Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

divers

  • Le Club des Hommes en Noir 3ème partie : L'Église a-t-elle inventé le purgatoire ? (7/11/2018)

  • JEUDI 15 NOVEMBRE SUR RADIO LIBERTÉS : Jean-Claude Rolinat NOUS PARLE DE "LA BOMBE AFRICAINE ET SES FRAGMENTATIONS"

    Diapositive1.jpg

    ECOUTEZ Radio Libertés CLIQUEZ ICI

    ACHETER LE LIVRE CLIQUEZ LÀ

    L'INTERVENTION DE JEAN-CLAUDE ROLINAT LORS DE LA 12e JOURNÉE DE SYNTHÈSE NATIONALE (RUNGIS - 14 10 2018) 

  • Tombeaux.

    tombeaux.jpgChaque 11 novembre depuis une dizaine d'années, je relis quelques pages de "Tombeaux", recueil d'articles nécrologiques écrits par Charles Maurras et qui présente quelques figures d'une génération royaliste disparue dans la fournaise de la guerre de 1914-1918. Des noms aujourd'hui oubliés par le plus grand nombre, y compris dans les milieux monarchistes: Henri Lagrange, "le prince de la jeunesse" royaliste du Quartier Latin entre 1911 et 1914; Léon de Montesquiou, véritable théoricien de la raison d'Etat et l'un des plus brillants intellectuels de l'Action française; Henry Cellerier, auteur d'un livre passionnant mais aux nombreuses pages censurées lors de sa publication en 1916, "La Politique fédéraliste"; Jean-Marc Bernard, poète dauphinois auteur d'un des plus beaux poèmes, un des plus poignants aussi, sur les tranchées dans lesquelles, d'ailleurs, il trouvera la mort; etc. Quel cimetière de jeunes intelligences! 

    Cette guerre terrible est, à nos yeux de contemporains, absurde. Mais elle a mobilisé 65 millions de personnes sur tous les champs de batailles (9 millions, je crois, de Français) sans vraiment de révoltes ni de mutineries, à quelques exceptions près. "Quand la guerre est là, qu'il y a danger aux portes de la Cité, il n'y a plus qu'à la faire, et à la gagner", expliquaient alors les monarchistes, pourtant méfiants à l'égard de la IIIème République qui gouvernait alors le pays. Les générations d'après-40 reprocheront beaucoup à ceux de 1940 de n'avoir pas su la faire, et la gagner... L'Occupation montra, avec toutes les horreurs liées à l'application de l'idéologie nazie, que la défaite ou la soumission (même au nom du pacifisme), est la pire des catastrophes pour les "occupés". Cela permet aussi de mieux comprendre l'acharnement des soldats de 1914-1918 "à ne pas céder", malgré l'horreur de cette première "guerre industrielle".

    Mais lorsque retentit le clairon de l'armistice, les combattants espèrent que leur souffrance, le sacrifice de leurs compagnons et de leurs ennemis, n'ont pas été vains. Malheureusement, la Paix des traités de 1919-1920 était déjà grosse des guerres suivantes, de celles de 1939-1945 et des Balkans dans les années 1991-1999, comme le soulignait dès 1920 dans son ouvrage "Les conséquences politiques de la paix" l'historien Jacques Bainville, le spécialiste des affaires étrangères de l'Action française.

    Aujourd'hui, la guerre a pris d'autres formes et, si elle s'est apparemment "absentée" du continent européen, elle reste un risque, y compris pour nos vieilles nations désormais amies, confrontées à des périls qu'elles n'arrivent pas encore à exactement cerner. Aussi ne faut-il pas baisser la garde et maintenir notre défense à un niveau d'excellence qui lui permette de dissuader toute agression extérieure. La paix est un bien trop précieux pour que l'on néglige de la préserver.

    http://nouvelle-chouannerie.com/

     

  • « Et la gauche devint la putain de l'Islam », le nouveau livre de Pierre Cassen

    Gaucheputain1-600x827.png

    Ce livre est remarquable et un outil pour nos futurs historiens, ceux qui seront débarrassés du politiquement correct (et il nous faut lire, savoir… pour renverser la vapeur et donner une chance à nos descendants de pouvoir lire et écrire une véritable Histoire de France), pour de nombreuses et excellentes raisons :

    Pierre Cassen y fait le portrait au vitriol  de 12 salopards, islamo-collabos de compétition, magnifiquement croqués par Ri7.

    On y découvre, en sus, des anecdotes croustillantes sur ces prétendus hommes de gauche qui ont trahi leur mission et leurs électeurs en se détournant des Français pour se consacrer aux étrangers et à l’islamisation de notre pays… C’est que Pierre, au cours de ses 3 décennies de militant de gauche, en a côtoyé certains. Il raconte leurs trahisons, leur arrogance, leur mépris pour le petit peuple, pour ceux qu’on n’appelait pas encore les « sans-dents ».

    La partie du livre où Pierre raconte son « autobiographie politique » permettra à nombre d’entre nous de se reconnaître et permettra aux autres de comprendre pourquoi et comment on est passé, après les Trente Glorieuses, de la fierté nationale, d’une école où l’ascenseur républicain marchait à plein régime, d’un pays où l’on vivait en paix et en sécurité, assurés de la protection de politiques qui, malgré tous leurs défauts, avaient une haute idée de la France et de leur mission, à l’enfer qu’est devenue la France. Elle permettra de comprendre pourquoi les fondateurs de Riposte laïque et de Résistance républicaine, tous venus de la gauche historique, sont devenus des « lépreux », des « infréquentables »… Parce que, eux, ont continué à défendre le peuple français, en véritables hommes et femmes de gauche.

    Ce livre se lit d’une traite, comme un roman. On en sort un peu assommé parce que l’on a, en 325 pages, un tableau d’ensemble des félons, des trahisons, des choix faits au nom de la préférence étrangère. C’est bon à rappeler, à savoir… Pour nous, mais aussi et surtout pour avoir des éléments clairs, irréfutables… à opposer aux contempteurs des lépreux dans les réunions de famille ou les soirées associatives.

    Nous, nous savons, mais le minimum c’est que nous utilisions notre savoir pour éclairer et convaincre les aveugles. Il en va de l’existence même de la France.

    À offrir à ceux qui savent et veulent comprendre. À offrir à ceux qui ne veulent pas voir, pas comprendre.

    Cela peut être aussi un geste militant, profiter des prix pour un achat en nombre, pour oublier quelques livres dans une boîte aux lettres, sur un banc, dans une salle d’attente, dans un train…

    Pour le commander cliquez ici

    http://synthesenationale.hautetfort.com/

  • Les lobbies qui n’existent pas…

    Il est des lobbies qui existent mais dont il faut taire la réalité sous peine d’être sévèrement rappelé à l’ordre…

    C’est la mésaventure arrivée à la député de LREM Agnès Thill. Dans un tweet, effacé depuis, cette député de mouvement macronien osait dénoncer « un puissant lobby LGBT à l’Assemblée nationale ». De quoi déplaire aux instances dirigeantes de son parti qui, par le biais du patron par intérim Philippe Grangeon, et celui du groupe de députés Gilles Le Gendre, l’ont rabrouée vertement tout en condamnant ses propos « avec la plus grande fermeté ».

     Et pour mieux enfoncer le clou et empêcher tout débat rationnel sur ce tweet, les deux cadres de LREM ajoutent l’argument qui discrédite d’avance : « les termes de ‘lobby LGBT’ relèvent d’une sémantique homophobe ». Serait-ce à dire alors que la multitude d’associations d’invertis qui se glorifient, de par le monde, du titre de Lgbt seraient homophobes ? Ces politiciens n’ont vraiment pas peur du ridicule de leurs affirmations…

    Agnès Till a rapidement obtempéré au rappel à l’ordre tout en essayant de sauver la face :

    « Je regrette mes propos qui ont pu heurter certains de mes collègues et d’autres. Je ne juge aucune vie personnelle. Revenons sur le fond. Et que chacun puisse s’exprimer sereinement. Je m’y engage.
    Je remercie les collègues qui sont venus à moi individuellement pour parler. »

    Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a pour sa part qualifié le tweet de Mme Thill d’ « absolument inacceptable ». Agnès Thill a plusieurs fois exprimé ses critiques quant à l’extension de la PMA à toutes les femmes, une mesure soutenue par Emmanuel Macron durant la campagne. Elle avait aussi fait polémique sur Twitter en juillet en répondant à un internaute favorable à l’euthanasie: “Le suicide n’est pas interdit en France”.

    Il est des lobbies qui existent mais dont il faut taire la réalité sous peine d’être sévèrement rappelé à l’ordre…

    C’est la mésaventure arrivée à la député de LREM Agnès Thill. Dans un tweet, effacé depuis, cette député de mouvement macronien osait dénoncer « un puissant lobby LGBT à l’Assemblée nationale ». De quoi déplaire aux instances dirigeantes de son parti qui, par le biais du patron par intérim Philippe Grangeon, et celui du groupe de députés Gilles Le Gendre, l’ont rabrouée vertement tout en condamnant ses propos « avec la plus grande fermeté ».

     

    Et pour mieux enfoncer le clou et empêcher tout débat rationnel sur ce tweet, les deux cadres de LREM ajoutent l’argument qui discrédite d’avance : « les termes de ‘lobby LGBT’ relèvent d’une sémantique homophobe ». Serait-ce à dire alors que la multitude d’associations d’invertis qui se glorifient, de par le monde, du titre de Lgbt seraient homophobes ? Ces politiciens n’ont vraiment pas peur du ridicule de leurs affirmations…

    Agnès Till a rapidement obtempéré au rappel à l’ordre tout en essayant de sauver la face :

    « Je regrette mes propos qui ont pu heurter certains de mes collègues et d’autres. Je ne juge aucune vie personnelle. Revenons sur le fond. Et que chacun puisse s’exprimer sereinement. Je m’y engage.
    Je remercie les collègues qui sont venus à moi individuellement pour parler. »

    Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a pour sa part qualifié le tweet de Mme Thill d’ « absolument inacceptable ». Agnès Thill a plusieurs fois exprimé ses critiques quant à l’extension de la PMA à toutes les femmes, une mesure soutenue par Emmanuel Macron durant la campagne. Elle avait aussi fait polémique sur Twitter en juillet en répondant à un internaute favorable à l’euthanasie: “Le suicide n’est pas interdit en France”. 

    Agnès Thill
    @ThillAgnes

    Je regrette mes propos qui ont pu heurter certains de mes collègues et d’autres. Je ne juge aucune vie personnelle. Revenons sur le fond. Et que chacun puisse s’exprimer sereinement. Je m’y engage.
    Je remercie les collègues qui sont venus à moi individuellement pour parler.

    199 personnes parlent à ce sujet

    Pour en revenir au tweet polémique, il y a comme ça en France, des puissants lobbies qui n’existent pas…

    Francesca de Villasmundo

    https://www.medias-presse.info/les-lobbies-qui-nexistent-pas/100721/

    Pour en revenir au tweet polémique, il y a comme ça en France, des puissants lobbies qui n’existent pas…

    Francesca de Villasmundo

    https://www.medias-presse.info/les-lobbies-qui-nexistent-pas/100721/

  • Zoom – Tugdual Derville : Au service des plus fragiles

    Tugdual Derville a délaissé une carrière de chef d’entreprise pour se lancer dans l’aide aux plus faibles : personnes âgées, handicapés, enfants à naître… Porte-parole de La Manif pour Tous en 2013, le délégué général d’Alliance Vita multiplie les manifestations – souvent novatrices – pour dénoncer les apprentis sorciers de la natalité ou du transhumanisme. Non sans devenir la cible des extrémistes de la PMA ou de la GPA. Rencontre avec un chantre de l’écologie humaine.

    https://www.tvlibertes.com/2018/11/08/26696/tugdual-derville-service-plus-fragiles

  • Dimanche 9 décembre, pour le plus grand plaisir de tous, les Brigandes se produiront à la Journée de Terre & Peuple à Rungis

    concert-des-brigandes-terre-et-peuple-2018-724x1024.jpg

    L'événement à ne pas manquer !

    Tableronde_TP_2018.jpg

    Le nouveau CD des Brigandes :

    2018 10 7 CD BRIGANDES.jpg

    Pour le commander cliquez ici

    http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2018/11/09/dimanche-9-decembre-pour-le-plus-grand-plaisir-de-tous-les-b-6103790.html

  • Commémorations nationales du 11 novembre

    27397389-27620854.png

    Communiqué du Parti de la France :

    Le Parti de la France invite ses élus (ceints de leurs écharpes), militants, adhérents et sympathisants à participer aux cérémonies du 11 novembre dans leur commune en se rendant devant les monuments aux morts ou sur les sites où se dérouleront la commémoration.

    Au moment où Emmanuel Macron entend « démilitariser » cette fête de la Victoire en se contentant d'organiser un forum pour la paix et en multipliant les opérations de communication « itinérantes », il est bon que les patriotes rendent hommage aux 1,4 million de morts pour la France de la Grande guerre.

    Le 11 novembre doit être et demeurer le jour du souvenir national en communion avec la mémoire éternelle de tous ceux qui se sont battus pour la France. Renoncer à cette mémoire, c’est nier notre terre et abandonner à l’oubli ceux qui en furent les défenseurs. C'est aussi adresser au monde entier un message de faiblesse, d’abdication et de capitulation.

    Les nationaux doivent montrer l'exemple et être au premier rang.

    http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2018/11/08/commemorations-nationales-du-11-novembre-6103624.html

  • L’avenir de la France ?

    2312386712.jpg

    Le renouveau du site d’Action française

    Ce n’est un scoop pour personne : l’avenir de la France reste à l’Action française notre préoccupation première et le moins que l’on puisse dire, à cette question angoissante les réponses sont loin d’être rassurantes.

    Nos élites ont en effet résolument pris la décision de dissoudre notre nation dans un globalisme funeste, tant elles considèrent cet espace géographique, historique et culturel comme une survivance d’un passé révolu, dont la population anomique et interchangeable compte pour du beurre.

    La finance internationale qui nous gouverne en effet, ne souhaite pas s’encombrer de cette plèbe réactionnaire et populiste, tout juste bonne à payer des taxes et des hausses de CSG, pour apurer un déficit public et des intérêts colossaux contractés auprès des banques privées.

    Mais ce pouvoir apatride pourrait bien voir sa morgue lui revenir comme un boomerang en pleine figure.

    Une « bien pensance » savamment organisée par les médias officiels et relayée par des intellectuels acquis au système  moralisateur et répressif  qui s’est  mis en place progressivement , découvre avec stupeur que cette population méprisable refuse de plus en plus les règles du jeu imposées.

    Mieux, d’autres intellectuels issus de tous les horizons politiques et culturels, se dressent par grappes et dénoncent avec force le cercle oligarchique  dominant, remettant en cause sa légitimité. Cela au risque de perdre  le droit de s’exprimer, voire même d’exercer leur métier.

    Il appartient à l’Action française de faciliter la convergence des contestations et  de projeter le plus lisiblement possible la restauration de la primauté du bien commun et du bon sens.

    C’est ainsi qu’un ministre (de l’intérieur) du système multiculturel du « vivre ensemble », découvre que l’on s’achemine vers le vivre « face à face ». C’est ainsi également, car tous les sujets se tiennent finalement, que l’on découvre que le pape est catholique, que l’on redécouvre le circuit court des producteurs qui se passent de la grande distribution, que la politique d’état a besoin du « temps long » et que ce même état doit contrôler ses finances (sans le recours à la banque). Certains retrouvent même la vertu des frontières…

    « Le désespoir en politique est une sottise absolue », d’autant plus que les multiples entreprises de démolition du pays génèrent des « anticorps » au sein même de la nation, malgré les efforts déployés par nos ennemis pour provoquer l’abrutissement  du peuple réduit à une masse de consommateurs dociles.

    Il nous appartient  d’apporter notre pierre et de soutenir de nouvelles élites naissantes en leur offrant encore et toujours l’occasion de prendre des  « cures d’altitude mentale » avec nos analyses acérées et sans complaisance. En montrant du doigt les histrions, en récusant les idéologies  rebattues et par principe destructrices du réel, nous ferons reculer la trahison programmée et assumée par les théoriciens du libéralisme individualiste.

    Pour mieux nous combattre, les bateleurs de foire du système  nous accusent naturellement de nous réfugier dans la victimisation et la théorie du complot. Stratégie bien commode pour bâillonner toute forme d’opposition,  Il faut y voir en réalité le signe de faiblesse de ceux qui doutent eux même du bien fondé de leur action : « Circulez, y’a rien à voir ». Ils sont en effet tellement englués dans leur échec patent, dans le désastre annoncé qu’ils ne pourront éviter, qu’ils n’ont d’autre possibilité que de se réfugier dans le déni, d’adopter une attitude autistique, en espérant survivre jusqu’aux prochains scrutins.

    2604456270.jpgC’est donc par le jeu de l’intelligence active que nous les saisirons au collet  et que nous leur ferons rendre gorge.

    Ce site, secondant notre presse écrite, devra traquer l’actualité et faire tomber les masques de la pitoyable commedia Dell’Arte de cette société du spectacle, décrite par le très lucide Guy Debord, tristement animée par l’homo festivus cher à Philippe Murray.

    C’est la mission de l’Action française : nous battre pour la vérité et les libertés, contre les fossoyeurs appointés par Bruxelles et les grands réseaux internationaux, afin de préparer la France  à accueillir le retour de nos princes capétiens.   

    Olivier Perceval
    Rédacteur en chef

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/

  • Thomas Ferrier: "Pourquoi faut-il sauver l'Europe ?"

    Conférence Suavelos Thomas Ferrier:

    "Pourquoi faut-il sauver l'Europe ?" Octobre 2018 

    Pour suivre Thomas Ferrier, visitez son twitterhttps://twitter.com/ThFerrier
    Le programme de son parti, le Parti Des Européenshttps://drive.google.com/file/d/1KDrQ...
    Le site de l'équipe Suaveloshttps://www.suavelos.eu/
  • Macron et son « itinérance mémorielle » : au fou !

    fool-1476189_960_720-845x475.jpg

    D’accord, il faut montrer l’exemple en faisant appel à des « emplois aidés », et l’Élysée ne pouvait échapper à cet exercice des plus citoyens. Était-il, pour autant, indispensable de confier le bon ordonnancement du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale à un hydrocéphale ? Là est toute la question. En effet, dans quelle cervelle autre qu’en voie de désintégration terminale a bien pu germer le concept d’« itinérance mémorielle » ? On se le demande.

    Qu’importe, le vin chaud du soldat est tiré et il faut le boire. Jusqu’à l’hallali. Car dans les rédactions, parisiennes comme provinciales, on s’interroge sur le bien-fondé de cet étrange intitulé et de sa feuille de route. Onze départements bientôt visités en une seule semaine : même les Rolling Stones, à l’époque de leurs tournées marathoniennes, ne pouvaient en aligner autant.

    C’est Le Républicain lorrain qui donne le ton : « Le centenaire de l’armistice tombe opportunément pour le chef de l’État qui compte bien profiter de ce voyage dans le passé pour renouer avec des territoires frappés par une double tragédie. Hier, ils étaient le théâtre d’atroces carnages dictés par la folie des dirigeants de l’époque. Aujourd’hui, ils sont victimes d’une casse industrielle et sociale à laquelle les héritiers de ces dirigeants se sont montrés incapables de remédier. » Bien vu ! Mais fallait pas appeler à voter Emmanuel contre Marine, cher petit plumitif, serions-nous tentés d’objecter…

    Au fait, qu’est-ce qu’Emmanuel Macron commémore, en la circonstance ? Là, le temps se couvre et on se dit qu’au lieu d’escalader sa professeur.e de français par sa face nord, le plus jupitérien de nos Présidents, depuis au moins Patrice de Mac Mahon, aurait été bien inspiré d’agiter le jupon de sa maîtress.e d’histoir.e. Ce qui nous aurait au moins épargné ce galimatias des plus réjouissants : « On a eu tort de penser que dans la modernité des démocraties contemporaines, il n’y avait plus de héros. Résultat, soit les jeunes vont chercher des modèles chez les figures du sport ou des variétés, ce qui est très bien. Soit ils vont chercher les héros chez d’autres combattants, et cela peut avoir des conséquences dramatiques. » Certes, oui. Mais lesquelles ?

    Des Italiens tenus pour « lépreux » ? Des Hongrois accusés de « jouer sur les peurs » ? Emmanuel Macron se garde bien de préciser son propos, se contentant, lui aussi, de « jouer sur les peurs » en menaçant : « Les nationalismes ne sont-ils pas là ? A-t-on oublié quel est le parti qui avait gagné les dernières élections européennes en France ? Le Front national. J’espère qu’il ne gagnera pas et que d’autres forces politiques qui sont dans le champ républicain l’emporteront. » Tout ça, quelques jours après Halloween, effet garanti. Il y en a qui sont entre deux vins ; lui persiste à se situer entre deux guerres, réduction ad hitlerum en guise de digestif.

    Plus sérieusement, sachant que sa tournée de galas est censée rappeler aux jeunes générations ce que fut l’idéal des poilus de 14-18, trop souvent sacrifiés par des généraux ineptes, des ganaches promues parce que « républicaines », aux dépens d’officiers supérieurs écartés pour affaires des fiches et de Dreyfus, dont le seul crime consista trop souvent à ne pas mettre sous le boisseau leurs opinions catholiques, royalistes et patriotes, que peut encore nous apprendre Emmanuel Macron de l’idéal en question ?

    Rien ; sachant qu’à l’époque, le sang fut versé en abondance pour sauvegarder nos frontières et préserver la France d’une invasion de migrants, fussent-ils plus portés sur le casque à pointe que le tarbouche. Il s’agissait donc, comme lors de l’autre déflagration mondiale qui s’ensuivit, d’un assez sain réflexe xénophobe et nationaliste. Ce que les « lépreux » peuvent se montrer susceptibles, parfois, lorsque peu ouverts à « l’Autre »…

    Nicolas Gauthier

    http://www.bvoltaire.fr/macron-et-son-itinerance-memorielle-au-fou/

  • Samedi prochain, 10 novembre, Roger Holeindre dédicacera ses livres à St Cloud.

    27285316-27575205.jpg

    Roger Holeindre fera une séance de dédicaces samedi 10 novembre de 10 h à 16 heures à la Brasserie Le Magenta, Place Magenta à Saint Cloud (92).

    http://synthesenationale.hautetfort.com/

  • Politique & éco n°190 – Nicolas Dhuicq : L’impasse chez Les Républicains

  • Jean-Pierre… présent !

    JP-Stirbois-gollnisch.jpgLe résultat du référendum sur l’indépendance de la Nouvelle Calédonie a été annoncé hier. Comme prévu mais avec une avance un peu moindre que ce qui était annoncé par les sondages, le NON au divorce avec la France l’a emporté avec 56,4% des voix. C’est une bonne nouvelle pour tous les habitants de la Nouvelle-Calédonie, Caldoches comme Canaques. C’est une bonne nouvelle plus généralement pour la France, son poids dans la géopolitique mondiale et pour le maintien de la grande puissance (par la taille) maritime qu’elle est encore. La campagne pour le maintien de la Nouvelle Calédonie dans la France fut menée activement par le FN pendant trente ans pour conjurer les manœuvres enclenchées visant à abandonner ce territoire français. Ces dernières années  Marine Le Pen, et plus particulièrement Louis Aliot encore tout récemment, se sont rendus sur le Caillou pour soutenir les partisans du maintien dans la France, notamment bien sûr la courageuse représentante du FN puis du RN sur l’ile, Bianca Hénin.

    Cette défaite des indépendantistes (soutenus en sous-main par des puissances régionales soucieuses de chasser la France de ce coin du pacifique…) aurait été certainement plus éclatante sans les magouilles dénoncées par Bianca Hénin, qu’elle évoquait lors de la manifestation organisée en 2015« contre le largage de la Nouvelle Calédonie . » C’est la composition du corps électoral participant au référendum notait-elle, qui est la preuve flagrante de l’escroquerie socialiste, «le fait que des radiations soient tripatouillées depuis dix ans maintenant, ce qui entraîne une élimination ethnique sur nos listes électorales ». En effet, le projet de loi le gouvernement prévoyait une inscription automatique pour deux catégories d’électeurs : ceux admis à participer à la consultation du 8 novembre 1998 et ceux relevant du droit coutumier. Les autres devront effectuer les démarches nécessaires. Ce que dénonçait les loyalistes, non indépendantistes, majoritaires au Congrès de la Nouvelle-Calédonie. Le fait que les natifs du Caillou soient obligés de fournir des justificatifs pour figurer sur la liste électorale spéciale. »

    Le résultat de ce référendum coïncide avec le trentième anniversaire de la mort de Jean-Pierre Stirbois. Alors Secrétaire général du FN (depuis 1981) il succomba le 5 novembre 1988, âgé de 43 ans, à un accident de voiture à Pontchartrain (Yvelines) au retour d’une réunion publique et à l’issue d’une campagne épuisante pour la défense de la Nouvelle-Calédonie française. Imprimeur, Jean-Pierre rejoignit le FN en 1977 avec son épouse Marie-France qu’il avait rencontré dans les comités Tixier-Vignancour. C’était aussi un vieux camarade (ainsi que Marie-France ) de Bruno Gollnisch depuis l’époque ou ils se lièrent d’amitié à la faculté de Nanterre en 1967.

    Si la morale chrétienne nous invite à pardonner, il ne faut rien oublier pour autant et nous nous souvenons de la joie mauvaise qui salua chez certains de nos adversaires le décès de ce militant et dirigeant frontiste. L’arbre percuté par sa voiture fut qualifié à l’époque de « providentiel » par Jean-François Kahn. En novembre 2012, Benjamin Biolay , au détour d’une de ses chansons, ironisa lui aussi sur le décès de Jean-Pierre Stirbois. Ce que rappelle Boulevard Voltaire dans l’article consacré le 31 octobre à l’anniversaire de sa mort. « La vengeance est un plat que certains mangent froid comme Stirbois s’est mangé son cèdre. » écrivait Biolay, tandis que « dans son ensemble la presse salit la mémoire du défunt et trouva l’accident plutôt bienvenu. À l’image de Charlie Hebdo, qui titra Les arbres sont sympas. »

    Surtout, l’article rappelle a bon escient que « l’action (de J-P Stirbois) a eu une dimension historique. » «C’est l’un des premiers hommes politiques français (avec Jean-Marie Le Pen) à avoir discerné l’ampleur des problèmes migratoires et avoir eu l’audace d’en faire un thème électoral. Grâce à un travail de terrain exemplaire (….) il a montré qu’il était possible de construire un électorat autour de la défense de l’identité française et de la lutte contre l’immigration. Ses propos paraissaient vifs ; ils sont, hélas, en deçà de la situation que nous subissons aujourd’hui. « Le tonnerre de Dreux – 16 % aux élections municipales de 1983 – fut une étape décisive dans l’émergence du Front National, son succès électoral aux élections européennes de 1984 (11 % des suffrages) et l’implantation durable de ce parti.Enfin, beaucoup l’ont oublié (…) mais Jean-Pierre Stirbois fut un promoteur de l’union des droites. Il réussit à s’allier au RPR Jean Hieaux pour chasser de la mairie de Dreux l’immigrationniste Françoise Gaspard. Ce bel édifice se heurta à une puissante campagne de diabolisation menée par les lobbies de l’immigration : le CRIF, les chrétiens progressistes, la LICRA, des obédiences maçonniques, les associations subventionnées et SOS Racisme firent tout pour obtenir du RPR le refus de tout accord avec le FN. Les Français le payent aujourd’hui de trente ans d’immigration incontrôlée. Pourtant, trente ans après, le modèle de Jean-Pierre Stirbois à Dreux (la lutte contre l’immigration et l’alliance des droites) reste une nécessité pour la survie du peuple français et des peuples européens. »

    Une délégation du RN, menée par Steeve Briois, se recueillera aujourd’hui devant sa tombe au cimetière de Montparnasse, car comme le note le député-maire d’Hénin-Beaumont, «Aujourd’hui encore, il reste un modèle de militantisme, de dévouement à la cause nationale, et de courage, moral comme physique. »

    Si Stirbois eut en effet la prescience comme JMLP de l’importance que prendrait à l’avenir la question cruciale de l’immigration massive, ladite question n’a pas perdu, bien au contraire, de sa centralité dans le débat politique. Elle  explique en tout cas très largement qu’un Mouvement comme le RN, identifié par nos compatriotes comme le plus ferme et le plus résolu dans sa défense de l’identité française,  ait pris la tête des intentions de vote aux élections européennes de mai prochain. Dans un sondage Ifop pour la Lettre de L’Expansion diffusé hier, la liste RN est ainsi créditée de 20% d’intentions de vote – + 3 points  par rapport à la dernière enquête Ifop publiée fin août.  Elle est  à égalité avec la liste LREM-MoDem et des ralliés de droite au macronsime qui reste stable, mais qui perdrait un point  dans l’hypothèse où l’ex ministre socialiste Ségolène Royal prendrait la tête de  la liste socialiste. Loin derrière la liste LR obtiendrait 14% (-1), LFI  11% (-3),  EELV  7% (-0,5),  DLF  6,5% (stable), le PS  6% (pas de changement non plus, mais 7,5% des intentions de vote  si Mme Royal conduisait la liste). Enfin,  les listes PC et UDI sont créditées de 3  % chacune, les listes  de  l’UPR (1,5%, +1), du NPA (1%, -1) et des Patriotes  (1%, pas de changement) ferment le ban.

    Le décalage entre la réalité telle qu’elle est perçue par nos compatriotes et la volonté des élites  de l’occulter ou de la dénaturer  au nom de l’idéologie qui est la leur est en tout  cas de plus en plus criant. Il semblerait que loin de vouloir suivre les docteur Morphine de l’établissement, d’accepter d’être conduit sans moufter vers  le néant par  le joueur de flute d’Hamlin de l’Elysée, la conscience du péril finisse par faire bouger VRAIMENT les lignes.  Français lucides qui devront être plus nombreux encore pour faire mentir l’analyse du  philosophe David Fleming, que nous avons déjà cité:   «Nous savons que nous marchons vers la catastrophe, pourquoi ne réagissons nous pas ? ». Parce que, affirme  Fleming,  «une société n’a tendance à reconnaître un risque que si elle voit des solutions pour y remédier. C’est la raison pour laquelle  les risques auxquels nous nous attaquons ne sont pas vraiment les risques majeurs –ceux qui touchent à la menace d’anéantissement de peuples entiers –par submersion démographique-, ou même de l’homme- mais les risques individuels. »

    Laurent Nuñez, ex patron de la DGSI, secrétaire d’État qui seconde Christophe Castaner au ministère de l’Intérieur entend-il s’attaquer aux risques majeurs qui  fracturent la société française?  Invité   vendredi sur  l’antenne d‘Europe 1 , il a été invité à s’exprimer sur  les risques d’implosion des banlieues minées par le communautarisme dont fit état  Gérard Collomb lors de sa passation de pouvoir:   « On vit côte à côte, je crains que demain on ne vive face à face, nous sommes en face de problèmes immenses » avait-il  déclaré . M Nuñez, lui  s’est voulu rassurant  : «Je vois dans ces quartiers une force et une énergie républicaine énorme…»

    A en  croire Valeurs actuelles, l’ex ministre de l’Intérieur  aujourd’hui candidat à sa propre succession à la mairie de Lyon , tiendrait en off une analyse encore plus inquiétante de la situation. Il aurait confié le 13 février dernier, lors d’un déplacement à Orléans  à un journaliste de cet hebdomadaire,  que la situation sécuritaire est   « très inquiétante. » «Ce que je lis tous les matins dans les notes de police reflète une situation très pessimiste. Les rapports entre les gens sont très durs, les gens ne veulent pas vivre ensemble…» La responsabilité de l’immigration dans cette situation serait «énorme» selon M. Collomb., qui a  dit le désir du gouvernement, via la loi asile-immigration,  de réguler l’immigration illégale, quand bien même l’immigration dite légale  « reste un problème…» a-t-il avoué.  Il aurait enfin confessé que la sécession, la  partition de notre territoire national que craignait aussi François Hollande  était «un risque (qui le préoccupait)» et qu’il restait peu de temps pour agir: «Je dirais que, d’ici à cinq ans, la situation pourrait devenir irréversible. Oui, on a cinq, six ans, pour éviter le pire. Après...»  Nous remarquerons pour notre part que cet avertissement de M.  Collomb  qui  aurait dû en toute logique être largement relayé par les confrères de VA et l’ensemble des médias est resté cantonné à une diffusion assez confidentielle. Ne pas vouloir regarder la réalité en face n’en a jamais fait diminuer la dangerosité, bien au contraire… encore une minute monsieur le bourreau ?

    https://gollnisch.com/2018/11/05/jean-pierre-present/

  • Europa

    996394669.jpgGeorges Feltin-Tracol

    Europa : c’est sous ce titre que les Éditions Bios ont publié à la fin de l’année 2017 trois volumes de géopolitique écrits par Robert Steuckers, infatigable animateur du site Euro-Synergies et ancienne cheville ouvrière des revues Orientations, Vouloir et Nouvelles de Synergies européennes. Le premier tome (338 p., 25 €) aborde les « Valeurs et racines profondes de l’Europe », le deuxième (316 p., 25 €) traite « De l’Eurasie aux périphéries, une géopolitique continentale » et le troisième (342 p., 25 €) s’intéresse à « L’Europe, un balcon sur le monde ».

    Il est bien sûr impossible de résumer les quarante-six articles qui portent sur les grands enjeux géopolitiques. Notons cependant que l’Amérique latine, l’Afrique noire et l’Océanie en sont quelque peu écartées. Il faut reconnaître que plusieurs textes évoquent sur la très longue durée les puissantes interactions politico-culturelles entre le continent européen, l’Asie Centrale et le Moyen-Orient. Persophile avoué, Robert Steuckers rappelle que les Perses ont fondé le premier empire indo-européen de l’histoire et que la révolution islamique de 1979 fut à l’origine encouragée par Washington…

    Les confrontations entre civilisations, États, peuples et nations ne manquent pas dans ce vaste panorama. Ainsi peut-on lire une étude magistrale de la bataille de Lépante du 7 octobre 1571, cette victoire navale qui préserva la civilisation occidentale européenne de l’invasion ottomane. Polyglotte belge d’esprit européen, Robert Steuckers se sait sujet de l’Empire, résultat géopolitique de la « Grande Alliance » à la fin du Moyen Âge, à savoir la transmission de l’héritage bourguignon à la jeune Maison royale des Espagnes par l’intermédiaire de la dynastie impériale élective des Habsbourg. Malheureusement, l’unité continentale ne put s’opérer autour de cette dynastie en raison du Grand Schisme d’Orient de 1054, des dissensions religieuses récentes (la Réforme de 1517) et des détestables manigances de Henry VIII et François Ier.

    En géopolitologue avisé, l’auteur rappelle que l’intention de l’islam demeure la conquête de Constantinople – effective depuis 1453 -, de Rome et de Vienne. Il considère le monde turc comme une vraie menace au même titre d’ailleurs que les États-Unis d’Amérique. Par leur hypertrophie militaire, économique et financière, ceux-ci ne peuvent pas ne pas verser dans un messianisme puéril, abscons et dangereux pour l’équilibre du monde. Il importe donc d’avoir toujours à l’esprit leur habile tactique : susciter partout la révolte des musulmans afin de museler définitivement une civilisation européenne décatie.

    Ces trois tomes paraissent ardus; il n’en est rien ! En effet, avec un rare talent narratif exigeant, Robert Steuckers nous plonge dans la longue trame des millénaires pour mieux en discerner les données fondamentales. Il n’oublie jamais l’impératif de notre identité, « l’identité politique européenne, seule identité vraiment concrète […] réside donc, aujourd’hui, en cette époque de calamités, à prendre conscience de nos déboires géopolitiques […] et à agir pour promouvoir une politique spatiale, maritime et militaire claire (t. I, p. 19) ». Ce n’est hélas ! pas gagné pour l’instant.

    Bonjour chez vous !

    • « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n°97, diffusée sur Radio-Libertés, le 2 novembre 2018.

    http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2018/11/05/europa-6102570.html

  • Zoom – Jean-Yves Le Gallou : La préférence de civilisation – Pour le grand ressourcement

    Il y a 35 ans, Jean-Yves Le Gallou était à l’initiative du concept de la préférence nationale. En 2018, il prône avec toujours la même énergie, la préférence de civilisation. Partant du constat que beaucoup de Français ne se sentent plus en France, Jean-Yves Le Gallou se fait le chantre de l’identité européenne : nous sommes européens d’abord. Des européens de langue française, un livre qui fera date.

  • TRIBUNE LIBRE La dernière Macronerie : un referendum grotesque

    referendum-1240x540.jpg

    Bernard Plouvier (*)

    Les Néo-Calédoniens veulent majoritairement rester « Français » et on les comprend ! Chaque année, la République française alimente ses territoires extra-européens à coups de centaines de millions d’euros, alors même qu’en métropole – d’où provient la manne issue des impôts et des taxes -, il manque d’argent pour créer ou moderniser les structures indispensables à la vie des Français de souche européenne. Cherchez l’erreur dans cette « votation populaire » ! 

    Ce n’est pas la minorité des bénéficiaires qu’il faut interroger, mais la majorité des payeurs. S’il doit y avoir un referendum sur la séparation de la métropole d’avec ses couteux DOM-TOM, c’est la Nation entière qui doit être consultée.

    Pourquoi conserver les résidus d’une colonisation qui a coûté énormément d’argent au peuple français depuis des siècles, avec pour unique contrepartie des reproches d’enfants gâtés de la part des ex-colonisés, tirés du Moyen Âge ou de la préhistoire et propulsés à l’ère moderne par le colonisateur.

    Certes, quelques colons, quelques négociants se sont enrichis – et puisque la Nouvelle Calédonie est le sujet d’actualité, on peut mentionner l’enrichissement de tel groupe financier par l’exploitation des gisements de nickel. Mais l’État a énormément investi de fonds, tirés de la Nation.

    Il est aisé de traire la vache à lait fiscale et taxable de métropole. Mais la démocratie exige qu’on demande l’avis de la Nation sur l’opportunité de poursuivre ou d’arrêter cette hémorragie externe de capitaux publics, sachant que l’immigration-invasion représente une autre hémorragie, interne celle-là, par son coût pharamineux en allocations, en répression de la délinquance et de la criminalité, en réparation des monstrueux dégâts après chaque émeute raciale ou chaque attentat de mahométans.

    La décolonisation est, en effet, une réalité à envisager d’un double point de vue.

    D’abord, il est souhaitable de se retirer de territoires où les « locaux » déclenchent des émeutes raciales pour satisfaire l’ego de politiciens exotiques (Guyane, Mayotte, Antilles - et la Nouvelle-Calédonie fut naguère une terre de terrorisme). C’est chose envisageable en une époque où notre économie n’est pas aussi florissante que Grand Président ne l’assure.

    S’il est logique d’exiger que notre Europe n’appartienne qu’aux Européens, il faut envisager la réciprocité pour l’Afrique et l’Asie, sachant que les Trois Amériques furent dès la préhistoire des terres de brassage des races, mais que la géographie commande la séparation.

    La décolonisation doit aussi et surtout se jouer à l’intérieur du territoire métropolitain.  L’on sait (grâce au rapport d’activité de l’AFDPHE pour 2016) que, de 1995 à 2015, sont nés en métropole approximativement 4,5 millions d’enfants à risque de drépanocytose, soit des enfants par définition de souche non-européenne. De ce chiffre, on peut inférer qu’il existe entre 6 et 8 millions de géniteurs d’origine extra-européenne (les mariages mixtes ne sont nullement majoritaires en métropole). Joint au nombre des enfants, ceci permet de penser que s’agitent, étudient, travaillent ou gaspillent leur temps, 10 à 12 millions d’extra-Européens de souche, même si, du fait de l’archaïque « droit du sol », un nombre indéterminable d’entre eux jouit du privilège de la nationalité française.

    Au moins les deux tiers de ces non-Européens de souche sont mahométans, ce qui est leur droit le plus strict. Mais certaines bonnes âmes proposent d’envisager un « double droit », à savoir la coexistence de la Loi française et de la médiévale charî’a, voire même une bipartition du territoire, prenant en compte les zones de non-droit qui seraient regroupées en un seul tenant !

    Décolonisation versus explosion économique ou sociale, avec, dans le second cas, une guerre civile suivie de l’épuration des ex-collaborateurs de l’envahisseur. On a déjà vécu ce scénario lamentable.

    Évitons de rejouer un drame inutile. Que nos princes administrent le Bien commun et qu’ils prennent, très démocratiquement, l’avis de la Nation. Ça nous changera du triste temps présent.

    (*) On peut, évidemment, ne pas être tout à fait d'accord avec cette analyse de notre ami Bernard Plouvier. C'est d'ailleurs mon cas. Certains seront peut être étonnés, voire agacés, de la lire ici. Cependant, fidèle à sa vocation et comme son nom l'indique, Synthèse nationale tient compte sur certains sujets d'actualité des différentes approches qui se retrouvent dans notre camp. Voilà pourquoi nous avons décidé de publier cet article...

    Roland Hélie 

    http://synthesenationale.hautetfort.com/

  • Témoignage d'une habitante de Calais sur la situation avec les migrants.

  • Le réel, arme de destruction massive des idéologies progressistes, par Anthony Grange (Les Identitaires)

    orbanetsalvini-1021x580-600x341.jpg

    En quoi le populisme est-il différent des autres ismes ? Qu’est-ce qui différencie un Matteo Salvini ou un Donald Trump d’un Emmanuel Macron ou d’une Angela Merkel ? Le rapport au peuple, c’est évident. Mais, sans doute Emmanuel Macron pense-t-il sincèrement agir pour le bien du peuple français. Personne ne dit vouloir le malheur du peuple, ou aller contre ses intérêts.

    Alors quelle est la différence entre les populistes et les autres ?

    Celle-ci est en fait assez évidente. Un socialiste, un libéral, etc., va agir pour une idée. Le populiste, lui, va agir pour le réel.

    Emmanuel Macron pense sincèrement qu’il est bon d’ouvrir encore plus la France à la mondialisation. Il est persuadé qu’intégrer les circuits économiques internationaux permettra d’améliorer la situation du plus grand nombre. À travers la croissance économique, un plus grand nombre de Français accédera au travail, à la richesse, au progrès. À travers l’immigration massive, la France deviendra plurielle, ouverte, tolérante, métissée, ce qui, dans son esprit, est positif.

    Sans doute Emmanuel Macron a-t-il conscience des « dommages collatéraux » provoqués par sa politique. Il est trop intelligent pour ne pas voir les dégâts immenses causés par la désindustrialisation à des régions entières. Il sait que, sous l’effet de l’immigration massive, la France est aujourd’hui fracturée, divisée et au bord de l’explosion.

    Mais, dans l’esprit d’Emmanuel Macron, ce ne sont jamais que des mauvais moments à passer. Grâce aux forces du progrès, les ouvriers licenciés, ou à défaut leurs enfants, suivront des formations et pourront s’insérer sur un marché du travail nouveau. Grâce aux forces du progrès, les communautés parviendront à cohabiter les unes à côté des autres et formeront un patchwork cohérent et fraternel.

    Le populiste, lui, voit les choses différemment. Il ne se contente pas d’une idée de progrès, d’une idée de bien-être, d’une idée d’amélioration. Il n’accepte qu’une amélioration réelle et préfère, somme toute, maintenir l’existant plutôt que le sacrifier au bénéfice d’une simple idée. Le populiste n’est hostile ni au progrès, ni au changement, mais il demande que celui-ci soit concret, réel, qu’on puisse le voir et le toucher.

    Certains reprochent aux populistes de manquer de réflexion, de ne pas agir selon de grands principes. Les « élites » reprochent aux populistes de ne rien comprendre aux théories économiques (une accusation de plus en plus remise en question lorsqu’on voit les résultats économiques de Donald Trump ou même de Viktor Orban, qui feraient pâlir d’envie nos gouvernants français…).

    Mais les populistes ont pour eux de faire passer le réel avant l’idéologie, le concret avant la théorie. Le bilan de ceux qui les attaquent est désastreux : tant sur l’économie, dont ils prétendent pourtant être experts, que sur le sociétal et la fracture ethnique. Sans parler de leur taux de popularité. Tandis que Macron ne décolle pas des 30 % d’opinions favorables, un Matteo Salvini en Italie en cumule plus de 60 % !

    La recette de la réussite politique apparaît de plus en plus clairement : protéger le peuple, dans tous les domaines. Faire du protectionnisme économique mais aussi migratoire. En somme, revenir aux fondements de la politique, c’est-à-dire la défense du peuple et de ses intérêts.

    Anthony Grange  

    https://www.les-identitaires.com/2018/10/le-reel-arme-de-destruction-massive-des-ideologies-progressistes/

  • SAMEDI APRÈS-MIDI, LA DROITE NATIONALE A RENDU HOMMAGE À JEAN-PIERRE STIRBOIS

     45288706_2253891441299396_8290605423354970112_n.jpg

    A l'initiative du Parti de la France, une forte délégation de responsables et militants nationaux et nationalistes s'est rendue samedi après-midi au cimetière Montparnasse à Paris sur la tombe de Jean-Pierre Stirbois, secrétaire général du Front national, prématurément décédé il y a 30 ans, dans la nuit du samedi 5 novembre 1988 à Pontchartrain dans les Yvelines, en revenant de Dreux où il venait de tenir un ultime meeting pour la défense de la Calédonie française.

    Au cours de cette émouvante cérémonie, Carl Lang, Président du Parti de la France, qui, rappelons-le, lui succéda au secrétariat général du FN, souligna le rôle éminent joué par Jean-Pierre Stirbois, aux côtés de Jean-Marie Le Pen, dans l'émergence au début des années 80 du Front national. Il rappela aussi que Jean-Pierre fut l'un des premiers à dénoncer ce danger grandissant que représente pour notre peuple l'immigration incontrôlée et à réaliser, lors de l'élection municipale partielle de Dreux en septembre 1983, l'union victorieuse de la droite contre la liste socialo-communiste.

    Notons la présence de nombreux anciens proches collaborateurs et amis de Jean-Pierre à cet acte hautement symbolique ce qui prouve, s'il en était encore besoin, que dans notre camp la fidélité n'est pas un vain mot...

    S.N.

    45442013_2253891391299401_5697933107861127168_n.jpg

    Pour information, sachez que dans quelques semaines, pour marquer le trentième anniversaire de sa disparition, sortira le n°15 des Cahiers d'Histoire du nationalisme consacré à Jean-Pierre Stirbois.

    http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2018/11/04/samedi-apres-midi-la-droite-nationale-a-rendu-hommage-a-jean-6102367.html

  • « Ben Allah c’était vraiment un mecque par clair… Personne n’était au coran de ce qu’il faisait vraiment »

    Paysan Savoyard sur Facebook (octobre 2018)

    Info : le pseudo du moment, Hubert Defrasses, tient toujours sur FB (sauf sur Le Monde, Libération, France-culture, 20 minutes et Le Parisien, d’où je suis banni).

    Sur l’invasion

    Il faut avoir le courage de le dire : la colonisation de l’Europe par les Blancs a assez duré !

    (enlèvement en Libye, attentat en Tunisie…) Ce qui est bien c’est qu’il y a également beaucoup de musulmans en France : nous pourrons donc nous aussi participer pleinement au grand carnaval qui s’annonce…

    Une femme en niquab est à voile et à faire peur

    Pogba il est pas que bo

    (pour échapper à la police Redoine mettait une burqua) Porter la burqua ne lui a pas permis de mettre les voiles

    Ah Rédoine… Pas choisi l’endroit idoine… Pas pu passer la douane… A lui la cellule de moine…

    La cavale de ce Faïd a permis de souligner cette info significative : à Creil, comme dans de nombreuses autres villes, quand on porte une burka on passe inaperçu…

    (le procureur Molins commente l’arrestation de Redoine) Le Molins à paroles… Toujours les plus creuses et les plus serviles possible

    Sur le Système mondialiste et immigrationniste, son projet, sa propagande, ses collabos, ses dissidents

    (départ de Collomb) Comme ses prédécesseurs, le futur ministre de l’intérieur aura pour mission première de laisser entrer tous les gens de l’extérieur

    Quel que soit le futur ministre de l’intérieur, ses instructions resteront les mêmes : 1) ouvrir les frontières 2) laisser filer les récidivistes une fois terminé leur bref séjour en prison 3) laisser les caïds et les imams gérer les « quartiers » 4) harceler les Français moyens de souche sur les routes

    Les juges relâchent les délinquants que les flics s’obstinent à arrêter…. L’Aquarius va en chercher d’autres, avec la complicité de l’administration française… On donne aux forces de l’ordre la consigne de ne pas entrer dans les quartiers et de se concentrer sur le Français moyen au volant… Macron-Rothschild considère l’immigration comme une chance… Collomb a peut-être fini par se dire que ça faisait beaucoup…

    Collomb a enfin la paix

    Mélenchon, sa compagne, Corbière, sa compagne… : les Insoumis ont à leur tête des gens qui n’ont qu’un rapport assez lointain avec la France de souche…

    Ben Allah, Djourhi, Sarkozy, Macron-Rothschild… Le sort des Français de souche est en de bonnes mains…

    Ben Allah c’était vraiment un mecque par clair… Personne n’était au coran de ce qu’il faisait vraiment

    Sur les politiciens, la sphère politico administrative, la gauche, la droite, la classe dominante

    Au palais de l’Elysée, Valls se croyait destiné… Il lui reste les châteaux en Espagne

    Macron a compris que les Français avaient envie d’un roi. Mais pas d’un roi qui soit le mignon de Rothschild…

    (Corbières et Garrido mis en cause pour des travaux dans leur logement) Ils sont insoumis : ils n’ont donc pas à se soumettre à la morale commune

    (le gouvernement double la prime à la casse) Si seulement on pouvait payer pour qu’il se casse

    (restitution d’un Pissarro à une famille spoliée pendant l’occupation) Bravo : l’argent doit aller à l’argent

    Banquier : le job le plus immoral après celui de maquereau

    Sur la délinquance, la police, la justice

    Il n’y a pas de violences scolaires : il y a une invasion migratoire

    Infliger aux multirécidivistes un sévère « rappel à la loi », assorti d’un stage en centre équestre à visée éducative. Laisser les caïds et les imams régenter les « quartiers ». Abandonner à leur sort les pompiers caillassés. Harceler les Français moyens de souche sur les routes…

    Le laxisme des politiciens et des juges laisse les Français moyens sans défense

    (procès du mur des cons) Les juges rouges ont du sang sur les mains

    Sur le féminisme, les homos, les mœurs 

    Le pire pour une féministe c’est quand personne n’a envie de la harceler

    (la mortalité féminine liée au tabac augmente et se rapproche de celle des hommes) Bah, au moins l’égalité homme-femme progresse

    Le pire pour une féministe c’est quand personne ne s’intéresse à elle

    (miss France) Les analyses féministes sont démenties par les faits un milliard de fois par jour…

    Vingt écrivaines ne valent pas un écrivain

    Une écrivaine écrit en vain

    On a du mal à suivre les libertaires : il faudrait baiser tout le temps et avec tout le monde mais ne jamais faire d’avances à ces dames sous peine d’être accusé de harcèlement….

    L’air du temps : tous à poil pour les uns ; toutes à voiles pour les autres

    Le pire pour les femmes ce n’est pas les « gros lourds » mais le poids des ans

    Sur le vaste monde

    L’Arabie séoudite ? C’est par allah, mecque… Tu peux même y aller en coran…

    Trump incarne l’homme blanc hétérosexuel doté d’un comportement masculin normal : c’est pourquoi le Système le hait à ce point

    (les musulmans lèvent des fonds pour les victimes de la fusillade dans une synagogue de Pittsburg) Les musulmans ont pour méthode d’avancer mosquées…

    Une majorité de Français sans doute rêveraient d’être gouvernés par un Poutine … Et ils ont droit à un fondé de pouvoir de chez Rothschild

    (les Africains se plaignent des multinationales occidentales) Aucune sympathie de ma part pour Total, Vinci ou Bolloré. Mais si les entreprises occidentales n’étaient pas là pour les exploiter, ils en feraient quoi de leurs ressources et de leurs minerais ? Ils les pileraient, mélangées au mil et à la bouse de vache ? Ils en feraient des colliers pour les cérémonies vaudous ? Des étuis péniens inoxydables ? Des selles de chameau en alu à effet vortex ? Des coupes-coupes rouillés pour leurs génocides low cost ? Marre de leurs jérémiades…

    (prix Nobel attribué à une esclave sexuel de Daech) Inutile de nous faire part des souffrances endurées par tel ou tel dans les pays exotiques. Confrontés que nous sommes à l’invasion de notre pays et à la trahison de nos dirigeants, nous sommes nombreux à être devenus indifférents au reste…

    https://leblogdepaysansavoyard.wordpress.com/2018/11/03/ben-allah-cetait-vraiment-un-mecque-par-clair-personne-netait-au-coran-de-ce-quil-faisait-vraiment/

  • La Nouvelle-Calédonie restera française

    La Nouvelle-Calédonie restera française

    En toute logique :

    “Selon des résultats partiels donnés par les médias locaux, le “non” à l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie l’emporterait avec 59,5% des voix. Un référendum était organisé ce dimanche dans l’archipel”.

    https://www.lesalonbeige.fr/la-nouvelle-caledonie-restera-francaise/

  • Action Française • Le Bien commun, un nouveau mensuel ... « Soyons Charlie » ! Soyons Français !

    2747788099.png

    687119300.jpgPour le bien commun 

    Le Bien Commun ?
    Parce qu’il est ce qui manque le plus aux Français et ce à quoi ils aspirent le plus.

    Il est ce qui manque le plus aux Français, à l’heure où le semble-État, au service d’intérêts oligarchiques ennemis de l’intérêt national, est devenu la proie d’élites dénationalisées ; à l’heure aussi où le régime républicain, fidèle à sa tradition, les oppose comme jamais les uns aux autres en divisant la nation en autant de factions rivales.

    Mais il est aussi ce à quoi les Français aspirent le plus, lorsqu’ils refusent la logique mortifère de la dépossession de soi dans lequel le régime les a installés afin de les contraindre à accepter un changement de civilisation qui signera leur mort en tant que peuple libre. Négation des racines chrétiennes de la France, destruction jumelle des repères anthropologiques et de la famille, immigration galopante, insécurité, zones de non-droit devenues le foyer de la barbarie islamiste, négation de la culture française, précarité économique, perte de toute souveraineté politique, financière et juridique au profit d’un pays légal supranational, tels sont les multiples visages de Gorgones de cette dépossession. Ne nous laissons pas pétrifier par la peur de les combattre !

    Le Bien Commun, donc, parce qu’il faut nous opposer à cette œuvre de mort et parier pour la pérennité d’un miracle français auréolé de quinze siècles d’histoire. Parce que nous pensons que, par-delà leur légitime diversité, les Français partagent un héritage vivant, appelé à féconder leur avenir. Parce que, tout simplement, nous croyons à l’existence d’un peuple français.

    Le Bien Commun, parce que ce qui nous réunit est plus important que ce qui nous divise, parce que nous refusons «  le désordre établi  » et que nous pensons que l’apparente décadence du peuple français « est surtout le fait de fausses élites qui l’aveuglent d’un écran de grossiers mensonges et l’étourdissent de modes et de mots »*.

    Le Bien Commun, parce que nous adressant, comme nos aînés, « au Peuple français tout entier », nous « prenons ce qu’il y a de commun entre nous et nous demandons au lecteur de se placer au même point de vue fraternel ». Parce que « nous savons qu’il y a partout du patriotisme et que la raison peut se faire entendre partout »**. Parce que nous voulons être les porte-paroles des gens qui ne sont rien, les porte-paroles du pays réel.

    Le Bien Commun, en un mot, parce que, résolument patriotes et héritiers critiques d’une longue tradition au service du seul intérêt national, il nous faut promouvoir un nationalisme pour le XXIe siècle. Parce que, résolument patriotes et résolument nationalistes, nous sommes résolument d’Action française. Parce que, résolument d’Action française, nous sommes résolument royalistes et réaffirmons, contre tous les facteurs de dissolution et de mort, notre confiance inébranlable dans les fils d’Hugues Capet pour restituer la France aux Français.  

    Le Bureau politique de l’Action française
    François Bel-Ker, Stéphane Blanchonnet, Charles du Geai, Pierre Marchand, François Marcilhac, Philippe Mesnard

    *  Manifeste de L’Action Française – 21 mars 1908
    ** Manifeste de La Nation Française – 12 octobre 1955

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/

  • Journal du chaos

    couv jpp.jpg

    Pour télécharger, cliquez ICI