Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2016

Galileo, les limites de « leur » Europe

C’est aujourd’hui qu’Emmanuel Macron annonce sa déclaration de candidature à la présidentielle. Fini la visite au Puy-du-Fou, c’est sous le signe des banlieues, du multiculturalisme, de la France plurielle que l’ex ministre de l’Economie et protégé de Jacques Attali se lance dans la course. Aujourd’hui à Bobigny (Seine-Saint-Denis), il sera demain dans le 13e arrondissement de Marseille, dont le maire n’est autre que notre camarade Stéphane Ravier. M. Macron a placé résolument son combat sous le signe de la lutte contre le populisme, le FN, et en cela il ne diffère guère de ses concurrents  Mais aussi peut être avec moins d’ambiguïté, plus de franchise que d’autres, en faveur de l’ouverture libérale et d’une adhésion renouvelée à l’Europe libre-échangiste bruxelloise.Une Europe dont il est encore question dans l’actualité pour se féliciter d’une de ses réussites (la réalité est en fait bien plus contrastée) avec le lacement ces prochaines heures par la fusée Ariane de quatre nouveaux satellites du programme de la constellation Galileo. Saluons de nouveau ici le niveau d’excellence de nos ingénieurs et techniciens, de notre bade de Kourou et de l’agence spatiale européenne, capables de réaliser ce type de mission toujours très délicates. Et félicitons nous de cette réponse du vieux continent, bénéficiant des dernières avancées technologiques, au système de localisation yankee, qui devrait être encore plus précis et performant que le GPS américain

L’enjeu n’est pas mince. Outre les nombreux pays a travers le monde intéressés par une coopération au sein de ce projet,  la Commission européenne rappelait dans un communiqué en janvier 2011 que «le marché mondial des applications de navigation par satellite devrait atteindre une valeur de 240 milliards d’euros d’ici 2020 et connaît un rythme de croissance de 30 % depuis quelques années. Selon les estimations, 6 à 7 % du PIB des pays développés (800 milliards d’euros en Europe) dépendent actuellement de la navigation par satellite.»

Bruno Gollnisch l’a dit, il estime que « la recherche est un des rares domaines légitimes de coopération au niveau de l’Union européenne», citant à l’appui de son propos le financement de certaines infrastructures de transports mais aussi des programmes comme Airbus, Ariane, Erasmus, ITER, le Cern ou encore Galileo . Rappelons tout de même, et  les députés frontistes s’en sont souvent émus, que ce programme Galileo, lancé et financé par la Commission européenne en 1999, devait être mis en service il y a déjà neuf ans et a empilé les retards.

Dans un rapport remis au Premier ministre en début d’année,  la Cour des comptes relevait le coût, sur la période 1994-2020, des programmes Galileo et EGNOS (European Geostationary Navigation Overlay Service, soit Service Européen de Navigation par Recouvrement Géostationnaire). En l’espèce «plus de 13 milliards d’euros» (trois fois plus que la somme initiale annoncée de 4,6 milliards d’euros), dont «2,45 milliards» pour notre pays. Dans le détail plus de 10,2 milliards d’euros ont été dépensées pour le seul programme Galileo dont la moitié avait été utilisée à fin 2013.

La Cour des comptes pointe ce qui relève des impondérables difficiles à budgéter («les déboires techniques») , mais aussi «une conduite de projet peu performante», citant la facture du déploiement EGNOS, (700 millions d’euros, «soit deux fois plus cher que prévu»).

Les Sages, qui face à la concurrence d’uns service gratuit comme le GPS appelaient «à réviser à la baisse les perspectives de recettes commerciales susceptibles d’être procurées directement par Galileo»,  dont les applications seront déclinées sous forme d’un service ouvert et gratuit ou d’un service commercial et payant, insistaient cependant sur la nécessaire promotion commerciale de Galileo et Egnos. Ils déploraient que la France, qui a joué un rôle de tout premier plan dans leur élaboration, ne s’investisse que trop  timidement.  Or, « le succès de la nouvelle infrastructure européenne requiert une promotion efficace de ses utilisations potentielles, en s’appuyant particulièrement sur les avantages de Galileo soit son service commercial (payant), par rapport au GPS».

«(L’influence de la France) s’est, ces dernières années, érodée dans les instances de pilotage de la maîtrise d’ouvrage des deux programmes», la Cour pointant «la faible visibilité politique d’EGNOS et de Galileo», l’avenir incertain des deux programmes. «Tout comme sur le plan industriel, le risque existe que la France ne tire pas suffisamment parti de Galileo et d’EGNOS, après en avoir été pourtant le premier et le plus tenace promoteur».

Bruno Gollnisch le répète,  les grandes réussites dites européennes ne doivent rien à l’Europe bruxelloise. Elles sont d’abord à mettre « au crédit de l’excellence de nos scientifiques, ingénieurs, chercheurs Français et Européens, le fruit d’une coopération concrète menée hors du cadre de l’Union européenne »… C’est cette Europe des nations performante là, cette Europe de la libre coopération qui a les faveurs du FN. Une Europe de libre coopération des nations libres qui auraient été certainement plus  à même d’éviter les écueils qui ont frappé le projet  Galileo, «les tergiversations et les imbroglios politico-administratifs». En 2005, les élus frontistes au parlement européen relevaient qu’au moins cinq ans avaient été perdus du fait de la méthode choisie : partenariat public-privé, coopération internationale au delà de l’Union européenne, participation impérative de tous les Etats-membres, rôle imposé de la Commission européenne…

Enfin, rappelons aussi une crainte exprimée par Bruno Gollnisch, au sujet de la faille que laisse apparaître Galileo quant à l’autonomie politique, du fait de sa vocation purement civile qui laisse l’Europe dans la dépendance du système militaire américain pour les applications de défense.

http://gollnisch.com/2016/11/16/galileo-limites-de-europe/

07:38 Écrit par pat dans actualité, Europe, Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.