Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Elections MidTerms : les Américains n’ont pas rejeté Donald Trump

Elections MidTerms : les Américains n’ont pas rejeté Donald Trump

Alors que nos médias annonçaient une “vague démocrate” à l’issue des élections de mi-mandat aux États-Unis, le parti d’opposition à Donald Trump a seulement réussi à retrouver la majorité à la Chambre des représentants.

Donald Trump sort renforcé de cette élection, car non seulement les Républicains conservent le Sénat, mais ils y accroissent leur nombre de sièges. Et c’est la chambre qui a le plus de pouvoir politique.

Les résultats ne sont pas encore définitifs.

A noter qu’en Virginie, le seul sénateur Démocrate qui a voté pour la confirmation du juge Kavanaugh à la Cour suprême a été réélu avec 52%, dans un État qui avait placé Trump largement en tête.

Ces élections de mi-mandat sont généralement compliquées pour les partis au pouvoir. A titre d’exemple :

  • Clinton 1994:
    • Chambre -54
    • Sénat -8
  • Bush 2006
    • Chambre -30
    • Sénat -6
  • Obama 2010
    • Chambre -63
    • Sénat -6
  • Trump 2018
    • Chambre -30 (estimation)
    • Sénat +4 or +5

Corentin Sellin estime sur BFMTV :

«Trump a surtout fait campagne pour le Sénat qui est le plus important, et force est de constater qu’il a très bien réussi. Il a eu le scalp de tous les Démocrates qu’il est allé chercher. En Floride, alors que tous les sondages disaient l’inverse, les Républicains remportent une double-victoire Gouverneur/Sénateur. Trump peut dire : “C’est moi qui vous ai fait gagné”. Il en sort renforcé personnellement. C’est surprenant que la majorité Républicaine soit autant renforcée au Sénat, notamment le siège en Floride détenu depuis 2000 par les Démocrates. Trump pourra beaucoup plus facilement peupler les cours de justice de juges conservateurs.

On parlait des deux futures “grandes stars Démocrates”, Beto O’Rourke au Texas, et Andrew Gillum en Floride. Les deux ont perdu car Trump est allé faire campagne contre eux (…) Rourke ne s’est pas pris une raclée mais il a mis 38M$ dans sa campagne et perd de 4 points. Alors d’accord c’est une belle défaite, mais à un moment donné, les Démocrates devraient arrêter les championnats du monde des matches amicaux. A un moment donné, il faut gagner des élections.»

Et surtout il n’y a plus d’opposition républicaine à Donald Trump. Le parti sait ce qu’il doit à Donald Trump et ce sont des trumpistes qui ont été élus. Contrairement à ce que la gauche pensait il y a 2 ans, l’élection de Donald Trump n’est pas un accident (par défaut) mais une tendance lourde de l’électorat de droite.

François Durpaire sur BFMTV :

«Donald Trump s’est impliqué au grand dam des Républicains qui lui ont dit de faire jouer l’économie, de ne pas parler d’immigration, thème assez clivant. Trump sort renforcé. Les Républicains ont voté très clairement sur l’immigration.C’est une victoire idéologique.»

Si vous allumez la radio, vous entendrez nos médias se réjouir de l’élection d’un gouverneur homosexuel dans le Colorado et de deux élues musulmanes… C’est typique du communautarisme de gauche. Kate McKenna (Membre des Républicains Overseas France) déclare :

«Les Démocrates très à gauche, voire socialistes montent les communautés les unes contre les autres en divisant les Américains en Noirs, Latinos, Homosexuels, etc. C’est monté sous Obama sur les questions de races. Les tensions datent d’avant Trump.»

https://www.lesalonbeige.fr/elections-midterms-les-americains-nont-pas-rejete-donald-trump/

Écrire un commentaire

Optionnel