Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/04/2017

Les Nobel d'économie ont-ils vraiment signé une tribune contre Marine Le Pen ?

Le journal Le Monde a publié une tribune qui serait signée par 25 Nobel d’économie pour dénoncer "le programme antieuropéen" de Marine Le Pen. Or, on trouve parmi les signataires des Nobel qui ont formulé des critiques de fond contre l’euro et l'UE. Les signataires de cette tribune disent avoir « des positions différentes sur les sujets complexes que sont l’union monétaire et les politiques de relance. Cependant, nos opinions convergent pour condamner cette instrumentalisation de la pensée économique dans le cadre de la campagne électorale française. »

6a00d83451619c69e201b8d279b095970c-800wi.jpgJoseph Stiglitz aurait signé cette tribune. Faut-il rappeler quelques-unes de ses positions ? Dans La grande désillusion, il reproche au FMI d’avoir promu la libéralisation des marchés financiers par l’élimination des règlementations stabilisatrices que de nombreux pays en développement avaient conçues pour contrecarrer la volatilité des flux de capitaux, entrants et sortants. Il remarque que l’on avance sans preuve que la réglementation entraverait l’efficacité économique. A propos de la crise asiatique de 1997, Stiglitz souligne que la libéralisation de la circulation des capitaux a été le premier élément de la crise. Et que l’Inde et la Chine sont les deux grands pays en développement qui ont le mieux résisté à la crise. Ce n’est pas un hasard s’ils disposaient d’un contrôle sur les opérations en capitaux.

« Puis­que les flux accélérés de capitaux, entrants ou sortants, causent de gros problèmes, qu'ils engendrent ce que les économistes appellent de « grandes externalités » et de lourds effets sur les citoyens ordinaires qui n'ont rien à voir avec ces flux de capitaux, en raison des perturbations massives que ceux-ci provoquent dans l'ensemble de l'économie, l'État a le droit et même le devoir de prendre des mesures pour y faire face. »

Jean Tirole, prix Nobel d’économie en 2014 est un économiste français, aurait aussi signé la tribune du Monde. Pour Tirole, le financement des entreprises et leur gouvernance doivent être envisagés avec un axiome de base : la « shareholder value » – en français, la valeur actionnariale. Plus précisément, cette théorie affirme que l’entreprise n’a d’autre vocation que de maximiser les dividendes des actionnaires

Bernard Monot, stratégiste économique du Front National, donne des chiffres. Sortir de l’euro ? pas bien selon les Nobel. Mais comment faire pour retrouver notre souveraineté monétaire ? Elle n’existe plus depuis la loi du 3 janvier 1973, la loi Pompidou-Giscard qui retire à la Banque de France le pouvoir de créer la monnaie pour le confier aux banques commerciales, dites banques de second rang. Et elle est responsable de la dette. Sans la loi de 73, « reprise » au niveau européen, notre dette, serait dérisoire. Son poids serait supportable. Certes, celui qui le dit, Michel Rocard, n’est pas Nobel d’économie, mais il a été Premier ministre de F. Mitterrand.

A partir de 1974 on constate pour la France une croissance massive du chômage, une réduction drastique des effectifs de l'industrie et une réduction très marquée de la croissance. De 1950 à 1974, pendant vingt-quatre ans le taux de chômage au sens du BIT est resté constamment inférieur à 3 %. De 1975 à 2005, pendant les trente années suivantes, il s'est progressivement élevé pour atteindre 12,5 % en 1997 et 10 % en 2005. La cause habituellement avancée pour expliquer ce changement de paradigme, est la crise générée par le choc pétrolier de 1973. Grave erreur. Pour Maurice Allais, prix Nobel d’économie,

«En fait, une seule cause peut et doit être considérée comme le facteur majeur et déterminant des différences constatées entre les deux périodes 1950-1974 et 1974-2005 : la politique à partir de 1974 de libéralisation mondialiste des échanges extérieurs du GATT et de l'Organisation de Bruxelles et de la libéralisation des mouvements de capitaux dont les effets ont été aggravés par la dislocation du système monétaire international et l'instauration généralisée du système des taux de change flottants. Incontestablement l'évolution très différente de l'économie française à partir de 1974 résulte de la disparition progressive de toute protection du Marché CommunautaireEuropéen, de l'instauration continue d'un libre-échange mondialiste, de la délocalisation des activités industrielles, et de la délocalisation des investissements financiers. »

De ce constat, M. Allais tire plusieurs conclusions, toutes importantes, dont celle-ci : « Il est nécessaire de réviser sans délai les Traités fondateurs de l'Union Européenne, tout particulièrement quant à l'instauration indispensable d'une préférence communautaire. ».

Aux cinq critiques  les plus anciens de l’euro, Maurice Allais, Milton Friedman, Amartya Sen, Paul Krugman et Joseph Stiglitz, dès 2013 trois noms supplémentaires de prix Nobel d’économie s’étaient ajoutés : James Mirrlees (1996), Christopher Pissarides (2010) et Thomas Sargent (2011). Thomas Sargent évoque la sortie des pays « faibles  » comme une issue à la crise actuelle. Christopher Pissarides affirme que « si l’Espagne veut se sauver, elle doit revenir à la peseta (…) d’un point de vue économique, ce serait ce qu’il y a de mieux pour tout le monde. Dévaluer la peseta de 20% et recalculer la dette et les actifs espagnols sur cette base  ». James Mirrlees affirme que « l’Espagne a besoin de quitter l’euro, revenir à la peseta et imprimer beaucoup d’argent et l’utiliser pour les investissements publics souhaitables et pour des politiques en faveur de l’emploi ». Leurs analyses, leurs points de vue, leurs recommandations sont différentes mais ils se rejoignent sur une critique de l’euro. Et jamais ils n’évoquent le « danger » du FN, ou celui de son programme économique.

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Les commentaires sont fermés.