Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2016

Jean-Frédéric Poisson sera aux premières loges pour la recomposition de la droite de conviction

De François Teutsch sur Boulevard Voltaire :

"On peut ne pas partager toutes les idées de Jean-Frédéric Poisson. Après tout, c’est l’expression de divergences politiques qui fait la richesse d’un débat et nous sommes assez heureux, en France, de pouvoir confronter nos opinions sans tomber dans l’anathème systématique. Chacun est libre de penser ce qu’il souhaite. Mais l’homme ne peut pas laisser indifférent, au-delà d’un phénomène de mode qui ne semble pas le perturber.

Poisson possède une qualité extrêmement rare pour un politicien : il a les idées claires. L’écouter est un plaisir pour cette seule raison. Même lorsqu’on pense qu’il a tort sur tel ou tel point, il exprime ses arguments de telle manière qu’on souhaite immédiatement en débattre avec lui. Le ton est calme et ferme, la parole est précise, les mots choisis avec soin, et le propos, qui évite toute attaque personnelle, porte la marque de la raison. Sans doute son doctorat en philosophie l’a-t-il prédisposé à l’argumentation, ce qui prouve, au passage, l’utilité de cette discipline un peu délaissée. Sans doute, aussi, son soudain succès trouve-t-il ici son explication.

Le 19 octobre, invité sur le plateau de Zemmour et Naulleau, il a essuyé une attaque en règle du second à propos de ses convictions religieuses qui animeraient, selon le journaliste, ses engagements aux côtés des défenseurs de la famille. À la différence d’une Christine Boutin, il a su replacer le débat sur le terrain de la raison, affirmant avec pertinence que ses positions à propos de la loi Taubira – puisque c’était le sujet – procédaient avant tout d’une vision universelle de l’homme.

Et, sur la délicate question du soutien à apporter au vainqueur de la primaire, sur laquelle Zemmour l’a épinglé, il s’est contenté d’une réponse qui lui fait honneur, bien qu’elle mette mal à l’aise nombre de ses soutiens : il a donné sa parole et ne la reniera pas. Quitte à soutenir Juppé, ce qui fait grincer quelques dents, et sans doute les siennes

Mais c’est sur la question du Front national que son propos est intéressant : déclinant avec concision ses cinq principales divergences avec le parti de Marine Le Pen, il tient une ligne simple : en désaccord sur certaines questions, il ne le rejette pas d’un geste méprisant, mais au contraire entend débattre avec lui. Rappelant que nombres de questions posées par le FN sont au cœur des problèmes actuels, il refuse la stigmatisation imbécile dans laquelle la quasi-totalité de la droite libérale a enfermé la droite nationale. Et à la question qui tue, celle de son vote au deuxième tour de la présidentielle, il a clairement rappelé qu’il n’avait jamais voté socialiste, sans exclure a priori de donner sa voix à Marine Le Pen. Rien que pour cela, Poisson est un homme d’avenir.

Présent au Rendez-vous de Béziers en mai dernier, tenant un discours audible et posé lors de cette campagne des primaires, Jean-Frédéric Poisson ne sera sans doute pas qualifié pour le second tour. Il serait paradoxal, sur le plan des idées, qu’il apporte un soutien actif à un Alain Juppé. Mais il prépare le terrain pour l’après-2017. Si, comme c’est probable, Marine Le Pen est battue au second tour par une vaste coalition de la bien-pensance et du mondialisme financier, un Poisson sera aux premières loges pour être un des animateurs de la recomposition de la droite française de conviction.

Au prix de concessions réciproques, sans aucun doute. Mais c‘est le propre de toute action politique."

Et c'est d'ailleurs sans doute pour cette raison que certains envisagent dès maintenant son exclusion de la primaire...

Philippe Carhon

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Les commentaires sont fermés.