Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2018

Le régime peut-il décentraliser ?

Il pouvait se dire satisfait de la mobilisation, lors de la manifestation du 3 février à Ajaccio, Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse. Il estime d’ailleurs qu’elle représente "le reflet de ce qu’est aujourd’hui la société corse". Entre 15 000 et 22 000 personnes avaient fait le déplacement, malgré le mauvais temps. Un tel rassemblement, que les bons esprits vouaient à l'échec a pu être qualifié de "manifestation sans précédent dans l’histoire de la Corse contemporaine, une manifestation profondément politique, avec une mobilisation extraordinaire"(1)⇓.

À la veille d'une visite de deux jours du chef de l'État, les dirigeants autonomistes au contraire n'ont exclusivement reçu de Paris que des messages négatifs. Lorsqu'ils se sont rendus dans la capitale, du 22 au 24 janvier, leurs trois interlocuteurs leur ont tenu un discours parfaitement convergeant. Le 22 janvier le chef du gouvernement Édouard Philippe leur lançait : "Moi, l’autonomie, je ne sais pas ce que c’est.(2)⇓.

Le 23, Gérard Larcher, président du Sénat, a cru bon de poser en garant de "l'unité nationale" et en digne héritier du jacobinisme défenseur de la "république une et indivisible". Et enfin, le 24, François de Rugy, président de l’Assemblée nationale maintenait le même propos.

Les déceptions se révèlent à la mesure d'attentes encouragées par les promesses d'Emmanuel Macron, notamment celle d'un "pacte girondin" annoncé dans son discours du 4 juillet 2017, confortées par celles de son ministre de l'Intérieur parlant le 31 octobre d'une "autonomie de la Corse dans la République(3).

Par l'effet d'une singulière myopie l'État central, depuis les élections régionales des 3 et 10 décembre, depuis la mise en place de l'exécutif corse le 2 janvier et jusqu'à cette manifestation dont on cherchait encore à minimiser par avance la portée, le pouvoir parisien est donc demeuré dans le déni.

La question corse, pour lui, ne se pose pas, n'existe pas. Tout au plus, par exemple, la presse hexagonale acceptera-t-elle de parler, vaguement, ou même ironiquement, de remous concernant la plus petite des régions, sans en faire grand cas. Or, la Corse peut être considérée comme un miroir de la France.

Il est vrai qu'un récent Premier ministre nommé Valls a cru pouvoir exercer le même mépris en prétendant que "le peuple alsacien n’existe pas". Un Chevènement, de son côté, veut considérer l'enseignement et la co-officialité de la langue corse, comme une ligne rouge, dont les franchissements exposeraient les contrevenants à sa très redoutable colère, ainsi qu'à celle de M. Philippot.

On se demande si, en deçà du boulevard périphérique, on a pris la mesure du mécontentement profond de toutes les collectivités territoriales. Il s'est pourtant clairement manifesté en novembre, lors du 100e congrès de l'Association des maires de France et des présidents d'intercommunalités.

L'impuissance à décentraliser du régime, que l'on voudrait pouvoir ne qualifier que de "post" jacobin, peut s'évaluer au gré des tribulations des deux tentatives de réformes décentralisatrices de la Constitution opérées en un demi-siècle, celle de 1969 et de 2003, sachant aussi que les lois Defferre de 1982-1983 ont surtout livré aux états-majors parisiens les régions artificiellement dessinées par le pouvoir central.

En 1969, dans la foulée de l'éloquent discours sur la réforme régionale, prononcé à Lyon, le 24 mars 1968 par le fondateur de la cinquième république, le projet d'en appliquer les principes allait se heurter à la résistance de la classe politique réfugiée au Sénat, comme à la défection de Valéry Giscard d'Estaing.

Plus de 30 ans plus tard, en 2003, le gouvernement Raffarin fit adopter une Loi constitutionnelle ajoutant à l'article 1er, – lequel dispose que "la France est une République indivisible, etc", – une petite phrase suggérant désormais que "son organisation est décentralisée." Victoire des principes régionalistes ? Bien sûr que non ! Car la même réforme introduit l'article 72-2 érigeant la péréquation financière en objectif de valeur constitutionnelle : "La loi prévoit des dispositifs de péréquation destinés à favoriser l’égalité entre les collectivités territoriales". Ce qui, concrètement, vide de tout contenu la prétention décentralisatrice.

Jusqu'à preuve du contraire, le régime que nous appelons toujours république, reste donc incapable de renoncer à ce centralisme. Voilà pourtant ce qui tue lentement le pays, tout en organisant, en protégeant et en aggravant les ruineux privilèges de ses prétendues élites.

JG Malliarakis

Apostilles

  1. cf. ses déclarations à la presse après la manif.
  2.  Cité par Charles Haegen in L'Ami Hebdo de Strasbourg, daté du 4 février.
  3.  cf. L'Express du 4 décembre 2017.

http://www.insolent.fr/

Les commentaires sont fermés.