Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2016

Les jeunes aspirent à prendre la place des soixante-huitards dans les sphères d’influence de la société

Chaque année, 180 nouveaux auditeurs se rendent à l’Institut de Formation Politique pour y suivre un ou plusieurs séminaires. Alexandre Pesey répond aux questions de Louis Lorphelin dans Présent :

"Quel constat vous a amené à fonder l’IFP ?

Jean Martinez, Thomas Millon et moi-même sommes partis d’un constat simple : contrairement à la gauche, notre courant de pensée ne proposait pas de formation à la fois intellectuelle et pratique pour les militants que nous étions ! Pourtant, dans l’univers médiatique qui est le nôtre, il nous semblait logique de travailler sur ces deux aspects : les idées mal défendues n’ont pas d’avenir et les discours creux mènent à l’immobilisme.

Comment expliquez-vous son succès ?

Il est vrai que la forte demande nous empêche de répondre favorablement à toutes les demandes d’inscription. La nouvelle génération, particulièrement les jeunes catholiques, a compris la nécessité de se structurer et de se former à l’action. Notre ouverture d’esprit aux familles qui veulent sauver les spécificités françaises permet à cette jeunesse de se sentir bien accueillie, d’où qu’elle vienne. Nos formateurs, plus de 300, agissent d’ailleurs en ce sens : ils transmettent et délivrent un enseignement qui sort des sentiers battus, à rebours de celui inculqué par l’éducation nationale et les universités françaises. Cette liberté de ton est garantie par notre indépendance financière. J’en profite donc pour remercier ici nos généreux donateurs qui nous permettent d’accomplir cette mission.

Quel est le fondement doctrinal de son enseignement ?

Nous nous adressons à une jeunesse qui a la France chevillée au corps, refusant le prêt-à-penser ambiant : relativisme, interventionniste d’Etat, nomadisme, multiculturalisme. Les jeunes aspirent à prendre la place des soixante-huitards dans les sphères d’influence de la société : la presse, les arts, l’associatif et bien entendu la politique. Les résultats sont déjà palpables ! A titre d’exemple, citons trois auditeurs de l’IFP qui ont créé l’association « SOS Chrétiens d’Orient ». Je pense aussi à ces talentueux auditeurs qui ont créé la gazette-en-ligne catholique « Le Rouge et le Noir ». [...]"

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Les commentaires sont fermés.