Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les origines de la guerre de Sécession

Les origines de la guerre de Sécession .jpegLe conformisme en histoire, l'équivalent moderne de la censure, n'est pas le privilège de l'Europe. La puissante Amérique se retrouve victime elle aussi du poids des idées dominantes. Hollywood et les grands médias diffusent une version édulcorée du passé en accord avec les bons sentiments à la mode. En revanche, les Américains qui veulent transmettre une autre vision de leur histoire disposent d'atouts que nous pouvons envier. Leur esprit pratique, tout comme les dimensions du pays, rendent possibles des projets qui, dans la vieille Europe, seraient voués à l'échec.

The War between the States de John J. Dwyer est un bon exemple de ces initiatives locales contre le « politiquement correct » qui se multiplient de la côte Est à la côte Ouest. Fier de ses racines sudistes, l'auteur a imaginé un ouvrage, à mi-chemin entre l'encyclopédie et le manuel scolaire, qui rassemble une somme d'informations sans équivalent. Si, sur le déroulement de la guerre, le profane découvre une foule de renseignements peu connus, le principal mérite de ce livre, écrit avec clarté et avec un grand sens de la pédagogie, est d'insister sur les causes qui ont conduit les États Unis d'Amérique à se diviser.

Contrairement à une idée communément répandue, les origines de cette dissension sont spirituelles et non économiques. Alors que les premiers colons avaient conservé une étroite communion religieuse, à partir de la fin du XVIIIe siècle, le Nord s'est progressivement rallié à des visions plus libérales et dans les premières années du XIXe siècle, la foi réformée traditionnelle avait été chassée du Nord et de l'Ouest des Etats-Unis au profit d'une version sécularisée pour laquelle l'homme n'est pas sur terre pour faire son salut mais pour réformer la société.

L'auteur suggère même que les véritables instigateurs du venin révolutionnaire au XIXe siècle ne sont pas Marx et ses disciples, mais les évangélistes radicaux américains qui ont propagé dans leur pays, puis dans le monde entier, les idées qui donneront plus tard naissance, entre autres, à l'éducation laïque, au pacifisme et au féminisme.

À l'opposé de ces exaltés, les Sudistes sont restés attachés à une lecture au pied de la lettre de la Bible et ont refusé toute fantaisie moderniste. En politique, ils considéraient que la Constitution, la bible laïque du pays, devait être interprétée strictement, sans l'adapter aux évolutions de l'opinion publique. Dans ces conditions, il n'est pas étonnant que, de prêche en prêche et d'élection en élection, le Nord se soit progressivement convaincu que le Sud était le seul obstacle à son ambition de devenir une puissance industrielle chargée d'assurer le bonheur de l'humanité.

Quand un peuple se divise aussi profondément, la sécession et la guerre ne sont plus qu'une question de temps. Il suffit de trouver un prétexte. La question de l'esclavage ne sera que l'un d'entre eux.

Tomas Moberg Le Choc du Mois Novembre 2006

The War between the States, par John J. Dwyer, Bluebonnet Press, 2005, 682 pages, 500 illust., index. La lecture du livre est complétée utilement par différentes animations sur le site de l'éditeur (on peut aussi y commander l'ouvrage) : www.bluebonnetpress.com.

Écrire un commentaire

Optionnel