Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2016

Pour redresser la France, il faut d’abord neutraliser le Conseil constitutionnel et la Commission de Bruxelles

Extrait d'une interview accordée par Bruno Mégret à Franck Abed :

6a00d83451619c69e201b8d22e090f970c-320wi.jpg( ...) Vous êtes maintenant retiré de la vie politique française depuis de nombreuses années. L’écriture et la publication d’un livre politique évoquant la droite nationale et les élections présidentielles de 2017 peuvent-elles être considérées comme un retour officiel ou déguisé ?

Non, il ne s'agit pas pour moi d'un retour dans la politique active. Pour que je puisse m'engager à nouveau sur le devant de la scène publique, il faudrait que soient réunies les conditions me permettant d’être utile à mon pays. Malheureusement, la situation semble aujourd’hui bloquée. La classe politique, soumise à l'idéologie officielle, se révèle néfaste pour la France. Quant au FN, qui se présente comme la seule possibilité de recours, il s'enferme dans le cénacle étroit de ses affidés et ne construit pas le grand rassemblement sans lequel il ne pourra pas gouverner demain notre pays. De plus tout est verrouillé par des médias qui mènent le jeu au seul bénéfice de l'idéologie officielle. Rien cependant n'est joué car le politique est le domaine de l'imprévisible et du surprenant. Une configuration nouvelle pourrait se présenter demain qui rende possible un renouveau de la France. Ce jour-là, je serais présent.

Vous avez donc commis le Temps du Phénix (éditions Cité Liberté), un roman d'anticipation politique qui raconte la victoire à la prochaine présidentielle d'un candidat issu des rangs de la droite nationale… Faut-il y voir une utopie ? Une prévision ? Un souhait ?

Rien de tout cela : c'est une démonstration. La démonstration que tout demeure possible pour la France et pour l'Europe. Je rencontre souvent des gens qui me disent : " Mais de toute façon tout est perdu, car même si vous ou l'un de vos amis arrivait au pouvoir, il ne pourrait rien faire face au système qui verrouille tout. " Je pense que c'est faux et je voulais le montrer en mettant en scène un président de nos idées élu en 2017 et en faisant le récit mois après mois de la manière dont il s'y prend pour réaliser son programme malgré tous les obstacles qui se dressent devant lui.

Et l'exercice me paraissait à la fois utile et nécessaire car il est vrai que dans le cadre actuel un président issu de la droite nationale serait entièrement paralysé et ne pourrait rien faire d'autre que de prendre, comme les dirigeants du système, des mesures homéopathiques ou symboliques sans doute plus sympathiques que celles qui sont prises aujourd’hui mais guère plus efficaces. Pour pouvoir redresser le pays, il faudrait d’abord qu’il s'en donne les moyens et qu’il entreprenne avant toute chose de faire sauter les verrous qui paralysent le gouvernement. Comme le dit le président héros du Temps du phénix, il faut d’abord rendre du pouvoir au pouvoir en neutralisant le Conseil constitutionnel, la Commission de Bruxelles et en remettant au pas les contre-pouvoirs médiatique, judiciaire et syndical.

(...) Il paraît actuellement beaucoup d'ouvrages sur les programmes et les idées qu'il faudrait mettre en œuvre pour redresser notre pays. Il y en a d’ailleurs encore plus sur la critique de ce qui ne va pas en France. Mais il y en a très peu, voire pas du tout, sur la manière de mettre ses idées en œuvre. Cela est d'ailleurs très caractéristique des périodes de décadence. Car, lorsque le déclin menace, le plus difficile n'est pas de savoir ce qu'il faut faire mais de le faire. C'est pourquoi j'ai voulu écrire le Temps du phénix afin de montrer comment les idées qui sont les nôtres pourraient être mises en œuvre avec efficacité et rapidité pour peu que le président concerné s’en donne les moyens (...)

Lire la suite "Pour redresser la France, il faut d’abord neutraliser le Conseil constitutionnel et la Commission de Bruxelles"

Philippe Carhon

11:51 Écrit par pat | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.