Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2013

Les maîtres de la Contre-Révolution - LÉON DE MONTESQUIOU

Nous avons jusqu'ici présenté les principaux maîtres de la Contre-Révolution, du moins les plus connus, mais il est, dans l'entourage de Maurras notamment, toute une foule d'auteurs, historiens, philosophes, romanciers qui ont encore affiné la pensée des maîtres et que nous lisons toujours avec plaisir et intérêt. À commencer par Léon de Montesquiou...
Léon Odon Marie Anatole, comte de Montesquiou-Fézensac, fils d'un officier de Marine et de la princesse Bibesco, naquit à Brüs-sous-Forges, en Seine-et-Oise, le 14 juillet 1873. Le petit-fils de Louise Françoise Le Tellier, comtesse de Montesquiou, gouvernante du roi de Rome (Napoléon II), fut élevé dans le château familial de Courtanvaux, dans la Sarthe, jusqu'à dix ans, puis il étudia au lycée Stanislas à Paris avant d'obtenir son doctorat en droit en 1899, avec une thèse titrée Étude sur la suppression du duel.
Sous-lieutenant de réserve en 1900, l'arrière-petit cousin du chevalier d'Artagnan avait participé le 20 juin 1899, à la salle des Agriculteurs, à la première réunion publique organisée par le comité d'Action française. Il adhéra aussi à la Ligue de la Patrie française, qui venait de se créer dans le sillage de Maurice Barrés, mais il s'en détourna dès qu'il vit qu'elle versait dans l'électoralisme.
Il collabora dès cette date à la Revue d'Action Française (dite Revue grise) et répondit à l’Enquête sur la Monarchie, menée par Charles Maurras. En décembre 1902, il devint président du conseil d'administration de l'Action française, puis, en janvier 1905, secrétaire-général de la Ligue d'Action française. À partir de février 1906, il eut en charge la chaire Auguste Comte de l'Institut d'Action française. Auteur d'ouvrages politiques théoriques sur Le Salut public (1901) et la Raison d'État (1902), puis sur Le Contrat social de J.-J. Rousseau ou les fondements philosophiques de la démocratie (1912), il réagit d'abord d'instinct puis de raison contre cette dangereuse flambée destructrice trempée des dogmes révolutionnaires qu'il appelait le dreyfusisme.
En ces années-là, l'Action française, en plein essor, entama une vive campagne contre l'arrêt 445 de la Cour de cassation du 12 juillet 1906 annulant la condamnation du capitaine Dreyfus. Le 16 mai 1907, Montesquiou fut suspendu pour un an de ses activités d'officier de réserve pour cause de militantisme, mais cela ne l'assagit pas : il organisa, avec le commandant Louis Cugnet, le 18 mai, une réunion contre l'arrêt de la cour de cassation qui réunit plus de 5 000 personnes salle Wagram. La République gouvernait mal mais se défendait bien : le 3 septembre 1907, elle le révoquait de son grade et de son emploi par décision ministérielle...
Ce qui ne l'empêcha point en 1914 de servir la France qu'il ne confondait point avec la République. À la suite d'une intervention de Charles Maurras auprès de Raymond Poincaré, il fut réintégré le 17 septembre 1914 dans l'armée d'activé. Promu lieutenant et affecté au 2e régiment de la Légion étrangère, il combattit dans l'est de la France puis en Champagne. À ce moment-là l'influence de l'Action française avec son sens de l'ordre l'avait remis sur le chemin de la foi de son enfance. Quelques jours avant de mourir, il se confessa et communia. Il fut tué le 25 septembre 1915 à Souain, en Champagne, en quittant une tranchée pour monter à l'assaut. Deux mois plus tard, il reçut la croix de guerre et fut cité à l'ordre de l'Armée.
Montesquiou fut en 1902 l'un des plus prompts, avec Henri Vaugeois et Maurice Pujo, à reconnaître comme Maurras le leur enseignait, que seule la monarchie traditionnelle, héréditaire, antiparlementaire et décentralisée pouvait refaire la France qui se défaisait horriblement avec la République. Il s'adonna à cette tâche, notamment dans Les origines et la doctrine de l'Action française avec une rigueur extrême et une honnêteté remarquable : il ajoutait à la fin de ses chapitres une note où il indiquait sa pensée antérieure, ses erreurs et ce qu'il avait acquis depuis.
Son œuvre est relativement importante. Remarquons Le système politique d'Auguste Comte (1), recueil de conférences prononcées à l'Institut d'Action française. Il y rappelle que Maurras, tout en déployant sa propre pensée, ne négligeait nullement les autres « grands ancêtres » (comme Joseph de Maistre ou Louis de Bonald) ou contemporains (Taine, Renan, Comte) auxquels il renvoyait souvent sans négliger d'approuver et de critiquer, si nécessaire, leur pensée. Ainsi amena-t-il ses lecteurs à fréquenter Comte ; Montesquiou fut le plus enthousiaste pour des raisons qui tenaient à sa critique de l'individualisme révolutionnaire et à son approche organiciste du fait social et à ce que Comte établissait encore la « nécessité de la patrie pour le bien de l'Humanité ». Il aimait aussi chez Auguste Comte la noblesse et la bonté (méconnues) de son âme, son désintéressement, son culte émouvant de Clotilde de Vaux...
CATHOLIQUES ET POSITIVISTES
Montesquiou s'attachait ensuite à traiter des rapports entre catholiques et positivistes. Il renouait en cela avec le souhait ultime et profond de Comte ; réconcilier les "conservateurs", au premier rang desquels il plaçait les catholiques, avec la doctrine positiviste toute pénétrée d'une sincère admiration pour la grande synthèse catholique et l'éminence de son magistère spirituel (auquel Comte, tout de même, voulait que lui fût progressivement substituée cette « religion de l'humanité » dont Montesquiou établit sans conteste qu'elle n'a pas le caractère ridicule qu'on lui prête). Montesquiou parvint à convaincre Paul RM, l'exécuteur testamentaire de Comte qui écrivit dans L'Action Française (revue du 1er janvier 1907) : « Depuis la mort d'Auguste Comte on avait toujours présenté son œuvre comme devant remplacer le passé au lieu de le développer. L'Action Française s'est donné pour tâche de dissiper une semblable erreur. C'est M. de Montesquiou qui vient, par la publication que nous annonçons, défaire cesser un si déplorable malentendu [...] Pour y parvenir il a cru que le mieux était de nous montrer tout simplement quels sont les véritables services qu 'a rendus à l'évolution humaine l'incomparable penseur dont il a exposé la doctrine avec tant de clarté et une si parfaite loyauté. »
COMTE ET L'ACTION FRANÇAISE
Charles Maurras aura le denier mot dans ce débat en 1912. Lui qui fut toute sa vie reconnaissant à Auguste Comte de l'avoir "sauvé" à l'âge de quinze ans alors qu'il avait été fasciné par Lamennais (2)… était accusé par de gens de mauvaise foi voulant la peau de l'Action française de n'avoir pas su dépasser l'horizon du positivisme et d'être ainsi fermé à toute référence surnaturelle. Le maître de l'Action française qui n'avait jamais adhéré à la religion positiviste de l'Humanité, ni à la théorie des trois états, leur répondit que le positivisme était pour lui une doctrine de constatation et non d'explication. Les lois de la nature existent, l'expérience les dégage après que l'observation a recensé les faits. Comte et les positivistes recherchent et déterminent « les rapports, les relations fixes, les constantes entre les phénomènes de la nature (3) ». Comment pourrait-il ne pas y avoir rencontre entre eux et les catholiques, lesquels arrivent aux mêmes constatations en donnant à ces lois, à ces permanences leur fondement divin, leur explication métaphysique ? Maurras était si convaincu des insuffisances du positivisme qu'il affirmait dans le Dilemme de Marc Sangnier : « Un croyant doit considérer l'oubli des lois naturelles comme une négligence impie. Il les respecte d'autant plus qu'il les nomme l'ouvrage d'une Providence et d'une bonté éternelle. » Il reprochait alors à Auguste Comte de « se cantonner dans l'ordre du monde tel qu'il apparaît. Sa philosophie exclut la recherche de l'origine et de la fin de l'homme ; elle s'interdit même de demander si les phénomènes de la vie intérieure ou extérieure reposent sur un fond de réalité permanente et substantielle. Il n'y a rien de plus séparé ni de plus distant de la synthèse catholique où tout est suspendu non seulement dans l'ordre mystique mais dans l'ordre rationnel à l'être de Dieu. Par sa négligence méthodique des causes, le positivisme est aux antipodes du catholicisme. On l'a dit à l'AF. aussi souvent qu'il l'a fallu » C'était clair : les catholiques étaient avertis et ne pouvaient se laisser contaminer...
Pour nous aussi, c'est clair : avec Montesquiou, nous reconnaissons que la démarche positiviste est un bon moyen d'observer objectivement les faits bruts, sans faire intervenir des considérations religieuses ou morales dans ce domaine où elles ne sont pas requises, mais cette démarche présente ses limites et a surtout le tort de s'interdire de remonter aux causes : dans ce domaine, surnaturel, c'est la religion catholique qui répond. Avec Maurras nous reconnaissons que le positivisme peut mettre les Français d'accord sur le fait que le catholicisme est le bien, et cela en a conduit plus d'un à découvrir qu'il est aussi le vrai, à commencer par Léon de Montesquiou lui-même, juste avant d'offrir sa vie pour la France en 1915.
CONTRE ROUSSEAU
Terminons par ces lignes, plus actuelles que jamais en ces jours où la famille est attaquée de toutes parts, de Montesquiou concluant une étude sur le Contrat social de Jean-Jacques Rousseau :
« Or en passionnant les individus sur la métaphysique du Contrat social, elle (la République) fait nécessairement des anarchistes. Certes, cette métaphysique est d'une pauvreté intellectuelle dont on a pu se rendre compte. Elle est bâtie sur une suite de sophismes qui, offerts à la raison, ne peuvent que la dégoûter, mais qui flattent des passions qu 'il est toujours facile d'exciter dans le cœur humain : passions égoïstes de l'envie, de l'orgueil, de l'insoumission. Il est facile de se faire écouter d'un individu quand on lui prêche qu'il est son seul maître, qu'il n'a pas de supérieur. Mais si cet individu à qui on a prêché une telle philosophie s'aperçoit ensuite qu 'elle ne répond à rien de l'état social dans lequel il vit, à qui la faute si cet individu se révolte et devient anarchiste, préférant la ruine de la société à ce qu'il appelle une injustice et une atteinte à ses droits ? La faute en est à ses éducateurs sans nul doute. C'est pourquoi logiquement et en toute justice, nous devons faire remonter jusqu'à la République, la République qui apothéose un Rousseau, la responsabilité de tous les attentats perpétrés contre la société (4) ».
Michel FROMENTOUX. Rivarol du 25 janvier 2013
1 - Léon de Montesquiou : Le système politique d'Auguste Comte, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1910.
2 - Charles Maurras : Votre bel Aujourd'hui. Ed Fayard, 1953.
3 - Charles Maurras : La démocratie religieuse. Nouvelles Editions latines ,1978.
4 - Léon de Montesquiou, Le Contrat social de J.-J. Rousseau, Paris, Institut d'Action française, 1912.

Les commentaires sont fermés.