Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2017

La chaîne d’information RT France lancée en décembre, les médias du système s’inquiètent

RT_France.jpg

RT sera lancée en France en décembre et les médias du système rivalisent déjà d’injures et de sous-entendus pour tenter d’en contrecarrer les effets qui ajouteraient encore plus de crise dans la situation déjà pas reluisante de la presse française. Avertir les Fraudes, intimider les clients et se lier entre concurrents pour chasser le nouveau venu, ce qui fonctionne dans une guerre des boulangers à Rouillac peut aussi marcher dans les grands médias.

Elle « sent le souffre » pour La Tribune, est un « organe d’influence » pour Macron – alors simple candidat à la présidence – un moyen de « manipuler l’opinion » pour Les Inrocks qui y ont consacré un dossier titré « Poutine vous mate » – « critiquée pour sa couverture pro-russe de l’information » pour Ouest-France ou « outil d’influence russe » pour Le Monde, une chose est sûre, RT en France ne laisse personne indiffèrent. On aura vu la presse française bien plus prudente avec les grandes oreilles de la NSA ou la CIA dont un ancien agent achète à tour de bras des médias dans les Balkans, région toujours stratégique où la Russie conserve de forts appuis dans le peuple et où les médias sont néanmoins très suivis dans la société.

Financée à 100% par l’État russe, « RT est soupçonnée, au même titre que l’agence de presse en ligne Sputnik, d’être un instrument de propagande et une source d’informations mensongères (« fake news ») au service de la politique de Vladimir Poutine », insinue La Tribune. Des accusations qui ont un vieux fond puant qui laisse songeur : le même qui fleure bon l’accusation d’intelligence avec l’étranger, la cinquième colonne, le Maccarthysme.

Xenia Fedorova, qui dirige la chaîne après avoir géré l’agence de presse Ruptly – elle aussi dépendante des médias officiels russes – à Berlin répond aux accusations : « Nous sommes une chaîne russe financée par l’État, mais dans un groupe où les équipes sont internationales et composées de peu de Russes. Notre modèle économique et notre concept ne sont pas tellement différents celui de chaines d’information internationales comme BBC News ou France 24. Notre objectif est de couvrir les actualités locales, régionales et internationales qui touchent la France et le monde francophone, tout en mettant l’accent sur les aspects trop souvent négligés par nos confrères. »

RT, basée à Boulogne va recruter 150 personnes dont 50 journalistes et se centrer, comme les autres médias français, sur Paris. Pas de grands noms à priori, si on exclut des rumeurs sur Zemmour et Elkabbach. Elle veut capitaliser sur l’audience du site d’information, lancé depuis un an, qui a doublé depuis son lancement et qui est maintenant très lu, notamment par les personnes sympathisantes des partis de droite (UMP, FN, DLF, UDI etc…) et beaucoup de jeunes. La chaîne diffusera 24h/24 dont 10 heures de direct par jour et un journal chaque heure. Le budget sera de 20 millions d’euros et la chaîne devrait aussi être disponible sur les satellites Astra 19.2 et Eutelsat 5W. 

RT existe déjà en anglais depuis 2005, en arabe depuis 2007, en espagnol depuis 2009 tandis que l’agence Ruptly a été lancée en 2013. Elle revendique 70 millions de téléspectateurs dans 38 pays. Le développement de RT s’est accompagné d’une forte hostilité des médias établis et même de certains gouvernements (Lettonie, Allemagne, Royaume-Uni), de pressions envers les journalistes, les directions, la diffusion de fausses informations dans la presse du système etc. dans un cadre qui relève d’une véritable « guerre froide de l’information ».

Au sein de l’équipe française, Jérôme Bonnet, cofondateur du journal satyrique Zelium, sera le rédacteur en chef adjoint en charge du digital, Nadia de Mourzitch, ancienne directrice adjointe des magazines de TF1, gérera les programmes avec Jean-Maurice Potier, ex-présentateur de JT sur LCI, Vincent Fazekas, consultant, est nommé directeur du marketing. Le comité d’éthique est composé de l’économiste Jacques Sapir et de l’ancien député Thierry Mariani, deux personnalités connues pour leur engagement pro-russe. Hélène Carrère d’Encausse s’est cependant désistée.

La chaîne a obtenu un conventionnement du CSA, bien obligé – rien dans ses règles ne lui permettait de le refuser : « nous ne sommes pas dans la logique d’un appel à candidatures pour l’octroi d’une fréquence hertzienne mais dans le seul champ de la liberté de communication », répondait Olivier Schrameck, son président, au Monde.
RT fait la critique radicale des médias du système

Loin de baisser les yeux, RT en France aggrave la jaunisse des médias établis en se livrant à une critique radicale de ceux-là. Dans les Inrocks, Xenia Fedorova répond aux accusations : « “Notre but est de donner aux audiences françaises des infos rapides, crédibles, et qui n’apportent pas un seul point de vue, qui présentent aussi l’autre partie de l’histoire (…) Offrir une perspective différente en somme, et en disant cela je ne parle pas de ce que les médias nomment “le point de vue russe” : c’est totalement faux.” »

Elle dénonce sur son site le parti pris des médias du système envers RT : « depuis quelques mois, je suis le témoin privilégié d’un phénomène que je n’aurais jamais cru possible dans le pays de Voltaire […] la campagne de dénigrement permanent dont est victime RT France dont le lancement n’a même pas encore eu lieu ! ». Pour elle, « ces accusations pourraient aisément être réfutées en à peine quelques minutes de recherche, ce que tout journaliste digne de ce nom devrait faire avant publication. Pourtant, dès lors qu’il est question de RT, il semble que ces élémentaires vérifications soient rarement, voire jamais effectuées, comme si les médias mainstream n’entendaient pas laisser les faits faire obstacle à leurs scénarios alarmistes pré-écrits ».

Elle dénonce le parti-pris des médias du système pour Macron, qui lui a refusé d’accréditer Sputnik et RT au motif que ces médias seraient des « agents d’influence » qui diffuseraient des contre-vérités à son égard… ou qui lui seraient opposés. Curieuse vision de la démocratie. « Durant cette année d’élection présidentielle, cette presse grand public, qui accuse RT de partialité, n’a pour l’essentiel produit qu’une gigantesque et concertée campagne de promotion pour le candidat de son choix, répétant à l’envi les éléments de langage forgés par ses équipes ».

Conclusion logique : « les médias mainstream ont avant tout tourné le dos à leurs responsabilités, cessé de faire leur travail. Ironie du sort : ces médias qui alertaient partout sur la nécessité impérieuse de lutter contre les fake news en sont devenus les principaux propagateurs ». Avec le lancement de RT en décembre, nombre de gens dans les rédactions du système vont pouvoir se faire des cheveux blancs. Le monopole de l’information, déjà ébréché par les médias de réinformation sur internet, est en train de s’effondrer. Comme en 1989, le Mur tombe. Mais plus à Berlin, à Paris.

Texte repris du site de l’Ojim

https://fr.novopress.info/208305/la-chaine-dinformation-r...

Écrire un commentaire