Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2017

Immense Chine rouge et microscopique Catalogne dans la minuscule Espagne.

Le communisme 1917 - 2017.jpgCe n’aura pas été un mince contraste propice à réflexion, dans l’actualité automnale que celui, durant quelques jours, de la « couverture » médiatique du 19 ° Congrès du parti communiste chinois, et celle des événements de Catalogne.

D’un côté, la preuve, s’il en était besoin, que le communisme n’est pas mort, comme nous n’avons cessé de le répéter au fil des années. Réalité d’une population d’un milliard et demi d’hommes, le quart de celle de la planète, gouvernés par la main de fer d’un nouvel empereur rouge sacralisé comme un nouveau Mao, entouré pour mener sa politique de pas plus de six autres très puissants dirigeants de l’appareil d’un parti de 85 millions de membres structurant le totalitarisme chinois. 

Preuve encore, en effet, comme nous le redisions après Jules Monnerot et quelques autres à la fin du siècle dernier, que la réalité du communisme, ce n’était pas tant celle d’une idéologie marxiste de plus en plus désuète, mais celle d’une organisation de pouvoir et d’absolu contrôle de toute la population d’une société fourmilière. 

En contraste donc, dans la même période, les événements de la purulence de ce que l’on peut appeler une catal-ânerie mais dont certains, non sans raisons, peuvent encore craindre une mortelle épidémie de fièvre séparatiste dans les pays de l’Union européenne, et pas seulement à l’ouest.

Et il est vrai aussi que selon une constante de l’histoire, les puissances unifiées et intelligemment gouvernées voient bien leur intérêt à favoriser les pulsions séparatistes selon l’immuable principe du « diviser pour régner ». 

De même que l’Allemagne, pendant la guerre, promettait monts et merveilles à tous les indépendantismes, le breton et les autres, aujourd’hui le gouvernement de Vladimir Poutine fait de même. Certains diront : « C’est de bonne guerre ». Peut-être, mais les guerres de Poutine ne sont pas toutes forcément les nôtres !

Entendons-nous bien, ce n’est pas parce que nous ne voyons pas d’un bon œil l’indépendantisme catalan, cette catalânerie pouvant accélérer un processus de retour à la domination islamique de l’Espagne, que nous serions d’enthousiastes admirateurs de la politique de soumission à l’Eurocratie de Mariano Rajoy.

Mais on doit réfléchir à ce que serait la réalité de cette « Europe aux cent drapeaux » dont rêvent certains naïfs et très calamiteux identitaires.

Dans un monde où quatre puissances territoriales, Chine, Russie, Inde, États-Unis, se partagent à elles seules la moitié de la superficie, et où s’étendent aussi les deux islamismes (le sunnite et le chiite), on peut imaginer ce que pèseront des « États-confettis ». De quoi ne pas beaucoup inquiéter Poutine et Xi Jinping mais faire en revanche toujours plus saliver les stratèges de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI) qui rêvent d’une reconstruction d’Al-Andalous sur le délabrement, une nouvelle fois, comme au VII° siècle, de l’Espagne chrétienne.

Mais peut-être Carlès Puigdemont et ses alliés de la CUP misent-ils sur l’argent arabe pour les sauver de leur aventurisme. Quoi qu’il en soit, l’indépendantisme catalan, s’il l’emportait, aboutirait inéluctablement à beaucoup plus de dépendance réelle et affligeante de la Catalogne qu’au sein de l‘Espagne, ou plutôt comme jadis jusqu’en 1860, « des Espagnes » que peut fédérer encore, si décevante qu’elle ait été avec Juan Carlos, la couronne espagnole. 

Le meilleur avenir pour tous les Espagnols, catalans, basques, asturiens et autres, ne tient-il pas encore en ces quatre mots de sa résurrection au long de la Reconquista : « Dios », «Patria », Rey », et « Fueros »  

L'ouvrage peut être commandé à l'AGRIF 70 boulevard Saint Germain 75005 Paris (tel: 01-40-46-96-31) au prix de 28 euros (frais de port inclus).

REC-341-1.jpgLe dernier numéro de Reconquête

à commander au Centre Charlier 70 boulevard Saint Germain 75005 Paris (8 € franco de port)

http://www.bernard-antony.com/2017/10/immense-chine-rouge...

Les commentaires sont fermés.