Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2018

Après la guérilla, la reconquête ! par Thierry DUROLLE

reconquete-300x300.jpgLe contexte global et local étant pour le moins morose, pour ne pas dire alarmant, beaucoup se demandent combien de temps cette engeance ploutocratique que l’on nomme Système va bien pouvoir se maintenir en place. Tout le monde y va de son pronostic, nous ne sommes pas loin du tiercé. Récemment, Laurent Obertone a couché son scénario pour la France sur papier dans un roman d’anticipation nommé Guérilla.

Ce dernier était plutôt bien écrit, pas déplaisant à lire même si le lecteur restait un petit peu sur sa faim. L’humour acide d’Obertone, nourri de l’absurdité de notre société ethno-masochiste, iréniste et hédoniste camoufle quand même pas mal de questions concernant notre avenir. Pas de réponses dans Guérilla, juste un scénario implacable qui se joue telle une partition tâchée de sang, exempt de quelconque parti pris malgré diverses forces en présence décrites par l’auteur dans son roman (racailles, gauchistes, islamistes, identitaires, oligarques).

À l’inverse, vient de paraître à la Diffusion du Lore, un court roman d’anticipation qui, lui, prend position. Reconquête d’Alcide Gaston décrit des événements dramatiquement similaires à ce que nous pouvons vivre. Par contre, comme son nom l’indique, la trame de l’action est justement la reprise de ce qui a trop longtemps était perdu et laissé à l’ennemi. Plus proche des Cahiers de Turner que deGuérilla donc, Reconquête affiche ouvertement sa nature politique, que nous pouvons qualifier de Droite radicale.

L’intrigue tourne autour d’un père de famille, ancien militant nationaliste, qui galère pour faire manger les siens dans une société atteinte d’une lente décrépitude. Mais, un jour, un attentat islamiste d’une envergure sans précédent, suivi d’une répression féroce et délirante contre le camp national, au sens large, contraint notre héros à rentrer en clandestinité pour agir.

Un style brut de décoffrage, garanti sans langue de bois, et animé par un sentiment d’urgence absolue : voilà comment on se prend Reconquête dans la figure. Le niveau stylistique n’a pas la prétention d’égaler les grands auteurs français il est vrai. Espérer de Reconquête d’avoir la saveur d’un petit roman pour bourgeoise parisienne c’est comme espérer de Jacques Attali qu’il devienne maraîcher bio en Ardèche.

L’histoire n’est pas très élaboré, et l’on reste un peu sur sa faim une fois le livre terminé. Peut-être aurait-il gagné à être plus développé… À moins qu’une suite soit prévu ? Fait à remarquer, et contrairement à Obertone, Alcide Gaston cite nommément des groupuscules et des personnalités telles Alain Soral qui devient au fil de l’intrigue la nouvelle coqueluche des médiats style BFM WC ! Si vous avez aimé Guérilla et Les Carnets de Turner, la lecture de Reconquête vous replongera sans doute dans cette ambiance bien particulière…

Thierry Durolle

• Alcide Gaston, Reconquête, La Diffusion du Lore, 2017, 164 p., 19 €.

Les commentaires sont fermés.