Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2016

Nouvelle taxe pour les propriétaires : le nomadisme contre l'enracinement

Depuis plusieurs années, des économistes de gauche (Terra Nova, Conseil d’analyse économique, Thomas Piketty) ne cessent de suggérer au gouvernement de taxer les propriétaires qui n'ont plus d'emprunt à rembourser. Henri Sterdyniak, qui a co-publié cette semaine un rapport favorable à cette taxe, explique au Figaro :

"Cette idée n’est pas stupide. C’est une question que se posent les économistes depuis bien longtemps. Il n’est pas illogique de taxer l’épargne immobilière de la même manière que l’épargne mobilière. C’est une mesure juste et de cohérence fiscale. Est-il normal que les détenteurs d’actions paient des taxes sur leurs dividendes et que les propriétaires eux ne soient pas imposés sur les loyers implicites ? L’équité fiscale implique que deux contribuables ayant le même revenu paient le même impôt.

Mais les propriétaires paient déjà une taxe foncière et une taxe d’habitation.

Ne prenons pas en compte la taxe d’habitation qui est payée aussi bien par les propriétaires et les locataire et surtout n’est pas une taxation qui pèse sur les revenus du capital. Quant à la taxe foncière, son taux d’imposition est de l’ordre de 10% quand celui des dividendes s’élève à 62%. L’idée n’est donc pas d’alourdir la fiscalité des propriétaires mais d’opérer un réajustement entre la taxation des logements et la taxation du travail.

Vous n’êtes donc pas favorable à l’accès à la propriété?

Moyennement. L’achat d’un logement a des effets pervers puisqu’il freine la mobilité notamment lorsque vous perdez votre emploi. Je privilégie l’investissement dans le capital productif, et notamment l’achat d’actions qui permet de développer l’emploi. [...]"

La mesure d'équité est absurde : un logement pour lequel on a cotisé plusieurs dizaines de sa vie n'est pas comparable à une action. Mais l'objectif indiqué est révélateur de l'idéologie individualiste : ces idéologues se battent contre l'enracinement et souhaitent, par cette mesure, décourager l'acquisition de la propriété privée, afin de faire des travailleurs, des nomades permanents. C'est une atteinte à l'autonomie et à la liberté. Rappelons ce que dit la doctrine sociale de l'Eglise sur la propriété privée :

"La propriété privée et les autres formes de possession privée des biens « assurent à chacun une zone indispensable d'autonomie personnelle et familiale; il faut les regarder comme un prolongement de la liberté humaine. Enfin, en stimulant l'exercice de la responsabilité, ils constituent l'une des conditions des libertés civiles ». La propriété privée est un élément essentiel d'une politique économique authentiquement sociale et démocratique et la garantie d'un ordre social juste. La doctrine sociale exige que la propriété des biens soit équitablement accessible à tous, de sorte que tous en deviennent, au moins dans une certaine mesure, propriétaires, sans pour autant qu'ils puissent les « posséder confusément »."

Henri Sterdyniak est un économiste d'extrême-gauche : en 2010 il dénonçait le PS dans une tribune publiée dans l'Humanité. Les collectivistes ont la vie dure.

Michel Janva http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

13:28 Écrit par pat | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.