Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un gouvernement en perdition

6a00d8341c715453ef022ad3c4f3cd200b-320wi.pngTout au long de cette journée du 4 décembre, on aura vu se décomposer la superbe d'un pouvoir. Il répétait, depuis la mi-novembre sa volonté de maintenir le cap. Et puis pffuit ! La baudruche s'est dégonflée. Le couple exécutif aussi.

Deux mots quand même sur les courageux silences auxquels Jupiter ne nous avait pas habitués. Revenu précipitamment de Buenos Aires il paraît, ou plutôt il n'apparaît plus, enfermé dans son Olympe qui fait fonction d'une tour d'ivoire. En 1968, son prédécesseur pouvait se rendre à Baden-Baden chercher le réconfort du général Massu auprès duquel sans doute il se sentait intelligent. "Cet heureux temps n'est plus"…

Jusqu'ici on pensait que le Premier ministre trouvait son utilité dans un estimable métier de porte serviette. Or, du fait du mutisme élyséen, le voici chargé d'essuyer les plâtres. Dans la cinquième république on n'avait guère cessé de s'écarter, dans ce sens, loin du texte même d'une constitution qui dispose, en son article 20 : "le Gouvernement détermine et conduit la politique de la Nation" ; et en son article 21 que "le Premier ministre dirige l'action du Gouvernement. Il est responsable de la Défense nationale. Il assure l'exécution des lois."

Or, dans la réalité l'habitude s'est installée de tout faire dépendre du chef de l'État et non du chef du gouvernement. On ne saurait dire que, depuis l'élection de Macron, la pratique se soit inversée. Le changement soudain dans la répartition des rôles est donc ressenti par l'opinion comme une désertion. Cette impression est renforcée par la demi-capitulation annoncée, jugée insuffisante, du reste, par une partie des contestataires.

Il se trouve d'autre part, que, depuis 2017, sans croire à l'authenticité du nouveau monde qui nous a été annoncé, on avait intériorisé la formule du "en même temps". Synthèse de droite et de gauche, présenté pour tel, le programme de l’État devait réaliser l’espoir du centre. Et au centre mou, au centre bâtard, au centre faiblard et impuissant, on allait substituer un centre viril, actif, bien né, puissant marquant toute sa différence avec le Modem du citoyen Bayrou, bien intentionné peut-être au départ, mais nullissime à l’arrivée.

La composition du ministère devait elle-même donner le ton. En tête de gondole trois figures exfiltrées de la droite institutionnelle, rassurantes pour les marchés financiers, les investisseurs institutionnels internationaux et les lecteurs du Figaro, ou de son carnet mondain : trois disciples de Juppé, autant dire des adeptes du boniment chiraquien. à côté le gros de la troupe du parti En Marche venait de la gauche sociale-démocrate. Pas trop visible quand même : on désirait rassembler, ou faire semblant.

Or, cette supercherie a trouvé ses limites.

La substitution du glorieux Castaner au modeste Colomb n'a pas arrangé les choses.

Le maire de Forcalquier, bombardé ministre de l'Intérieur, bien que flanqué d'un sous-ministre, lui-même peut-être plus compétent, issu du Renseignement, s'est révélé incapable de gérer les désordres, incapable de prévenir les dégradations, incapable d'empêcher l'émeute. Bref il s'est montré incapable tout court.

Dès le lendemain du 17 novembre premier samedi de l'anarchie parisienne, on pouvait lui décerner le titre de ministre de la chienlit. Il eût fait alors un parfait fusible. Aujourd'hui les dieux de la république ne sauraient se contenter d'une si piètre victime.

JG Malliarakis 

https://www.insolent.fr/

Écrire un commentaire

Optionnel