Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

IVe République, le retour.

 Image

@R_DeCastelnau
 Depuis la deuxième guerre mondiale, toute la pseudo « gauche » a toujours été résolument social-démocrate, y compris LFI. 
Europeïste, atlantiste, pro-OTAN, belliciste, néolibérale, et même le groupuscule PcF qui a volé l’héritage du vrai Parti, et qui est aujourd’hui probablement le pire.
 Aux législatives il fallait sauver le cul de Macron. Alors, les sociaux-démocrates s’y sont attelés résolument. En recyclant la vieille méthode du père Queuille, celle des « apparentements ». C’est un système électoral utilisé en 1951 pour empêcher l’arrivée au pouvoir promise au RPF de de Gaulle, évidemment présenté comme un fasciste. En fait l’alliance cynique de la carpe et du lapin, avec cette fois-ci des désistements croisés de pseudo-adversaires, qui ont permis au pire gauchiste de tranquillement voter pour Darmanin, et à Darmanin tout aussi tranquillement de voter pour un « antifa » fiché S. 
Elle est pas belle la vie ?
 Macron a une fois de plus réussi son coup. Porté au pouvoir par la « gauche » en 2017, celle-ci veillera ensuite à systématiquement l’y conforter. 
Il va maintenir Attal à Matignon pour l’été et en parallèle magouiller pour reconstituer son bloc central avec Faure, Roussel, Tondelier, Ruffin, Corbières, Autain. Qui vont rappliquer en courant la main sur le cœur, que comment ils n’y vont pas pour trop défendre les intérêts des travailleurs.
 Mais attention, avec réalisme. Macron pourra poursuivre tranquillement son mandat et terminer la mission confiée par l’oligarchie : la destruction néolibérale de la France, et la mise en place de d’un techno-fascisme.
 Mais heureusement, le 7 juillet nous avons été sauvés des hordes nazies.

Écrire un commentaire

Optionnel