Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/12/2017

Suspicion légitime

L’offensive d’une partie de l’intelligentsia, des pouvoirs publics, des juges,  contre les  symboles de Noël dans l’espace public, à commencer par l’installation des crèches,  suscitent une irritation grandissante chez nos compatriotes. Ils ne sont pas dupes de la fausse symétrie établie par ces autoproclames défenseurs de la laïcité – qui sont aussi dans la quasi totalité des cas, curieusement (?) , des immigrationnistes convaincus,- entre une  religion catholique consubstantielle à l’identité française et un prosélytisme islamiste qui se développe souvent sur un mode agressif et revendicatif. Il est aussi assez piquant d’entendre certains journalistes et commentateurs se plaindre du buzz qui serait fomenté par les réacs cathos et autres extrémistes de droite autour de cette question de la visibilité de ces symboles et traditions appartenant à notre univers civilisationnel. Or, cette paisible et  tranquille (ré)affirmation de nos racines, qui s’est notamment manifestée dans les mairies FN avant que leur exemple ne fasse tâche d’huile, n’aurait pas créé tant d’effervescence sans les beuglements des groupes sectaires  habituels. On ne les présente plus:   sectaires des  loges, des officines socialistes et antiracistes,   communistes ou mélenchonistes hystériques, qui  ce sont employés à ameuter les consciences, criant au crime de lèse-majesté  contre la Déesse Raison, au blasphème contre  la république universelle (hors-sol)… 

Invité ce matin de  RTL, la juppéiste Virginie Calmels, ralliée à Laurent Wauquiez, a tenu à envoyer des signaux aux Français exaspérés par ses attaques continuelles contre nos traditions: « Il faut qu’on arrête de créer des débats sur des choses qui ne sont finalement pas si importantes pour les Français (…). Nous avons des racines, nous n’allons pas les renier (…). Est-ce que la laïcité est mise en cause parce qu’il y a des crèches dans des lieux comme un Conseil régional ? (…).  Je suis frappée de voir que l’on nous ferait croire que la laïcité serait en danger parce qu’il y a une croix sur une statue de Jean-Paul II ou parce qu’il y a des crèches dans des mairies (…).   Je suis frappée, on ne peut plus dire les vacances de Noël, on ne peut plus dire les vacances de Pâques. Arrêtons de pousser le trait.» Mme Calmels parle d’or, mais comme à chaque fois que les ténors de droite s’expriment sur ce type de sujet, le doute s’installe.

Opposée à toute alliance avec le Front National  – « Si Sens commun tend la main au FN, ils n’ont rien à faire dans notre famille politique » déclarait-elle dernièrement- , Virginie Calmels  ne se prive pas pour autant de durcir le ton en cette période de désignation du nouveau président de  LR . C’est d’ailleurs un grand classique de la droite… quand elle est dans l’opposition ou en campagne. Valérie Irgounet, spécialiste es extrême droite,  qui publie régulièrement  des articles dans sa rubrique  baptisée Derrière le front  sur le site de Franceinfo , consacrait il y a deux ans (mais le sujet est récurrent sous sa plume)  un papier sur « le hold-up idéologique de la droite sur le FN » . Une vieille histoire : « (En juin 2015) le député UMP Éric Ciotti proposait de rétablir le droit du sang  et de réserver le droit du sol aux enfants de ressortissants de l’Union Européenne. Peu après, le président des RépublicainsNicolas Sarkozy disait ceci à ses partisans alors réunis : Faut-il remettre en cause le droit du sol ? Cette question, incontestablement, peut se poser. En 2003, il déclarait face à Jean-Marie Le Pen : le  droit du sol fait partie de nos traditions… »

« C’est une des thématiques privilégiées du Front National. La droite républicaine en a fait sienne depuis plusieurs décennies. L‘objectif est clair : il s’agit de séduire ses électeurs à droite de la droite et ceux du FN... alors que le parti d’extrême droite s’impose dans le paysage politique français. Au début des années 1990, le Rassemblement pour la République (RPR) et l’Union pour la démocratie française (UDF) radicalisent leurs discours sur l’immigration et envoient des signes à l’électorat frontiste en reprenant, à leur compte, la forme et le fond du discours lepéniste. Jean-Marie Le Pen  n’ayant pas le monopole de ces thèmes , explique Jacques Chirac (alors président du RPR et maire de Paris) en 1991, il faut se les approprier  (…).  Bien des années plus tard, Nicolas Sarkozy annonce la création d’un ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale (mars 2007), en attendant le lancement d’un débat sur les valeurs de l’identité nationale, sur ce qu’est être Français aujourd’hui. Les termes choisis appartiennent au vocabulaire de l’extrême droite (sic). En liant immigration et identité nationale, l’homme politique sait qu’il laisse entendre que l’immigration constitue une menace pour l’identité nationale. Nicolas Sarkozy n’est d’ailleurs pas allusif pendant sa campagne pour la présidentielle de 2007. Son objectif est clair. Il le rappelle dans Le Figaro (26 février 2007) :  séduire les électeurs du Front National ».

Mais les séduire pour faire quoi? Sans l’aiguillon du FN , sans une opposition nationale qui occupe désormais une place centrale, qui pèse de tout son poids sur l’échiquier politique, la droite des Wauquiez, Calmels ou Ciotti tiendrait-elle le discours identitaire, de fermeté sur l’immigration  qui est (en partie) le sien aujourd’hui, quand bien même serait-il uniquement de façade?

Nous ne préjugeons pas bien évidemment  de la sincérité des convictions patriotiques  de cadres, élus, sympathisants de LR qui demain peut-être auront le courage de nous rejoindre, de proposer  des alliances au niveau local, comme d’autres l’ont fait avant eux.  Pour autant, si  cette droite post-juppéiste contribue désormais à la diffusion des thématiques  frontistes, à orienter  le combat culturel  dans la bonne direction, préalable indispensable à la prise du pouvoir dans les urnes, nos compatriotes doivent encore et toujours préférer l’original à la copie. C’est au pied du mur que l’on voit le  maçon.  Et les mauvais maçons de la droite libérale ont toujours refusé de tendre la main aux nationaux, de s’affranchir des oukases d’une  gauche euromondialiste avec laquelle,  comme l’a souligné Marine, cette droite là n’est séparée  que par une différence de degrés et non de nature . Cette droite en effet, celle qui roule des mécaniques, nous l’avons vu à l’oeuvre à l’époque (en 2010) ou M. Wauquiez était d’ailleurs  un très enthousiaste  ministre bruxellois  chargé des Affaires européennes…

Bruno Gollnisch l’a souvent rappelé,  l’immigration qu’elle soit choisie (par le gouvernement, le Medef, les lobbies divers et variés) ) ou subie (par tous),  a battu des records sous le quinquennat Sarkozy. Le regroupement familial  acté par Chirac et Giscard,  plus largement les pompes aspirantes de l’immigration, le code de la nationalité,  n’ont jamais été remis en cause  par une droite régulièrement  au pouvoir depuis vingt ans, qui  disposait pourtant pour se faire du soutien des  électeurs et de très confortables majorités à l’Assemblée nationale comme au Sénat... Alors oui, la suspicion des Français est légitime!

https://gollnisch.com/2017/12/05/suspicion-legitime/

Écrire un commentaire