Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

élections

  • Merkel se meurt, Merkel est morte

    Angela Merkel vient elle-même programmer le clap de fin de sa carrière politique. Tirant, avec un courage rare chez les politiques, la conclusion de ses récents revers électoraux, celle qui fut l'un des hommes politiques les plus puissants de la première partie du XXIe siècle referme la page d'une vie publique bien remplie sans paraître manifester la moindre émotion. Comme trois décennies plus tôt, le 9 novembre 1989 apprenant la chute du mur de Berlin, elle était rentrée tranquillement chez elle afin d'être en forme le lendemain matin au travail.

    Merkel se meurt, Merkel est morte ! Bossuet me pardonnera ce plagiat sans lyrisme. Mais l'analyste politique ne peut que s'étonner de voir le chancelier allemand programmer son départ comme s'il ne concernait pas Angela Merkel - et quasiment écrire l’épitaphe d'une inconnue.

    Peut-être, en définitive, le grand écart des opinions, voire des idées politiques aura-t-il été trop difficile. Fille d'un pasteur de l’Allemagne de l'Est que sa proximité idéologique avec le régime avait fait surnommer « le Rouge », Angela était devenue pour l'Allemagne tout à la fois le symbole du libéralisme achevé et de la réussite politique. Une petite fille de derrière le rideau de fer tutoyant les grands de ce monde, l'image était belle !

    Une politique sans convictions

    Nombreux, pourtant, sont ceux qui lui ont reproché de n'être pas politique, de n'avoir pas même de convictions très ancrées. Et sans doute était-elle plus pragmatique qu'animée par une flamme. Et cela a payé. Mais la flamme s'est éteinte.

    Le grand écart encore ! On ne savait plus trop bien si elle se voulait chef de file de l'Union européenne ou la première des Allemands, et, dé part et d'autre, on finissait par la suspecter de n'être pas sincère. En définitive, ce pragmatisme l'a tuée. Et, depuis qu'elle a annoncé son retrait de la CDU et à terme de la politique, les candidats à sa succession se font légion. Avec d'autant plus d'avidité, sans doute, qu'elle avait également perdu son aura au sein de sa famille politique.

    Sa retraite est certes sage, qui lui évite une chute brutale. Elle n'en est pas moins risquée. Car, des difficultés actuelles, Angela Merkel pourrait sortir par le haut. N'ayant plus de perspective politique, n'étant plus candidate à quoi que ce soit, il lui est donné, en quelque sorte, d'agir enfin sans tenir compte dû qu'en dira-t-on politicien. Les Allemands, pour beaucoup, et de plus en plus, l'attendent à ce tournant.

    Il ne semble pas cependant qu'elle en ait, aujourd'hui, le courage. Tourner le dos au marasme européen, revenir sur sa politique migratoire, répondre enfin à l’appel de son peuple. Il lui faudrait sortir du chemin, somme toute bien balisé, dans lequel elle s'est enfoncée - au point sans doute de créer une ornière.

    On en est très loin ! Pour complaire à ses partenaires d'un gouvernement pourtant en déshérence, elle a renforcé, ces derniers temps, sa politique d'immigration. Elle continue, de la même manière, d'évoquer un « nouvel élan » pour une Union européenne dont les peuples ne cessent de se détourner de plus en plus visiblement.

    Comme tant d'autres de ses partenaires, Angela Merkel aura tout perdu pour avoir cru que l'on pouvait se passer des peuples. De son peuple. Celui qui - pourtant ! - vous a fait roi, et dont vous êtes le garant.

    Stérilité des idéologie

    Les grandes idées, fussent-elles généreuses, ne sauraient suffire. Car la case « élections » est toujours là. Et les électeurs veulent du concret et, pourquoi ne pas le dire ? de l'identité. Si l'on veut persister dans une voie contraire, il faudrait sans doute supprimer, à défaut des peuples, les élections.

    Car c'est bien l’élection qui a sonné l’hallali pour Angela Merkel. Elle a eu l'intelligence de le comprendre sans attendre que d’autres résultats viennent aggraver sa situation. Mais elle part en laissant là les gravats. Pire ! Elle a passé la surmultipliée avant d'annoncer abandonner les rênes. C'est un triste pari sur l'avenir

    Il y a pire, peut-être, sur le plan strictement politique. En prenant, au fil des années, le contre-pied des positions de la droite qu’elle était censée incarner, Angela Merkel a noyé les lignes de partage, rendu flou le paysage. Il n'y a plus guère aujourd'hui de différence réelle, sur le plan social notamment, d'un bout à l'autre de l'échiquier politique. Ce n'est certes pas le cas de la seule Allemagne, bien au contraire. Mais c'est sans doute plus marquant à Berlin où le poids de l'histoire contemporaine avait pesé longtemps. La droite avait mis des décennies a s'affirmer, à faire admettre qu’elle ne portait pas, sous le fallacieux prétexte qu'il s'affirmait national, l'héritage d'un socialisme honteux.

    En allant à Bruxelles, comme ses prédécesseurs allaient à Canossa, Angela Merkel a permis que l'on pointe du doigt cette revendication d'identité. Pour faire plaisir aux nouveaux maîtres, pour suivre leur mouvement, elle a cherché à la noyer sous les flots des migrants. Les électeurs ne s'en sont pas laissés conter pour autant. Ils ont redressé la tête, et Angela a perdu la sienne.

    Hugues Dalric monde&vie 15 novembre 2018

  • Avec Marine, ce sera le chaos, disaient-ils

    Avec Marine, ce sera le chaos, disaient-ils

    Lu dans Minute :

  • Les populistes accèdent au parlement régional d’Andalousie

    Vox-Dtef5TsXoAE9QkI.jpg-large-600x310.jpg

    Le parti de droite populiste Vox a obtenu 12 sièges au Parlement régional d’Andalousie ce dimanche, avec plus de 10% des votes. Ce parti prône la souveraineté espagnole, défend les valeurs de la famille traditionnelle et s’oppose à l’immigration.

    Son entrée au parlement d’une région gouvernée par le socialisme depuis plus de 30 ans est d’autant plus symbolique qu’elle s’accompagne d’un échec majeur des partis de gauche. Le parti socialiste ouvrier espagnol a en effet connu un recul lui aussi historique, et ne pourra donc pas obtenir la majorité, même en s’alliant à son homologue d’extrême gauche.

    Alors que l’Espagne était devenue le nouveau point d’entrée privilégié des clandestins suite à la nouvelle politique anti-immigration de l’Italie, il semblerait que la réaction du peuple ne se soit pas fait attendre.

    Lire la suite

  • Intervention de Marion Maréchal devant le cercle Audace : “Quel avenir pour les droites ?”

    Intervention de Marion Maréchal devant le cercle Audace : “Quel avenir pour les droites ?”
  • L’avènement prochain d’une «alliance des droites»

    L’avènement prochain d’une «alliance des droites»

    Marion Maréchal s’est exprimée lundi soir devant le «Cercle Audace», un cercle de jeunes entrepreneurs et chefs d’entreprises. Son président François de Voyer estime que ce Cercle, plateforme de réseautage, d’interactions, entre différents pans de la droite, peut servir de terreau à une alliance des droites, avec pour premier horizon, «pourquoi pas», les prochaines municipales.

    Dans la salle, avocats, chefs d’entreprise, industriels, entrepreneurs ou financiers âgés de 25 à 70 ans, mais aussi quelques politiques comme Damien Lempereur, venu représenter Nicolas Dupont-Aignan, Erik Tegnér, jeune LR partisan d’une union des droites ou l’intellectuel Hervé Juvin, pressenti pour figurer en bonne place sur la liste RN aux prochaines européennes.

    L’ancienne députée du Vaucluse, devant plus de 150 personnes, a passé en revue les différents clivages traversant «les droites». Avec pour tout fil conducteur, un constat: leur «rétrécissement» manifeste, rendant possible, si ce n’est inéluctable, l’avènement prochain d’une «alliance des droites». Dans un exposé, elle a brossé les contours d’une voie conservatrice visant à «sortir du relativisme ambiant» et susceptible de porter la contradiction au «progressisme» macroniste comme à son modèle de société «d’urbains déracinés».

    Balayant le clivage opposant souverainiste et fédéraliste, elle déclare :

    «Certains ont voulu retenter la grande alliance des souverainistes de droite et de gauche que j’estime vaine. Possible sur la question européenne, cette alliance n’est pas possible sur un programme complet. Je définis la souveraineté comme un contenant. L’identité en est le contenu.»

    Il ne peut pas y avoir de victoire électorale s’il y a un discours exclusivement catégoriel. Il faut un discours qui puisse répondre non seulement aux classes populaires, aux classes moyennes mais également aux classes bourgeoises. Comme en Italie.”

    Il faut un discours en direction des PME. Ainsi, la ligue en Italie a par exemple proposé l’idée de flat tax.”

    “Le libéralisme politique se confond le plus souvent avec le conservatisme dans les pays anglo-saxons. Avec un État minimal et l’individu comme acteur central de la politique. Le conservatisme français n’est pas dans la même veine, car est né dans la contre-révolution.”

    “En réponse à la menace de l’hégémonie communiste, la droite française s’est malheureusement convertie dans les années 80 à la dérégulation et au primat de l’économie sur la politique.”

    “Le clivage droite-gauche existe encore, mais pas où on l’imagine. Il n’existe pas au niveau des partis qui ont perdu leur crédibilité, mais au niveau des idées, des courants.”

    “L’alliance des droites est-elle possible? Je suis confiante. Car les divergences entre courants de la droite se réduisent. Notamment depuis la crise de 2008 et les limites à poser par rapport au capitalisme.”

    “Quoiqu’on en dise, la droite LR a viré à 180 degrés vers une politique plus cohérente. C’est positif pour l’alliance des droites.”

    “Il y a une urgence identitaire et migratoire qui pousse la droite vers la terre, le peuple, et réagit face au contractualisme rousseauiste de la Nation. C’est ce qui me rend confiante.”

    “La droite telle que je la conçois va être celle capable de redonner cette capacité de construction, d’enracinement, de sens. Pour répondre aux malaises de la société. C’est son défi anthropologique.”

    “Je goûte assez peu l’idée de faire de la France une république islamique souveraine. Une France également où on légaliserait la PMA et la GPA.”

    “La droite à laquelle j’aspire, est celle à la confluence du catholicisme social et de Tocqueville.”

    “Je vois certaines limites au terme de populisme dans sa définition originelle, notamment celle d’une démocratie idéalisée au détriment d’une démocratie parlementaire.”

    “Nous avons un État totalement socialiste, qui contrôle tout et quasi dictatoriale. Il faut un État “libéral” en interne,et qui protège à l’extérieur.”

    “Si je suis contre le fédéralisme, je pense qu’on peut mener des coopérations européennes, sur l’immigration, le numérique, ou encore la monnaie si on la met en monnaie de change face au dollars.”

    “Le conservatisme est une disposition de pensée et d’agir. On ne s’interdit pas d’avancer mais on est prudent. L’idée que le passé est moins dangereux que le futur. On s’inscrit dans une lignée.”

    https://www.lesalonbeige.fr/lavenement-prochain-dune-alliance-des-droites/

  • Abandon de la réforme des institutions : une victoire pour les gilets jaunes

    Abandon de la réforme des institutions : une victoire pour les gilets jaunes

    Lu dans Le Parisien :

    Selon nos informations, une grande partie des sénateurs, de droite, du centre et de la gauche, tous dans l’opposition à Emmanuel Macron, milite pour que ce projet phare du président soit repoussé sine die. […] Baisse du nombre des parlementaires, limitation du cumul des mandats dans le temps, dose de proportionnelle… Déjà reportée en juillet pour cause d’affaire Benalla, cette réforme reste inscrite à l’agenda parlementaire, dès le 19 janvier, à l’Assemblée nationale où il n’est pas question de la reporter – La République en Marche et le MoDem y sont majoritaires -, puis en mars à la Haute assemblée.

    Dans l’entourage du président LR du Sénat, Gérard Larcher, pourtant très opposé à cette réforme, on déclare « être prêt. » Et pourtant, cette posture officielle camoufle chez le sénateur des Yvelines, une profonde inquiétude. Dégradation du climat politique, défiance croissante vis-à-vis des représentants de la République… Une accumulation de nuages qui incite Gérard Larcher à prêter une oreille attentive aux sénateurs. Et notamment aux avertissements des centristes, indispensables aux Républicains pour constituer une majorité.

    Hervé Marseille mais aussi Patrick Kanner, forts des relais MoDem et ex-PS à l’Assemblée et au gouvernement, ne manquent d’ailleurs pas de distiller leurs mises en garde. Marc Fesneau, ministre MoDem en charge des Relations avec le Parlement, depuis un mois et demi, a déjà fait le tour de tous les présidents de groupe du Sénat. « Il a bien entendu nos réticences », insiste un sénateur centriste. Des hésitations répercutées aussi au plus près des parlementaires de la majorité et des cabinets ministériels.

    Le gouvernement voudra-t-il reporter une nouvelle fois cette réforme présentée comme majeure par le candidat Macron ? C’est l’exécutif qui reste le maître de l’ordre du jour parlementaire. Le Sénat n’aurait comme moyen d’action, que l’obstruction – multiplication des amendements… -, ce à quoi se refusent les sénateurs. Ne leur resterait alors, pour exprimer leur opposition, que le refus de voter les mesures pour lesquelles leur accord est constitutionnellement indispensable (procédure parlementaire ou réduction du nombre de sénateurs). « À charge pour l’exécutif de lancer un référendum », lance Bruno Retailleau. Comme un défi.

    https://www.lesalonbeige.fr/abandon-de-la-reforme-des-institutions-une-victoire-pour-les-gilets-jaunes/

  • Populisme : reportage au centre du séisme italien

    Elites technocratiques et classes moyennes déclassées rivalisent dans la défiance réciproque

    Quelques mois après la formation du gouvernement de coalition Lega-Mouvement 5 étoiles, les Italiens sont profondément divisés. Élites technocratiques et classes moyennes déclassées rivalisent dans la défiance réciproque. À L’Aquila, ville du centre de l’Italie ravagée par un séisme en 2009, les habitants se sentent depuis longtemps délaissés par le pouvoir romain. Reportage.

    Steve Bannon a trouvé sa Terre promise. De passage en Italie, l’éminence grise de Trump jubile : « Rome est maintenant le centre de la politique mondiale. Ce qui se passe ici est extraordinaire. Il n’y a jamais eu de véritable gouvernement populiste à l’époque moderne. » À l’issue des élections législatives du printemps qui ont porté le Mouvement 5 étoiles à 32 % et la Lega à 18 %, une coalition inédite gouverne ce pays de plus de 60 millions d’habitants. Sous l’autorité théorique du président du Conseil Giuseppe Conte, professeur de droit au poids politique nul, les deux hommes forts, Matteo Salvini (Lega, 45 ans) et Luigi Di Maio (M5S, 31 ans), contrôlent respectivement les ministères-clés de l’Intérieur et du Travail. D’ores et déjà, leur budget dispendieux affole Bruxelles et les marchés financiers tandis que leur permanente invocation du peuple séduit tant les groupies d’Éric Zemmour qu’une partie des Insoumis.

    Lire la suite

  • LREM visé par une enquête préliminaire sur l’origine de 144 000 euros

    LREM visé par une enquête préliminaire sur l’origine de 144 000 euros

    L’origine de 144 000 euros de dons perçus par La République en marche en 2017 n’a pas pu être identifiée par la Commission des comptes des campagne, poussant le parquet de Paris à ouvrir une enquête préliminaire.

    La Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques a dénoncé des faits “susceptibles de constituer une infraction à la législation sur la transparence de la vie publique”.

    https://www.lesalonbeige.fr/lrem-vise-par-une-enquete-preliminaire-sur-lorigine-de-144-000-euros/

  • Macron : après le carton des gilets jaunes, le carton rouge des sondages

    14433910663_336bb76494_z.jpg

    Moins 4. En cette saison, c’est peut-être un détail pour vous, une baisse de température normale. Mais, pour lui, ça veut dire beaucoup. La pente n’était pas bonne, mais il nous disait que la route était droite – c’était son côté Raffarin. Et il comptait sur son « itinérance mémorielle » du 11 Novembre pour la remonter. Selon le dernier sondage IFOP pour Le JDD, Emmanuel Macron chute donc de 29 à 25 %. Parti de 64 % au lendemain de son élection il y a seulement dix-huit mois, encore à 50 % en janvier, il est aujourd’hui à 25 %.

    Pire : sa courbe est exactement superposable à celle de François Hollande en 2012-2013, dans la rapidité de la chute comme dans son ampleur. Macron rejoint Hollande : le retour des origines – et du refoulé. L’un avait eu les cortèges de la Manif pour tous, l’autre a les gilets jaunes. Deux mouvements complètement inattendus, improbables. Deux mouvements à la sociologie et aux motivations complètement différentes mais qui ont ce point commun : partis de franges très hostiles au pouvoir, diabolisés et caricaturés pour leur ringardise (bourgeois cathos coincés homophobes d’un côté, beaufs fumeurs et adeptes du diesel de l’autre), ils ont réussi à organiser une mobilisation populaire en dehors des appareils traditionnels et à affaiblir un pouvoir qui se croyait tout permis. Hollande ne s’en remit pas. Et Emmanuel Macron avait perçu son erreur vis-à-vis de ce mouvement conservateur lui reprochant d’avoir « humilié » ses manifestants. Aujourd’hui, le Président se retrouve à son tour dans cette situation.

    Si l’on regarde le détail du sondage, le repli du Président qui mordait sur plusieurs électorats et plusieurs catégories sociales est généralisé. Mais le décrochage est le plus net chez les commerçants-artisans-chefs d’entreprise et les ouvriers (-9 points par rapport à octobre), mais aussi chez les moins de 34 ans et les salariés du public. Faut-il rappeler que ce sont ces classes moyennes et populaires les plus concernées par la fiscalité sur les carburants ? Du point de vue politique, les électeurs LR ont fait le tour du personnage et de la politique d’Emmanuel Macron qui les avaient séduits le temps d’un printemps. Ils ne sont plus que 18 % à exprimer leur soutien. Il leur a fallu dix-huit mois pour se rendre à l’évidence. Chacun son rythme. En fait, Emmanuel Macron n’est plus que le Président des macronistes du premier tour de la présidentielle : ils sont encore 84 % à le soutenir. Le soufflé est retombé.

    Encore deux éléments pour apprécier le sondage : le Premier ministre Édouard Philippe subit, lui aussi, une chute spectaculaire de 11 points, atteignant son plancher et cette enquête a été réalisée avant le 17 novembre et le début effectif du mouvement des gilets jaunes. Autant dire que l’impopularité de l’exécutif risque de s’aggraver.

    Au lendemain de la manifestation réussie des gilets jaunes, le pouvoir avait délégué M. de Rugy pour montrer qu’il existait encore et réaffirmer sa position : « Nous poursuivrons la trajectoire prévue. » En tout cas, la courbe d’Emmanuel Macron poursuit la sienne. Toujours dans le même sens. Il y a, décidément, du Raffarin dans cette équipe.

    http://www.bvoltaire.fr/macron-apres-le-carton-des-gilets-jaunes-le-carton-rouge-des-sondages/

  • Des mesures phares pour concrétiser le grand changement

    phare-Ligne-droite.jpg

    Ligne Droite cliquez ici

    Ce sont une vingtaine de mesures phares qui permettront de concrétiser le grand changement préconisé par Ligne droite. Certes, beaucoup d’autres mesures, évoquées par ailleurs dans le logiciel de la droite nouvelle, seront nécessaires pour assurer le renouveau de la France et de l’Europe. Mais les dispositions qui suivent sont essentielles de par l’impact qui sera le leur et l’effet de levier qu’elles provoqueront.

    Rendre possible le grand changement

    Les premières mesures à prendre peuvent paraître secondaires mais elles revêtent en réalité une importance considérable car, sans elles, les autres réformes seraient rejetées comme politiquement incorrectes par la justice et les médias. Afin de rendre possible le grand changement, il est donc capital de remettre à leur place les juges et les journalistes et de revenir sur les mécanismes juridiques qui leur ont permis de prendre le pouvoir dans notre pays.

    Réformer le Conseil constitutionnel : la priorité consistera dès lors à empêcher le Conseil constitutionnel d’invalider les lois qu’il juge non conformes à la pensée unique. À cette fin, une réforme constitutionnelle instaurera un droit de recours de ses décisions par le président de la République qui soumettra la question litigieuse à référendum ou à un vote ultime de l’Assemblée nationale, laissant dans tous les cas le dernier mot au peuple ou à ses représentants.

    Libérer la France de la Cour européenne des droits de l’homme : dans le même esprit, notre pays quittera la Cour européenne des droits de l’homme. Une institution irresponsable qui sécrète une jurisprudence politiquement correcte contraire aux intérêts nationaux. Ce désengagement sera effectif sur simple déclaration en application de l’article 58 de la Convention européenne des droits de l’homme.

    Rétablir la suprématie de la loi sur les traités : pour achever de libérer l’exécutif du carcan juridique mis en place par le Système, la réforme constitutionnelle devra prévoir également de rendre aux lois une force juridique supérieure à celle des traités internationaux. Une disposition qui rompra le lien de subordination qui existe aujourd’hui entre Paris et l’eurocratie bruxelloise.

    Imposer le pluralisme aux médias : il conviendra par ailleurs de libérer la France de l’emprise des médias en imposant le pluralisme dans leurs rangs. Il s’agira notamment de mettre en place un mode de financement des organes de presse, de radio et de télévision qui favorise la diversité des lignes éditoriales.

    Libérer les médias de tout contrôle idéologique : le CSA, qui assure actuellement une tutelle très politiquement correcte sur les chaînes de radio et de télévision, sera, quant à lui, transformé dans sa composition comme dans ses missions. Interdit de tout contrôle idéologique, il devra œuvrer à la liberté et au pluralisme de l’expression audiovisuelle.

    Abroger les lois liberticides : pour en finir avec le totalitarisme mou mis en place par le Système, les lois qui brident la liberté d’expression sous prétexte de protection mémorielle ou de lutte contre les discriminations seront purement et simplement abrogées.

    Sauvegarder notre identité

    Les grands principes démocratiques de liberté, de séparation des pouvoirs et de souveraineté du peuple étant rétablis, la priorité sera donnée à la défense de notre identité.

    Stopper l’immigration : l’immigration, quelle qu’en soit la forme, sera stoppée pendant dix ans par une loi d’exception qui abrogera toutes les dispositions par lesquelles les immigrés viennent s’installer sur notre sol, y compris le regroupement familial et l’asile.

    Cantonner l’islam dans la sphère privée : s’agissant de l’islam, à bien des égards incompatible avec nos valeurs de civilisation, ses pratiquants ne seront plus autorisés à s’exprimer en dehors de la sphère privée. Pour préserver notre identité, toutes les manifestations publiques de l’islam, comme le port du voile, les prières de rue ou les repas hallal dans les cantines, seront prohibées.

    Instaurer la préférence civilisationnelle : parallèlement, sera mise en place une préférence de civilisation consistant à privilégier systématiquement notre civilisation européenne dans toutes les décisions de l’État, que ce soit notamment par la promotion d’un patriotisme européen, par la priorité donnée au christianisme ou la préférence accordée aux Européens en Europe.

    Réhabiliter nos valeurs

    Avec notre identité, ce sont aussi nos valeurs menacées de déconstruction qu’il conviendra de sauvegarder par trois mesures stratégiques.

    L’excellence et la sélection pour l’enseignement : capital pour l’avenir, le système d’enseignement sera refondé selon le principe de l’excellence. Un enseignement d’exigence sera mis en place pour former l’intelligence et inculquer des connaissances. Il s’agira de réenraciner les élèves dans leur nation et leur civilisation et de rétablir la chaîne de transmission des savoirs. La sélection sera par ailleurs réintroduite pour permettre à chacun de trouver la place qui lui convient au mieux de ses capacités.

    La priorité aux familles : de son côté, la famille, qui assure la pérennité démographique du pays ainsi que la transmission de ses valeurs, sera de nouveau favorisée tant par les prestations qui lui seront réservées que par la reconnaissance dont elle bénéficiera au sein de la société.

    Rétablir le mariage : pendant plus de quatre mille ans de civilisation européenne, le mariage a été conçu comme l’union d’un homme et d’une femme pour procréer et fonder une famille. Ayant donc dénaturé cette institution essentielle, la loi Taubira sera abrogée.

    Restaurer la prospérité

    La sauvegarde de notre identité et de nos valeurs devra s’accompagner d’actions énergiques en faveur de la prospérité des Français elle aussi gravement compromise. Le processus d’appauvrissement qu’ils subissent devra donc être stoppé par trois mesures phares.

    Réguler les échanges aux frontières : d’abord, il conviendra d’en finir avec le libre-échangisme mondial qui provoque la désindustrialisation de notre pays et y développe un chômage massif et endémique. Une régulation des échanges économiques devra donc être mise en place aux frontières de l’Union afin de supprimer le dumping social, fiscal, monétaire et écologique qui pénalise nos entreprises.

    Réduire les prélèvements et les règlements : dans le même temps, une plus grande liberté sera offerte aux acteurs économiques sur le marché intérieur. Afin de faciliter et d’encourager leur activité, les impôts seront réduits et la réglementation allégée.

    Déployer une stratégie industrielle volontariste : enfin, une stratégie industrielle volontariste associant pouvoirs publics et entreprises privées sera mise en place pour réindustrialiser la France et créer de grands groupes français ou européens de dimension mondiale.

    Rétablir l’ordre et la sécurité

    Toutes ces mesures essentielles au redressement de la France resteraient cependant vaines si, dans le même temps, la sécurité n’était pas rétablie dans notre pays.

    Reconstruire un État fort : pour remettre de l’ordre en France, il faut d’abord reconstituer un État fort. C’est-à-dire un État qui n’hésite pas à utiliser la contrainte pour faire respecter la loi par ceux qui le défient. Cela passe notamment par une justice recentrée sur sa mission première, par un renforcement significatif de la police qui doit devenir un corps d’élite ainsi que par l’augmentation importante du potentiel des armées.

    Reprendre le contrôle des zones de non-droit : l’État doit notamment reprendre le contrôle de l’ensemble du territoire. Les zones de non-droit constituent à cet égard des marques de faiblesse insupportables et doivent donc être réintégrées dans la République par des opérations énergiques, systématiques et volontaristes.

    Rétablir les frontières : dans cet esprit, il convient aussi de rétablir les frontières de notre pays. Fonctionnant comme des filtres qui laissent passer ce qui est bénéfique tout en arrêtant ce qui est néfaste, elles sont indispensables à notre protection. Aussi faudra-t-il dénoncer Schengen et remettre en place les frontières de la France aussi longtemps que les frontières extérieures de l’Union ne seront pas correctement gardées.

    Créer une Europe puissance

    Toutes ces mesures permettront d’assurer la renaissance de notre pays, mais elles ne lui donneront pas la force qui lui serait nécessaire pour faire face seule au choc des civilisations. Aussi doit-elle s’unir aux autres pays européens pour constituer avec eux un pôle de puissance capable de s’imposer dans le monde multipolaire d’aujourd’hui.

    Pour une France moteur de l’Europe : la France au cœur du vieux continent doit donc œuvrer à l’émergence d’une Europe puissante, indépendante et souveraine. Pour ce faire, elle doit nouer des alliances à l’Est, faire rêver les peuples, créer un rapport de force favorable et obtenir la refondation de l’Union.

    Pour une confédération européenne :  l’Union actuelle doit en effet être refondée pour laisser la place à une confédération dirigée par les seuls États. Celle-ci devra rendre aux nations leurs compétences ordinaires pour se concentrer sur l’essentiel, à savoir l’arrêt de toute immigration, la création d’une alliance militaire européenne se substituant à l’Otan, la régulation des échanges économiques mondiaux, la réindustrialisation du continent et la réforme de l’euro pour en faire un instrument de la prospérité et de la puissance européenne.

    Pour un nouvel ordre multipolaire : ainsi refondée, l’Union européenne pourra faire émerger un nouvel ordre multipolaire qui remplacerait l’imperium américain par le condominium des grandes puissances planétaires et substituerait à l’ultralibéralisme mondial une régulation des échanges entre les grands ensembles économiques homogènes.

    Bien d’autres dispositions seront nécessaires pour assurer le grand changement, mais ce sont ces mesures phares qui pourront commencer à le concrétiser avec le plus d’efficacité et de célérité.

    http://synthesenationale.hautetfort.com/

  • Marion Maréchal : “Jamais, je n’entrerai dans le jeu d’un conflit avec Marine Le Pen”

    Marion Maréchal : “Jamais, je n’entrerai dans le jeu d’un conflit avec Marine Le Pen”

    Alors que Marion Maréchal recevait Eric Zemmour pour une conférence à l’Institut des Sciences Sociales Economiques et Politiques (ISSEP), elle a répondu à BFM à propos de son avenir politique :

    Jamais. Jamais, je n’entrerai dans le jeu d’un conflit avec Marine Le Pen, et je le dis d’autant plus sereinement que, moi, j’ai vu la politique atomiser ma famille à toutes les générations donc que ce soit d’un point de vue politique, ce que je trouverais totalement détestable eu égard à la situation des Français, mais aussi d’un point de vue personnel, je n’ai pas envie de vivre ça ou d’imposer ça dans le débat français. Je trouverais ça assez pathétique.”

    https://www.lesalonbeige.fr/marion-marechal-jamais-je-nentrerai-dans-le-jeu-dun-conflit-avec-marine-le-pen/

  • LA GAUCHE PERD PARTOUT, MAIS N’APPREND RIEN ! (L’Imprécateur)

    1.pngLaREM, le parti de l’étranger qui nous gouverne avec les socialistes est en état de sidération. Partout, l’idéologie mondialiste qu’elle défend recule, avec au premier plan son étape européenne qui, elle le sait, va encore s’effriter à l’élection de mai 2019. Après le départ de l’Angleterre, les cinq contestataires de Visegrad refusent les migrants et sont rejoints par l’Italie, maintenant la Tchéquie, bientôt la Croatie qui vient de refuser le plan « migrants » de l’ONU. Et voilà le Brésil, première puissance d’Amérique du Sud qui suit le bon exemple de Trump au Nord et, avec le soutien du « petit » peuple, rejette la gauche profondément corrompue qui a amené le Brésil à la faillite économique, comme partout où la gauche a été ou est au pouvoir.

    Lire la suite

  • Zuckerberg versus Trump, la prochaine affiche présidentielle aux États-Unis ?

    donald.png

    Les startupers et les traders ont, sans haine ni violence, fait la peau aux ouvriers, aux salariés et aux précaires.

    Le 6 novembre dernier, les élections nord-américaines de mi-mandat présidentiel ont laissé poindre un statu quo : la Chambres des représentants redevient démocrate, le Sénat reste républicain.

    La première leçon à tirer de ce scrutin est la suivante : le parti démocrate et le parti républicain ne sont définitivement plus de centre droit. Pour le citoyen américain lambda (tant celui des grandes villes que celui des zones rurales), le leader de chacun des deux partis n’était autrefois que blanc bonnet et bonnet blanc. Protestantisation des esprits oblige, la politique devait être irrémédiablement déterminée par l’économie. Seulement, le darwinisme social a contredit tout projet économiciste. Les capitaux sont partis des États-Unis pour mieux revenir dans la poche des financiers, des êtres aussi invisibles qu’insaisissables. Alcool, drogue et suicide constituent encore le lot quotidien des désintégrés de la mondialisation financière. Avec le soutien inédit de ces populations et celui du lobby industriel, Donald Trump avait gagné l’élection présidentielle de novembre 2016, et ce, contre les médias « mainstream » du monde entier. Ces élections de mi-mandat devaient ainsi sonner la revanche des propriétaires de data.

    Depuis le début des années 2000, la bourse de Wall Street mise tout dans les énergies fossiles des pétromonarchies ainsi que dans les data de la Silicon Valley dont Mark Zuckerberg (Facebook), Jeff Bezos (Amazon), Sergueï Brin et Larry Page (Google) sont les principaux maîtres à penser. Le seul lobby à payer les pots cassés de cette stratégie économico-numérique est celui de l’industrie. En conséquence, General Motors n’a pas eu d’autre choix que de se rebiffer.

    Par ailleurs, les White Anglo-Saxon Protestants des zones périurbaines et rurales ont été sciemment abandonnés dans la mesure où la finance internationale avait besoin de spéculer sur un océan infini de données, des fichiers définissant chacune des identités. La géographie électorale américaine manifeste les même tensions économico-sociales que partout ailleurs dans le monde occidental. Les startupers et les traders ont, sans haine ni violence, fait la peau aux ouvriers, aux salariés et aux précaires.

    Comme les mêmes causes produisent les mêmes effets, le profil sociologique de ces contrées s’est reconstitué en quatre parties : un groupe socialiste, un groupe libéral, un groupe libertaire et un groupe nationaliste. Ces élections de mi-mandat ont logiquement manifesté ces nouveaux clans politiques. Les démocrates ont clairement implosé entre la mouvance de Bernie Sanders (indépendant, mais clairement socialiste) et celle de Barack Obama (l’ancien président mouillant la chemise pour défendre sa ligne libertaire) alors que les républicains en ont fait spontanément de même entre la mouvance de Donald Trump (assumant une politique à la fois nationaliste et protectionniste) et celle de Mitt Romney (le perdant de l’élection présidentielle de 2012 étant le principal opposant de l’intérieur à Trump et défendant une ligne ouvertement libérale, en économie comme dans les mœurs).

    Alors qu’Obama et Romney font encore semblant de s’opposer, les électorats de Sanders et de Trump ont en partage la même angoisse à l’endroit de la désappropriation intégrale, autant celle des emplois que celle des territoires. La spéculation et l’immigration imposent toujours la logique du nombre. Partout, la quantité tend à renverser la qualité. Pour éradiquer la fronde nationale et sociale, la Chambre des représentants s’est considérablement féminisée et singularisée. Conformément à la ligne libertaire, un maximum de candidats issus des minorités tant ethniques que culturelles ont été intronisés ; le fait le plus notable étant l’élection de deux femmes musulmanes dans le Minnesota et le Michigan. De cette manière, l’ordre islamo-libertaire ne pourra que se renforcer au pays de l’Oncle Sam.

    De toute évidence, la Silicon Valley enverra irrémédiablement un de ses représentants à l’élection présidentielle de 2020. « Zuckerberg vs. Trump » : voilà l’affiche de la guerre des data.

    Henri Feng

    http://www.bvoltaire.fr/zuckerberg-versus-trump-la-prochaine-affiche-presidentielle-aux-etats-unis/

  • «Arrogant», «superficiel» : selon un nouveau sondage, la cote de popularité de Macron baisse encore

    5bd2b2af09fac2275c8b4567.jpg

    Selon un dernier sondage, la cote de popularité du président français Emmanuel Macron chute encore, creusant l’écart avec le Premier ministre Edouard Philippe. Les sondés estiment en outre que le chef de l’Etat est «arrogant» et «superficiel».

    Après l’affaire Benalla, les démissions en série au gouvernement (Nicolas Hugot, Gérard Collomb…) et un remaniement jugé peu convaincant, la cote de popularité d’Emmanuel Macron n’en finit pas de baisser. Le dernier baromètre BVA en partenariat avec Orange, RTL et La Tribune, publié ce 26 octobre, affiche une popularité au plus bas pour le président français depuis son entrée en fonction en mai 2017, recueillant seulement 29% de bonnes opinions des sondés, contre 62% au moment de son élection.

    https://ns2017.wordpress.com/2018/11/08/arrogant-superficiel-selon-un-nouveau-sondage-la-cote-de-popularite-de-macron-baisse-encore/

  • Errements mémoriels, lucidité nationale

    allegorie-de-la-france-bis.jpgLes  grands médias et les spécialistes de la politique américaine se sont peu ou prou accordés pour le dire,  Donald Trump et le camp républicain ont plutôt bien tiré leur épingle du jeu lors des Midterms, les élections de mi-mandats  dont les résultats sont tombés hier.  Certes, cela était attendu, les Démocrates regagnent la majorité des sièges à la  chambre des représentants, ce qui peut laisse craindre  au camp Trump le blocage de mesures phares -baisses des impôts pour les classes moyennes, tour de vis dans le domaine de l’accueil de l’immigration, mur anti-migrants... - voire la  réactivation de la menace d’empeachment,  de la   procédure de destitution du président américain. Mais ladite  procédure nécessiterait pour aboutir   un vote du Sénat avec 60% des voix;  or le Sénat est resté hier majoritairement  aux mains des Républicains.  Le nombre des gouverneurs pro-Trump est lui aussi toujours le plus important.  Comme en 2016, le locataire de la Maison Blanche  a pu compter principalement  sur l’Amérique populaire blanche, rurale,  des petites agglomérations;  les démocrates se sont eux  appuyés sur les minorités et les populations des grosses villes. La différence s’est faite dans les banlieues aisées où les bourgeois ont  largement voté contre le parti de l’actuel président américain…

    Mais le camp démocrate enregistre des défaites très symboliques de ses vedettes médiatiques.  En Floride par exemple , Andrew Gillum, candidat au poste de gouverneur, a mordu la poussière  face au républicain Ron De Santis. Au Texas, le sénateur Ted Cruz (ex candidat à la primaire présidentielle républicaine), soutenu ici personnellement par Donald Trump,  l’a emporté face à   Beto O’Rourke. Le site pro Trump (et pro Likoud)  Dreuzinfo ne cache pas sa joie de voir qu’ « Obama a encore perdu »(« quatre des quatre candidats qu’il a soutenus ont perdu l’élection»), mais qu’ «en revanche, les candidats directement soutenus par Trump sont réélus. » Il est rappelé  que « la chambre des représentants n’est restée que deux fois dans l’histoire récente du côté du président aux élections de mi-mandat » et  qu’ « il n’y a eu que 5 fois au cours des 105 dernières années qu’un président a remporté des sièges au Sénat lors des élections de mi-mandat. » Or, « souvenons-nous que par comparaison, Obama a plus perdu en 2014 que Trump en 2018 : Obama avait perdu les deux chambres. » Bref,   Donald Trump resterait plus que jamais  un candidat  sérieux et bien placé pour sa propre réélection en 2020…

    Une échéance qui trotte bien évidemment déjà dans la tête d‘Emmanuel Macron, lequel sait bien que sur sa route les élections européennes de mai prochain seront une étape importante, voire décisive. Son projet européiste n’est-il pas la colonne vertébrale de son action politique comme il n’a cessé de le dire? Ses communicants pour se faire lui ont suggéré de   mener une campagne  anxyogène visant à pourfendre les méchants populistes-nationalistes.  Le couteau entre les dents, ces derniers  s’apprêteraient  à renverser notre édifice démocratique… celui-là même qui a donné en juin dernier  à 45% des électeurs, 4 % des députés à l’ Assemblée nationale...  On apprenait ainsi mardi, quel hasard!,  que les services antiterroristes avaient de nouveau procédé à six interpellations dans la mouvance de l’ultra-droite, « dans le cadre d’une enquête sur un projet d’action violente aux contours imprécis visant le président Emmanuel Macron», rapporte l’AFP.

    Sur le même mode, le clip de campagne pour les européennes du camp macroniste est un  modèle du genre, assez sidérant,  qui coche toutes les cases de la grossière, primaire et binaire publicité euromondialiste…mais depuis quand  la propagande visant les masses s’embarrasse-t-elle de finesse?  Ici le message est clair:  ce sera moi Jupiter, moi et mes amis éclairésen marche vers   la prospérité promise, la sécurité, la  paix progressiste, écologiquement et climatiquement régulée,  de l‘Europe de Bruxelles;  ou alors ce sera le déluge, les cyclones,  la guerre, le  chaos généralisé,  Salvini, Orban,  Le Pen…

    Certes, quand Emmanuel Macron entend sortir du manichéisme, s’affranchir des réflexes pavloviens, faire appel à l’intelligence,  introduire des nuances, il se fait rabrouer non seulement par l’extrême gauche mais aussi  par ses  soutiens.  Sa semaine de déplacement dans le cadre des commémorations de la fin de la Grande guerre en a apporté un exemple assez frappant. Ce n’est pas  à Verdun mardi, - où il a été vivement invectivé par des Français manifestant leur ras-le-bol - ni  dans le village des Eparges que le  président  a choqué. Il y a dit  son souhait de voir entrer au Panthéon le  normalien, Académicien,  homme de lettres  et lieutenant pendant la Grande Guerre Maurice Genevoix. » «Mais aussi, à titre collectif rapportait Le Figaro  ceux de 14: les Français civils et militaires engagés dans la Grande Guerre, qui ont donné son titre au recueil emblématique de l’écrivain. »

    Voilà au moins un  grand écrivain, voyageur  et poète, qui mérite d’être honoré , non seulement   pour ses écrits de guerre – Sous Verdun, Les Eparges, Nuits de guerre…-  qui en font  un peu le Ersnt Jünger Français,    mais aussi pour ses magnifiques   romans. Il faut que les jeunes générations lisent des chef-d’oeuvres comme Raboliot, La dernière harde,  La Forêt perdue,  enracinés dans notre terroir,  portant nos mythes fondateurs  et faisant appel à notre longue mémoire…

    Non,  ce qui a valu au Président Macron une avalanche de récriminations c’est son souhait de ne pas occulter  Philippe Pétain des commémorations samedi aux Invalides. Le locataire de l’Elysée souhait ici très prosaïquement se placer dans la filiation  des propos du  Général De Gaulle à l’occasion du soixantième anniversaire de la bataille de Verdun en 1966, voire des autres présidents qui jusqu’à  Jacques Chirac firent fleurir sa tombe

    Ses propos quels sont-ils? M. Macron a déclaré ces derniers jours que « le Maréchal Pétain a été aussi, pendant la Première Guerre mondiale, un grand soldat » mais qui a  « conduit à des choix funestes» pendant la Seconde Guerre mondiale. « J’ai toujours regardé l’histoire de notre pays en face. (…) Je n’occulte aucune page de l’histoire. » Du  Crif de Françis Kalifat à Jean-Luc Mélenchon, de LFI aux différentes chapelles de ce qui reste du PS, les représentants  peuple de gauche, mais aussi un Meyer Habib, un Roger Karoutchi, et même un  Florian Philippot n’ont pas manqué de crier au scandale révisionniste

    Résultat indiquait Le Figaro, l’Élysée a  fait volte-face en indiquant que « seuls les maréchaux présents aux Invalides – Foch, Lyautey, Franchet d’Esperey, Maunoury et Fayolle – seront honorés samedi. Exit, donc, l’hommage à Philippe Pétain, que le chef de l’État avait pourtant défendu précédemment. » Le phare de la pensée Marlène Schiappa, secrétaire d’État à l’égalité femmes-hommes et à la lutte contre les discriminations a fait part de son soulagement:   « le Maréchal Pétain, traître à la patrie, a été condamné à l’indignité nationale. Le Président de la République ne va PAS le célébrer. » En plein rétropédalage Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement,  a indiqué lui aussi qu’ «aucun hommage ne sera rendu à Pétain samedi. Il n’en a jamais été question » (sic).  «Les maréchaux dont l’honneur n’a pas été entaché, ceux-là, et ceux-là seuls, recevront l’hommage de la République(…) Pas Pétain, qui a été frappé d’indignité nationale pour avoir collaboré avec la barbarie nazie de façon odieuse et criminelle. »

    Et Le Figaro de citer encore Michel Goya, historien et ancien colonel des troupes de marine: « Cette polémique me paraissait prévisible, mais, par ses propos, Emmanuel Macron ne fait que rappeler l’histoire. Évoquer le général Pétain en parlant de la Première Guerre mondiale me paraît incontournable. Le Pétain de Vichy n’aurait jamais existé sans celui de 1918. Pétain est le général qui a le mieux compris les enjeux de la guerre moderne, ce n’est pas pour rien qu’on lui a confié la bataille de Verdun en 1916, puis le commandement de l’armée française à partir de mai 1917.»

    Mais peut-encore dire dans ce climat négationniste que le général Pétain fut aussi un chef humain,  dont l’action épargna la vie de centaines  de milliers de poilus, un chef de guerre prudent,   économe de la vie des hommes (ce qui explique que Clémenceau l’écarta du commandement des troupes alliés en 1918…) dont le rôle fut en effet décisif à Verdun en 1916 et en 1917?  Est-il possible, comme l’ont fait un Henri Amouroux, un Dominique Venner, un Eric Zemmour de sortir du portrait à charge? Est-il encore permis   d’exprimer les  nuances apportées sur l’action du chef de l’Etat français par d’authentiques résistants,  de rappeler notamment  les tentatives pour protéger nos compatriotes de confession juive,  là  ou des  ânes bâtés paraît-il insoumis comparent  Pétain à Hitler?

    Les propos mesurés de Bruno Gollnisch sur la place de ce Maréchal de France  dans l’Histoire de notre pays restent d’actualité. Il ne s’agit pas  de rouvrir un débat qui est l’affaire  des historiens.  Mais  le courage consiste aussi à ne pas accepter le travestissement du passé à la lumière des obsessions, des haines, des lâchetés, des maquillages de certains,  ce que M. Macron, disant tout et son contraire , a très timidement esquissé avant de se faire taper sur les doigts et de courber l’échine.  D’ailleurs,   comment aurait-il pu en être autrement? Il faut être un national pour refuser aussi l’omniprésente  propagande  de repentance et de  culpabilisation des Français, laquelle  ne fait que croître au fur et à mesure que cette page sombre de la défaite de 40 et de l’occupation s’éloigne dans le temps.

    « (Philippe Pétain) doit avoir la place que mérite la vérité avait déclaré Bruno Gollnisch. La vérité d’un régime corrompu et incapable de dirigeants élus par le Front populaire, qui, dans la catastrophe à laquelle ils ont été incapables de faire face, se sont lamentablement débinés et ont refilé à ce vieillard l’ardoise de leurs erreurs (…). Je dis simplement ceci: il y a des gens de bonne foi qui ont suivi Pétain, il y a des gens de bonne foi qui ont suivi De Gaulle, qu’on arrête de nous emmerder avec toute cette histoire! ».

    « Ce dont je suis sûr c’est que les dirigeants actuels sont 100 fois plus coupables, si tant est qu’il l’ait été, que le Maréchal Pétain. Il avait au moins une  excuse, celle d’une armée victorieuse et implacable qui campait sur le territoire national. Tandis que les traîtres qui sont aujourd’hui au pouvoir, c’est en toute connaissance de cause qu’ils bradent la France, qu’ils livrent son économie, qu’ils livrent son identité à l’étranger, portant atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l’Etat, pour le seul profit de leurs intérêts abjects. » Aux errements mémoriels des uns, aux indignations sélectives des autres, continuons d’opposer notre regard lucide, sur le passé comme sur le présent. C’est cette ludicité-là   qui fait que l’opposition nationale est légitime  pour conduire demain les destinées du pays et qui fait qu’elle  assume toute l’Histoire de France, ses pages sombres comme ses pages lumineuses.

    https://gollnisch.com/2018/11/08/errements-memoriels-lucidite-nationale/

  • Trump, la stratégie gagnante ou la défaite des médias

    2306754654.jpg

    Les élections américaines de mi-mandat se soldent en fait par un succès pour Trump. Et les médias ne s'en remettent pas. 

    Ils avaient cru – et affirmé - son élection impossible. Lorsqu'il fut élu, ils ont parié sur son échec, assuré qu'il ne pourrait pas gouverner, espéré et prédit sa destitution, etc. Ces dernières semaines, ils attendaient encore de l'opinion américaine une sanction envers Trump, un grand rejet, une vague bleue démocrate. Elle n'est pas venue. Les Républicains ont conforté leur majorité au Sénat. Les Démocrates n'auront gagné à la Chambre des Représentants qu'une majorité de vingt-six sièges. Au lendemain du scrutin, Le Figaro titre : « Trump en position de force pour 2020 ».

    2036890748.jpgC'est la défaite des médias. Dès hier matin, ils sont passés illico à autre chose.  

    L'action politique de Trump, c'est, en un sens, la stratégie Buisson à la sauce américaine : aller au peuple enraciné contre les bobos mondialisés. Trump et Buisson pensent l’un et l’autre que lorsqu’il a un leader qui parle en son nom, qui parle pour lui, le peuple est gagnant. Et son champion, en même temps …   

    C'est la stratégie gagnante un peu partout dans le monde en ce moment.961458161.jpg Et c'est, assez exactement, l'inverse de la stratégie Macron, dont il ne se rend pas compte qu'elle le coule … 

    Retrouvez l'ensemble des chroniques En deux mots (102 à ce jour) en cliquant sur le lien suivant ... 

    En deux mots, réflexion sur l'actualité

    La une du Figaro d'aujourd'hui ...

    copies d'écran 25.jpg

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/

  • L’Europe de Macron n’est pas celle de la paix, mais celle de la guerre qui vient

    L’Europe de Macron n’est pas celle de la paix, mais celle de la guerre qui vient

    Emmanuel Macron veut faire campagne sur une intox :

    L’Europe ou le « populisme » ! L’Europe ou la guerre. Voilà la cage dans laquelle Macron souhaite enfermer le débat de ces prochains mois. La méthode n’est pas de lui. Elle a l’âge de la construction européenne. Robert Schuman, un de ses « pères », déclarait alors : « Nous avons eu la guerre car nous n’avions pas fait l’Europe. » Quelques décennies plus tard, François Mitterrand ne disait pas autre chose que le jeune Macron ou le vieux Schuman lorsqu’il accusait les « nationalismes » de porter la guerre comme la nuée porte l’orage.

    Pourtant, à bien y réfléchir, rien n’est plus faux que ces axiomes de bazar intellectuel. Ce n’est pas l’Europe et sa « construction » qui ont chassé la guerre, ce sont les guerres civiles européennes qui, ayant épuisé biologiquement l’Europe, l’ont amenée à être incapable d’en mener d’autres. Ce n’est pas l’Union européenne qui a permis que le continent vive en paix mais, dans un premier temps, l’équilibre entre la force américaine et la force soviétique, puis la sujétion de l’Europe à la pax americana. On peut s’en féliciter ou le déplorer, mais tels sont les faits.

    Autre point fondamental : de quelle Europe parle Emmanuel Macron ? Dans son discours de la Sorbonne du 27 septembre 2017, il le dit clairement : « L’Europe est une idée. » Laquelle ? Celle d’un « équilibre de valeur, (d’un) rapport à la liberté, aux Droits de l’Homme, à la justice (qui) est inédit sur la planète. (Un) attachement à une économie de marché et à la justice sociale. » Il s’agit donc d’une conception clairement de gauche qui vient de loin, au moins du XVIIIe siècle. Les « populistes », quant à eux, voient et entendent défendre des choses concrètes, construites, définissables, bref, des déterminismes.

    A ces réalités, Emmanuel Macron, comme la gauche, oppose « une idée », c’est-à-dire la capacité à masquer le réel et à inverser le rapport des êtres avec celui-ci. La question identitaire en est la première victime. Fonder l’Europe sur une « idée », celle de la prospérité grâce à un grand marché mondial, c’est méconnaître les fondements de la vie des nations et des hommes, c’est, refusant le réel, livrer les Européens pieds et poings liés aux appétits des peuples du sud ou d’Orient.

    L’Europe de Macron n’est donc pas celle de la paix, mais celle de la guerre qui vient et dont les tensions ethniques actuelles ne sont que les premières secousses. L’Europe de Macron est l’exact contraire de ce qu’a été l’Europe en 40 000 ans d’histoire. Cette Europe macronienne se caractérise par son refus de l’élan vital, par sa perte de substance biologique. C’est une Europe du grand suicide. Voilà donc l’enjeu de l’élection de mai 2019. Savoir quelle conception de l’Europe va (temporairement) gagner. Celle du réel, celle des peuples, ou bien celle du mondialisme affairiste et de l’utopie de gauche ?

    https://www.lesalonbeige.fr/leurope-de-macron-nest-pas-celle-de-la-paix-mais-celle-de-la-guerre-qui-vient/

  • Edition Spéciale : Trump à mi-mandat – Journal du mercredi 7 novembre 2018

    Midterms : Pas de vague démocrate
    L’épreuve de force est passée pour Donald Trump. Si les Républicains perdent comme prévu la majorité à la chambre des représentants, ils se renforcent au Sénat. Un scrutin tristement banal loin de l’échec cuisant envisagé par les médias pour Donald Trump

    Midterms : Trump met le cap sur 2020
    A l’approche des midterms, Donald Trump avait déjà l’oeil sur l’échéance suivante : la prochaine élection présidentielle où il compte bien se représenter, peu importe la perte de la chambre des représentants.

    Caravanes de clandestins : l’afflux continue

    L’actualité en bref

    Serveur TVL

    Lien dailymotion

  • Elections MidTerms : les Américains n’ont pas rejeté Donald Trump

    Elections MidTerms : les Américains n’ont pas rejeté Donald Trump

    Alors que nos médias annonçaient une “vague démocrate” à l’issue des élections de mi-mandat aux États-Unis, le parti d’opposition à Donald Trump a seulement réussi à retrouver la majorité à la Chambre des représentants.

    Donald Trump sort renforcé de cette élection, car non seulement les Républicains conservent le Sénat, mais ils y accroissent leur nombre de sièges. Et c’est la chambre qui a le plus de pouvoir politique.

    Les résultats ne sont pas encore définitifs.

    A noter qu’en Virginie, le seul sénateur Démocrate qui a voté pour la confirmation du juge Kavanaugh à la Cour suprême a été réélu avec 52%, dans un État qui avait placé Trump largement en tête.

    Ces élections de mi-mandat sont généralement compliquées pour les partis au pouvoir. A titre d’exemple :

    • Clinton 1994:
      • Chambre -54
      • Sénat -8
    • Bush 2006
      • Chambre -30
      • Sénat -6
    • Obama 2010
      • Chambre -63
      • Sénat -6
    • Trump 2018
      • Chambre -30 (estimation)
      • Sénat +4 or +5

    Corentin Sellin estime sur BFMTV :

    «Trump a surtout fait campagne pour le Sénat qui est le plus important, et force est de constater qu’il a très bien réussi. Il a eu le scalp de tous les Démocrates qu’il est allé chercher. En Floride, alors que tous les sondages disaient l’inverse, les Républicains remportent une double-victoire Gouverneur/Sénateur. Trump peut dire : “C’est moi qui vous ai fait gagné”. Il en sort renforcé personnellement. C’est surprenant que la majorité Républicaine soit autant renforcée au Sénat, notamment le siège en Floride détenu depuis 2000 par les Démocrates. Trump pourra beaucoup plus facilement peupler les cours de justice de juges conservateurs.

    On parlait des deux futures “grandes stars Démocrates”, Beto O’Rourke au Texas, et Andrew Gillum en Floride. Les deux ont perdu car Trump est allé faire campagne contre eux (…) Rourke ne s’est pas pris une raclée mais il a mis 38M$ dans sa campagne et perd de 4 points. Alors d’accord c’est une belle défaite, mais à un moment donné, les Démocrates devraient arrêter les championnats du monde des matches amicaux. A un moment donné, il faut gagner des élections.»

    Et surtout il n’y a plus d’opposition républicaine à Donald Trump. Le parti sait ce qu’il doit à Donald Trump et ce sont des trumpistes qui ont été élus. Contrairement à ce que la gauche pensait il y a 2 ans, l’élection de Donald Trump n’est pas un accident (par défaut) mais une tendance lourde de l’électorat de droite.

    François Durpaire sur BFMTV :

    «Donald Trump s’est impliqué au grand dam des Républicains qui lui ont dit de faire jouer l’économie, de ne pas parler d’immigration, thème assez clivant. Trump sort renforcé. Les Républicains ont voté très clairement sur l’immigration.C’est une victoire idéologique.»

    Si vous allumez la radio, vous entendrez nos médias se réjouir de l’élection d’un gouverneur homosexuel dans le Colorado et de deux élues musulmanes… C’est typique du communautarisme de gauche. Kate McKenna (Membre des Républicains Overseas France) déclare :

    «Les Démocrates très à gauche, voire socialistes montent les communautés les unes contre les autres en divisant les Américains en Noirs, Latinos, Homosexuels, etc. C’est monté sous Obama sur les questions de races. Les tensions datent d’avant Trump.»

    https://www.lesalonbeige.fr/elections-midterms-les-americains-nont-pas-rejete-donald-trump/

  • Européennes 2019 : Macron en marche arrière

    La question n’était pas « si » mais « quand ». Nous y sommes : le sondage de La Lettre de l’Expansion rendue publique via tweeter aujourd’hui montre pour la première fois le Rassemblement National passer devant LREM dans les intentions de votes.

    Extrême gauche : 15 %

    – Lutte Ouvrière / Nouveau Parti Anticapitaliste : 2 %

    – Parti communiste « français » : 2 %

    – France Insoumise : 11 %

    Gauche : 17 %

    – Génération.s : 2,5 %

    – Parti socialiste : 7,5 %

    – Les Verts : 7 %

    Centre : 22 %

    – La République En Marche : 19 %

    – Agir : 3 %

    Droite : 13 %

    – Les Républicains : 13 %

    Droite eurosceptique : 29 %

    – Debout la France : 7 %

    – Les Patriotes : 1 %

    – Rassemblement National : 21 %

    Divers : 4 %

    – Union Populaire Républicaine : 1 %

    – Autres candidats : 3 %

    Tendance :

    – A la hausse : Parti socialiste, Agir, Debout la France, Rassemblement National, Union Populaire Républicaine

    – Stable : Lutte Ouvrière / Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti communiste « français », Les Patriotes

    – A la baisse : France Insoumise, Génération.s, Les Verts, La République En Marche, Les Républicains.

    Hristo XIEP

    https://www.medias-presse.info/europeennes-2019-macron-en-marche-arriere/100497/

  • Élections Européennes : Le Rassemblement national en tête d’un sondage

    rassemblement-national-alpes-1-37572-600x337.png

    Le dimanche 4 novembre un sondage IFOP indique que le parti de Marine Le Pen est en tête des intentions de vote pour les élections de mai.

    Le Rassemblement national recueille 21% des estimations (soit 4 point de plus par rapport à la précédente enquête) et devance La République en marche avec 19%.

    De leurs cotés, Les Républicains et La France insoumise perdent du terrain. Cependant, le parti de Nicolas Dupont-Aignan Debout la France marque une progression, s’élevant dans les sondages à 7%. N’en déplaise aux autorités, le Rassemblement national est bien parti pour arriver en tête des élections européennes en France.

     

    https://fr.novopress.info/212478/elections-europeennes-le-rassemblement-national-en-tete-dun-sondage/

  • Carburants : les contre-feux d’Emmanuel Macron – Journal du mardi 6 novembre 2018

    Politique / Carburants : les contre-feux d’Emmanuel Macron
    Alors que la grogne des automobilistes se fait de plus en plus ressentir, Emmanuel Macron a enfilé son costume de pompier. Pour tenter d’éteindre l’incendie, le chef de l’Etat a mis en avant deux mesures loin de convaincre les réfractaires.

    International / Trump : des midterms en forme de référendum 
    C’est une étape cruciale pour Donald Trump. Les Américains sont appelés aux urnes pour les élections de mi mandat. Un scrutin qui s’est transformé en référendum sur le président… et dont les résultats pourraient surprendre.

    Politique / Islam : vers la fin de la loi de 1905 ? 
    Le président de la république envisage de réformer la loi de séparation de l’église et de l’Etat afin de restructurer l’islam en France.
    Des amendements qui témoignent d’un certain malaise vis à vis de la religion musulmane et ses liens avec plusieurs puissances étrangères.

    Société / Commerce : la dictature des applications de notation

    Serveur TVL

    Lien dailymotion
    https://www.tvlibertes.com/2018/11/06/26656/carburants-contre-feux-demmanuel-macron-journal-mardi-6-novembre-2018

  • Politique & éco n°190 – Nicolas Dhuicq : L’impasse chez Les Républicains

  • Jours décisifs

    6a00d8341c715453ef022ad3be005f200b-320wi.jpgLe chef de l'État français accomplit en ce moment, dans l’est et le nord du pays. Il appelle ce parcours, de façon fort maladroite, son itinérance mémorielle. Il entend ainsi célébrer le centenaire de l'armistice de 1918. Ses galanteries et ses pédanteries ne manqueront pas d'aggraver la chute de sa popularité. Elles alimentent de façon constante un contexte d’irritation profonde des Français face aux érosions de leur pouvoir d'achat, en relation notamment avec le prix monstrueusement surtaxé de l'essence.

    À l'échelle du monde, ces jours-ci revêtent pourtant une importance décisive. Une force politique, plus intelligente que la petite camarilla précieuse et technocratique de l’Élysée, pourrait en tirer parti. Reste à savoir, certes, où se situe une telle hypothèse, certainement pas du côté de Mélenchon. Pas sûr qu'elle existe dès maintenant dans le paysage visible de l'État central jacobin.

    Ainsi, pour le 5 novembre était annoncée la reprise des sanctions américaines contre l'Iran. L’effet prévisible sur le cours du pétrole brut se présente de manière contre intuitive. Le prix au 5 novembre de la qualité brent qui fait référence se situe à 72,86 dollars le baril, en relatif recul par rapport à son niveau record de 86 dollars. Les anticipations sur le retrait de l'offre iranienne ont été faites et l'on s'attend plutôt maintenant à une surproduction et à des baisses de prix pour 2019.

    Le même jour on prenait connaissance à Londres d'un sondage très significatif quant au retournement de l'opinion britannique sur le Brexit et on pense qu'un nouveau référendum donnerait 54 % pour le maintien dans l'Union européenne contre 52 % ayant voté la sortie le 23 juin 2016. Au moment où les négociations de sortie prennent un tour décisif cette évolution sensible de l'opinion outre-Manche risque d'entraver les prises de décision elles-mêmes, dans un contexte d'affaiblissement du gouvernement et de la majorité de Mrs May.

    Enfin ce 6 novembre se déroulent les élections américaines de mi-mandat. On ne connaîtra leur résultat qu’avec un certain décalage mais chacun s’accorde à y voir une forme de plébiscite pour ou contre Trump. L'occupant actuel de la Maison Blanche n'a pas hésité à s'investir personnellement et entièrement dans la campagne du parti républicain.

    D’étranges maîtres à ne pas penser nous étaient imposés dans notre jeunesse. Il s'agissait alors aussi bien d'un philosophe putride comme Jean-Paul Sartre que d'un politologue spécieux comme Maurice Duverger. Ce dernier se comportait comme un véritable envahisseur des colonnes du quotidien de référence Le Monde.

    Ces gens ont formaté des générations conformistes, plus anesthésiantes encore pour le pays, que les soixante huitards proprement dits, parfois pertinents en dépit de leur imposture intrinsèque. Il en est résulté une vision entièrement fausse de la politique américaine. Or, il se trouve que celle-ci pèse très fort sur l’ensemble des orientations de l'Europe institutionnelle.

    En particulier, nos désinformateurs se sont toujours employés à nier la distinction très forte entre républicains et démocrates, conservateurs et "libéraux", ce dernier terme désignant aux États-Unis les gens de gauche. Et lorsqu'un personnage haut en couleur comme Trump, homme d'affaires américain typique, accentue ce clivage on nous le présente comme un accident de parcours, entièrement hors normes, appelé à se trouver rapidement balayé. Or, sur plus de 200 décisions importantes de son gouvernement[1], beaucoup resteront quoiqu'il advienne. L'extrapolation faussée des médias parisiens, tous acquis au parti démocrate, les conduit à l'aveuglement de l'opinion, y compris celle qui se croit éclairée.

    Ces nouveaux aveuglements de la classe médiatico-politique renversent l'image du tableau de Brueghel qui date certes de 1568. Autant dire l'ancien monde : dans le nouveau monde macronien, 450 ans plus pard, les aveugles guident les paralytiques. On n'arrête pas le progrès.

    JG Malliarakis  

    Pour soutenir L'Insolent et souscrire un abonnement payant cliquer sur ce lien.

    Apostilles

    [1] Le mot américain "administration" est ce qu'on appelle un faux ami. Il désigne le gouvernement.

    https://www.insolent.fr/

  • En mai, seule l’union fera pencher la balance

    Capture-13.png

    Marine et Nicolas, au travail !

    J’avais écrit ici même un pamphlet intitulé « Le méprisant de la République ». Aujourd’hui, je ne sais même plus quel adjectif lui attribuer, mais le problème n’est plus ce personnage que des Français dupés ont élu à la présidence. Le problème se situe à droite. Les Républicains, qui refusent toute alliance, s’égarent dans un marécage où le peu de foi d’un Laurent Wauquiez, pourtant sympathique, mais peu charismatique, les conduit inévitablement. S’ils atteignent 15 % aux européennes, ce sera sans doute un miracle. Alors, qu’attendent donc les autres candidats ?

    Imbus de leur personnalité, persuadés qu’il et elle sont les meilleurs, ils ne veulent pas céder de terrain. Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan n’ont toujours pas compris qu’unis, ils peuvent bouleverser la donne. Ils peuvent renverser le tableau des statistiques. Soutenus par les personnalités de droite comme Jean-Frédéric Poisson, Robert Ménard, Thierry Mariani, etc., et par des réseaux sociaux de plus en plus puissants, ils peuvent convaincre les électeurs LR de voter pour une liste commune qui ne donnerait aucune chance aux candidats LREM, dont le patron est en perdition.

    Marine Le Pen comme Nicolas Dupont-Aignan ont le même discours, les mêmes arguments basés sur une vie de combat et d’expérience politique. Il serait incompréhensible pour leurs électeurs, et pour les Français qui hésitent encore sur quel parti porter leur choix, qu’ils ne fassent pas alliance, qu’ils ne se présentent pas sur une liste commune. Je pense aussi au remarquable Asselineau, dont l’intelligence et la culture politique sont de précieux atouts.

    L’avenir de l’Europe et de la France est entre leurs mains. Macron, Wauquiez et Mélenchon ne devraient pas résister à une liste qui souhaite redonner à la France sa souveraineté face à une Europe des technocrates qui a failli.

    Alors, pourquoi ne pas permettre à Nicolas Dupont-Aignan d’être en tête de liste et à Marine Le Pen, puisqu’elle l’a elle-même proposé, d’être en position non éligible. À Louis Aliot et à d’autres stars du Rassemblement national de se partager une liste de la Vraie Droite avec des candidats de Debout la France, d’autres issus des sociétés civiles. Je verrais bien le jeune Érik Tegnér rejoindre le brillant Jordan Bardella.

    Un programme commun de droite élaboré à partir des propositions des deux principaux partis a toutes les chances d’emporter une majorité confortable. Et si Laurent Wauquiez et les ténors des LR continuent à diaboliser leur droite, qu’ils ne s’étonnent pas de leur échec.

    L’Europe évolue vers un renouveau des patries solidaires. Et plus Emmanuel Macron accablera de tous les maux les partis dits nationalistes, plus les électeurs rejetteront son discours. Il n’est qu’à voir les réactions face au clip de propagande que des communicants déboussolés ont proposé à l’Élysée, croyant réussir à convaincre les Français de rejeter le vote populaire.

    Alors, Marine et Nicolas, au travail ! Retrouvez la bonne entente de la présidentielle. Des millions de Français n’attendent que votre poignée de main.

    Floris de Bonneville

    http://www.bvoltaire.fr/en-mai-seule-lunion-fera-pencher-la-balance/

  • Jean-Pierre… présent !

    JP-Stirbois-gollnisch.jpgLe résultat du référendum sur l’indépendance de la Nouvelle Calédonie a été annoncé hier. Comme prévu mais avec une avance un peu moindre que ce qui était annoncé par les sondages, le NON au divorce avec la France l’a emporté avec 56,4% des voix. C’est une bonne nouvelle pour tous les habitants de la Nouvelle-Calédonie, Caldoches comme Canaques. C’est une bonne nouvelle plus généralement pour la France, son poids dans la géopolitique mondiale et pour le maintien de la grande puissance (par la taille) maritime qu’elle est encore. La campagne pour le maintien de la Nouvelle Calédonie dans la France fut menée activement par le FN pendant trente ans pour conjurer les manœuvres enclenchées visant à abandonner ce territoire français. Ces dernières années  Marine Le Pen, et plus particulièrement Louis Aliot encore tout récemment, se sont rendus sur le Caillou pour soutenir les partisans du maintien dans la France, notamment bien sûr la courageuse représentante du FN puis du RN sur l’ile, Bianca Hénin.

    Cette défaite des indépendantistes (soutenus en sous-main par des puissances régionales soucieuses de chasser la France de ce coin du pacifique…) aurait été certainement plus éclatante sans les magouilles dénoncées par Bianca Hénin, qu’elle évoquait lors de la manifestation organisée en 2015« contre le largage de la Nouvelle Calédonie . » C’est la composition du corps électoral participant au référendum notait-elle, qui est la preuve flagrante de l’escroquerie socialiste, «le fait que des radiations soient tripatouillées depuis dix ans maintenant, ce qui entraîne une élimination ethnique sur nos listes électorales ». En effet, le projet de loi le gouvernement prévoyait une inscription automatique pour deux catégories d’électeurs : ceux admis à participer à la consultation du 8 novembre 1998 et ceux relevant du droit coutumier. Les autres devront effectuer les démarches nécessaires. Ce que dénonçait les loyalistes, non indépendantistes, majoritaires au Congrès de la Nouvelle-Calédonie. Le fait que les natifs du Caillou soient obligés de fournir des justificatifs pour figurer sur la liste électorale spéciale. »

    Le résultat de ce référendum coïncide avec le trentième anniversaire de la mort de Jean-Pierre Stirbois. Alors Secrétaire général du FN (depuis 1981) il succomba le 5 novembre 1988, âgé de 43 ans, à un accident de voiture à Pontchartrain (Yvelines) au retour d’une réunion publique et à l’issue d’une campagne épuisante pour la défense de la Nouvelle-Calédonie française. Imprimeur, Jean-Pierre rejoignit le FN en 1977 avec son épouse Marie-France qu’il avait rencontré dans les comités Tixier-Vignancour. C’était aussi un vieux camarade (ainsi que Marie-France ) de Bruno Gollnisch depuis l’époque ou ils se lièrent d’amitié à la faculté de Nanterre en 1967.

    Si la morale chrétienne nous invite à pardonner, il ne faut rien oublier pour autant et nous nous souvenons de la joie mauvaise qui salua chez certains de nos adversaires le décès de ce militant et dirigeant frontiste. L’arbre percuté par sa voiture fut qualifié à l’époque de « providentiel » par Jean-François Kahn. En novembre 2012, Benjamin Biolay , au détour d’une de ses chansons, ironisa lui aussi sur le décès de Jean-Pierre Stirbois. Ce que rappelle Boulevard Voltaire dans l’article consacré le 31 octobre à l’anniversaire de sa mort. « La vengeance est un plat que certains mangent froid comme Stirbois s’est mangé son cèdre. » écrivait Biolay, tandis que « dans son ensemble la presse salit la mémoire du défunt et trouva l’accident plutôt bienvenu. À l’image de Charlie Hebdo, qui titra Les arbres sont sympas. »

    Surtout, l’article rappelle a bon escient que « l’action (de J-P Stirbois) a eu une dimension historique. » «C’est l’un des premiers hommes politiques français (avec Jean-Marie Le Pen) à avoir discerné l’ampleur des problèmes migratoires et avoir eu l’audace d’en faire un thème électoral. Grâce à un travail de terrain exemplaire (….) il a montré qu’il était possible de construire un électorat autour de la défense de l’identité française et de la lutte contre l’immigration. Ses propos paraissaient vifs ; ils sont, hélas, en deçà de la situation que nous subissons aujourd’hui. « Le tonnerre de Dreux – 16 % aux élections municipales de 1983 – fut une étape décisive dans l’émergence du Front National, son succès électoral aux élections européennes de 1984 (11 % des suffrages) et l’implantation durable de ce parti.Enfin, beaucoup l’ont oublié (…) mais Jean-Pierre Stirbois fut un promoteur de l’union des droites. Il réussit à s’allier au RPR Jean Hieaux pour chasser de la mairie de Dreux l’immigrationniste Françoise Gaspard. Ce bel édifice se heurta à une puissante campagne de diabolisation menée par les lobbies de l’immigration : le CRIF, les chrétiens progressistes, la LICRA, des obédiences maçonniques, les associations subventionnées et SOS Racisme firent tout pour obtenir du RPR le refus de tout accord avec le FN. Les Français le payent aujourd’hui de trente ans d’immigration incontrôlée. Pourtant, trente ans après, le modèle de Jean-Pierre Stirbois à Dreux (la lutte contre l’immigration et l’alliance des droites) reste une nécessité pour la survie du peuple français et des peuples européens. »

    Une délégation du RN, menée par Steeve Briois, se recueillera aujourd’hui devant sa tombe au cimetière de Montparnasse, car comme le note le député-maire d’Hénin-Beaumont, «Aujourd’hui encore, il reste un modèle de militantisme, de dévouement à la cause nationale, et de courage, moral comme physique. »

    Si Stirbois eut en effet la prescience comme JMLP de l’importance que prendrait à l’avenir la question cruciale de l’immigration massive, ladite question n’a pas perdu, bien au contraire, de sa centralité dans le débat politique. Elle  explique en tout cas très largement qu’un Mouvement comme le RN, identifié par nos compatriotes comme le plus ferme et le plus résolu dans sa défense de l’identité française,  ait pris la tête des intentions de vote aux élections européennes de mai prochain. Dans un sondage Ifop pour la Lettre de L’Expansion diffusé hier, la liste RN est ainsi créditée de 20% d’intentions de vote – + 3 points  par rapport à la dernière enquête Ifop publiée fin août.  Elle est  à égalité avec la liste LREM-MoDem et des ralliés de droite au macronsime qui reste stable, mais qui perdrait un point  dans l’hypothèse où l’ex ministre socialiste Ségolène Royal prendrait la tête de  la liste socialiste. Loin derrière la liste LR obtiendrait 14% (-1), LFI  11% (-3),  EELV  7% (-0,5),  DLF  6,5% (stable), le PS  6% (pas de changement non plus, mais 7,5% des intentions de vote  si Mme Royal conduisait la liste). Enfin,  les listes PC et UDI sont créditées de 3  % chacune, les listes  de  l’UPR (1,5%, +1), du NPA (1%, -1) et des Patriotes  (1%, pas de changement) ferment le ban.

    Le décalage entre la réalité telle qu’elle est perçue par nos compatriotes et la volonté des élites  de l’occulter ou de la dénaturer  au nom de l’idéologie qui est la leur est en tout  cas de plus en plus criant. Il semblerait que loin de vouloir suivre les docteur Morphine de l’établissement, d’accepter d’être conduit sans moufter vers  le néant par  le joueur de flute d’Hamlin de l’Elysée, la conscience du péril finisse par faire bouger VRAIMENT les lignes.  Français lucides qui devront être plus nombreux encore pour faire mentir l’analyse du  philosophe David Fleming, que nous avons déjà cité:   «Nous savons que nous marchons vers la catastrophe, pourquoi ne réagissons nous pas ? ». Parce que, affirme  Fleming,  «une société n’a tendance à reconnaître un risque que si elle voit des solutions pour y remédier. C’est la raison pour laquelle  les risques auxquels nous nous attaquons ne sont pas vraiment les risques majeurs –ceux qui touchent à la menace d’anéantissement de peuples entiers –par submersion démographique-, ou même de l’homme- mais les risques individuels. »

    Laurent Nuñez, ex patron de la DGSI, secrétaire d’État qui seconde Christophe Castaner au ministère de l’Intérieur entend-il s’attaquer aux risques majeurs qui  fracturent la société française?  Invité   vendredi sur  l’antenne d‘Europe 1 , il a été invité à s’exprimer sur  les risques d’implosion des banlieues minées par le communautarisme dont fit état  Gérard Collomb lors de sa passation de pouvoir:   « On vit côte à côte, je crains que demain on ne vive face à face, nous sommes en face de problèmes immenses » avait-il  déclaré . M Nuñez, lui  s’est voulu rassurant  : «Je vois dans ces quartiers une force et une énergie républicaine énorme…»

    A en  croire Valeurs actuelles, l’ex ministre de l’Intérieur  aujourd’hui candidat à sa propre succession à la mairie de Lyon , tiendrait en off une analyse encore plus inquiétante de la situation. Il aurait confié le 13 février dernier, lors d’un déplacement à Orléans  à un journaliste de cet hebdomadaire,  que la situation sécuritaire est   « très inquiétante. » «Ce que je lis tous les matins dans les notes de police reflète une situation très pessimiste. Les rapports entre les gens sont très durs, les gens ne veulent pas vivre ensemble…» La responsabilité de l’immigration dans cette situation serait «énorme» selon M. Collomb., qui a  dit le désir du gouvernement, via la loi asile-immigration,  de réguler l’immigration illégale, quand bien même l’immigration dite légale  « reste un problème…» a-t-il avoué.  Il aurait enfin confessé que la sécession, la  partition de notre territoire national que craignait aussi François Hollande  était «un risque (qui le préoccupait)» et qu’il restait peu de temps pour agir: «Je dirais que, d’ici à cinq ans, la situation pourrait devenir irréversible. Oui, on a cinq, six ans, pour éviter le pire. Après...»  Nous remarquerons pour notre part que cet avertissement de M.  Collomb  qui  aurait dû en toute logique être largement relayé par les confrères de VA et l’ensemble des médias est resté cantonné à une diffusion assez confidentielle. Ne pas vouloir regarder la réalité en face n’en a jamais fait diminuer la dangerosité, bien au contraire… encore une minute monsieur le bourreau ?

    https://gollnisch.com/2018/11/05/jean-pierre-present/

  • TRIBUNE LIBRE La dernière Macronerie : un referendum grotesque

    referendum-1240x540.jpg

    Bernard Plouvier (*)

    Les Néo-Calédoniens veulent majoritairement rester « Français » et on les comprend ! Chaque année, la République française alimente ses territoires extra-européens à coups de centaines de millions d’euros, alors même qu’en métropole – d’où provient la manne issue des impôts et des taxes -, il manque d’argent pour créer ou moderniser les structures indispensables à la vie des Français de souche européenne. Cherchez l’erreur dans cette « votation populaire » ! 

    Ce n’est pas la minorité des bénéficiaires qu’il faut interroger, mais la majorité des payeurs. S’il doit y avoir un referendum sur la séparation de la métropole d’avec ses couteux DOM-TOM, c’est la Nation entière qui doit être consultée.

    Pourquoi conserver les résidus d’une colonisation qui a coûté énormément d’argent au peuple français depuis des siècles, avec pour unique contrepartie des reproches d’enfants gâtés de la part des ex-colonisés, tirés du Moyen Âge ou de la préhistoire et propulsés à l’ère moderne par le colonisateur.

    Certes, quelques colons, quelques négociants se sont enrichis – et puisque la Nouvelle Calédonie est le sujet d’actualité, on peut mentionner l’enrichissement de tel groupe financier par l’exploitation des gisements de nickel. Mais l’État a énormément investi de fonds, tirés de la Nation.

    Il est aisé de traire la vache à lait fiscale et taxable de métropole. Mais la démocratie exige qu’on demande l’avis de la Nation sur l’opportunité de poursuivre ou d’arrêter cette hémorragie externe de capitaux publics, sachant que l’immigration-invasion représente une autre hémorragie, interne celle-là, par son coût pharamineux en allocations, en répression de la délinquance et de la criminalité, en réparation des monstrueux dégâts après chaque émeute raciale ou chaque attentat de mahométans.

    La décolonisation est, en effet, une réalité à envisager d’un double point de vue.

    D’abord, il est souhaitable de se retirer de territoires où les « locaux » déclenchent des émeutes raciales pour satisfaire l’ego de politiciens exotiques (Guyane, Mayotte, Antilles - et la Nouvelle-Calédonie fut naguère une terre de terrorisme). C’est chose envisageable en une époque où notre économie n’est pas aussi florissante que Grand Président ne l’assure.

    S’il est logique d’exiger que notre Europe n’appartienne qu’aux Européens, il faut envisager la réciprocité pour l’Afrique et l’Asie, sachant que les Trois Amériques furent dès la préhistoire des terres de brassage des races, mais que la géographie commande la séparation.

    La décolonisation doit aussi et surtout se jouer à l’intérieur du territoire métropolitain.  L’on sait (grâce au rapport d’activité de l’AFDPHE pour 2016) que, de 1995 à 2015, sont nés en métropole approximativement 4,5 millions d’enfants à risque de drépanocytose, soit des enfants par définition de souche non-européenne. De ce chiffre, on peut inférer qu’il existe entre 6 et 8 millions de géniteurs d’origine extra-européenne (les mariages mixtes ne sont nullement majoritaires en métropole). Joint au nombre des enfants, ceci permet de penser que s’agitent, étudient, travaillent ou gaspillent leur temps, 10 à 12 millions d’extra-Européens de souche, même si, du fait de l’archaïque « droit du sol », un nombre indéterminable d’entre eux jouit du privilège de la nationalité française.

    Au moins les deux tiers de ces non-Européens de souche sont mahométans, ce qui est leur droit le plus strict. Mais certaines bonnes âmes proposent d’envisager un « double droit », à savoir la coexistence de la Loi française et de la médiévale charî’a, voire même une bipartition du territoire, prenant en compte les zones de non-droit qui seraient regroupées en un seul tenant !

    Décolonisation versus explosion économique ou sociale, avec, dans le second cas, une guerre civile suivie de l’épuration des ex-collaborateurs de l’envahisseur. On a déjà vécu ce scénario lamentable.

    Évitons de rejouer un drame inutile. Que nos princes administrent le Bien commun et qu’ils prennent, très démocratiquement, l’avis de la Nation. Ça nous changera du triste temps présent.

    (*) On peut, évidemment, ne pas être tout à fait d'accord avec cette analyse de notre ami Bernard Plouvier. C'est d'ailleurs mon cas. Certains seront peut être étonnés, voire agacés, de la lire ici. Cependant, fidèle à sa vocation et comme son nom l'indique, Synthèse nationale tient compte sur certains sujets d'actualité des différentes approches qui se retrouvent dans notre camp. Voilà pourquoi nous avons décidé de publier cet article...

    Roland Hélie 

    http://synthesenationale.hautetfort.com/

  • La Nouvelle-Calédonie restera française

    La Nouvelle-Calédonie restera française

    En toute logique :

    “Selon des résultats partiels donnés par les médias locaux, le “non” à l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie l’emporterait avec 59,5% des voix. Un référendum était organisé ce dimanche dans l’archipel”.

    https://www.lesalonbeige.fr/la-nouvelle-caledonie-restera-francaise/