Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pourquoi une candidature Reconquête à Callac était indispensable

pierrecallac4.jpg

Patrice Riou, suppléant Reconquête dans la 4e circonscription des Côtes d'Armor (là où se situe Callac).

Sollicité et encadré par une patriote chevronnée, j’avais assisté en 2021 à la naissance de Reconquête, sous l’impulsion de gens très bien que j’estimais particulièrement. Adhérant totalement à la démarche d’Éric Zemmour et militant alors sur ma circonscription, j’avais participé de façon très active aux élections présidentielles de 2022, puis aux élections législatives qui ont suivi en tant que suppléant de la candidate retenue.

Le groupe local que nous formions avait continué la lutte ensuite, avec l’aide inestimable de Riposte Laïque notamment (mais aussi Breizh Info et Synthèse nationale cliquez ici…), en s’opposant victorieusement, à Callac, au projet Horizon, soutenu par l’équipe municipale en place, d’implanter des dizaines de familles de migrants.

Parce que cela correspondait tout à fait à l’ambition de Reconquête de stopper le flux migratoire qui menace d’extinction notre pays, notre civilisation, nous avions soutenu l’Association des amis de Callac et des environs, ainsi que son inspiratrice et présidente actuelle, Danielle Le Men.

À ce jour, je suis très présent dans cette association où, seul maintenant de Reconquête, je contribue à bâtir la candidature de Danielle aux prochaines élections municipales pour faire sens à notre action et lui donner une continuité.

Ainsi, quand à la suite des élections européennes où nous nous sommes fortement mobilisés dans ma circonscription, la surprenante dissolution par Macron de l’Assemblée nationale nous a plongés soudainement dans une autre campagne, mon délégué départemental m’a demandé : « Y a-t-il un candidat possible sur ton secteur ? », il pensait naturellement à Danielle. Et à moi comme suppléant pour l’épauler. Parce que Callac est un symbole dans toute la France et doit le rester.

Ceci dit, moins Danielle que moi d’ailleurs car elle n’est pas encartée (mais reste fidèle par reconnaissance à Reconquête), nous avions aussi à nous déterminer par rapport à un autre événement, à savoir la scission Marion Maréchal – Éric Zemmour qui était survenue entre-temps comme un tremblement de terre et qui me posait évidemment un dilemme.

Je n’ai jamais été dans les groupies d’Éric Zemmour, hier enfiévrées, le drapeau national à la main, aujourd’hui lorgnant vers la concurrence… Je n’ai pas assisté à ses meetings, je n’ai pas suivi toutes ses conférences, ses interviews… Mais j’en avais lu et vu suffisamment : j’avais confiance en lui et le suivais résolument.

Mais l’image que nous en avions évoluait avec le temps, nous en parlions entre nous… Surtout lorsque Marion est apparue sur la scène en rejoignant Reconquête.

Avouons-le honnêtement, certains d’entre nous, après son échec (relatif) aux présidentielles, devant sa figure de souris humble, se disaient : c’est un grand intellectuel, grand orateur, ce peut être un grand chef de parti… Mais s’il pouvait laisser la place à Marion pour les présidentielles… Marion, si jeune, si belle, si combattante ! Notre nouvelle Jeanne d’Arc ! Et si de même Bardella perçait sous Marine, si elle aussi pouvait s’effacer… Nous aurions un ticket Bardella-Marion, génial, non ?!

Mais Bardella s’estompa. Applaudir Zelensky à l’Assemblée nationale, dire Amen au commandement unifié de l’OTAN, etc., cela laisse des traces…

Marion était plus fine, très bonne politicienne en fait ! Comme aujourd’hui le peuple conditionné par les médias ne peut aborder objectivement la question du Frexit ou de la guerre en Ukraine, elle dit simplement : « Le Frexit n’est pas un mot tabou ». Quant à l’Ukraine, elle la soutient, oui. Mais ne veut pas de son adhésion à l’OTAN et à l’Union européenne, ni qu’on lui livre des armes. Comme soutien, on a vu mieux.

Mais voilà, Marion a pris aussi du plomb dans l’aile !

Nous savions tous qu’il y avait des tensions entre Marion et Éric… Sans en connaître forcément les détails.

Éric, soutenu par Sarah Knafo… Mais qui est-elle ? Quand elle surgit dans la lumière, une évidence : elle aussi était très douée !

Cependant un fond de vieille France, de Clovis à Bonaparte, sommeillait en nous. Alors ce réflexe de salon Proustien : « Quand même, Z et K, ce n’est pas très français… ». Bref, un ça va, deux, c’est un peu comme les trois verres de vin !

Les conditions étaient réunies pour le drame à venir.

Quoi qu’il en soit, aux élections européennes, Marion a fait un résultat honorable. Mais elle n’a pu obtenir l’union des droites dans le cadre des législatives. Et Éric Zemmour persistant dans sa volonté de présenter des candidats dans toutes les circonscriptions, elle a prôné le contraire, au prétexte de ne pas faire obstacle à l’accession au second tour du parti patriote frère et néanmoins adversaire, le Rassemblement national. Ce faisant, elle se plaçait en opposition à son chef de parti et ne pouvait qu’être exclue.

Il s’en est suivi la scission que nous savons – Marion, comme le coucou qui a bien profité du nid, s’envolant avec trois autres députés européens, plus notre sénateur Stéphane Ravier, tous des gens de grande qualité.

Et ce fut un séisme pour nous, militants !

Certains suivirent Marion avec enthousiasme, d’autres hésitaient, d’autres encore ont préféré rester fidèles à Éric Zemmour. Il n’y a pas de jugement à porter, chacun se définira selon ses idées, sa personnalité… La chose est complexe, mais le choix fait trancher.

Notre délégué régional a déclaré à la presse, sans aucunement nous concerter, qu’il n’y aurait aucun candidat Reconquête dans les circonscriptions en Bretagne ! Je n’aime pas qu’on décide et dise à ma place. Je dois être trop breton, cela peut suffire à ce que je fasse le contraire…

Mais plus sérieusement, bien sûr que cela m’a donné à réfléchir ! D’autant que des amis proches m’exhortaient à suivre Marion.

Mais je n’arrivais pas à suivre leur démonstration à propos d’une nécessité du vote utile dès le premier tour. Je ne voyais pas en quoi le modeste score de Reconquête viendrait à empêcher le Rassemblement national d’accéder au second tour. Alors, me souvenant de la ferveur qu’il avait suscité en nous, j’ai décidé de rester fidèle à Éric Zemmour et de faire acte de candidature avec Danielle Le Men aux législatives dans ma circonscription, simplement pour des valeurs, des principes, qui me sont propres et que je résumerais ainsi, par quelques formules ou images que nous connaissons tous :
– on ne change pas de monture au milieu du gué,
– on ne brûle pas ce qu’on a encensé,
– on ne quitte pas le navire dans la tempête (si cela doit être fait, on attend l’ordre du capitaine).

J’ajouterais aussi ceci : devant l’adversité, comme à Waterloo, on forme le carré et on dit le mot de Cambronne. C’est une question de style.

Après, advienne que pourra de Reconquête, on verra bien. Et j’ai une pensée pour Marion, livrée maintenant à une certaine solitude et estampillée pour un moment de l’étiquette de traître : j’espère qu’elle rebondira.

Article publié aussi sur Riposte laïque cliquez là

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2024/07/10/pourquoi-une-candidature-reconquete-a-callac-etait-indispens-6506376.html

Écrire un commentaire

Optionnel