Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2018

Macron et son capitalisme de connivence

Charles Gave est l’un des meilleurs spécialistes de la vie économique française. Il explique ici qu’Emmanuel Macron n’est pas le libéral réformateur qu’il veut apparaître, mais l’homme d’une caste, choisi pour prolonger le système politico-économique, plutôt que pour le réformer.

Entretien avec l’abbé G. de Tanoüarn

Comment voyez-vous la rentrée d'Emmanuel Macron ?

J'avais publié un papier au moment où notre président a été élu, dans lequel je lui souhaitais de réussir, tout en affirmant que je n'avais pas le moindre doute qu'il allait échouer. Nous sommes devant cet échec. Mais il faut en chercher les causes. La France est un pays qui, depuis Giscard et Barre est gouverné par la même élite, dont fait justement parti M. Macron, ancien inspecteur des Finances. Cette élite fait toujours la même politique, celle qui a prévalu même durant le double septennat de François Mitterrand, à partir de 1983, quand Jacques Delors est devenu l'homme à suivre. Il s'agit dans cette politique de favoriser un capitalisme de connivence qui veille sur le lien étroit entre l'État et les grands groupes, au détriment du peuple. Emmanuel Macron a montré aujourd'hui qu'il était l'homme de cette connivence. Il n'a donc rien changé au système, même s'il a déréglementé le marché du travail, qui, par parenthèses, en avait bien besoin. Pour le reste, il dit aux petites gens, qui sont de plus en plus imposés il vous faut travailler plus pour gagner moins.

Que proposez-vous ?

Que devrait-il faire ?

La réalité c'est qu'il faut décoloniser la France de son Etat. Vous le savez, ce qu'on appelle la troisième révolution industrielle est celle de la connaissance. Elle repose sur la circulation libre de l’information. Plus question d'organiser des grands trusts à structure pyramidale, comme au XIXe siècle, avec beaucoup de niveaux de commande différents et une seule tête au sommet. Jusqu'à maintenant, il y avait les pyramides des grands groupes économiques face à la pyramide de l'État français. L'économie réelle - ce que Marx appelait l'infrastructure - ne fonctionne plus de cette façon. Aujourd'hui les grands groupes ont une structure horizontale et légère il n'y a pas plus de quatre ou cinq niveaux de hiérarchie. Et les profits, grâce à ces structures légères, vous les faites apparaître où vous voulez comme le montre l'affaire d'Amazon face au fisc français. Je crois, comme Marx, que la superstructure étatique ou politique dépend de l'infrastructure économique, qui produit la richesse. L'État ne peut pas continuer à être cette pyramide opaque. Il doit, à son tour, s'horizontaliser, en étant plus proches des citoyens.

Avez-vous un modèle en Europe de ce qu'il faudrait faire ?

La Suède, après sa banqueroute en 1992.

La Suède était un pays pyramidal, un pays qui était un symbole mondial du socialisme d'État. Les Suédois ont poussé la redistribution au point d'en arriver à la faillite. Ensuite, le pays s'est reconstruit de manière horizontale. Un exemple ? l'Éducation nationale on a posé trois questions aux Suédois doit-on donner une bonne éducation à tous ? Réponse oui. Faut-il assurer cette bonne éducation avec de l'argent public ? Réponse oui. L'éducation doit-elle être assurée par des fonctionnaires ? Réponse non. En Suède aujourd'hui, avec le chèque scolaire, les familles s'organisent elles-mêmes pour donner à leurs enfants l'éducation de leur choix. On peut créer une école avec sept familles. Le résultat c'est que, grâce à ce libre choix des familles qui gèrent leurs écoles, le secteur de l'Éducation en Suède a créé des emplois et généré des ressources, qui enrichissent le pays. Mais évidemment, on a diminué le nombre des fonctionnaires. Je le dis souvent, j'en ai fait la démonstration embaucher un fonctionnaire, c'est créer trois chômeurs. Ces réformes que j'appelle horizontales offrent, elles, de vraies embauches. Elles sont d'ailleurs intervenues dans d'autres domaines comme l'hôtellerie des hôpitaux et aussi les transports en commun.

Quelle réforme préconisez-vous ?

La réforme du droit du travail, présentée à son de trompe, n'est qu'une réforme subsidiaire. Il faut avant tout une gigantesque refonte du système fiscal. Nous sommes le deuxième pays le plus imposé du monde après le Danemark. Cet excès de fiscalité empêche la croissance. Il faut que l'argent gagné par les entreprises françaises ne soit pas confisqué par l'État, mais qu'il puisse être réinvesti pour permettre une vraie croissance économique. Sinon ces entreprises voient diminuer leur marge de manœuvre et elles perdent leur compétitivité. De manière plus fondamentale, la fiscalité pose aujourd'hui une question qui est celle de la justice de l'impôt sur quel principe pouvez-vous prendre de l'argent à des gens qui travaillent énormément et qui prennent beaucoup de risques pour donner à des gens qui ne font rien et sont, dans l'économie réelle, comme des passagers clandestins ? Un système fiscal qui transfère de celui qui fait à celui qui ne fait rien mène à l'enfer. Ce qui rend les gens prospères, c'est la liberté !

Macron n'est-il pas un libéral ?

Macron ? C'est un inspecteur des finances un comptable, pas un homme qui prend des risques. Il est élu pour défendre les intérêts d'une caste qui a pris le pouvoir, pas pour réformer.

monde&vie  6 septembre 2018

Les commentaires sont fermés.