Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2017

Un contre-pouvoir à l’Assemblée pour défendre la France

Comme d’autres avant eux, et  toujours dans la période précédant une échéance électorale importante, les peu finauds limiers du site  Buzzfeed  se sont évertués à  traquer  sur internet, les réseaux sociaux et les pages facebook, les propos déviants ou politiquement incorrects de certains candidats FN aux élections  législatives. Une initiative pas très originale mais abondamment relayée par leurs confrères. La technique est toujours peu ou prou la même : accumuler  des  exemples  de citations plus ou moins sorties de leur contexte, parfois de ce fait  assez maladroites dans leur formulation, mais le plus souvent  anodines, qui ne choquent en réalité pas grand monde en dehors des grands prêtres de la religion du vivre-ensemble multiculturaliste. Puis, dans un second temps, interroger les dirigeants du Front lors de leur passage dans les médias – les privant ainsi d’un temps de parole qui serait plus judicieusement employé- sur les  propos en question en les sommant de les condamner et de virer les frontistes qui les tiennent.

La Caste médiatique peut ensuite  broder  sur le thème du  vous ne pouvez pas voter pour eux, on vous avez bien dit que le FN n’a pas changé, qu’il reste un mouvement infréquentable peuplés de racistes, d’antisémites, d’homophobes et de paranoïaques grincheux etc.  Sur France inter lundi, station-bastion emblématique de la bien-pensance socialo-bobo, un chroniqueur de la très poussive émission conduite et produite par  Charline Vanhoenacker, « Si tu écoutes, j’annule tout », évoquait cet article de Buzzfeed. Cet employé du service public payé avec nos impôts pour débiter les poncifs habituels expliquait sur fond de rires forcés que c’était à croire que la « dédiabolisation du FN » était menée par « l’exorciste Bruno Gollnisch ». Lequel est en effet  censé incarner le côté (le plus) obscur de la force frontiste dans l’imaginaire borné de  ce milieu autoréférencé et intellectuellement très paresseux.

La dédiabolisation du FN est plus prosaïquement menée par nos compatriotes  eux-mêmesqui vérifient quotidiennement le bien fondé des assertions de Marine, de Bruno, des dirigeants frontistes. A charge pour l’opposition nationale de  convaincre davantage de Français, de gagner en crédit sur tous les aspects de son programme.

Nous l’avons dit, sous le double effet du mode de scrutin  et du front ripoublicain, le FN, même crédité de la troisième place en terme de voix, ne serait pas assuré de pouvoir constituer un groupe à l’Assemblée nationale.   Selon la dernière enquête  Odoxa pour Le Point, l’attelage LREM-MoDem obtiendrait le 11  juin 33 %  des voix   (entre 350 et 390 sièges),  l’alliance LR-UDI  entre 120 et 160 députés, le PS entre 25 et 35, le duo PC-France Insoumise entre 15 et 25, le  FN  entre 5 et  15 députés. Selon  le nouveau  sondage BVA publié  mercredi, les candidats de MM. Macron et Bayrou obtiendraient en moyenne 30% des suffrages, ceux de LR-UDI 20%, le FN 18%,   FI 12,5%

Pour jauger de ce que changerait l’instauration de la proportionnelle défendue par le FN (le candidat Macron avait promis dans son programme l’instauration d’une dose de celle-ci ) rappelons-nous des législatives de  1986. L’établissement  par François Mitterrand du scrutin proportionnel à un tour (parenthèse  vite refermée dés 1988), non pas pour les beaux yeux du FN mais pour limiter la  casse au PS  face à la droite RPR-UDF, avait permis la création d’un groupe FN.  En l’espèce 35 députés avec seulement 9,7% des voix.

  Bruno Gollnisch n’est pas candidat mais  participe en tout cas  activement à cette campagne dans ses rares moments de libre. Il était notamment présent le 4 juin au Mont-Faron à Toulon  pour une  grande fête militante organisée par le très dynamique candidat Amaury Navarranne. Il  était  hier à la réunion publique de la non moins motivée Marie Garcia à Bourron Marlotte  (Seine-et-Marne). Le député européen frontiste qui le 4 juin souhaitait aussi une «  Bonne route aux pèlerins en marche vers la cathédrale de Chartres, sur la route de Charles Péguy », sait aussi que  la sentence  de l’auteur de  L’argent, «  Les patries sont toujours défendues par les gueux, livrées par les riches » reste plus que jamais d’actualité.

Le slogan choisi par les gueux du   FN pour ces législatives, « Plus que jamais défendre la France » annonce en tout cas clairement la couleur.  Bruno Gollnisch lors de ses déplacements  a rappelé qu’il était très important que les Français puissent compter sur un contre-pouvoir à l’Assemblée nationale.  A  vrai dire ce sera  quasiment  le seul, et de loin le plus cohérent,  au vu de l’idéologie immigrationniste des mélenchonistes et plus généralement de  l’état d’esprit  très macrono-compatible affiché par de nombreux caciques et candidats de LR et du PS. Les électeurs doivent en être pleinement conscients.

https://gollnisch.com/2017/06/08/contre-pouvoir-assemblee...

Les commentaires sont fermés.