Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2017

Ernst Jünger l’inclassable

Ernst Jünger est né le 29 mars 1895 à Heidelberg. Sa famille est d'origine saxonne. Son arrière grand-père était un compagnon artisan. Son père fut chimiste puis pharmacien. Il est l'aîné d'une famille de cinq enfants. Ernst ne supporte guère la discipline scolaire. Il va rejoindre les Wandervogel (« les oiseaux migrateurs »). Ces groupes de jeunes, apparus vers 1895, qui se développent considérablement en Allemagne, ont le goût du retour vers la nature et aiment partir à l'aventure, sac au dos, sans but préétabli. C'est un espace de liberté dans une société dont l'éducation était autoritaire. Ernst Jünger va fuguer à l'âge de dix-sept ans pour s'engager dans la Légion étrangère française. Lorsque Guillaume II ordonne la mobilisation en août 1914, il se porte volontaire avec enthousiasme. Il sera promu sous-officier, puis officier. Spécialiste des opérations commando, membre d'une unité d'élite, il sera blessé sept fois et obtiendra « la plus haute décoration allemande, la croix de chevalier « Pour le Mérite » à laquelle seuls quinze officiers eurent droit. On raconte que Hindenburg hésita à la conférer à un officier si jeune. Il avait vingt-trois ans... Une véritable exaltation mystique s'emparait de lui lors des combats. Il écrira: « La volupté du sang flotte au-dessus de la guerre comme un voile rouge sur une sombre galère, son élan infini l'apparente à la volupté de l'amour ». Avant l'assaut, sous un déluge de fer, le sous-lieutenant récitait à ses hommes Le Bateau ivre d'Arthur Rimbaud...

Jünger, écrivain: « Orages d’acier »

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, c'est par la mise en forme de ses souvenirs que Jünger entra dans la voie royale de la littérature. On retiendra bien sûr Orages d'acier, paru à compte d'auteur, tiré à plus de 250 000 exemplaires, qui décrit les horreur vécues, mais aussi la fascination que l'expérience du feu a exercé sur lui. Il estime que la guerre est la matrice de toute chose : « Elle est la grande forge des peuples comme elle l'est des cœurs », dira-t-il vingt ans plus tard, dans La Paix. Orages d'acier connut un grand succès. André Gide écrira : « Le livre d’Ernst Jünger est incontestablement le plus beau livre de guerre que j'ai lu, d'une bonne foi, d'une honnêteté, d'une véracité parfaites ». Sollicité par les Corps francs, approché par les nationaux-socialistes, il décline tout engagement, se contentant d'écrire dans des revues nationalistes des articles qu'on lui reprochera encore longtemps après. Il est vrai qu'il n'adhère guère au concept de démocratie. Ses modèles sont les ordres hiérarchisés tels les Jésuites, l'armée prussienne et... la marine britannique ! Pour Jünger, le chef peut avoir deux origines : il appartient soit, par naissance, à la tradition, à la noblesse, soit, à la « nouvelle race » des seigneurs conçue dans le « sein rougeoyant des tranchées ». Après la défaite, Jünger travailla un temps pour le ministère de la Reichswehr, collaborant à la rédaction de manuels destinés aux troupes d'infanterie. Puis le guerrier va retourner à l'université, qu'il quittera en 1926, étudier la zoologie et l'entomologie. Il fréquente les cercles nationaux révolutionnaires et se rallie à la Révolution conservatrice. Il fréquente aussi bien Otto Strasser qu'Erich Mühsam et devient proche d'Ernst Niekisch, principal idéologue allemand du National-bolchévisme. Il devient une figure dans le milieu intellectuel nationaliste. Il va publier en 1932 Le Travailleur, « couronnement des réflexions politiques de l'auteur », selon Louis Dupeux, historien et germaniste français, spécialiste de La Révolution conservatrice.

Jünger expose dans ce livre une célébration de l’État, de la technique, comme force mobilisatrice, et du vitalisme. Eric Michaud dira : « C'est certainement lorsqu'il s'emploie à dessiner les traits de la figure rédemptrice du Travailleur que Jünger est au plus près du national-socialisme en lui fournissant les aliments de sa croissance et de son développement ». Pour Jünger, l'ennemi, c'était tout ce qui avait trait à la pensée issue du Siècle des Lumières, et dont l'expression humaine était le bourgeois, qu'il haïssait. Le bourgeois refuse le danger et cherche à tout arbitrer par des négociationsJl mène évidemment une politique détestable : le droit de vote est une imposture.

Hitler : « On ne touche pas à Jûnger!

Approché par le parti national-socialiste du fait de son passé et de ses écrits patriotiques, il refuse toute participation et démissionne même de son club d'anciens du régiment en apprenant l'exclusion des membres : juifs. La Gestapo perquisitionnera à plusieurs reprises sa maison. Il est sous une constante surveillance. Il refuse, en 1933, ; de siéger à l'Académie allemande de littérature où il a été élu. Il se retire à la campagne et entreprend des voyages (Norvège, Brésil, France, Rhodes). En 1939, paraît son chef-d'œuvre, Sur les falaises de marbre, un roman allégorique souvent vu comme une dénonciation du national-socialisme. Mais au-delà de cela, on peut considérer qu'il s'agit d'une illustration des forces à l'œuvre dans toute dictature. Le livre déplaît évidemment souverainement aux nationaux-socialistes. Le Reichsleiter Philipp Bouhler intervient auprès de Hitler, lui disant : « Mein Führer, il serait temps que Jünger fasse usage de son capital ! ». Mais Hitler, qui admirait Jünger, avait répondu : « Non, on ne touche pas à Jünger ! ». Jünger est mobilisé le 30 août 1939 dans la Wehrmacht avec le grade de capitaine. Il participe à la campagne de France puis, après la victoire des Allemands, intègre l'état-major parisien de la Wehrmacht. Il disposera d'un bureau à l'hôtel Majestic et pourra ainsi suivre de près les intrigues et tensions qui opposent le commandement militaire et d'autres structures, dont la SS. Il va rédiger son Journal de guerre et un essai, La Paix, où il anticipe la nécessaire réconciliation européenne et la construction européenne. L'histoire, telle que Jünger la suggère, est un théâtre tragique. L'histoire enseigne l'art de mourir. L'histoire est aussi un processus organique soumis aux lois irréversibles du devenir, de la croissance et de la mort. Un ordre nouveau succède immanquablement à l'ordre ancien qui ne répond plus aux exigences des nouvelles réalités. Le premier volume du journal dont le titre est Jardins et routes sort dès 1942. On y trouve des observations de la nature, des notes sur ses fréquentations littéraires, et des réflexions sur la nécessité de se replier dans son monde intérieur. Celui qui, vingt ans plus tôt, se faisait le chantre violent de la « guerre, notre mère », écrit dans La Paix, que lira Rommel : « La véritable paix suppose un courage qui dépasse celui de la guerre, elle est activité créatrice, énergie spirituelle ». On retrouve dans son Journal son horreur de ce qui se passe en Allemagne, sa haine d'Hitler qu'il désigne sous le nom de "Kniebolo", ses partisans étant des "lémures''. Quant à Céline, qu'il n'aimait pas, il l'appellera Merline. Il ne participe pas au complot Staufenberg, mais est dans le secret de sa préparation. Il brûle, hélas, au lendemain de l'attentat, son Journal qu'il tenait à cette époque, ce dont il ne se consolera jamais. Le, voici démobilisé. Retour en Allemagne. Il se retrouve à la tête d'un groupe du Volksturm (milice regroupant des hommes trop âgés pour être soldats), et demande à ses hommes de ne pas résister à l'arrivée des troupes anglaises et américaines. Son premier fils, âgé de dix-huit ans, était tombé quelques mois plus tôt sous les balles des partisans dans les montagnes de Carrare, en Italie.

L'Apres-guerre: LE "Recours aux forêts"

Après la capitulation, refusant de se soumettre aux procédures de dénazification, il est interdit de publication pendant quatre années. Il devient un "rebelle", étranger en son propre pays et voué à un exil intérieur ponctué de longs voyages entomologiques en Méditerranée, en Scandinavie et jusqu'au Brésil. Il réunira une impressionnante collection de coléoptères et donnera son nom à trois d'entre eux, qu'il avait découverts, ce dont il sera particulièrement fier. Face à une société qu'il n'aime pas, il dresse ainsi une digue devant « le courant de l'époque qui menace de tout engloutir ». Il reste le recours aux forêts, la retraite au fond de soi, comme le chevalier de Durer et comme l'a pratiquée Rivarol que Jünger admirait et dont il traduisit les œuvres. Il dressera dans un essai paru en 1956, un portrait d'Antoine de Rivarol qu'il dépeindra comme maître de l'élégance, de la conversation éblouissante, ironique et visionnaire et... doté d'une paresse légendaire ! Lui qui avait été une figure de la droite nationaliste défend désormais un individualisme anarchisant, radicalement hostile à l’État-Léviathan. Il crée, dans Umeswill, la figure de l’anarque qui a renoncé au combat et choisi l'émigration intérieure. Il consacre un de ses livres, Approchés, drogues et ivresses (1970) à l'ivresse, et expérimente les drogués les plus diverses (éther, haschich, opium, cocaïne, LSD...). On songe évidemment à Baudelaire qui écrivit Du vin et du haschisch. Le prix Gœthe, le plus prestigieux d'Allemagne, lui sera remis en 1982, suscitant les hurlements de la gauche et des écologistes. Il n'en a cure. Pour son centenaire, il sera invité à déjeuner au Palais de l'Elysée par le président François Mitterrand qui éprouve une grande admiration pour lui. Le 26 septembre 1996, il se convertit au catholicisme. Actif jusqu'à ses derniers jours, il meurt à l'âge de cent trois ans, dans son sommeil à l'aube du 17 février 1998 à l'hôpital de Riedlingen. Ainsi disparaît « le plus grand écrivain français de langue allemande », selon l'expression de son ami Jean Plumyène. II est le second centenaire de la littérature mondiale, après Fontenelle (1657-1757) !

R.S. Rivarol du 13 juillet 2017

Ernst Jünger, d'Isabelle Grazioli-Rozet, collection Qui suis-je ? 125 pages, 15 euros, Pardès, 44 rue Wilson, 77880 Grez-sur-Loing.
L'Internationale des francs-tireurs de Bruno de Cessole, 600 pages, 22 euros.

21:41 Écrit par pat dans culture et histoire, tradition | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Les commentaires sont fermés.