’en 1830, la population musulmane de l’Algérie n’excédait pas 1 million d’habitants alors qu’en 1962 elle avait bondi à 12 millions.

Serait-ce donc en commettant des « crimes contre l’humanité » que la France, ses médecins et ses infirmiers soignèrent et vaccinèrent les populations et firent reculer la mortalité infantile ? Serait-ce parce qu’elle commettait des « crimes contre l’humain » que chaque année, à partir du lendemain du second conflit mondial, 250 000 naissances étaient comptabilisées en Algérie, soit un accroissement de 2,5 à 3% de la population, d’où un doublement tous les 25 ans ? A ce propos, relisons René Sédillot :

« La colonisation française a poussé l’ingénuité - ou la maladresse - jusqu’à favoriser de son mieux les naissances : non seulement par le jeu des allocations familiales, mais aussi par la création d’établissements hospitaliers destinés à combattre la stérilité des femmes. Ainsi, les musulmanes, lorsqu’elles redoutaient d’être répudiées par leurs maris, faute de leur avoir donné des enfants, trouvaient en des centres d’accueil dotés des moyens les plus modernes tout le secours nécessaire pour accéder à la dignité maternelle. (…)(L’histoire n’a pas de sens, Paris, 1965, page 71).

Enfin, puisque vos propos indécents tenus à Alger obligent à faire des bilans comptables, voici, Monsieur le candidat à la présidence de la République, celui qui peut être fait au sujet de l’Algérie française : en 132 années de présence, la France créa l’Algérie, l’unifia, draina ses marécages, bonifia ses terres, équipa le pays, soigna et multiplia ses populations, lui offrit un Sahara qu’elle n’avait jamais possédé après y avoir découvert et mis en exploitation les sources d’énergie qui font aujourd’hui sa richesse. Comme je ne cesse de l’écrire depuis des années, en donnant l’indépendance à l’Algérie, la France y laissa 70.000 km de routes, 4300 km de voies ferrées, 4 ports équipés aux normes internationales, une douzaine d’aérodromes principaux, des centaines d’ouvrages d’art (ponts, tunnels, viaducs, barrages etc.), des milliers de bâtiments administratifs, de casernes, de bâtiments officiels qui étaient propriété de l’Etat français ; 31 centrales hydroélectriques ou thermiques ; une centaine d’industries importantes dans les secteurs de la construction, de la métallurgie, de la cimenterie etc., des milliers d’écoles, d’instituts de formations, de lycées, d’universités. Dès l’année 1848, et alors que la conquête de l’Algérie était loin d’être achevée, 16 000 enfants en majorité musulmans étaient scolarisés. En 1937 ils étaient 104 748, en 1952 400 000 et en 1960 800 000 avec presque 17 000 classes, soit autant d’instituteurs dont les 2/3 étaient Français (Pierre Goinard, Algérie : l’œuvre française. Paris, 1986).

En 1962, il y avait en Algérie, un hôpital universitaire de 2000 lits à Alger, trois grands hôpitaux de chefs-lieux à Alger, Oran et Constantine, 14 hôpitaux spécialisés et 112 hôpitaux polyvalents, soit le chiffre exceptionnel d’un lit pour 300 habitants.

Tous ces équipements, toutes ces infrastructures, tous ces établissements ainsi que les personnels qui les faisaient fonctionner avaient été payés par la France et avec l’argent des Français.

Monsieur le candidat à la présidence de la République, je vous poste ce jour en RAR mon dernier livre « Algérie, l’histoire à l’endroit »[1], afin que vous puissiez mesurer l’abîme séparant la réalité historique de vos inacceptables propos.

Bernard Lugan

[1] Ce livre est uniquement disponible via l’Afrique Réelle. Pour le commander : cliquez ici

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Trouille du peuple et perquisition, tout se tient

Le Système panique, le  Système voit le sol se dérober sous ses pieds, constate le rejet croissant dont il  est l’objet et,  comme à chaque fois,  ses hommes-liges agitent les peurs,  les  mauvais fantasmes, le  spectre de la guerre et du chaos pour inciter le bon peuple à ne pas quitter l’enclos, à se laisser mener sans rechigner vers les lendemains qui chantent de la mondialisation ( promise enfin)  heureuse. François Hollande a profité hier de la conférence de presse clôturant  le  25e sommet franco-espagnol, à Malaga, pour conspuer les  populistes nationaux et les souverainistes.  Aux côtés du chef du gouvernement espagnol, le très européiste  Mariano Rajoy,  lequel avait déjà prédit une catastrophe pour l’Europe en cas de victoire de Marine à la présidentielle,  M. Hollande  a fait dans la surenchère. Nous aurions été pourtant  en droit d’attendre un peu plus de modestie et de retenue au regard  de  son calamiteux bilan, qui découle en partie de sa soumission aux diktats de Bruxelles. Non,  le plus impopulaire des présidents de la Vème république  a doctement expliqué  que «les nationalistes ne menacent pas simplement l’Europe, ils menacent aussi les intérêts des nations qu’ils prétendent représenter». Leur arrivée au pouvoir  a-t-il encore affirmé sans rire signifierait une «plus grande fragilité pour contrôler l’immigration» et «moins d’exportations, moins d’investissements et donc moins d’emplois»!  «Quelle est leur référence, quel est leur modèle ?» a poursuivi  François Hollande, avant de répondre à sa propre question : «le président des États-Unis et le président de la Russie (Vladimir Poutine) qui ne sont pas des modèles européens.» (sic).   «Quel est leur souhait pour (résoudre) la crise de la Syrie : de conforter M. Bachar al-Assad ?».

Autant de réflexions assez surréalistes dans la bouche de François Hollande, dont on cherche encore les modèles européens  qui ont pu lui inspirer tant de cafouillages au sommet de l’Etat,    qui a achevé de précipiter la France dans une crise multiforme et qui a joué le rôle  nocif que l’on sait utilisant  la carte du chaos islamique pour abattre la République arabe syrienne.

Alors oui, le Système vacille et montre les dents parce qu’il a la trouille d’un peuple qu’il n’est plus certain d’être encore en mesure de contrôler. Aristide Leucate  sur voxnr ,  dans sa présentation du livre Le Moment Populiste, (sous-titré Droite-Gauche c’est fini! )  d‘Alain de Benoist acte les  raisons de cette  fracture:  « Ne trouvant plus d’écho au sein d’une classe politique endogamique et interchangeable, le pays réel s’en est progressivement détourné, à proportion du mépris croissant dans lequel ceux-là finissent par tenir celui-ci, notamment en le diluant contre son gré dans un immigrationnisme d’indifférenciation et en immolant les patries héréditaires, indivises et charnelles aux bûchers holocaustiques du mondialisme transfrontiériste. »

Alors il n’y a évidemment pas de hasard à la nouvelle perquisition qui s’est déroulée hier dans les locaux du FN à Nanterre, au moment ou les images des racailles qui dégradent, qui  cassent, qui brûlent, qui pillent au nom de la justice emplissent  les  écrans des chaînes d’information continue.  Une opération ordonnée  « deux ans après le début de l’enquête initiée par Mme Taubira, ministre socialiste de la Justice, sur demande de M. Schulz, président socialiste du Parlement européen» sur les assistants parlementaires des députés frontistes.  « Perquisition, des mêmes bureaux, s’agissant des mêmes faits présumés, ce qui confirme que la première perquisition a été infructueuse » comme l’indique le communiqué du Front National.

Nous attendons déjà d’ici les commentateurs des grands médias  s’offusquer de ce que le FN crie une  nouvelle fois au complot, joue  la carte de la victimisation, les spécialistes établir  un parallèle oiseux avec l’affaire Fillon,  expliquer que le FN  est finalement  corruptible  comme les autres partis d’un  Système qu’il dénonce.  Il faudrait pourtant être bien  naïf  pour ne pas voir dans la période choisie  une volonté politique.

Il s’agit délibérément  de polluer la communication, de parasiter la campagne de Marine, notamment lors de ses prochains passages médiatiques,  au moment ou la campagne de la candidate nationale passe un nouveau cap, gagne chaque jour en crédibilité.  C’est  le cas sur la scène  internationale avec sa rencontre officielle avec le président du  Liban, le général Aoun ; cela se vérifie  dans  un nouveau sondage qui  indique que la victoire est désormais envisageable, qui souligne que  la candidate du FN  progresse très sensiblement dans les intentions de vote face à  M Fillon ou M. Macron  au  second tour de la présidentielle…

Interrogé hier  quelques brèves minutes sur LCI (voir ici) )à l’occasion de cette perquisition,   Bruno Gollnisch a dénoncé une procédure politique.

https://gollnisch.com/2017/02/21/trouille-peuple-perquisi...

Macron n’a rien compris !

8804-20170221-1.jpgTenir meeting à Toulon n’était pas l’idée la plus judicieuse d’Emmanuel Macron après avoir osé, en Algérie, dénoncer la colonisation comme un « crime contre l’humanité », une « barbarie » (voir Présent du 16 février) ! C’est une des régions où le Front national connaît ses meilleurs résultats électoraux, c’est surtout le lieu où résident de nombreuses familles de rapatriés, qu’elles soient d’origine pied-noir ou harki. Elles ont été scandalisées par ses propos insultants, comme de nombreux Français. Un homme qui aspire à la magistrature suprême injurie la France et assimile son œuvre colonisatrice, c’est-à-dire civilisatrice, à un crime contre l’humanité ! C’est le chef duquel ont été poursuivis les nazis : Macron se disqualifie de lui-même.

C’est ce que de nombreux Toulonnais entendaient lui faire comprendre en disant haut et fort leur indignation au cri de « Macron trahison ! ». Pour justifier que la salle où il se produisait était à moitié vide, il a prétendu que le Front national avait voulu empêcher sa réunion. Il est vrai que l’on peut aussi considérer que cette accusation était un hommage involontaire au FN, qui reste le seul défenseur des rapatriés, Fillon qui a protesté n’a pas appelé, au nom de son parti, à manifester : il ne pouvait renier sa filiation gaulliste.

Néanmoins, s’il y avait des militants du Front, toujours à la pointe du combat pour la défense de la patrie, on y a surtout vu des patriotes indignés. Non seulement par l’acte d’obédience fait à Alger et les abjects propos qui l’ont accompagné, mais par la provocation que constituait sa présence là où se trouvent de nombreuses victimes de la tragédie algérienne. Remarquons, au passage, qu’il n’a évidemment pas demandé au Premier ministre algérien de faire repentance, ni même de s’excuser, pour les pieds-noirs massacrés, les soldats torturés, les harkis assassinés, les cimetières profanés. Pour Macron, le FLN n’a commis aucun crime.

Il était venu non pour provoquer mais s’expliquer, a-t-il prétendu. Il avait commencé, peu avant, de façon particulièrement grotesque, dans une intervention télévisée où il disait aux anciens combattants d’Algérie : « Vous êtes les enfants de la France » ! Un gamin de 39 ans, qui n’a jamais fait la guerre, dit cela à des hommes, « les enfants », dont la plupart sont septuagénaires, comme s’ils avaient besoin de la reconnaissance d’un Macron pour se savoir fils de France. Quelle suffisance et quel ridicule !

A Toulon, à ceux qu’il avait offensés, sur lesquels il avait craché, il a lancé : « Parce que je veux être président, je vous ai compris et je vous aime ! » En entendant cela, les plus indulgents ont conclu qu’Emmanuel Macron, quoique agrégé de l’Université, était complètement ignorant de l’histoire contemporaine, ne sachant pas que le « Je vous ai compris » du général de Gaulle est inscrit dans la mémoire douloureuse de la France et la chair de ceux qui ont eu à en subir les plus terribles conséquences, les rapatriés. Si ce n’est pas par ignorance, c’est une nouvelle provocation qui s’ajoute à l’autre. Elle annonce la trahison, comme celle du général. Mais, en accusant sa patrie de « crime contre l’humanité », il l’a déjà trahie.

Guy Rouvrais

Article paru dans le quotidien Présent

http://fr.novopress.info/

Rencontre Marine Le Pen-président Aoun : les véritables enjeux de ce voyage

7063750lpw-7065340-article-marine-le-pen-jpg_4105249_660x281.jpg

Deux principes sous-tendront la diplomatie active au Levant à laquelle Marine Le Pen souhaite vivement participer.

Les médias ont répété à satiété que Marine Le Pen allait chercher au Liban une reconnaissance internationale… Les enjeux de ce voyage sont beaucoup plus importants.

Parce que Michel Aoun n’est pas n’importe qui, parce que la candidature de Marine Le Pen est en totale rupture avec l’ensemble du système politique qui a permis, orchestré et finalement créé toutes les conditions favorables à l’explosion de l’islamisme en Europe, et particulièrement en France.

Or, l’ex-général Aoun a justement lutté inlassablement, pendant quarante ans, pour la défense d’un Liban indépendant et souverain face aux multiples tentatives d’hégémonie extérieure. De plus, son élection quasi miraculeuse — après pratiquement deux ans de vacance du pouvoir présidentiel — consacre magistralement la formule libanaise de cohabitation islamo-chrétienne et de partage du pouvoir qui exclut et rejette par définition tout islamisme.

Cette rencontre est la préfiguration de ce qui devrait à nouveau exister entre la France et le Liban, et plus encore entre l’Occident et l’Orient pour rejeter efficacement tout terrorisme révolutionnaire islamique.

La deuxième grande thématique du voyage de Marine Le Pen au pays des Cèdres, c’est évidemment le problème des migrants.

Là encore, la convergence de la France et du Liban par rapport au problème des réfugiés est claire : « leur retour obligatoire et dans la dignité dans leur pays d’origine » (pour reprendre les propos du patriarche maronite du Liban Bechara Al-Raï) est la seule possibilité envisageable.

Nul doute que le nouveau président libanais va prendre à bras-le-corps le dossier explosif des 1,2 à 1,4 million de réfugiés syriens au Liban en anticipant et préparant leur retour en Syrie.

Ce sera un des points capitaux de la négociation avec le nouveau pouvoir en Syrie — le régime de Bachar el-Assad ou un autre —, une fois la majorité des villes syriennes libérées de la présence des différentes milices islamistes.

Loin des discours ambiants et délétères d’un certain Occident, cette fermeté libanaise et ce patriotisme inflexible du général Aoun — ainsi que de son allié Samir Geagea, chef des FL (Forces libanaises) — sont évidemment un exemple de taille pour celle qui souhaite incarner, non seulement pour la France mais aussi pour l’Europe, le grand retour des États-nations.

Le renforcement de l’armée libanaise par le développement de la coopération avec l’armée française est un des volets-clés du partenariat que compte mettre en place Marine Le Pen, une fois élue Présidente.

Plus généralement, dans l’esprit de Marine Le Pen, le Liban sera un point d’équilibre vital pour l’apaisement des tensions au Moyen-Orient. Le consensus rare existant entre toutes les communautés libanaises face à la menace islamiste doit être le point de départ de la reconstruction de la paix au Moyen-Orient.

Deux principes sous-tendront la diplomatie active au Levant à laquelle Marine Le Pen souhaite vivement participer.

Tout d’abord, le principe de réciprocité. En effet, la présence de dizaines de millions de musulmans, principalement immigrés de fraîche date, sur notre sol devrait nous permettre d’exiger le respect, la protection et même la promotion des chrétiens en Orient… De même que la volonté et le besoin constants de la Turquie de se rapprocher, au moins économiquement, de l’Europe devraient nous permettre d’exiger d’elle qu’elle cesse immédiatement d’armer les djihadistes massacreurs des chrétiens en Irak et en Syrie…

Ensuite, pour sortir des sempiternels avatars du conflit israélo-palestinien ou israélo-arabe qui, non seulement menacent en permanence de s’étendre au niveau régional voire mondial, mais à présent minent véritablement, de l’intérieur, le lien social et l’unité de nos nations européennes, il est urgent de promouvoir le rôle et la vocation des minorités chrétiennes en Orient en tant que facteur d’apaisement au Levant. C’est un deuxième principe d’action absolument capital.

Les valeurs de liberté, de démocratie, de diffusion du savoir et de l’éducation et, enfin, d’ouverture aux autres que ces minorités chrétiennes ont toujours incarnées et défendues font d’elles le vecteur privilégié de l’instauration et du maintien de la paix au Moyen-Orient.

C’est aussi ce que Marine Le Pen est venue dire à Beyrouth !

http://www.bvoltaire.fr/thibautdelatocnaye/rencontre-mari...

Comment les meetings de Macron sont des mises en scène pour manipuler

Une vidéo qui montre les techniques d’animation et de présentation des meetings d’Emmanuel Macron :

Macron utilise des techniques qui devraient presque être interdites car elles relèvent, au-delà de la mise en scène, d’une immense organisation de manipulation des masses destinée à faire croire au succès de cet homme et des idées qu’il porte.

Idées qui, je le rappelle, sont très difficiles à cerner vu qu’il n’a toujours pas de programme !

Alors pour le moment, on fait des immenses spectacles, édifiants.

Ces spectacles sont relayés de façon dithyrambique par des médias, propriétés généralement de soutiens officiels au candidat Macron qui est monté de toutes pièces. Au cric.

Macron est un pur produit marketing à l’ascension fulgurante et donc forcément suspecte.

Pour celles et ceux qui n’auraient pas vu ce reportage, je vous invite à prendre 30 minutes de votre temps pour étudier la façon dont ostensiblement nous sommes pris pour des imbéciles.

Je vous invite à partager aussi largement que possible cette vidéo. Si quelqu’un vous avoue une sympathie très politiquement correcte pour Saint-Macron-bénit-soit-son-nom, n’hésitez pas à éclairer sa lanterne en soumettant à sa sagacité critique la manière dont on monte ces spectacles.

Charles Sannat
http://www.contre-info.com/ |

20/02/2017

Macron, ses erreurs et sa faute

En cette fin de semaine le caractère scandaleux des déclarations de Macron en Algérie le 14 février, après environ deux jours de stupéfaction, soulève un vague de protestations légitimes que résume le titre en première page du Figaro le 17 février : "Colonisation : Macron provoque un tollé".

L'avalanche des réponses indignées a atteint un tel niveau de mobilisation qu'on ne cherchera ici ni à les paraphraser ni même à les recenser. On notera simplement que leur répartition dans le champ politique ridiculise le propos psittaciste, tant de fois entendu et répété, selon lequel la droite et la gauche cela n'existe pas. La psittacose ça se soigne  (1)⇓.

Depuis un certain temps ses propres supporteurs commençaient à se demander si et quand ils seraient gratifiés du programme de leur candidat et néanmoins favori. L'intéressé lui-même était allé jusqu'à théoriser l'inutilité de l'exercice.

Or, en quelques jours l'ancien inspecteur des finances, l'ancien banquier d'affaires, l'ancien inspirateur économique de Hollande, l'ancien ministre, désormais candidat à la présidence a effectivement démontré dans la pratique que nous n'avons nul besoin de connaître sa plateforme électorale pour savoir à quoi nous en tenir.

Le virage révélateur avait commencé le 4 février par une stupéfiante négation : la culture française, cela n'existe pas. Exit Molière, exit La Fontaine, exit Pascal, exit Racine, exit Victor Hugo, etc. Seuls comptent sans doute les marchés financiers, leur franglais de bazar et les enquêtes par sondages. On se demande même pourquoi les moyens d'information se dispersent en parlant d'autre chose.

Le summum a donc été atteint avec les déclarations diffusées à Alger le 14 février sur la colonisation : "un crime, un crime contre l'humanité". Sans être dupes de la destination électorale du propos, visant à récupérer le vote communautariste grâce auquel la gauche a gagné en 2012, on se permettra quand même de retenir l'outrage et la sottise de ce jugement.

D'excellents esprits ont pu, par le passé, et surtout en son temps critiquer la politique coloniale, la dénoncer comme une erreur, voire une injustice, souligner son coût, s'indigner des conséquences brutales de certains de ses aspects. Aucun Français digne de ce nom n'avait fait jusqu'ici référence au concept de crime contre l'humanité, dont peut-être Macron, Micron, et Mocron ignorent la portée juridique gravissime.

Sans nous étendre sur les litanies des noms de héros et de saints qui fécondèrent l'Empire, sans nous attarder à l'heureuse invention de la clémentine dans le département d'Oran, sans encombrer le lecteur de fioretti familiales, rappelons quelques souvenirs qui devraient quand même dire quelque chose aux connaissances historiques raréfiées de nos contemporains.

Criminel de guerre Charles de Foucauld ? Criminel de guerre le général Laperrine ? Criminels de guerre le maréchal Juin et les soldats de la Première Armée Française ? Criminel de guerre Savorgnan de Brazza ? Criminel de guerre le maréchal Lyautey ?

Était-il un criminel de guerre Albert Camus recevant son prix Nobel en 1956 et osant se revendiquer comme Français d'Algérie ? L'était-il quand il déclarait qu'entre la justice et sa mère il choisirait toujours sa mère ?

Macron aurait-il osé commettre la même déclaration à propos de l'Empire britannique partout dans le monde où ce bel édifice a laissé en héritage les fruits amers de sa politique de "diviser pour régner" mais aussi cette foule de rentes financières qu'on apprécie encore en la cité de Londres ? On hésite à poser la question.

Une interrogation en revanche ne fait pas mystère : celle de l'incompétence, de l'incongruité, de l'insignifiance de cette candidature à la succession de saint Louis, et même à celle d'Armand Fallières à la tête de ce qui reste de l'État français.

JG Malliarakis

Apostilles

  1. cf. Tintin au Congo. 

http://www.insolent.fr/

La Caste peut s’attendre à des surprises

Y a-t-il encore un pilote dans l’avion de la campagne de la droite LR-UDI ? Oui répondent les cadres et élus républicains qui regardent déjà avec angoisse l’échéance des législatives, avant d’ajouter en off à l’intention des journalistes que le problème c’est que François Fillon s’est enfermé dans le cockpit et que nous allons tous nous crasher avec lui… Le candidat de la droite libérale a réitéré ces dernières heures qu’il irait jusqu’au bout et que c’est le suffrage universel et non la justice qui tranchera du bien  fondé de sa candidature;  bref qu’une mise en examen ne le disqualifiera pas, contrairement à ce qu’il affirmait auparavant. De son point de vue il aurait tort de ne pas le dire et il était assez aberrant de sa part de confier son destin politique à de juges,  parfois affiliés au très rouge Syndicat de la Magistrature (plus de 25% des voix aux élections professionnelles de 2014). Il est de bon ton quand on est un élu du Système d’affirmer rituellement que l’on a toute confiance en la justice de son pays, mais la réalité est parfois différente…  Ajoutons à cela que la base assez friable et encore indécise, si l’on en croit les enquêtes d’opinion,  des potentiels électeurs de M. Macron  lui laisse espérer une qualification pour le second tour. Après tout il reste encore plus de deux mois de campagne avant le premier tour, il peut se passer bien des choses dans ce laps de temps,  et si les spécialistes avancent que les intentions de vote à la présidentielle se cristallisent en général au mois de février, nous savons aussi que c’est dans les tous derniers jours que de très nombreux électeurs font leur choix final. 

Un choix que semble avoir d’ores et déjà fait Philippe de Villiers qui bien que retiré de la politique sans renoncer au combat des idées, a fait l’éloge de Marine Le Pen dans le JDD . Le journal  relève que « l’ancien président du Conseil général de Vendée semble sous le charme. Il raconte au JDD l’avoir trouvée tout simplement excellente lors de L’Emission politique de France 2, jeudi 9 février – qui a battu des records d’audience, NDLR. Je pense que l’on va vers des surprises toutes aussi excellentes, poursuit-il. Elle a une carrure présidentielle. Sa main ne tremblera pas lorsqu’il faudra prendre des décisions douloureuses. Dans mon village des Herbiers, une terre pourtant centriste, ils veulent tous voter pour elle… Des propos qui ne sont pas anecdotiques, alors que les catholiques traditionnels, qui avaient misé sur Fillon et pour qui De Villiers reste une référence, ne savent plus à quel saint se vouer. »

Lâché en partie par les catholiques de droite, François  Fillon s’est plaint également  des atteintes contre la démocratie que seraient selon lui les concerts de casseroles regroupant à chaque fois une poignée de militants cégétistes et communistes, qui retentissent à chacun de ses déplacements et qui parasiteraient sa campagne. Nous qui avons au Front National de la  mémoire, nous ne nous souvenons pas que M. Fillon et ses amis de droite aient émis dans le passé la moindre protestation sur le fait que depuis plus de vingt-cinq ans, les racailles antifas, les milices anarchistes, trotskistes soutenues par les partis socialiste et communiste, entendent perturber violemment les réunions publiques du Front National. Le phénomène était en baisse sensible ces dernières années, mais ne doutons pas que l’espoir d’un score élevé et d’une qualification de Marine au second tour réactivera les réseaux antifrontistes. Une extrême gauche qui jouera comme à chaque fois son rôle de chien  de garde du système bourgeois-libéral-libertaire, d’un capitalisme hors sol et de l’euromondialisme.

Candidat emblématique de ce Système et de cette idéologie là, Emmanuel Macron, à vouloir ratisser large, se prend souvent les pieds dans le tapis. Creusant le sillon  de  sa profession de foi communautariste visant à séduire à la fois les  idéologues cosmopolites, les masochistes de la repentance  et les banlieues – « il n’y a pas une culture française, il y a une culture en France et elle est diverse » affirmait-il déjà à Lyon le 4 février - l’ex de la banque Rothschild, le liquidateur sans scrupule d’Alstom, a créé la polémique en comparant à Alger  la colonisation à un crime contre l’humanité

L’émotion a été grande et à Carpentras vendredi comme samedi à Toulon, Pieds Noirs et frontistes ont tenu à le  lui faire savoir pacifiquement. M Macron qui joue à l’homme de dialogue et de conciliation a pourtant dénoncé dans des termes outranciers et mensongers cette présence de 200 militants du FN et d’associations de Pieds Noirs aux abords de son meeting de Toulon… qui n’a pas fait le plein. Il a conspué la manifestation des patriotes choqués et blessés par la trahison de Macron, des propos anti-français prononcés qui plus est à l’étranger.

Avec la même maladresse, assez stupéfiante et qui écorne son image d’habileté, l’ex ministre de l’Economie a essayé de se mettre les Pieds Noirs dans la poche en lançant samedi  aux 1200 personnes qui avaient fait le déplacement pour le voir, « Je vous ai compris », à la manière du général De Gaulle, lors de son fameux et très ambigu discours d’Alger le 4 juin 1958. Or, cette phrase est pour beaucoup de Pieds Noirs la marque de la trahison, de la duplicité  de De Gaulle. Ils l’avaient interprété comme étant la garantie que les départements d’Algérie resteraient Français, promesse réitérée par De Gaulle par la suite.

« Vous avez aux portes de cet établissement le Front National » a ainsi déclaré M. Macron, « le parti Front national jouant sur les haines, les peurs, les émotions, qui a empêché des centaines d’entre vous de rentrer, qui en a bousculé d’autres, y compris des journalistes, qui se retrouvent aujourd’hui aux urgences. Parce que le parti du Front National ne veut pas que la démocratie fonctionne, ne veut pas qu’elle avance, que le pays regarde en face ses défis. Il veut le confiner dans ses peurs ».

Le candidat d‘En Marche ! à l’évidence manie sans vergogne l’inversion accusatoire affirme Bruno Gollnisch. Il ne dépare pas cela des autres candidats qui se réfugient frileusement sous le parapluie atlanto-bruxellois, qui font passer leurs renoncements pour du pragmatisme et du réalisme. Un personnel politique sans Vision, incapable d’envisager une renaissance française, d’autres alliances, de percevoir nos atouts, et qui explique aux Français que ceux qui veulent faire recouvrer à notre pays  ses libertés et son indépendance sont des peureux et les tenants d’une France moisie ! Alors oui, nous en faisons le pari, la Caste peut s’attendre à des surprises.

https://gollnisch.com/2017/02/20/caste-sattendre-a-surpri...

Ne pas se tromper de patriotisme

Les jours et les semaines passent. Et ces derniers temps la campagne présidentielle a doucement glissé vers le caniveau et le feuilleton, perdant l'essentiel de son intérêt.

En ce 13 février on ne pouvait donc que partager le vœu de Nicolas Beytout dans son éditorial de l'Opinion (1)⇓. Il est grand temps que s'organise le débat.

Deux semaines plus tôt, votre chroniqueur imaginait encore que les vraies questions allaient s'imposer, tout simplement parce qu'elles se posent au pays de façon cruciale.

De sorte que, le dimanche 29 janvier, étant cloué devant mon poste de télévision ma curiosité ou mon ahurissement passager m'avaient conduit à entendre l'expression coup sur coup de deux définitions du patriotisme. Je me surpris successivement, en effet, à visionner d'abord, et jusqu'au bout, un petit reportage consacré à Florian Philippot. Après quoi, sur La Chaîne Parlementaire, d'entendre le discours de La Villette de François Fillon.

Depuis ce dimanche, dois-je l'avouer, j'éprouve le sentiment d'avoir absorbé une dose maximale du feuilleton électoral, non que ces deux émissions aient manqué d'intérêt mais parce que visiblement les gros moyens de désinformation n'en ont rien retenu pour l'intérêt du citoyen.

Pour la première partie de cette après-midi dominicale, exceptionnellement télévisuelle, la découverte d'un personnage qui jusque-là ne m'était connu que superficiellement m'a surpris. Au delà de quelques déclarations et prises de positions plus urticantes que vraiment éclairantes, on se trouvait en présence d'une vraie cohérence, celle d'un fils du jacobinisme, venu de la gauche. Il se revendique certes du gaullisme, ce que l'on sait depuis le début, et qui peut faire sourire eu égard à l'histoire d'un parti, fondé il y a près d'un demi-siècle sur la dénonciation de la "vente de la France par De Gaulle en viager au parti communiste".

Quand on l'écoute de bout en bout, aujourd'hui, on demeure frappé, au contraire, par cette sorte de complaisance, qui s'exprimait dans le programme commun de la gauche rédigé en son temps par Chevènement, un mentor que Philippot ne semble pas vouloir renier.

Quant au second discours, celui de François Fillon, les journalistes moralistes n'ont pas voulu voir que, s'adressant à ses partisans, il n'avait manqué ni de style, ni de détermination, ni de contenu. On nous assure que cet orateur est devenu inaudible : il fut pourtant entendu ce jour-là par des milliers de partisans, peu impressionnés eux-mêmes par les gazetiers et les radioteurs.

À propos de son intervention, qui m'a semblé éloquente, je laisse la parole à Libération du 30 janvier qui écrit : "Le bon discours de François Fillon à la Villette pourra-t-il le sauver ? Le candidat LR a multiplié les formules bien venues, les envolées électrisantes et les confessions tout en retenue vibrante. Le candidat de la droite n’est pas mort, loin de là, et il peut espérer survivre en tablant sur l’amnésie progressive de l’opinion et sur un dossier judiciaire qu’il pourra plaider (c’est à l’accusation de prouver l’emploi fictif)."

Or, ces quelques lignes qui disent pourtant bien ce qu'elles veulent dire, étaient noyées dans un commentaire plus général, basé sur des impressions virtuelles, suggérées par les supputations plus ou moins gratuites avancées, au conditionnel, par d'autres médias.

La vraie question centrale supposerait un examen de l'état réel du pays. Les gens lucides le demandent de plus en plus fortement.

Or, nous nous trouvons à un moment où l'étiquette patriotique a repris une certaine popularité. Elle fonctionne, hélas, à contre sens. Aucun penseur politique n'a plus fortement que Charles Maurras, ni plus intensément que lui, pensé en termes de patriotisme et il y a consacré des pages et des pages dont les meilleures se retrouvent dans son indispensable Dictionnaire Politique et Critique. (2)

Or, contrairement à une partie de ceux qui, aujourd'hui, prétendent qu'ils continuent son combat, le mot véritable dont il habille sa doctrine est celui de nationalisme. Horresco referens nous dit Philippot pour qui nationaliste signifierait vouloir envoyer les chars à Berlin ! Maurras, qui pourtant avait beaucoup de mal à aimer fût-ce "quelques grands Germains candidats à la civilisation" (sic !!!), n'a jamais pensé en ces termes. Son nationalisme lutte contre l'ennemi intérieur, contre la décadence, contre la bêtise : cela fait déjà beaucoup de travail. Le nationalisme intégral, sous sa plume, est celui qui conclut à la nécessité de restaurer la monarchie.

Car le vrai patriotisme ce n'est pas celui du supporteur de l'équipe de France de rugby, c'est celui du citoyen qui se préoccupe de défendre le meilleur programme, les meilleures institutions susceptibles de redresser le pays.

À cet égard Maurras se montra toujours très critique à l'endroit de Paul Déroulède et de sa Ligue des Patriotes qui, sous la Troisième république, militent en faveur de l'élection du président au suffrage universel.

En 1908 il écrit : "L'élection du chef de l'État par le peuple nous a déjà livré en 1848, en 1852, 1870, à ces puissances de publicité et d'argent, à cet absurde gouvernement d'opinion…" "Le dictateur plébiscité est le serf de la ploutocratie comme Roossevelt (3)

ou le serf de l'opinion publique comme Napoléon III."

En 1909 il va jusqu'à conclure : "il va falloir sauver la France de Déroulède"

JG Malliarakis

Apostilles

  1. Les trois volumes sont édités dans la collection Climats chez Flammarion.
  2. cf Cahiers de la Quinzaine, n° 11, 1899
  3. il s'agissait de Théodore Roosevelt… 

http://www.insolent.fr/2017/02/ne-pas-se-tromper-de-patri...

Pour une « France apaisée » : la remigration, par Antoine Vouillazère

stories.virtuemart.product.2809_page_01nsp_149.jpgSi des étrangers extra-européens ont été capables de migrer vers la France, ils sauront remigrer vers le pays d’où ils sont venus. Au besoin, on les y aidera. Tel est l’esprit des 30 mesures pour une politique d’identité et de remigration que publient Les Identitaires.

Pas la peine de chercher le mot « remigration » dans le dictionnaire, il ne s’y trouve pas. Le Robert et le Larousse font entrer chaque année des dizaines de mots nouveaux qui n’ont rien à y faire – ainsi de « yoyette », qui désigne une jolie fille… au Cameroun !, entré l’édition 2017 du Petit Larousse –, mais de remigration, substantif pourtant correctement formé d’après migration, emprunté au latin migratio, « passage d’un lieu à un autre », point. Comme si, avoir effectué une migration, il était impensable, et informulable, que le migrant puisse en effectuer une autre… en sens inverse.

Car tel est bien le sens de remigration, mot devenu usuel à droiteMigrants-remigration-250x350.jpg de la droite en lieu et place d’expulsion, trop connoté péjorativement. L’expulsion est perçue négativement ? Qu’à cela ne tienne, on parlera de remigration. Miracle de la dialectique. Après tout, s’ils ont migré une fois, ils peuvent le faire une deuxième fois, non ? Non, dira quand même Le Petit Robert, qui, prenant peut-être acte de la propagation de l’idée de remigration, a inventé un nouveau sens au mot migrant. Le migrant, d’acception neutre (« celui qui participe à une migration ») est décliné avec cette autre définition : « Celui qui fuit son pays à cause d’un conflit armé », en faisant un synonyme de réfugié politique.

Soit la remigration, soit la disparition

Remigration-Livre-248x350.jpgLes Identitaires – la nouvelle appellation de l’ancien Bloc identitaire – publient ces jours-ci un ouvrage de près de 200 pages intitulé : 30 mesures pour une politique d’identité et de remigration (éd. IDées). Il s’agit, écrit dans la préface le directeur national à la formation des Identitaires, Jean-David Cattin, « d’un ensemble de mesures visant à favoriser le retour dans leur pays d’origine de la majorité des immigrés non européens ».

Les mots sont pesés car, très clairement, à la « priorité nationale » proposée par Marine Le Pen, les Identitaires opposent la priorité européenne au nom de la défense de la civilisation européenne.

Ce retour à la case départ – autre définition possible de « remigration » – des immigrés non européens ayant une première fois migré sur notre territoire se veut à la fois « humain » et « ferme », et chacune des trente mesures est détaillée, expliquée, mise en contexte, textes de loi à l’appui dans cet ouvrage qui, chez un autre éditeur, aurait-il s’appeler La Remigration pour les nuls.

Oui, la remigration est possible ; non, elle n’est pas « inhumaine » ; il ne manque que la volonté d’y procéder, sachant qu’il faudra peut-être « dix ou vingt ans » pour qu’elle soit achevée. Mais le choix est entre cela et un Grand Remplacement, selon la formule de Renaud Camus, sur lequel nul ne pourra plus revenir. En somme : soit la remigration, soit la disparition, par engloutissement, des peuples européens et, par voie de conséquence, de la civilisation européenne.

La date de parution de cet ouvrage n’est bien sûr pas due au hasard. Les france-apaisee-Remigration-263x350.jpgIdentitaires, qui ne présentent pas de candidat à l’élection présidentielle et dont certains soutiennent la candidature de Marine Le Pen quand ils n’appartiennent pas déjà à son staff, espèrent ainsi faire intrusion dans la campagne sur le terrain des idées. Vous voulez une « France apaisée » ?, semble dire Jean-David Cattin, alors tirez-en les conséquences, car, écrit-il, « la cohabitation de peuples à l’histoire antagoniste, aux origines trop éloignés, a généré des haines inextricables », et seule la remigration permettra d’éviter le basculement total dans une société multi-conflictuelle, car multiculturelle.

Un thème absent du débat politique

Certaines des mesures proposées pour défendre l’identité – en empêchant l’arrivée de nouveaux flux migratoires ou la transformation d’extra-Européen en Français – ont déjà été adoptées par Marine Le Pen – voire par Nicolas Dupont-Aignan. C’est le cas, entre autres, de l’abrogation du droit du sol ou de la suppression de l’Aide médicale d’Etat. Mais, d’une part, Les Identitaires ne prônent pas l’utilisation de l’arme indistincte de la laïcité, ne réclamant que l’interdiction du voile islamique dans l’espace public – son port étant défini comme « une prise de contrôle visuel de notre territoire » – et non l’exposition de tout signe religieux. Et, d’autre part, leur conception civilisationnelle du combat politique les conduit à proposer une pause de dix ans des naturalisations, mais seulement « pour les individus natifs de pays non-européens ». Etant entendu qu’un pays européen n’est pas un pays de l’Union européenne, mais un pays du continent européen, tout simplement.

Pour en revenir la remigration, Les Identitaires proposent toute une série de mesures, qui seraient pilotées par un Haut-Commissariat à la remigration dont les membres seraient nommés par décret du président de la République. Ses tâches ? Immenses, de la définition des modalités pratiques des départs à l’accompagnement des « remigrants » dans leurs démarches – on les aide bien à s’installer, on peut les aider de la même façon à partir – en passant par l’organisation de campagnes visant à promouvoir, ici, cette remigration, et à décourager, là-bas, l’émigration.

Concernant les aides au retour, Les Identitaires sont favorables à leur maintien, et même à leur augmentation. A plusieurs conditions. Notamment qu’elles ne bénéficient qu’à des personnes installées ici depuis plus de deux ans, qu’elles soient assorties de l’interdiction de revenir en Europe plus de deux semaines par an ou qu’elles ne soient intégralement versées qu’après une année de vie effective dans le « pays d’origine », leur mère-patrie., pour éviter le « tourisme de prime » que l’on a pu connaître sous le mandat de Nicolas Sarkozy.

Parmi les candidats à l’élection présidentielle, plus aucun ne parler d’« expulser » les immigrés non européens, sauf les clandestins. Le terme de « remigration » peut aider certains à réintroduire cette thématique… de survie.

Antoine Vouillazère

Article paru dans le n° 2809 de l’hebdomadaire Minute daté du 15 février 2017

http://fr.novopress.info/203661/pour-une-france-apaisee-l...

Marine Le Pen en visite au barrage de Vouglans (17/02/2017)

Non à l'opération Macron

Tout est fait, c'est désormais parfaitement clair, pour préparer un second tour dont le vainqueur serait presque obligatoirement le candidat issu de l'écurie Hollande, le chouchou des médias, l'homme au programme vide, Macron. Certes quelques naïfs droitiers et centristes, éternels continuateurs de ceux que Beau de Loménie appelait les "grands habiles" misent à nouveau sur cette écurie et son poulain pour promouvoir ce qu'ils appellent les "réformes" sans jamais que soit précisé de quelles dispositions législatives il s'agirait.

Interrogeons-nous d'abord sur l'environnement institutionnel qu'utilise la manœuvre.

Tout est véhiculé bien sûr via les gros moyens de la désinformation, eux-mêmes fabriqués par une corporation qui veut nous faire croire qu'elle est objective, qui se veut intouchable, mais qui vote à gauche à plus de 85 %.

Précisons au besoin que la Cour des comptes quand elle ouvre les dossiers de France-Télévision, c'est-à-dire du cœur de ce quatrième pouvoir dépendant de l'exécutif en tire des conclusions effarantes. Les gens qui prétendent incarner la "morale" ne se l'appliquent certainement pas à eux-mêmes. (1)⇓

N'est-il pas pittoresque de s'interroger quant à une autre partie du pouvoir d'État, l'autorité judiciaire, et donc de se souvenir comment a été constitué le parquet national financier. Celui-ci a été créé par Christiane Taubira 
en 2014. Garde des sceaux celle-ci y a placé ses amis. Le procureur de ce parquet, Éliane Houlette, 
était commissaire du gouvernement auprès du Conseil des ventes volontaires.

 Elle doit sa brillante promotion à la ministre, laquelle a également constitué une équipe de procureurs adjoints
 et vice-procureurs parmi ses très proches … Rappelons aussi à ce sujet qu'en France, le parquet, et particulièrement le parquet national financier, n'est pas indépendant du pouvoir exécutif.



Les derniers soubresauts médiatiques de la campagne électorale n'ont donc, eux aussi, à cet égard, pas manqué de produire leurs effets sondagiers. Pour la première fois en effet un des deux plus récents sondages, celui commandé par Les Échos et Radio Classique à la société Elabe, plaçait, dès le 1er février, le candidat Macron favori de l'élection présidentielle où il arriverait second au premier tour. (2)⇓

Rien n'étant plus mouvant et plus incertain, en fait, qu'un sondage d'opinion, on ne disputera pas ici de la qualité respective des deux. On se contentera de noter que celui d'Elabe, institut présidé par Bernard Sananès, popularisé par Radio Classique et les Échos entre parfaitement dans le dispositif, réel et non virtuel de ce qu'il faut bien appeler l'opération Macron.

Ce à quoi vise ce mécanisme est vieux comme la cinquième république. Mais, depuis un demi-siècle, le projet n'avait jamais abouti au résultat désiré par ses promoteurs. Depuis le complot de l'Alma puis du cartel des Non de 1962 jusqu'aux premières illusions de la campagne Hollande de 2012 la grande idée de tous ces intervenants a, bel et bien, toujours été de tendre à un retour de la IVe république par une coalition socialo-centriste. Mais comme le pâté d'alouette cet assemblage inégal composera un cheval social démocrate et une alouette centriste voire droitière. Ne nous laissons pas prendre à cette candidature qui ne repose sur aucune doctrine, qui se refuse à développer, pardon à "dévoiler" un programme et qui laisse entendre qu'il acceptera généreusement les voix de la "droite orléaniste" (sic) en passant par "l'écologie réaliste" et le gaullisme social. Il prend cependant bien soin, quand il révèle, chichement, certains points de sa doctrine, globalment secrète, de ménager les pires poncifs du socialisme, tels que l'État stratège ou le modèle social, etc.

Il faut donc dire clairement non à cette opération Macron.

JG Malliarakis

Apostilles

  1. cf. Les Échos du 24 octobre "France Télévisions : les perles du rapport de la Cour des comptes"
  2. réalisé au même moment un sondage IFOP ne le place certes qu'en troisième position. Mais, depuis plusieurs jours, les commentateurs agréés raisonnent tous sur la base du sondage Elabe sans tenir compte de l'étude IFOP

http://www.insolent.fr/2017/02/non-%C3%A0-lop%C3%A9ration...

Terres de Mission n°20 : Les catholiques américains et le vote Trump

Frédéric Boccaletti : « Ce n’est pas le FN qui pourrit les meetings de Macron, mais ses déclarations! »

Le conseiller régional Frédéric Boccaletti dénonce l’utilisation brutale de gaz lacrymogènes contre des anciens combattants âgés de 80 à 90 ans venus protester contre les déclarations d’Emmanuel Macron sur la colonisation. Après sa déclaration d’Alger, son meeting de Toulon, dans une région où les militaires, les pieds-noirs et les harkis sont nombreux, a été un échec, avec une salle à moitié vide.

Des propos recueillis par Gabrielle Cluzel

http://www.bvoltaire.fr/fredericboccaletti/nest-fn-pourri...

« Macron candidat de la France ou de l'Algérie ? » | Marine 2017

19/02/2017

Présidentielle : la « droite » sera-t-elle absente du second tour ?

La question eût pu paraître absurde il y a encore un mois, elle se pose pour-aujourd'hui avec acuité. La droite (ou plutôt ce qui en tient lieu) sera-t-elle absente du second tour de l'élection présidentielle pour la première fois de son histoire ? Au rythme des révélations en cascade dans l'affaire Fillon et vu la défense désastreuse de l'ancien Premier ministre et de son entourage, on ne peut plus rien exclure désormais, on connaît le fameux adage pour monter au cocotier il faut avoir le slip propre. Il est toujours dangereux de jouer au père-la-vertu lorsque l'on n'est pas soi-même exemplaire. François Fillon l'apprend actuellement à ses dépens. Pendant toute la campagne des primaires, visant Nicolas Sarkozy et les affaires où son nom était cité à tort ou à raison, l’ex-Premier ministre avait déclaré : « Imagine-ton De Gaulle mis en examen ? » On pourrait aujourd'hui lut rétorquer : imagine-ton De Gaulle rétribuer Yvonne avec les deniers publics, qui plus est dans ce qui a toutes les apparences d'un emploi fictif ? Car aussi détestable que fut le fondateur de la Ve République que notre journal a si souvent étrillé, il faut au moins lui reconnaître son honnêteté. Lorsqu'il invitait à goûter à l'Elysée ses petits-enfants, il payait lui-même les frais avec sa pension d'officier et il tenait aussi à régler la facture d'électricité du palais du faubourg Saint-Honoré. C'était, il est vrai» une autre époque. Les hommes publics n'ont plus aujourd'hui de ces scrupules. François Fillon est un fourbe. Présent à la Marche pour la vie, Philippe de Villiers a eu une bonne formule à son sujet : « Fillon est contre l’avortement quand il met la main dans le bénitier mais il est pour quand il met la main dans l'urne. » C'est parfaitement exact Sce qui est vrai du massacre des enfants à naître l'est de tous les sujets. Faut-il en effet être fourbe et pervers pour déjeuner avec le secrétaire général de l'Elysée, le socialiste Jean-Pierre Jouyet, pour l'inciter à liquider judiciairement et donc politiquement Nicolas Sarkozy qui l'avait pourtant nommé à Matignon ? Il s'agit là ni plus ni moins que d'un acte de haute trahison qui en dit long sur la moralité de ce tartufe. Et quel que soit ce que l'on pense par ailleurs de Sarkozy qui aujourd'hui doit se dire que Fillon récolte la monnaie de sa pièce. Il y a là en effet une justice immanente.

Certes il ne faut pas être dupe : le moment et la puissance de l'offensive politico-médiatique contre Fillon ne doivent rien au hasard. Pourquoi en effet n'a-t-on pas révélé au moment de la campagne des primaires les informations concernant les salaires mirobolants de son épouse comme vraie ou fausse assistante parlementaire (cinq cent mille euros perçus entre 1998 et 2007) et comme conseillère littéraire de La Revue des Deux mondes où elle n'a en tout et pour tout rédigé que deux modestes notes de lecture pour la somme de cent mille euros ? De plus, Le Canard enchaîné qui est à l'origine de l'affaire est connu pour sa partialité politique : il épingle toujours des hommes de droite (ou connus comme tels) et uniquement eux. On se souvient notamment des campagnes contre Giscard et les diamants ou contre l'ancien patron de Peugeot Jacques Calvet On peut aussi penser que cette attaque violente contre Fillon est destinée à favoriser l'accession à l'Elysée d'Emmanuel Macron qui est par excellence le candidat des banques, de Rothschild, de la finance internationale et qui est cajolé par les média d'une manière indécente. Comme par hasard les courbes d'intention de vote entre Fillon et Macron se rejoignent Il n'empêche que les faits sont accablants et dévastateurs pour l'homme qui entend réduire la dépense publique et les déficits, imposer des sacrifices aux Français, dérembourser toute une série de médicaments, faire travailler les fonctionnaires 37 puis 39 heures et les payer 35 et supprimer 500 000 agents de la fonction publique. Dans un pays qui compte des millions de chômeurs et près de dix millions de pauvres, user avec une telle désinvolture des deniers publics pour un intérêt strictement privé, alors même qu'à cette époque Fillon jouissait déjà de mandats rémunérateurs est particulièrement choquant Et, disons-le, insupportable. Il y en a assez de cette France d'en haut qui se croit tout permis, qui se goinfre sans limites mais impose des restrictions et une austérité toujours plus grandes à la France d'en bas. Hollande se moquait des « sans dents », Fillon ne vaut pas mieux. Toute cette camarilla est profondément méprisable.

La défense dans cette affaire de Fillon est de surcroît lamentable : il a d'abord parié de misogynie, ce qui est parfaitement ridicule et hors sujet Cela rappelle Ségolène Royal qui, chaque fois qu'elfe était mise en difficulté pendant la campagne présidentielle de 2007, s'exclamait invariablement : « Poseriez-vous cette question à un homme ? » Puis l'ex-Premier ministre a mouillé malgré eux ses enfants, affirmant qu'ils les avaient rémunérés, toujours avec de l'argent public, pour des missions alors qu'ils étaient avocats. Manque de chance : ils ne l'étaient pas encore au moment des faits. La République est décidément généreuse avec la famille Fillon : les contribuables taillables et corvéables à merci payent pour François, pour son épouse d'origine étrangère Pénélope et pour sa progéniture, tous confortablement logés dans un imposant manoir. En revanche eux doivent se serrer la ceinture, payer davantage puisque Fillon propose dans son programme d'augmenter la TVA de deux points, de travailler plus longtemps puisqu'il entend repousser la retraite de 62 à 65 ans, passer de 35 à 39 heures - combien d'heures dans la semaine son épouse travaillait-elle réellement comme assistante parlementaire et comme conseillère littéraire ?- Dans la première version de son projet, Fillon voulait même ne plus du tout rembourser ce qu'il appelait « les petits risques » (angines, grippes, maux de tête, etc) Il y a dans tout cela une insupportable indécence Les Français peuvent accepter de consentir à des sacrifices mais à condition que ceux qui les dirigent donnent l'exemple, soient raisonnables dans l'usage des deniers publics et ne se griment pas en hommes vertueux quand ce ne sont en réalité que de fieffés menteurs, des fourbes et des profiteurs.

On voit mal comment Fillon pourrait se relever après une telle affaire qui le discrédite. sa campagne est frappée en plein cœur. Quelle crédibilité peut-il encore avoir désormais, lui, l'homme de la rigueur et de la vertu autoproclamées ? Et même s'il parvenait de justesse à être élu grâce à l'atomisation de la gauche, comment pourrait-il exiger des Français, ou même d'une partie d'entre eux, des efforts sans susciter immédiatement des réactions violentes et indignées ? On imagine des manifestations de rue massives et peut-être même à caractère insurrectionnel s'il osait toucher dans ce contexte aux fameux « acquis sociaux ». Il est à ce point fragilisé qu'il ne pourra rien faire. Au point où en sont les choses et vu son niveau de discrédit, la sagesse voudrait même qu'il renonce et qu'un autre candidat porte les espoirs de son camp. Mais il pourrait s'entêter par orgueil et de plus son remplacement serait tout sauf aisé, personne ne s'imposant vraiment

Disons-le franchement, Fillon, avant même cette affaire, était un piètre candidat Depuis sa victoire triomphale aux primaires, il n'y a eu aucune dynamique de campagne en sa faveur, il était aux abonnés absent, il est terne, lisse et ennuyeux au possible. Il est aberrant et atterrant que des millions d'électeurs de droite aient plébiscité un tel triste sire. De ce point de vue, Sarkozy, qui fut certes un président calamiteux, était un bien meilleur candidat C'est pourquoi Jean-Marie Le Pen était convaincu qu'il sortirait vainqueur des primaires ainsi qu'il nous l'avait confié dans une interview. Le phénoménal culot de Sarkozy, sa faculté de tirer la couverture à lui, d'attirer les caméras et les photographes, son indéniable talent oratoire (particulièrement flagrant dans ses discours d'adieu), son choix de coller à la stratégie de Patrick Buisson consistant à séduire les électeurs de droite et ceux du Front national en utilisant les codes, le langage, les thèmes susceptibles de les mettre dans sa poche (dont l'immigration, sujet que Fillon n'aborde quasiment jamais alors que Sarkozy proposait, probablement sans aucune intention de la mettre en œuvre, la suspension du regroupement familial) étaient beaucoup plus efficaces qu'un Fillon qui apparaît chaque jour davantage comme un mixte de Balladur, de Barre et de Jospin, qui suinte l'ennui par tous les pores et qui a, selon le Menhir, « une gueule d'empeigne ». Il faut d'ailleurs reconnaître m que depuis Giscard en 1974 Sarkozy, quelque soit le mal que l'on pense du personnage, fut le seul candidat dit de droite à dépasser la barre des 30 % au premier tour d'une présidentielle et même, après cinq ans d'un quinquennat plus que médiocre, et alors qu'il était impopulaire, à réunir encore 27 % des suffrages au premier tour de la présidentielle de 2012 et près de 49 % au second le choix de Fillon a été une grossière erreur de casting.

Les cartes sont donc redistribuées pour la présidentielle. Alors que Marine Le Pen semble installée à la première place, engrangeant sur son nom et sans qu'elle le mérite les fruits de plus de quarante ans de combats de la droite nationale, la bataille pour la première place pourrait être âpre. D'autant que fa défaite cuisante de Manuel Valls aux primaires du parti socialiste libère un espace au centre gauche occupé par Macron et que Benoît Hamon peut espérer lui aussi avoir quelque chance de se qualifier s'il parvient à étouffer électoralement les candidatures de Mélenchon et du Vert Yannick Jadot En quelques jours, il est passé de 8 à 15 % des Intentions de vote. Et la primaire le légitimant, il peut espérer gagner encore quelques points. C'est dire qu'il est bien difficile aujourd'hui de savoir qui sera le prochain locataire de l'Elysée. Seule certitude, et c'est bien triste, il ne s'appellera pas Donald Trump.

RIVAROL 2 février 2017

Jéromebourbon@yahoo.fr

Il sera souhaitable qu'un gouvernement FN puise des profils comme Philippe de Villiers

22

Philippe Carhon

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Dis-moi qui tu rallies, je comprendrais qui tu es !

La chronique de Philippe Randa

Le scandale est vendeur, c’est bien connu… Et François Fillon, « penelopegate » oblige, est un bon client pour les médias, sensés couvrir au mieux l’élection présidentielle qui se rapproche. Mais tous les scandales ne sont pas forcément vendeurs. Ils n’en sont alors que plus dangereux…

Ainsi du CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement), ce traité de libre commerce instituant des règles d’échanges entre l’Union européenne et le Canada. Il a fait l’objet, ce mercredi 15 février, d’un vote positif devant le Parlement européen. La souveraineté des États sera donc à nouveau largement mise à mal ; quant aux normes d’environnement et de santé, elle feront psssshiiitttt !

Rappellons qu’en France, la quasi totalité des candidats à l’élection présidentielle – et ils sont nombreux ! – s’opposent au CETA, plus ou moins fermement, mais tout de même !

Tous sauf… Emmanuel Macron ! Aux Journées de Bruxelles, à l’automne dernier, il a clairement expliqué que ce traité « améliore objectivement les choses dans notre relation commerciale avec le Canada. »

Es-ce la raison pour laquelle, à défaut d’avoir vu venir à lui autant de députés du PS qu’il l’espérait après la victoire de Benoit Hamon à la primaire de la Belle Alliance Populaire, le gourou d’En marche ! vient de rallier à sa cause Aurore Bergé, élue dans les Yvelines sous l’étiquette Les Républicains et récente responsable de la « campagne digitale » d’Alain Juppé.

Dire que ça sent la gagne serait exagéré ! Mais reconnaissons qu’un tel ralliement a au moins le mérite de souligner les véritables lignes de fractures politiques en France.

Lire EuroLibertés cliquez ici

Pour le sondeur Jérôme Sainte-Marie, Marine Le Pen peut être élue face à Macron

Après avoir fait une large partie de longue carrière à l’institut BVA, où il dirigeait le département Opinions, Jérôme Sainte-Marie a fondé sa propre société « d’études, de conseil et de formation », PollingVox. Dans L’Opinion du 17 février, il s’élève contre l’idée communément répandue selon laquelle un duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle serait le moins favorable de tous pour la présidente du Front national :

« A l’inverse, je crois qu’un candidat qui déstructure le système partisan actuel, comme le fait Emmanuel Macron, peut offrir à Marine Le Pen une chance de l’emporter. »

Son raisonnement est le suivant : « Avec de tels candidats face-à-face, on peut avoir affaire à une déstructuration totale du paysage politique. Ce serait un candidat “et droite et gauche“ face à une candidate “ni droite ni gauche“. Un candidat pro CETA, pro Union européenne, du oui, face à une candidate de la préférence nationale, de la sortie de l’euro, du non. »

Et Jérôme Sainte-Marie d’ajouter :

« Si le second tour devient alors un référendum sur la mondialisation et l’Europe, Marine Le Pen peut le gagner, car ses idées sont, du moins par rapport à celles d’Emmanuel Macron sur ces sujets, majoritaires.

http://fr.novopress.info/

Où est passé l'argent d'Emmanuel Macron ?

Lu dans Economie Matin :

"Le Journal du Dimanche publie dans son numéro du 12 février un article sur "L'argent de Macron". Ce panégyrique rédigé "avec le concours" du candidat Macron "reconstitue en détail son patrimoine, ses revenus et ses levées de fond". Après la transparence affichée de François Fillon, le chouchou des médias voudrait-il prendre les devants et déminer une situation financière potentiellement explosive ? Voyons cela de plus près.

Un rapide calcul basé sur cette com' révèle qu'en 8 ans, entre la Banque Rothschild et les Ors de la République, le jeune éphèbe aurait perçu près de 5 millions d'euros ! Sans compter les avantages en nature liés à ses fonctions, nous voilà très, très loin de l'histoire de Cosette que tentent de nous faire gober ses amis du JDD. Très, très loin également des 680 381 € nets gagnés en 15 ans par Penelope Fillon et qui scandalisent tant médias et gauchistes... Alors je pose la question : où est l'argent, Emmanuel Macron ?

L'historique du patrimoine d'Emmanuel Macron

2007- Emmanuel épouse sa riche prof de français de 24 ans son aînée, mère de trois enfants et grand mère de sept petits enfants. Avec son salaire de fonctionnaire proche de 40 000 € /an et un apport de 550 000 € prêtés par feu son milliardaire Pygmalion Henri Hermand (prêt remboursé), Macron achète un 83 m² à Paris pour la modique somme de 950 000 € qu'il revendra 980 000 € (en 2012 ou en 2014 quand il sera nourri, logé à Bercy, blanchi par le contribuable, l'histoire ne le dit pas...). Selon le JDD, Attali prend soin de préciser que son poulain "n'est pas un homme âpre au gain" et qu'"il a des goûts modestes"...

2008 à 2012 Banque Rothschild > 400 000 € Salaire annuel x 4 ans = 1 600 000 € et un seul "big deal" réalisé (Nestlé Pfizer) > + 2 800 000 €

2012 à 2014 (2 ans) secrétaire général adjoint de l’Élysée > + 12 000 € salaire mensuel x 24 mois = 288 000 €

2014 à 2016 (2 ans) ministre à Bercy pris en charge intégralement par l’État > + 9 940 € par mois x 24 = 238 560 €

TOTAL des salaires perçus de 2008 à 2016 > 4 926 560 €

Zéro patrimoine immobilier et 17 comptes en banque

Penchons-nous à présent sur sa déclaration de patrimoine du 28 octobre 2016 à la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique. A la rubrique immobilier, néant, nada, walou. Côté pépettes, les 17 (!) comptes bancaires et assurances vie totalisent un actif de 315 795 €, contrebalancés par un passif de 252 747 € (prêt en 2011 du Crédit Mutuel pour la rénovation de la propriété de Brigitte Trogneux Macron réévaluée à 1.400 000 €, ce qui vaudra au couple de payer l'ISF avec un redressement fiscal sur plusieurs années).

Résumons : si je calcule bien, le patrimoine net déclaré de l'ex-ministre de l'économie est de 315 795 € - 252 747 € = 63 048 €.Comme écrirait le Canard enchainé s'il avait l'idée saugrenue de s'intéresser enfin à la réelle opacité de la vie publique : 4 926 560 € en 8 ans soit 51 318 € par mois, près de 1700 euros chaque jour ! 4 926 560 € dont il ne resterait que 63 048 € ? Et certains envisageraient de confier à ce joueur de bonneteau, la gestion d'un État surendetté qui court à la faillite ?

Il manque toujours cinq millions d'euros

Aujourd'hui ce pauvre Macron loue un appartement parisien et survit avec la retraite d'enseignante de son épouse 2150 €/mois et d'environ 250 000€ tirés de la vente de son essai "Révolution" sorti le 21 novembre 2016, nous rapporte tristement le JDD. L'article du JDD mentionne aussi 50 000 € de reliquat de "pantouflage" remboursé à l’État pour frais d'études et non mentionné dans le passif de la déclaration officielle. Admettons. Mais à part ça, où ont bien pu passer les 5 millions de Macron ? Avis aux fins limiers des gazettes, prompts à fondre sur commande sur une victime de droite désignée, voici un nouveau champ d'investigation à labourer !"

par Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2017/02/o%C3%B9-e...

18/02/2017

Appel aux candidats pour rétablir la liberté d’expression, par Frédéric Pichon

En France il est permis de dire que « les immigrés sont une chance pour la France ». Il est aussi possible d’affirmer  que  » l’islam est une religion de paix ». Ce sont des opinions: il est normal qu’elles  puissent être exprimées. A une condition toutefois : que les opinons contraires aient un égal accès au débat public.

Or ce n’est pas que le cas : quiconque affirmerait – mêmes avec des arguments solides – que les immigrés, majoritairement extra-européens, sont une catastrophe pour la sécurité, l’école, l’économie ou l’identité du pays et que l’islam est une religion de guerre prendrait le risque d’être poursuivi et d’être condamné par les tribunaux au titre de la loi Pleven. Et ce pour incitation à la haine ou à la discrimination a raison de la religion ou de l’origine.

Cela rend impossible tout débat libre et serein sur la politique migratoire ou l’islamisation des banlieues. Cela rend impossible une approche  réelle des faits qui suppose une libre confrontation de opinions. Cela fragilise la démocratie dont le socle est la liberté  d’expressions contradictoires.

En France, la parole était très libre, dans les années 1970, et certains proclamaient même qu’il était « interdit d’interdire ». C’était avant une accumulation de lois très restrictives, et les prérogatives exorbitantes accordées à des associations dites antiracistes, par ailleurs gavées de subventions publiques, pour ester en justice contre des particuliers.

Philippe Nemo à la fin de son opuscule La Régression intellectuelle de la France, paru en 2011, suggère : « Si un jour le pays se ressaisit et se donne un gouvernement et un parlement connaissant la valeur vitale des libertés intellectuelles et le tort qu’une société se fait à elle-même en les diminuant, un des premiers projets de loi à déposer sur le bureau de l’Assemblée sera celui-ci :

“Article unique. Les lois du 1er juillet 1972, 13 juillet 1990, 21 mai 2001, 30 décembre 2004, ainsi que l’article R.625-7 du Code pénal et l’article 475 du Code de procédure pénale sont abrogés.” »

« Par cette réforme, la France pourra de nouveau se représenter son avenir. Et de ce seul fait, elle sera en meilleure position pour s’y préparer. » 

Dans cet esprit, nous vous demandons si, une fois élu, vous rétabliriez la liberté d’expression en supprimant dans une première étape les délits d’opinion prévus par la loi du 1er juillet 1972 (appelée loi Pleven).

Frédéric Pichon,
 avocat,
Président du Collectif des Avocats Libres

Appel repris du site de la Fondation Polémia

http://fr.novopress.info/

Filteris, qui avait analysé la victoire du Brexit et de Trump, prévoit un duel Le Pen-Fillon

La méthode qui avait permis de prévoir la victoire du Brexit ou celle de Donald Trump, ou encore l'élimination de Nicolas Sarkozy dès le premier tour des Primaires, est encore peu utilisée en France, où les sondages "traditionnels" continuent à fleurir malgré leurs résultats de plus en plus souvent démentis par les urnes.

La spécificité de la méthodologie exploitée par Filteris Euro / Mediations réside dans le fait de ne pas constituer d'échantillons, de ne pas poser de questions qui orientent les réponses, de ne pas opérer de redressements hasardeux auxquels les sondeurs doivent inévitablement se plier. Au contraire, la méthodologie de Filteris Euromediations permet de capter et d'analyser les opinions publiques sur les réseaux sociaux et d'en dégager des tendances certaines à court, moyen et long termes.

Les outils (moteur de recherche et algorithmes d'analyse) permettent de prendre une mesure du Buzz, sur le Web et les réseaux sociaux, à laquelle s’ajoute une analyse qualitative de « sentimentalité » rendant compte des valeurs positives et négatives associées à chacun des candidats.  L'algorithme final synthétise le potentiel de victoire des candidats.

Voici l'analyse des perceptions de Filteris hier (cliquer sur l'image pour l'agrandir) :

C4z4ljiWcAIXQLL.jpg-large

Cela va être amusant de voir tous les gauchistes se rallier à François Fillon, après la terrible campagne qu'ils lui ont fait subir...

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Marine Le Pen est-elle devenue une cible de Georges Soros ?

Un observateur politique américain du nom d’Alex Jones, bien connu pour son combat contre le nouvel ordre mondial, affirme que le milliardaire mondialiste George Soros, financier des campagnes contre Donald Trump, a également choisi de mener la guerre à Marine Le Pen.

Le 15 Novembre 2016, Market Watch a signalé que le fonds Soros Fund Management LLC, de George Soros, a investi dans Alphabet Inc., la société mère de Google.

Voilà des années que Soros augmente ses parts dans Google. .

En parallèle, le 6 février 2017, Google News Lab a annoncé la création d’un nouveau projet « Fake News », présenté par CrossNews, comme un effort de collaboration entre journalistes, salles de rédaction et sociétés de médias sociaux.

Dans un communiqué de presse daté du 6 février 2017, Google a annoncé de Paris un partenariat entre Google News Lab et First Draft pour aider «l’électorat français à comprendre à qui faire confiance dans le flux des médias sociaux durant les prochains mois ».

First Draft est une société technologique, en partie financée par Google News Lab en juin 2015, dans le but de surveiller les informations en ligne afin de «sensibiliser et de relever les défis liés à la confiance et la vérité dans les nouvelles numériques».

Le communiqué de presse de Google News Lab a également cité le projet CrossCheck, en collaboration avec Facebook’s Crowd Tangle qui commencerait par travailler avec des salles de rédaction à travers la France pour surveiller les nouvelles concernant… l’élection française.

Le communiqué de presse de Google News Lab écrit à ce sujet : « A l’approche de l’élection présidentielle française, des journalistes de toute la France et d’ailleurs travailleront ensemble pour trouver et vérifier le contenu en ligne, qu’il s’agisse de photographies, de vidéos, de fils de commentaires et de sites d’actualités ».

Les partenaires de CrossCheck utiliseront ces éléments collectifs dans leurs propres articles, émissions de télévision et contenus de médias sociaux.

France News Lab a annoncé que les premiers partenaires incluaient l’AFP (Agence France-Presse), BuzzFeed News, France Médias Monde (via les Observateurs de France 24), France Télévisions, Global Voices, Libération, La Provence, Les Echos, La Voix du Nord, Le Monde (Les Décodeurs), Nice-Matin, Ouest-France, Rue89 Bordeaux, Rue89 Lyon, Rue89 Strasbourg, Storyful et StreetPress.

Alex Jones, sur le site Infowars.com, écrit que David Brock , fondateur de Media Matters et père de « Fake News », travaille avec Google et Facebook pour mettre en œuvre une stratégie conçue pour interdire contrôler l’information planétaire et censurer les sites d’information dissidents.

Infowars.com a également rapporté que dans un livre d’information écrit pour les donateurs potentiels et destiné à rester «confidentiel», Brock se vante d’avoir fait censures des médias en faveur de Donald Trump. Brock donne pour exemple une campagne menée par Media Matters et ses « trolls » rémunérés qui a effectivement bloqué, durant la dernière partie de la campagne présidentielle, les articles du journaliste Stone en faveur de Trump.

Selon Alex Jones, cette méthode sera utilisée en France contre Marine Le Pen.

http://www.medias-presse.info/marine-le-pen-est-elle-deve...

23 février : Robert Ménard et Guillaume Bernard à Versailles

2017-02-28 Ménard & Bernard - Affiche

Robert Ménard et Guillaume Bernard décrypteront notammement l'actualité politique particulièrement sensible lors de la prochaine grande soirée organisée le 23 février prochain à Versailles, à l'Université Inter-âges, à 20h30.

Vous pouvez réserver votre place ici et revoir en vidéos les dernières soirées, dont le débat Jean Sévillia - François-Xavier Bellamy du 16 novembre dernier qui vient d'être mis en ligne :

Michel Janva

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen n°462

17/02/2017

La macro énormité d’Emmanuel Macron : « Il n'y a pas une culture française » ...

Oui, vous avez bien lu, il a osé le dire : « Il n'y a pas une culture française ; il y a une culture en France : elle est diverse, elle est multiple ». Signé : Macron (lors de son meeting à Lyon, le 4 février 2017).

Sans crainte du ridicule, Macron a donc mis ses pas dans ceux du grotesque Eric Besson, qui avait osé déclarer en son temps* : « la France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion, c’est un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble. Il n’y a pas de Français de souche, il n’y a qu’une France de métissage. »

Que répondre à de tels Niagara de stupidité ? De tels Everest de bêtise pure ? Et encore, on reste gentils, et polis...

Alors, comme ça, il n'y a donc pas de culture française ? Mais, qu'est-ce qu'elle t'a appris, Manu, Brigitte ? Elle n'est pas professeur de français ? Bon, on conçoit sans peine que tu n'as pas dû faire « que » de la littérature quand tu étais avec elle. Il a fallu, sans doute, faire les courses, s'occuper des tâches ménagères, arranger un peu la maison, et puis tout un tas de choses - on n'a pas trop d'idées, là, comme ça - mais vous avez sûrement dû faire tout un tas de trucs, tous les deux, et avoir un temps bien employé. Du moins, on vous le souhaite.

Mais, vraiment, elle ne t'a jamais parlé de Molière ? Ni de Racine ? Exit donc, Racine, et Molière avec...

Et Verlaine ? Non plus ? Et Montaigne, Pascal, Voltaire, Chateaubriand ? Non, vraiment, rien ? Cela ne te dit rien ?

En somme, depuis que tu es avec elle, Balzac est au niveau de Black M (ou, pourquoi pas, au-dessous) ?

Eh ! bien, vive les profs !

On se demande bien à quoi elle t'a servi, Brigitte ! Enfin, on veut dire, « au niveau du culturel », comme on dit dans le jargon. Dans un de leurs meilleurs sketches, Les Inconnus disaient que « dans culture, il y a ture ». On espère que, candidat à la fonction suprême, tu as pris le mot « culture » dans sa globalité, et pas dans une seule de ses « parties » !

Bon, maintenant, soyons sérieux. Le père Besson avait déjà insulté le peuple français ; voici le tour du père Macron, en mode « macro ». Pas de culture française ! Le moindre rappeur sub-saharien, eructeur de sons bizarroïdes sur des textes (?) qui ne le sont pas moins, promu l'égal de François Villon ou de ce pauvre Ruteboeuf qui, pour le coup, aura bien raison de se plaindre et de se lamenter ! Le moindre pourrisseur des murs de nos villes (baptisé « grapheur » par la sous-culture du politiquement correct) promu l'égal de Philippe de Champaigne ou de Cézanne ! On en passe, et des pires !

Osons une question simple ; la seule qui vaille d'être posée, mais c'est une question qui fâche : et si on arrêtait de délirer ?

Et si vous commenciez, un tout petit peu, à ouvrir les yeux, un tout petit peu. A sortir de votre bulle dorée : d'élu, haut fonctionnaire et ministre pour l'un (Besson) ; de banquier, haut fonctionnaire et ministre pour l'autre (Macron).

C'est vrai qu'on vous demande, là, l'impossible : car, si vous faites cela, vous sortez du Système que vous représentez si bien, que vous incarnez, que vousêtes. Et, justement, vous n'êtes plus rien ; du moins, plus rien d'autre que de simples citoyens, comme nous. Vous perdez ce qui vous rend différents. Mais, différents, pas pour le meilleur : pour le pire...  

* Nous avions relevé cette grotesque déclaration d’Éric Besson dès qu'elle fut prononcée, le 16 février 2010. A retrouver, le cas échant, au moyen du lien suivant :

Rions un peu, d'eux : la grandiloquence révolutionnaire, mais aussi les décisions de Justice, revues et corrigées, à la sauce Besson !

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2017/02/14...

HAMONISTES, MELENCHONIENS, FILLONAIRES, MACRONEUX & C°

Pieter Kerstens

Tous ces adeptes de la secte mondialiste, dont certains sont de vieilles carnes du Régime, ne vivent que pour défendre leurs privilèges d’une époque révolue.

Ces chacals du système politico-médiatique n’expriment aucune volonté pour rétablir la protection du bien commun dans l’intérêt général. Car sinon, comment expliquer que ni les uns ni les autres ne souhaitent mettre en œuvre des mesures structurelles pour stopper les déficits publics, réduire la dette abyssale qui sacrifie les générations futures, combattre l’insécurité permanente dans les Zones de Sécurité Prioritaires (chaque jour en France 330 voyageurs sont détroussés dans les transports publics) et diminuer drastiquement la pression fiscale à tous les niveaux. Et, en plus, ils ont le culot de nous donner des leçons de bonne conduite ou de morale!

Tous obéissent aux lobbies de l’immigration/invasion, véritable cancer de notre société qui voit de jour en jour s’étendre ses métastases mortifères, au prétexte que ces « migrants » seraient une chance pour nos peuples vieillissants. Aucun ne propose de relancer une véritable politique de la famille, ni de favoriser la natalité pour un rajeunissement de la nation.

Aucun ne veut assumer ni reconnaitre les échecs de la société multiculturelle et pluriethnique. Pourtant c’est bien Angela Merkel qui, le 10/09/2010 devant un congrès de la CDU allemande, avait affirmé que « le multikulti avait totalement échoué », aveu repris par la suite par David Cameron et Nicolas Sarközy.

La mafia socialaud-écolo-libéro-capitaliste (soutenue par le milliardaire Georges Soros) a bien au contraire organisé toutes sortes de campagnes de désinformation et de propagande destinées à nous faire accepter une prétendue cohabitation avec l’Islam modéré (?) au nom du « Vivr’ensemble » et du « Padamalgam », en ouvrant nos frontières à tous, terroristes inclus.

Il suffit d’ouvrir les yeux pour constater que partout dans nos rues et dans nos quartiers, nos coutumes, nos lois et nos traditions sont bafouées par le monde musulman, vecteur d’une barbarie omniprésente (habillement féminin réducteur, abattage animal par égorgement, alimentation halal, excision féminine, ou polygamie) niée par nos gouvernements en quête de clients/électeurs. Et l’utopie du métissage à tous les étages est un crime contre nos peuples.

Cette évolution négative de notre société et la disparition des valeurs ancestrales (qui ont permis à l’Europe de rayonner partout dans le monde au travers des siècles) nous conduiront vers des affrontements inéluctables. L’Histoire fourmille d’exemples et les banlieues s’enflamment.

Le 23 avril et le 7 mai il sera indispensable de brandir un carton rouge électoral pour éliminer les laquais du Nouvel Ordre Mondial qui nous mènent au fond du gouffre et vers le chaos.

Méfions-nous aussi des charmants, des charmeurs et des charlatans…

Ezra Pound écrivait : « Si un homme n’est pas disposé à affronter quelques périls pour ses opinions, ou ses opinions ne valent rien, ou c’est lui qui ne vaut rien ».

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2017/02/1...

De nouvelles informations compromettantes concernant Macron

Il était déjà surprenant de constater le silence des médias assourdissant devant un scandale de détournement de fonds publics pour financer la campagne d’Emmanuel Macron. 
Et pourtant, ce n’est pas tout. En creusant davantage, de nouvelles affaires compromettantes et à peine dévoilées par la presse ressortent. Le leader du mouvement « En marche ! » a par exemple refusé de dévoiler la liste de ses donateurs (source) et la raison semble plutôt évidente. 
Lors d’un déplacement à Londres, il aurait levé plus de 10 millions de livres sterling à Londres à l’occasion d’un dîner organisé par un cadre de Goldman Sachs (source). Cela pose un problème de taille. 
La banque d’affaires Goldman Sachs illustre à elle-seule toutes les dérives et excès de la spéculation financière. Elle s’est notamment fait connaître après avoir engrangé des milliards de dollars en misant sur la faillite personnelle des ménages pendant la crise des subprimes. 
Autre exemple frappant, la banque d’affaires a également parié contre la monnaie unique après avoir maquillé les comptes de la Grèce. 
Son objectif aujourd’hui est de placer le maximum de personnalités de son réseau au sein des administrations de Bruxelles. 
La banque a ainsi recruté Manuel Barroso qui a été pendant 10 ans président de la Commission européenne. 
Son embauche avait provoqué une vive polémique, des interrogations sur une étroite relation entre ce haut responsable politique européen et la banque d’affaires avant son entrée chez Goldman Sachs avaient été émises. 
Aujourd’hui, elle semble avoir trouvé en l’ancien banquier de Rotschild devenu millionnaire après avoir aidé le suisse Nestlé à racheter une branche de Pfizer aux dépens du français Danone, son candidat idéal. 
Il faudra certainement se tourner vers les médias étrangers pour être informé sur les réelles intentions d’Emmanuel Macron et ses véritables soutiens envers qui il sera redevable. 
D’ailleurs, le lanceur d’alerte Julian Assange a affirmé à des médias russes qu’il détenait des informations très compromettantes sur le jeune candidat qu’il aurait recueillies dans les mails d’Hillary Clinton. Les deux personnalités politiques seraient en effet très proches et, drôle de coïncidence, la candidate déchue à la présidentielle américaine est souvent critiquée pour sa proximité très étroite avec Goldman Sachs. 

A la une du Monde : « Présidentielle : Marine Le Pen plus forte que jamais »

Le-Monde-Marine-Le-Pen-600x372.jpg

C’est Le Monde de ce soir qui l’affirme sur toute la largeur de sa une : à cet instant de la campagne présidentielle, Marine Le Pen est « plus forte que jamais ». Dans ce numéro daté du vendredi 17 février, Le Monde se base sur la nouvelle vague de l’enquête électorale du Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), réalisée par Ipsos-Sopra Steria du 7 au 12  février auprès d’un panel représentatif de 15 874 personnes. Il « témoigne des mouvements importants qui ont bousculé, depuis un mois, le paysage de la campagne présidentielle », en raison de l’« affaire Fillon » et de la désignation de Benoît Hamon comme candidat du Parti socialiste.

Cette enquête révèle tout d’abord, écrit Gérard Courtois, que « les électeurs expriment une indétermination très inhabituelle à dix semaines du premier tour.A  pareille époque, en  2012, 76  % se disaient certains d’aller voter ; ils ne sont aujourd’hui que 69  %, soit environ 3  millions de moins ». Elle montre aussi que « le candidat de la droite paie au prix fort l’affaire lancinante des emplois présumés fictifs de son épouse et de ses enfants ».

Or, dans cette campagne inédite « qui tarde à s’engager sur le fond des projets, laisse les Français beaucoup plus perplexes, troublés et hésitants que lors des précédentes campagnes […], ce sont les électeurs de Marine Le Pen qui semblent les plus déterminés ».

« La candidate du Front national, poursuit-il, consolide patiemment sa situation et paraît plus que jamais assurée de se qualifier pour le second tour. Certes, avec 26  % des intentions de vote, elle n’a pas progressé depuis un mois. Mais elle fait désormais nettement la course en tête et peut compter sur un électorat remarquablement fidèle et déterminé : 74  % des électeurs qui se prononcent en sa faveur assurent que leur choix est définitif, soit un taux bien supérieur à celui des autres candidats (Fillon 61  %, Mélenchon 53  %, Hamon 39  % et Macron 33  %). Si Mme Le Pen apparaît toujours comme la candidate qui « inquiète » le plus, elle est aussi celle qui, aux yeux des Français, « veut vraiment changer les choses ». »

http://fr.novopress.info/

La République, née dans le sang, finira-t-elle dans le sang ?

Lu sur Boulevard Voltaire :

"Une disqualification du candidat de la droite dite classique, des émeutes fomentées par les nouveaux anarchistes, dont le drapeau n’est plus noir mais vire au vert coranique et au rouge sang révolutionnaire. La République tremble sur ses bases. Les deux grands partis qui se partagent le pouvoir depuis des décennies et qui, selon les sondages, ne seraient pas au second tour des présidentielles. Une police contestée, une justice bafouée…

Voici les ingrédients d’une recette chimique explosive. La République, née dans le sang, finira-t-elle dans le sang ?

Au-delà de ces constats politiques, la France, un des plus vieux États-nations du monde, stable car doté d’institutions fortes, est en passe de vivre un de ses soubresauts dont elle a le secret depuis 1.500 ans. De ses pouvoirs régaliens, l’État a perdu sa légitimité de justice et d’ordre. Le quatrième pouvoir n’a jamais été autant discrédité. La parole politique ne porte plus. Même celle émanant de la principale force dite d’opposition.

Reste l’article 16 de la Constitution de 1958 donnant les pleins pouvoirs au chef de l’État. Voilà le décor de la pièce qui semble s’annoncer. Rien ne naît de manière fortuite. La nature nous l’enseigne. Les « quatre causes » aristotéliciennes nous le prouvent.

Sans la pénurie de pain, organisée par les Orléans, pas de Révolution française.

Sans la visite de François Hollande au désormais célèbre Théo, pas de nuits d’émeutes.

Les contradictions internes du système qui nous régit semblent exploser sous nos yeux. Il faut exacerber ces contradictions pour arriver au précipité chimique de l’explosion : la police, c’est l’injustice et le désordre. La justice, c’est l’iniquité et le laxisme. La police contre la justice. La justice contre la police.

Les élites mondialisées laisseront-elles le Vieux Continent européen aux mains d’émules d’un Trump ou d’un Poutine « brexisés »? Quels sont leurs choix ? Que se trame-t-il dans les allées de Davos ?

– Une confrontation Macron – Le Pen ? Une République ingouvernable quelle qu’en soit l’issue. Aucun des deux n’aura de majorité absolue au Parlement.

– Le risque d’un renversement du régime ou un coup d’État constitutionnel organisé ? 

Marine Le Pen, bien qu’ayant donné tous les gages de bonne conduite au système, ne peut être acceptable dans les allées du pouvoir mondial. Macron, gonflé à l’hélium médiatique, est trop incertain. Il est le candidat le plus inflammable de tous à l’approche de l’épreuve de vérité. Il ne repose que sur des sondages… Il est, pour nos élites, un pari plus risqué encore que Hillary Clinton. Bref, la formule chimique Fillon carbonisé, Macron gonflé à l’hélium, Le Pen aseptisé, duo police-justice annihilé égale : solution chimique instable.

Pour arrêter ce processus démocratique au résultat hypothétique, voire accidentel, il ne reste à la République que le recours à l’article 16 qui fera passer l’état d’urgence actuel pour un gentil jeu de société entre amis. Et pour légitimer son recours, il faut un ingrédient : « émeutes en banlieue, saison 2 ». La saison tournée en 2005 s’est jouée sans armes à feu et sans mort… Ajoutez à cela un zeste d’attentats et servez chaud. C’est prêt. Avec l’article 16, le chef de l’État pourrait repousser sine die les élections de mai 2017."

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Droite et gauche ? La guerre perpétuelle

Une chatte n'y retrouverait pas ses petits. Dans les années trente la gauche unanime militait, Léon Blum en tête - « l'une des grandes figures du socialisme français » - pour l'accomplissement de nos devoirs à l'égard des « peuples inférieurs ». Le grand juif, qui par ailleurs plaidait pour l'inceste (voir Du mariage, 1907), mettait ses pas dans ceux de Jules Ferry(1), théoricien de la colonisation philanthropique, en déclarant devant la Chambre le 9 juillet 1925 : « Nous admettons le droit et même le devoir des races supérieures d'attirer à elles celles qui ne sont pas parvenues au même degré de culture et de les appeler aux progrès réalisés grâce aux efforts de la science et de l'industrie ». Imaginez que l'on pourrait de nos jours débiter semblables insanités est proprement inimaginable. Sauf à encourir la réprobation unanime et les foudres de lois généralement plus sévères en ce cas que pour tous les crimes de droit commun.

Mais la gauche a évolué. Si l'inceste reste à la mode - on le voit à travers la production cinématographique et la télé-réalité -, le commerce avec l'Afrique sub-saharienne ne se pratique plus à base de verroteries contre bois d'ébène. À la suite des Chinois aussi communistes qu'avisés, les échanges prennent de nos jours l'allure d'un troc modernisé sous la dénomination "gagnants-gagnants", ressources naturelles contre infrastructures. Bref tout le monde est content et les «sorciers blancs » ne sont plus les bienvenus que dans l'étroit domaine de l'entraînement footballistique.

Gauche souvent varie

L'on voit par cet exemple que l'empire du bien, quoique monopolistique, n'en est pas pour autant monolithique. Les grands ancêtres, les constituants de 1791,1793 et 1795 arc-boutaient leur projet révolutionnaire sur une batterie de droits et devoirs dont on n'ose plus, ou à peine, parler aujourd'hui tel le droit de propriété patrimoniale. Un droit qui a fondu comme neige au soleil, rongé qu'il est par des fiscalités cannibales. Lesquelles réussissent presque aussi bien, et plus silencieusement que les confiscations brutales mises en œuvre par Lénine et la forte troupe de commissaires politiques rameutée en 1917 dans les bas-fonds de New York par Trotski pour exercer le pouvoir dans la radieuse Russie rouge. De façon très similaire, le « revenu universel » de M. Hamon, cette « chic idée », ne pourra être financée qu'aux moyens de prélèvements toujours accrus. Déshabiller Pierre pour vêtir Paul est un principe intangible de la gestion socialiste des Affaires directement inspiré d'Antoine de Lavoisier : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». Né en 1743, le grand homme fut guillotiné le 8 mai 1794 par des gens qui ne voulaient sans doute pas de témoins gênants. Pierre-André Coffinhal-Dubail, président du tribunal révolutionnaire, en prononçant la sentence de mort, s'était exclamé : « la République n'a pas besoin de savants ni de chimistes ». C'était bien vu, ce pourquoi dans la République moderne il suffit que les foules se persuadent que les « riches paieront » et que la création monétaire suivra. Il est vrai que nous ne sommes plus très éloignés de la débilité profonde, mais nous ne sommes pas à ça près... Au demeurant des experts internationaux ont constaté un affaissement sensible du quotient intellectuel (QI) moyen des Hexagonaux(2). Rien de surprenant donc.

Ce préliminaire pour dire que, dans les temps de confusion qui sont les nôtres, il devient bien difficile de savoir et de comprendre ce qui est à gauche (ou à droite) et ce qui ne l’est pas autrement que dans les grandes lignes et indépendamment de toute « fracture sociale » : le peuple est en effet devenu quelque peu réactionnaire, surtout ce qui demeure du monde rural. Le peuple, peu ou prou, suit les populistes, ces démagogues droitiers, et vote mal ; quant à la CGT, ancienne courroie de transmission du PCF, elle s'est spontanément et insidieusement droitisée!

On sait que la gauche, incarnation du Progrès, est urbaine, jeune, nomade et branchée, qu'elle est enfin auréolée des couleurs de l'arc-en-ciel. Elle est gay friendly, ouverte et sans préjugés. En un mot elle abhorre les stéréotypes, qu'ils soient de genre ou raciaux, puisque les races n'existent pas(3), que le clair et le sombre sont interchangeables, que tous se valent et qu'un humain est avant tout un humain dans l'égalité la plus parfaite, « en dignité et en droits ». Nul n'est donc plus irremplaçable, l'ère des hommes providentiels est révolue ! Au cours de la campagne des "primaires" socialistes, il nous a été abondamment ressassé que "l'équipe", et elle seule, reste susceptible de l’emporter. Il faut jouer collectif, hors de la tribu point de salut. Ce pourquoi Trump est si détesté puisqu'il en est un démenti vivant, qu'il a fait cavalier seul et pour gagner, n'a fait équipe qu'avec lui-même (en tout cas il a parcouru la quasi-totalité de son cursus honorum hors Parti). Un loup solitaire, vous dis-je, un dynamiteur de système, bref : « un fou furieux fasciste » comme dît sur la station publique France Inter le 31 janvier 2017.

Un complexe écheveau d’idées et de postures

Nous essaierons à partir de là de patiemment démêler l'écheveau où s'entortillent les faux tenants et aboutissants de la gauche et de la droite. Les premiers se présentant comme la matérialisation exclusive du Bien (humanisme), c'est-à-dire l’anti-égoïsme, l’incarnation du socius (l'individu générique), opposé aux misérables individualistes ne vivant que pour soi (le bourgeois selon St Marx, version renouvelée de l'idiot des anciens Athéniens, celui qui ne s'intéresse pas à la vie de la Cité).

Pour éviter de tomber dans les chausse-trappes sémantiques qui s'ouvrent à tout moment sous nos pieds, commençons par déblayer pratiquement le terrain ; très concrètement ce qui est à droite (par opposition à la gauche), ce sera par exemple tout ce qui déclenche des concerts de protestations dans les rues des grandes villes des États-Unis lorsque des cohortes de viragos ménopausées (rappelons qu'a contrario 53 % de l'électorat féminin s'est prononcé en faveur de Donald Trump) ou de migrants virulents dénoncent sous les yeux avides des caméras leur nouveau président. Tout autant caricaturaux (et vains, mais navrants) sont les commentaires déchaînés de notre intelligentzia médiatique contre le choix des électeurs et grands électeurs américains.

Ainsi en partant d'un corpus assez restreint  mais parfaitement lumineux -, l'on peut se faire une idée assez précise de ce qu'est aujourd'hui la gauche, ce qu'elle admet comme politiquement correct (l'admis et l'admissible, ce qui ne doit jamais être border line)... et ce qui ne l'est pas, ce qui est haïssable parce qu’exorbitant de cette non-pensée dominante sourdement terroriste. De ce point de vue l'on aperçoit distinctement qu'être à gauche n'est pas du tout une question de "sensibilité" (ce qui ne veut d'ailleurs strictement rien dire), mais une question de ligne jaune, ou rouge et même de dead line. Des frontières invisibles à ne franchir sous aucun prétexte. Soit, dans le désordre (car il s'agit ici des multiples facettes d'une seule et unique surplombante interdiction), le sexisme, le racisme, la xénophobie, l'homophobie, toutes les mauvaises manières que s'est cru permis d'afficher M. Trump. Qualités très négatives servies dans l'emballage d'une insupportable grossièreté : celle qui lui est attribuée par décret médiatique et une vox populi uniquement représentative des minorités agissantes. Mais qu'importe ! Seul compte d'affirmer de façon péremptoire avec toute l'autorité de la chose jugée par les arbitres officiels des élégances et des bonnes mœurs. Gens du spectacle, actrices (de préférence aux acteurs), richissimes sportifs de haute volée, intellocrates décavés. Pour ces personnages exemplaires (qui ne succombent jamais à la débauche, l'alcool, la drogue, cela se saurait), le nouveau président des États-Unis est l'archétype de l'homme de droite, soit un personnage odieux qui n'a ni le bon goût ni la décence de se prosterner devant les idoles, et en particulier devant Mammon. Il est vrai qu'étant déjà riche à milliards, la vénalité ne sera pas assurément son plus grave défaut.

La gauche mondialiste et ses fétiches

Revenons sur la liste des fétiches que n'honorerait pas comme il se doit l’homme d'État américain. Primo, le féminisme (le matriarcat triomphant et la dictature qui l'accompagne)... Deusio, l'amour immodéré de l'Autre, l'Étranger paré de toutes les vertus et promesse de l'avenir, le migrant, acteur économique hypernomade aux dires de nos penseurs en mutation sociétale(4)… Tertio, le vrai tolérant, adepte profond de ta tolérance, ne voyant l'humain que dans son universalité (unité) et non dans ses différences, notamment sexuelles ; sous cet angle la notion archaïque de normalité (et les déviances associées) s'abolit ; ne demeure alors que le côté pathologique de l'inadapté (le réac) aux nouvelles normes ; celui que la société supporte à présent plus qu'elle ne le tolère tout en lui rabotant assidûment le droit d'expression : les délits d'opinion en effet se diversifient à mesure que les vaches sacrées se multiplient et tiennent le haut du pavé ; parce qu'offenser telle ou telle minorité proactive devient un crime de lèse-majesté donnant lieu à de nouvelles qualifications juridiques spécifiques vouées à être inscrites dans le marbre de la Loi...

Donner son sentiment sur tel ou tel sujet tabou au regard des fétichismes en vogue, est vite regardé comme un délit d'entrave(5), une forme sournoise de révisionnisme : la Vérité établie par arrêté ministériel étant, à l'instar de la République, Une et Indivisible. Ne pas adhérer à ce dogme est plus qu'une faute, c'est un péché contre la Mémoire sélective, celle de ceux qui réécrivent l'histoire depuis deux siècles en jouant au bonneteau avec les soi-disant Valeurs de la démocratie, un coup à droite, un coup à gauche, passez muscade. Nous l'avons vu plus haut lorsqu'il s'agissait de hiérarchie anthropologique et de mission républicaine ; d'éveil des peuples premiers. Ce qu'a su si bien faire jusqu'à ce jour l'Amérique habitée par la mission messianique de diffuser la démocratie à coup de B52.

Léon CAMUS. Rivarol du 2 février 2017

1).« Il faut dire ouvertement qu'en effet les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures. [...] Je répète qu'il y a pour les races supérieures un droit, parce qu'il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures ». Jules Ferry à la Chambre des députés le 28 juillet 1885.

2).QI moyen : 98. À titre de comparaison : Hong Kong et Singapour: 108. Données issues d'une recherche menée entre 2002 et 2006 dans quelque 80 pays par les professeurs Richard Lyon (Royaume-Unis et Tatu Vanhanen (Finlande).

3). Le généticien lyssenkiste, Albert Jacquard (1925-2013) s'est rendu célèbre en affirmant que « les races humaines n'existant pas » il faut se prononcer (sic) en faveur de la société multiraciale » ! Cf. Éloge de la différence, l981. Son collègue, André Langaney, considère pour sa part que « la notion de race est dépourvue de fondements et de réalité scientifique », les différences génétiques étant non repérantes. Dès lors, « toute tentative de classification en races humaines est soit impossible, soit totalement arbitraire... car dans l'espèce humaine, l'idée de "race" ne sert à rien ». 

4). Michel Lussault, Géographe, cofondateur de la revue Tous Urbains. Professeur à l'université de Lyon, conseiller de Ségolène Royal, ministre de l’Environnement sur France Culture le 17 janvier 2017. Un acteur économique d'autant plus à bas coût, taillante et corvéable à merci qu'il vit dans l'illégalité.

5). Arrivé par la porte du droit du travail (art. L. I 2328-1), le délit d'entrave se complétera bientôt, dans le domaine numérique, par un délit « d'entrave à l’IVG » passible de deux ans de prison et de 30 000 euros d'amende. L'Assemblée nationale l'a en effet adopté en deuxième lecture le 26 janvier 2017.