Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Migrants : un naufrage annoncé (Présent)

27 migrants se noient en tentant de traverser la Manche. Une tragédie dont les premiers responsables sont, certes, des passeurs sans scrupule, mais n’oublions pas les commanditaires : la gauche « humaniste », qui prône un accueil sans limite ; l’État qui persécute les lanceurs d’alerte identitaires mais néglige la surveillance de nos frontières ; la presse bien-pensante qui crie au loup chaque fois qu’un pays européen tente de protéger les siennes. Ce sont eux qui portent la responsabilité morale de ce drame.

Le bilan des victimes du naufrage au large de Calais s’établit à 27 morts, un drame humain, qui s’ajoutent à une litanie de noyades. Périodiquement, elles transforment la Méditerranée en tombeau. Ce naufrage-là nous touche davantage car il s’est produit près des côtes françaises, alors que le bateau chargé de migrants clandestins tentait de gagner un autre pays européen, en l’occurrence l’Angleterre. Et il est d’autant plus insupportable qu’il concerne aussi des enfants.

« La France ne laissera pas la Manche devenir un cimetière », a tempêté Macron. Mais comment ? En trois mois le nombre de départs de barcasses a doublé. « Nous n’avons rien à perdre », disent les migrants. Ils sont même prêts à jouer leur vie pour l’eldorado occidental.

La pompe aspirante européenne continue à marcher à plein régime : droit du sol, prise en charge sociale des clandestins, jamais ou presque d’expulsions, une fois arrivés en Europe (ou dans les DOM-TOM).

Pourquoi ces masses de migrants clandestins peuvent-elles circuler en toute impunité, se concerter, se rassembler, et bien entendu sans arrestation ni expulsion ?

« Tout sera mis en œuvre pour retrouver et condamner les responsables » (Macron ce mercredi). Mais que faire quand les vrais responsables sont à l’Elysée ou à la tête de l’Europe ?

De Mélenchon à Castex, en passant par Boris Johnson, tout le monde met en cause la mafia des passeurs. Mais pourquoi les passeurs de Calais seraient-il montrés du doigt quand ceux de Menton et Sospel sont flatteusement médiatisés et mis hors de cause par la justice, pour le motif que leur motivation est idéologique plus que financière. Un crime reste un crime. Et les risques en traversant les Alpes peuvent se révéler dangereux, aussi. En bref, pourquoi les passeurs de Calais sont-ils présentés comme des criminels et Cédric Herrou présenté comme un héros ?

Le 11 novembre dernier, un record a été battu : 1 185 clandestins ont débarqué sur les côtes britanniques. Le processus ne fait que s’accélérer. La lutte contre les passeurs ne fera qu’augmenter les drames car les migrants partiront néanmoins, sans même bénéficier du semblant d’expérience desdits passeurs.

Enfin, il serait peut-être temps de profiter de ce drame pour en finir avec l’autoflagellation de l’Occident : pourquoi partent-ils, alors que la décolonisation date d’il y a 60 ans ou davantage ? Qu’ils sont indépendants, enfin « libérés de l’exploitation et de l’esclavage » ?

Ces questions-là ne sont pas posées, ou restent sans réponse.

Présent

https://www.tvlibertes.com/actus/migrants-un-naufrage-annonce-present

Écrire un commentaire

Optionnel