Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Respect aux gilets jaunes !

Gilets-jaunes-ile-de-Ré-845x475.jpg

Incroyable. Ce qui se passe depuis le mois de novembre est juste incroyable. Incroyable qu’une partie du peuple réussisse à défier d’une manière aussi efficace l’État. Un État qui se retrouve assiégé, un État qui se retrouve fragilisé, un État qui se retrouve déshabillé. Un État obligé de se justifier, un État obligé de faire croire qu’il change, un État obligé de durcir le ton et de sortir 80.000 policiers pour tenir le pays !

Pour rester en vie, le clan Macron a dû lâcher.
Taxe sur le carburant ? Lâchée.
Augmentation de l’électricité ? Lâchée.
Augmentation du gaz ? Lâchée.
Hausse du SMIC ? Lâchée.
Hausse de la CSG pour les petites retraites? Lâchée.
Défiscalisation des heures supplémentaires ? Lâchée.
Primes défiscalisées dans les entreprises ? Lâchées.
RIC ? Évoqué.
Retour aux 90 km/h ? Évoqué.
Retour sur l’ISF ? Évoqué.
Référendum ? En projet.

Incroyable.

On est passé d’un État qui paraissait fort à un État qui est obligé de reformuler toutes les propositions des gilets jaunes pour se les approprier et y répondre. Cet État désincarné, obèse, vassalisé par l’Union européenne, si loin des préoccupations du peuple, a été pris en flagrant délit d’abus de faiblesse.

L’État se retrouve dos au mur.

80.000 « sans-dents » sont venus provoquer la rupture, changer la donne, lancer un débat d’idées et sortir la France d’une torpeur inquiétante.

Mais comment est-ce possible ? C’est possible parce que l’État sait. L’État connaît les vrais chiffres des manifestations. L’État sait mesurer le degré de colère du pays. L’État constate la solidité du mouvement. L’État a eu très peur en décembre. Et l’État connaît les enjeux des prochaines élections européennes. Le mandat de Macron, c’est de réussir à assimiler les Français à une nation Europe fictive et hors-sol.

Mais la campagne d’insultes, de radicalisation et d’intimidation contre les gilets jaunes n’a pas marché. L’État n’a pas réussi à retourner l’opinion. À bientôt trois mois d’existence, deux Français sur trois soutiennent le mouvement, d’après le dernier sondage YouGov pour Le HuffPost et CNews. Macron feint de garder la main. Seulement 26 % des Français adhèrent à son pseudo-débat. Et ses performances personnelles retransmises en direct connaissent une chute d’audience. Les Français savent qu’il est là par la volonté d’une caste. Cette caste est définitivement démasquée. Emmanuel Hollande est bien là. Aucun changement, aucune exemplarité. Toujours de l’arrogance, toujours au service des mêmes personnes. Jamais ambitieux. Jamais pragmatique.

Alors, respect aux gilets jaunes. Vous avez su réveiller la France. Vous avez obtenu, en quelques semaines, plus qu’aucun syndicat n’aurait pu espérer. Mais, surtout, vous nous avez fait ouvrir les yeux sur la réalité de la situation. Sur le régime grec imposé en douceur par la Commission. Sur la pression idéologique et morale tenue fermement par la même Commission. Sur les conséquences violentes des décisions de cette institution sur notre souveraineté, notre culture, notre économie et nos vies.

La France a besoin de respirer.

Alors, merci, les gilets jaunes, pour cette bouffée d’oxygène. Merci pour votre combativité, pour votre sens du bien commun, pour votre humanité. Merci pour les nuits passées dehors. Merci pour les risques que vous prenez. Merci pour vos blessures. Merci pour votre persévérance. Merci pour vos gardes à vue. Vous êtes sans cesse critiqués, bousculés, caricaturés, insultés. Mais vous ne faiblissez pas.

Il y a, dans votre combat, beaucoup de naïveté, d’amateurisme, d’erreurs. Il vous manque des généraux. Vos revendications sont souvent irréalistes. Mais, malgré ça, vous tenez. Vous ne vous battez pas pour vous mais pour le bien commun.

Vous êtes en train de créer une occasion historique de changer le cours des choses. Vous. Avec vos gilets jaunes et vos lunettes de piscine. Face au mépris de ceux censés porter les valeurs de la France, mais qui ont renoncé. Face aux bobos égoïstes et indifférents. Face à Macron et à son clan. Face à un rouleau compresseur inhumain et « progressiste» qui, jusqu’à présent, écrase tout sur son passage.

« Vous tiendrez jusqu’à ce qu’on vous relève. »

Respect aux gilets jaunes.

http://www.bvoltaire.fr/respect-aux-gilets-jaunes/

Écrire un commentaire

Optionnel