Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2017

Marine Le Pen défend les racines chrétiennes de la France

C'était ce matin sur Europe 1


Marine Le Pen : "Être français, c'est accepter... par Europe1fr

Extrait : 

 

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Cabinet noir: Marine Le Pen confirme que Hollande « instrumentalise » contre les candidats qui s’opposent à Macron. Analyse

Interrogée après sa visite à Vladimir Poutine, lors d’une conférence de presse, Marine Le Pen a réagi de Moscou vendredi aux accusations de François Fillon à l’encontre de François Hollande, sur un cabinet noir dirigé contre lui:

«Si vous n’y voyez pas d’inconvénient, je vais laisser Monsieur Fillon se bagarrer avec le président de la République qui, semble-t-il, n’a rien d’autre à faire que de mener bataille contre les candidats s’opposant à Monsieur Macron, c’est-à-dire Monsieur Fillon et moi-même».

« La présidente du parti souverainiste français est persuadée que la justice est «en grande partie instrumentalisée par le pouvoir politique». Les autorités s’en servent pour «tenter de priver le peuple français du débat légitime auquel il a le droit» au moment où les Français vont faire «un choix essentiel, un choix de civilisation».

«Je pense que les Français jugeront assez durement la manière dont cette campagne présidentielle a été perturbée par cette instrumentalisation politique», a-t-elle conclu.  

L’Elysée déblaye la route pour Macron

Il n’est pas nécessaire, en effet, d’attendre de quelconques révélations de journalistes archi-discrédités pour savoir que l’Elysée court-circuite par tous les moyens les deux candidats qui barrent la route d’Emmanuel Macron à l’Elysée, c’est-à-dire François Fillon et Marine Le Pen. Qu’on appelle cela cabinet noir ou non, ce n’est pas ce qui importe. Il suffit d’observer :

L’Elysée coordonne les attaques menées par les magistrats du Parquet National Financier et par la presse aux ordres. En effet les magistrats du PNF ont tous été nommés en 2013 par l’ex-ministre de la Justice, Christiane Taubira, ex-indépendantiste guyanaise mais toujours activiste, et par François Hollande lui-même. Parmi eux, des membres du Syndicat de la Magistrature, autres activistes. Quant à la presse elle a été, soit achetée par l’ex-ministre Macron en échange de SFR au magnat de la presse Patrick Drahi qui contrôle notamment BFMTV et TMC-RMC, soit verrouillée par le combattant LGBT, Pierre Bergé, propriétaire du Groupe La Vie – Le Monde. Mais ce n’est pas tout, nous le verrons plus loin.

François Hollande n’est-il pas allé jusqu’à convoquer à l’Elysée un conseil anti-FN pour faire barrage à Marine Le Pen ?

« François Hollande a convié à déjeuner cinq chercheurs spécialistes du Front national. Autour de la table, il y avait les politistes Nonna Mayer (grande figure de Sciences Po, dont les enquêtes de terrain font autorité depuis trente ans) et Alexandre Dézé, les historiens Olivier Dard et Nicolas Lebourg et le philosophe Jean-Claude Monod. » apprenait-on dans l’Obs.

Quels complots ont-ils hourdis ensemble contre la candidate souverainiste? En dehors du PNF et des medias mainstream, pourquoi une partie de la police ne serait-elle pas, elle aussi, aux ordres ? N’a-t-on pas vu une certaine police politique en action lors de la Manif pour tous ? Il n’y aurait rien de surprenant qu’il y ait des écoutes téléphoniques des candidats, comme le soupçonne François Fillon, des écoutes qui perturbent d’autant moins François Hollande qu’il ne s’est même pas fendu d’une protestation lorsque lui-même et les services de l’État français ont été révélés sous écoutes des Américains, ni lorsqu’il s’est révélé que les candidats avaient été sous écoute américaine lors de la campagne de 2012, peut-être était-ce à son propre profit, d’ailleurs ? Probablement n’a-t-il fait que renvoyer l’ascenseur lorsqu’il a ouvert les QG militaires sur notre sol au haut commandement américain de l’OTAN en 2014, parachevant le démantèlement de la souveraineté défensive française commencée sous Sarkozy? Les écoutes des deux principaux adversaires d’Emmanuel Macron seraient un bon moyen pour les poursuivre en justice à tout propos, les magistrats du Parquet National Financier étant aux ordres et la police étant aux ordres du Parquet…

De la théorie du complot au complot

Alors, bien sûr, face à l’évidence le Système crie au complotisme ou à la victimisation. François Fillon nagerait dans le complotisme! Bon moyen de semer le doute dans l’esprit des électeurs face à une bien réelle conjuration menée au sommet de l’Etat avec la complicité d’une poignée de magistrats hyper-politisés et reconnaissants, et une presse verrouillée aux ordres.

Mais que dire des théories du complot sans cesse agitées par l’Oligarchie contre la Russie ?  Répondant à la question d’un journaliste lors d’une conférence de presse, Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin, a qualifié de «fake news» l’information selon laquelle François Fillon aurait été payé pour organiser des réunions entre Vladimir Poutine et des hommes d’affaires. Une attaque parmi une pluie d’autres qui cherchent à déstabiliser le candidat et ses électeurs.

Fausses nouvelles et contrôle planifié de l’information

Et c’est, en effet, un grand projet de fausses nouvelles et de contrôle de l’information qui a été lancé à grande échelle et très officiellement en février dernier:

« Dans un communiqué de presse daté du 6 février 2017 à Paris, Google a annoncé un partenariat entre Google News Lab et First Draft pour « indiquer aux citoyens français, ce qui est digne de confiance dans leurs fluxs de médias sociaux, dans leurs recherches sur le web et leurs consommation de nouvelles générales durant les prochains mois ». »

Le « projet CrossCheck, en collaboration avec Facebook, travaillerait avec les médias à travers la France pour surveiller les nouvelles concernant l’élection française. »

« Avec l’élection présidentielle française qui approche, les journalistes de France et d’ailleurs travailleront ensemble pour trouver et vérifier les contenus du public circulant en ligne, que ce soit des photos, des vidéos, des mèmes, des commentaires et des sites d’actualité. » « Les partenaires de CrossCheck utiliseront les déclarations collectives dans leurs propres articles, les émissions de télévision et les contenus des médias sociaux. »

Google News Lab a annoncé que la liste des partenaires comprend l’AFP (Agence France-Presse), BuzzFeed News aux É.-U. – qui a inventé la fausse histoire de sexe avec urine sur Trump et des prostituées il y a un mois –

France Médias Monde (par les Observateurs de France 24), France Télévisions, Global Voices, Libération, La Provence, Les Echos, La Voix du Nord, Le Monde (Les Décodeurs), Nice-Matin, Ouest-France, Rue89 Bordeaux, Rue89 Lyon, Rue89 Strasbourg, Storyful et StreetPress. » Et que serait la conspiration sans Georges Soros?

Comme aux USA contre Donald Trump, et contre le Brexit, le Grexit et contre toutes les velléités nationales, le système oligarchique mondialiste et ses officines déploient leur pouvoir de nuisance contre les peuples. Les présidentielles françaises sont au carrefour de ces deux civilisations qui s’affrontent. Emmanuel Macron a été choisi très ostensiblement par l’Oligarchie de la haute banque et du capitalisme international pour servir leurs intérêts. Hollande qui les a servi durant cinq ans entend imposer à la France son successeur qui est aussi leur représentant, et pour cela il importe d’écarter ceux qui lui font barrage.   

http://www.medias-presse.info/cabinet-noir-marine-le-pen-...

Les Français n’ont pas ce genre de pudeur

Il y avait la  foule des grands jours et une belle ambiance hier au Zénith de Lille pour accueillir Marine Le Pen. La candidate du FN  parachevait ainsi l’excellente  séquence de  la semaine dernière,  après  sa rencontre avec le président tchadien Idriss Déby (et  avec nos soldats luttant sur place contre les djihadistes) et le président  russe Vladimir Poutine, ce qui renforce sa stature internationale et sa crédibilité. « Nous savons que les sociétés multiculturelles par essence déculturées sont multiconflictuelles (…). Les Français veulent  vivre chez eux comme des Français » a notamment affirmé Marine à  Lille   qui,  comme ce matin invitée  d’Europe 1, s’est arrêtée sur la situation chaotique de la Guyane,  paralysée aujourd’hui  par une grève générale. Une collectivité territoriale et région française  qui, selon Emmanuel Macron interrogé cette fin de semaine, est « une île » ! Il n’est certes pas à une bourde près,  ayant déjà  suggéré en  décembre dernier sur les réseaux sociaux que la Guadeloupe n’était pas française, parlant d’expatriation  pour évoquer le cas d’une femme qui s’y était rendue !

Marine  qui  s’est engagée  à  nommer « un ministre de l’Outre-Mer et de la Mer qui, en Guyane, luttera contre l’insécurité et pour le développement »,  une collectivité territoriale où  le taux de chômage dépasse officiellement les 22%,  à dit comprendre les grévistes. «  Ce sont a-t-elle dit,  des citoyens qui se sont constituées parce qu’ils n’en peuvent plus de voir que l’Etat ne remplit pas sa mission en Guyane. Je ne défends pas cette méthode mais je la comprends. Il faut que l’Etat reprenne son rôle en Guyane. Et qu’il arrête les pompes aspirantes de l’immigration. Il est temps, enfin, que l’Outre-mer soit traitée à la hauteur de la chance qu’elle représente pour notre pays ! »

Bruno Golllnisch avait souligné  que  la présence ces dernières années  à la tête  du ministère des outre-mer de femmes de gauche comme la guyanaise Christiane Taubira ,  la guadeloupéenne George Pau-Langevin ou de la réunionnaise  Erika  Bareigts,  n’avaient pas été à l’évidence très concluante pour améliorer la vie quotidienne et défendre les intérêts de nos compatriotes ultra-marins.  Marine Le Pen  a noté pareillement  « que depuis dix ans, les gouvernements successifs se sont contentés pour l’outre-mer d’un service qui, à force d’être cruellement minimum, en est devenu coupablement insuffisant ».

La Guyane, nous l’avons dit sur ce blogue  est un département emblématique de  l’impuissance des pouvoirs publics à assurer le maintien de l’ordre,  l’autorité de la loi et à juguler l’immigration. La population de ce territoire était estimée officiellement  à 115 000  personnes en 1990,  215 000 personnes en 2007, 262 000 en 2016… Chiffre en réalité bien plus important.  Le total de la population immigrée,  principalement des Brésiliens, des Surinamiens, des ressortissants du Guyana et des Haïtiens, légaux ou clandestins (environ 40 000 illégaux selon l’estimation  basse avancée par le ministère de l’Intérieur il y a cinq ans )  est estimé à environ 40 % de la population… Avec comme conséquence directe une criminalité qui bat de tristes  records. En 2015 au chapitre des coups et blessures volontaires, ceux-ci étalent  en moyenne  trois fois plus nombreux qu’en France métropolitaine, idem pour les cambriolages, quant aux  vols avec armes, ils sont treize fois 13 fois plus élevés que dans l’hexagone !

Une réalité qui a conduit Jean-Luc Mélenchon, en déplacement dimanche à Rennes,  à dénoncer l’immigration et l’insécurité…en Guyane. Une nouvelle trahison pour une partie de ses soutiens qui comptabilisent, comme le font  beaucoup de ses alliés trotskystes et communistes,  ses dérives lepénistes dans l’espoir de de séduire une plus large fraction de l’électorat.  A tel point que le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) dénonce même le recours à la « rhétorique de l’extrême droite » !

M. Mélenchon invoque désormais la nécessité de tarir les flux de l’immigration (en prenant grand soin de ne pas dire comment il compte y parvenir…), dénonce les travailleurs détachés qui « (volent) le pain des Français », évoque la possibilité  d’une « sortie unilatérale «  de la France de l’Europe de Bruxelles, a approuvé  en décembre  l’intervention russe en Syrie et les bombardements russes sur Alep pour libérer  la ville de  l’emprise djihadiste. Toutes choses qui ont perturbé également le premier cercle de ses proches. Nous somme ici très loin de son discours immigrationniste sur la plage du Prado lors de la présidentielle de 2012… et du  ton général de  ses   planches  au sein de la secte du Grand Orient.

Un double langage et un opportunisme répandus au sein des écuries présidentielles qui combattent la candidature de Marine mais qui prend une saveur particulière au Front de Gauche. Celui-ci se pique en effet d’être le mieux  armé intellectuellement pour combattre « l’idéologie du FN ». A ce sujet,  l’entourage de M. Mélenchon a été atterré pareillement d’entendre leur champion affirmer lors du débat présidentiel sur TF1 lundi dernier, qu’il voulait « rendre la France aux Français »!  Courageux mais pas téméraire,  Alexis Corbière, porte-parole de M. Mélenchon et qui se veut un historien et un spécialiste du combat théorique contre l’opposition nationale,  a gardé un silence gêné  sur l’utilisation de ce  vieux slogan  qui rend  hystérique les mondialistes libéraux mais aussi l’extrême gauche mélenchoniste. Les Français n’ont  pas ce genre de pudeur.  

https://gollnisch.com/2017/03/27/francais-nont-genre-de-p...

Discours de Marine Le Pen au meeting de Lille (26/03/2017)

Marine Le Pen, François Fillon et la « clause Molière »

Kak-Clause-Molière-600x450.jpg

A la une du quotidien l’Opinion de ce matin, ce dessin de Kak, sur Marine Le Pen et François Fillon conversant de la « clause Molière ». Le journal publie une étude de l’Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès indiquant que 43 % des ouvriers voteraient pour Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle !

« La gauche, écrit Béatrice Houchard, qui atteignait 66 % des suffrages en 1981 lors de l’élection de François Mitterrand, a bel et bien perdu les ouvriers au profit du Front national : en 2017, près d’un ouvrier sur deux (43 %, selon les études de l’Ifop) est tenté par un vote en faveur de Marine Le Pen. Environ 17 % se tourneraient vers Emmanuel Macron, 15,5 % vers Jean-Luc Mélenchon, 12 % vers Benoît Hamon et seulement 8 % vers François Fillon. En 2012, l’année de sa défaite, Nicolas Sarkozy avait tout de même atteint 14 % au sein de cet électorat. »

http://fr.novopress.info/

Stoppons Macron ! #10

26/03/2017

En Marche vers le suicide social !

Alors qu’Emmanuel Macron est omniprésent dans le paysage médiatique français et semble bien être le candidat choisi par le système pour les prochaines élections présidentielles, certains citoyens refusent ce scénario et veulent révéler le « vrai visage » du banquier aux dents longues. Dans ce but, ils viennent de lancer le collectif « Tout sauf Macron ! ». Rencontre avec Pierre Charron, l’un des fondateurs de ce mouvement.

Paris Vox : Vous êtes le fondateur du collectif « Tout sauf Macron », pouvez-vous nous présenter celui-ci ainsi que les motivations qui vous ont poussé à lui donner naissance ?

Pierre Charron : Comme beaucoup de Français j’ai été stupéfait de la croissance politique et médiatique d’Emmanuel Macron, celui qui, encore hier, était le Judas de François Hollande est devenu le messie de la quasi-totalité de la classe médiatique, et le grand favori pour succéder au pire président de la Ve République. Seulement voilà, on ne devient pas le favori à la succession d’un président rejeté comme jamais, tout en étant son successeur idéologique et politique. Très vite, on s’est rendu compte que le personnage Macron était retravaillé par les médias, et qu’a l’aide d’un matraquage médiatique, beaucoup ont oublié qui il est. Pire, à en croire les journalistes, il n’a quasiment pas d’opposition et serait devenu le rempart à l’obscur duo Fillon-MLP ou au démagogique duo Hamon-JLM. Il était donc grand temps d’intervenir dans le débat public et d’apporter quelques rectificatifs… Notre succès sur les réseaux sociaux nous a montré que nous avions raison.

« Tout Sauf Macron », ce sont des citoyens non-encartés et à l’origine en retrait de cette campagne qui sont résolus à ne pas laisser François Hollande (à travers son héritier) être réélu.

PV : Pourquoi cibler plus particulièrement Emmanuel Macron ? Que lui reprochez-vous par rapport aux autres candidats ?

PC : De ne pas avoir d’idées claires et fixes, de porter l’héritage de tout ce qui rate depuis des décennies dans ce pays, d’incarner le camp de ceux qui ont trahi et menti. La liste de ses soutiens est juste à pleurer de rire.

PV : Quand vous dites « Tout » sauf Macron, c’est vraiment « tout », de Jean-Luc Mélenchon à Marine Le Pen ?

PC : C’est assez clair. Tout sauf lui. L’immobilisme, n’est pas admissible, et la persévérance dans une voix qui nous enfonce est diabolique. Au moins avec Mélenchon, nous n’aurons pas l’air d’être soumis aux grandes puissances mondiales ou à l’Allemagne… Plus sérieusement, ce cas de figure parait peu probable. Mais il n’est pas question de se soumettre au “vote utile” ou au “vote de dépit” que le système cherche à imposer à travers Macron.

PV : Quels sont les moyens d’action et les objectifs de votre collectif, comment comptez-vous peser dans la campagne ?

PC : Prévention, sensibilisation, militantisme. Notre site internet toutsaufmacron.com propose une brochure, rédigée et argumentée par des contributions de qualité. Je vous invite vivement à la réclamer. De plus, nous publions des contenus, écrits et visuels, régulièrement sur les réseaux sociaux, et relayons une certaine actualité, que les médias (majoritairement acquis à la cause de Macron) ne mentionnent que très peu. La multitude des potentielles « affaires Macron » le démontre bien, au moment où Fillon et Marine Le Pen sont attaqués intensivement sur ce terrain alors que lui est préservé.

PV : Un dernier mot pour nos lecteurs ?

PC : Quelque chose de frappant : cette élection est capitale pour notre pays et son avenir, les sujets sont aussi nombreux qu’importants. Et pourtant on ne parle de rien, ne débat sur rien, et à 37 jours de la présidentielle, personne n’a le sentiment d’approcher d’une échéance politique importante. En 2005, les gens se sont emparés du sujet de l’UE, et un débat national a transcendé la population : le résultat de ce référendum a douché les attentes de la classe médiatico-politique. Peut-être que cette année, il est volontaire de ne parler de rien et de transformer la campagne en empoignade judiciaire violente. Ne vous y trompez pas…

Source Paris Vox cliquez ici

Marine Le Pen en direct du meeting de Lille (26/03/2017)

[Avis aux immigrés africains] Marine Le Pen souhaite abolir le FRANC CFA [25/03/2017]

Stoppons Macron ! #09

25/03/2017

Marion Maréchal-Le Pen : « Marine Le Pen a un projet conservateur »

Marion-Maréchal-Le-Pen-1-600x317.jpg

Benjamine de l’Assemblée nationale, Marion Maréchal-Le Pen est souvent considérée comme l’incarnation du courant conservateur du Front national. A 30 jours du premier tour de l’élection présidentielle, le député du Vaucluse a accepté de répondre aux questions de TVLibertés

Interrogée par Elise Blaise et Martial Bild, elle revient sur son engagement total dans la campagne de Marine Le Pen et évoque son avenir en cas de possible victoire du FN en mai prochain.

Marion Maréchal-Le Pen répond aussi sur ses relations avec Florian Philippot et sur les accusations de Christian Estrosi sur ses sympathies pour le mouvement identitaire et sur sa prétendue attitude « non-républicaine ».

La nièce de Marine Le Pen nous livre également ses impressions et ses attentes dans cette campagne troublée par les accointances politico-judiciaires. Elle se tient prête à occuper la place où elle sera jugée la plus utile. Un entretien en totale liberté avec celle qui inspire désormais une grande partie de la jeunesse patriote.

Marion Maréchal Le Pen consacre une grande partie de l’entretien, d’une durée totale de quarante-cinq minutes, à l’évocation de  trois grands thèmes de la campagne de Marine Le Pen : les réformes institutionnelles et sociétales, les réformes économiques et la très controversée politique de sortie de l’euro, les questions essentielles de politique internationale.


« Le Vrai Macron #01 » : C'est quoi la France ?

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen n°466

Emmanuel Macron réalise l'UMPS

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Dominique Perben fait campagne pour Emmanuel Macron. Il est ainsi le septième ministre de Chirac à rallier le candidat du système.

Mais on notera surtout que Dominique Perben a été sous les couleurs de l’UMP, l’adversaire principal et malheureux de Gérard Collomb aux élections municipales de Lyon.

Gérard Collomb étant étiqueté « premier soutien de Macron », on voit ici concrètement l’UMPS."

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

24/03/2017

Décodons les décodeurs, par Marine Le Pen

Selon les journalistes des Décodeurs du Monde, j’aurais procédé à des « manipulations graphiques » au sujet de l’euro. Ils m’accusent d’utiliser une base 100 en 2001 pour montrer que l’euro a eu un impact significatif sur les productions industrielles des Etats membres.

MLP Décodeurs Euro 1

« Base 100 », cela signifie qu’on met les compteurs de la production industrielle de tous les pays à 100 pour l’année souhaitée. On compare donc ensuite la variation par rapport à cette date. Par exemple ici, l’Allemagne est à 100 en 2001 et à 123,5 en 2015. Cela revient à dire que sa production industrielle a augmenté de 23,5 % dans l’intervalle.

Tout économiste honnête ne peut me faire le reproche de calibrer ce graphique au moment du passage à l’euro justement pour étudier l’impact sur les productions industrielle … du passage à l’euro.

Pour abonder leurs propos, les journalistes des Décodeurs présentent le graphique en base 100 en 2010 et poussent même la malhonnêteté jusqu’à direque la production industrielle en France, de 2001 à 2007, « commence à croître rapidement ». Quelle croissance en effet puisqu’elle fut de 0 % dans cet intervalle. Durant la même période, la production industrielle allemande a augmenté de plus de 20 % ! Et même en base 100 en 2010, les choses sont flagrantes (cf graphique ci-dessous).

MLP Décodeurs Euro 2

Mais le plus intéressant à relever reste que les productions industrielles avançaient à la même allure avant l’introduction de l’euro : la croissance annuelle moyenne de 1974 à 2001 est de 1,2 % pour la France contre 1,4 % en Allemagne. Or, de 2001 à 2007, elle est de 0 % pour la France et de 3 % l’an pour l’Allemagne !

A trop vouloir contrer toute idée patriote, le système se prend les pieds dans le tapis.

Marine Le Pen

Texte repris du blog de Marine Le Pen, Mes Carnets d’espérance 

http://fr.novopress.info/

Supercherie intégrale

Les média de l’oligarchie ont déjà écrit le scénario – le meilleur à leurs yeux, le pire pour la France : le second tour de l’élection présidentielle opposera Emmanuel Macron à Marine Le Pen et ce sera évidemment le premier qui l’emportera haut la main. Ce faisant, ils donnent raison à la présidente du Front national qui n’a de cesse de répéter que la vie politique française est désormais scindée entre mondialistes et patriotes. Macron n’est en effet que la créature du trouple formé par les milieux d’affaires, les grands média qui sont leurs courroies de transmission auprès de l’opinion publique et cette partie du pays légal qui a définitivement bradé la France. Qu’importe qu’il soit le dauphin de François Hollande, le clone de Juppé avec trente ans de moins ou encore le dépeceur d’un Parti socialiste en voie de décomposition avancée. Toutes ces éventualités, plus complémentaires qu’exclusives, ne concernent que les écuries électorales. Ce qui intéresse les Français, c’est que ce mondialiste décomplexé n’est que le prête-nom d’une finance internationale qui a trouvé en lui son meilleur ennemi, au sens où François Hollande l’a été durant son quinquennat.

Tout n’est pas écrit d’avance

Le pire n’est évidemment jamais certain. Les Britanniques devaient voter en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne et les Américains élire Hillary Clinton. Non seulement Juppé était le vainqueur proclamé de la primaire de la droite, mais il avait déjà remporté l’élection présidentielle. Quant à Valls, il était déjà le candidat officiel du Parti socialiste désigné par les primaires citoyennes. Il ne faisait qu’une bouchée de Macron et renvoyait Mélenchon aux marges de la gauche de la gauche. Tout cela, c’était avant. Avant que les Britanniques ne choisissent le Brexit, les Américains Donald Trump, les électeurs de la droite parlementaire François Fillon et les socialistes le mari de la responsable des affaires publiques du groupe de luxe LVMH. Avant, aussi, que Fillon, devenu le nouvel élu par anticipation de l’élection présidentielle, ne trébuche sur de minables affaires d’assistants parlementaires et de costards, révélées tout exprès à quelques semaines du premier tour. Avant, aussi, que des Français médusés par le spectacle particulièrement dégradant d’une campagne électorale située à la page « faits divers » des journaux n’envisagent de bouder le premier tour de l’élection présidentielle. Ainsi, le régime aura fini par dégoûter nos compatriotes même de l’élection-phare de la Ve République, à laquelle ils n’avaient pourtant, jusqu’à présent, jamais manqué de participer en masse, leur faisant habituellement délaisser, contrairement à la lettre des institutions dont ils se contrefichent, les législatives qui suivent de peu le scrutin présidentiel : il appartient en effet au gouvernement responsable devant le parlement de déterminer et de conduire la politique de la nation. Vestige de mentalité monarchique, qui leur fait considérer le souverain – ou son ersatz républicain – plus déterminant qu’un parlement aux mains des partis politiques…

Bruxelles dicte sa loi

Quoi qu’il en soit, la démocratie représentative est mal en point. Le rejet de la classe politique n’a jamais été aussi unanime… Et comme s’il n’était pas suffisant, celle-ci ne cesse d’aggraver sa fracture avec les Français en portant préjudice à la seule démocratie qui trouvait encore grâce aux yeux de nos concitoyens – et avec raison : la démocratie municipale. En adoptant en 2015 le dernier volet de la réforme territoriale (après la création des métropoles et la réforme régionale) qu’est la loi NOTRe, qui contraint progressivement, contre l’avis de la majorité des maires, les communes à se fondre dans de grands touts abstraits et sans personnalité, autre qu’administrative, nos élites éloignent toujours un peu plus les citoyens des centres de décision et les privent des moyens de décider ou de faire pression dans un domaine, la vie communale, où ils sont pourtant les plus compétents et les plus directement intéressés. Désormais, la France se divise administrativement en métropoles, intercommunalités, régions artificielles dont les contours ont été dessinés sans autre justification que de répondre au souhait bruxellois de démantèlement des nations. Si bien qu’alors même qu’on leur demande d’élire le courtier français de la Commission européenne, dont on leur désigne d’avance le nom, les Français se voient parallèlement dépossédés de leurs pouvoirs de décision dans les affaires qui les concernent au plus près de leur vie quotidienne par l’instauration d’une centralisation à plusieurs étages, qui les prive de leurs libertés politiques fondamentales. Jamais l’analyse de Maurras selon laquelle il est impossible à la République de décentraliser n’a été aussi pertinente. Mais ce n’est plus au profit d’un État incapable de régner autrement qu’en imposant un pouvoir sans partage : cette centralisation répond, pour l’oligarchie, à la nécessité, pour asseoir sa dictature, d’éloigner, par la création de structures aussi obèses qu’artificielles, les citoyens des lieux de décision : le maire n’a plus aucun pouvoir. C’est l’interco’ qui décide, derrière l’interco’ la région, derrière la région, Bruxelles, l’État français étant désormais aux abonnés absents. Jamais on n’a autant parlé de proximité comme d’une valeur démocratique fondamentale ; jamais on n’a autant privé le pays réel de tout pouvoir de décision.

Démocratie virtuelle

La fracture entre pays légal et pays réel est devenue béante. Vivant en vase clos, ne s’occupant que de ses intérêts particuliers, ne percevant même plus le sens de l’expression “bien commun”, le pays légal a intégré l’idée qu’il faut priver à tous les stades de la vie publique les citoyens de tout regard ou de tout pouvoir. La démocratie numérique, tant vantée par nos ténors, surtout à gauche ? Une démocratie virtuelle. La proie pour l’ombre. L’Europe a été fondée pour déposséder du pouvoir de décision les politiques au profit de prétendus experts. C’est désormais à tous les stades de la vie publique que ce schéma technocratique, ô combien pervers, est appliqué.

La démocratie est devenue une supercherie intégrale. Le citoyen-souverain est appelé à désigner directement le chef d’État, les députés, les différentes strates d’élus locaux. Aux deux extrêmes, la dépossession est totale : parce que depuis Maastricht les chefs de l’État ont bradé la souveraineté de la France ; parce que l’oligarchie a décidé de priver progressivement le maire de tout pouvoir. Quant aux députés, lorsqu’ils ne valident pas des décisions européennes, les lois qu’ils votent sont hypothéquées par le sacro-saint droit européen… Une élection présidentielle sera insuffisante à nous rendre notre liberté, même si les Français ont la bonne idée d’élire un chef d’État désireux de redonner au pays sa souveraineté – ce que nous souhaitons, évidemment. Car, même dans ce cas, il n’est pas certain qu’il trouve dans le régime la force de ses ambitions. Quant à François Hollande, il ne sort de son silence piteux de président discrédité que pour critiquer les « égoïsmes nationaux » et ânonner que le « nationalisme, c’est la guerre » – tarte à la crème de tous les fédéralistes européens. Pour, dans le même temps, rompre la solidarité européenne en se couchant devant Erdogan, qui a traité de nazis les dirigeants allemands et néerlandais, parce qu’ils ont refusé, à juste titre, l’organisation sur leur sol d’un meeting à la gloire du dictateur turc. Meeting qui a eu lieu sur le nôtre, en revanche, dimanche 12 mars. Jusqu’à la dernière minute, Hollande aura été indigne de sa fonction. 

Entre cabinet noir et pouvoir de l'ombre - Journal du vendredi 24 mars 2017

Marine Le Pen rencontre Vladimir Poutine à Moscou

Marine Le Pen a rencontré ce matin Vladimir Poutine dans la capitale russe, un rendez-vous qui avait été tenu secret et dont la télévision russe a diffusé des images (ci-dessous). La présidente du Front national a également participé à une réunion de travail de la commission des Affaires étrangères de la Douma, l’Assemblée nationale russe, et rencontré le président de la Chambre, Viatcheslav Volodine.

« Nous attachons beaucoup d’importance à nos relations avec la France, a affirmé Vladimir Poutine, en essayant de maintenir des relations fluides aussi bien avec le pouvoir par intérim qu’avec les représentants de l’opposition. »

« Nous ne voulons pas influencer [l’élection présidentielle française], a ajouté le chef de l’Etat russe, mais nous nous réservons le droit de converser avec les représentants de toutes les forces politiques du pays, comme le font nos partenaires européens ou des Etats-Unis. »

Selon le quotidien français l’Opinion, « la candidate FN a notamment insisté, vendredi matin, sur les deux périls que constituent, dit-elle, “le mondialisme financier et le fondamentalisme islamiste“, qu’elle avait déjà mis en parallèle dans son discours de Lyon, en février. Elle a également redit qu’elle était favorable à la levée des sanctions économiques et à la suppression des “listes noires“ de l’Union européenne. Elle serait aussi favorable, en cas d’élection, à la reconnaissance de l’annexion de la Crimée par la Russie. »

Lors de ses derniers déplacements internationaux, Marine porte la voix d'une France qui se veut libre, écoutée et respectée dans le monde !

« Nous allons rendre la France à la France ! » | Marine 2017

Stoppons Macron ! #07 Gabriel Robin sur l'ISF

23/03/2017

Un grand entretien entre Carl Lang, Président du Parti de la France, et Pierre Cassen, Président de Riposte laïque

ob_6490c7_cl-co.jpg

Entretien de Carl Lang avec Pierre Cassen de Riposte Laïque. Si le président du Parti de la France ne se présente pas à cette élection, ça ne signifie pas qu’il n’en pense rien…

Riposte Laïque : Comment le président du Parti de la France juge-t-il l’élection présidentielle française, ses multiples rebondissements, à six semaines du premier tour ?

Carl Lang : En premier lieu, je tiens à vous remercier de me permettre d’exprimer mon point de vue dans vos colonnes et à vous apporter mon soutien pour votre engagement persévérant et courageux de résistance à l’islamisation de la France.

Concernant cette campagne présidentielle un peu folle, elle est la résultante de plusieurs surprises. Tout d’abord, à droite, le schéma initial et programmé par la nomenklatura médiatique appuyée par les instituts de sondages était la candidature d’Alain Juppé. Il se trouve que malgré une participation active d’une partie de la gauche en faveur d’Alain Juppé, les électeurs de la primaire de la droite et du centre ont déjoué tous les pronostics et assuré la victoire surprise de François Fillon. Voilà ce qui peut se passer lorsqu’on laisse la parole au peuple : il arrive que le pays réel se rebelle contre la caste médiatique et le pays virtuel. Ce résultat fut une très mauvaise surprise pour les maîtres et gourous de la république « d’en haut », celle qui méprise et déteste la France « d’en bas ». Juppé était en effet, au centre droit de l’échiquier, l’homme choisi par les réseaux mondialistes.

A gauche, la surprise est venue de la non candidature à sa réélection de François Hollande qui a ainsi laissé une partie de la gauche gouvernementale en état de choc. Par ailleurs, malgré sa morgue habituelle et son ambition frénétique, le calamiteux bilan gouvernemental n’a pas permis à l’ancien Premier ministre Manuel Valls de s’imposer à la primaire de la gauche. Résultat : il n’y a plus personne pour défendre le bilan du quinquennat socialiste et le PS se divise entre le frondeur Hamon et le lâcheur Macron, eux-mêmes concurrencés par l’agitateur agité, Mélenchon.

Dans cette bataille à gauche la nomenklatura médiatique et les réseaux qui la contrôlent ont fait clairement le choix d’Emmanuel Macron. Il incarne parfaitement leur rêve de nouvelle société philosophiquement et économiquement ultra-libérale, mondialiste, cosmopolite et antinationale.

Pour résumer, la caste dominante avait au départ deux cordes à son arc ; une de centre droit avec Juppé et une de centre gauche avec Macron. Il ne reste plus dans la course que Macron. L’étape suivante du scénario consiste donc à assurer son élection en éliminant le concurrent qui est pour lui le plus dangereux au deuxième tour de l’élection présidentielle, c’est-à-dire François Fillon.

L’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy qui a fourni lui-même un certain nombre de bâtons pour se faire battre avec le contrat de son épouse a de surcroît fait une déclaration qui le condamne au lynchage politico- médiatico- judiciaire : il a déclaré qu’il était « gaulliste et chrétien ». Nous avons tous bien compris que ce n’était pas son gaullisme qui posait problème… Par ailleurs, il se trouve qu’il n’est pas un ennemi de Poutine. Cela fait beaucoup et fait de lui l’homme politique à abattre.

Fillon est donc devenu, pour des raisons politiques, géopolitiques et tactiques la principale cible de ceux qui veulent la victoire de Macron. Il me parait clair que l’Elysée est directement à la manœuvre dans cette affaire. Comment expliquer autrement toutes les fuites et l’extraordinaire célérité du parquet financier qui, 48 heures après l’article du Canard enchaîné auditionnait les premiers témoins. Quelle remarquable efficacité !

Grâce à cette stratégie, la gauche social-libérale espère réussir le tour de force de rester au pouvoir et ce malgré le renoncement du président sortant et son fiasco gouvernemental. Ce serait ainsi leur divine surprise.

Lire la suite

Plus c’est c.., plus ça passe?

Une attaque à la voiture  en plein cœur de Londres hier à fait cinq morts et des dizaines de blessés (dont trois jeunes Français), selon un mode opératoire encouragé par l’Etat islamique et calqué sur le massacre au camion fou lancé dans la foule à Nice le 14 juillet dernier. L’assaillant, un jamaïcain converti à l’islam, déjà  condamné pour financement du terrorisme, a été abattu après être descendu de son véhicule pour  poignarder  à mort un policier. Un an jour pour jour après les attentats de Bruxelles, l’attaque commise  dans cette ville-monde, cosmopolite de longue date mais dont le visage a été radicalement  transformé par les très importants flux  migratoires de ces dernières  décennies, prend une résonance particulière. Les sociologues ont pointé l’exil continu des catégories populaires autochtones fuyant Londres,  ce qui a facilité l’élection du nouveau maire Sadiq Khan,  évolution d’une capitale qui, à l’instar de nombreuses autres villes anglaises, voit des  quartiers entiers désormais régis par la charia, soumis au communautarisme. Toutes choses qui ne manquent pas d’inquiéter nos voisins britanniques, comme elles  inquiètent les Français et tous les Européens victimes de cette conséquence directe  du mondialisme. 

La priorité pour nos élites reste bien d’enrayer la montée du populisme et  pour se faire les incarnations les plus caricaturales de la folle idéologie  immigrationniste ne manquent jamais de donner de la voix… sans même s’apercevoir du caractère contre-productif de leurs diatribes. Mardi 21 mars, sur BFM TV, l’influent Julien Dray, conseiller de Hollande,  ex trotskyste, membre fondateur de SOS racisme, affilié  au Grand Orient,  atteignait en quelques minutes le  Point Godwin en évoquant le débat présidentiel de la veille sur TF1. Cet  acheteur compulsif d’objets de luxe de Paris à Tel-Aviv – on se souvient d’investigations accablantes sur son train de vie – a déployé une  balourdise  pachydermique qu’il imagine certainement encore être de la finesse : « Il faut démontrer a-t-il dit,  que (la) politique (de Marine Le Pen, NDLR)  est dangereuse. Il ne faut pas la laisser pérorer en donnant le sentiment qu’elle s’est banalisée. Elle n’est pas banale. Elle a été, si vous me permettez l’expression et sans référence historique parce qu’on va me dire ça y est vous ressortez… elle a été totalement nationale-socialiste. »  Plus c’est con, plus ça passe?

François Hollande lui, à en croire l’Obs, s’inquiète surtout de débat télévisés qui confrontent directement les politiciens du Système avec leurs détracteurs. « Si j’avais été candidat, aurait-il dit,  jamais je n’aurais accepté d’y participer ! Ce genre de confrontation favorise toujours les plus démagogiques et les plus populistes (sic). Il va donc jouer en faveur de Marine Le Pen. Il y a un réel danger ». Selon Le Canard enchaîné de ce mercredi, le président socialiste insiste :  « ça va installer Le Pen » lui donner  un gain de  « visibilité » et de « crédibilité » avant le second  tour.

Le  débat sur TF1 lundi soir a été jugé sévèrement  par  la presse allemande, dont les dirigeants progressistes  ont fait de M. Macron, l’un de leur vassal favori. « Vu d’Allemagne, le débat (de lundi soir)  semble d’abord se résumer à un duel : celui entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, d’abord parce que ces deux-là sont aujourd’hui les mieux placés dans les sondages. D’un côté la phrase choc de la candidate du Front National, je ne veux pas être la vice-chancelière de madame Merkel, a retenu l’attention, comme de l’autre le positionnement pro-européen du candidat d’En Marche! (…). Pour la Südeutsche Zeitung, les vainqueurs, ce sont les extrêmes. Marine Le Pen, la populiste europhobe, a servi à son électorat un discours clair contre les étrangers et les islamistes (…). Emmanuel Macron semble pourtant avoir laissé plusieurs titres de la presse allemande sur leur faim. Emmanuel Macron avait beaucoup à perdre, analyse la FAZ, mais il a réussi à se maintenir en place. Le quotidien de Francfort ajoute cependant :  il n’était pas évident de rester attentif à ce que disait Macron. Il veut renouveler les visages et les habitudes mais il ne propose pas d’idées. Même sévérité de la part de la Südeutsche Zeitung :  Macron s’est montré nerveux .  Il parle beaucoup. Mais après plus de trois heures d’émission, il n’y a eu aucun moment, aucune idée avec laquelle Macron a dominé le débat. Et la SZ de conclure : Même quand il parle beaucoup, on ne retient aucune idée concrète ».

Aucune idée concrète ? Cela  convient tout à fait aux pontes du gouvernement qui se rallient à cette machine à recycler les tenants d’une vieille politique démonétisée qu’incarne le mouvement En Marche !. Tout  dernièrement ce sont les Secrétaires d’Etat  Barbara Pompili (Biodiversité) et  Thierry Braillard (Sports),  qui ont fait allégeance au candidat de MM. Minc et Attali,  avant le ralliement attendu  du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian  « qui  nourrit (déjà)  Macron de fiches sur les affaires de défense, glisse un proche du ministre ».

Invité hier de  Radio Classique,  le député socialiste du Finistère Richard Ferrand, secrétaire général d’En Marche!,  a indiqué qu’« Emmanuel Macron poursuit l’objectif de devancer Marine Le Pen au premier tour de l’élection présidentielle.  Il faut créer une dynamique qui nous place au premier tour en tête, pour ne pas donner le visage de l’extrême droite à l’Europe et au monde entier. C’est pourquoi nous voulons amplifier notre dynamique, non pas seulement comme objectif électoral mais comme objectif d’hygiène démocratique » (sic). Une hygiène, qu’elle soit démocratique ou intellectuelle,  qui laisse à désirer chez M. Ferrand, lui qui s’est ridiculisé dernièrement en recyclant de vieux fantasmes malpropres sur l’existence d’un  complot russe  contre la candidature de M. Macron. Et dire, constate Bruno Gollnisch,   que ce sont les mêmes qui nous accusent de complotisme quand nous pointons, et là de manière autrement plus prosaïque, étayée et évidente,  la collusion d’intérêts étrangers, l’ensemble des soutiens dont disposent les adversaires euroatlantistes d’une France souveraine, libre et enracinée. 

https://gollnisch.com/2017/03/23/plus-cest-c-plus-ca-passe/

Dédiabolisation du FN : ce n’est pas encore gagné ! La preuve par les faits…

shutterstock_550219753-1000x660.jpg

Voici une liste de provocations coupables menées durant ces trois derniers mois contre le parti patriote (locaux et militants).

Je viens de lire un article sur Boulevard Voltaire qui ne pouvait que me faire réagir. Pascal Célérier, contributeur du site que j’apprécie particulièrement, nous explique que :

« Désormais, il se pourrait que le vote caché, le vote honteux, ce ne soit plus le vote Front national, devenu aussi « tendance » que son antithèse, le vote Macron, mais bien le vote Fillon. »

​‌Par ces mots, il semble croire que toutes les personnes votant Marine le clament expressément. Vous pensez que le vote FN est dédiabolisé ? Permettez-moi de ne pas le croire.

J’ai passé plus d’un an à collecter, pour un manuscrit sur les « Maudits du système », les multiples cas dont j’ai eu connaissance, où des sympathisants et des militants du FN se sont vus rejetés, insultés et parfois agressés par des militants de gauche ou des racailles manipulés. Pour s’en convaincre, le test est facile à réaliser : combien de citoyens, proches de nos idées, au hasard d’une conversation, se disent d’emblée partisans de Marine ? Certainement une minorité. Ils sont encore nombreux ceux qui ont peur des réactions hostiles, voire violentes, dans un cadre professionnel, familial ou de voisinage.

Quand les sympathisants des Républicains ou de l’UDI s’expriment, cela n’entraîne contre eux aucune réaction agressive. En revanche, les réactions violentes contre les frontistes sont nombreuses et ne sont pas que verbales.

Voici une liste de provocations coupables menées durant ces trois derniers mois contre le parti patriote (locaux et militants). Bien entendu, vous n’en avez jamais entendu parler ni à la radio ni sur les chaînes télévisées :

– Il y a deux jours à Alençon, la permanence du Front national a été incendiée. Le local de 25 m2 a subi des dégâts matériels importants, trois occupants de l’immeuble (selon l’hebdomadaire L’Orne Hebdo), qui abrite également des habitations, ont été légèrement incommodés par les fumées et ont été transportés à l’hôpital. Le procureur d’Alençon a confirmé que le feu était volontaire.

– Vannes, le 16 février, deux prévenus, âgés de 18 et 19 ans, agressent dans la soirée, pour des raisons politiques, un colleur d’affiche du Front national et le menacent de mort à l’aide d’un pistolet factice (Le Télégramme).

– Le même 16 Février à 20 h, agression en plein centre de Lille du responsable FNJ et de deux jeunes militants, alors qu’ils collaient des affiches « Lille Bleu Marine » (La Voix du Nord).

– Le 15 mars, une militante reçoit un coup au visage alors qu’elle collait des affiches près de la gare de Boulogne-sur-Mer. Elle a le nez cassé, son agresseur a pris la fuite.

– Fin janvier, à Montreuil (93), des militants du Front national sont agressés devant la mairie, l’adjointe au maire EELV s’en réjouit.

– Enfin, peut-on comparer les concerts de casseroles de quelques militants d’extrême gauche lors des meetings de Fillon avec les véritables scènes d’émeutes de Nantes lors de la réunion de la candidate patriote ? Comment mettre en parallèle de simples accrochages verbaux avec l’attaque de cars de militants frontistes par des bandes armées et cagoulées ?

Non, Monsieur Célérier, s’il y a un vote caché, ce n’est pas celui des « fillonistes » mais celui d’un nombre non négligeable d’électeurs de Marine qui, par crainte d’être montrés du doigt, ne s’expriment malheureusement que dans les urnes.

http://www.bvoltaire.fr/dediabolisation-fn-nest-gagne-pre...

Boulevard Le Pen

marine_rose_presidente-660x330.jpg

Ceci doit-il être considéré comme un signal ? Il s’agit de la parution d’un article US qui reprend des informations diffusées par Le Figaro, le 17 mars, sous la plume d’Ivan Rioufol selon lequel des “sondages secrets” circulant là où ils le doivent, “sous le manteau”, donneraient à Marine Le Pen près de 34% au premier tour (« Trêve de plaisanterie: ces bravoures d’opérette ne pèsent rien, bien sûr, devant la colère française. C’est elle qui, il y a quinze ans, avait mené par surprise Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle (16,86 % des voix). Aujourd’hui, sa fille double ou presque le score au premier tour, dans des sondages qui circulent sous le manteau… »). Suivant un des parcours habituel de la presse antiSystème, l’article US se réfère également à un article de RT-français du 17 mars, qui reprend l’article de Rioufol. L’article US est d’un site pro-Trump, TheGatewayPunfit.com le 20 mars (21 mars pour nous), suivi par ZeroHedge.com le même 21 mars, ce qui lui assure une très forte diffusion.

« An editorialist at French daily, Le Figaro, has alluded to secret polling data which show the Front National’s Marine LePen scoring above 30% of intentions to vote in the first round of the French presidential election. Surveys in the public domain consistently have populist LePen ahead of her rivals in the first round, at 26-28% of intentions to vote but losing to whichever rival she faces in the second. A score of above 30% in the first round, however, would significantly boost her chances of continuing to victory on May 7th.

In his recent article on the failing efforts of the media and political classes to thwart LePen’s continued rise, editorialist Ivan Rioufol cites ‘sous le manteau’, or hidden surveys in circulation which show LePen likely to score double her father, Jean-Marie LePen’s 2002 score of 16.86%. The politically correct ‘Maginot line’ of France’s elites can no longer hold out against the popular anger of the French public, Rioufol writes, arguing that the threats by leftist intellectuals and celebrities to quit the country in the event of a LePen victory are actually boosting her campaign. Likewise for scare-mongering media warnings on a ‘return to the 1930s’.

The French media and political establishment are now openly contemplating a LePen victory, with frequent reference to the Front National ‘at the gates of power’, an eventuality until recently considered impossible. Outgoing president, François Hollande, who describes it as his ‘final duty’ to keep LePen from winning, and who is actively campaigning with government ministers in Front National strongholds to keep LePen from power, has recently admitted that she may win. Privately, Hollande is said to fear that LePen’s support is under-estimated in the opinion polls and that the momentum of a high score in the first round could make it difficult for any rival candidate to beat her in the second.

With five weeks to go until the first round of voting on April 23rd, the main candidates will face-off in a televised debate tonight in Paris, to be broadcast on France’s TF1 and LCI television. The candidates will debate on security and immigration, the economy and France’s place in the world. With the campaign unpredictable and fast-moving, and a sense that this is a pivotal moment for France, the debate will likely attract high viewership and be the subject of Tuesday’s front pages. »

L’hypothèse de la victoire de Le Pen est d’ores et déjà une hypothèse sérieuse de commentaire prévisionnel, sinon l’hypothèse la plus largement commentée et considérée, comme le montre une autre information de ZeroHedge.com du même 21 mars sur les réactions du marché en cas d’une telle victoire. L’intérêt de ces développements se situe, selon certaines indications circulant under the table à Washington D.C., sur ce que pourrait être, ou ce que serait déjà l’attitude de l’administration Trump, ou disons pour être plus précis, du “camp-Trump” dans l’administration puisqu’il apparaît évident que le président n’a pas tous les pouvoirs en main. (En effet, le contrôle de la puissante bureaucratie washingtonienne est toujours l’enjeu d’une bataille souterraine acharnée entre Trump et son “opposition”.)

D’autre part, il apparaît que la publication de Rioufol est sortie du seul circuit de la communication et a été intégrée par le “camp-Trump” comme une perspective politique majeure. Le président est naturellement favorable à Le Pen, d’abord et impérativement pour satisfaire son socle de communication du point de vue d’une sorte de solidarité transnationale entre mouvements populistes ; mais également à cause de l’orientation anti-européenne de Le Pen, et surtout parce que Le Pen est favorable au rétablissement d’un néoprotectionnisme dont on commence à comprendre depuis ce week-end qu’il est l’axe majeur de la politique générale de Donald Trump. Cette appréciation essentielle place de facto les deux pays dans une même position de rupture ou de confrontation c’est selon avec l’Allemagne.

On comprend alors également que l’hypothèse (voir Rioufol/Le Figaro) selon laquelle Marine pourrait avoir devant elle un boulevard vers la présidence au sortir du premier tour (notre “boulevard Le Pen”) est pour Trump de la première importance. De ce point de vue, l’élection présidentielle française, évidemment importante en soi pour n’importe quelle administration US, devient d’une importance opérationnelle directe fondamentale pour Trump. Cet article repris dans la presse antiSystème US constitue symboliquement la prise en considération nécessaire d’une question importante, qui est de savoir si les USA vont intervenir ou pas, indirectement et du point de vue de leur influence, notamment occulte, dans les présidentielles France-2017 ; et il cette prise en considération vaut sur la durée, au moins jusqu’au premier tour, puisqu’il y est question de “sondages secrets”, donc non soumis à confirmation, mais qui se nourrissent pour leur crédibilité du soupçon permanent existant désormais à l’encontre des sondages “officiels” dont le public est bombardé, au-delà de la couverture de quelque manteau que ce soit. Dans ce cas, la perception, l’hypothèse à partir de cette perception, etc., comptent bien plus que le crédit de l’univers statistiques pour fixer la stratégie et les décisions qui l’accompagnent.

L’intérêt de Trump pour les présidentielles françaises s’est renforcé de deux circonstances qui l’ont touché directement et ont accru sa vindicte contre le parti européistes-globaliste. Il a été particulièrement furieux de deux initiatives, la première des restes du président-poire avertissant contre une interférence étrangère dans l’élection, inspirée évidemment de la narrative démocrate/globaliste anti-Trump sur l’intervention russe dans USA-2016 ; la second du candidat Macron, affirmant que des hackers russes étaient intervenus contre son site officiel, reprenant pour son compte et à son niveau la même narrative ; en un sens, Hollande se prenant pour Obama et Macron pour Clinton, deux adversaires personnels de Trump… Cela est pour dire que l’attention du président US, toujours difficile à capter lorsqu’il ne s’agit pas d’affaires purement US, s’en est trouvée renforcée. Pour lui, aujourd’hui, la présidentielle France-2017 a bien autant sinon plus d’importance que le Brexit. Tout cela n’était pas dans l’esprit volage du président lorsque Marine Le Pen est venue se balader à New York City, avant l’inauguration du nouveau président, dans l’espoir vain de rencontrer des gens d’importance de la nouvelle administration, sinon Trump lui-même. Les temps ont changé, et les nouvelles venues de Rioufol et du Figaro ont très certainement atteint la table du président, dès lors qu’elles étaient sous la forme d’un article en langue indigène, publié dans la presse antiSystème US.

(Il y a eu bien des sarcasmes lorsque Trump a accusé l’administration Obama de l’avoir fait “espionner” [écoutes téléphoniques et électroniques] durant sa campagne et que la chose a amené aussitôt une déclaration d’inconnaissance, pour sa part et pour ses services, du directeur du FBI Comey. La “presse de référence”, – NYT et WaPo en tête, – a glosé dans le chef de ses sarcasmes habituels à propos de ce président qui préfère Breitbart.News  à la CIA pour s’informer. D’une part, on comprend assez bien la démarche de Trump quand on sait le sentiment de la CIA et autres “organes” à son encontre, et la qualité des informations qui lui serait alors transmise ; d’autre part, il a peut-être encore moins tort que cela, objectivement parlant, lorsqu’on fait le compte de l’Himalaya de sottises, d’erreurs, d’informations détournées et distordues, de narrative, etc., que la plupart de ces services US accumulent même en étant assurés eux-mêmes de très bien faire, spécialement depuis 9/11. Aujourd’hui, à condition d’une certaine expérience, d’instruments de recoupement et d’une bonne intuition, la presse-antiSystème et les réseaux qui vont avec sont le meilleur outil de connaissance de l’information disponible aujourd’hui parce qu’ils ont comme références négatives et antagonistes tout ce que le Système produit de narrative faussaires.)

Ces circonstances étant exposées, et le climat complètement incontrôlable et imprévisible des élections étant mis en évidence, se pose pour Trump la question de l’usage des énormes moyens d’influence US en France (agents d’influence, réseaux, moyens de pression, etc.) alors que la campagne France-2017 entre dans sa phase active. Pour les USA, la situation est sans précédent, puisque leur propre pouvoir est divisé, avec une direction centrale dans le sens qu’on sait, et une “opposition” diffusée dans divers services, agences, départements, bureaucraties, etc. ; alors que la division au sein des candidatures se fait également, en France, également selon des lignes d’opposition similaires et que la détermination de la vérité-de-situation est extrêmement difficile au lieu de la situation d’un résultat “connu d’avance” réduit à des candidats-Système qu’on avait en général. D’habitude, cette influence US s’exerçait disons comme un automatisme, la ligne centrale de l’administration et celle du Deep State s’accordant jusqu’à coïncider dans une identification quasi-complète, quel que soit le parti au pouvoir à Washington D.C. puisqu’il n’était question jusqu’ici que de deux “ailes” avec quelques différences d’un “parti unique”. Cette habitude-là n’est plus de mise.

Il est ainsi intéressant de noter qu’un certain nombre de personnalités, d’intellectuels d’influence, etc., français et surtout parisiens, qui ont l’habitude bien ancrée de suivre la ligne atlantiste et washingtonienne, vont se trouver confrontés à de douloureux dilemmes. Ces divers pions qui ont l’habitude de la rectitude des intérêts US et d’une machine bien huilée pour dispenser les consignes, se trouvent désormais devant une division sans précédent dans cette même machine washingtonienne, qui rencontre le caractère tout à fait nouveau d’un aspect fondamental de la division mise en évidence par l’élection France-2017 (disons pour faire bref globalistes contre souverainistes). Ils vont effectivement rencontrer cette division chez leurs interlocuteurs US, parce qu’une partie du personnel US en villégiature à Paris représente les positions traditionnelles (globalistes), tandis qu’une autre partie, qui est en train d’être renforcée de toute urgence, est porteuse de la nouvelle tendance du trumpisme, qui favorise la faction souverainiste. Même à l’intérieur de certaines agences, on retrouve cette opposition ; par exemple à la CIA, où une opposition aux menées anti-Trump héritées de l’équipe Brennan-Obama se fait de plus en plus sentir.

Quoi qu’il en soit, on doit considérer qu’il s’agit là d’une façon de voir la “politique étrangère” ainsi que la “question européenne” entrer implicitement dans le débat jusqu’ici noyé dans “les affaires” de cette présidentielle France-2017 dont on ne cesse de répéter qu’elle n’est à nulle autre pareille. Elle l’est d’autant moins que, dans ce cas, on serait devant une situation également “à nulle autre pareille” où l’ironie suprême verrait disons le “parti souverainiste”, traditionnellement farouchement antiaméricaniste, se satisfaire assez bien de pressions extérieures (US) occultes et indirectes mais puissantes, qui pourraient s’exercer en bonne partie, cette fois contre disons le “parti globaliste”, jusqu’alors d’un proaméricanisme sans faille depuis des décennies, pratiquement depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. D’une certaine façon, on peut dire que, quel que soit le résultat des présidentielles France-2017, quelque chose de fondamental est en train de changer, en France même, dans les relations entre l France et les USA, et dans tous les nombreux facteurs qui dépendent de ces deux situations. tout se passe, – cela n’est pas la première fois que nous faisons cette remarque, – comme si les effets des événements précédaient les événements eux-mêmes, jusquà la possibilité, dans une sorte de retournement du temps, de les influencer eux-mêmes…

Source

http://www.voxnr.com/8758/boulevard-le-pen

Stoppons Macron ! #06

Liberté Politique note les candidats : Marine Le Pen en tête

B740678c-49d7-4eb1-84c4-f995266495e0

C261297e-20e8-4355-841d-bc90d5c4fad5

Michel Janva

22/03/2017

Affaire Bruno Le Roux, nouveau rideau de fumée pour cacher les casseroles de Macron révélées durant le débat de TF1

Pour mieux protéger la candidature véreuse d’Emmanuel Macron dénoncée lundi-soir sur TF1, notamment par Benoît Hamon, au cours du débat de la primaire du 1er tour des Présidentielles, le ministre de l’intérieur Bruno Le Roux a été sacrifié pour leurrer les électeurs qui commencent à trop bien comprendre la propagande et la protection médiatique et judiciaire dont bénéficie Macron. Le débat de lundi soir a été très révélateur de ce point-de-vue. La ficelle Le Roux est grosse, surtout quand on observe qu’elle a été lancée comme par hasard sur TMC, immédiatement relayée sur « BFMacron« , deux des chaines de Patrick Drahi, l’obligé de Macron dans l’affaire de la vente de SFR. Mais il fallait neutraliser la très mauvaise prestation de Macron sur TF1 et surtout la dénonciation de ses casseroles en direct par son ancien camarade de gouvernement, Hamon, reprise de volée par Jean-Luc Mélenchon.

Les plus grosses casseroles d’Emmanuel Macron

Macron, soupçonné de haute trahison dans le scandale d’Alstom-énergie et auteur du scandale de la livraison de SFR au magnat de la presse Patrick Drahi n’a aucun problème avec le PNF, celui-ci préférant s’occuper de ses concurrents directs à la course à l’Elysée, Marine Le Pen et François Fillon. L’ancien secrétaire général de l’Elysée et ancien ministre de l’Économie de François Hollande n’est pas non plus poursuivi pour de forts soupçons de dissimulation fiscale sur son  patrimoine fabuleux de 3,5 millions d’euros acquis comme banquier de Rothschild en l’espace de deux ans et demi seulement et dont curieusement, il ne resterait plus rien à déclarer… (Voir les deux vidéos ci-après)

Le PNF et l’Elysée agitent le rideau de fumée qu’est l’affaire Le Roux

Macron avec ses ÉNORMES casseroles commençant à sérieusement faire du tintamarre, l’Elysée a donc concocté en contre-feu le sacrifice de Bruno Le Roux pour servir de rideau de fumée. Oh, certes, un tout petit sacrifice sans conséquence, « Paris vaut bien une messe »: il vient de démissionner un mois avant la fin de ce gouvernement, pour des affaires futiles et légales d’emplois familiaux. S’il ne faut que cela pour faire croire aux électeurs que le Parquet National Financier ferme les yeux sur les casseroles de Macron uniquement parce qu’il n’y aurait rien à voir, pourquoi s’en priver ?

Lire la suite

Les médias rattrapent Macron par la culotte - Journal du mercredi 22 mars 2017

Marine Le Pen vous répond ! #04 | « Sur les bas salaires » | Marine 2017

Le collectif Tout sauf Macron est en marche !

ToutSaufMacron_C15te_0WQAEc1kv-600x200.jpg

Tout-sauf-Macron-300x300.jpg(NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie)
Le collectif Tout sauf Macron est né ! C’est ce que l’un de ses fondateurs, le militant souverainiste Pierre Charron, a révélé à nos confrères du site Parisvox.
Le point de départ de ce collectif est que les propos du candidat Macron sont un peu trop bien relayés par les médias du système, sans analyse critique.
Cet ancien ministre de François Hollande, donc partiellement responsable du bilan de celui-ci, est présenté par la classe politico-médiatique comme un homme neuf et porteur d’espoir.
Quel est le but de ce collectif ? Il est dit des Français qu’ils auraient la mémoire courte. Ce collectif entend la leur rendre.
Tout d’abord en leur présentant Macron comme le digne héritier du social-libéral Hollande. En leur rappelant également qu’ayant travaillé pour la banque Rothschild et ayant fait siennes des revendications du Medef, Macron est également l’homme du système dans toute son expression. En témoignent ses déclarations sur l’identité et la culture française ou le colonialisme.
Quels moyens seront mis en œuvre par ce collectif ?
Tous ceux qu’il sera possible de mettre en œuvre, à savoir la prévention, la sensibilisation et le militantisme, notamment via les réseaux sociaux, seul véritable espace de liberté. L’occasion de mettre notamment en lumière les affaires qui touchent le candidat d’En Marche !

Pour Pierre Charron, le mot d’ordre « Tout sauf Macron » ne doit pas connaître de limites : il se dit prêt à voter Mélenchon s’il le faut, ce dernier ayant au moins pour lui de ne pas être inféodé « aux grandes puissances mondiales et à l’Allemagne ».