Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/11/2016

La passion égalitaire tuera-t-elle la France ?

Une passe d'armes fort révélatrice entre le député des Yvelines Jacques Myard et le premier ministre Manuel Valls s'est déroulée à l'Assemblée nationale ce 8 novembre lors de la séance des questions au gouvernement.

L'interpellation et le débat ont porté sur l'ISF, cette taxation démagogique qui se veut Impôt de solidarité sur la fortune.

Il n'est sans doute pas indifférent de constater la personnalité atypique de l'intervenant. Très proche d'une sensibilité que les bien-pensants stigmatisent sous l'étiquette supposée éliminatoire de populiste, Myard ne saurait passer en effet pour un défenseur de la haute finance apatride et on l'imagine mal confiant la gestion de son épargne personnelle à Goldman Sachs.

Il s'exprimait au titre de son appartenance au groupe Les Républicains.

Cela s'est produit au moment où se confirme le programme commun des droites. Tous les candidats aux primaires, avec des nuances liées aux cultures économiques respectives prévoient, à l’heure où ces lignes sont écrites, en ce 17 novembre au matin où ils vont confronter ce soir leurs idées pour une dernière fois devant les téléspectateurs, des baisses de dépenses publiques et une décrue fiscale. Aucun n'ose d'ailleurs envisager vraiment et clairement la diminution du périmètre de l'intervention étatique. Et l'ensemble annonce la suppression de l'ISF.

Or, la gauche considère tactiquement que cette dernière question comme relevant de sa survie en tant que force politique éligible. Toujours prisonnière du gouvernement des sondages elle considère que l'ISF est populaire. Elle croit pourvoir le mesurer en particulier chez ceux qui ne supportent pas cet impôt, lequel s'ajoute aux taxes foncières, aux diverses fiscalités boursières, à une CSG devenue très lourde et différenciée, sans parler des droits de succession etc.

Le 23 juin le fort nuisible hollandiste Christian Eckert, secrétaire d'État au budget, a sonné sur sa chronique d'élu de la Meurthe-et-Moselle (1)⇓ le rappel des troupes fiscalistes en apostrophant Emmanuel Macron. Celui-ci allait encore faire attendre jusqu'au 16 novembre pour annoncer sa candidature.

Mais le futur candidat s'était déjà prononcé clairement pour la suppression de l'ISF. Pour les gens comme Eckert en effet cette taxation rustique du capital rapporte, c'est l'expression consacrée, rapporte donc au budget de l'État ce qu'elle prend dans la poche des contribuables, c'est à dire en fait ce qu'elle coûte, évalué par la loi de finances pour 2017 à hauteur de 5,4 milliards.

Et avec ces 5,4 milliards c'est fou ce que l'État stratège va pouvoir distribuer, directement ou indirectement, à AREVA revendu aux Chinois pour éponger les pertes de la gestion de la si brillante Anne Lauvergeon, à SANOFI pour indemniser les victimes de la dépakine, aux constructeurs de locomotives à grande vitesse pour faire rouler sur des rails mal entretenus des tortillards subventionnés, à EDF pour maintenir les avantages sociaux institués en 1946 au bénéfice des cégétistes, aux politiciens locaux pour jouer les généreux, etc.

Pas sûr d'ailleurs que cette liste hélas non exhaustive puisse être couverte par l'impôt des méchants riches, nom véritable de ces prélèvements. Mais le principe, purement théorique, de l'universalité budgétaire empêche qu'on en discute.

Les arguments développés par Jacques Myard consistaient à rappeler tout simplement ce que l'impôt des méchants riches coûte en fait aux gentils pauvres. "Cet impôt, a-t-il justement rappelé, est véritablement destructeur du tissu économique de la France."

Mais Manuel Valls est venu rappeler qu'il s'agit d'un principe égalitaire qui, comme la guillotine, est supposé mensongèrement égaliser les patrimoines. Car "il y a une deuxième passion française, qui est celle de l’égalité".

Rappelons à ce personnage le fort message que nous adressait un Alexandre Soljenitsyne : "La Révolution française s'est déroulée au nom d'un slogan intrinsèquement contradictoire et irréalisable : liberté, égalité, fraternité. Mais dans la vie sociale, liberté et égalité tendent à s'exclure mutuellement, sont antagoniques l'une de l'autre ! La liberté détruit l'égalité sociale - c'est même là un des rôles de la liberté -, tandis que l'égalité restreint la liberté, car, autrement, on ne saurait y atteindre."  (2)⇓

Soyons logiques : ce qui détruit la France ce n'est pas seulement tel type d'impôt, tel prétendu modèle social, c'est la passion d'un égalitarisme frelaté hérité de la Révolution. (3)⇓

JG Malliarakis http://www.insolent.fr/

6a00d8341c715453ef010536c58556970b-320wi.jpgApostilles

  1. cf "L'ISF pour les nuls (et pour d'autres) !"
  2. cf. Son discours d'inauguration du Mémorial de Vendée aux Lucs-sur-Boulogne le 25 septembre 1993.
  3. Charles Freppel se révéla homme d'initiatives et de réalisations, évêque d'Angers, député de Brest, fondateur des universités catholiques, actif sur tous les fronts. Il peint dans ce livre, au moment du Centenaire un tableau particulièrement pertinent. Cette remarquable et sobre critique demeure à certains égards inégalée, s'agissant de l'héritage du jacobinisme dans lequel il dénonce l'origine du déclassement de la France.
    À lire cet agréable ouvrage, court et complet, on mesure à quel point tout cela demeure hélas actuel, très actuel. De tous les points de vue, la France souffre de persister dans son erreur. Freppel les classe en dix chapitres : la Révolution face à ses propres principes, qu'elle bafoue, la Liberté, l'Égalité, la Fraternité, la Révolution face à l'Europe chrétienne, etc.
    Commander ce livre aux Éditions du Trident 

Les commentaires sont fermés.