Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/05/2018

Mai 68 • Les meneurs de la « Commune étudiante » : un paradoxe français [2]

Par Rémi Hugues 

Dans le cadre de la sortie de son ouvrage Mai 68 contre lui-même, Rémi Hugues a rédigé pour Lafautearousseau une série dʼarticles qui seront publiés tout au long du mois de mai.

Les maoïstes et la cause palestinienne 

La question palestinienne est la partie la plus saillante du panarabisme, mouvement qui revendique la souveraineté nationale des États du Moyen-Orient contre les ingérences occidentales. C’est à partir de 1967 et la guerre des Six-Jours qu’elle prend une ampleur considérable, non seulement au sein du monde arabo-musulman mais dans l’ensemble de la planète. Benny Lévy (Pierre Victor) a admis avoir été à l’origine de l’importation du conflit israélo-palestinien en France, afin de trouver une thématique faisant l’unanimité chez des immigrés arabes très divisés entre eux, pour ensuite prendre un virage à 180 degrés, comme le montre ce témoignage de l’ancien maoïste Ali Majri : « Pierre Victor, je l’ai rencontré longtemps plus tard, au milieu des années 80, dans un café proche de la fac de Jussieu où il enseignait la philo. Il avait balancé son marxisme-léninisme aux orties et renoué avec le judaïsme de son enfance. Un judaïsme ultra-orthodoxe ! Il m’a dit : le peuple palestinien n’existe pas. Il n’a pas le droit d’exister. ʼʼ Par la suite il est devenu rabbin... »[1] 

Son parcours est décrit plus en détail dans un autre ouvrage : « Charismatique, porteur d’une hargne sacrée, ce normalien fut le chef de la Gauche prolétarienne avant de devenir le secrétaire de Sartre. Au cours de ce compagnonnage avec le philosophe existentialiste, il est peu à peu revenu à la Torah. En 2000, il a fondé lʼInstitut d’études lévinassiennes avec Bernard-Henri Lévy et Alain Finkielkraut, deux philosophes qui furent jadis des maoïstes occasionnels. »[2]

Benny Lévy ira jusqu’à lancer ironiquement : « Les Palestiniens ? C’est moi qui les ai inventés ! » Une provocation que son camarade Alain Geismar, ex-animateur du Mouvement du 22 mars et figure emblématique de Mai 68, explicite aujourd’hui ainsi : « Il faut bien voir qu’à l’époque, le Parti communiste régnait sur les ouvriers professionnels. Les seuls auxquels nous avions accès, c’étaient les ouvriers spécialisés, pour la plupart de jeunes immigrés. Or, dans les foyers de travailleurs, on s’était aperçus qu’à cause de leurs rivalités nationales, les Marocains, Algériens ou Tunisiens avaient du mal à militer ensemble. Donc on cherchait un point capable de les unir. C’est comme ça qu’est apparue l’affaire de la Palestine : comme une figure apte à empêcher les immigrés de se taper dessus. »[3]

L’auteur du dit ouvrage, Jean Birnbaum, confirme l’importance du rôle joué par le maoïsme dans l’émergence de la question palestinienne en France. Il écrit que « les jeunes "gardes rouges" ont fortement contribué à populariser la cause palestinienne au sein de la gauche française, à une époque où celle-ci ne s’en souciait guère. Se replonger aujourd’hui dans la collection de leur journal, La cause du peuple, c’est découvrir une rhétorique antisioniste d’une virulence rare […]. Bien plus, le journal maoïste va jusqu’à recycler le vieil imaginaire antisémite »[4]. Ainsi les maoïstes contribuèrent de façon décisive à la création des Comités Palestine, dont Alain Geismar rappelle qu’ « ils étaient bourrés de militants juifs »[5]

Il est une thèse portant sur les leaders de la crise de mai-juin 1968 qui mérite d’être mentionnée. Elle laisse pantois un universitaire spécialiste de l’extrême-gauche, qui avoue qu’il ne « peut ni la contredire ni l’approuver. »[6] Cette thèse nous la devons à l’historienne spécialiste du communisme Annie Kriegel.  (Dossier à suivre)  • 

[1]  Cité par ibid., p. 142.

[2]  Jean Birnbaum, Les Maoccidents. Un néoconservatisme à la française, Paris, Stock, 2009, p. 13.

[3]  Ibid., p. 61-62.

[4]  Ibid., p. 60.

[5]  Ibid., p. 62.

[6]  Jean-Pierre Salles, La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981). Instrument du Grand Soir ou lieu d’apprentissage, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2005, p. 308.

L'ouvrage de l'auteur ...

(Cliquer sur l'image)

Couverture_livreM68.png

Retrouvez les articles de cette série en cliquant sur le lien suivant ... 

Dossier spécial Mai 68

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

Les commentaires sont fermés.