Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2018

Apprenons à réserver nos flèches à l'adversaire et à travailler avec des personnes avec qui nous ne partageons pas tout

6a00d83451619c69e201bb09e71b07970d-800wi.jpg

Entretien avec Barbara Mazières, à propos de la table ronde de vendredi sur la filiation.

Barbara Mazières, vous organisez avec l’association « Cercle Anjou Conférences » une table ronde sur le thème « Théorie du genre, PMA, GPA, 2018 une année décisive » à Segré. Est-ce le rôle de votre association ?

Oui, car notre association a pour but d’informer et de former sur tous les sujets de sociétés : Histoire, culture, religion, bioéthique, politique… Nous avons d’ailleurs récemment participé au colloque des catholiques en action organisé par Ichtus et les AFC 49 à Angers. Si nous ne sommes pas une œuvre d’Eglise, nous sommes des catholiques engagés dans la vie de la cité. Et comme le rappelait justement le concile Vatican II, les laïcs ont un rôle importants à jouer – spécialement dans le domaine politique.

Les problèmes de bioéthique nous touchent particulièrement, car il en va de l’avenir de l’humanité. 2018 sera une année décisive. Le risque est grand que, si les catholiques de France ne bougent pas, le parlement légifère non seulement sur la PMA pour les femmes célibataires ou les lesbiennes (c'est-à-dire la création d'un enfant délibérément privé de père par l'arbitraire du législateur, empressé de satisfaire des lobbies électoraux puissants), mais encore la création d'embryon avec plusieurs "parents" (l'embryon à 3 ADN), de nouvelles dérives en matière de recherche sur l'embryon - et donc de destruction des plus faibles  d'entre nous -, les mères porteuses (plusieurs sénateurs UMP considèrent déjà que Macron "ne va pas assez loin" en ce domaine…), et l'euthanasie. Autrement dit, la révision des lois de bioéthique peut fort bien être l'occasion de dérives totalitaires gravissimes, selon lesquels la vie d'un être humain sera purement et simplement commercialisable.

Nous devons agir et réveiller les consciences - car il est certain que la plupart de nos concitoyens ne soutiennent ces dérives que parce qu'ils en ignorent les conséquences. Le cercle Anjou Conférences organise des conférences: nous agissons donc dans le domaine de nos compétences en organisant cette table ronde.

Vous réunissez à la même table Virginie Tellenne (Alias Frigide Barjot, de l’Avenir Pour Tous), Guillaume de Thieulloy (du Salon beige), Gaëtan de la Rousserie (Responsable LMPT 49), le Père Emmanuel d’Andigné (Curé de Segré). N’est-ce pas un peu risqué compte tenu des divergences de vues de chacun ?

Qu'il y ait un débat pendant une table ronde me semble assez logique. Et, surtout, face à l'ampleur des enjeux, nous ne pouvons pas faire la fine bouche: toute personne qui veut s'opposer à la marchandisation du corps humain est bienvenue sur notre barricade! Même si, par ailleurs, nous ne sommes pas d'accord sur tout. Apprenons donc à réserver nos flèches à l'adversaire et à travailler avec des personnes avec qui nous ne partageons pas tout! J'ajoute que les libertaires n'ont besoin que d'une chose pour l'emporter: soit notre silence, soit notre division. Montrons-lui que nous savons nous unir lorsque le combat l'exige.

Comment participer à cette conférence?

Cette table ronde aura lieu le 12 janvier à 20H au centre pastoral de la Renaissance à Segré. J’espère que d’autres réunions de ce type (en élargissant encore le spectre des intervenants) seront organisés en France. Il faut se mobiliser pour montrer notre détermination à refuser le mise aux enchères de notre humanité. Voici 40 ans, c'est l'inaction des catholiques, et spécialement des évêques, qui a permis le vote de la loi Veil. En sens inverse, la mobilisation de la Manif pour tous a jusqu'à présent empêché de nouvelles dérives libertaires. Alors, surtout, e lâchons rien!

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Écrire un commentaire