Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2016

Retour sur deux favoris inquiétants : Juppé & Sarkozy

Il faut bien reconnaître que la droite, à travers les deux favoris, ne présente guère de champion fiable. Nicolas Sarkozy a trop souvent trompé son public. Quant à Alain Juppé, lui qui se vante de ne jamais avoir lu le Coran, il serait sans doute le plus islamophobe des présidents.

Pour sa campagne aux primaires, Juppé veut capitaliser sur cette image d'homme consensuel qu'il entretient savamment depuis quelques années. À la différence de Sarkozy, il sait jouer les vieux sages. Il entretient une image d'homme d'écoute, comme il le fait dans son livre consacré à l'éducation (Mes chemins pour l'école, Plon, 2015), où il donne la parole aux professeurs et aux parents. On en aurait la larme à l'œil ! En réalité, il ne veut pas se mettre à dos l'Éducation nationale. La paix sociale est à ce prix. Le maire de Bordeaux cajole la communauté des enseignants, car elle pourra compter à la Présidentielle. Ainsi, il récuse les réformes brutales. Au fond, ne fait-il pas comme Hollande qui, en 2012, avait promis 60 000 recrutements dans l'Éducation nationale ? Le sacre du consensus exige de ne pas froisser...

Vieux sage ou vieux singe ?

Juppé est adoubé par les enquêtes d'opinion, mais il apparaît comme l'homme du statu quo, y compris auprès des patrons. À la différence de Juppé, Sarkozy sait qu'il ne peut faire réagir qu'en clivant. Le hic est qu'on l'a trop vu s'agiter, surtout quand les promesses ne sont suivies d'aucun effet. Sa méthode fétiche : dire tout de go ce que les gens ont envie d'entendre. Sarkozy s'adapte à ses différents publics. Invité dans une école, il annonce aux parents qu'il est contre la réforme des rythmes scolaires. Devant les chefs d'entreprise, il devient climato-sceptique, tout en trouvant un nouveau dada avec le sujet malthusien de la surpopulation mondiale. Il aime susciter le buzz par ses propositions chocs, dont il sait pertinemment qu'il ne les réalisera pas. Il entend suspendre le regroupement familial ? Cette proposition est si téméraire que beaucoup y voient une pure démagogie. Pendant son quinquennat, Sarkozy n'avait d'ailleurs pas cherché à limiter l'immigration, les chiffres le prouvent... Sur l'économie et l'emploi, il reprend son numéro fétiche en tapant sur la France paresseuse, en égrenant son chapelet de mesures : dégressivité des allocations-chômages et suppression au bout de plusieurs offres d'emploi refusées... Ces mesures n'avaient pourtant pas été envisagées sous son quinquennat. Sur la sécurité, il promet l'internement des fichés S. Mais comment garder 10 000 personnes qui, sur le plan pénal, ne sont pas toutes condamnées ou inculpées ? À moins d'instaurer une loi des suspects... Comment entretenir ces centres qui exigeront du recrutement et donc des crédits budgétaires de nature à freiner toute maîtrise des dépenses publiques ? Comment violer la présomption d'innocence, alors que les partisans de Sarkozy la réclament pour leur maître, récemment renvoyé en correctionnelle ? Au début, Sarkozy proposait l'assignation à résidence avec bracelet électronique (TF1,16 novembre 2015) : prière de ne pas rire. Sarkozy promet désormais des centres de rétention pour les personnes fichées S, mais « qui présentent un danger réel ». Danger ? c'est « le fait d'avoir des connexions avec des personnes se livrant à des activités terroristes ». Mais la France n'a surtout plus les moyens de surveiller aussi intensivement des suspects en si grand nombre.

Alain le collabo, Nico le théologien

L'islam fait peur. Hollande et Valls sont largués sur ce sujet et coincés sur la question des racines chrétiennes. Sarkozy se présente, lui, en héraut de l'identité chrétienne. Alors que son compétiteur de Bordeaux s'est illustré par la construction d'une gigantesque mosquée, dont l'imam, Tarek Oubrou, est membre de l’UOIF et ancien des frères musulmans, Sarkozy, Tout pour la France; se félicite, lui, d'avoir créé le Conseil français du culte musulman mis en place au cours d'un conseil des ministres en 2003. Pourtant, cette institution a été incapable de juguler l'islam des caves et des mosquées salafistes qui s'est développé en roue libre depuis les années 2000...

Sarkozy colporte aussi des inepties sur la Chrétienté. Dans son livre-programme, il fait certes la leçon à l'islam à qui il reproche de ne pas contextualiser ses textes. Il lui oppose l'attitude du christianisme « qui fait des commentaires, de l'interprétation, de la critique une constante ». C'était bien parti. Las... Sarkozy impute au Moyen-Âge chrétien l'abandon de cette attitude : « Lorsque l'Église a abandonné l'interprétation au Moyen-Âge, ce furent alors toujours des périodes de récession, d'absolutisme, de violence ou de persécution. » Suivez mon regard : le christianisme peut être violent... comme l'islam ! et l'islam ne pas l'être, comme le christianisme. Problème de cette fausse symétrie ? l'Église médiévale n'a jamais autant interprété les textes, comme le disait naguère le Père de Lubac. Alors ? Nico le théologien aurait pu nous surprendre. Il n'échappe pas au Politiquement correct le plus éculé, même quand il cherche à se démarquer avec son souci théologique...

François Hoffman monde&vie  21 septembre 2016

Les commentaires sont fermés.