Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

économie et finance

  • Le chèque carburant est-il une usine à gaz et pompe à fraudes ?

    Surprise et virage serré dans les palais du pouvoir, ce mardi. Pour éviter « une usine à gaz » – selon le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal -, la piste de la baisse des taxes serait de nouveau sur la table. 

    Lire la suite

  • Affaire Total : comment couler l’une des dernières grandes entreprises françaises

    laurent-vincenti-total-800x475.jpg

    Au printemps 2019 arrivait devant la  le premier « contentieux climatique contre une entreprise » de notre histoire. Un collectif mené par l’ONG Sherpa (dirigée par Cécile Duflot) mettait Total en demeure de « prendre les mesures nécessaires pour prévenir les risques majeurs liés au changement climatique ».

    Total n’ayant pas donné suite, le 28 janvier 2020, le collectif assignait alors le groupe en  devant le tribunal judiciaire de Nanterre. L’un des têtes pensantes de Sherpa, Lucie Chatelain, « chargée de plaidoyer du pôle globalisation et droits humains », expliquait alors à Techniques de l’Ingénieur les fondements de la démarche : contraindre Total à « prendre des mesures d’identification des risques et de prévention des atteintes aux droits de l’homme et à l’environnement causées par ses activités ». Une première en France, donc.

    Lire la suite

  • Le consentement à l’impôt, par François Schwerer.

    L’impôt, en France, est inégalitaire et il est vote par des gens qui ne représentent pas ceux qui le paient. Surtout, comment consentir à une redistribution sans frein, qui grève toujours plus lourdement notre avenir, sans réelle contrepartie ? Il est temps de se poser la question de la légitimité de l’impôt.

    Dans un article du journal Les Echos en date du 13 août 2021, le professeur Frédéric Douet a tout particulièrement insisté sur le fait que « le consentement à l’impôt est l’un des principes directeurs de notre pacte social ». Le principe résulte, en France, de l’article 14 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen : « Tous les citoyens ont le droit de constater par eux-mêmes ou par leur représentant la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi, et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée ». Ce principe est en fait beaucoup plus ancien puisqu’on le trouvait déjà inscrit en Angleterre dès 1215 dans la Magna Carta et qu’un siècle plus tard le roi Philippe le Bel le faisait appliquer officiellement en France par les États Généraux pour financer la guerre des Flandres.

    Lire la suite

  • Emmannuel Macron et le nucléaire

    Après avoir misé sur les énergies renouvelables et avoir annoncé un “triplement du nombre des éoliennes“ sur le territoire français ( Dieu nous en préserve), voilà que le président change de cap et se tourne vers un “renouveau du nucléaire.”

    “Réinventer le nucléaire“ dit-il. Evidemment, face aux réalités que beaucoup à droite avaient prédites, le président est tenu de revoir sa copie.

    Lire la suite

  • Veuillez cacher cette inflation que je ne saurais voir !, par Jean-Baptiste Giraud.

    Hommes politiques et banquiers jurent leurs grands dieux que les prix n’augmentent pas, qu’il n’y a pas d’ et, donc, aucune menace pour le pouvoir d’achat et, accessoirement, l’épargne des Français. La réalité est malheureusement tout autre et les signaux faibles sont de moins en moins… faibles.

    Ça va commencer par se voir et se savoir. Depuis des mois et, en réalité, même des années, on nous assure que l’inflation, qui a ruiné tour à tour les Français sous la Révolution, les Allemands avant l’apogée du nazisme, les Argentins plus récemment et, en ce moment, ruine les Libanais, n’est qu’un lointain souvenir.

    Lire la suite

  • Le 12 octobre 2021, Barbara Pompili demande aux distributeurs de carburants de faire un effort sur leur marge : l’hôpital qui se moque de la charité, mais pas que…

    Tout le monde a constaté l’envolé des prix des carburants, notamment ceux qui utilisent régulièrement leurs véhicules dotés d’un moteur essence ou diesel. Aujourd’hui dans les stations  les moins chères, le gazole côtoie les 1,53€ au litre et l’essence SP95 les 1,62€. Et cela va continuer à augmenter avec la demande plus forte que l’offre. Depuis la crise du Covid 19, l’OPEP+ (OPEP et Russie) a décidé de geler sa production pour faire remonter les prix. Ils ont lâché un peu de lest ces derniers temps, mais pas suffisamment pour atténuer les marchés. Et cela leur profite car ils produisent moins et rentrent autant si ce n’est plus de cash. Cela conforte aussi les Etats-Unis car les producteurs américains dépendent fortement des gaz de schiste dont le prix de revient doit être au-dessus de 50 à 60$ le baril pour que cela soit rentable. Autre effet qui intervient dans la hausse des carburants, la parité euro/dollar. Actuellement, l’euro baisse par rapport au dollar et cela a comme effet de renchérir le baril en euro, que nous achetons en importation aux pays producteurs. C’est pour cette raison que les Etats-Unis sont moins impactés. Pour mieux comprendre, le tableau ci-après compare les prix entre 2008 et 2021 :

    Lire la suite

  • Sur Boulevard Voltaire, Fabien Bouglé : l'évidence du nucléaire.

    Fabien Bouglé est spécialiste de l'énergie. Il a publié en 2019 un ouvrage contre l'éolien qui a fait grand bruit : "Eoliennes, la face noir de la transition écologique". A l'occasion de la publication de son nouvel ouvrage : "Nucléaire, les vérités cachées", Fabien Bouglé nous explique en quoi l'énergie nucléaire sonne comme une évidence pour la France.

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/index-1.html

  • La France est-elle encore un pays riche?

    Classée au 4ème rang mondial, derrière les USA, le Japon et l’Allemagne en 1980 pour la puissance de son économie (son PIB), et au 12ème rang pour son revenu par habitant, la France ne cesse de dégringoler dans les classements internationaux depuis lors.

    Notre pays tenait encore son rang à l’arrivée au pouvoir de François Mitterrand en 1981.

    Mais la gestion socialo-communiste  de l’époque, les 35 heures notamment, et bien d’autres facteurs, ont amorcé notre déclassement qui n’a cessé depuis, tant au niveau du PIB que du revenu par habitant.

    Lire la suite