Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Entre Edouard le Couard et Edouard le Jobard

Entre Edouard le Couard et Edouard le Jobard

Edouard : prénom du Premier ministre français

Couard : poltron, lâche, capon

Jobard : très naïf, facile à tromper

JDD : Journal du Dimanche.

Edouard, Premier ministre essentiellement connu pour la vista de sa prise de décision concertée et intelligente instaurant le 80 km/h sur les routes françaises, était interrogé par les journalistes du JDD la veille de l’édition du dimanche 6 octobre 2019.

Le journal prévient : Edouard s’explique sur tous les dossiers chaudsA la fin des explications, on avoue hésiter entre l’image d’Edouard le Couard et celle d’Edouard le Jobard.

Ca commence par Edouard le Couard : Après une semaine de débats à l’Assemblée nationale sur le projet de loi de bioéthique ; après de nombreuses affirmations pour le moins étonnantes de ses ministres (Agnès Buzyn : « une femme peut être un père, évidemment ») ; après le vote d’un amendement par sa majorité parlementaire sortant la GPA de ce statut hypocrite que son Gouvernement entretient ; à la veille d’une manifestation nationale contre la PMA sans père et autres manipulations filiatives et génétiques propres à asservir l’individu un peu plus à ses désirs, au marché et à l’Etat : pas un mot d’Edouard sur ce sujet dans l’entretien (3 pages) ! Peut-être objectera-t-on que les journalistes n’ont pas posé de question à ce sujet. Soit. Mais, en ce cas, cela signifierait-il qu’Edouard n’a même pas eu la capacité d’imposer pour partie son ordre du jour à l’entretien ? Ou bien Edouard le Couard a-t-il voulu surtout ne rien dire sur ce sujet fondamental ?

Cela a continué avec l’évocation des mesures prises après l’attentat terroriste musulman à la Préfecture de police. Edouard ne parle que de radicalisationRadicalisation musulmane, voire radicalisation islamiste, cela n’existe pas dans le vocabulaire d’Edouard ; sans doute tout à la fois Couard et Jobard.

Un silence que d’aucuns jugeront prudent pour ne pas cliver, comme disent justement les couards ? Nous avons pour juger de l’efficacité de cette attitude l’exemple même de l’historique de l’attentat : il est avéré que le Harpon avait prononcé des paroles de soutien après les attentats de Paris. Qu’ont fait ses collègues ? Il semblerait (mais tout est tellement soumis à doute dans cette mélasse…) qu’ils aient décidé de ne pas faire de rapport écrit à leur hiérarchie. Et là, on peut s’interroger sur leurs motivations. On peut en supputer quatre.

  • La première serait des pressions exercées par leur hiérarchie. On ne sait pas.
  • La deuxième, inquiétante mais on espère peu plausible, c’est que les collègues, également musulmans radicalisés, soutenaient sur le fond leur collègue.
  • La troisième serait la bienveillance de ces collègues : ils n’auraient pas voulu discriminer. Tout le catéchisme officiel de la bienpensance met la honte sur le discriminateur. En plus, Harpon était malentendant !
  • La quatrième, dérivée de la troisième et très plausible, serait liée à l’idéologie folle de ce qui est appelé antiracisme. Comment ? Alerter sur les dires d’un métis ? Ne vais-je pas être accusé de racisme ? Comment ? Alerter sur les dires d’un musulman ? Ne vais-je pas être accusé de racisme ? Et pensez à la combinaison des deux ? Explosif !

Et à l’arrivée, on a eu quatre morts à la Préfecture de police. Mais on n’a ni clivé, ni discriminé, ni risqué d’être accusé de racisme. Et Edouard le Couard/Jobard fait pareil. Combien de morts à la prochaine étape ?

Enfin, dans l’entretien, Edouard le Jobard est particulièrement en forme à propos de Christophe Castaner, son ministre de l’Intérieur. Question des journalistes : Le ministre de l’intérieur (qui avait affirmé que Harpon n’avait « jamais présenté de difficultés comportementales ni le moindre signe d’alerte ») a-t-il parlé trop vite ? Son autorité est-elle entachée ?

La réponse d’Edouard le Jobard est éclairante :

« Certainement pas. J’ai toute confiance en Christophe Castaner, qui a fait état de ce qu’il savait au moment où il s’est exprimé. Il est dans le rôle du ministre de l’Intérieur dans de telles circonstances ».

Comprenons bien : C.Castaner a fait état de ce qu’il savait, il était dans son rôle. Donc, pour Edouard le Jobard, le rôle du ministre de l’Intérieur est de répéter ce qu’il sait, autrement dit ce qu’on lui a dit. On pensait, sottement certainement, qu’un ministre pouvait avoir comme compétence d’exiger de ses collaborateurs des informations exactes, quitte à les presser de questions, à les secouer et à faire des validations multiples et au final ne pas s’en contenter. Mais visiblement, ce n’est pas là une compétence de C.Castaner, qui s’est fait enflé, pour parler vulgairement, par ses troupes puisque des faits étaient sus.

Comprenons bien toujours. On pensait par ailleurs, sottement certainement, qu’un ministre de l’Intérieur pouvait avoir un brin de raisonnement personnel. Après tout, quatre morts par attaque au couteau dont égorgement, ce n’est pas tout à fait dans les coutumes françaises (dont on sait que heureusement elles sont constamment enrichies par le multiculturalisme…). C’aurait pu éventuellement être considéré comme alarmant. Didier Lallement, préfet de police de Paris, l’avait dit lors de sa conférence de presse le 4/10 : « Notre lucidité de policier nous amène à n’exclure strictement aucune hypothèse à ce stade ». Mais lucidité de policier, c’est trop pour C.Castaner. D’un autre côté, ça fait longtemps qu’on n’entretient plus d’illusion sur la personne.

Et l’étonnant, c’est de voir Edouard le Jobard, chef de gouvernement, accepter tout ça : « J’ai toute confiance en C.Castaner ». Il est bien le seul, sans doute.

Nonobstant, Edouard le Jobard-Couard n’est pas plus inquiet que ça comme il le dit en fin d’entretien : « Un Premier ministre peut rester en fonction aussi longtemps qu’il a la confiance du président, le soutien de la majorité et l’envie de continuer. Il me semble que les trois conditions sont toujours réunies ». Il a la confiance du Président : et il la mérite comme C.Castaner mérite la confiance du Premier ministre ?

https://www.lesalonbeige.fr/entre-edouard-le-couard-et-edouard-le-jobard/

Écrire un commentaire

Optionnel