Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

social

  • Les gagnants de la confrontation

    6a00d8341c715453ef0240a4cf60e9200d-320wi.jpgOn ne connaîtra donc, au mieux, que le 11 décembre la sauce à laquelle le pouvoir se propose de manger les assujettis aux monopoles assurantiels de la sécurité sociale française. Édouard Philippe l'a enfin annoncé, le 6 décembre, à la sortie d'une réunion à l'Hôtel Matignon. On se situait au lendemain d'une journée massive de mobilisations syndicales au gré de 245 défilés, de paralysie des transports, de grève des écoles et d'anxiété des cotisants obligatoires de nos caisses de retraite.

    Il paraît donc intéressant, aux yeux du chroniqueur, en cette grise matinée du surlendemain, de disséquer la communication distillée par le Premier ministre. Elle contenait en effet, une sorte de discret désaveu de l'attitude de son maître et seigneur, Jupiter en personne.

    Lire la suite

  • L’exécutif à l’épreuve de la grève – Journal du 9 décembre 2019

     

    L’exécutif à l’épreuve de la grève

    Alors que le mouvement de grève a débuté il y a seulement 5 jours, le premier ministre Edouard Philippe monte au front. Celui qui semble être la meilleure carte de la majorité pourrait bien réussir un coup de force… alors que le haut commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye est, de son côté, très contesté.

    Réforme des retraites : les syndicats reprennent des couleurs

    Après avoir largement été évincées des Gilets Jaunes, la réforme des retraites semble l’occasion de redorer le blason des centrales. Une seule inconnue : Qui des syndicats ou du gouvernement paiera pour les complications dus aux blocages des transports publics.

    Nouveau succès pour Renaissance Catholique

    Dimanche, Renaissance Catholique organisait son traditionnel salon du livre à Grand-Maison dans les Yvelines. Un rendez-vous familial avec les auteurs à quelques jours de Noël. De quoi agrémenter le pied du sapin.

    L’actualité en bref

    https://www.tvlibertes.com/lexecutif-a-lepreuve-de-la-greve-journal-du-9-decembre-2019

  • Réforme des retraites ? Et celles des sénateurs ?

    Alors que le projet de réforme des retraites envisagé par le gouvernement d’Emmanuel Macron suscite la colère de très nombreux Français, il est une catégorie de retraites qui reste bien discrète, celle des sénateurs. Et pour cause : ces parlementaires bénéficient d’un régime de faveur exceptionnel.

    Pour n’en citer qu’un aspect, un unique mandat de sénateur (six ans) garantit déjà 2.040 euros net de retraite mensuelle !

    Elle n’est pas belle, la vie… de sénateur ?

    https://www.medias-presse.info/reforme-des-retraites-et-celles-des-senateurs/115256/

  • Ce professeur d'économie nous explique l'arnaque sur les retraites

    « On a 150 milliards de réserve pour les retraites ! » Gilles Raveaud, professeur d'économie.

    Extrait de l'émission « Les Experts », diffusée sur BFM Business le 25 Novembre 2019.

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2019/12/07/ce-professeur-d-economie-nous-explique-l-arnaque-sur-les-ret-6195952.html
  • 69 % des Français soutiennent la grève, surtout pour se débarrasser d’Emmanuel Macron !

    capture-decran-2019-12-05-a-15-04-38.png

    Un sondage Louis Harris Interactive pour LCI annonce que 69 % des Français approuvent le mouvement de  du . Un soutien massif dont on aurait pu douter, vu les nuisances que les blocages de transport et autres vont causer dès demain à la plupart des Français. Assez inédit, aussi, pour une réforme qui s’attaque aux avantages spécieux de fonctionnaires d’ordinaire décriés dans l’opinion… En 1995, sur des thématiques voisines, le mouvement de  était bien moins soutenu ; on se souvient de l’ampleur qu’il a pourtant prise à l’époque. Mais les causes de ce soutien massif s’expliquent, à la lecture des détails du sondage. Ce n’est pas le peuple de gauche qui soutient massivement le mouvement, contre une droite et LREM réticente. Si on regarde de plus près, on s’aperçoit que 50 % de ceux qui ont voté Fillon en 2017 soutiennent la , donc la CGT et les syndicats, et jusqu’à 45 % des électeurs de…  !

    En réalité, si le mouvement est aussi populaire, ce n’est pas que la France soit subitement devenue cégétiste, c’est qu’elle est surtout férocement anti-macroniste. Elle n’en peut plus de ce gouvernement, souvent vu comme malhonnête et incompétent, et la préparation de ce projet de loi sur les retraites l’illustre de façon éclatante : personne ne comprend même plus en quoi consiste la réforme, tout et son contraire ont été dits, on a même suggéré l’immigration de masse pour régler les déficits ! La réforme n’est même pas encore sur la table que le pouvoir a déjà étalé sa faiblesse au grand jour, son incapacité à tenir le cap face au conflit. Alors, les Français, de droite, de gauche et même du centre, soutiennent indistinctement, par réflexe, tout ce qui peut contribuer à s’opposer à Emmanuel Macron et son gouvernement – hier les gilets jaunes, présentement la CGT, la CFDT, FO et les autres…

    Olivier Piacentini

    https://www.bvoltaire.fr/69-des-francais-soutiennent-la-greve-surtout-pour-se-debarrasser-demmanuel-macron/

  • Le naufrage de Gérald Darmanin et Sibeth Ndiaye lors du débat sur les retraites

    scene_de_naufrage_louis-philippe_crepin-742x475.jpg

    Toujours aussi avisé, le gouvernement a envoyé, jeudi soir, Gérald Darmanin et Sibeth Ndiaye pour défendre la  sur le plateau de France 2, dans l’émission « Vous avez la parole ». Il est vrai que Jean-Paul Delevoye étant déjà carbonisé, on fait avec ce qui reste en magasin…

    Pour ceux qui soutenaient encore cette réforme, une chose est sûre : après avoir entendu les deux ministres répondre aux questions du panel de Français, de Martinez et des autres, il y a de fortes chances qu’ils n’y croient plus du tout. Face à des Français très bien informés, ce sont les ministres qui ont fait figure d’amateurs. On aurait dit deux Séraphin Lampion, assenant slogans et plaisanteries de mauvais goût pour placer le produit…

    Darmanin a multiplié les blagues balourdes sans jamais parvenir à dérider personne, les suppliques du style « Moi, je vais vous faire du mal ? », les évocations incessantes de sa mère, femme de ménage de profession, pensant sans doute faire larmoyer dans les chaumières. Ndiaye a passé son temps à contourner les questions dans un style ampoulé, énumérer les approximations, réclamer de la confiance, quand le gouvernement est passé maître dans l’art de rouler la contestation (voir le Grand débat)…

    Deux moments forts : à la directrice d’école qui lui évoquait une baisse de plus de 600 euros mensuels de sa retraite, la porte-parole du gouvernement a évoqué, apparemment à l’improviste, un plan de hausse des salaires dans l’Éducation nationale. Mais la soi-disant hausse surviendra-t-elle avant la réforme des retraites ou n’est-ce qu’un mirage pour calmer les colères ?

    Puis, on a vu le sourire soulagé de Darmanin en incrustation pendant un reportage dans la ferme d’une agricultrice présente sur le plateau : les agriculteurs semblaient satisfaits de la réforme (enfin un compliment, a dû se dire le ministre). Sauf qu’une fois le reportage terminé, la fameuse agricultrice a fustigé la politique agricole nocive du gouvernement…

    On sentait vraiment les deux embarrassés, peu convaincus de leurs propres arguments. Dans ce naufrage, c’est Martinez, sourire jusqu’aux oreilles, qui s’est régalé : on ne l’avait jamais vu à pareille fête, reprenant de volée chacune des erreurs, approximations, omissions et contre-vérités des deux ministres – et Dieu sait s’il y en eut. Si c’est avec ça que le pouvoir espère redresser la barre…

  • Hidalgo, la grève et son projet

    Cela peut sembler une nouvelle mineure. Dans le contexte de la tentative de grève générale de ce 5 décembre, et pour faciliter la vie des citoyens, électeurs, consommateurs et voyageurs, une partie des autorités publiques avait imaginé de faciliter la circulation, et donc l'arrêt, à certaines stations, des cars de substitution.

    Autrement dit, mais le mot concurrence leur écorche les lèvres, certains envisageaient dès le premier jour de contourner le monopole de la RATP. Ce point de détail a été confirmé par le secrétaire d'État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari[1].

    Or, une personne s'est entravée au projet, la Mégère Hidalgo. La réglementation actuellement en vigueur, très restrictive comme on peut le constater, suppose toujours son agrément pour tout ce qui touche au sacro-saint système soi-disant si parfait. Pratiquement inchangé depuis les choix d'urbanisme de 1900, il ne saurait se développer vraiment faute de capitaux publics, en dépit des besoins, sur une base étatique.

    Lire la suite

  • Hidalgo, la grève et son projet

    Cela peut sembler une nouvelle mineure. Dans le contexte de la tentative de grève générale de ce 5 décembre, et pour faciliter la vie des citoyens, électeurs, consommateurs et voyageurs, une partie des autorités publiques avait imaginé de faciliter la circulation, et donc l'arrêt, à certaines stations, des cars de substitution.

    Autrement dit, mais le mot concurrence leur écorche les lèvres, certains envisageaient dès le premier jour de contourner le monopole de la RATP. Ce point de détail a été confirmé par le secrétaire d'État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari[1].

    Or, une personne s'est entravée au projet, la Mégère Hidalgo. La réglementation actuellement en vigueur, très restrictive comme on peut le constater, suppose toujours son agrément pour tout ce qui touche au sacro-saint système soi-disant si parfait. Pratiquement inchangé depuis les choix d'urbanisme de 1900, il ne saurait se développer vraiment faute de capitaux publics, en dépit des besoins, sur une base étatique.

    Lire la suite

  • Benjamin Cauchy : « Avec une vraie politique nataliste, on n’aurait pas besoin de retoucher le système des retraites »

    854576b4123c7a097e940db0bbcafead?s=648&d=mm&r=g

    Au micro de Boulevard Voltaire, Benjamin Cauchy réagit à la contestation de la réforme des retraites. Il soutient les manifestants car, selon lui, Emmanuel Macron « prépare la casse de toutes les retraites ».

    https://www.bvoltaire.fr/benjamin-cauchy-avec-une-vraie-politique-nataliste-on-naurait-pas-besoin-de-retoucher-le-systeme-des-retraites/

  • La fraude sur les prestations sociales, un scandale d'état

    45 milliards de Fraude sur les prestations sociales: L'Etat "ne veut pas connaître" la cause et donne des consignes aux administrations de ne pas répondre aux enquêteurs ... UN SCANDALE D'ETAT

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2019/12/06/la-fraude-sur-les-prestations-sociales-un-scandale-d-etat-6195954.html