Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2016

Immigration : il est encore possible d’agir

Malika Sorel-Sutter, essayiste, ancien membre du Collège du Haut Conseil à l’Intégration

♦ Commentaire du Figaro :

TRIBUNE – Les confidences stupéfiantes de Hollande en matière d’immigration l’exposent au reproche d’avoir été hypocrite pendant cinq ans. Mais sa franchise tardive représente aussi un motif d’espoir, souligne l’essayiste.

C’est un petit pas pour François Hollande, mais un grand pas pour la société française. Dans le livre d’entretiens de deux journalistes, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, le président de la République apporte aux Français de toutes origines la preuve de sa connaissance réelle et sérieuse du sujet qui préoccupe le plus grand nombre, celui de l’identité française et de son devenir. C’est en s’appuyant sur la question du statut de la femme qu’il choisit de le faire. Nul autre sujet que celui de la femme, du regard que l’on porte sur elle, du degré de liberté qu’on lui consent, de la place qu’on lui octroie au sein d’une communauté, ne peut mieux mettre en lumière les ressorts de l’identité d’une communauté.

Il suffit d’étudier l’histoire, y compris l’histoire de France, pour le comprendre. La condition de la femme, merveilleux miroir de l’identité des sociétés humaines.

S’interrogeant sur l’identité et ce qui fait « que nous sommes, en France, même si nous habitons des territoires différents, liés par quelque chose qui nous dépasse », le président révèle le fond de sa pensée au travers, entre autres, de sa perception du voile : la femme voilée « se libérera de son voile et deviendra une Française ». Ainsi donc, dans l’esprit de Hollande, une femme française n’est pas voilée. Il formule l’espoir – qu’il exprime sous forme d’un pari assorti d’une multitude de conditions – que « cette femme préférera la liberté à l’asservissement ». François Hollande considère donc le voile comme une contrainte, une servitude.

Mais alors, pourquoi Hollande ne s’est-il pas lui-même évertué à créer, selon ses propres termes, « les conditions pour son épanouissement » et la mener ainsi vers la liberté ? Il a même fait tout le contraire. Pourquoi n’a-t-il pas désavoué sa ministre de l’Education nationale lorsque celle-ci s’est empressée de prendre le contre-pied de la circulaire dite Chatel et d’autoriser le voile lors des sorties scolaires, alors que permettre aux enfants de se construire un esprit critique et un libre arbitre, dans la sérénité, loin des querelles de la cité, est un enjeu essentiel ?

De nombreux intellectuels ont développé les tenants et aboutissants de la question du voile. Pour l’islamologue Abdelwahab Meddeb, le voile ne se résume pas à un simple bout de tissu. Il constitue « une atteinte au principe de l’égalité et de la dignité partagées entre les sexes », et sa prescription se situe « dans une société phallocratique, misogyne, construite sur la séparation des sexes, sur une hiérarchie des genres ». Les propos de Hollande n’en prennent que davantage de profondeur. Quant à Tahar Ben Jelloun, invité de l’émissionRépliques, il rappelle que « ce corps de la femme est le principal objet de fixation de beaucoup d’hommes. C’est pour cela qu’on cherche à ce que ce corps ne s’exprime pas, qu’il ne se dévoile pas et qu’il ne soit pas libre. Alors on le cache ». De nouveau, c’est de liberté qu’il s’agit.

Hollande confie : « Il y a un problème avec l’islam, parce que l’islam demande des lieux, des reconnaissances. » Dès lors, pourquoi ne retient-il pas sa ministre qui s’apprête à imposer au monde du travail son « Guide pratique du fait religieux dans les entreprises privées » qui stipule qu’une entreprise ne peut empêcher un salarié d’afficher sa religion de manière ostensible ? Au travers d’un jeu de questions/réponses qui repose sur des exemples aussi stupéfiants les uns que les autres se profile la mise à mort de la paix au sein des équipes. La crèche Baby-Loup a déjà payé son refus d’accepter, chez ses salariés, les manifestations à caractère religieux. Abandonnée de tous les politiques ou presque, elle lutte pour sa survie. Son département comme sa région semblent sourds à sa détresse.

Tant que le postulant à l’intégration ne paraît pas, aux yeux du peuple d’accueil, comme porteur des valeurs du pays qu’il ambitionne de rejoindre, il n’est ni reconnu, ni coopté, ni adopté. La reconnaissance se fonde sur la similitude. Pourquoi avoir caché cette réalité aussi longtemps, Monsieur le Président ? Si le langage de vérité avait été tenu aux enfants de l’immigration, nous n’en serions pas là avec tant de souffrance de part et d’autre ! Ainsi donc, nos élites de commandement savent et agissent en connaissance de cause. Que faut-il en conclure, Monsieur le Président ? Quoi qu’il en soit, il n’est jamais trop tard pour bien faire.

Malika Sorel-Sutter
13/10/2016

Malika Sorel-Sutter est ancien membre du Collège du Haut Conseil à l’Intégration. Ingénieur de l’Ecole Polytechnique d’Alger. Troisième cycle de gestion de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (Major de promotion). Membre du jury du « Grand prix de l’impertinence » de la « Fondation prospective et innovation » présidé par le recteur Christian Forestier, administrateur général du CNAM. Membre de la commission laïcité du Haut Conseil à l’Intégration. Membre du Conseil d’administration
 de l’association de géopolitique et de défense géostratégies 2000.

Source : Figaro vox / Vox politique – 13/10/2016

http://www.polemia.com/immigration-il-est-encore-possible...

Les commentaires sont fermés.