Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2017

Naturellement, dans ce contexte, le chef sera toujours primus inter pares, un produit spontané du ressenti communautaire, et non un satrape asiatique haussé sur les boucliers par quelque droit divin immuable

La communauté est toujours, aussi, hiérarchie. Bien entendu, celle-ci est fonctionnelle, pragmatique, révolutionnaire, non sclérosée, sans alibis et cristallisation. (…) 
Avoir un chef est naturellement blasphématoire dans une vision des rapports sociaux basée sur l’égalitarisme et l’individualisme. En effet, la pensée dominante cherche, depuis plus de deux mille ans, et avec des résultats paradoxaux, à éliminer toute forme de domination de l’homme sur l’homme. On peut même dire que c’est ici l’empreinte véritable du discours idéologique de l’Occident, et même le dénominateur commun à toutes ses variantes. Qu’il existe des communautés, des peuples, des groupes humains qui reconnaissent à de simples personnes des capacités supérieures ou des qualités permettant de se mettre à leur suite, apparaît totalement monstrueux et à la limite indiquerait un manque de maturité de l’ego. On comprend mal, cependant, pourquoi, du point de vue de l’activité psychique, il devrait être plus problématique de réussir à se discipliner dans un contexte ordonné plutôt que dans le refus de tout type de contrainte. (…) Si le seul galonné est l’exemple, celui qui sait l’être de manière plus pleine, significative et cohérente, deviendra le guide naturel des autres. Naturellement, dans ce contexte, le chef sera toujours primus inter pares, un produit spontané du ressenti communautaire, et non un satrape asiatique haussé sur les boucliers par quelque droit divin immuable. Les critiques de cette conception qui parviennent de la gauche sont injustifiées, étant donné que parmi les orphelins de Marx s’il existe une allergie à la hiérarchie, la mentalité d’église et de dogme demeure très forte, avec un niveau très bas de tolérance pour l’hérésie et la pensée individuelle. Et il devient ardu de soutenir que la libre adhésion à celui qui incarne une idée comme est plus contraignante que la soumission au mélange culturel, politiquement correct, chantage social et obtusion de masse qui constitue l’essence anthropologique de la gauche. où y a-t-il davantage de justice et de liberté que dans la conception classique du suum cuique tribuere ? Donner à chacun son dû, selon les enseignements d’Ulpiano : « Justitia est constant et petpetua voluntas ius suum cuique tribuendi ». On peut se demander, naturellement, s’il existe véritablement des modèles réels et humains, d’une organisation sociale capable de donner à chacun son dû. Le doute se fait pressant si on se déplace de la communauté militante à la communauté d’état, à savoir depuis le micro-niveau du groupe volontaire et conscient, au contexte de la société dans son ensemble, à laquelle il faut insuffler le même esprit, objectif qui devrait représenter le but ultime de toute révolution. Cette question souligne la complexité de la réalité, toujours en excédent par rapport aux modèles abstraits, mais auxquels échappe la donnée essentielle : la conscience qu’a chacun de son rôle, de sa fonction dans l’ensemble, et dont le but d’une vie pleinement vécue est de rechercher le rôle, la place et la fonction qui lui sont propres. Cette tension vers l’organicité, plus que la perfection organique idéale, fait la différence entre les différentes conceptions de l’homme et de son rapport avec ses semblables. Entre celui qui estime qu’il doit se donner une forme et une signification, et celui qui entend se diluer dans les brumes indistinctes du néant, à chacun son dû. 
Adriano Scianca, Casapound. Une terrible beauté est née

15:19 Écrit par pat dans actualité, divers, élections, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Les commentaires sont fermés.