Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/07/2017

La deuxième mort de Helmut Kohl

La cérémonie d'hommage européen, à Strasbourg ce 1er juillet, au chancelier de l'unification allemande, disparu le 16 juin à 87 ans, relevait de la plus évidente des obligations. Envers ce grand Allemand et grand Européen, dans cette ville symbole et qui fut longtemps considérée comme la capitale naturelle du projet européen, se retrouvaient les dirigeants qui lui ont succédé et qui pour beaucoup d'entre eux, sinon pour la plupart, ne lui arrivent pas à la cheville.

Il serait éventuellement déplacé de voir comme un reproche le rappel, malgré tout nécessaire, des deux ou trois points qui projettent de l'ombre, ou au moins posent question sur son œuvre.

Sans nécessairement penser qu'il se soit fourvoyé en son temps, précisément les temps ont changé. Le XXIe siècle a succédé au XXe pour le meilleur et pour le pire, tout en nous posant la question sur comment, pour les Européens, le XXIe pourrait vraiment être pire que le XXe.

On ne saurait reprocher par exemple à Helmut Kohl d'avoir trop misé sur son entente avec la France, allant jusqu'à une confiance excessive en des politiciens et des technocrates parisiens : Mitterrand, qui ne voulait pas de l'unification allemande, Delors et Lamy concepteurs du traité de Maastricht aboutissant à une Europe des États. Celle-ci a notamment liquidé les libertés et les perspectives des régions. On va bientôt tâter de cette erreur, qui vient des œillères jacobines françaises, à propos de l'Écosse et de la Catalogne.

Tout cela, on ne peut pas en diriger la critique vers Helmut Kohl, toute sa vie attaché au Land de Rhénanie-Palatinat.

Encore moins pourra-t-on lui reprocher les errements postérieurs à son départ de la chancellerie en 1998, après 16 ans de gouvernement.

Les traités ultérieurs comme le calamiteux traité de Nice rédigé par Juppé, avec l'aide de Toubon, sous la présidence de Chirac ont certainement contribué à enterrer le rêve européen tel qu'on pouvait le formuler dans les années 1950 ou 1960. Mais alors Kohl n'est plus là.

À l'inverse on n'oubliera pas non plus que la force économique et industrielle de l'Allemagne doit beaucoup à d'autres que Kohl, aux doctrines et aux pratiques qui ont prévalu depuis l'après-guerre, à l'influence et à l'action de Ludwig Ehrard (1897-1977) en faveur de la liberté économique, adepte de ce qu'on appelle l'ordo-libéralisme, père de la réforme monétaire de 1948, etc. mais également, du côté des sociaux-démocrates à un pragmatisme qui conduisit Schröder chancelier de 1998 à 2005 aux réformes impopulaires, mais efficaces, de "l'agenda 2010". Elles brisèrent sa carrière politique mais c'est grâce à ces mesures que l'économie prospère aujourd'hui outre-Rhin après les difficultés des années 1990.

On ne doit pas oublier non plus dans l'unification le rôle de Hans-Dietrich Genscher (1927-2016), ministre des Affaires étrangères FDP sans l'habile diplomatie duquel l'excellent chancelier n'eût sans doute pas réussi.

Mais si l'on doit retenir un point négatif c'est bien d'avoir désigné pour lui succéder cette Mädchen de l'est, politicienne certes très professionnelle, mais ondoyante et opportuniste, sans vrais principes, et qui se révéla une critique impitoyable de son ancien mentor, au pire moment des attaques contre le financement de son parti.

Bien pire encore, on n'a cessé de la voir se retourner elle-même contre ses propres positions. Si, en 2011, elle annonce la fin, l'échec, du modèle multi-kulti, ce sera, en 2015, pour organiser une immigration à marche forcée et pour l'imposer aux autres peuples européens. Cette "Mutti" sans enfants prétend transformer en cotisants du système de retraites allemand les Syriens, les Afghans, les Turcs ou les Érythréens, absurdité économique de toute manière dans la mesure où ces nouveaux arrivants comblent tant bien que mal un déficit démographique mais ne combleront que très partiellement, sur la base de rémunérations moindres, le déficit des cotisations.

Mais Frau Merkel n'en a visiblement pas cure. Son propos n'est ni national ni européen, encore moins identitaire ou chrétien : il ne tient qu'à l'image consommatique, matérialiste et politiquement correcte, qu'elle croit pouvoir assurer à son gouvernement.

La dernière ‑ en date – de ses volte-faces vient de porter sur le mariage pour tous, auquel on la croyait fermement opposée mais qu'elle aura fait voter en moins d'une semaine, entre le 26 et le 30 juin, un record.

Espérons aujourd'hui que le peuple allemand sanctionnera ce reniement de trop. Mais ne nous faisons pas trop d'illusions. Soulignons qu'un océan sépare désormais Mme Merkel de son prédécesseur, qui fut longtemps son protecteur et qu'elle a tout simplement trahi, et de la façon plus vulgairement banale, comme Ganelon à Roncevaux.

JG Malliarakis

http://www.insolent.fr/

08:01 Écrit par pat dans actualité, Europe, international | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Les commentaires sont fermés.