Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2017

Le Pen-Macron, le renversement des rôles ?

splash-emmanuel-macron-marine-le-pen-visuels-splash-presidentielle_5867597.jpg

La France et la démocratie doivent être sauvées « en même temps », et c’est la raison pour laquelle les gaullistes doivent voter pour Marine Le Pen !

Le duel annoncé et gagné d’avance entre le démocrate et la « facho », le pacifiste et la « va-t-en-guerre », le rassembleur et la raciste, l’homme d’ouverture et la femme des frontières est peut-être en train de changer d’âme, et l’espoir de camp. Le ralliement à Marine Le Pen de certains gaullistes, comme Dupont-Aignan ou Marie-France Garaud, est un signal libérateur. Beaucoup de « républicains » engagés derrière Fillon n’ont pas digéré l’adhésion précipitée à l’adversaire victorieux. Cela sentait l’opportunisme et révélait une trahison déjà ancienne des idées au profit des intérêts. La tentative de réveiller le vieux monstre de la diabolisation paraît un artifice usé. L’instrumentalisation mensongère et injurieuse de l’Histoire risque même de se retourner contre le manipulateur qui y recourt. On ne peut récupérer la tragédie d’Oradour ou citer les attentats de l’OAS contre un parti qui n’a aucun lien avec ces événements sans éveiller le soupçon d’une grande malhonnêteté intellectuelle. Car les massacres de populations civiles d’aujourd’hui ou les attentats sur notre sol, ce ne sont pas les nazis qui les commettent, ni l’extrême droite : ce sont les islamistes que le FN combat avec vigueur. Dieu merci, il n’est pas seul.

Macron est le fruit de la manipulation des électeurs par l’oligarchie qui règne sur le microcosme médiatique. Il est assez facile d’inverser l’image positive que ce dernier a essayé d’installer dans les esprits. M. Macron va gouverner par ordonnances puisqu’il n’aura sans doute pas de majorité parlementaire. Au mois de novembre, il était contre. Il est maintenant pour ce type de gouvernement qui contourne le peuple, ses représentants et ceux de la société civile. C’est doublement inquiétant : la surestimation de soi est la semence de la dictature.

Or, le fait d’être parvenu à la porte de l’Élysée aussi vite et en se flattant de ne pas avoir été élu auparavant risque d’accentuer la dérive. De plus, le revirement à ce sujet, comme sur beaucoup d’autres, témoigne d’une inconsistance inversement proportionnelle à la suffisance du personnage. Madame Le Pen va, au contraire, faire appel au référendum, c’est-à-dire au peuple. C’est démocratique, c’est gaulliste et c’est suisse : trois brevets qui délivrent de l’imputation de « fascisme ».

Macron a également envisagé de porter la guerre en Syrie contre l’État présidé par Assad. Il a évoqué cette possibilité à la suite du bombardement chimique dont l’aviation syrienne se serait rendue coupable. Il a souligné combien celui-ci était contraire au droit international en ajoutant que la riposte française pourrait se passer de le respecter, ce qui révèle la tendance marquée du novice à dire tout et son contraire « en même temps », selon sa formule fétiche. Madame Le Pen est, au contraire, favorable à un dialogue amical avec la Russie de Vladimir Poutine. C’est de ce côté que se situent les chances de paix, et non de celui des États sunnites qui ont fomenté la guerre et l’alimentent encore. Macron est un homme dangereux.

Macron voulait être le candidat de l’apaisement contre le parti de la haine. Ses discours hystériques, les propos orduriers tenus par quelques cabotins qui remplacent leur absence de culture et de réflexion par une agressivité vulgaire et sans limite, montrent que la haine n’est pas là où le microcosme médiatique veut, à tout prix, la placer. L’intolérance, la discrimination, le totalitarisme de moins en moins sournois que la gauche fait régner dans notre pays sont inquiétants. Le processus mortel pour la démocratie est « en marche ». Il consiste à exclure un parti parfaitement légal de la légitimité républicaine, puis, de fil en aiguille, tous ceux qui s’en approchent, enfin, ceux qui partagent certaines de ses idées. L’emploi de l’amalgame dénoncé par la gauche est en fait le mécanisme auquel elle a le plus souvent recours. La fausse droite s’y soumet. Sens commun vient d’en faire les frais.

La France et la démocratie doivent être sauvées « en même temps », et c’est la raison pour laquelle les gaullistes doivent voter pour Marine Le Pen !

 dans Boulevard Voltaire

Les commentaires sont fermés.