Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les combats à Kharkov visent à désintégrer l’armée ukrainienne

Le général de brigade Yuriy Halushkin a été relevé de ses fonctions.

Trop peu de troupes russes sont déployées pour prendre la deuxième plus grande ville d’Ukraine, mais ce n’est probablement pas le but de la bataille.

Une vaste opération russe est en cours en Ukraine, axée sur la région de Kharkov. Dans le même temps, les Russes attaquent également ailleurs, principalement dans le Donbass mais aussi à Zaphorize. La menace dans le nord a contraint l’Ukraine à retirer ses troupes déployées ailleurs, notamment à Chasiv Yar, pour tenter de maintenir la ligne dans la région de Kharkov.

Si la Russie avait l’intention de forcer l’armée ukrainienne à déplacer ses troupes vers le nord, cela semble jusqu’à présent être un succès. Ces mouvements de troupes offriront à l’armée russe la possibilité de causer davantage de dégâts à l’armée ukrainienne.

La grande question concerne l’objectif sous-jacent de la Russie. Les experts militaires estiment que la Russie ne dispose pas de suffisamment de nouvelles troupes déployées (50 000 supplémentaires) pour prendre Kharkov. Certains pensent que la Russie pourrait déployer des forces supplémentaires pour conquérir Kharkov, mais jusqu’à présent, cela n’a pas été le cas.

Il semble y avoir une forte conviction dans les cercles de l’OTAN que Kharkov est la cible. J'en suis beaucoup moins sûr et, en fait, il me semble que ce n'est pas l'objectif.

S’il est vrai que les Russes sont en train de construire un chaudron autour de la ville, je crois personnellement qu’ils veulent combattre les Ukrainiens davantage à l’air libre qu’à l’intérieur d’une grande ville. Kharkov est la deuxième plus grande ville d’Ukraine.

À mon avis, l’objectif de la Russie est de forcer l’armée ukrainienne à poursuivre les unités russes envahissantes. L’idée est de causer de lourdes pertes du côté ukrainien et, si tout se passe comme prévu, soit de diviser l’armée ukrainienne en deux, soit de la désintégrer complètement.

De cette manière, l’idée n’est pas seulement de s’emparer de territoires mais de détruire la capacité de résistance de l’Ukraine. Il existe de nombreux indicateurs indiquant que la Russie réussit dans l’opération en cours.

La première est que le commandant de la défense du nord de l’Ukraine, le général de brigade Yuriy Halushkin, a été limogé par le président ukrainien Volodymyr Zelensky le 11 mai pour son incapacité à organiser correctement les défenses dans la région de Kharkov. Il a été remplacé par le général de division Ihor Tantsyura . Cependant, renvoyer Halushkin ne change rien sur le champ de bataille.

La seconde est que les défenses de l’Ukraine n’ont pas suffi du tout. Ils se sont contentés de creuser des tranchées profondes car ils disposent de peu de temps pour construire des bunkers en ciment. Quoi qu’il en soit, la Russie fait appel à davantage de lance-flammes et d’artillerie pour détruire les tranchées.

Les troupes russes se dirigeraient apparemment vers les fortifications des tranchées et affronteraient leurs défenseurs ukrainiens. Même si nous ne savons pas grand-chose des pertes russes, nous savons que le nombre de morts et de blessés en Ukraine augmente.

Le troisième point est que les blindés ukrainiens n’ont pas été efficaces. L’une des leçons de la guerre en Ukraine est que les blindés ne sont plus une arme de première ligne s’ils peuvent être détruits par des drones bon marché, des mines aériennes et des armes antichar.

Il semblerait qu'un autre char Abrams et au moins un autre char Léopard aient été détruits du côté ukrainien ces derniers jours. Les batailles de chars à grande échelle semblent appartenir à l’histoire.

Le quatrième point est qu’un plus grand nombre de soldats ukrainiens sont capturés ou se rendent. Pour la plupart, il s’agit de combattants aguerris, et non de conscrits récents, de sorte que les redditions sont psychologiquement significatives.

Des rapports font également état d'unités peu disposées à mener à bien des tâches offensives ou qui battent en retraite sans ordre de leurs commandants. Les chiffres ne sont pas encore très élevés, mais les Russes font de leur mieux pour les faire connaître.

Le cinquième point est qu’au moins deux colonels des forces de protection du palais ont été arrêtés et que le chef de l’équipe de sécurité de Zelensky a été démis de ses fonctions. Zelensky dit qu'ils prévoyaient de le tuer ainsi que d'autres hauts fonctionnaires et il a imputé la faute aux Russes.

Il est peu probable que les Russes tenteraient d’éliminer Zelensky à moins d’avoir un autre candidat pour le remplacer, ce qui, s’ils le font, est loin d’être évident. Si l’on considère la guerre, les Russes n’ont pas ciblé Zelensky, même s’ils ont peut-être tenté de faire tomber Budanov, le chef du GRU (renseignement militaire) ukrainien.

Il y a deux semaines, la Russie a inscrit Zelensky, Boudanov et d’autres sur sa liste de personnes « recherchées » pour des crimes non précisés. Les pertes de soldats russes ne sont pas, à notre connaissance, comparables à celles de l’Ukraine.

Zelensky a probablement utilisé cela comme prétexte pour arrêter les colonels et accuser les Russes, mais il n’est pas du tout certain qu’il ait raison. Il aurait tout aussi bien pu s’agir d’une tentative de coup d’État ourdi par certains de ses partenaires de l’OTAN, qui ont trouvé Zelensky impopulaire et problématique.

Bien sûr, cela ne convient pas à Zelensky de dire cela, mais les arrestations et le licenciement du chef du service ont certainement envoyé un signal d’alarme clair.

Le dernier point est que Zelensky et son armée savent désormais que l’Occident n’enverra pas de troupes pour le sauver, lui ou l’Ukraine. Je sens que ma révélation des troupes françaises (peut-être des mercenaires, comme la Russie préfère les appeler) et les menaces de plus en plus angoissantes du président Emmanuel Macron d’envoyer l’armée française montrent que mon rapport était exact et non faux, comme l’a prétendu Paris.

Washington a déclaré qu'il n'y aurait pas de troupes de l'OTAN. L'OTAN a déclaré qu'il n'y aurait pas de troupes de l'OTAN. Et maintenant, même Macron dit qu’il ne pensait vraiment pas en envoyer. Pardonnez-moi d’avoir laissé entendre que mes reportages ont contribué à briser le rêve immédiat d’une intervention de l’OTAN, même s’il ne peut être écarté dans un avenir plus lointain.

Cette vidéo  montre un soldat de la Légion étrangère française capturé qui dit qu'il est toujours en service actif et rend compte au président français. Il dit que lui et ses acolytes utilisent des drones et d’autres équipements. Alors que les personnes en captivité veulent généralement plaire à leurs ravisseurs, c’est extraordinaire parce que (a) les Français insistent sur le fait qu’ils n’ont pas de soldats en Ukraine et (b) les Russes décrivent ces soldats comme des « mercenaires ».

Ce serait bien si les services de presse estimés, qui ont déclaré que mon affirmation était fausse ou fausse, y prêtaient attention (mais bien sûr, ils ne le feront pas et même s’ils le faisaient, ils la rationaliseraient). Comme disait une maman : « oublie ça ».

Il est fort possible que l’armée ukrainienne ne puisse pas continuer  le combat, même à moyen terme. Il n’y a pas assez de soldats et ceux qui combattent encore sont fatigués et certains sont clairement découragés. Je crois que l’objectif immédiat de la Russie est de déstabiliser l’armée ukrainienne et que cet objectif est déjà bien avancé. Vient ensuite ce qui se passe à Kiev.

Par Stephen Bryen 14 mai 2024
Stephen Bryen a été directeur du sous-comité pour le Proche-Orient de la commission des relations étrangères du Sénat américain et sous-secrétaire adjoint à la défense pour la politique.

https://numidia-liberum.blogspot.com/2024/05/les-combats-kharkov-visent-desintegrer.html

Écrire un commentaire

Optionnel