Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2017

La droite française est éparpillée façon puzzle

6a00d83451619c69e201b7c90656bb970b-250wi.pngMinute appelle la droite à se mettre enfin au travail :

"[...] Côté Républicains, l’implosion, annoncée depuis des années, commence enfin. Avec deux groupes à l’Assemblée nationale, cinquante tendances et une guerre des chefs repartie de plus belle entre Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand, le prochain congrès du parti risque fort d’être sanglant. Un peu comme si les chapeaux à plume des Républicains n’avaient toujours pas compris qu’ils avaient perdu deux élections présidentielles et deux élections législatives de suite, ce qui ne s’était jamais vu dans l’histoire de la Ve République.

Au Front national, les communiqués officiels rassurants n’arrivent plus à masquer les divisions. Pour gagner du temps et tenir ses troupes, Marine Le Pen a décidé de lancer une réflexion sur l’avenir du mouvement, sa stratégie et ses propositions, qui doit conduire à des décisions... dans le mois qui vient ! Pour autant, il n’est pas une semaine où les cadres du mouvement n’étalent leurs divisions et désaccords au grand jour et ne s’écharpent sur Twitter. Quant à la droite hors les murs, elle a été incapable d’exister électoralement (même lors de la primaire de la droite), excepté dans des situations locales très particulières, avec Emmanuelle Ménard ou Jacques Bompard.

Bref, à droite, pendant qu’on s’insulte, qu’on s’écharpe ou qu’on s’anathème (parfois avec raison), on ne pense plus. Le cerveau, ça doit être comme le cheval ou le vélo : à force de ne pas pratiquer, on oublie comment ça fonctionne. Et pourtant... Depuis quatre ou cinq ans, la pensée avait changé de camp. La gauche, autrefois hégémonique, avait cessé de penser. [...] C’est bien à droite que se déroulait l’agitation des idées : Manif pour tous, Veilleurs, revues (« Limite », reprenant pied sur le terrain de l’écologie, « Eléments », redevenu le lieu de débats commentés, « Philitt » et on en passe), colloques, tels ceux d’Iliade ou Oz ta droite, de Robert Ménard, essais de Zemmour, Villiers ou Buisson, etc. Evidemment, ce foisonnement était très minoritaire, certainement intellectualiste, trop parisien et déconnecté des préoccupations des Français. Est-ce pour cela que personne n’en a rien tiré d’un point de vue électoral ? Un peu sans doute. Mais pas uniquement.

Depuis des années, pour ne pas dire depuis des décennies, la droite politique a oublié de réfléchir. Comme l’a dit justement Bruno Retailleau, le fidèle lieutenant de François Fillon, à l’hebdomadaire « Le Point » : « Beaucoup d’intellectuels, issus parfois de la gauche, ont exprimé des idées qui sont les nôtres, mais nous n’avons pas décliné, actualisé leur travail sur le plan politique. » C’est le moins que l’on puisse dire. [...] Et pour une raison simple : à droite, les politiques qui lisent sont des exceptions. Pas le temps. Inutile. Même le journal du parti, c’est juste bon pour les militants. Qu’on ne forme pas, sauf à tenir un bureau de vote. Quel homme politique de droite a, depuis cinq ans, porté à l’Assemblée nationale ou dans les médias un discours intelligent, construit, constructif et pourquoi pas novateur sur les questions de civilisation ? Quel homme politique de droite a travaillé réellement sur les questions d’identité, de sécurité, de justice et, soyons fous, de souveraineté ou d’Europe ? Qui sait encore, hormis Jean-Frédéric Poisson, ce qu’est le principe de subsidiarité ?

A part : « On va mettre plus de policiers ! », « Il faut en finir avec les juges rouges ! » ou « C’est la faute de l’Europe ! », a-t-on entendu autre chose depuis cinq ans ? Tant que l’on se contentera de slogans en guise de programme politique, on n’arrivera à rien. Comme le dit Thierry Mariani dans l’entretien qu’il nous a accordé, « il faut tout reconstruire ». Cela passe par la réflexion. Par l’exposition des idées. Par leur confrontation. « Minute » entend y contribuer. Avec tous ceux qui le souhaitent. Sans anathèmes et sans exclusive, mais sans concession à l’égard de ceux qui ne s’intéressent qu’à leurs intérêts boutiquiers."

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Les commentaires sont fermés.