Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2016

La muflerie empêche-t-elle de bien diriger un pays ?

La chronique de Philippe Randa

Dernier scud tiré contre Donald Trump, candidat officiel du Parti républicain, la diffusion d’un enregistrement vieux de plus de douze ans des propos pour le moins douteux sur la condition féminine : « The Donald » ne s’y montre guère un gentleman et il s’en est d’ailleurs excusé avec le seul argument possible, celui de la sincérité : il admet ne pas être parfait !

On comprend aisément que les dames, du moins dans leur très grande majorité, ne goûtent guère les propos rapportés et que les hommes, dans leur grande majorité, eux aussi – du moins espérons-le ! – ne les apprécient pas non plus.

Mais de simples paroles, aussi minables soient-elles, sont-elles pires que le cocufiage auquel nos derniers chefs d’État français nous ont habitués ?

Rappelons-nous… Giscard d’Estaing, en galante compagnie, percutant au petit matin un camion de laitier ? François Mitterrand entretenant aux frais de l’État un deuxième ménage où il pouvait voir grandir sa fille cachée ? Jacques Chirac, surnommé « 3 minutes et demie, douche comprise » pour ses innombrables galipettes adultérines ? Nicolas Sarkozy, à peine divorcée de sa deuxième épouse et se consolant dans les bras d’une Saltimbanque aux nombreuses photos dénudées ? Et, évidemment, François Hollande, pincé en aussi flagrant que ridicule délit d’adultère sur un scooter, alors que sa concubine avait encore ses valises à l’Élysée ?

La muflerie empêche-t-elle nécessairement de bien diriger un pays ? En France, on aurait tendance à le croire… mais outre-Atlantique ? Pour le savoir, les Américains savent ce qu’ils doivent faire !

Lire aussi EuroLibertés cliquez ici

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Les commentaires sont fermés.